• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Gilets Jaunes : pourquoi la mobilisation est en hausse alors que le soutien (...)

Gilets Jaunes : pourquoi la mobilisation est en hausse alors que le soutien des Français baisse

 

L'acte IX des Gilets Jaunes a mobilisé au moins 84 000 personnes dans toute la France selon les chiffres de la police tandis que les organisateurs parlent de 150 000 manifestants. Le mouvement connaît une tendance haussière au lieu de s'essouffler, malgré les nombreuses concessions de l'exécutif et ce grand débat que boude déjà la majorité des Gilets Jaunes avant même qu'il ait débuté.

En comparaison, la mobilisation avait été de 50 000 personnes samedi dernier et à peine 32 000 le 29 décembre. La principale question posée par cette tendance haussière est son incohérence avec le sentiment général des Français à l'égard du mouvement social. Seuls 55% des Français disent aujourd'hui soutenir les Gilets Jaunes, loin des 84% de novembre. Ils ne sont que 62% à trouver ce mouvement "légitime" (contre 74% à la mi-décembre) et seulement 48% veulent qu'il continue (quand ils étaient 65% trois semaines plus tôt).

Il est aussi intéressant de mettre en perspective ces chiffres avec la classe sociale des personnes interrogées. Deux tiers des personnes diplômées et des urbains demandent l'arrêt du mouvement, quand que les jeunes, les ruraux, les catégories peu ou pas diplômées constituent le vivier de la vague protestataire ; cependant, même ici, la vague semble se tarir – seuls 67% des plus modestes continuent à soutenir le mouvement (contre 88% en novembre). De manière générale, le soutien faiblit dans toutes les catégories socioprofessionnelles : ainsi, il n'y a que 19% des cadres, 48% des fonctionnaires et seul un quart des artisans et commerçants – cette dernière catégorie, au début largement derrière les Gilets Jaunes, s'en est désolidarisée suite aux nombreuses violences survenues en marge des manifestations et à la baisse significative du chiffre d'affaire. Les policiers et militaires, d'abord tentés par un ralliement la vague jaune, ont finalement gardé leurs distance suite au discours anti-flic répandu dans le mouvement. Les professeurs semblent aussi remiser leurs gilets au placard pour créer leur propre vague protestataire des "Stylos Rouges" car ils disent avoir été largement rejetés par le mouvement des Gilets Jaunes (hués aux manifs ou traités d'intellos, de gauchistes, de fonctionnaires fainéants etc). Enfin, la banlieue est parmi les grands absents du mouvement lequel est même perçu avec anxiété par nombre de familles immigrées qui y voient un vague d'extrême-droite. Ces différents sondages réalisés par trois instituts distincts, montrent que si une partie des Français soutient toujours les Gilets Jaunes, cet engouement n'est plus plébiscitaire et commence même à tutoyer dangereusement la barre des 50%, zone de flottaison minimale pour tout mouvement "populaire".

On peut dès lors trouver étrange que la participation à un mouvement double en quelques semaines quand le soutien de la population s'effrite. Cette dichotomie n'a étrangement pas été soulignée par les médias (que l'on présente volontiers comme "anti-Jaunes"). Il est pourtant intéressant, tant sur un plan politique que sociologique, de souligner ce paradoxe entre la tendance quantitativement haussière et sympathiquement baissière d'un mouvement, une première dans l'histoire des mouvements sociaux, le nombre de participants ayant toujours été en lien étroit avec le capital sympathie auprès de l'opinion publique.

L'analyse des schémas sociopolitiques nous permet d'avancer que cette tendance haussière est justement provoquée par la désaffection d'un large pan de l'opinion. Étonnante de prime abord, cette assertion s'impose avec l'étude comparée des deux courbes à partir de la mi-décembre, lorsque le mouvement avait commencé à s'essouffler. Soit, une courbe A représentant la tendance quantitative du mouvement et une courbe B figurant l'évolution du soutien des Français à la cause jaune.

On observe tout d'abord que le soutien des Français n'a cessé de baisser (84% à la mi-novembre, 80% fin novembre, 77% début décembre, 72% mi-décembre, 62% fin décembre et 55% au début de l'année 2019. La baisse la plus importante est enregistrée entre le 15 et le 30 décembre, lorsque le soutien perd dix points (de 72 à 62%) explicable tant par l'essoufflement du mouvement que par les propositions présidentielles, l'approche des fêtes et la désaffection des Français suite aux perturbations ayant émaillé les diverses manifestations. Figurons-nous à présent une courbe B sur laquelle seraient représentés le nombre de manifestants aux neuf journées de mobilisation : 200 000 le 24 novembre, 80 000 le 8 décembre, à peine 32 000 le 22 décembre, puis, miracle, 38 000 le 29 décembre, 50 000 le 5 janvier et 84 000 ce 12 janvier.

Contrairement à l'affirmation de nombreux journalistes et sociologues, cette hausse ne peut être imputée à la fin des vacances scolaires dans la mesure où elle a commencé dès le 29 décembre, soit en pleine période festive : on avait alors compté 6000 manifestants de plus que lors du samedi précédent. Les Gilets Jaunes affirment quant à eux que cette hausse serait due à des mesures insuffisantes du président Macron qui, au lieu d'atténuer la colère du peuple l'aurait agrandie davantage en ne réalisant pas la portée de la crise, poussant ainsi des Français qui n'étaient jusqu'alors pas très jaunes à rejoindre la vague sociale. Cet argument n'a pas plus de sens. Certes, les vœux présidentiels du 31 décembre (ponctuées de nombreuses promesses sociales) n'ont pu empêcher la tendance haussière des manifestations – puisque, l'acte VIII du 5 janvier a compté 18 000 manifestants de plus que l'acte VII qui s'était déroulé avant les vœux présidentiels. Mais est-ce vraiment du au fait que les mesures annoncées seraient perçues comme insuffisantes par le peuple ? On aurait pu valider cet argument des Gilets Jaunes si les mesures du président Macron avaient été rejetées par l'ensemble de la population ; or, 54% des Français se sont dits convaincus par le Président et satisfaits par son projet de grand débat national. Preuve en est la baisse continuelle du soutien aux Gilets Jaunes qui est passé de 62 à seulement 55% entre le 30 décembre et le 7 janvier. Nous pouvons dès lors affirmer sans crainte que ceux qui viennent gonfler les rangs des manifs jaunistes ne sont donc pas de simples Français non-satisfaits par la réponse d'Emmanuel Macron aux revendications des Gilets Jaunes. Qui sont-ils alors ?

Ce sont effectivement des Français jusque là non engagés dans le mouvement (qu'ils soutenaient de loin) et qui enfilent soudain la tenue jaune pour défiler à leur tour dans les rues. Mais, contrairement à ce qu'on affirme au sein des Gilets Jaunes, ces Français ne sont pas des citoyens au départ non-jaunistes qui se seraient mus en gavroches suite aux mesures sociales de Macron jugées insuffisantes. Ils le soutenaient dès le départ, et leur soutien n'a pas faibli, contrairement à la majorité des Français. Au contraire, sentant que le mouvement s'essoufflait et que le soutien diminuait, ils ont décidé de redonner un second souffle artificiel au mouvement en en gonflant les rangs. Pour faire simple : aujourd'hui seuls 2% des Français vont à la messe chaque dimanche, alors que 49% se disent catholiques – donc 47% sont des "croyants pas pratiquants". Imaginons que ces 47% aillent soudain se jeter en masse dans les églises pleines à craquer. On croirait avoir affaire à de nouveaux convertis et à une christianisation massive de la société mais ce serait un simple effet d'illusion puisqu'il s'agirait de personnes déjà catholiques qui se seraient jointes aux 2% de pratiquants réguliers. Le nombre de non-catholiques resterait absolument inchangé.

Cette manœuvre est très répandue en politique, surtout à l'ère des images et du quantitatif où l'on se doit de montrer "que l'on existe". De fait, notre société croît à la valeur performative et la dynamique psychologique y est primordiale. Si l'on voit qu'un mouvement perd en intensité, on aura tendance à ne plus le considérer comme sérieux et à ne plus y prêter attention. Cela oblige les partis, les syndicats et en général tous les groupes de pression à être en état d'urgence permanent et à se donner, fût-ce artificiellement, un air de jouvence éternelle. On a assisté à des schémas similaires lors de la Manif Pour Tous.

Ainsi, la marche du 26 mai 2013 contre le mariage gay avait réuni plus de 1,6 millions de personnes dans toute la France, soit plus que les marches précédentes. Pourtant, à cette heure, la loi était déjà adoptée et la Manif Pour Tous était largement discréditée auprès d'une majorité de Français qui soutenaient désormais l'union des personnes homosexuelles. Le dynamisme de cette marche s'explique par un travail de propagande acharné au sein du service com' de la Manif Pour Tous afin de pousser des personnes soutenant de loin la Manif Pour Tous sans forcément y participer à descendre dans la rue pour montrer que le mouvement était toujours là.

Car, cette décision de se mobiliser n'est pas prise simultanément par des millions de Français de manière quasi-télépathique. L'essentiel de l'effort est fourni par un travail acharné de communication au sein de ces mouvements mêmes qui ont compris la nécessité de parler à ces "soutiens passifs". Il faut reconnaître aux Gilets Jaunes auxquels un excellent travail d'agitprop auprès des masses. Ils semblent avoir réalisé que si leur mouvement veut perdurer malgré le désamour progressif des Français, ils doivent cibler non plus les militants réguliers (qui seront là quoi qu'il arrive) ni les Français en désaccord avec eux (qui ne se jauniseront jamais) mais bel et bien cette frange de la population que j'appelle les "soutiens passifs" et qui n'a pas encore enfilé son gilet pour se joindre à la vague jaune.


Moyenne des avis sur cet article :  1.16/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • Giordano Bruno 15 janvier 13:14

    « malgré les nombreuses concessions de l’exécutif... »

    Vous plaisantez ? C’est du second degré ?

    « Seuls 55% des Français disent aujourd’hui soutenir les Gilets Jaunes

    Ils ne sont que 62% à trouver ce mouvement »légitime« .

    la vague semble se tarir – seuls 67% des plus modestes »

    « Seuls » ? « Ils ne sont que » ? « La vague semble se tarir » ? Mais c’est la majorité ! Que pensez-vous alors des complémentaires ? Les 45 %, 38 % et 33 % ? Vous avez des lacunes en arithmétique.

    "Deux tiers des personnes diplômées et des urbains demandent l’arrêt du mouvement, quand que les jeunes, les ruraux, les catégories peu ou pas diplômées constituent le vivier de la vague protestataire."

    Je n’y crois pas. Avez-vous des sources fiables pour étayer ces assertions ?

    cette dernière catégorie, au début largement derrière les Gilets Jaunes, s’en est désolidarisée suite aux nombreuses violences survenues en marge des manifestations...

    Se désolidariser de quelqu’un quand il se fait agresser ? Voilà une conception bien étrange.

    J’arrête ici la lecture pour ne pas perdre davantage mon temps.

    1/5 (le 0 n’étant hélas pas possible)


    • lautrecote 15 janvier 13:58

      @Giordano Bruno
      vous avez tort, c’est marrant jusqu’au bout !


    • Le421 Le421 15 janvier 18:52

      @Giordano Bruno
      Encore un qui a fait Dieu, BFMTV !! Pardonnez-le, la religion, ce peut être terrible.
      Mis au rancart le « Rakoko », il a trouvé son maître !!
      Sans déconner...


    • jeanpiètre jeanpiètre 15 janvier 20:19

      @lautrecote
      rien que la description anarcho liberal donne le ton , on est dans la crétinerie en pleine crise d’obésité informative morbide


    • Feste Feste 15 janvier 22:26

      @ledo
      Toi tu as vraiment un souci avec les trisomiques. Non seulement tu es un con, mais en plus tu es un sacré connard.

      @Kirkitadze

      Tiens sinon pour le sondage du jour de BFmerde repris par ton journal préféré valeurs actuelles, tu es vraiment synchro :

      Après avoir reculé à 60% la semaine dernière, l’approbation des Français à l’égard des « gilets jaunes » est en hausse de 7 points 

       https://www.valeursactuelles.com/politique/le-soutien-aux-gilets-jaunes-en-net-regain-selon-un-sondage-102863


    • velosolex velosolex 15 janvier 23:07

      @Giordano Bruno
      V’là notre macroniste de service qui remet le couvert.
      Après les avoir accusé de voler les sous de la quête, à l’église, il nous dit qu’il n’est plus le seul à ne pas blairer les gilets jaunes.
      Vieille combine toute aussi éculée que la première : Le pari que l’opinion est moutonnière, et qu’il suffit de trouver un gamin qui dit « j’aime pas le nutella », pour que tous refuse alors de lécher la cuillère. 

      Comme vous j’ai pas pu lire cette soupe insipide. Du Week end je retiens les images hallucinantes de ce pompier volontaire qu’ils ont tiré de dos comme un lapin, et qui se trouve dans le coma. Les images à mon avis permettent aisément de reconnaitre les deux tireurs, qui portent la même responsabilité et qui devraient évidemment être confronté à la justice, dans un état normal. . Le gamin de quinze ans qui a eu la mâchoire fracturée par un tir de flash ball alors qu’il ne participait même pas à la manif des gilets jaunes a frappé l’opinons, et est peu susceptible de rassurer le peuple sur ceux censés les protéger...Même les médias mainstream commencent à tiquer, sentant le roussi !


    • V_Parlier V_Parlier 15 janvier 23:22

      @Giordano Bruno
      Un passage un peu en marge me pique les yeux :
      "la loi était déjà adoptée et la Manif Pour Tous était largement discréditée auprès d’une majorité de Français qui soutenaient désormais l’union des personnes homosexuelles.« 
      —> La majorité des Français n’en avait, au mieux, rien à carrer de cette »union" si éloignée de leurs préoccupations !


    • Feste Feste 16 janvier 01:06

      @ledo
      Mais si un con peut etre doublé d’un connard, chacun de tes posts pourrait te le prouver si tu n’étais pas si con. smiley


    • vesjem vesjem 16 janvier 08:49

      @Giordano Bruno
      c’est le larbin de service ; faut pas commenter, juste répertorier le troll


    • Alren Alren 16 janvier 13:27

      @Giordano Bruno

      "Deux tiers des personnes diplômées et des urbains demandent l’arrêt du mouvement, quand que les jeunes, les ruraux, les catégories peu ou pas diplômées constituent le vivier de la vague protestataire."


      Comme cela sent le racisme de classe !!!

      Cela sous-entend que les personnes diplômées urbaines ont raison, elles sont plus intelligentes que les jeunes, les ruraux les peu ou pas diplômées !

      Cette mentalité du mépris est bien dans l’esprit de la macronie pour qui un peu de pédagogie permettrait de faire admettre aux butors (comme les nobles appelaient autrefois les paysans qui les faisaient vivre grassement) qu’ils doivent encore réduire leur niveau de vie pour que les 1%, (correspondant à la noblesse d’autrefois) puissent toujours accumuler de la fortune dont ils n’ont pas l’usage à part commettre quelques excentricités comme d’avaler de l’or en feuille sur une côte de bœuf !


      En réalité, l’auteur n’a aucune preuve de ce clivage entre membres du peuple, certainement inexistant, d’autant plus que les classes dites moyennes sont celles qui paient le plus d’impôts proportionnellement, les impôts directs et les taxes « invisibles » et que nombre de catégories professionnelles de ces classes se sentent toujours plus déconsidérées et déclassées.

      Mais les instituts de sondage, propriétés comme les journaux et magazines d’information de l’oligarchie, sont comme eux à la lutte contre les GJ, lutte un peu désespérée ...




      • Nicolas Kirkitadze Nicolas Kirkitadze 15 janvier 16:09

        @Clocel

        SputnikNews étant (comme son nom l’indique) un satellite du Kremlin, il n’est absolument pas étonnant qu’ils fassent ce genre de sondages dont ils ne dévoilent même pas la source. Les sondages dont je parle viennent d’instituts publics ou privés de renom tels que l’IFOP, Cevipof, Odoxa, OpinionWay qui ont une méthode de travail et des sondeurs ayant suivi des cursus adéquats. Mais je me demande quelles sont les sources de Sputnik et sur quels instituts ils se basent pour sortir ces chiffres.

        SputnikNews est en fait l’héritier de l’agence Tass qui tait chargé de distiller, sur un ton rebelle et dissident, de la désinformation soviétique dans le monde occidental. D’ailleurs, nombre de journalistes de Sputnik (en Russie, j’entends) sont d’anciens de la Pravda et de l’agence Tass. Le fondateur de cet organe n’est autre que M. Alexandre Latsa, un ami et disciple de l’ultra-nationaliste Douguine qui rêve de recréer une URSS (épuré de l’idéologie communiste, laquelle serait remplacée par le nationalisme chrétien) dont Moscou serait de nouveau la capitale.

        Je ne jette néanmoins pas la pierre à nos cons-frères de Sputnik. Ils sont parfaitement dans leur rôle de désinformateurs et d’agents d’influence de la Russie. Tout comme les USA et les pays du Golfe ont leurs propres médias diffusant leur propagande respective. C’est comme ça que fonctionnent les relations internationales... Ceux qui m’énervent le plus, ce ne sont pas les « journalistes » de Sputnik et de RT, mais les personnes qui les écoutent et qui, comble du comble, se pensent rebelles alors qu’ils sont on ne peut plus conformistes.

        On critique les « médias aux ordres » en France mais on va écouter un média aux ordres du Kremlin ? On critique le manque de liberté d’expression en France et on idéalise un régime qui est encore plus liberticide ? Quel non sens ! Si les spectateurs de RT France et autres fans de Poutine vivaient en Russie, ils n’y tiendraient pas deux semaines. Je connais bien le milieu pro-russe car j’avais pris partie pour les séparatistes du Donbass durant au début de l’insurrection. Ce milieu est encore plus conformiste et liberticide que ce qu’on appelle les « médias mainstream ». On m’avait même proposé un poste de journaliste dans un des médias pro-russes cités ci-dessus à condition que j’accepte de dire uniquement ce qu’on m’écrirait d’avance (donc, impossible de nuancer les choses : obligation de présenter le conflit comme « Méchants Ukrainiens » contre « Gentils Russes »). J’ai décliné l’offre en leur disant d’aller se faire voir chez les Grecs. Cela me fait doucement rire quand certains ici prétendent que je serais payé par le gouvernement et que mes articles seraient écrits par d’autres : si j’avais voulu d’une telle vie, je serais devenu journaliste chez RT France.

        Ceux qui boycottent les médias français et regardent béatement les médias russes me font penser à ces filles qui larguent leur mec parce qu’il les a trompées une fois et vont se jeter dans les bras d’un salopard qui les trompe tous les jours. J’appelle cela de l’immaturité émotionnelle.

        Cordialement

        N. K.


      • mac 15 janvier 17:24

        @Nicolas Kirkitadze
        Et vous, êtes-vous un satellite de l’Elysée ?
        Franchement cette baisse est normale étant donnée le durée du mouvement et un certain parti pris des médias dominants qui oublient généralement de montrer les blessés à vie du côtés des manifestants.
        Il n’en reste pas moins que ce mouvement a le soutient d’une grande partie des Français et certainement plus que Macron qui se déplace en province comme si de rien n’était avec des manifestants écartés de son trajet ce qui pourrait faire penser à Don Salluste réclamant des acclamations au peuple mais sans la drôlerie de De Funès même si certaines de ses gesticulation pourraient y faire penser. Vous par contre, vous me semblez assez drôle...


      • Clocel Clocel 15 janvier 17:38

        @Nicolas Kirkitadze

        En l’occurrence, Sputnik ne faisait que reprendre un sondage ELABE commandé par BFM, ça ne laisse que peu de place à la manipulation...

        Des soucis avec les filles ?

        Vous voulez qu’on en parle ? smiley


      • Nicolas Kirkitadze Nicolas Kirkitadze 15 janvier 18:50

        @Clocel
        Mais les chiffres sont déformés. La grande spécialité des médias russes est de mentir en reprenant quelques vérités et en se référant à des sources officielles pourtant honnies pour mieux embrouiller les esprits. Et surtout en déformant les informations de ces sources pour leur faire dire ce qu’on veut. Les Russes sont loin d’être bêtes, ce sont les champions de la com parfaitement au courant des techniques de persuasion.

        Non, aucun souci de mon côté. Et vous ? Je pose la question car j’ai lu les revendications de certains GJ qui veulent rouvrir les maisons closes, ce qui signifie une détresse sexuelle certaine. On s’en doutait un peu au vu de leurs attaques ordurières contre la première dame ou Mmes. Bergé et Schiappa. Ce qui est drôle avec l’extrême-droite, c’est que lorsqu’ils critiquent une femme, leur angle d’attaque est toujours sexuel. Du coup, si quelqu’un a besoin de s’étendre sur un divan de psy, ce n’est sûrement pas moi mais vos copains jaunes.


      • Le421 Le421 15 janvier 18:55

        @Nicolas Kirkitadze
        Les chiffres sont déformés, et suivant qui les diffuse, on les écoute.
        C’est con.
        Trouvez-moi une presse indépendante dans la dictature France où les flics massacrent impunément... Et quand je dis « dictature », je pèse mes mots.
        Je le prouve quand on veut !!


      • Ouallonsnous ? 15 janvier 19:49

        @Nicolas Kirkitadze

        L’immature, c’est toi et ce n’est pas émotionnel mais du à ta propension à raconter ce qu’on te dit moyennant le nombre de « biffetons » que tu empoche !!!


      • Feste Feste 15 janvier 22:29

        @Nicolas Kirkitadze
        De l’art de s’enfoncer à chaque article. smiley Vous avez du talent pour la noyade, c’est bien... 


      • Feste Feste 15 janvier 22:31

        @Nicolas Kirkitadze
        Les chiffres sont déformés ? Vous parlez de ceux de votre article qui ne cadrent qu’avec vos désirs ? smiley


      • velosolex velosolex 15 janvier 23:18

        @Nicolas Kirkitadze

        Vos articles sont totalement contre performants. Non seulement ils ne parviennent pas à manipuler l’opinion, ici, mais ils augmentent la colère. C’est du même tonneau que votre leader, le dénommé Macron, qui chaque fois qu’ils sort sa caisse de l’Elysée se ramasse un soufflet, augmentant ce qu’il faut bien appeler « la haine ». 
        Dans le même état d’esprit, les affirmation de castaner qui prétendait ce jour qu’aucun flic ne s’est rendu coupable d’une exaction.
        Le problème, le sait il, c’est que les videos en nombre prouvent le contraire. Propos donc totalement absurdes, d’inspiration totalitaire, disant clairement « je définis le vrai ! ». Nous nous trouvons là dans la logique qu’Orwell avait préfiguré, avec son ministère de la vérité. https://bit.ly/2ALop5G VIDEO. Violences policières : Christophe Castaner estime qu’« aucun policier n’a attaqué des « gilets jaunes » »


      • velosolex velosolex 15 janvier 23:33

        @mac
        Le culte des chiffres sur lequel notre macroniste construit son article est dans l’ADN de ce mouvement de technocrates. Au lieu de prendre l’air du pays, dans la rue, comme le font les journalistes, notre homme s’enferme dans les relevés météorologiques des instituts de sondage, et du bidouillage aux ordres. Deux gars debout sur une poubelle parviennent à fermer le couvercle, car c’est un ordre…... 
        C’est ainsi dans ce royaume du tout va bien monsieur Macron, que l’élite autoproclamée n’a rien vu venir de ce mouvement, qui tient du tsumani : Une lame de fond qui enfle et qui finit par tout balayer sur son passage. Nos sondeurs d’opinion me font penser à ces photographes qui restaient sur la plage, en faisant des clichés de la mer qui moutonnait, alors que les animaux dont on retire le plus souvent toute intelligence avaient depuis une heure décampé au loin….
        Tous ceux qui vivent la vrai vie, en dehors des courbettes du palais, savaient très bien que cela allait péter...Taxes et compression pour le petit peuple qui se voyait admonesté s’ils protestaient. « C’est pour le climat, c’est pour votre sécurité… » Le 80, je l’ai vu venir, comme plein d’élus, qu’avec la montée des taxes sur fond d’hypocrisie climatique, pendant que Benalla faisait le porte flingue, cela allait allumer la bombe. Ils avaient oublié l’adn d’une révolution. Cette colère a quelque chose d’inédit, car elle a emporté toutes les prévisions et les sas de sécurité et de démagogie que nos cranes d’œufs pensaient impossible à rompre. Et nous sommes en hiver...Le printemps est devant nous. 


      • Traroth Traroth 16 janvier 10:53

        @Nicolas Kirkitadze

        « Un sondage Elabe, réalisé pour BFM TV », avec le lien vers le sondage : https://elabe.fr/gilets-jaunes-grand-debat-national/

        Apprenez à lire d’urgence !


      • Seudoo 16 janvier 11:13

        @Feste

        Il nous refait le grand bleu version cuvette à chiotte.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 janvier 18:28

        @Nicolas Kirkitadze
         
        La mauvaise foi des médias est devenue si évidente, qu’il ne vaut plus la peine de faire le suivi de information ou d’ajouter des commentaires. Le choses suivent leur cours, irréversible, et la France va mettre a profit les Européennes pour dire à ceux de la caste politique, tous confondus dans un même mépris, de « rendre leurs tabliers » et de rentrer chez eux. Ils on fait leur temps depuis 1945. On va plonger dans l’Inconnu. 

        PJCA


      • benedicte_gab 15 janvier 13:39

        Malheureusement pour vous « Valeurs actuelles » vraiment pas un truc de gauchiste dit le contraire et qu’il y a un rebond du soutien au mouvement https://www.valeursactuelles.com/politique/le-soutien-aux-gilets-jaunes-en-net-regain-selon-un-sondage-102863 

        Je cite l’article « Après avoir reculé à 60% la semaine dernière, l’approbation des Français à l’égard des « gilets jaunes » est en hausse de 7 points : +2 points de « sympathie » (31%), selon cette étude, et +5 points de « soutien » (36%). A l’inverse, les sondés sont 13% à être « opposés » au mouvement contestataire, et 12% à lui être « hostiles ». 8%, également, s’y disent indifférents. »

        Etant donné que vous partez d’un postulat faux « mobilisation en hausse et soutien en baisse » votre article relève du fantasme et non de l’analyse, d’article en article, il est visible que le vrai journalisme n’est vraiment pas votre truc ... il est vrai que ce n’est pas très tendance le vrai journalisme dans les médias de nos jours.


        • Nicolas Kirkitadze Nicolas Kirkitadze 15 janvier 16:29

          @benedicte_gab

          Parce que Valeurs Actuelles et les autres médias d’extrême-droite sont à l’unisson. Ils prennent leurs fantasmes pour des réalités : « Macron est aux abois », « Bientôt une Assemblée Constituante », « Le Grand Soir est pour demain » etc... Franchement, il suffit d’aller voir par soi-même pour comprendre que ces articles grandiloquents de VA, du Figaro et d’Atlantico relèvent plus de la méthode Coué que d’une réelle analyse des faits.

          Je ne leur jette pas la pierre : ils sont tout à fait dans leur rôle. Quand on soutient une cause, on ne va pas dire « Nous avons foiré totalement » ou « C’est foutu, rentrons chez nous et vautrons nous devant Secret Story »... Il faut au contraire regonfler la motivation des troupes en clamant qu’on est majoritaires et que la victoire est pour bientôt. Cependant, quand on fait ça, c’est de la communication et non du journalisme. Le vrai journaliste doit être « sans peur, sans roi, sans patrie, sans orgueil, sans maître, étranger dans sa propre cité et doit s’atteler à ne relater que les faits », comme le disait le rhéteur Lucien au IIème siècle  celui-ci parlait des historiens mais on peut adapter sa sage maxime au journalisme qui n’est autre que l’histoire immédiate. Les démarches de l’historien et du journaliste sont d’ailleurs très similaires (analyse des faits, objectivité, rigueur) à ceci près que l’historien traite du passé et le journaliste du présent.

          Un vrai journaliste ne doit rouler ni pour le pouvoir, ni pour l’opposition. Or, aujourd’hui, on a l’impression qu’à partir du moment où un journaliste tape sur le gouvernement il est dans le vrai... Comme si un opposant ne pouvait pas mentir. Cette manie d’accorder plus de crédit aux opposants qu’aux détenteurs du pouvoir trouve directement ses origines dans la matrice judéo-chrétienne de notre société : « Tu as caché ta parole aux savants et tu l’a révélée aux humbles et aux nourrissons », disait Yeshoua bar-Yosef... A partir de là, l’engrenage était enclenché vers la décrédibilisation du pouvoir et des « sachants » et vers la sanctification de la parole des « petits » qui racontent souvent n’importe quoi à l’instar de ce monsieur qui m’expliquait tout à l’heure que le gouvernement allait nous faire payer en même temps les impôts de 2018 et de 2019... ce qui est totalement faux, il suffit de lire la lettre que M. Darmanin a adressé à l’ensemble des contribuables français.

          Donc, je suis d’accord avec vous. Le « vrai » journalisme est de plus en plus rare à trouver. Mais nous n’avons visiblement pas la même définition du mot « vrai », ni du mot « journalisme ».


        • mac 15 janvier 17:26

          @Nicolas Kirkitadze
          Ah bon parce que ces journaux sont contre Macron ?
          A mince je n’avais pas remarqué...


        • mac 15 janvier 17:40

          @Nicolas Kirkitadze
          Le pouvoir, les « sachants », vous n’en faites pas un peu trop ?
          Ce qui me sidère chez les pro LREM, notamment certains ministres et députés, c’est leur arrogance. Ils donnent l’impression d’être les porteurs du « bien universel ».
          Le pouvoir, un certain nombre de français le remettent en cause parce qu’ils se sont aperçus que l’on élit de plus en plus nos dirigeants (je ne parle même plus de représentants) par défaut et qu’il est tant que les institutions changent. Le statut presque indétrônable d’un président français n’est sans doute plus acceptable au 21ème siècle.


        • Nicolas Kirkitadze Nicolas Kirkitadze 16 janvier 00:00

          @mac

          J’utilise à dessein le mot « sachant » que l’extrême-droite accole moqueusement aux intellectuels afin de les discréditer. Je n’ai personnellement jamais cru qu’un diplôme était gage d’intelligence : c’est tout au plus un marqueur de culture (et encore). Malgré tout, taper sur les intellectuels et les appeler « sachants » par moquerie est une preuve de jalousie de classe selon moi. Un pays a besoin d’ouvriers comme il a besoin d’intellectuels. Si un corps humain ne peut vivre sans bras, il ne peut non plus survivre sans cerveau.

          Ce que je voulais souligner dans le commentaire précédent, c’est que cet anti-intellectualisme vient du christianisme (A 12 ans, Jésus se permet de répondre à des docteurs de la loi qui ont passé leur vie à étudier les écritures juives). Ce discours chrétien a créé un terreau favorable à la remise en question des acquis, aux fake news et à la sacralisation des « petits » face aux « sachants » et aux gens de pouvoir. Cependant, si les chrétiens font preuve de scepticisme et de rébellion face aux autres religions, ils attendent une obéissance aveugle lorsqu’ils arrivent eux-mêmes au pouvoir. Ce sera pareil avec les GJ : je doute qu’un mouvement libéral puisse se créer et manifester librement dans une France dirigée par Maxime Nicolle et Eric Drouet. Je doute également que des « médias alternatifs » puissent subsister dans un tel pays. Bizarrement, l’oppression, ça ne choque que quand on la subit et jamais quand on l’inflige... 


        • kalachnikov kalachnikov 16 janvier 00:09

          @ Nicolas Kirkitadze

          Ca vient du judaïsme. L’arbre de la Connaissance. Jésus est détenteur de l’épée de Vérité, l’Apocalyse est un dévoilement.

          Vous n’êtes pas m^me un sachant, mais un magouilleur. LREM, très simplement.


        • Feste Feste 16 janvier 01:08

          @Nicolas Kirkitadze
          Vous voudriez tellement être un intellectuel assermenté j’ai l’impression, mais manque de bol, votre soutien le plus inconditionnel c’est ledo. Perdu


        • Ouam Ouam 16 janvier 01:41

          @Nicolas Kirkitadze
          "...Ce sera pareil avec les GJ : je doute qu’un mouvement libéral puisse se créer et manifester librement dans une France dirigée par Maxime Nicolle et Eric Drouet. Je doute également que des « médias alternatifs » puissent subsister dans un tel pays.

          ...« 
           
          Heu la vous le faites exprès ? c’est de la provoc, c’est pour monter les »likes", rassurez moi smiley
           
          Les GJ n’arretent pas d’expliquer et de démontrer à travers leurs actions qu’ils ne veulent PAS de représentants du style :

          Qui onts les pleins pouvoirs, et ne sonts pas surveillables.
          Ne sonts pas élus à la majorité mais à une proportionnele completement injuste.
          Et comble de tout, ne sonts pas révocables, meme en Amérique du Sud certains dirigeants peuvent l’etre, et ils ne sonts ni de droite et encore moins d’extrème droite pour votre gouverne.

          Etre journaliste (ou vouloir l’etre) nécéssite beaucoup de connaissances générales et le mimimum d’objectivité (rahem)
           
          Comment voulez vous dans ces conditions qu’un Eric Drouet ou un Maxime Nicolle

          ou un autre puisse gouverner le pays, vu qu’ils n’auraient tous aucun pouvoir ?
           
          Qd aux médias, vous etes sérieux ?, ou vous l’ignorez en étant de bonne foi,
          qui possède tous les grands médias en France, donc question pluralitié de l’information (rhahem...bis)
           
          Renseignez vous diantre !
           
          Ps et à soutenir ce système alacon , vous allez le payer tres cher auxs prochaines élections européennes, vu le bricolage éléctif récent et Monarc one qui souhaites s’en servir comme un cationnement à sa ploitique désastreuse.

          Dans quelques mois, vous aurez enfin l’occasion de pousser vos cris d’orfraie, alors que vous serez un des architectes (ou un de ceuxs qui onts soutenu) ce système injuste qui ne respecte meme pas les bases démocratiques ET la pluralité.
           
          Vous comprendrez mon message dans quelques mois, gardez le bien au chaud.


        • Nicolas Kirkitadze Nicolas Kirkitadze 16 janvier 15:11

          @Ouam

          Vous soulevez une question intéressante quant aux relations entre Droits de l’Homme et libéralisme. Disons que ces relations ne vont effectivement pas de soi mais qu’elles ne sont pas antinomiques pour autant. Le sujet est très vaste et mérite un article à lui tout seul (une prochaine fois, peut-être) mais je vais néanmoins tenter de vous répondre dans les grandes lignes.

          Le libéralisme n’est pas de fait corrélé aux Droits de l’Homme dans la mesure où un libéralisme trop extrême peut bafouer ces derniers. Et puis, il faut définir ce qu’on veut dire par « libéralisme » : parle-t-on d’un libéralisme économique ou d’un libéralisme politique ou des deux ? Car, comme vous l’avez souligné les pays du Golfe et la Chine (on peut aussi y inclure les USA) sont des pays économiquement libéraux mais politiquement autoritaires voire dictatoriaux. Pinochet et Soeharto sont aussi des exemples de dictateurs « libéraux ». Mais personnellement, je ne considère pas que ces régimes soient vraiment libéraux. ce n’est pas parce qu’on a une économie de marché qu’on est libéral. Le libéralisme doit aussi s’exprimer politiquement à travers un effacement progressif de l’Etat au profit de la responsabilité individuelle.

          Et les Droits de l’Homme, dans une acceptation trop extrême de leur application, peuvent aussi aller contre le libéralisme. Il est intéressant de noter que contrairement à la Révolution Américaine qui avait pour essence la liberté, la Révolution Française avait pour essence l’égalité. Là où les colonies d’Amérique voulaient se libérer d’un occupant extérieur pour créer une démocratie citoyenne où chacun serait individuellement responsable, la Révolution Française a pour racine une jalousie de classe des pauvres et des bourgeois contre la noblesse et le clergé. Des penseurs libéraux qui avaient soutenu la Révolution états-unienne ont donc été très critiques envers la Révolution Française car ils pressentaient que cette dernière allait instaurer un étatisme totalement antilibéral axé sur l’idée fanatique de l’égalité. Je prends des pincettes en disant ces choses là car la critique de la Révolution est un leitmotiv constant dans l’extrême-droite française. Sauf que moi, je ne critique pas la Révolution au nom d’un prétendu « ordre naturel » catho et tradi qui aurait été renversé par les méchants franc-maçons : je la critique au contraire au nom du libéralisme. Je suis en désaccord avec le fascisant Furet : pour moi, il y a bien deux révolutions  celle qui va de 1789 à 1791 que j’appelle la révolution libérale (qui aurait pu déboucher sur une monarchie constitutionnelle à l’anglaise, respectueuse des Droits de l’Homme et du Roi tout en ayant les Droits de l’Homme pour boussole) et la révolution plébéienne barbare qui va de 1792 à 1794 et qui a engendré la Terreur et le fanatisme égalitaire. Je méprise Danton et Robespierre mais j’admire Necker, La Fayette et Mirabeau : si ces derniers avaient eu le pouvoir, on aurait pu avoir une belle symbiose entre libéralisme et Droits de l’Homme. Et il n’y aurait pas eu ce clivage droite-gauche stupide qui ankylose notre pays depuis deux siècles déjà. Bien sûr, aujourd’hui, il n’est plus question de revenir à la monarchie car ce serait du passéisme d’extrême-droite et je pense qu’il faut au contraire dépasser le cadre national pour créer un vrai Etat européen ayant cette symbiose entre libéralisme économique et libéralisme politique. Le mot juste serait d’ailleurs « Confédération » et non « Etat » car l’idée même d’état est contraire au libertarianisme. Je souhaite effectivement l’avènement d’une confédération européenne aux cent régions où l’essentiel du pouvoir ne serait plus concentré par les archaïques Etats-Nations mais par la société civile : érudits, entrepreneurs, hommes de loi, activistes humanistes, tout en responsabilisant chaque citoyen tant économiquement que politiquement. Il y a ensuite la question de la langue : quelle devrait être la langue officielle de cette fédération européenne : latin, français, anglais ? Je pencherais personnellement pour l’espéranto (qu’il faudra épurer de quelques coquilles) afin que personne ne soit favorisé injustement. Mais, on n’en est pas encore là, il y a encore bien du travail pédagogique auprès des peuples afin de leur faire comprendre en quoi consiste cet idéal fédéraliste et libéral.

          Sinon, pour Brigitte, je trouve que votre commentaire est assez ordurier, pardon de le dire ainsi. Elle n’a absolument pas sa place « dans un pot de formol », comme vous dites. Je trouve même que c’est une assez belle femme pour son âge et je vais aller plus loin, je suis assez ému par son histoire d’amour avec ce jeune homme qu’elle a choisi d’aimer malgré les tabous et la pression sociale. On va encore me dire : « T’es pro-LREM, gnagnagna »... Mais ça n’a rien à voir. Je n’aime pas qu’on attaque une femme, surtout sur la base de son âge et de son physique, je trouve que c’est une forme de bassesse. Mon peuple est pétri de valeurs chevaleresques (c’est d’ailleurs en Orient que fut inventé le roman courtois, eh oui) et nous vouons un immense respect à la gent féminine. Il m’est dès lors inacceptable de laisser passer de tels propos à l’encontre d’une femme qui a pour seul tort d’être l’épouse d’un président que vous n’aimez pas. J’ai défendu à plusieurs reprises Melania Trump et Carla Bruni face à des attaques machistes similaires, c’est vous dire si ça n’a rien à voir avec mes inclinations politiques. Un peu de respect et de courtoisie, est-ce trop demander ?


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 janvier 18:41

          @benedicte_gab

          « Votre article (celui Kirkitadze) relève du fantasme et non de l’analyse, »

          Ni fantasme ni analyse : pur effort de manipulation. Il ne reste personne d’objectif sur ce site. Chacun se bat pour sa cause ...et je crois que la révolution des GJ est chose faite.

          Pierre JC Allard


        • gaijin gaijin 15 janvier 13:39

          pourquoi ?

          parce que les chiffres étant bidons dès le départ il n’était plus possible de continuer a les faire baisser au mépris des évidences de la rue ....

          voilà pourquoi .... smiley


          • Xenozoid Xenozoid 15 janvier 13:43

            vive L’ANARCHIE


            • Alexosaure 15 janvier 14:01

              Plus de 2000 forces de l ordre qui filtrent et sécurisent dans bourhheoulde ou se rend macron ,il ne semble pas avoir les mêmes chiffres que vous....


              • SamAgora95 SamAgora95 15 janvier 14:01

                Parce que les sondages sont truqués, tout simplement !


                • zygzornifle zygzornifle 15 janvier 16:49

                  Il faut multiplier les chiffres du gouvernement par 3 pour avoir a peut près le nombre de manifestants ....


                  • Emohtaryp Emohtaryp 15 janvier 20:51

                    @zygzornifle

                    Il faut multiplier les chiffres du gouvernement par 3

                    Même pas !

                    Le plus près serait probablement de multiplier par dix, au moins voire plus... Par exemple ; acte 8 , 35 000 selon Gazetamère et plus de 300 000 selon des syndicats de police....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès