• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > François Fillon, gaulliste et chrétien assumé

François Fillon, gaulliste et chrétien assumé

« La solidarité n’est pas une attitude facultative, ce n’est pas une charité collective, c’est une valeur sociale. Et elle exige de nous sa place dans la cité. » (Pape François, le 25 mai 2013).



Après quelques semaines de silence médiatique, à la suite de sa grande victoire à la primaire de la droite et du centre le 27 novembre 2016, François Fillon a fait son retour dans le débat public le même jour que la présentation des programmes de deux candidats à la primaire socialiste, Manuel Valls et Vincent Peillon. Avant de se rendre, accompagné de Nathalie Kosciusko-Morizet et de Pierre Gattaz, au grand salon de la haute technologie, le Consumer Electronics Show (CES) qui se tient à Las Vegas du 5 au 8 janvier 2017, pour parfaire son image de modernité et de "geek", lui, le traditionnel dans sa personnalité et dans ses attitudes.

L’ancien Premier Ministre François Fillon a été l’invité du journal de 20 heures ce mardi 3 janvier 2017 sur TF1. Une dizaine de minutes pour rappeler qu’il entendait bien peser en janvier sur le débat électoral sans laisser le PS seul occuper les antennes. Il a d’ailleurs annoncé qu’il ferait son premier grand meeting électoral le dimanche 29 janvier 2017 à la Villette, à Paris, le jour même du second tour de la primaire du PS.

Il était interrogé sur les deux aspérités de son programme présenté lors de la primaire LR : la réduction du nombre des fonctionnaires et la réforme de la sécurité sociale.

François Fillon a rappelé d’abord une évidence, notamment en direction de soi-disant souverainistes : l’indépendance de la France est menacée lorsqu’elle a une dette publique de plus de 2 000 milliards d’euros. Cela veut dire que le pays dépend de groupes financiers privés étrangers qui financent cette dette. Or, si ce diagnostic est largement partagé dans la classe politique, il n’est que rarement suivi du remède logique : il faut réduire la dette, en finir avec les déficits publics et donc réduire la voilure de l’État et de la puissance publique en général (collectivités locales en particulier qui ont créé plus d’un million de postes de fonctionnaire dans les dernières décennies). Les dépenses publiques correspondent à 57% du PIB.

C’est parce qu’il souhaite préserver la souveraineté de la France qu’il veut assainir les finances publiques dont le principe structurel du déficit avait été accepté initialement par François Mitterrand puis utilisé par ses successeurs pour des raisons principalement clientélistes.

De même, la nécessité de réformer la sécurité sociale est rarement remise en cause mais la faire est une autre affaire. C’est justement préserver le modèle social français que réformer la sécurité sociale. François Fillon a pointé du doigt l’incapacité de nombreuses personnes à se soigner les dents ou les yeux parce que les lunettes et les prothèses dentaires (peut-être faudrait-il aussi ajouter les prothèses auditives) sont trop mal remboursées et sur des bases complètement fictives et irréalistes. Là encore, l’idée de François Fillon est de dire qu’un rhume anodin peut être pris en charge par le patient lui-même pour permettre de pérenniser l’aide publique à ceux qui ont des maladies graves.

_yartiFillon2017010302

François Fillon a eu besoin de contre-attaquer sur ces deux sujets car il a été très attaqué lors de la primaire LR puis après sa victoire, des sujets qu’il exposait déjà depuis deux ans, et cela sans remous médiatiques… Il a notamment martelé : « Ma position a été caricaturée de manière scandaleuse. ».

François Fillon a l’habitude de se revendiquer du "gaullisme social", ce qui est une expression sans beaucoup de signification politique (on peut rajouter "social" à tout, même au libéralisme !), une sorte d’étendard, et il a l’habitude aussi de se référer à la figure tutélaire de Philippe Séguin. Une "protection" politique qu’il n’a jamais cessé d’évoquer, lui qui a réalisé les deux grandes réformes des retraites, en 2003 comme Ministre des Affaires sociales et en 2010 comme Premier Ministre.

Il a ainsi montré par l’expérience qu’il savait réformer jusqu’au bout pour sauver le système des retraites : il a même cité François Chérèque, l’ancien secrétaire général de la CFDT qui vient de mourir le 2 janvier 2017, qui avait participé à la concertation pour permettre aux travailleurs aux carrières longues de bénéficier plus tôt de leur retraite.

Comme pour donner un argument d’autorité incontestable, François Fillon s’est prévalu de ses deux références : « Je suis gaulliste et chrétien. » pour préciser immédiatement : « Je ne prendrai pas de décision contraire au respect de la dignité humaine. ».

Cette petite phrase va sans doute le caractériser pour longtemps pendant cette campagne présidentielle. Elle est même "fondatrice". Si cela peut paraître normal et même banal de ne pas porter atteinte à la dignité humaine (surtout en tant que Président de la République), c’est clair qu’après Jacques Chirac, ce n’était plus une évidence élyséenne et que cela a le mérite surtout de rassurer ceux qui pourraient en douter.

_yartiFillon2017010304

D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si le même jour, François Fillon a visité un centre Emmaüs dans le 19e arrondissement de Paris, dix ans après la mort de l’Abbé Pierre. Il considère que le système actuel a produit cette dizaine de millions de personnes tombées dans la pauvreté, et qu’il faut le changer "radicalement" pour effacer cette injustice sociale. Et dans l’esprit de François Fillon, la seule priorité qui compte est l’emploi, car sans emploi, pas de capacité de se développer, de s’épanouir par soi-même et en toute indépendance et dignité.

On critique François Fillon en le considérant comme "ultra-libéral" alors qu’il n’y a pas beaucoup de libéralisme économique, justement, dans ses préoccupations qui restent avant tout sociales : son objectif est de faire redémarrer économiquement la France pour atteindre le "plein emploi". On croit depuis quarante ans que ce n’est plus possible et pourtant, l’Allemagne a réussi en dix ans. Publiées le 3 janvier 2017, les statistiques en Allemagne sont élogieuses : il y a seulement 6% de demandeurs d’emploi. La France en compte près du double ! En 2003, l’Allemagne s’était courageusement engagée dans de profondes réformes structurelles qui ont porté leurs fruits en une dizaine d’années. Le budget de l’État allemand est même bénéficiaire, et la balance du commerce extérieur très excédentaire. C’est ce courage politique que François Fillon porte dans cette campagne.

La revendication chrétienne est une première pour un candidat à l’élection présidentielle de premier plan. Tous les prédécesseurs de François Hollande furent plus ou moins chrétiens et plus ou moins pratiquants mais ne l’avaient jamais revendiqué. Cette revendication n’est pas incompatible avec la laïcité qui, au contraire, assure la neutralité de la République et permet la pratique de la religion à tous, donc y compris au Président de la République et à ceux qui aspirent à le devenir.

En assumant clairement son christianisme ainsi que son gaullisme, François Fillon s’inscrit dans une tradition bien particulière, celle du MRP, l’ancien parti des résistants démocrates-chrétiens, dont beaucoup de membres furent également gaullistes, à l’instar de Maurice Schumann (la voix de la France à la BBC), Edmond Michelet et Jean Charbonnel, tiraillés entre leurs inspirations démocrates-chrétiennes et leur fidélité au Général De Gaulle.

C’est un marqueur qui, à l’évidence, peut recentrer le candidat François Fillon souvent décrit comme "conservateur" (pour un promoteur d’une "réforme radicale", il y a plus conservateur !) et comme un "catholique" dans le sens implicitement "intégriste" (ce qu’il n’a jamais été).

Le pape François a dit le 24 novembre 2013 : « Personne ne devrait dire qu’il se tient loin des pauvres parce que ses choix de vie lui font porter davantage attention à d’autres tâches. (…) Même si l’on peut dire en général que la vocation et la mission propre des fidèles laïcs sont la transformation des diverses réalités terrestres pour que toute l’activité humaine soit transformée par l’Évangile, personne ne peut se sentir exempté de la préoccupation pour les pauvres et pour la justice sociale. ».

Alors, François Fillon, candidat des pauvres ? Cela peut paraître étonnant, mais après tout, les candidats (réellement conservateurs) qui refusent obstinément toute transformation en profondeur du système actuel ne peuvent pas vraiment satisfaire les millions de personnes qui en sont actuellement les victimes…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (04 janvier 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
François Fillon, gaulliste et chrétien.
Qu'est-ce que le fillonisme ?
Programme de François Fillon pour 2017 (à télécharger).
Discours de François Fillon à Sablé le 28 août 2016 (texte intégral).
Discours de François Fillon à Paris le 18 novembre 2016 (texte intégral).
François Fillon, pourquoi est-il (encore) candidat en 2016 ?
Débat avec Manuel Valls.
Force républicaine.
Discours du 30 mai 2015 à la Villette.
Philippe Séguin.

_yartiFillon2017010303

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.49/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 4 janvier 2017 15:44

    Fillon est déjà dans les choux.

    Les stratèges du MEDEF lui préfèrent Macron et ils ont déjà lancé leur poulain avec des gros budgets et beaucoup de lobbying.
    L’évêché du Mans ne pèsera pas lourd dans la balance.

    • oncle archibald 4 janvier 2017 15:56

      @Jeussey de Sourcesûre

      L’évêché dû mans plus tous les couvents de France et de Navarre, plus tous les cathos humiliés par la façon dont on les a traités pendant le debat de la loi sur le mariage des homosexuels, plus tous les musulmans qui ne veulent pas qu’on explique à leurs garçons qu’ils sont peut être des filles.... Mefiez vous, ils votent tous ces vieux fous furieux ...

    • périscope 4 janvier 2017 15:57

      @Jeussey de Source sûre

      Macron est du même genre que Giscard qui a amorcé pour 40 ans le déclin de la France.

      Par pitié plus d’Enarques ou de Polytechniciens, ces gens qui ont brillé à l’Ecole, vers leurs 20 ans, et après, n’ont plus eu qu’à se laisser glisser (places réservées, solidarités de promo, etc)

      La France aujourd’hui a absolument besoin d’hommes d’action, de chefs d’entreprise ayant réussi, voire de meneurs d’hommes, comme des militaires (comme Didier Tauzin ou d’autres)


    • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 4 janvier 2017 16:04

      @oncle archibald

      il reste quand même les homosexuels, les juifs et les protestants !
      c’est pas rien !

    • Victor 4 janvier 2017 16:24

      @Jus de Sourcecrasse
       
      religion pas égal race pas égal espèce = 3 mots à apprendre aujourd’hui  smiley 


    • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 4 janvier 2017 16:31

      @Victor

      Il a dit quoi, le docteur, la dernière fois que tu l’as vu ?

    • Victor 4 janvier 2017 16:38

      @Jus de CrasseSûre
       
      Souchien des réserves, pas le droit au docteur, qui est réservé aux colons à Soros AMD pour la ponte bétonneuse du Capital
       
      Mais le souchien n’a pas peur des bobos (ni du cancer atomique, pesticide, pas biobio etc...)
       
      « Les glands remplacés renoncèrent à avoir des enfants. Ils partirent alors vers les supermarchés ersatz comme des mendiants. Car le désir d’avoir des enfants est désir de possession, mais désir de possession qui est aussi désir de participation au monde ; tous ces désirs ne sont que vanités ; mais l’Iped est désir de vanité d’une chiure finale de l’Histoire, alors que la lignée était désir de vanité d’un grand blanc. »

      ‘Bobo la chiure finale de son Histoire’ Feric Jaggar


    • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 4 janvier 2017 17:01

      @Victor

      tu vois comme t’es : moi je prends de tes nouvelles et toi, tu me chies dans les doigts.

    • oncle archibald 4 janvier 2017 17:08

      @Jeussey de Sourcesûre

      Je vais scruter à la loupe les votes dans les 4eme 5eme et 6eme arrondissements de Paris ....


    • manu manu 4 janvier 2017 19:14

      François Fion, gogol et crétin assumé.

      L’homme qui va s’attaquer à la sécurité sociale pour commencer et je suis sur qu’il en a prévu des « plus belles » encore, pour ça il a déjà autorisé le tir à balle réelle sur les manifestants.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 janvier 2017 19:15

      @arthes

      tout ça c’est bien pour un 1er tour, mais le but c’est quand même d’avoir 50% des voix plus une au 2e tour.

      Et les professions libérales ou indépendants, ça ne fait pas forcément une foule aux élections.


    • oncle archibald 4 janvier 2017 19:18

      @manu

      apparemment tu as eu du bol, ils t’ont raté !


    • manu manu 4 janvier 2017 20:00

      @oncle archibald

      En espérant qu’ils apprennent à tiré rapidement, j’attends ma réincarnation avec impatience.


    • zzz999 5 janvier 2017 10:42

      @Jeussey de Sourcesûre :

      FIllon dans les choux peut être, mais pas face à Macron qui du coup se trouve être l’Hillary Clinton de France (avec tous les médias et la finance à sa botte) , et on sait ce qui est arrivé au modèle original.


    • gerard5567 5 janvier 2017 14:26

      @périscope
      Dechefs d’entreprise qui ont réuissi ? De ceux qui reçoivent un salaire variable du tonnerre de Dieu parce q’ils ont supprimé 5 000 postes ? Cela veut dire quoi, un chef d’entreprise qui réussit ?


    • périscope 4 janvier 2017 15:45

      Mr Fillon n’est pas souverainiste, mis c’est le « moins pire » des présidents possibles.

      Mr Asselineau parle bien, mais refuse de s’entendre avec ses semblables. Alors, 1% ou 1 1/2 : c’est le mieux qu’il puisse espérer obtenir ?


      • Harry Stotte Harry Stotte 4 janvier 2017 16:27

        @périscope

        « Mr Fillon n’est pas souverainiste, mis c’est le « moins pire » des présidents possibles. »


        A égalité avec tous ceux qui ont, d’ores et déjà, accepté de suivre la feuille de route faxée chaque matin, par une organisation de malfaiteurs, dont le siège est en Belgique et que préside un alcoolique, adepte de la fraude fiscale des multinationales.

        Et il y en a qui appelle ça un gaulliste.

      • Harry Stotte Harry Stotte 4 janvier 2017 18:47

        @périscope

        « ... à exprimer très clairement sa volonté de relancer l’entreprise... »

        Dans le cadre de la concurrence libre et non faussée, imposée par Bruxelles à un ensemble de pays où le salaire mensuel brut va de 573 $ (Bulgarie) à 3’479 $ (France), en passant par 1’031 $ (Hongrie) 1’055 $ (Pologne), 1’319 $ (Espagne)... 

        « ...et c’est ce qu’il faut pour créer des emplois... »

        ... qu’occuperont des travailleurs détachés, eux aussi libres et non faussés.

      • PiXels PiXels 4 janvier 2017 19:57

        @arthes

        « Disons qu’à ce jour il est celui que je trouve le plus clair, même si je n’arrive pas à le cerner »


        Je vais être très clair... c’est vous qui êtes difficile à cerner (enfin si l’on se limite à ce que vous écrivez...)

        Je vais essayer de vous aider à y voir plus clair.

        Pour cela, il faut remettre les choses dans l’ordre.
        Ne pensez-vous pas que pour savoir si une personne est « claire » il est (peut-être ?) préférable de l’avoir préalablement « cernée » ?

        Si vous aviez d’abord écrit « je n’arrive pas à le cerner », vous vous seriez rendu compte qu’il était stupide de prétendre ensuite qu’il est « le plus clair » !

        Mais pour quiconque a un tant-soit-peu appris à s’intéresser aux « non-dits » votre phrase retrouve de la cohérence en ajoutant la petite précision que, probablement par distraction, vous avez omise.

        Et comme je suis (TRÈS) sympa, voici la phrase telle que vous auriez dû l’écrire :

        « Disons qu’à ce jour il est celui [ parmi le(s) candidat(s) de la primaire de la droite et du centre présent(s) au 1er tout de l’élection présidentielle de 2017 (*) ] que je trouve le plus clair, même si je n’arrive pas à le cerner »

        Comme ça on y voit plus clair !

        Et du coup, L’ex collaborateur de Talonnette 1er
        il est (pourquoi se priver) LE PLUS...beau, grand, fort, intelligent, sincère (interdit de rigoler), et si ça peut assouvir vos fantasmes vous pouvez ajouter tout ce qui vous passe par la tête.

        Mais attention, les « mécréants » risquent de vous rétorquer que ça marche aussi dans l’autre sens :

        LE PLUS... fourbe, menteur, inféodé aux puissances de la banque et la finance, injuste, DANGEREUX pour les français....


         
        vu que pour moi, tous les autres c’est rien que des gaucho-trotsko-stalino-castro-mao-bobolchéviques
        sans oublier polpot, la corée du nord,tout ça tout ça !
         





      • zzz999 5 janvier 2017 10:44

        @périscope

        Pour parler d’Asselineau  : La compromission en politique c’est déjà le début de la trahison obligatoire de ses électeurs, donc si il préfère rester maître de son programme c’est tout à son honneur.


      • vesjem vesjem 5 janvier 2017 11:06

        @PiXels
        tout-à-fait d’accord avec toi ;
        parfois , il est futé de décrire quelqu’un de « moins pire » pour faire la promo édulcorée d’un gugus en faisant semblant de ne pas être engagé ;
        c’est une nouvelle méthode ; une critique « douce »


      • gerard5567 5 janvier 2017 14:30

        @périscope
        Il a été tout de même le plus calamiteux des premiers ministres de la Ve République et, comme ministre de l’Education Nationale, il n’a pas été flamboyant. Cela n’augure rien de bon. 


      • PiXels PiXels 5 janvier 2017 21:38

        @arthes


        « @arthes
        Ah oui, et puis evoyez de penser a ma place, j entends par la que vos projections de vos propres fantasmes et pauvres caricatures ne vous servent pas...Esprit limite ? »

        Je me trompe.... ou vous êtes trompée (vous ne vous écriviez pas à vous-même) ?

        « Esprit limite » : ce n’est pas impossible !

        Mes fantasmes : je vous demande de noter que je vous ai laissée libre de vous arranger avec les vôtres et donc de foutre la paix aux éventuelles projections (beurk) des miens.

        Je peux, par contre AFFIRMER qu’ une de vos affirmations est erronée.

        Je n’ai JAMAIS « pensé à votre place » !!! (ou merci à vous de me le démontrer )

        Je me suis limité à ... faire ce que je fais SYSTÉMATIQUEMENT quand j’écoute ou lis quelqu’un :
        savoir à qui j’ai affaire !
        Et pour cela il n’est parfois pas inutile de s’intéresser plus à ce que la personne pense (mais ne dit pas) qu’à ce qu’elle voudrait laisser entendre qu’elle pense (et qu’elle dit, écrit)

        Vous me répondrez :« comment savoir ce que l’autre pense ? »

        Relisez attentivement mon 1er commentaire et vous aurez un début de réponse.

        Un peu (?) de psychologie, un peu (beaucoup) de « logique » et ... quelques notions de « PNL » validées par une vingtaine d’années « d’expérience terrain »...

        Toutes choses (anecdotiques) qui me permettent de vous confirmer (si vos doutes concernant le « châtelain de la Sarthe » sont sincères) qu’à moins d’être atteinte du « syndrome du larbin » et si vous ne faites pas partie des 0,0001% possédant plus de 50% des richesses de la planète...) vous gagneriez à vous méfier un tantinet de l’ex « collabo » de feu Sarko 1er !
         

      • Buzzcocks 4 janvier 2017 16:12

        Fillon le bon gestionnaire... celui qui veut une gare TGV dans son fief de Sablé sur Sarthe. Le projet à 36 millions d’euros (donc qui coutera 3X plus comme d’habitude) pour 5 voyageurs par jour.
        C’est du rigoureux notre Fillon, avec lui, terminé les gaspillages. Faire rouler des trains vides, ce ne sont pas des emplois de fonctionnaires ....
        Quel triste clown.



        • Victor 4 janvier 2017 16:19

          Plus de Cité, plus de solidarité, vive La Baudruche négrière !
           
          « Même Kant n’a pas fait exception[...] la pitié n’a pas la dignité de la vertu [...] Ce n’est pas sa part de douceur, de mollesse, qui fait de la pitié un sentiment contestable, mais c’est sa part de limitation qu’elle implique : elle est tjrs insuffisante [...] De même les déviations narcissiques de la pitié [bobo Chanel dame patronnesse jetant des biberons aux migrants pour se masturber] que sont les sentiments sublimes du philanthrope [flatter son ego] et la fierté morale de l’assistance sociale représentent la confirmation intériorisée de la différence entre riches et pauvres [la hte valeur du milliardaire qui avec son yacht aide la traite négrière en chargeant du migrant...] Dans leur désespoir [de la connerie bobo] les maîtres fascistes firent l’éloge de la puissance [contre la branlette de la gogoche] »
           
          La dialectique de la raison Adorno-Horkheimer


          • non667 4 janvier 2017 16:31

            à rokoko
             

            françois fillon qui revendique du gaullisme c’est un cynique qui abuse de l’ignorance de ceux trop jeunes qui ne l’on pas connu !
             

            petit rappel : de gaule = discours de phnom penh = le droit des peuple/nations a disposer d’eux même,souveraineté ,respect des autres nations (le 1° a reconnaitre la chine ! ),colmbey les 2 mosquées !...etc....

            d’ou sortie de l’otan ,retour a l’étalon or (jacques ruef , ) ,pour l’europe des nations contre l’europe suppra nationale comme celle d’aujourd’hui !

             !l’herpes + taupes =droit des juifs et des américains à disposer des peuples

            qui est le plus proche des idées de degaule ? le front ripoublicain ou le fn ?

            l’opposition de gaule/ le pen était que le pen plus nationaliste que de gaulle croyait étant sur le terrain à l’algérie française 
             de gaulle plus au fait des transactions secrètes internationales (notamment sur le partage du pétrole saharien avec l’allemagne , était contre !


            • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 4 janvier 2017 16:55

              @non667

              sortie de l’OTAN ? FAUX : en 1966, la France s’est retirée du commandement militaire intégré de l’Alliance. Cette décision ne remettait pas en cause l’engagement français à prendre part à la défense collective, mais se contentait, selon la formulation du Général de Gaulle, de « modifier la forme de notre Alliance sans en altérer le fond ».

              retour à l’étalon or ? FAUX : les accords de Bretton-Woods qui ont été imposés par les USA en 1944 n’ont jamais été remis en cause et sont hélas) toujours d’actualité. En 1965, le fait que la France change en or une partie de ses avoirs en dollars ému certains économistes, mais on était loin de l’« étalon or » qui n’existait plus depuis 1914. « Certes, la fin sans rudes secousses du « Gold Exchange Standard », la restauration de l’étalon -or, les mesures de complément et de transition qui pourraient être indispensables, notamment en ce qui concerne l’organisation du crédit international à partir de cette base nouvelle, devront être concertées posément entre les Etats, notamment ceux auxquels leur capacité économique et financière attribue une responsabilité particulière.  » Cette conférence de presse de De Gaulle n’a jamais été suivie d’effet. Il s’agissait d’un coup de bluff.

            • oncle archibald 4 janvier 2017 17:20

              @non667

              Pitié ! Pas de retour à l’étalon or !

              Même les plus riches ne pourront acheter qu’une poignée de cacahouètes si on prétend transformer nos assignats en monnaie « sonnante et trébuchante » .... Noter quand même que ce sont ces putains de gauchistes révolutionnaires qui aveint eu l’idée de faire tourner la planche à billets !

              Les écus sont des écus, les assignats sont des torche culs ! Ca n’a pas duré longtemps mais les bourgeois de l’époque ont du avoir bien mal au cul ! En septembre 1797, l’État décide une banqueroute des deux-tiers. En clair il annule les deux-tiers de ses dettes envers les particuliers et abolit le cours forcé des assignats et mandats territoriaux pour les transactions financières entre les particuliers.

              Ça nous pend au nez dans quelques mois ou au pire quelques années avec une différence ,notable c’est que l’on remplacera l’Euro par le « Roro » qui ne sera pas plus perenne que le premier ...


            • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 4 janvier 2017 17:32

              @oncle archibald

              ... et avec une autre différence notable : c’est que les « particuliers » créanciers aujourd’hui sont essentiellement des fonds de pension et des banques américaines !
              Les « particuliers » français sont les vaches à lait dont les impôts (dont la TVA) servent à rembourser les intérêts de la dette « revolvering ». Depuis 1797, les financiers ont aiguisé leurs couteaux.

            • amiaplacidus amiaplacidus 4 janvier 2017 18:04

              @Jeussey de Sourcesûre qui écrit : « "... les accords de Bretton-Woods qui ont été imposés par les USA en 1944 n’ont jamais été remis en cause et sont hélas) toujours d’actualité. ...  ».

              FAUX !

              Les accords de Bretton Wood reposaient sur la convertibilité du dollar US. En août 1971, ils ont été annulés de facto en août 1971 lorsque les USA ont suspendu cette convertibilité (il fallait bien faire financer la guerre du Vietnam par les autres).
              2-3 ans plus tard, le régime des taux de change flottants, régime toujours en vigueur, a définitivement pulvérisé ces accords.

              Avec les taux de change flottants, il n’y a plus d’étalon, pas plus or que USD, c’est les marchés qui font varier les taux de change en fonction de ce qu’ils « pensent » de l’avenir économique d’une zone monétaire et, aussi, de la capacité d’une monnaie à servir de refuge.
              Je ne dis pas que je suis d’accord avec ce système, j’explique, de façon succincte, ce qu’il est.

              De toute façon, revenir à un étalon-or serait contre-productif : l’or est un métal industriel indispensable dans les technologies actuelles, lui faire prendre une fonction monétaire le renchérirait et cela bloquerait totalement la machine économique.


            • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 4 janvier 2017 18:12

              @amiaplacidus

              De nombreux économistes désignent l’actuel système monétaire international sous le nom de « Bretton Woods 2 »

              Ils considèrent que le système de Bretton Woods était basé sur la relation d’un pays au centre du système financier, les États-Unis, relié par un système de taux de change fixes aux pays de la périphérie, l’Europe et le Japon

              Aujourd’hui les États-Unis sont toujours au cœur du système, mais la périphérie est occupée par les pays asiatiques, au premier rang desquels la Chine. Dans les années 1950 comme aujourd’hui, les pays de la périphérie ont maintenu des taux de change sous-évalués pour encourager la croissance par les exportations, au détriment de la demande intérieure.


            • jef88 jef88 4 janvier 2017 19:10

              @amiaplacidus
              Vue la façon dont les planches a billet ont surproduit ces dernières années il ne faudrait que quelques mg d’or pour un dollar !
              le nombre de milliards de dollars a vertigineusement augmenté, la quantité d’or disponible est restée pratiquement stable ......


            • amiaplacidus amiaplacidus 4 janvier 2017 19:25

              @jef88

              C’est plus subtil que cela. En principe, la Banque Centrale US (FED) est indépendante du gouvernement et règle de façon autonome le volume de dollars à émettre, en fonction, entre autres, du taux d’inflation.

              Mais comme le gouvernement US a besoin de liquidités, il émet des bons du trésor, en fait des emprunts obligataires.
              Les créances des USA envers le monde extérieur est essentiellement constitué de ces bons du trésor, et tant qu’il se trouvent des gens pour les souscrire ...

              À noter que le plus gros créancier des US est maintenant le Japon. Ce n’est plus la Chine, les Chinois se sont débarrassé de pas mal de dollars en achetant des biens tangibles hors de Chine, par exemple en France, en payant avec des bons US... Comme quoi on peut échanger du quasi vent contre des biens réels.


            • amiaplacidus amiaplacidus 4 janvier 2017 19:30

              @Jeussey de Sourcesûre
              Inutile de recopier Wikipédia, tout le monde peut le lire directement, donnez simplement un lien :
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Accords_de_Bretton_Woods#Bretton_Woods_II


            • jef88 jef88 4 janvier 2017 21:00

              @amiaplacidus
              même si c’est subtil, mon raisonnement tient quand même .........


            • non667 4 janvier 2017 22:46

              @Jeussey de Sourcesûre
               évidemment pour la sortie de l’otan et l’étalon or  il n’a pu finaliser ses projets , pas plus que la regionalisation et la réforme du sénat qui lui ont valu son départ , pas plus que la normalisation des relations avec les pays arabes qui lui ont valu le complot juif de mai 68 mais sa ligne pour l’indépendance nationale vis a vis des usa et de l’urss était tracée  !


            • oncle archibald 5 janvier 2017 15:11

              @Jeussey de Sourcesûre

              A ma connaissance les « particuliers » français ne se sont jamais plaints que leurs gouvernements successifs depuis un certain François Mitterand les ai endétés jusqu’au cou pour payer les salaires des fonctionnaires auxquels il ne faut surtout pas toucher aujourd’hui bien qu’on en ait multiplié le nombre à l’envie pour acheter des voix ...

              Ça y est le serpent s’est mordu la queue ei comme un con qu’il est il s’étonne que ça lui fasse mal !

              Nous allons payer le prix de 35 ans de mensonges et de démagogie et vous feignez de vous étonner que le préteur demande que l’emprunteur honore sa signature ! Votre démagogie nous a perdu à tous, y compris hélas ceux qui n’ont eu aucun avantage à cette gabegie !


            • Onecinikiou 5 janvier 2017 15:40

              @non667


              Vous avez parfaitement raison, qualifier Fillon de se situer dans l’héritage gaulliste est une violente imposture :

              - De Gaulle n’aurait jamais renié le vote des Français par referendum (une forfaiture), en validant un Traité supranational dans le dos du peuple et contraire à la Constitution française, ruinant notre souveraineté nationale !

              - De Gaulle n’aurait jamais réintégré le commandement intégré de l’OTAN, au moment même où elle n’avait plus de raison d’être (dissolution du Pacte de Varsovie des années auparavant) sauf à servir les vues de l’Empire américain !

              - De Gaulle n’aurait jamais vendu 500 tonnes d’or de nos réserves nationales, alors même que se préfigurait la pire crise économique mondiale depuis 1929 !

              - De Gaulle serait sortie illico de l’euro dès les premières manifestations de la crise systémique, au lieu d’essayer piteusement et dans l’intérêt exclusif de l’oligopole financiaro-bancaire de le sauver à tout prix ! 

              - De Gaulle n’aurait jamais cautionné l’aventure néoconservatrice en Libye, et aurait vu le potentiel de déstabilisation (guerre au Mali, boatpeople par milliers qui déferlent sur nos côtes) qu’elle ne manquerait pas de susciter !

              - De Gaulle n’aurait jamais choisi comme ministre des affaires étrangères et comme proche conseiller « diplomatique » des sayans acquis à l’anti-France comme Kouchner et BHL !

              etc...

            • Tall Tall 4 janvier 2017 17:50

              Gaulliste ???


              Mais De Gaulle n’aurait jamais accepté que la souveraineté du pays passe à l’UE !!
              Le général serait fou de rage s’il devait voir la France d’aujourd’hui !
               
              Le « gaullisme » de l’ex bras droit de Sarkozy est une allégation gratuite ne correspondant à aucune réalité. C’est même un contresens total
               
              C’est un peu comme si Sarkozy s’était affirmé marxiste, ou Georges Marchais libertarien, c’est pareil.
               


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 janvier 2017 19:18

                @Tall

                Je souscris à votre propos, mais si vous avez suivi 2007 en France, vous vous souviendriez que Bayrou, le démocrate chrétien européiste, (qui me fait vraiment penser à un Fillon, en moins imbuvable) était lui aussi « gaulliste ». Et personne ne lui faisait votre remarque.

                Comme quoi ça peut toujours passer !


              • Tall Tall 4 janvier 2017 19:39

                @Olivier Perriet

                 
                Comme quoi ça peut toujours passer !
                 
                Hélas oui, tout-à-fait ...des expressions à contresens qui passent quand même, c’est fréquent en politique ... comme Hollande qui, dans son discours du nouvel-an, amalgame populisme ( lire FN ) et recul de la démocratie ... alors que c’est justement l’UE qui a tué la démocratie.

                Et il y en a plein des comme ça ...

              • Durand Durand 4 janvier 2017 21:28

                @Tall




                Pour moi il n’y a eu qu’un seul gaulliste : de Gaulle. 

                Même dans son entourage, il n’y en avait aucun. Seulement des gens qui trouvaient avantage à lui obéir.

                Pour être gaulliste, il faut être à la fois capable, au nom de la France, de reconnaître la liberté aux peuples colonisés et de donner des ordres pour laisser massacrer des dizaines de milliers de Harkis.

                Pour ce qui est de l’indépendance nationale, ce n’est pas lui qui l’a inventée.

                Entre 1940 et 1969, il n’y a que de 40 à 46 qu’il a été grand... Après, il a été vieux.




              • Tall Tall 5 janvier 2017 09:05

                @Durand
                 

                Oui, comme Churchill ... meilleur en temps de guerre qu’en temps de paix.
                Ce qu’on peut en retenir pour aujourd’hui c’est son souverainisme radical.

              • Durand Durand 5 janvier 2017 14:30

                @Tall



                Oui, pourquoi ne pas dire son nationalisme, même s’il s’en défendait (« Nous sommes des nationaux ! ») tant à l’époque, déjà, le nationalisme s’associait dans les esprits au nazisme et autres formes de réactions exagérées de n’importe quel régime, désireux de se soustraire à divers impérialismes ou de les combattre, si ce n’est de les égaler...

                Je pense que son nationalisme doit être vu, avant tout, à travers le prisme du non-alignement...

                Du non-alignement (l’indépendance nationale) dépend la souveraineté et de la souveraineté, la démocratie.
                « Démocratie » modérée, dans la conception qu’il en avait, par un exécutif assez fort pour construire, maintenir et renforcer ce non-alignement...D’où sa proposition de Constitution, refusée en 46 et acceptée en 58...

                Que n’a-t-il quitté complètement l’OTAN dès la mise à l’eau du « Redoutable » ?... 
                Sa phobie du communisme,... plus forte que sa raison ?





              • Tall Tall 5 janvier 2017 15:46

                @Durand

                 
                euh, tu es sûr là ?

              • Durand Durand 5 janvier 2017 16:39

                @Tall



                Je ne suis sûr que d’une seule chose : quand un pays de 45 millions d’habitants est capable de tuer 45 millions d’ennemis, plus personne ne vient l’emmerder. 

                La force nucléaire française et ses vecteurs sont l’instrument le plus sûr de notre indépendance et je ne comprends pas pourquoi C. de G. n’a pas enfoncé le clou de notre non-alignement en quittant totalement l’OTAN dès que cet instrument fut acquis et opérationnel...

                Il ne faut pas oublier que notre attachement à l’OTAN a constitué un frein de moins à l’adoption du traité de Maastricht par la France, puisque ce qui est devenu l’article 42 du TUE y figurait déjà.

                Quitter définitivement l’OTAN aurait été une meilleure garantie de non-retour à la soumission atlantique, d’autant plus qu’il justifiait déjà son rejet de l’adhésion des britanniques par le risque que représentait, précisément, leur alignement/dépendance aux States et à l’OTAN...

                On y voit parfois plus clair à postériori, certes, mais il me semble néanmoins qu’aucune menace connue ne justifiait de faire les choses à moitié... 




              • Tall Tall 5 janvier 2017 16:56

                @Durand
                 

                Je me souviens qu’à sa meilleure époque, De Gaulle avait reproché à Churchill d’avoir été trop « caniche » à Yalta ... fallait le faire avec Sir Winston smiley
                 
                Pour l’Otan et l’Algérie, il faudrait tout recontextualiser pour comprendre les choix du général à l’époque ... gros dossiers !
                 
                Pour l’efficacité de la dissuasion nucléaire, je suis total dac ...
                Perso, je ne crois plus à une 3e ww depuis qu’ils ont installé le téléphone rouge, suite à la crise des missiles de Cuba en 62

              • Durand Durand 5 janvier 2017 21:24

                @Tall



                « Pour l’Otan et l’Algérie, il faudrait tout recontextualiser pour comprendre les choix du général à l’époque ... gros dossiers ! »


                La première chose à « recontextualiser », c’est son racisme ordinaire assumé et sa « morale » chrétienne-coloniale du 19ème...


                       « Ils vous intéressent, vous, ces Mohammed et ces Fernandez ? »



                               Il ne leur a pas laissé la moindre chance d’être français. Mème pas aux chrétiens.


                                          Et aujourd’hui, c’est MLP qu’ils intéressent...

                  




              • Durand Durand 5 janvier 2017 21:30

                @Tall



                                         ...Et éventuellement Al Qaïda.



              • Tall Tall 5 janvier 2017 21:40

                @Durand

                 
                Oui, ça ne m’étonne pas de cette époque-là ... en 1958, à l’expo universelle de Bruxelles, il y avait un pavillon dédié à la colonie du Congo belge avec un bac à sable entouré d’une clôture où on exhibait des enfants noirs, exactement comme on montre des animaux dans les zoos.

              • François Vesin François Vesin 4 janvier 2017 18:13

                « Je ne prendrai pas de décision contraire au respect de la dignité humaine. ».


                Enfin un début de bon sens, il aurait pu rajouter :

                « j’ai collaboré servilement pendant 5 ans
                à une destruction méthodique de la France 
                en tant que 1er ministre de Sarkozy et
                ceci me discrédite définitivement à oser
                prétendre à autre chose que de vivre 
                grassement de mes rentes !!! »

                • daniel ahsaini 4 janvier 2017 19:10

                  Bonsoir à tous,

                  Cet homme a dit un jour, alors que l’entretien tenait à des généralités ; voici ce qu’il dit alors :
                  - « ce sont eux qui commandent »...il avouait son impuissance....
                  Ce jour, où, par hasard, il se rendait au RDV officieux bildeberger ...

                  Quel crédit lui accorder après ceci ?
                   
                  Comment apprécier son « programme » ? Sur quelle base ? sa parole ?
                  Aidez-moi à comprendre M.Rakotoarison.
                  D’avnce merci.
                  Cordialement,
                  daniel


                  • manu manu 4 janvier 2017 19:44

                    @daniel ahsaini

                    Oui s’il vous plait Mr. Rakotoarison, aidez nous à comprendre comment vous pouvez associez votre nom (qui se « retient bien » ) au sien, il vous paye en châteaux, en ex miss Brésil, en camions remplis d’or ? 

                    Vous comptez changer de nom c’est ça en fait. C’est dommage il est marrant contrairement à votre propagande qui est archi triste.

                    Ah j’oubliais Mr. ne répond jamais il a autre chose à faire que de parler au gueux d’agoravox.

                    Si quelqu’un sait qu’est ce qui peut pousser un homme à essayer de faire passer fillon pour un être humain respectable, à part de très très gros chèques.


                  • PiXels PiXels 4 janvier 2017 21:30

                    @manu



                    « Si quelqu’un sait qu’est ce qui peut pousser un homme à essayer de faire passer fillon pour un être humain respectable, à part de très très gros chèques. »



                    Ça ?

                    J’ai bon ???!!

                  • manu manu 4 janvier 2017 22:18

                    @PiXels

                    Bien vu franchement, c’est peut être ça, en tout cas je comprend mieux certains cas maintenant, merci.


                  • PiXels PiXels 4 janvier 2017 22:45

                    @manu


                    Bonsoir manu

                    C’est bien évidemment un peu plus complexe que ça.

                    Ma pauvre mère qui est la personne la plus « partageuse » (concrètement, pas en blabla)) qu’il m’ait été donné de rencontrer s’est crue toute sa vie... « de droite » ! (De Gaulle... l’après guerre..)
                    Mon père qui se prétendait (et votait probablement) « à gauche » a fait preuve toute sa vie (et continue à ...) d’un égoïsme digne du plus « droitier » des « LRistes »

                    Le « formatage » (lavage) des cerveaux (la puissance de feu des « médias ») ....

                    Le reste, ...P. Bourdieu (entre autres) l’explique très bien !

                    Bonne soirée


                  • covadonga*722 covadonga*722 4 janvier 2017 19:27

                    bon faut m’excuser hein la je suis pour vomir ... non non c’est pas les huîtres 


                    • Pyrathome Pyrathome 4 janvier 2017 22:39
                      François Fillon, gaulliste

                      .

                      Ah ah ah, sacré Rakoto, toujours le mot pour rire hein ?

                      S’il était réellement gaulliste, dans son programme serait marqué en grosses lettres qu’il veut sortir de l’ue, de l’euro et de l’otan, mais c’est bien loin d’être le cas..au contraire puisqu’il veut appliquer les directives directes de Bruxelles, celles là même qui ont été refusées par référendum en 2005, mais imposées de force par Bismuth/Hollandouille, un acte de « haute trahison » caractérisé...

                      D’autre part, un « parti » qui aspire à gérer la France n’aurait pas un déficit de + 80 millions d’euros.....les gugusses incapables de gérer un parti mais veulent gérer un pays smiley

                      Votre poulain est un tocard comme les autres qui ne sera même pas au deuxième tour, alors arrêtez de rêver, Rakototo et surtout arrêter de nous vendre de la merde à chaque fois, vous n’allez pas recommencer votre petite propagande sarkosiste, quand même ??


                      • Ouam Ouam 5 janvier 2017 00:23

                        Il fait une grosse erreur le fion à vouloir anéantir la sécu...

                        parce que....

                        au vu des copie d’écran postées ci dessus par l’auteur...

                        Certains chopent une jaunisse, lui c’est une orangisse qu’il à choppé smiley

                        Regardez vit’fait la couleur de son visage et de ses mains (par contraste) sur la 2Eme et 3eme photo en partant du haut.

                        Dès qu’un truc comme ca m’arrive, j’part consulter et viitttee....

                        Parce que ca commence au niveau du visage (qui deviens orange) et ensuite ca attaque les neurones, la preuve smiley


                        • paoum 5 janvier 2017 01:32

                          beuark !

                          fillon ; traître au peuple, à la république !

                          beurk !

                          rien d’autre à dire !

                          je ne peux que vomir !!!!!

                          beurk !


                          • Alexis Toulet Alexis Toulet 5 janvier 2017 02:49

                            Fillon, même s’il n’est évidemment pas gaulliste autrement qu’en paroles, représente un choix et une option politique claire.

                            De quoi s’agit-il, au fond, en 2017 ? La question est avant tout la politique économique décidée par les institutions de l’UE, avec le soutien et l’influence prépondérante de l’Allemagne, obligatoire pour tous les États membre, encore plus ceux qui utilisent l’euro, censée mener au redressement des finances publiques, de l’emploi et de l’activité au prix d’une libéralisation et d’une plus grande inégalité dans chaque pays... mais qui a en pratique des effets inverses. Comme on a pu le constater en Espagne, en Italie, au Portugal et à un moindre degré en France, non seulement l’inégalité augmente, mais aussi le chômage et la dette, alors que la désindustrialisation est confirmée et que l’émigration de la jeunesse à la recherche de travail change d’échelle.

                            Qu’ont fait les gouvernements français jusqu’ici ? En schématisant à outrance certes - mais c’est nécessaire s’il faut être clair - Sarkozy n’a pas beaucoup suivi les préconisations de Bruxelles, et a compensé par la dette, qui a monté en flèche - 600 milliards de plus - et pas seulement à cause de la crise financière de 2008. Hollande quant à lui a été moins nocif pour la dette, mais s’est davantage aligné sur Bruxelles et sur Berlin, en essayant toutefois toujours de « finasser », sa seule vision était d’être suiveur mais un suiveur a minima.

                            Or, la France va mal, et de plus en plus. Le chemin qu’elle suit est mauvais, les Français le savent, ils veulent et ils ont besoin qu’on leur présente des options claires, pour pouvoir choisir ce printemps.

                            Il n’y a au fond que deux choix possibles. Se soumettre à Bruxelles et à Berlin, en appliquant leur vision quoi qu’il en coûte, ou bien appliquer un autre projet, donc résister par une épreuve de force aux institutions européennes et à ceux de nos voisins qui approuvent leurs exigences et voudraient notre alignement.

                            - Fillon n’est pas le seul, mais c’est le plus décidé et le mieux placé de ceux qui proposent la soumission. Pas de finasserie à la Hollande avec lui, pas de « je suis les ordres, mais je renâcle quand même ». Fillon c’est en un sens le super-Hollande, le Hollande survitaminé, le Hollande qui n’a pas peur - faut-il dire : qui n’a aucun reste de bon sens ? - et qui veut y aller à fond. On ira où on nous mène, on se doute bien des conséquences puisqu’on les a vues chez nos voisins, mais au moins on ira à pleine vitesse. La musique de fond devrait être Nowhere Fast, la chanson de Fire Inc. en 1984 « Rien de mal à aller nulle part bébé, mais il faut y aller vite. C’est si bon d’aller nulle part et vite ! » https://www.youtube.com/watch?v=251zlGliwOQ

                            - Deux candidats défendent un changement de projet, donc une négociation avec Bruxelles et Berlin, une négociation qui serait une épreuve de force. Les projets de Le Pen et de Mélenchon sont fort différents entre eux, mais leur point commun est d’être incompatibles avec le programme obligatoire de l’UE, donc de nécessiter une épreuve de force préalable pour pouvoir être appliqués.

                            Il y a une autre différence encore. Que ce soit Le Pen ou Mélenchon, aucun ne dissimule que si la négociation devait échouer, alors la France l’emporterait quand même, mais alors en sortant du cadre, en sortant de l’UE (Le Pen) ou en appliquant le « plan B » (Mélenchon). Il y a une description franche des conséquences du choix de résister, pas de dissimulation de la possibilité que la négociation n’aboutisse pas, que la France sorte de l’UE, qui ne tarderait pas alors à s’écrouler. Fillon quant à lui ne dit pas franchement les conséquences de l’alignement, alors qu’il ne les ignore certainement pas, il ne dit pas qu’il propose de sacrifier une bonne partie de la protection sociale et de faire monter en flèche l’inégalité afin de surtout sauver l’UE. S’il faut dire les choses, il ment, au minimum par omission.

                            Fillon se présente comme « gaulliste et chrétien ».
                            - Le mensonge est-il donc chrétien ? Rien n’est moins sûr : « Que votre langage soit : « Oui ? oui », »Non ? non » : ce qu’on dit de plus vient du Mauvais. » prêchait Jésus (Matthieu, 5, 37)
                            - Est-ce alors la soumission qui est gaulliste ? Certes non.

                            La bonne nouvelle de l’élection de 2017, c’est que les masques tombent. On ne peut plus se contenter d’expédients, finasser ni faire exploser la dette. Une décision est nécessaire. On ne peut plus tout avoir, il va falloir faire la part du feu :
                            - Soit sacrifier la protection sociale en même temps que l’économie française, mais en sauvegardant l’UE telle qu’elle est
                            - Soit forcer le destin pour à la fois sauver les protections, combattre l’inégalité et relancer l’économie, mais alors si la France est sûre de l’emporter dans l’épreuve de force, elle ne peut garantir d’y parvenir sans en même temps faire s’écrouler l’UE
                            Et sans doute Le Pen et Mélenchon ont-ils des idées et des projets bien différents, mais du moins chacun offre une chance d’y parvenir puisque la première condition pour améliorer la situation quand on est sur une pente descendante, et descendant de plus en plus vite... c’est d’essayer autre chose

                            C’est nous qui choisirons, car c’est cela l’élection présidentielle : sélectionner un projet en même temps que le dirigeant qui le porte.

                            Nous choisirons, et nous aurons les conséquences.


                            • zygzornifle zygzornifle 5 janvier 2017 08:51

                              Quand il va festoyer avec ses potes au repas du Criff il met le camembert sur le crane et range son crucifix ou ? on se le demande ......


                              • sarcastelle 5 janvier 2017 09:47

                                La sécurité sociale et la stabilité de l’emploi des fonctionnaires ne sont pas ce qui se remarque le plus aux Etats-Unis dont pourtant tous les présidents ont été chrétiens. Il n’y a pas de lien rigide entre la foi du chef d’état et le système social. On s’étonne ainsi que Fillon a éprouvé le besoin de parler ainsi de lui-même. 


                                • Alexis Toulet Alexis Toulet 5 janvier 2017 10:12

                                  @sarcastelle

                                  Très juste... c’est bien sûr que Fillon n’utilise le christianisme que comme tactique de diversion et attrape-gogo.

                                  De même que Hollande, censément de gauche, a voulu détourner l’attention de son alignement sur ordres européens et haute finance en allumant le contre-feu du mariage homosexuel et plus généralement de tout ce qui est « sociétal », de même Fillon, censément gaulliste, essaie de détourner l’attention de sa soumission à des intérêts particuliers et des intérêts étrangers en parlant de christianisme ainsi que d’une limitation de l’adoption par des couples homosexuels.

                                  J’émets soit dit en passant un doute sur la sincérité de la foi de celui qui est tellement prêt à l’utiliser comme tactique électorale et panneau où faire tomber ses concitoyens. L’Évangile ne recommande ni le mensonge ni la manipulation, et il met expressément en garde contre ceux qui se prévalent de la religion...



                                • leypanou 5 janvier 2017 10:12

                                  @sarcastelle
                                  Il n’y a pas de lien rigide entre la foi du chef d’état et le système social.  : si, il y en a, l’enfumage.


                                • France Républicaine et Souverainiste France Europe République 5 janvier 2017 10:32

                                  L’intendant Fillon a approuvé tous les traités qui ont détruit notre industrie, remis la France dans l’OTAN, sabré des postes de profs et de policiers donc réduit la puissance publique, enrichi ses copains et pratiqué censure, manipulations et mensonges avec son maitre Sarkozy...
                                  Le général de Gaulle en aurait fusillé pour moins que cela !


                                  • bob de lyon 5 janvier 2017 10:39

                                    Les promoteurs de la Première Croisade, Pierre l’Ermite et Urbain II - moine de Cluny devenu Pape, étaient d’excellents chrétiens ; nous connaissons la suite puisque nous en vivons encore les ondes de chocs.

                                    Comme tout chrétien affirmé, M Fillon préfère la notion de patronage - le don individuel aux pauvres, les siens, - plutôt que l’organisation d’un système d’assistance d’intérêt général.

                                    Ce n’est qu’un homme de la bourgeoisie du XIXe siècle – archétype du personnage balzacien, fils de notaire milliardaire et châtelain condescendant, vêtu de costumes taillés sur-mesure facturés six mille euros* voire plus. 

                                    (*si j’en crois le magazine féminin ELLE).


                                    • zzz999 5 janvier 2017 10:40

                                      Fillon a du oublier un précepte fondamental du christianisme qui est qu’on ne peut pas servir 2 maîtres : Dieu et le Diable : la finance en l’occurrence ou les marchands du temple.

                                      Il en a oublié un second : se déclarer chrétien c’est se mettre une cible sur la poitrine sinon se faire blacklister des médias.


                                      • zygzornifle zygzornifle 5 janvier 2017 10:45

                                        pendant des siècles ça ne gênait pas la chrétienté de voir les paysans affamés vivre et mourir dans d’effroyables conditions considérés moins que du bétails alors que le clergé vivait dans l’opulence ...... 


                                        • zzz999 5 janvier 2017 15:27

                                          @zygzornifle

                                          la vraie Chrétienté n’a jamais réellement été au pouvoir, l’Eglise des Papes n’a pas grand chose à voir avec l’enseignement du Christ.


                                        • kitty-cat kitty-cat 5 janvier 2017 11:50

                                          @ l’auteur.

                                          Bonjour Sylvain,

                                          Tout d’abord, bonne année et meilleurs vœux.

                                           Je me permet de faire quelques remarques :

                                           1. C’est parce qu’il souhaite préserver la souveraineté de la France

                                           Parlons justement de la souveraineté de la France : F Fillon ne met pas en question le Frexit. Donc, il faut tout de suite arrêter de parler « souveraineté ». la France n’est pas un pays souverain actuellement. Et elle ne sera pas avec F Fillon. C’est bien dommage. Les dernier évènement ont prouvé que l’EU est un vrais passoire pour les terroristes. Les questions de sécurité doivent passer avant les questions économiques. Surtout que le premier REX de Brexit n’est pas si négatif que ça, finalement !!! Je vous laisse vous renseigner par vous même

                                           2. C’est justement préserver le modèle social français que réformer la sécurité sociale. l’idée de François Fillon est de dire qu’un rhume anodin peut être pris en charge par le patient lui-même pour permettre de pérenniser l’aide publique à ceux qui ont des maladies graves.

                                          Tant pis pour les pauvres ! De toute façon, cela fait longtemps que l’on se moquent des français qui sont pauvres (priorité aux migrants !). Cela permettra également d’augmenter le prix de mutuelle (qui est déjà assez chère) et de se mettre plein les poches pour la famille Sarkozy avec filhet-allard & cie (on oublie pas les veux copains smiley 

                                          Cette réforme est donc antisociale !

                                          3. François Fillon a l’habitude de se revendiquer du « gaullisme social »,…, et il a l’habitude aussi de se référer à la figure tutélaire de Philippe Séguin.

                                          Se référer à de Gaulle ou à Ph. Seguin (pour lesquels la souveraineté de la France était la question prioritaire ce qui n’est pas du tout le cas pour F. Fillon), ne veux pas dire que F. Fillon est gaulliste !

                                          Si je me réfère à la reine d’Angleterre, je ne deviendrai la reine d’Angleterre pour autant.

                                          4. Il savait réformer jusqu’au bout pour sauver le système des retraites ! MDR !  

                                          Avec Fillon, on est sauvés ! ouff ! « Grace » à lui on a passé de 60 à 62 et il nous promet maintenant 65. Non, merci !

                                          5. Il considère que le système actuel a produit cette dizaine de millions de personnes tombées dans la pauvreté, et qu’il faut le changer « radicalement » pour effacer cette injustice sociale. 

                                          Et pour cette raison il veut faire passer « grâce » au loi du travail, à 49.3, et à Valls la durée hebdomadaire de travail de 35 à 40 heures et > si affinité sans indexation de salaire ? Boff ! Pas très sociale comme action !!!

                                          6. On croit depuis quarante ans que ce n’est plus possible et pourtant, l’Allemagne a réussi en dix ans.

                                          La France n’est pas l’Allemagne ! Nous n’avons plus d’usine françaises sur notre territoire, alors que l’Allemagne les a gardés !

                                          Alors, j’ai fait une conclusion, en lisant ce texte que F Fillon passera finalement comme un candidat de PS (vu son penchant sociale ) ? Cela ne m’étonne pas, finalement. Gauche-droite, gauche-droite est la seule et même parti !

                                          etc…, bref ! Comme d’habitude, plus nulle, on meurt ! 


                                          • gerard5567 5 janvier 2017 14:22

                                            L’Allemagne, un exemple avec ses 6% de chômeurs ? Et les 6,7 millions de jobs payés 450 euros pas mois ? Et la pauvreté dans ce pays, qui a explosé ?

                                            J’ai lu la partie « sécurité sociale » du candidat Fillon sur son site avant qu’elle soit retirée. La carucature qu’on en a faite, est en dessous de la vérité. Ce serait une grande purge si ce programme était appliqué.

                                            Quant au déficit public, Fillon a été le plus flambeur des premiers ministres de la Ve République vec660 milliards d’euros. A son passif on peut aussi ajouter 529 000 chômeurs.

                                            Quant au fait qu’il soit chrétien, qu’est-ce que cela vient dans le débat politique ? Nous avons déjà les Islamistes. Quand j’entends ce mot de « chrétien », je pense au massacre de la Saint-Barthelémy ou à la Sainte Inquisition. Je pense au Très Saint Père Alexandre VI Borgia et à ses partouzes. 


                                            • Laulau Laulau 5 janvier 2017 15:01

                                              « une tradition bien particulière, celle du MRP »

                                              Oui, c’était bien l’équivalent de la démocratie chrétienne, mais je vous fait remarquer que même dans le nom du parti : Mouvement Républicain Populaire, on ne dit rien sur la religion. Bayrou, autre démocrate chrétien vient d’ailleurs de tomber à bras raccourci sur l’attitude de Fillon en l’accusant de tout mélanger (politique et religion), « Cela n’a rien à voir avec la politique », dit-il en gros.
                                              Le général de Gaulle, forcément gaulliste était chrétien mais il n’a jamais franchi le pas, pour lui aussi, la religion faisait partie de la sphère privée.


                                              • folamour folamour 9 janvier 2017 11:01

                                                A l’heure ou on parle beaucoup de François Fillon, il est bon de s’intéresser d’un peut plus près a son programme....

                                                Jacques Sapir : Décryptage du programme économique de François Fillon (Radio Sputnik)

                                                https://www.crashdebug.fr/actualites-france/12785-jacques-sapir-decryptage-du-programme-economique-de-francois-fillon-radio-sputnik

                                                Amicalement,

                                                f.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès