• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Gauche ou Droite ?

Gauche ou Droite ?

JPEG

Malgré la relative perte de sens de cette question, force est de constater qu’elle occupe toujours une place importante dans notre système démocratique. Système qui n’est d’ailleurs pas le seul à connaître une telle question.

Aussi schématique soit-elle, elle force à choisir un « camp », au détriment d’un autre. L’un étant supposé défendre des valeurs diamétralement opposées à l’autre. Le choix de son « camp », si l’on part du postulat que l’on veuille en choisir un, peut obéir à plusieurs logiques. Et il demeure notamment (car ce n’est pas toujours le cas) un « choix » fondé sur une logique purement partisane, parfois issue d’une tradition qu’aurait l’électeur de voter pour un bord plutôt que pour l’autre. Pour faire simple, on peut trouver des raisonnements qui se résument de la sorte : « Je suis de droite parce que je ne suis pas de gauche » voire « n’aime pas la gauche ». Et inversement, évidemment.

Autrement dit, le « choix » est effectué par défaut. Il est exprimé et se justifie principalement par le rejet de l’autre option.

A interpréter cette logique, on en vient à la conclusion que les idées d’un bord excluent celles de l’autre. Ou alors, pour être moins catégorique, que les idées et projets d’un camp ne trouvent pas d’équivalent approprié ou appropriable dans l’autre camp.

Ce « vote partisan » a sa part de déplorable ; de même qu’aucune mouvance n’a et ne doit avoir le monopole de l’idée, aucune mouvance n’a l’éternelle bonne solution à chaque problème qui se pose. D’où l’idée, sans doute, de La République En Marche – mais pas que d’elle – de dépasser cette opposition gauche/droite. C’est ce qui a pu faire la force et l’attractivité de ce mouvement. Philosophie intéressante et novatrice, il faut en convenir.

Mais, à y regarder de près, la logique « transpartisane » du mouvement En Marche, ne pouvait et n’a d’ailleurs pas perduré. Pour deux raisons que nous pouvons souligner.

D’abord parce qu’elle s’est traduite par un parti politique, très largement majoritaire à l’Assemblée Nationale. Ce qui a eu pour première conséquence de ne laisser de visibilité qu’aux extrêmes, radicalisant de facto le vote partisan. Et ce qui a eu pour deuxième conséquence de créer une relative solidarité entre des élus traditionnellement opposés. Il est en effet difficile de se dire que c’est un mouvement qui rassemble des femmes et des hommes politiques de tous les bords, et qui est, pourtant, à même de voter « comme un seul homme ».

Ensuite parce que la logique partisane refait régulièrement surface. Autrement dit, la solidarité au sein du parti est loin d’être inébranlable. Cela s’observe notamment lorsque des sujets pour le moins clivants sont à l’ordre du jour. Ainsi en a-t-il été de la PMA en 2019. Plus récemment, on a pu entendre la volonté de créer un « pôle de gauche » à l’intérieur même du groupe. Et la pandémie de Covid-19 nous laisse aussi, à son tour, son lot de divisions internes.

Alors, tout détachement d’une opposition de blocs à blocs est-elle impossible dans notre régime politique ? A priori, oui. Oui, parce que l’opposition partisane est culturellement inscrite dans la politique française : elle est au moins bicentenaire. Oui, parce qu’elle est dans l’ADN de notre Constitution en vigueur. Les mécanismes prévus par elle – ainsi en est-il, notamment, de l’élection du Président au suffrage universel direct, uninominal, majoritaire et à deux tours, mais aussi de l’élection des députés selon les mêmes principes – supposent et nourrissent la confrontation entre deux pôles. Oui, enfin, parce que c’est la conséquence évidente de la mise en œuvre de la théorie de la représentation, c’est-à-dire de la démocratie représentative. L’offre politique étant limitée à des « packs d’idées » (C. Viktorovitch) matérialisés par les partis politiques, la solidarité est de mise. Le parlementaire défend les idées du parti grâce auquel il a été élu, mais qui sait s’il aurait exprimé les même idées sans être, ni membre, ni élu de ce parti ?

Quid alors de la démocratie directe pour pallier ces inconvénients ? A l’échelle nationale, sur un pays aussi grand et aussi peuplé que ne l’est la France, en faire le système principal s’avèrerait plus que compliqué. Voire impossible. Mais est-elle au moins souhaitable ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 24 novembre 2020 14:21

    Pour moi, voici les paris actuels

    Fausse" gauche ou droite et LDEC ou La Dictature en Courant.

    Pour les politiciens : un seul parti : le parti unique des profiteurs.


    • zygzornifle zygzornifle 24 novembre 2020 18:38

      @troletbuse

      La gauche de droite comme Holannouille ?
      La droite de gauche on a pas encore trouvé mais on continue les recherches ....


    • Le421 Le421 25 novembre 2020 10:53

      @zygzornifle
      Il ne reste quasiment plus de gauche en France, surtout dans les médias et la pensée collective.
      Or, la démocratie a besoin de ses deux jambes pour tenir debout.
      La richesse d’une politique vient de l’échange et de la modération.
      Il faut de la liberté, mais ne pas en abuser.
      Il faut des contraintes, mais ne pas en abuser.
      Il faut des richesses, mais ne pas... Etc.
      Or, nous n’avons que, chaque jour qui passe, de moins en moins de liberté et de plus en plus de contraintes.
      La République Française, du moins ce qu’il en reste, ne tient quasiment plus que sur sa jambe droite.
      Et elle va forcément fatiguer.
      Et se casser la figure !!


    • Yann Esteveny 24 novembre 2020 14:22

      Message à Monsieur Pierre David,

      Droite et gauche sont les deux faces de la même pièce. Cette pièce est celle du théâtre de la représentation politique française. C’est une farce de mauvais goût.

      Si vous vous intéressez sérieusement à la politique et non à sa façade médiatique, la bonne question est de savoir si vous cautionnez le Régime ou si vous êtes un dissident.

      Respectueusement


      • Bendidon Bendidon 24 novembre 2020 14:27

        @Yann Esteveny
        OUI bon chat va tu nous gonfles avec tes coms qui commencent par message à ....trucmuche ou avatar
        Et qui se terminent par Respectueusement (ché mielleux chat)
        T’es un robot ?
         smiley


      • Le421 Le421 25 novembre 2020 10:56

        @Yann Esteveny
        Je pressent en vous le parfait prêcheur de l’abstention...
        Ce qui, de fait, vous classe à droite.
        Parce que vous, vous irez voter !!
        Classique.


      • binary 24 novembre 2020 14:24

        Pour pouvoir choisir entre la gauche et la droite, il faudrait commencer par définir, ce qu est la gauche, et ce qu est la droite.

        Bon courage !


        • Le421 Le421 25 novembre 2020 10:58

          @binary
          Quand j’avais six ans, au début des années 60, j’ai demandé à mon père ce que c’était d’être à gauche ou à droite.
          Il m’a dit qu’il fallait regarder son compte en banque.
          Simple et imparable à 95% !!


        • Jeekes Jeekes 24 novembre 2020 16:27

          ’’Gauche ou Droite ?’’

           

          Mais de quoi c’est-y qu’on cause ?

           

          Il y a ceux qui bouffent dans la gamelle...

          Et il y a ceux qui sont prêts à tout pour bouffer dans la gamelle !

           


          • Captain Marlo Captain Marlo 24 novembre 2020 20:16

            @Jeekes

            Il n’y a plus que deux Partis, les mondialistes & les protectionnistes. C’est pareil aux USA, les Démocrates sont mondialistes, Trump est protectionniste.


          • Le421 Le421 25 novembre 2020 11:01

            @Captain Marlo
            Trump est un protectionniste à géométrie variable.
            Suivant ce qui l’arrange.
            Il protège surtout ses avoirs à la banque et cherche à les faire fructifier.
            Ne pas oublier que la mafia russe de New-York est à l’origine de l’épopée Trump...

            Le problème avec les anglo-saxons, c’est que leur Trésor Public n’a pas la complaisance du nôtre...


          • Octave Lebel Octave Lebel 24 novembre 2020 18:11

            J’ai lu les deux articles Marianne + Libération.

            Franchement j’y vois surtout un beau délayage de faits, de «  on dit » allusifs sans véritables architectures qui seraient étayées sur des explications qui permettraient de se faire une idée d’ensemble. J’espère au moins que nous ne sommes pas dans l’entre-soi d’un petit milieu qui pratique le billard à bande en nous prenant à témoins. Un beau brouillard qui plane sur le genre de marais qu’affectionnent les poissons-pilotes en tous genres.

            Sinon, si j’ai bien compris les finesses de votre histoire, ce sera peut-être la surprise de votre second épisode à venir, il y aura un ch’ti général ou alors un lapin (mâle ou femelle ) providentiel que l’on sortira  d’un chapeau (fallait pas le dire ?) pour siffler la fin de la récréation, garantir enfin sans plus de perturbateurs le  bon déroulement de la trame néolibérale qui s’empresse maintenant de mettre en vitrine quelques colifichets sociaux-démocrates aromatisés d’épices souverainistes afin d’estomper ce qui est son credo et sa martingale, la rigueur économique assortie de fiscalités non régulées qui dit à chacun où est sa place une fois pour toute afin que les moutons soient bien gardés.

             C’est la morale d’une petite fable, un vœu personnel ou carrément une vision ?

             

            https://www.acrimed.org/General-nous-voila-les-editocrates-avec-Pierre-de

             

            Sinon, pour des citoyens qui pensent que leur vie, leur travail, l’expérience accumulée ne se résument pas à ce que veulent bien leur montrer les comédies du couple dirigeants/journalistes et ceux qui nagent dans leur sillage, il y a plein d’autres scénarios où enfin après beaucoup, beaucoup de patience, ils reprennent en mains le pilotage politique et économique de leur pays dont on les a dépouillé petit à petit en pensant que, incités à se disputer, ils allaient s’apercevoir de rien. 


            • Octave Lebel Octave Lebel 24 novembre 2020 18:30

              @Octave Lebel

              Désolé, erreur d’adressage. Merci de votre compréhension.


            • zygzornifle zygzornifle 24 novembre 2020 18:35
              Gauche ou Droite ?

              ils sont tellement interchangeables qu’on ne sait plus qui est qui, d’ailleurs une partie de droite comme de gauche est parti se Macroniser c’est tout dire  ....


              • Le421 Le421 25 novembre 2020 11:03

                @zygzornifle
                La gauche genre Valls, perso, j’en dépose des morceaux tous les matins...
                Dans la cuvette des WC !!  smiley


              • sirocco sirocco 25 novembre 2020 12:16

                @zygzornifle

                C’est vrai. Une girouette n’a pas vraiment de gauche ni de droite.


              • Captain Marlo Captain Marlo 24 novembre 2020 19:51

                L’auteur a quelques dizaines d’années de retard à l’allumage...

                Ce n’est plus Paris qui décide, mais Bruxelles, Francfort et Washington pour l’OTAN. Quelle que soit la couleur politique des Présidents européens, ils ne décident plus de rien dans l’économie et le social.

                Viviane Reding, Commissaire européenne : "Il n’y a plus de politiques intérieures nationales, mais uniquement des politiques européennes.

                Ils appliquent les feuilles de route de Bruxelles qui arrivent chaque année, en application des Traités européens, libéraux et mondialistes, ça s’appelle les GOPé, qu’ils cachent tous soigneusement. Ils font tous croire, y compris les syndicats, que c’est Macron qui décide, pour protéger leur chère Europe.

                .

                C’est simple de repérer un européiste mondialiste, il ne cite jamais aucun article des Traités européens, ne parle jamais de souveraineté, et pleurniche constamment sur les malheurs des Français !

                1/ Exemple de GOPé, années 2016/2017.

                2/ Les vrais maîtres de la France.

                3/La France sous tutelle.

                .
                Ce qui fait la différence entre la Droite et la Gauche, ce sont les questions sociétales, c’est tout. C’est utile, c’est l’arbre qui cache la forêt des renoncements à la souveraineté. A part cela, ils sont tous pro européens, pro libéralisme, et pro mondialistes, y compris ceux qui se disent de Gôoche et d’Extrême Gôooche !

                Sauf l’UPR, ils refusent tous le Frexit, l’indépendance et la souveraineté du pays.
                Et ils prônent tous « Une Autre Europe à la St Glinglin », pour faire patienter les mécontents.


                • michalac michalac 24 novembre 2020 21:07

                  @Captain Marlo
                  .

                  1/ Exemple de GOPé, années 2016/2017.


                  .
                  Non, ça, c’est un article écrit par un interprétateur de GOPE et qui manifestement n’y a pas compris grand chose... curieux cette ruse de l’UPR de renvoyer le lecteur à un article d’Agoravox plutôt qu’à la source...
                  .
                  Voici donc, ici, les véritables GOPE telles qu’adressées par le Conseil de l’Union à la France...
                  Les recommandations de l’Union qui terrorisent l’UPR se trouvent en page 6, en suite des termes « RECOMMANDE que la France s’attache, en 2020 et 2021 »...
                  .
                  Lisez ! Lisez donc... Vous n’y verrez rien que des bonnes choses...

                • michalac michalac 24 novembre 2020 21:17

                  @Captain Marlo
                  .

                  2/ Les vrais maîtres de la France.


                  .
                  Finie, la bataille pour Trump !
                  Sitôt perdue, sitôt oubliée !
                  l’Upr se refait donc sur son fond de commerce et renoue avec ses bonnes vieilles vidéos maintes fois debunkées déjà...
                  .
                  Ici, des fonctionnaires de Bruxelles qui tapotent sur leur clavier pour vérifier la conformité des comptes des Etats membres à leurs engagements respectifs, c’est à dire au respect des critères du PCS, notamment en matière de déficits publics...
                  .
                  Mais... au risque de décevoir... aucune « vrai maître de la France » qui n’ose se montrer à l’écran... rien que des comptables, des exécutants...
                  On en conclut aisément que les vrais maîtres de la France sont à Paris, ceux là mêmes d’ailleurs qui se sont astreints, avec d’autres dirigeants européens, à une conduite budgétaire rigoureuse... à part la Grèce peut-être...

                • michalac michalac 24 novembre 2020 22:02

                  @Captain Marlo
                  .

                  C’est simple de repérer un européiste mondialiste, il ne cite jamais aucun article des Traités européens, ne parle jamais de souveraineté, et pleurniche constamment sur les malheurs des Français !


                  .
                  Et c’est presque vexant parce que ça ressemble furieusement au portrait d’un adeptes de l’UPR...
                  Il ne cite pas la publication originale des GOPE mais préfère renvoyer à une interprétation d’Agoravox, ici....
                  Il ne parle jamais de souveraineté mais de nationalisme en camouflant, comme le fait Michel Onfray, ce nationalisme sous le couvercle moins voyant du souverainisme...
                  Et il pleurniche constamment sur les malheurs des Français, qui n’avaient même pas eu l’idée de s’en plaindre avant que l’UPR en fasse des victimes malheureuses...

                • Captain Marlo Captain Marlo 25 novembre 2020 09:54

                  @michalac

                  Toujours aussi menteur. « Les recommandations » sont des ordres, quand elles s’accompagnent de sanctions financières :

                  "(...) Si l’État membre ne satisfait pas à l’un des critères du déficit ou de la dette, la Commission élabore un rapport qui tient compte de tous les facteurs pertinents.
                  Si la Commission considère qu’il y a un déficit excessif, elle adresse à l’État membre un avis (innovation du traité de Lisbonne) et en informe le Conseil.
                  Si le Conseil considère qu’il y a déficit excessif, il adresse alors, sur recommandation de la Commission, une recommandation à l’État membre, en fixant un délai de 6 mois pour engager une action suivie d’effets. Si aucune action n’a été engagée, le Conseil peut rendre publique sa recommandation et, si l’État persiste à ne pas y donner suite, le mettre en demeure de prendre des mesures dans un délai déterminé.

                  Aussi longtemps que l’État membre ne se conforme pas à sa décision de mise en demeure, le Conseil peut, sur recommandation de la Commission, prononcer des sanctions, notamment le dépôt non rémunéré d’une somme variant entre 0,2 et 0,5% du PIB, en fonction du degré de dépassement de la valeur de 3% de déficit public. Ce dépôt est converti en amende au bout de 2 ans si le déficit excessif n’est pas comblé....etc

                  .

                  NB : Pour la France, 0,2% du PIB = 4 milliards de sanction financière. Mais c’est pas grave, le gouvernement supprimera des postes d’enseignants ou de personnels hospitaliers, « ces déplorables inutiles » qui ne servent à rien...


                • Le421 Le421 25 novembre 2020 11:07

                  @Captain Marlo
                  Je vous répète que les ordres de Bruxelles, chaque état membre s’assoit dessus suivant les nécessités.
                  Les règles sur les frontières, avec la « pandémie » coronavirus, ont explosé en miettes !!
                  Démonstration, s’il en était nécessaire de la faiblesse de vos arguments.
                  Qui finissent par dédouaner nos politiques.
                  Pour qui vous roulez finalement ??


                • sirocco sirocco 24 novembre 2020 22:02

                  @ l’auteur

                  « ...dans notre système démocratique. »

                  Quel étrange conception de la démocratie vous avez !


                  • BA 24 novembre 2020 22:42

                    Rolex, Bentley, bateau … le luxueux patrimoine d’Eric Dupond-Moretti rendu public.


                    Ce mardi 24 novembre, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a dévoilé les déclarations d’intérêts et de patrimoine des membres du gouvernement de Jean Castex. Outre sa rémunération d’avocat, le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti dispose de plusieurs biens luxueux.


                    Peu adepte de ce qu’il surnomme la “transpercence”, Eric Dupond-Moretti craignait que son patrimoine et ses revenus soient dévoilés au grand public. Devenu ministre de la Justice en juillet dernier, la star des prétoires a pourtant dû se soumettre à cette obligation issue des lois pour la confiance dans la vie politique de 2013, à l’instar de l’ensemble des membres du gouvernement Castex. Si ses honoraires d’avocat, 70.000 euros net par mois avaient déjà “fuité” dans les médias, la publication de ses déclarations sur le site de la HATVP, ce mardi 24 novembre, recèle plusieurs autres détails croustillants.


                    A commencer par son patrimoine XXL, qui en fait l’un des ministres les plus riches du gouvernement.


                    Outre sa maison de 300 mètres carrés à Nice, acquise pour 1,55 million d’euros en 2018, et ses 3,5 hectares de vignes à Collioure (Pyrénées-Orientales), Eric Dupond-Moretti possède un appartement de 200m2 à Paris, acheté 1,8 millions d’euros en 2010, et qui vaut désormais 2,8 millions d’euros.


                    Le ministre de la Justice détient également la moitié des parts d’un autre appartement de 107 m2 dans la capitale, achetées 587.000 euros en 2019, ainsi que 50% d’un pied-à-terre de 40m2 en Italie (acheté en indivision), et une maison dans les Hauts-de-France, la région dont il est originaire.


                    Amateur de véhicules à moteur, le garde des Sceaux se “déclare” propriétaire d’une Bentley, une voiture de luxe estimée à 83.000 euros, ainsi que d’une moto Harley-Davidson, d’une valeur de 24.000 euros.


                    Il possède également son propre bateau, acheté d’occasion pour un peu moins de 30.000 euros en 2014.


                    Autre signe d’une carrière réussie, le ténor du barreau soigne son horlogerie. A 59 ans, Eric Dupond-Moretti porte alternativement une montre Rolex Daytona, estimée à 13.000 euros, et un modèle de la prestigieuse manufacture horlogère suisse F.P. Journe, d’une valeur de 25.000 euros.


                    Par ailleurs, le ministre de la Justice domicilie l’essentiel de ses avoirs bancaires, 470.000 euros environ, sur des comptes courants et des assurances vie au Crédit du Nord.


                    Enfin, sa déclaration à la HATVP mentionne qu’il possède une somme de 12.000 euros en espèces.


                    Pour se constituer un patrimoine aussi rutilant, Eric Dupond-Moretti a appliqué une recette bien connue des businessmen : ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier ! En marge de ses copieux revenus d’avocats (il dispose de la pleine propriété de son cabinet, dont la valeur est proche de 1,5 million d’euros), “Acquitator” a acheté des parts du bistrot de son fils, à Lille. Il a aussi fait fructifier son énorme célébrité en se produisant au théâtre, l’une de ses nombreuses passions.


                    Le succès de son spectacle “Dupond-Moretti à la barre”, joué à la Madeleine, lui a rapporté environ 180.000 euros en 2019, cachets et droits d’auteurs cumulés.


                    Enfin, “EDM” a signé un juteux contrat avec l’éditeur Michel Lafon en 2014. La vente de ses livres, souvent des succès, lui a permis d’encaisser près de 12.000 euros par an, en moyenne, entre 2014 et 2019.


                    https://www.capital.fr/economie-politique/rolex-bentley-bateau-le-luxueux-patrimoine-deric-dupond-moretti-rendu-public-1386794


                    • Captain Marlo Captain Marlo 25 novembre 2020 09:46

                      @BA
                      Et alors ? Un ministre se juge par ce qu’il fait, pas par son patrimoine.
                      .
                      Vidéo de l’avocat Régis de Castelnau (site Vu du Droit) pour Front populaire.

                      "Dans le cadre de la loi « sécurité globale » visant à lutter contre le terrorisme, Eric Dupond-Moretti souhaite réviser la loi de 1881 sur la liberté de la presse nous dit-on... Une proposition liberticide pour Régis de Castelnau. Son décryptage pour Front Populaire." 



                    • Le421 Le421 25 novembre 2020 11:08

                      @BA
                      Il a volé le Trésor Public ou les escrocs qu’il a défendu ?
                      Question...


                    • St Phil 25 novembre 2020 11:39

                      Bonjour, un parti n’est qu’un outil pour gagner des élections : le bon sens serait donc de n’y attacher aucune valeur, mais de choisir un programme ou plutôt une personne.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité