• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Gérard Larcher au sommet de son influence

Gérard Larcher au sommet de son influence

« En France, le bicamérisme est un principe plus que bicentenaire. Il représente un instrument démocratique de modération et je ne cesse de rappeler que depuis l’instauration du quinquennat, il est le balancier stabilisateur de nos institutions. Disparités du territoire, de la démographie… la deuxième chambre joue le rôle d’une "machine" à corriger les inégalités et incarne un enrichissement pour une démocratie moderne et juste. Je suis convaincu que la représentation et la conciliation des différences, qu’elles soient territoriales, politiques, sociales ou autres, apportent de la vitalité et de la solidité à la démocratie. » (Gérard Larcher, le 11 décembre 2014, "Le Courrier du Parlement", propos recueillis par Jean-François Bège).

_yartiLarcherGerardD01

Jour de gloire pour Gérard Larcher. Ce jeudi 1er octobre 2020 à 16 heures 35, Gérard Larcher a en effet été réélu Président du Sénat pour trois ans (jusqu’en septembre 2023) par une large majorité dès le premier tour. C’est son quatrième mandat.

Prononcés par le sénateur centriste d’Arras Jean-Marie Vanlerenberghe, qui présidait la séance inaugurale en tant que doyen d’âge à 81 ans, les résultats sont les suivants : 231 voix pour Gérard Larcher, 65 voix pour Patrick Kanner (PS), 15 voix pour Éliane Assassi (PCF) et 13 voix pour Guillaume Gontard, le président du nouveau groupe écologiste du Sénat. Sur 345 sénateurs inscrits, 19 se sont abstenus, 2 votes sont nuls, ce qui fait 324 suffrages exprimés, donc la majorité absolue était à 163. Les 231 voix ont donc dépassé de très haut ce seuil de la majorité absolue (71,3%). Aux côtés du doyen, le nouveau benjamin du Sénat, le plus jeune des sénateurs élus de l’histoire, le sénateur socialiste Rémi Cardon, élu le 27 septembre 2020 dans la Somme, à seulement 26 ans et 4 mois (le précédent record était l’élection du maire RN de Fréjeus David Rachline en septembre 2014). Alors, le Sénat, maison de retraite ?

Ce n’était pas une surprise, les résultats des élections sénatoriales du 27 septembre 2020, qui ont vu se renforcer les groupes de sa majorité sénatoriale, ne laissaient aucun doute sur l’issue du scrutin. Pour Gérard Larcher, c’est un grand succès personnel car il a su parfaitement personnifier le Sénat et surtout les sénateurs. Dans son discours d’introduction, il a insisté sur l’utilité du Sénat, sa modernité et sa contribution au débat démocratique (j’y reviendrai).

Dans sa précédente réélection de Président du Sénat, le 2 octobre 2017, Gérard Larcher avait obtenu 223 voix contre 79 voix à Didier Guillaume, à l’époque président du groupe socialiste au Sénat et devenu Ministre de l’Agriculture du gouvernement d’Édouard Philippe du 16 octobre 2018 au 6 juillet 2020, et 15 voix à Éliane Assassi, la présidente du groupe communiste au Sénat.

Certes, sa corpulence, son double menton, son dos un peu courbé pourraient laisser croire que le Sénat est une maison de retraite (il fut couronné "bébé Blédine" avant de savoir marcher, a écrit LCI le 1er octobre 2014 : « J’avais déjà bon appétit ! »). Mais tous ceux qui ont déjà rencontré Gérard Larcher peuvent l’attester. L’homme est un actif, à l’esprit alerte. D’ailleurs, il se répand souvent dans les médias, sa forme politique est d’autant plus haute que son parti, LR, est en perte de sens et de personnalités. Gérard Larcher, c’est le phare, c’est la référence.

Il l’a déjà prouvé, il entend que le Sénat suive aussi les évolutions du temps. Dès le 18 novembre 2008, à un mois et demi de sa première élection, Gérard Larcher a baissé ses indemnités de 30%. En 2009, il a réduit les dépenses de la Présidence du Sénat de 44,5%. Il a aussi supprimé un certain nombre de privilèges dépassés sur la rémunération, les retraites et quelques autres avantages des sénateurs (prêt à taux 0% etc.).

À 71 ans (il vient de les avoir il y a deux semaines et demi), Gérard Larcher a réussi sa mue sénatoriale. Avec ce quatrième mandat à la tête du Sénat, il bat déjà ses deux prédécesseurs, Christian Poncelet et René Monory et si la question est de savoir s’il fera comme Alain Poher, 24 ans à la tête du Sénat, ce qui cela l’amènerait à 86 ans, pas sûr que la sagesse soit d’aller jusque-là.

En tout cas, tout le monde aime Gérard Larcher car l’homme est sympathique, convivial, bon vivant et consensuel, ce n’est pas le genre à tirer à vue, à trahir, à planter des couteaux dans le dos ou à faire de la posture. Il n’est pas homme d’appareil, il est d’abord homme d’intérêt général. Même l’opposition sénatoriale lui reconnaît beaucoup de qualités car il applique très bien ce que la tradition exige théoriquement, à savoir qu’il est le Président de tous les sénateurs.

_yartiLarcherGerardD02

Ancien vétérinaire de chevaux (il a accompagné l’équipe de France aux Jeux olympiques de 1976), il est loin de l’énarchie et de la technocratie d’État. Le bon sens, pas forcément rural (c’est aussi un urbain), ne lui est pas absent. Conseiller municipal de Rambouillet depuis 1979, maire de Rambouillet de mars 1983 à mars 2014 (sauf pendant sa période gouvernementale, son premier adjoint Jean-Frédéric Poisson l’a remplacé ; Christine Boutin fut sa concurrente en 1983), conseiller régional d’Île-de-France de 1986 à 1992, il fut élu sénateur des Yvelines en septembre 1986 (à l’âge de 37 ans, à l’époque, il fallait avoir au moins 35 ans, avec le calendrier électoral, il ne pouvait pas être élu plus jeune), et fut constamment réélu jusqu’à aujourd’hui (soit trente-quatre ans déjà). Comme maire, il fut élu président de la Fédération hospitalière de France de 1997 à 2004, ce qui lui donne à double titre (cette fonction et son métier) un peu plus de compétences sur la crise sanitaire que beaucoup d’autres de ses collègues parlementaires. Le 11 avril 2008, il avait d’ailleurs remis un rapport au Président de la République sur la réforme hospitalière.

Homme accommodant, Gérard Larcher est souvent désespéré de la division de son parti. C’est le cas aujourd’hui avec LR, mais c’était le cas en 1995 au RPR. Favorable à la candidature du Premier Ministre de l’époque Édouard Balladur à l’élection présidentielle, le même jour, il pouvait présider à Rambouillet une réunion du comité de soutien à Édouard Balladur tandis que sa femme, dans une autre salle, présider une réunion du comité de soutien à Jacques Chirac !

Son esprit consensuel, son talent de négociateur, son don d’écoute, il les a pratiqués et il les a démontrés dans ses fonctions de Ministre délégué au Travail (et à l’Emploi et à l’Insertion professionnelle des jeunes) du 31 mars 2004 au 15 mai 2007 dans les gouvernements de Jean-Pierre Raffarin (son concurrent pour le Plateau le 24 septembre 2008) et de Dominique de Villepin, lors du dernier mandat du Président Jacques Chirac. En revanche, il a refusé la proposition du Président Nicolas Sarkozy d’être nommé Ministre de l’Agriculture, et cela pour préparer son élection à la Présidence du Sénat.

Gérard Larcher n’a jamais rêvé d’être Président de la République, et encore moins candidat à l’élection présidentielle, mais dans son livre "Contre-pouvoir" d’entretiens avec la journaliste Marion Mourgue, sorti le 4 octobre 2019 (éditions de l’Observatoire), il y a un an, il a exprimé cependant une certaine disponibilité : « Si les événements et les circonstances politiques le décidaient, j’assumerais. ». Ajoutant aussitôt : « Ce n’est pas le rêve de ma vie, mon premier engagement, c’est le Sénat. ».

En tout cas, en ces temps agités de forte tempête, Gérard Larcher reste une référence sûre dans les institutions de la République. C’est pourquoi le deuxième personnage de l’État continuera à compter dans les mois et années à venir, notamment comme lien de dialogue entre le Président de la République Emmanuel Macron et les élus territoriaux qu’il peut prétendre représenter, au même titre que François Baroin, le président de l’Association des maires de France.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (01er octobre 2020)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Gérard Larcher au sommet de son influence.
Sénatoriales 2020 (3) : le troisième tour.
Sénatoriales 2020 (2) : large victoire de la droite et du centre.
Les enjeux des élections sénatoriales du 27 septembre 2020.
Christian Poncelet.
Résultats des élections municipales de 2020.
Le Sénat vote le principe de la PMA pour toutes.
80 km/h : le recul irresponsable adopté par les sénateurs.
Affaire Benalla : l’attaque frontale des sénateurs.
Benalla vs Sénat : 1 partout.
Gérard Larcher réélu en 2017.
Élection du nouveau Président du Sénat (le 2 octobre 2017).
Résultats des élections sénatoriales du 24 septembre 2017.
Sénatoriales 2017 : état des lieux.
La XVe législature de la Ve République.
Les Langoliers.
Forza Francia.
La Ve République.
La campagne des élections législatives de juin 2017.
Élections sénatoriales du 28 septembre 2014.
Jean-Pierre Bel.
René Monory.
Alain Poher.


 


Moyenne des avis sur cet article :  1.31/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 1er octobre 21:28

    Plutôt au sommet de sa grassitude, quoique ...


    • Occitan Occitan 2 octobre 07:31

      @troletbuse
      On sait maintenant ce que signifie le mot CULBUTO...


    • Octave Lebel Octave Lebel 1er octobre 21:45

      Votre affaire me fait penser à un moment qui est entré dans l’histoire de la démocratie et de la république qui est loin d’avoir produit tous ses effets quand nos concitoyens ont du endosser une chasuble jaune fluorescente pour que les médias et la classe dirigeante (dont le fameux sénat chargé de représenter les territoires) se rendent compte de leur existence de chair et de sang derrière le voile des sondages et le choix des images et paroles médiatiques.

      Je sais, c’est éprouvant. La compagnie des autruches et de leurs mœurs et rituels est bien plus rassurante. Vous avez raison d’en profiter tant que cela dure.

      Les maires et conseillers municipaux de 2020 arborent à leur revers un score entre 10% et 20% des inscrits ce qui leur a permis de renouveler la moitié du sénat pour un mandat de 6 ans et d’élire votre champion.


      • Germain de Colandon 1er octobre 21:46

        Gérard Larcher, à une époque on a adoré. Même qu’il a participé à l’un de nos jeux.


        http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-le-caennais-dechaine-lance-son-1er-jeu-qui-est-qui-87380786.html


        • Pic de la Mirandole Pic de la Mirandole 1er octobre 23:25

          Parler de démocratie alors qu’on est enfermé dans l’UE !

          Regardez du côté britannique pour avoir une idée de la démocratie.


          • zygzornifle zygzornifle 2 octobre 09:43

            @Pic de la Mirandole

             L’UE est un carcan ou le citoyen est enfermé et les politiques lui bombardent la figure aves des tomates pourries .....


          • zygzornifle zygzornifle 2 octobre 09:38

            Ce mec vaut son poids en or 24 carats ....

            Il respire le bonne bouffe , le bon vin , les bons salaires , tant que la France ne se sera pas débarrassée de ces pourceaux elle n’évoluera pas ....


            • ETTORE ETTORE 2 octobre 18:08

              Gérard Larcher au sommet de son influence.

              Merci de rectifier la coquille qui s’est glissée dans le texte. Merci de lire :

              Gerard Larcher, au sommet de sa flatulence.

              Bon pour cette fois, on vous pardonne, Rakoto !

              Mais, attention......Vous ne serrez plus en odeur de sainteté !


              • Arafel Arafel 2 octobre 20:12

                Larcher........a part s’empiffrer sur le dos des gens qui travaillent...a quoi sert ce parasite ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité