• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Fiscalité : le deux poids – deux mesures du Monde sur Trump et (...)

Fiscalité : le deux poids – deux mesures du Monde sur Trump et Macron

« Une réforme fiscale inique  », « un pari à haut risque  » : voici comment le Monde a qualifié les réformes fiscales initiées des deux côtés de l’Atlantique. D’un côté, un éditorial au lance-flammes contre le projet de l’administration Trump, de l’autre, une présentation assez neutre. Pourtant, les projets fiscaux des deux côtés de l’Atlantique sont extrêmement proches en réalité

 

Le Monde pris en flagrant délit de favoritisme
 
La lecture de l’éditorial du Monde sur la réforme fiscale votée cette semaine est croustillante. Le quotidien vespéral prévient que « les plus pauvres risquent d’en faire les frais (…) cette réforme fiscale ne s’attaque à aucun des problèmes auxquels les Etats-Unis sont confrontés aujourd’hui : creusement des inégalités, faiblesse de la croissance de la productivité, détérioration du système éducatif (…), insuffisante criante des investissements publics dans les infrastructures ». Aucun effet à attendre sur la croissance étant donné que « les profits des entreprises sont à leur zénith  » et on peut craindre au contraire des coupes « dans les dépenses, à commencer par les programmes sociaux ».
 
 
Mais cette attaque en règle est à double tranchant dans la mesure où tout cela s’applique à la France, où les inégalités se creusent, les profits des entreprises sont aussi au plus haut, le système éducatif est en crise et l’Etat n’investit pas assez. Pire, les coupes dans les programmes sociaux ont commencé, avec les APL. Mais surtout, les mesures qui ont été votées sont tout de même très proches. Les grands gagnants des deux côtés de l’Atlantique seront les entreprises, (l’IS passant de 35 à 21% outre-Atlantique et de 35 à 25% en France), et les plus riches (suppression de l’ISF, baisse des taxes sur les revenus du capital chez nous, de l’impôt sur les revenus et les successions de l’autre).
 
Pourtant, dans son éditorial de fin septembre, pas de condamnation : le budget Macron n’est pas « inique  », ce n’est qu’un « pari à haut risque ». Et si le Monde admet un « allègement fiscal substantiel accordé aux contribuables les plus aisés et, en particulier, aux fameux 1% les plus fortunés  », cela est tout de même dit en termes bien délicats… Le quotidien vespéral parle de « mesures symboliques (qui) risquent de parasiter l’ensemble de la démarche budgétaire  », et ne pas plaire aux Français. Même s’il reconnaît l’ampleur des mesures (la taxation maximale des revenus du capital passera de 58 à 30%), il évoque davantage un souci d’image et seulement un pari incertain sur ses effets.
 
Bref, ce grand écart absolument extravagant dans la façon de juger les budgets 2018 des deux côtés de l’Atlantique montre à nouveau le manque de sérieux et les préjugés effarants de ce journal qui se veut être une référence. Selon qu’elles viennent d’une personne qu’il combat ou qu’il soutient, exactement les mêmes mesures passent de l’inique dangereux et injuste au pari audacieux mais incompris… Pire encore, le Monde ne se pose pas la question des paradoxes de cette époque qui voit la richesse des uns au sommet, et ceux-là même obtenir de toujours moins contribuer à la société qui les fait riches. Ce n’est pas faute de ne pas avoir tous les éléments réunis dans le même papier…
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.45/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Esprit Critique 23 décembre 2017 16:17

    @Auteur

    Evité de perdre votre temps a lire ce qui est devenu un torchon, exutoire de quelques abrutis d’idéologie Gauchiasse. Rappelez vous que jusqu’à il y a peu, la caution morale de ce groupuscule qui se prennent pour des penseurs était un pédophile milliardaire.

    L’équipe du « Monde » :
    Conseil de surveillance : Pierre Bergé, président

    • Pere Plexe Pere Plexe 23 décembre 2017 18:07

      Pourtant, les projets fiscaux des deux côtés de l’Atlantique sont extrêmement proches en réalité…


      C’est peut être que dans les deux cas il faut d’abord remercier les millionnaires qui ont financé l’accès au pouvoir ?


      • Ouallonsnous ? 23 décembre 2017 18:23

        Franchement, la mesure du monde et de son état ne reléve pas de Trump ou Macron où d’autres potiches de l’oligarchie financière siono anglo européo yankee, mais de l’état des peuples !


        • zygzornifle zygzornifle 24 décembre 2017 11:33

          Le risque n’est pas aux états unis qui ont l’habitude des challenges et qui savent réagir instantanément mais en France ou on risque de passer de 9,5 millions de sous le seuil de pauvreté a 10 voire beaucoup plus mais de toute façon les chiffres seront faussés comme ceux des sans emplois qui est de presque 11 millions tout confondus ....


          • Pierre 25 décembre 2017 14:30

            L’auteur, au lieu d’aligner ses niaiseries égalitaristes, ferait mieux de s’interroger sur les besoins en fonds propres des entreprises et de la nécessité d’investissements massifs dans tout le nouveau monde technologique dont le défaut nous relèguera dans la seconde division des économies à la traine, voire vouées au dépérissement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès