• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Gérald Darmanin, cible des hypocrisies ambiantes

Gérald Darmanin, cible des hypocrisies ambiantes

« C’est une lâcheté bien commune que celle d’immoler un bon homme à l’amusement des autres. » (Diderot).



Dans une précédente vie, je m’étais retrouvé à enseigner en classe à des "grands" adolescents. Ce n’était pas forcément très facile, à tel point que les heures de cours s’appelaient dans cet établissement heures de "confrontation pédagogique" (!), car ce public était "difficile", je n’avais d’ailleurs pas moi-même accès à leur dossier mais c’était parfois du "lourd". Certains collègues revenaient de ces heures parfois en larmes, d’autres (ou les mêmes) faisaient des dépressions. Cependant, je me moquais de ces difficultés, en particulier de ces remises en cause personnelles systématiques qui pouvaient ébranler ceux des enseignants qui n’avaient pas beaucoup confiance en eux, car je savais ce que je valais ou pas, et j’avais tant bien que mal réussi à nourrir une relation personnelle avec ces élèves qui demandaient avant tout une attention soutenue et surtout, une considération personnalisée.

Un jour en fin de cours, en fin de matinée, un samedi (les élèves étaient en internat et retrouvaient leur famille le week-end), l’une des élèves m’a lancé "Monsieur, je vous kiffe grave !" avec un sourire mais aussi un peu d’appréhension. J’ai répondu par un petit sourire avant de les saluer et de m’en aller. Il est vrai que dans ce genre d’établissement, les relations ne pouvaient pas être distantes car il fallait vraiment s’adapter à chacun des élèves (peu nombreux d’ailleurs par classe), ce qui faisait que pour certains enseignants, un tel investissement psychologique était épuisant. J’avais plus de recul sans doute parce que je savais que je ne ferais pas cette activité toute ma vie.

Pourquoi cette anecdote ? Parce qu’on peut être confronté à des "occasions" qui peuvent paraître insensées. J’ai essayé d’évaluer la part de sincérité de l’élève qui, de plus, avait un peu plus de 18 ans (elle n’était donc plus mineure), et la part de vantardise par rapport à ses copines, la part aussi de provocation vis-à-vis de moi, mais au fil du temps, je pouvais me dire qu’il y avait autour de 50% de sincérité. C’est-à-dire, disons-le clairement, si j’étais un homme qui souffrait terriblement d’une solitude affective et qui cherchait une relation féminine, je pense qu’à cette époque, pour reprendre le mot de Michel Blanc dans les Bronzés, j’aurais pu "conclure". Je l’écris sans vantardise, car je n’aurais eu aucun mérite puisqu’un enseignant est souvent considéré comme un modèle et objet d’admiration ou de haine, bref, objet de diverses émotions à canaliser.

Dans mon esprit, ce n’était même pas envisageable, et l’histoire n’aurait pas duré, c’était plus du ressentiment que du sentiment, et si on parle de "morale" ou plutôt de "déontologie", il est fort peu recommandable (c’est un euphémisme !) qu’un enseignant tombe amoureux d’un élève, au même titre qu’un médecin tombe amoureux d’un patient (mes masculins sont du neutre, un ou une élève, un ou une patiente, désolé, je ne pratique pas l’écriture inclusive). Au-delà de la position de pouvoir (pour un enseignant, mettre une bonne note), il y a aussi cette position centrale de "star" (un qui parle au groupe) qui peut le rendre (à tort) rayonnant. Bref, évidemment qu’une telle relation était artificielle et je n’ai pas changé de comportement les jours d’après, mais j’ai bien compris qu’une personne moins scrupuleuse que moi aurait pu profiter de cette position "privilégiée" pour faire ses "petites affaires".

Toute cette longue introduction pour parler du nouveau Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin : mes propos ici ont pour but de le soutenir totalement. Parfois, il faut savoir se mouiller, et je prends le risque de le faire parce que je considère que Gérald Darmanin a montré, avec les premières semaines d’exercice, qu’il est un excellent Ministre de l’Intérieur et que le pays a besoin de lui. Gérald Darmanin est le symbole de l’esprit républicain, celui qui, par des origines diverses dont on se moque, se distingue par son seul mérite, et par l’amour de son pays. Ce sens du civisme est indispensable, couplé au sens politique, pour diriger une police qui a été particulièrement secouée par les différents traumatismes des dernières années (terrorisme, gilets jaunes, crise sanitaire). Le risque de communautarisme (que le Président Emmanuel Macron appelle séparatisme) est réel et s’est encore illustré lors des manifestations à propos d’Adama Traoré. Il fallait dès maintenant un Ministre de l’Intérieur fort et politique, capable de parler républicain à tous, forces de l’ordre et population.

_yartiDarmaninGeraldB02

On a vu depuis longtemps qu’il était très difficile de trouver un bon Ministre de l’Intérieur. Le dernier en date s’appelle …Bernard Cazeneuve, oui, un socialiste, qui a été essentiel (et excellent) au moment des attentats terroristes. Les suivants, entre décembre 2016 et juillet 2020, ont été particulièrement médiocres sinon mauvais, et d’ailleurs, savez-vous combien et qui ils étaient ? Si je ne compte pas l’intérim du Premier Ministre Édouard Philippe en octobre 2018, ils étaient quatre : Bruno Le Roux (vite démissionnaire pour les mêmes raisons que l’affaire Fillon), Matthias Fekl (à 39 ans, connu pour son anonymat !), Gérard Collomb (lessivé par l’affaire Benalla), et enfin, Christophe Castaner (l’inventeur du concept de "soupçon avéré").

Gérald Darmanin n’est pas de cette lignée, elle est plutôt de l’autre lignée, celle des Clemenceau, des Charles Pasqua, des Jean-Pierre Chevènement, des Nicolas Sarkozy dont on prête plus d’influence que la réalité (on ne prête qu’aux riches) à une période de résurrection éditoriale.

Cela dit, bien entendu qu’un "bon ministre" (dans le sens politique et gouvernemental du terme) ne doit pas être un "criminel". Venons-en aux "affaires". Il se trouve que les deux "affaires" de viol dont il est question ont déjà été classées sans suite par les juges. Si l’affaire "repart", c’est seulement par un vice de procédure (apparemment, un courrier qui ne serait pas arrivé à temps chez la plaignante), donc de pure forme, mais les juges avaient déjà jugé qu’il n’y avait pas lieu à être une "affaire". Le viol, c’est une relation non consentie, éventuellement avec violence ou surprise. Or, les faits étaient déjà établis, la plaignante comme le ministre, sur les faits, convergent vers les mêmes affirmations.

Si l’on regarde le dossier, il s’agit de 2009, à une époque où Gérald Darmanin avait 26 ans, permanent de l’UMP au siège à Paris, conseiller aux affaires juridiques du secrétaire général de l’époque, qui est son mentor en politique, Xavier Bertrand. L’UMP était au pouvoir, et une femme adhérente de l’UMP est venue le voir car elle voulait demander à l’UMP d’effacer son casier judiciaire et n’avait pas trouvé mieux comme argument qu’une "relation sans lendemain". Le futur ministre l’a reconnu, ce fut une belle c*nnerie d’avoir accepté, non pas le deal mais la relation, car justement, il n’a rien fait pour la dame (ce qui, pour le coup, aurait été un vrai scandale : qu’un parti majoritaire, pas même le Ministre de la Justice, intervienne sur le cours de la justice). Du coup, la dame profite d’un double contexte pour se venger, l’importance politique grandissante de Gérald Darmanin d’une part, et la vague MeeToo d’autre part. À l’époque, il n’était que simplement conseiller municipal de Tourcoing et n’imaginait probablement pas qu’il serait ministre seulement huit ans plus tard.

Je le répète, sur le plan de la morale du comportement, il aurait dû être un peu plus "froid" et "retenu" face aux avances de la dame, et le niveau de "résistance" dans ce domaine est très diversifié. Mais cela n’a rien à avoir avec un viol et les premiers juges l’avaient déjà exprimé.

Ce qui me choque dans ces manifestations hostiles et haineuses contre Gérald Darmanin depuis la nomination du nouveau gouvernement, c’est l’extrême hypocrisie de ceux qui le critiquent pour cette raison. Ce qui, entre nous, montre que sur le plan de son action ministérielle, on ne lui reproche (encore) rien.

Cette hypocrisie est claire puisque Gérald Darmanin n’est pas devenu ministre en juillet 2020 mais en mai 2017, cela fait trois ans qu’il est ministre et qu’on ne me dise pas que c’était un ministère mineur, il s’est occupé du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et, en passant, c’est lui qui a réalisé le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu.

Pourquoi les ligues féministes extrémistes n’ont-elles pas critiqué ce ministre si important avant juillet 2020 plus tôt ? Pourtant, il pouvait montrer un très mauvais exemple pour la fonction publique, on aurait pu dire que sa présence à ce ministère encourageait le viol ou même les promotions canapé dans la fonction publique (voir le film "Promotion canapé" avec Thierry Lhermitte).

La vérité, c’est que Gérald Darmanin est aujourd’hui la cible de deux hypocrisies.

La première est celle des "féministes" que j’entoure de guillemets, car je me sens aussi féministe qu’une féministe en ce sens que toutes les inégalités par le sexe, la violence conjugale et tout ce qui a trait avec des comportements machistes ou sexistes m’insupportent, qui ont besoin de "proie" pour continuer à survivre médiatiquement. C’est Gérald Darmanin, cela aurait pu être un autre. Ce fut auparavant Denis Baupin. Très récemment encore, une autre victime, Christophe Girard, adjoint à la maire de Paris, qui a dû démissionner le 23 juillet 2020 pour une raison aussi hypocrite (sa supposée proximité avec Gabriel Matzneff). Là, on n’est pas loin, sur le principe, de la période d’inquisition la plus noire du maoïsme, la Révolution culturelle.

Cette hypocrisie n’est pas sans conséquence : elle discrédite complètement le combat de ces féministes extrémistes au point d’être complètement contreproductif pour cette noble cause de la défense des femmes face à la brutalité des hommes. Au même titre que la gestion désastreuse de la justice dans l’affaire d’Outreau, en condamnant voire en conduisant au suicide certains prévenus reconnus innocents par la suite, ont passablement discrédité le noble et indispensable combat contre la pédophilie parce qu’il insinue le doute et le trouble là où la fermeté devrait être de mise.

La seconde hypocrisie est plus classique, elle est dans la posture politicienne et se moque bien du féminisme : l’objectif est clairement de s’opposer au gouvernement par tous les moyens, et comme il n’y a plus d’argument de fond, on s’en prend aux hommes. Et Gérald Darmanin est impeccable comme "proie" pour ces opposants de pacotille, puisqu’il est le double symbole de tout ce qu’ils détestent, en un coup, ils font ce qu’ils croient être de l’antimacronisme et de l’antisarkozysme. Au-delà de la détestation (justifiée ou pas) d’Emmanuel Macron et de Nicolas Sarkozy, il y a aussi une évidente jalousie contre un homme qui, à 37 ans, a atteint des responsabilités régaliennes peu communes (du reste, la même jalousie que contre le jeunesse d’Emmanuel Macron).

Autant je considère que la première hypocrisie relève de la très mauvaise foi, de la manipulation et de l’instrumentalisation, autant la seconde me paraît de bonne guerre, c’est la règle des joutes politiques et si on n’a pas assez de cuir pour supporter cela, on fait autre chose (exemple, Michèle Barzach, etc.).

Je reviens sur la première hypocrisie. Celle-ci est indéfendable : il pourrait être Ministre du Budget mais pas Ministre de l’Intérieur. S’il était vraiment un violeur, ce ne serait pas possible qu’il soit l’un ou l’autre ! D’ailleurs, on parlait de lui comme Ministre du Travail, et là encore, pourquoi, à ce ministère, n’aurait-il pas été un signal désastreux pour l’égalité entre hommes et femmes dans la vie professionnelle ? Et l’incohérence quand on accuse un ministre de viol alors qu’on n’ose pas s’attaquer aux problèmes récurrents de la violence sexiste issue d’une religion ? Alors même que ce ministre veut, pour la première fois dans le discours d’État, lutter contre l’islamisme politique qui veut imposer ses lois à la République ?

En outre, le discours d’inquisition actuel est très incohérent. Il laisse croire que le Ministre de l’Intérieur commande les juges du siège. C’est vraiment avoir une fausse idée des institutions réelles. Car la police judiciaire, celle qui mène l’enquête, est dirigée par un juge, pas par un policier. Et croire que le juge n’est pas indépendant, aujourd’hui, il va falloir le prouver. Je pense que l’affaire Fillon, l’affaire Sarkozy avec les écoutes illégales, l’histoire du "mur des c*ns" montrent au contraire que les juges seraient plutôt un peu trop indépendants du pouvoir politique !…

Je rappelle que le ministre est issu d’un gouvernement démocratiquement issu d’élections libres. Au contraire de tout fonctionnaire. La démocratie, c’est aussi des contre-pouvoirs, donc, je ne suis évidemment pas contre l’indépendance des juges, mais il faut aussi pouvoir les sanctionner, les fautes commises par des juges, que ce sût lors de l’affaire d’Outreau ou que ce fût l’affaire Grégory, ont montré qu’elles n’ont jamais été suivies de sanctions. De plus, pourquoi y aurait-il suspicion de trafic d’influence sur un juge si celui-ci décidait d’un nouveau non-lieu, alors que ce non-lieu ne serait que confirmé (déjà décidé auparavant pour la même plainte) ?

Je rappelle par ailleurs que je n’ai pas toujours soutenu le pouvoir ces dernières années quand certaines affaires médiatisées sont apparues : j’ai été choqué par l’affaire Benalla, j’ai aussi été choqué par l’histoire du homard, qui, pourtant, n’avait rien d’illégal mais je considérais que François de Rugy devait et allait démissionner (c’était il y a juste un an, cela fait déjà très loin !).

Tous ceux qui considèrent que le maintien de Gérald Darmanin à l’Intérieur est un mauvais symbole pour les femmes violées me font (disons-le) gerber car c’est complètement stupide de faire des symboles de ce genre. Ce seraient donc les même qui voudraient des fusillés pour l’exemple ? Qu’importe la personne de Gérald Darmanin, son honneur, même s’il est innocent, il est un "symbole" et à ce titre, il doit être condamné sur l’autel médiatique : c’est un raisonnement particulièrement affligeant.

Mais de qui se moque-t-on ? On bafoue les droits les plus élémentaires qui font que la justice doit être faite par des juges et pas par des militantes activistes assoiffées de visibilité médiatique. Il y a le droit à la présomption d’innocence qui vaut pour tout le monde. Les beaux esprits qui s’émeuvent de condamnés à mort innocentés aux États-Unis et qui sont les premiers procureurs à condamner un homme ici ont de quoi me faire vomir. Je comprends mieux (mais ce n’est pas nouveau, c’est récurrent) le processus intellectuel qui a progressivement abouti à la Terreur pendant la Révolution, dirigée par un homme supposé opposé à la peine de mort et qui fit de la guillotine l’outil privilégié de sa gouvernance. Il faut toujours se méfier des moralisateurs qui professent la vertu en politique, cela peut toujours mener très loin…

Alors oui, aux opposants de s’opposer à la politique du gouvernement, à la politique du Ministre de l’Intérieur, à ces derniers de la défendre, d’expliquer leur action pour réduire le fossé entre plusieurs France, comme l’a expliqué le Premier Ministre Jean Castex dans son discours de politique générale, mais laissons aux seuls juges la capacité de savoir qui est violeur ou pas, et cela sans considérer que la parole de femmes accusatrices vaudrait plus que celle d’un ministre qui n’a jamais rien eu à son casier judiciaire. Et avant d’avoir la preuve formelle qu’il y ait eu viol, ce dont je doute, soutien total au ministre Darmanin !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (24 juillet 2020)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Gérald Darmanin, cible des hypocrisies ambiantes.
Relance européenne : le 21 juillet 2020, une étape historique !
Discours du Premier Ministre Jean Castex le 16 juillet 2020 au Sénat (texte intégral).
Discours du Premier Ministre Jean Castex le 15 juillet 2020 à l’Assemblée Nationale (texte intégral).
La déclaration de politique générale de Jean Castex le 15 juillet 2020.
Interview du Président Emmanuel Macron le 14 juillet 2020 par Léa Salamé et Gilles Bouleau (retranscription intégrale).
Emmanuel Macron face aux passions tristes.
Gérald Darmanin, l'enfant terrible de la Macronie.
Composition du gouvernement Castex I.
Le gouvernement Castex I nommé le 6 juillet 2020.
Jean Castex, le Premier Ministre du déconfinement d’Emmanuel Macron.
Discours du Président Emmanuel Macron devant la Convention citoyenne pour le climat le 29 juin 2020 à l’Élysée (texte intégral).
Après-covid-19 : écologie citoyenne, retraites, PMA, assurance-chômage ?
Édouard Philippe, le grand atout d’Emmanuel Macron.
Municipales 2020 (5) : la prime aux… écolos ?
Convention citoyenne pour le climat : le danger du tirage au sort.
Les vrais patriotes français sont fiers de leur pays, la France !
Le Sénat vote le principe de la PMA pour toutes.
Retraites : Discours de la non-méthode.
La réforme de l’assurance-chômage.
Emmanuel Macron explique sa transition écologique.

_yartiDarmaninGeraldB03


Moyenne des avis sur cet article :  1.13/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • ETTORE ETTORE 25 juillet 10:24

    Alors là.....Alors là.....

    On atteint un niveau de lustrage de pompes......L’art du crachat à frotter le cuir, porté à son pinacle.

    Parasol, lunettes et crème solaire obligatoire.....Indice de léchouille au max !

    « .....Cible des hypocrisies ambiantes » Vous m’en direz tant !

    Jamais titre n’as aussi bien défini l’auteur et son texte !

    Beurk !


    • V_Parlier V_Parlier 25 juillet 10:55

      @ETTORE
      En plus, même si la principale accusatrice de Dard Malin est bien pire que lui (une véritable « bandite » venue lui proposer ses faveurs en l’échange de l’arrêt des poursuites), l’auteur n’a même pas utilisé ce seul argument valable pour sa défense.


    • Le421 Le421 26 juillet 14:16

      @ETTORE
      « Dard Malin » a encore de fidèles supporters !!
      Lui qui aime les « sucettes », il devrait demander à Sylvain de lui faire une gâterie...
       smiley


    • zygzornifle zygzornifle 25 juillet 11:15

      Ha les politiques et la justice , tout un programme ….

      Quand un sans dent vole on oeuf il est condamné pour un boeuf .

      Quand un politique vole un élevage de bœufs il est condamné au bout de 15 ans pour un oeuf après avoir fait tous les appels imaginables et il s’en tire avec un non lieu ou un vice de forme et entre temps tous les châtrés crient a la présomption d’innocence.


      • zygzornifle zygzornifle 25 juillet 11:16

        “Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice.” Montesquieu


        • Clocel Clocel 25 juillet 11:19

          Pauvre Moussa... Un panégyrique de Roko à présent...

          Mais qu’a-t-il fait au bon Dieu !? smiley


          • zygzornifle zygzornifle 25 juillet 11:20

            @Clocel

             A force de se faire mousser on attire les problèmes ...


          • zygzornifle zygzornifle 25 juillet 11:19

            Affaire Griveaux , Apple et le nouvel acquéreur du téléphone vont porter plainte car il a enduit de son sperme l’écran qui a été revendu tel quel d’occase sur Back Braguette ….


            • CN46400 CN46400 25 juillet 11:43

              En clair, la corruption n’aurait fonctionné que dans un sens, celui du corrompu qui, depuis, a fait du chemin. Et la corruptrice, trompée, qui mentirait pour rentrer, enfin, dans ses frais....A malin, malin et demi !

              Et pourquoi Macron a cédé sur Dar(malin) ? Parce que Benalla aurait refusé le poste.... C’est cela la grande misère de l’Elysée, le cheptel de la Rem qui s’étiole de jour en jour !


              • Decouz 25 juillet 11:46

                Je ne le juge pas, ma première réaction, c’était que ni lui ni la femme (la dernière) n’étaient clairs sur cette affaire.

                Mais j’ai lu quelques infos sur celle qui l’accuse, et sur le déroulé de l’affaire, et j’ai tendance à croire qu’il a été piégé, parce que la dame (il faut être correct, ou parler comme dans le droit administratif), elle n’est pas une première communiante, j’ai du mal à croire qu’en achetant une immunité, et en se retrouvant dans une situation prévue, elle ait été surprise ou qu’elle n’ait pas eu les moyens de refuser fermement et carrément si sa vertu a été atteinte.


                • CN46400 CN46400 25 juillet 20:55

                  @Decouz
                  Et la quasi totalité des guichettiers, publics ou privés, qui font concienscieusement leur boulot sans demander de pourboire, même sexuel, on en fait quoi ?....


                • Décroissant 25 juillet 13:53

                  Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt…


                  Au delà du rideau de fumée, une vérité demeure : il est de notoriété publique que des prestations sexuelles auraient été offertes en échange d’une promesse (réelle ou fictive) d’intervention dans un dossier judiciaire. Que des associations féministes montent au créneau, c’est la moindre des choses dans un quinquennat qui a promulgué la condition féminine grande cause nationale ! Illustration ad nauseam de la méthode Macron : quand je dis une chose, je fais son contraire (quid des positionnements de Marlène Schiappa ?).

                  Mais de tout temps, les ministres de l’Intérieur ont eu connaissance du côté obscur : sans remonter à Fouché, Charles Pasqua, vice-président du SAC, est le prototype même du titulaire n’hésitant pas à mettre les mains dans le cambouis. Et quelle meilleure garantie de fidélité qu’une épée de Damoclès immanente ?


                  Sinon comme d’hab article de propagande nauséeux et parfaitement inepte.



                  • ZXSpect ZXSpect 25 juillet 18:41

                    .
                    https://www.huffingtonpost.fr/entry/ibrahim-maalouf-relaxe-de-laccusation-dagression-sexuelle-deplore-le-dechainement-mediatique_fr_5f1bf7bfc5b6128e68264bf0?utm_hp_ref=fr-homepage
                    .

                    Ibrahim Maalouf, relaxé de l’accusation d’agression sexuelle, déplore le « déchaînement » médiatique
                    Le trompettiste franco-libanais, innocenté le 8 juillet dernier après avoir été accusé d’avoir agressé sexuellement une collégienne de 14 ans en 2013, revient sur ce triste épisode.

                    Par Geoffroy Clavel

                    extrait :
                    «  »«  »« Le trompettiste Ibrahim Maalouf, qui avait été condamné en première instance pour avoir agressé sexuellement une stagiaire de 14 ans avant d’être relaxé en appel début juillet, a pris la parole ce 24 juillet sur son compte Twitter pour déplorer le traitement médiatique de cette affaire.
                    .
                    “L’adolescente a menti, ses parents l’ont crue, la presse en a parlé en gonflant l’histoire, tout le monde en a souffert et 3 ans et demi plus tard, la justice a simplement fait son travail”, affirme le musicien franco-libanais dans ce communiqué, regrettant notamment l’absence de tout journaliste lors de l’énoncé du jugement en appel.

                    La couverture médiatique de cette décision de justice a été microscopique à côté de celle subie en 2017 lors de la révélation des accusations mensongères”, assure l’artiste. »«  »«  »
                    .
                    .

                    l’auteur a raison : "laissons aux seuls juges la capacité de savoir qui est violeur ou pas, et cela sans considérer que la parole de femmes accusatrices vaudrait plus que celle d’un ministre" ou de tout accusé... contester sa nomination, c’est déjà abandonner la présomption d’innocence  !


                    • Octave Lebel Octave Lebel 25 juillet 18:55

                      Il y a quelque chose de glaçant dans votre justification. 

                      Tout est beaucoup plus simple que le montage alambiqué que vous vous sentez obligé (par quoi ou qui ?) de faire.

                      La très grande majorité des fonctionnaires, du plus simple au plus gradé ne monnaie pas à leurs concitoyens les services qu’ils sont amenés à rendre au titre de leur fonction pour laquelle ils sont rémunérés contre des services sexuels ni aucune sorte d’autres services. A l’occasion ils sont gratifiés d’un sourire ou d’un remerciement  qui vaut beaucoup à leurs yeux parce qu’ils sont portés par un réel sentiment d’utilité sociale et la responsabilité de leur charge.

                      Alors de la part d’un homme politique, un élu, un ministre, ils attendent l’exemplarité ordinaire qu’ils pratiquent comme le plus grand nombre de leurs concitoyens.

                      Il y a quelque chose de glaçant dans votre justification.


                      • Feste Feste 26 juillet 03:02

                        @Octave Lebel
                        Rakoto aime les maitres, il les admire. C’est un soumis né.


                      • xana 27 juillet 00:01

                        @Feste
                        Rakoto est ce qu’on appelle communément « le nègre de la maison ». Comme le maître d’hotel de candyland, dans Django déchaîné. Un Noir traître à ses frères, un suppôt de l’esclavagisme qui sauve sa peau en soumettant ses pareils. Un kapo. Un être plus répugnant que son propre maître.


                      • QAmonBra QAmonBra 25 juillet 19:01

                        @ l’auteur.

                        Raketou vous faites fort, très fort dans la léchouille de fondements et autres bourses de politiciens corrompus !

                        Les acteurs pornographiques les plus chevronné(e)s, c’est à dire les plus désinhibé(e)s qu’il est possible de l’être dans cette « juteuse industrie du tertiaire », futur gisement d’emplois pour nos gosses d’après le pince sans rire J. Attali, font mines d’amateurs complexé(e)s en comparaison de votre impressionnant savoir faire. . .


                        • Feste Feste 26 juillet 03:01

                          A un tel niveau de flagornerie, c’est de l’art moderne.

                          Pour parfaire la chose, Rakoto, il ne vous reste plus que de faire votre propre panégyrique avec une photo retouchée pastel.

                          Je dis bravo, très haut niveau.


                          • caillou14 rita 26 juillet 06:37

                            Et pendant ce temps, Grivaux est bien content, plus personne ne parle de sa bite.... smiley


                            • Le421 Le421 26 juillet 14:20

                              @rita
                              Benjamin Grivois ??  smiley


                            • Michel VIDAL Michel VIDAL 26 juillet 07:11

                              Des frasques privées qui ont mal tourné instrumentalisées par quelqu’un de l’ex majorité présidentielle...

                              MV


                              • Octave Lebel Octave Lebel 26 juillet 09:46

                                Si nous continuons de justifier, cautionner activement ou passivement, nous résigner à ce type de comportement au plus haut niveau, notre pays prendra le chemin déjà entamé de l’effondrement moral. Cela est déjà arrivé. Il y a dans ce jeu des idiots utiles, des mercenaires et ceux qui guettent les opportunités. Ils ramasseront les morceaux pour nous proposer ou nous imposer une idéologie salvatrice bien entendu qui sera l’usurpation de nos valeurs, l’autorité remplacera la justice et le droit, l’inégalité la responsabilité et la compétence et le clientélisme la solidarité.


                                • ETTORE ETTORE 26 juillet 23:41
                                  Michel VIDAL 26 juillet 07:11

                                  Des frasques privées qui ont mal tourné instrumentalisées par quelqu’un de l’ex majorité présidentielle...

                                  MV

                                  Possible après tout, démissionner quoi qu’en dise Monarc 0.0, n’est jamais gratifiant ni pour celui qui part, ni pour celui qu’on quitte. Alors une petite mine anti-personnelle oubliée par ci par là....et, vlan, un unijambiste de plus.

                                  Ou....Monarc 0.0, après la forte tête barbue s’est dit....j’en prend un, un peu attaqué sur les bords, si ça déborde sur mes chaussures....hop, une petite information bien distribuée....et il gicle tout seul !

                                  On peut être loup et se méfier de sa meute.


                                  • zygzornifle zygzornifle 27 juillet 08:25

                                    Je n’aurai pas un atome de compassion pour un mec (et ce n’est pas le seul) qui n’hésitera pas a piétiner ceux qui seront sur son passage ….

                                    En France comme en Afrique ou en Amérique latine, Russie et autres dictatures ou pseudo dictatures les politiques s’accrochent a leurs privilèges alors que dans les pays scandinave ils démissionnent le jour meme .

                                    On attendait le grand ménage avec les promesses de Macron et rien ne change voire cela empire , Castaner le benêt a été remplacé par un accusé de viol , vraiment on s’inquiète pour la santé mentale du président , faut vraiment tenir une sacré couche , et pourquoi pas Nordal le Landais ministre de la jeunesse et des sports ?

                                    D’ailleurs je me demande ou a été recasé Castaner , un bon poste bien payé par le con tribuable a 5 chiffres je suppose ….


                                    • xana 28 juillet 15:35

                                      Rakoto est une ordure, un as du lèche-pompe. Des gens comme lui ont toujours existé : Sycophantes, kapos, etc.

                                      Mais celui qui le paye, sans que son nom apparaisse, pour inonder ce site, celui-là est une ordure encore plus grande.

                                      Quelqu’un aurait-il des informations ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité