• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Fillon ou le tour d’écrou : la démission en attendant (...)

Fillon ou le tour d’écrou : la démission en attendant l’inéluctable élimination ?

Tous les matins du monde sont sans retour

P. Quignard

Où suis-je dans cette histoire ?

E. Kusturica

JPEG

On sait depuis longtemps que le réel et le possible ont du mal à s'ajuster, particulièrement en matière politique où la mouvance des événements et l'irruption de l'inattendu font que les meilleurs plans peuvent être anéantis, les communications brouillées, les propos soudainement devenus inaudibles et les comportements perçus comme incompréhensibles.

Le texte de ce billet trouve sa confirmation dans la publication ce dimanche 26 février 2017 à 17h57 par le quotidien Le Figaro d'un sondage Kantar Sofres OnePoint pour RTL, Le Figaro et LCI, qui conclut à l'élimination de F. Fillon au premier tour de l'élection présidentielle même si son socle électoral semble encore résister.

http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/02/26/35003-20170226ARTFIG00137-sondage-le-pen-et-macron-en-tete-au-premier-tour-de-la-presidentielle-fillon-elimine.php

Les sondages sont ce qu'ils sont, certes, mais on ne saurait méconnaître le fait que les époux Fillon connaissent une situation chaque jour plus délicate depuis que l'actualité s'est opportunément jetée voici un mois sur les présumés emplois fictifs de Penelope Fillon comme assistante parlementaire de son mari et du suppléant de ce dernier, Marc Joulaud.

La nasse dans laquelle F. Fillon est tombé est désormais devenue une véritable souricière, à l'image de ce pénible endroit des sous-sols du Palais de Justice de Paris où, une fois entré dans ce lieu, le pèlerin n'a plus d'autre voie de sortie que la délicate perspective d'une comparution devant le procureur de la République ou le juge d'instruction.

Voilà en effet que le Parquet National Financier (PNF) vient d'annoncer avec l'ouverture d'une information judiciaire la désignation de trois (!) juges d'instruction chargés d'enquêter sur les soupçons d'emplois fictifs visant la famille de François Fillon à propos de faits désormais qualifiés de « détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits, trafic d'influence et manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité sur la transparence de la vie publique ».

Rien que pour cela, partout ailleurs - j'évoque ici une démocratie normale et non ce qui s'apparente de plus en plus à cette république bananière qu'est devenue la France -, n'importe lequel des candidats à la magistrature suprême serait dans pareilles circonstances de facto écarté.Tel n'est pas le cas en France où, malgré une photographie vous montrant la main prise dans le sac, il vous est possible de déclarer encore sans pour autant être démenti que : "non, décidément, vous aurez mal vu : ce n'est pas une main et encore moins un sac".

Quid de la présomption d'innocence ? dira-t-on justement. J'y suis particulièrement attaché mais ne puis m'empêcher de répliquer par une autre question : "Quid du secret de l'instruction ?", lequel ne semble être désormais devenu en France qu'une vue de l'esprit depuis que ceux-là mêmes auxquels il incombe de le respecter et de le faire respecter n'ont eu de cesse, à l'occasion d'affaires spectaculaires soigneusement choisies et opportunément déterrées, de jeter des morceaux de viande aux hyènes qui parcourent la savane politique, cherchant qui dévorer. Le résultat attendu est bien là.

A tout seigneur tout honneur, donc, et ce ne sont pas les déclarations apaisantes des conseils de M. Fillon - lesquels ont annoncé dans un communiqué ne pas douter que l'innocence de leur client « sera enfin reconnue » par « des juges indépendants » - qui seront de nature à colorier en rose une situation de plus en plus critique à deux mois de l'élection présidentielle.

L'espoir fait donc vivre, comme chacun sait, au même titre qu'existent aussi les miracles, mais il semblerait qu'en l'espèce rien de bien encourageant ne soit à attendre d'un firmament ou d'un cosmos restés désespérément muets dans la mesure où les magistrats désignés ont désormais toute latitude pour convoquer à tout moment l'encore candidat à l'Élysée en vue de décider de son éventuelle mise en examen ou de son placement sous le statut intermédiaire de témoin assisté.

Le poisson est donc bien ferré et il n'est pas exclu au point où l'on en est que les jours à venir viennent encore donner un prochain tour d'écrou et conforter de sombres présages.

I- Les raisons d'une décision

Le parquet national financier a justifié l'ouverture d'une information judiciaire par la promulgation prochaine d'une loi qui aurait pu, en théorie, empêcher les juges de se pencher sur une partie des faits objets de l'enquête en cours.

Le communiqué publié par le parquet national financier est très clair, qui énonce : "Le parquet national financier a décidé d'ouvrir, dès ce jour, une information judiciaire en raison de l'ancienneté d'une partie des faits concernés et de l'exigence de la mise en œuvre de l'action publique résultant de l'article 4 de la loi adoptée définitivement le 16 février 2017".

La formulation technique masque une prise de position très ferme de la part du parquet national financier. La vérité est que le 16 février dernier, les rares députés présents ce jour-là à l'Assemblée, ont en effet adopté un texte instaurant un délai de prescription de 12 ans en matière d'infractions "occultes et dissimulées", un délai qui court à compter du jour de la commission de l'infraction. Parmi elles, vous l’aurez deviné… Bingo ! les "abus de bien sociaux" ou encore le "détournement de fonds publics". Deux qualifications retenues vendredi dernier par le PNF pour motiver l'ouverture de son information judiciaire.

Depuis plusieurs jours, les juristes débattaient en effet des éventuelles conséquences de ce texte, déjà adopté mais pas encore promulgué, dans le cas de l'affaire Fillon. Les soupçons d'emploi fictif remontent à 1998… Il y a donc 19 ans. Pour certains spécialistes, si le PNF avait attendu la publication de la loi au Journal officiel, il prenait le risque d'exonérer de poursuites l'ensemble des faits reprochés à F. Fillon entre 1998 et 2005. 

Ce "petit amendement", aux dires mêmes du ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas, avait toutefois été accompagné d'un article destiné à ne pas enterrer de fait les affaires en cours. Défense de rire ! Théoriquement, la prescription ne peut pas concerner les affaires "ayant donné lieu à la mise en mouvement ou à l'exercice de l'action publique." Ce qui pose une question dans le cas de F. Fillon : peut-on considérer l'ouverture d'une enquête préliminaire comme une "mise en mouvement de l'action publique" ? La question divise les pénalistes, certains estimant que seule l'ouverture d'une information judiciaire ou une citation à comparaître peuvent garantir la prise en compte de l'ensemble des faits potentiellement reprochés au candidat tandis que d'autres pensent au contraire que l'enquête préliminaire suffit à écarter le délai de prescription. 

Quoi qu'il en soit et pour parer à ces incertitudes, le parquet national financier a donc allumé un contre-feu et empêché les parlementaires, fidèles à de mauvaises habitudes, de...s'auto-amnistier et de faire passer à la trappe l'enquête en cours. En prononçant l'ouverture de l'information judiciaire avant l'entrée en vigueur de la loi, le parquet a veillé à ne pas restreindre le champ de l'enquête et a empêché que les faits qui ont motivé l'ouverture de son enquête préliminaire disparaissent du champ d'investigation.

II- Du coup d'état électoral...

Comme on le voit, du garrot au champ de mines, la situation devient ingérable en l'état, sauf pour F. Fillon à prendre la seule mesure qui s'impose désormais à lui : se démettre et renoncer à sa candidature désormais plombée plus que de mesure, à moins de vouloir entraîner son parti avec lui dans un naufrage imminent.

Que « l'affaire Fillon » relève de la cabale et de la combine politicarde destinées à profiter des fragilités d'un candidat qui aura lui-même offert sur un plateau d'argent avec une défense calamiteuse l'occasion de se faire flinguer et mettre hors-course en pleine campagne électorale est indiscutable. Pour autant, une fois effectué ce constat, il devient urgent de regarder la réalité froide et d'en tirer la seule conséquence qui s'impose, quoique l'intéressé puisse penser, à savoir que le candidat Fillon, élu ou non, est désormais hors-jeu.

- Elu, par on ne sait trop quel retournement de situation toujours possible (un non-lieu, par exemple) on ne saurait en effet sérieusement imaginer un président de la République traînant derrière lui une ferblanterie de casseroles judiciaires incompatibles avec la fonction présidentielle (la présidence du Conseil de la magistrature, par exemple...).

On imagine aisément quelles seraient sa réputation et son autorité tant au plan national qu'international : inexistantes.

- Non encore élu, on imagine mal que partant avec des boulets aux pieds - fragilisé personnellement et familialement -, il puisse fouler souplement la cendrée et prétendre encore gagner la course en ignorant le risque d'être tout simplement éliminé au premier tour du scrutin le 23 avril prochain, voire même de ne pas réussir à s'y présenter faute d'avoir pu surmonter un handicap devenu rédhibitoire derrière les favoris du moment E. Macron et M. Le Pen.

Puisque manifestement tous les coups sont permis, imagine-ton le coup de tonnerre que représenterait une ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel rendue le 22 avril 2017, par exemple ? Effet garanti.

En excluant comme il l'a fait la semaine dernière de se retirer de la course présidentielle en cas de mise en examen, revenant ainsi sur ses premières déclarations, F. Fillon précipite en réalité son parti dans le mur. « Mon retrait poserait un problème démocratique majeur. La locomotive est lancée, rien ne peut l'arrêter, j'irai jusqu'au bout », a-t-il déclaré, s'en remettant « au seul jugement du suffrage universel ».

Comme chacun sait, les locomotives en survitesse ne sont pas à l'abri d'un déraillement et il n'est pas rare non plus que le suffrage universel agisse comme un couperet en se rappelant au bon souvenir de ceux qui s'en prévalent de manière imprudente.

III-...à la solution du coup d'état partisan

Un Bureau politique digne de ce nom, conscient de la situation et soucieux de son électorat cesserait de se voiler la face et considèrerait plutôt que ce n'est pas le retrait mais bien plus le maintien d'un candidat carbonisé qui constitue aujourd'hui « un problème démocratique majeur ».

Aujourd'hui encore rien n'empêcherait la formation politique concernée de prendre en urgence l'unique décision qui s'impose et qui permettrait de couper l'herbe sous les pieds de ses détracteurs : mettre F. Fillon devant l'implacable constat de son échec et choisir en ses lieu et place un candidat inconnu, impérativement hors du sérail, investi en quelques heures et qui, dans un discours inaugural qui justifierait les parrainages requis pour valablement candidater, reprendrait sur des bases solides une marche désormais purgée de ses faiblesses et incertitudes mais qui pour l'heure s'apparente beaucoup plus à une marche à l'abîme qu'à une marche vers la victoire.

Plutôt que de penser à ses propres petits intérêts, calculs partisans et ambitions qui risquent fort de ressembler à un rêve éveillé, M. Fillon sera-t-il capable de privilégier les seuls intérêts qu'il lui incombe de prendre en considération : ceux des électeurs qui ont cru en lui et qui risquent fort de réaliser très vite mais trop tard qu'ils auront été bernés et se seront bernés eux-mêmes ?

Il n'est pas exclu que cette étrange campagne présidentielle où l'inconsistance le dispute à l'incompétence se termine par la disparition pure et simple et la mise hors-jeu d'une formation politique sclérosée et devenue incapable de se renouveler.

On trouvera un élément en ce sens avec la publication le 26 février 2017 à 17h57 par le quotidien Le Figaro d'un sondage sondage Kantar Sofres OnePoint pour RTL, Le Figaro et LCI qui montre que les deux candidats à la présidentielle M. Le Pen et E. Macron se détachent avec 27 % d'intentions de vote au premier tour pour la présidente du Front national (+ 2 points par rapport à la précédente enquête de janvier 2017) et 25 % pour le leader d'En marche ! (+ 4).

Le résultat, conclut le quotidien, serait inédit car pour la première fois, ni le candidat de la droite républicaine ni celui du Parti socialiste ne seraient au second tour d'une présidentielle.

Les détails de la chronique d'un désastre annoncé se précisent donc puisqu'en chutant de 2 points, François Fillon arrive en effet, avec 20 %, en troisième position, synonyme pour lui d'élimination au premier tour.

Il semblerait que quelque chose soit en train de gratter la coque du submersible que l'on voit sur l'image mise en exergue de ce billet.

Sources et documents :

16 février 2017 PROPOSITION DE LOI portant réforme de la prescription en matière pénale.(Texte définitif) http://www.assemblee-nationale.fr/14/ta/ta0921.asp

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/affaire-fillon-pourquoi-le-parquet-financier-ne-voulait-plus-attendre_1882889.html

http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/02/26/35003-20170226ARTFIG00137-sondage-le-pen-et-macron-en-tete-au-premier-tour-de-la-presidentielle-fillon-elimine.php

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.08/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 27 février 09:11

    Lui qui avait senti le bon filon ..... Fillon président avec Pénélope 1er dame et toutes les caisses de l’état a sa discrétion .... 


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 27 février 09:26

      @zygzornifle

      « J’adore quand un plan se déroule sans accrocs... ».

      https://www.youtube.com/watch?v=HzRF2622m9A

      Sans doute existe-t-il une justice immanente qui veut que l’on ne saurait prendre ses concitoyens pour des imbéciles au point de passer entre les gouttes pour atteindre la position du « chat perché », donneur de leçons qui plus est.

      Allez ! Rideau !


    • La mouche du coche La mouche du coche 27 février 19:08

      je m’appelle François Hollande et j’approuve cet article politiquement correct. Lisez le. 


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 27 février 19:57

      @La mouche du coche
      Chuck Norris Approved. D. Trump approved. R. Bouchard approved. Mouche du coche approved.Merci de votre visite et bonne lecture !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 07:57

      @Renaud Bouchard
      Vous croyez encore aux sondages ?
      Ils se sont trompés sur tout : sur le Brexit, sur Trump, sur la candidature de Hollande, sur celle de Juppé, sur le départ de Mattéo Renzi, sur l’élection de Valls...


      C’est très simple d’acheter des sondages, il suffit d’avoir de l’argent...
      De Villiers explique comment il a acheté TF1 et un sondage...

    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 28 février 10:19

      @Fifi Brind_acier
      Bonjour Fifi.

      « Vous croyez encore aux sondages ? », demandez-vous.

      Non. Aucunement.Bidonnés, orientés, reposant sur des méthodologies discutables, ils ne sont que des indicateurs perturbateurs. le véritable sondage est celui des conversations que vous recueillez dans les cafés, dans la rue, chez vos amis, tout ce qui remonte de l’opinion générale.

      Merci pour vos liens.

      Bien à vous,
      Renaud Bouchard


    • HELIOS HELIOS 27 février 14:34

      ...heureusement qu’il n’avait été que le « collaborateur » de l’autre...


      On ne mélange pas les torchons et les serviettes, c’est maintenant qu’on réalise que l’aristocratie européenne n’a rien a voir avec les rustres qui réussissent à acquérir un manoir dans la Sarthe.

      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 27 février 19:37

        @HELIOS
        Bien vu.La véritable aristocratie européenne n’a que faire de politicards provinciaux prêts à tout pour s’enrichir sur fonds publics tout en jouant la respectabilité de notables qui, pour une fois, sont pris la main dans le sac.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 08:01

        @Renaud Bouchard
        La géopolitique ne semble pas votre fort, vous suivez comme un mouton ce que disent les médias presstitués...
        Fillon, (pour lequel je ne voterai pas) est pro russe et pour un FMI européen.
        Et ça, les néo cons genre PS & Macron, n’aiment pas du tout ...


      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 28 février 10:25

        @Fifi Brind_acier

        Je devance les analyses géopolitiques.

        Nuance.

        Quant aux medias auxquels vous faites allusion, ils ne m’intéressent pas.
        Je lis de très nombreuses publications auxquelles vous n’avez pas accès, hélas, car non diffusées.
        Savez-vous qu’un autre monde existe en dehors de la France et que d’autres gens nous observent, nous écoutent et sont profondément consternés par ce qu’il se passe chez nous ?

        Quant à la Russie, vous devriez y faire un tour. Outre le fait que le pays mérité d’être visité (prévoyez plusieurs déplacements car le territoire est immense et il y a de nombreuses choses à voir), les habitants méritent eux aussi le détour.

        Bien à vous,
        RB


      • kalachnikov lermontov 27 février 16:14

        Salut Bouchard ;

        L’électeur devant voter en conscience, il ne devrait pas y avoir de secret de l’instruction dans ce genre de cas. Je note que Fillon comme Lepen (qui a 15 affaires au cul) voudraient s’exempter du droit commun du fait qu’ils concourent à la présidentielle.Mais à sens unique et dans un sens qui malencontreusement pourrait laisser penser qu’ils ont effectivement fauté. Puisqu’ils n’ont rien fait, puisqu’il s’agit d’une cabale contre eux, je ne comprends pas pourquoi ils ne militent pas pour la transparence plutôt que pour l’éteignoir.


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 27 février 19:41

          @lermontov
          Bonsoir Lermontov
          Bonne remarque.
          « je ne comprends pas pourquoi ils ne militent pas pour la transparence plutôt que pour l’éteignoir. »
          Je réponds à la question : parce qu’ils se croient au-dessus des lois, ces lois qui envoient n’importe qui devant un tribunal correctionnel pour trois fois moins que cela.
          La réalité est qu’ils détestent que l’on vienne fouiller dans leurs petites combines.
          Mais voilà, de temps à autre le mécanisme se grippe...



        • berry 28 février 08:07

          @lermontov
          Pendant ce temps, Hollande est blanc comme neige.

          Il se contente d’organiser des guerres et des coups d’état en Syrie et en Ukraine, de laisser rentrer illégalement des millions d’afro-musulmans en Europe, de ruiner le pays et de museler la presse, mais tout cela est sans importance, le problème principal c’est les assistants parlementaires des leaders de l’opposition.


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 28 février 10:27

          @Fifi Brind_acier
          « Alors, pourquoi seulement Fillon, alors qu’ils utilisent tous l’IRFM sans avoir à rendre de comptes ? »
          Fonds publics. Usage détourné. Confiscation et prison.
          Suis-je clair ?
          RB


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 28 février 10:28

          @berry
          Viendra le temps des procès politiques de tous ceux qui auront (c’est une habitude) trahi la France.


        • oncle archibald 28 février 10:41

          @Renaud Bouchard : d’où l’urgence de voter une loi portant réforme de la prescription en matière pénale qui permette, une fois Fillon pris dans la nasse, de fermer la porte à d’autres poursuites en modifiant le délai de prescription ...

          Non non non il n’y a pas d’interférences entre politique et justice, puisqu’on vous le dit ! M’enfin ! Qui pourrait le croire ?


        • kalachnikov lermontov 28 février 11:35

          @ berry

          Je suis en accord avec Renaud Bouchard. La problématique, c’est restaurer la démocratie si on estime qu’elle a été ; ou l’installer si on estime qu’elle n’a été jusqu’ici que pantomine. Et en l’espèce, j’estime que Marine Lepen n’est certainement pas la femme de la situation. Et franchement l’argument qui consiste à excuser les turpitudes des uns par celle des autres : c’est justement un des piliers de la démocratie que tout individu, citoyen, réponde de ses actes et seulement de ses actes.


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 28 février 11:55

          @oncle archibald
          Bonjour.
          "D’où l’urgence de voter une loi portant réforme de la prescription en matière pénale qui permette, une fois Fillon pris dans la nasse, de fermer la porte à d’autres poursuites en modifiant le délai de prescription ..."
          Bien vu.

          La presciprtion ne devrait courir qu’à partir du moment où l’infraction serait découverte, ce qui permettrait de remonter dans le passé...


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 28 février 16:01

          @berry
          Vous écrivez, dans votre réponse à Lermontov, que :

          "Pendant ce temps, Hollande est blanc comme neige. Il se contente d’organiser des guerres et des coups d’état en Syrie et en Ukraine, de laisser rentrer illégalement des millions d’afro-musulmans en Europe, de ruiner le pays et de museler la presse, mais tout cela est sans importance, le problème principal c’est les assistants parlementaires des leaders de l’opposition.« 

          Non. Les »coups d’état en Syrie et en Ukraine" ne sont pas de son fait. cf. G. Soros pour l’Ukraine.
          Quant à la Syrie, il a suivi comme un petit caniche la politique américaine. Un échec complet qui aura compromis la Franceet son action diplomatique pour de longues années.


        • Claudec Claudec 27 février 16:47

          On peut toujours prendre ses rêves pour la réalité, mais c’est compter sans la pugnacité d’un personnage qui a depuis toujours prouvé qu’il n’en manque pas.


          Mais il est vrai que dans un pays davantage séduit par « l’enchantement du rêve » que par la réalité tout est possible, surtout quand ce possible s’annonce dans la plus grande agitation.




          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 27 février 19:44

            @Claudec
            Bonsoir Claudec.
            "Mais il est vrai, écrivez-vous, que dans un pays davantage séduit par « l’enchantement du rêve » que par la réalité tout est possible, surtout quand ce possible s’annonce dans la plus grande agitation."
            Il arrive que la réalité vous saute à la gorge.
            Quant au possible qui s’annonce dans la plus grande agitation, il ressemble furieusement aux débordements insurrectionnels.


          • Claudec Claudec 27 février 20:21

            @Renaud Bouchard


            Tiens, tiens ! Partageriez-vous un certain point de vue quant à des événements se déroulant dans une ambiance de quasi guerre civile ?
            Bonsoir

          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 27 février 22:54

            @Claudec
            « Partageriez-vous un certain point de vue quant à des événements se déroulant dans une ambiance de quasi guerre civile ? »
            Oui, et depuis très longtemps. D’imperceptibles signaux, signaux faibles, devenus continus et chaque jour plus amplifiés.Il faut être aveugle pour ne pas voir ce qu’il se passe : le pays est en guerre sourde contre un ennemi intérieur et extérieur.
            Cordialement, RB


          • izarn izarn 27 février 23:53

            @Renaud Bouchard
            Vous savez, personne n’aurait giflé Fillon, mais Valls, le premier ministre de Hollande, oui....
            N’inversez pas les réalités !
            Selon vous, quel est le plus salopard :
            -Fillon
            -Hollande.

            ....Il me semble que le peuple a déja décidé.OK ?
            Hollande : 4%

            Définitif.

            Requiescat in pace.
            Amen.


          • Claudec Claudec 28 février 08:04

            @Renaud Bouchard


            Bonjour
            Hélas, les causes d’une telle situation ne datent pas d’aujourd’hui et ne se limitent pas à la France, qui ne fait, dans une large mesure, que subir une évolution contre laquelle sont désarmés nos représentants les mieux intentionnés et les plus compétents (car il y en a quelques uns).
            Il s’agit des effets d’une mondialisation inexorable, allant bien au-delà des aspects économiques et sociaux auxquels se limitent tous ceux qui regardent ces phénomènes en tenant leur longue vue par le mauvais bout.
            La France est tout simplement confrontée, dans leurs prémices et leur accélération progressive, aux conséquences de la surpopulation planétaire, sujet tabou mais qui ne nous en impose pas moins en partage, son cortège d’extrémismes, de désordres, de misères, de violences, de stupidités, etc. ne faisant que traduire le début de panique des plus vulnérables (autant matériellement qu’intellectuellement), en attendant qu’elle s’empare d’une élite de plus en plus impuissante, faute d’une prise de conscience qu’interdisent en premier lieu nos croyances les plus ancrées et les plus obscures.

            Pour approfondir la question, invitation à visiter : http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com

            Cordialement


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 08:05

            @Renaud Bouchard
            Vous devriez plutôt chercher du côté de Soros et de ses « révolutions colorées »...


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 28 février 10:31

            @izarn
            Aucune inversion de réalité.
            La liste est très longue de tous ceux qui méritent plus que des claques mais bien plutôt une comparution devant un tribunal correctionnel, la détention et la confiscation de leurs biens.
            Il se pourrait effectivement que le peuple ait déjà décidé.
            Bien à vous,
            RB


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 28 février 11:58

            @Claudec
            Bonjour et merci pour votre lien avec cette belle pensée de Condorcet en exergue de votre billet.

            « les hommes sauront alors que, s’ils ont des obligations à l’égard des êtres qui ne sont pas encore ; elles ne consistent pas à leur donner l’existence, mais le bonheur ; elles ont pour objet le bien-être général de l’espèce humaine ou de la société dans laquelle ils vivent, de la famille à laquelle ils sont attachés, et non la puérile idée de charger la terre d’êtres inutiles et malheureux »

            Condorcet

            Pour approfondir la question, invitation à visiter : http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com

            Cordialement


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 28 février 12:58

            @Fifi Brind_acier
            Vous devriez plutôt chercher du côté de Soros et de ses « révolutions colorées »...

            Soros, Nulland, Kagan, Kristoll, et bien avant tout ce monde, les fameux Vulcans.


          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 27 février 17:59

            Notons seulement qu’ à ce stade de cette « campagne inutile », la situation politique française est encore plus nauséabonde que celle qui avait prévalu chez les Visages Pales US !


            Si à la fin du cirque électoral LA FAUTE CRIMINELLE QU’AVAIT COMMISE LE SORCIER CHIRAC N’EST PAS CORRIGÉE, LA FRANCE NE RÉSISTERA PAS A L’EFFONDREMENT ! 
             

            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 27 février 19:53

              @Mohammed MADJOUR
              Quelques précisions seraient les bienvenues...


            • Bartneski bartneski 27 février 18:20

              JE VOTE, ILS DEGAGENT TOUS !

              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 27 février 19:51

                @bartneski
                Votez et dégagez-les tous !
                C’est pourtant simple : un choix, une enveloppe, une urne. A voté ! (Note : conserver un œil sur l’urne et surtout pas de vote électronique : « Tiens ?J’ai pourtant voté pour untel et c’est un autre qui a reçu mon suffrage ».
                cf. ici :http://pagesperso.lina.univ-nantes.fr/info/perso/permanents/enguehard/perso/RI_halshs-00085041.pdf

                Le vote électronique en France : opaque& invérifiable. Chantal Enguehard, LINA, Université de Nantes, France
                chantal.enguehard@univ-nantes.fr


              • izarn izarn 27 février 23:48

                @bartneski
                Voter FN pour dégager le pro Maastrichit lambertien Merluchon, c’est encore mieux !


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 28 février 10:37

                @izarn
                Il semblerait que cette tendance se précise...


              • Abou Antoun Abou Antoun 27 février 18:23

                il vous est possible de déclarer encore sans pour autant être démenti que : "non, décidément, vous aurez mal vu : ce n’est pas une main et encore moins un sac".
                Et de plus, pour faire bonne mesure, d’attaquer le ’diffamateur’.


                • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 27 février 19:52

                  @Abou Antoun

                  "ll vous est possible de déclarer encore sans pour autant être démenti que : "non, décidément, vous aurez mal vu : ce n’est pas une main et encore moins un sac« .
                  Et de plus, pour faire bonne mesure, d’attaquer le ’diffamateur’. »

                  ....et naturellement de gagner le procès !


                • izarn izarn 27 février 23:45

                  Chirac a été élu car voyez vous, les accusations étaient abracadabrantesques...
                  Mise en examen avant ou parés telle est la question non ? Surtout pour Sarkosy...
                  Ensuite le « crime » horrible de Fillon, prete à sourire...
                  Il n’a fait que profiter que de l’argent que l’état alloue à tous ses députés...
                  Cela n’a pas couté un sou supplementaire au contribuable...
                  de quoi parle t’on ?
                  On est en plein délire moralisateur des tartuffes qui enculent les mouches.


                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 28 février 10:36

                    @izarn

                    « Il n’a fait que profiter que de l’argent que l’État alloue à tous ses députés... »

                    Et voilà que malheureusement, alors que tout glissait dans l’huile, il s’est fait ramasser par la Patrouille.

                    On ne « profite pas ».

                    C’est interdit. Pas avec de l’argent public.

                    Avez-vous vu toutes les réactions des honorables parlementaires qui brisquement ont décidé de remettre de l’ordre dans les attributions de postes d’assistants arlementaires (conjoints, enfants, amis, copains etc.) ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès