• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Gilets jaunes : quelle cause, quelle réponse ?

Gilets jaunes : quelle cause, quelle réponse ?

L’absence, ou le refus, de conduire des analyses systémiques des situations sociales nous entraîne à ne pas comprendre les problèmes posés par les Français. La surdité du Président de la République et de son gouvernement face à la manifestation des Gilets Jaunes montre à quel point notre mode de gouvernance repose sur un modèle technocratique de la parcellisation des questions sociales et économiques ; d’ailleurs relevons que le refus de toute analyse systémique entraîne à séparer la question économique de la question sociale comme si la première n’avait pas d’incidence sur la seconde. Une fois posé cela il faut aussi poser la question du social, de la société et là aussi on parcellise : qu’est-ce qu’une société dans le cadre de pensée technocratique ? La parcellisation de la question sociale amène à réfléchir par rapport à des catégories normées et circonscrites : les sans domicile fixe, les pauvres, les smicards, les célibataires, les parents isolés, etc... Pour ne pas se poser ces questions et de leurs articulations on se cache derrière des slogans : un nouveau monde, transformer la société, les Français sont hostiles aux réformes… Chacun comprendra qu’il faut avant tout définir les choses, surtout si on veut les transformer. Plus ou au-moins autant que chez les membres du gouvernement c’est chez les députés LREM qu’on peut relever cette absence de définition de ce qu’est la société et d’analyse systémique des phénomènes sociaux. Aussi n’est-il pas surprenant qu’ils ne comprennent pas que les gens, malgré les quelques aumônes qui leurs sont faites, soient dans la rue. Sur le plan sociologique les gens, c’est-à-dire l’agrégation ou la cohabitation de personnes, élément fondamental de la société, ne sont pas réductibles à de l’argent ; dans la vie des personnes il y a des espoirs, des besoins, des symboles et surtout de la fierté. Alors, faute d’analyse systémique, ces gouvernants ne peuvent pas entendre que l’augmentation des taxes sur les carburants va au-delà de la gestion du budget des personnes, dans cette augmentation il y a aussi du symbole et du désespoir.

Ce que montrent aujourd’hui les Gilets Jaunes qui donnent une impression de flou et d’inorganisation à leur mouvement, c’est une accumulation et une agrégation de problèmes autant financiers que symboliques. C’est pourquoi leur avoir interdit l’accès à la Place de la Concorde, lieu symbolique s’il en est, puis aux Champs Elysées a été une profonde erreur, mais une erreur qui signe à la fois un désert intellectuel et le mépris dans lequel les élites tiennent les personnes appartenant à ce qu’il est convenu d’appeler le Peuple. La seule réponse apportée à été un discours sécuritaire de fermeté accompagnée de messages de nature ou visant à discréditer le mouvement social des « gueux ». Les députés LREM et les journalistes promacroniens de BFMTV et de France Info n’ont pas cessé de répéter les chiffres, sans vrai fondement (comment les préfectures ont-elles pu compter les manifestât sur les « blocages » où aucun policier n’était présent), du Ministère de l’Intérieur, voulant ainsi montrer l’absence de légitimité du mouvement, laissant croire que les Gilets Jaunes ne sont qu’une bande d’agités, plutôt idiots, qu’une majorité de Français ne suit pas voire, au contraire, désapprouve. Allant plus loin dans la tentative de discréditassions du mouvement, le Ministère de l’Intérieur, avec les journalistes et quelques experts en sécurité, ont porté la focale d’analyse sur les casseurs dont personne n’est capable de nous montrer la réalité de leur appartenance à une quelconque mouvance idéologique, et d’insister sur le besoin d’encadrer les manifestations par les forces de l'ordre bien sûr. C’est tout le travail qui a été confié par BFMTV à un « expert en sécurité » qui démontrait toute la bienveillance des forces de l’ordre, la qualité rassurante des grenades lacrymogènes et surtout l’erreur qu’avaient commise les manifestants en refusant que leur mouvement soit parqué au Champ de Mars et encadré par les policiers mettant ainsi leur « santé en danger ». N’alla-t-il pas jusqu’à ajouter que la méconnaissance par les manifestants de ce qu’est depuis 20 ans une manifestation les avait amenés à négliger la présence de « casseurs idéologisés ». Donc à l’écouter les manifestants auraient dû accepter d’être parqués au Champ de Mars : c’est une conception un peu particulière de la Démocratie, de la liberté d’expression et du droit de manifester. Mais, cet ignorant, tant de l’histoire que de la sociologie ne parlons pas de la philosophie, ne déclarait-il pas à 16h sur BFMTV qu’il avait été écœuré par le défilé des « politiques », s’étonnant qu’une opposition « qui n'excite plus, qui a été effacée » puisse venir s’exprimer sur les plateaux des télévisions et aux micros des radios. Mais, c’est le rôle des opposants au gouvernement que de venir porter une parole contradictoire ! Ce faisant, bien sûr, les partis d’opposition semblent vouloir récupérer le mouvement spontané que sont les Gilets Jaunes, et alors dirai-je ?

Ce monsieur Expert, fin politologue et savant sociologue, nous expliquait que les Gilets Jaunes se trompent en cherchant à faire payer à Emmanuel Macron 30 ans de mauvaise gestion du pays, même si bien des choses sont à reprocher aux prédécesseurs du président de la République qui appartint en tant que ministre à ces « 30 ans ». Monsieur Expert, parce qu’il parcellise à son gré les situations, se trompe grossièrement ou tente de « blanchir » le gouvernement, car aujourd’hui les Gilets Jaunes disent leur désespoir face à des gouvernants, des politiciens et une politique qui les méprisent, face à un président de la République et à une partie des Français qui les humilient. Faire porter sur la seule « bagnole » le poids d’une transition énergétique est une erreur monumentale, et taxer ceux qui n’ont pas d’autre possibilité que de l’utiliser est une insulte à leur endroit. Ces Français du « beau Paris », des startups, de la société numérique qui veulent donner des leçons d’écologie sont ceux qui sont à l’origine de l’usage des canons à neige, du besoin croissant d’électricité, qui vont polluer sous prétexte de tourisme les plus beaux endroits du monde… en un mot les donneurs de leçons, empreints d’une écologie idéologique et sectaire, sont les plus gros pollueurs. En somme ceux qui gagnent très bien leur vie voudraient couper les vivres aux plus humbles ; sans doute rêvent‑ils comme leur mentor Emmanuel Macron, d’asservir le peuple.

Répondre à l’injustice par le mépris et par la force n’a jamais grandi une société pas plus qu’elle ne la fait avancer ; les manifestants finiront par rentrer chez eux comme le firent les suiveurs de Spartacus et ensuite qu’y aura-t-il à part la gloire pour les élites d'avoir une fois de plus soumis le peuple. Puis on proposera, sans réduire les injustices, un comité « bidule » chargé de réfléchir à la transition énergétique qui fera bien sur la plaquette des communicants mais qui ne réglera rien, d’autant moins s’il réunit des syndicats parmi lesquels on retrouvera celui qui, sous prétexte de réformisme, a accepté la Loi Travail, le démantèlement de la SNCF, et des ONG sectaires intégristes de l’écologie. Là, dimanche matin, je reprends mon texte laissé en jachère samedi soir, au moment où une journaliste de France Info nous explique que le président de la République va mettre en œuvre un « haut conseil pour le climat » pour, disait-elle, expliquer et mieux faire comprendre ce qu’est la transition énergétique. Quel mépris pour les personnes qui ont manifesté, ce propos montre la distance entre l’élite (qui se veut intellectuelle) et ceux qu’elle considère comme étant des demeurés incultes. Les personnes qui sont dans la rue aujourd’hui n’ont pas besoin qu’on leur explique ce qu’elles savent très bien, elles attendaient des réponses pratiques et immédiates pour gérer leur vie de tous les jours. Une fois encore ce ne sont que des promesses de discours qui sont avancées. Quand une personne a une jambe écrasée on ne lui dit pas qu’on va se concerter entre médecins pour savoir ce qu’on fera à cette j'ambre, on agit. Là, il eut été judicieux de suspendre les taxes, au-moins de renoncer à leur augmentation future ; le gouvernement aurait ainsi témoigné de ce qu’il avait compris les Gilets Jaunes. Que nenni le président de la République visite des musées en Belgique, reçoit dans un immense « pince fesses » des élus locaux désormais reconnus comme étant des traites à la cause du Peuple, montrant par là le côté dispendieux de l’Etat. Finalement, en guise de dialogue, on envoie la force pour leur certifier qu’ils ont tort et que leur manifestation est illégitime. D’ailleurs on pourrait s’étonner de ce que ces services de sécurité tellement performants n’aient pas empêché, comme ils ne l'avaient pas non plus fait le 1er mai 2018, la venue des groupes idéologisés alors qu’ils avaient si bien réussi au moment de la COP21 ; quels ordres ont reçus les policiers ? On pourra aussi s’étonner de la présence « massive » sur les antennes de représentants des cadres de la police venus nous ratiociner les problèmes de sécurité. Chez moi on appelle ces pratiques « noyer le poisson ».

Dans cet amas où disparaissent les personnes et leur douleur, les perroquets enrubannés de LREM viennent nous expliquer que le gouvernement ne fait qu’appliquer le programme d’Emmanuel Macron et qu’eux votent les lois idoines pour son application. Mais ils ont oublié que le parti majoritaire à l’Assemblée nationale n’a pas été élu par la majorité des Français et ils sont incapables aujourd’hui de comprendre que les abstentionnistes d’hier se font entendre aujourd’hui parce qu’une politique qui ne repose que sur la quantification, qui plus est seulement économique, oublie que la politique s’adresse à des Femmes et des Hommes de chair et de sang. Quand on augmente, à des fins vraisemblablement de marketing politique, l’AAH et qu’en « même temps » on en retire le bénéfice à un nombre très important de handicapés sous prétexte que leur conjoint dispose de revenus convenables, on attente à la dignité de ces personnes outre leur « statut » conféré par l’AAH qui leur signifiait la reconnaissance sociale par une capacité à une certaine autonomie financière. Gouverner ce n’est pas appliquer un programme, gouverner c’est mesurer au jour le jour les problèmes des personnes et y répondre dans le respect de leur dignité, c’est mesurer, au-delà des statistiques et de la comptabilité, les impacts y compris symboliques qu’entraînent les décisions que l’on souhaite prendre ; faute de cette analyse systémique on s’aperçoit souvent que le traitement peut être pire que le mal. Ainsi, revenons aux taxes sur les carburants, faute d’analyse systémique on ne voit même pas qu’elles coûteront à chacun bien plus que la suppression des cotisations sociales n’apporte en augmentation du pouvoir d’achat : les charges sociales pour un salaire de 1200€ net par mois s’élèvent (ou ne s’élèvent) qu’à 14,25€ ! Cette espèce d’orgueil des « marcheurs » que de vouloir transformer seuls la société sans tenir compte des autres est une insulte faite au Peuple qui galère tous les jours et pour lequel chaque décision de la Macronie ajoute de la douleur dans la vie des gens faute d’avoir, dans une analyse systémique, mesuré tous les impacts.

 

Aujourd’hui, après la cassure entre le Peuple et les politiciens, le Peuple et les médias, nous constatons une cassure entre une France qui galère et une élite à hauts revenus salariaux, habitant plutôt les grandes villes et bénéficiant d’un maximum d’infrastructures publiques et qui polluent par d’autres façons que l’usage de la « bagnole », cette élite « du centre » veut faire porter aux seuls usagers, le plus souvent contraints, de la bagnole le prix de la pollution. En sommes les mieux nantis voudraient s’enrichirent sur le dos des humbles. Les députés LREM les confortent dans cette démarche, répétant le discours présidentiel comme le ferait un perroquet enrubanné, cette répétition en boucle leur tient lieu de pensée. Les uns comme les autres ont oublié de lire Camus qui écrivait : « la démocratie n’est pas la loi de la majorité mais la protection de la minorité. »

 

Face à cette fronde, je préfère insurrection, et en présence du fossé entre 84% des Français (chiffre du soutien aux Gilets Jaunes) et la représentation nationale, la seule solution en ce dimanche 25 novembre c’est de renvoyer le gouvernement et dissoudre l'Assemblée nationale pour redonner la voix au Peuple par la voie du vote.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

95 réactions à cet article    


  • Attila Attila 26 novembre 2018 08:45

    "la seule solution en ce dimanche 25 novembre c’est de renvoyer le gouvernement et dissoudre l’Assemblée nationale pour redonner la voix au Peuple par la voie du vote"

    En ce dimanche 25 novembre, il y avait l’occasion de montrer à Macron que sa politique était refusée par le peuple : l’élection législative partielle dans l’Essonne. Le candidat de la Raie Publique en Marche vient d’être élu avec 59% des voix. Et 82% d’abstention.

    Qu’ont fait les gilets jaunes de la région pour faire campagne contre le candidat de Macron ?

    Pourquoi voulez-vous que Macron change sa politique tant que ses candidats sont élus ?

    .


    • Tall Tall 26 novembre 2018 09:19

      @Attila

      18% de participation à cette élection ... abstention record


    • covadonga*722 covadonga*722 26 novembre 2018 09:22

      @Tall
      d’accord mais l’éxotique de Bénito a ramassé combien de ces 18% ?

      pourtant le leader minimo c’est montré avec coquerel et obono la semaine dernière a une réunion publique ou paradait la smala Traoré 


    • Attila Attila 26 novembre 2018 10:37

      @benito merle-huchon
      Avec 82% d’abstention, les victimes de la politique euro-macronienne ne sont même pas venues voter contre.

      .


    • Jelena Jelena 26 novembre 2018 10:43

      @Attila : Les gilets jaunes, c’est avant tout un mixe de FI, FN et abstentionnistes.

      Les FI ne voteront jamais FN, de même que les FN ne voteront jamais FI, ce qui fait qu’au final c’est EM qui gagne... Ce qui fait que Macron peut faire 2 mandats de suite.


    • Tall Tall 26 novembre 2018 10:47

      @covadonga*722
      ’xact, ses amours maghrébines l’ont flingué
      et marine a gagné quelques cahuètes


    • Attila Attila 26 novembre 2018 11:03

      @Jelena
      J’ai peur que vous n’ayez raison.

      .


    • Coriosolite 26 novembre 2018 18:08

      @Tall
      Bonsoir,

      Avec les chiffres bruts (source : Préfecture du 91) c’est encore plus saisissant :

      Inscrits : 72.227
      Votants : 12.319
      Blancs : 739
      Nuls : 464
      Exprimés : 11.116

      AMRANI 4.546
      CHOUAT 6.570








    • jeanpiètre jeanpiètre 26 novembre 2018 18:16

      @Attila
      il n’est plus temps d’utiliser les armes que les puissants ont mis en place pour museler les gens . elections pieges à cons , avec 82% d’absentions, le con n’est pas celui qui ne joue plus le jeu, c’est celui qui croit qu’il représente quoi que ce soit


    • Attila Attila 26 novembre 2018 18:21

      @jeanpiètre
      Le con est celui qui ne veut pas comprendre que voir son candidat battu aurait été une claque pour Macron. Comment voulez vous que Macron recule sur les taxes si ses candidats sont élus ?

      .


    • Tall Tall 26 novembre 2018 18:22

      @Coriosolite
      Merci, effectivement : 6570 / 72.227 = 9.1% pour le macronettiste


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 26 novembre 2018 19:19

      @Attila

      Qu’ont fait les gilets jaunes de la région pour faire campagne contre le candidat de Macron ?

      Bonsoir, Mais les gilets jaunes s’inscrivent dans une toute autre dimension qu’une campagne pour tel ou tel candidat !
      Ils sont rentrés dans une autre logique que celle partisane et politicienne d’élections locales, c’est le réveil d’un peuple dans un mouvement que les « gilets jaunes » veulent a-politique et a-syndical ! Et j’ai l’impression que personne n’a encore compris le message.
      Donc la grille de lecture habituelle des hommes et femmes politiques qui invitent tout un chacun à penser selon les codes en vigueur depuis des décennies, est révolu. Nous entrons dans une phase d’expression populaire tout à fait inattendue. Ensuite qu’il y ait des tentatives de récupérations, on s’en doutait, mais dans l’ensemble, les gilets jaunes restent des « réfractaires » malgré l’émergence ça et là, de « porte-parole » ou de ’représentants« souvent controversés qui se déterminent comme étant des »passerelles« entre le pouvoir et les gilets jaunes. Les syndicats, de leur côté, souhaitent »ouvrir tout grands leurs bras aux gilets jaunes« , mais les »gilets jaunes« leur ont-il ouvert les leurs ? J’en doute. L’expérience des défilés contre la loi travail, contre le démantèlement de la SNCF, des poste, de l’EDF, de la Sécurité Sociale, cela leur a suffi comme exemple raté.
      D’autre part, les politiciens qui n’en sont pas à une contradiction près, si frileux au début devant les »gilets jaunes« et la colère populaire, revendiquent tout d’un coup, leur adhésion au mouvement.
      Le peuple n’a besoin, dans ce grand chambardement,d’aucun représentant officiel pour s’exprimer. Les gilets jaunes s’appartiennent à eux-mêmes.
      Le plus compliqué dans l’histoire et qui dépasse de très loin, la logique d’une société pyramidale et très hiérarchisée, très encadrée, très contrôlée, c’est cette dynamique d’ensemble »horizontale", ce mécanisme qui s’est mis en route et qu’il sera très difficile d’arrêter, malgré toutes les tentatives d’assèchement de ce mouvement, par les médias notamment qui appellent systématiquement par leur manipulation rhétorique et leur sophisme à la méfiance de ce mouvement, voire au rejet. Les gilets jaunes, c’est le refus de tout ce qu’il se passe depuis Sarkozy, grosso modo. Et comme le peuple ne supporte plus d’être humilié à répétitions, il le manifeste aujourd’hui, en demandant la démission du président de la république comme le prouvent les slogans scandés par les gilets jaunes, accompagnés des chants de la Marseillaise, partout en France, là où les gilets jaunes sont présents et actifs. Cela actée au coeur de ce mouvement, c’est un désir général, c’est un désir profond de la population française qui n’en peut plus et ne peut plus blairer la ploutocratie qui prétend nous gouverner.



    • jeanpiètre jeanpiètre 26 novembre 2018 19:25

      @Attila
      le con c’est de croire qu’il y a un candidat qui pourra arreter le train des regressions qui sont programmées par la haute classe française ou européenne avec les règles telles qu’elles sont posées .
      le progrès des petits s’est toujours obtenus par la force , celui des haut de cordée par les lois et par la légalité


    • Yanleroc Yanleroc 26 novembre 2018 22:39

      @Nicole Cheverney, tout-à fait d’ accord avec vous. J’ avais dis ceci que je re-poste ici

      La manne est ouverte, le populo aurait tort de ne pas en profiter.

      Au delà du combat contre l’ indigence pour les uns, la nécessité de garder un certain niveau de vie pour les autres, et de l’écologie,

      c’ est en vérité à une nouvelle société que les Jaunes font appel consciemment ou non !

      Prendre la place de celui qui est au-dessus, en marchant sur la tête de celui qui est en dessous, ne peut satisfaire personne sur le long terme et ne crée pas les conditions suffisantes nécessaires au bonheur !

      Nous qui sommes esclaves, consentants ou non, sans pouvoir de décision, est-ce tout ce que voulons, que d’ autres esclaves prennent notre place,

      pour que nous puissions nous élever plus près du regard compatissant du Maître, la question est-elle de grignoter quelque monnaie de singe et privilèges illusoires ?

      Ou prendrons nous une fois pour toute notre destin en main

      pour inscrire la recherche du bonheur dans nos nouveaux paradigmes,

      et l’ aveu de toutes les vérités cachées qui nous concernent collectivement ? 

      C’ est bien à une refonte complète de ce système qu’ il faut s’ attaquer, au delà même de la lutte des classes, qui ne sera toujours qu’ une lutte fratricide !

      La Révolution à venir (un jour ou l’ autre) -qui est en germe dans les esprits- doit intégrer 

      la Spiritualité, la Connaissance et la Culture autre que celle du porte-monnaie, et transcender les intégrismes religieux, le consumérisme, et le goût du pouvoir !!

      Les GJ ont la possibilité de mettre en place, au sein même du mvt, grâce à Internet, les structures d’ une mode de décision conjuguant à la fois la démocratie réelle, participative, et représentative par la force des choses, sous le regard attentif des peuples qui regardent la F. avec espoir.

      Les papys flingueurs ne lâcheront pas l’ affaire.. 


    • Attila Attila 26 novembre 2018 22:52

      @Nicole Cheverney
      « Mais les gilets jaunes s’inscrivent dans une toute autre dimension qu’une campagne pour tel ou tel candidat !  »
      La revendication principale des gilets jaunes est l’annulation des surtaxes sur les carburants. Comment faire reculer un gouvernement sur une mesure qu’il prend si, d’un côté, on manifeste et, de l’autre côté,on ne vient pas faire battre son candidat. Je serais à la place de Macron je ferais comme lui : « Vos revendications, vous pouvez toujours rêver car les électeurs m’approuvent ».
      Les français, vous êtes complètement cuits, vous n’avez plus aucun sens des réalités, vous êtes perdus dans vos rêves et vous aller crever.

      .


    • Croa Croa 26 novembre 2018 23:29

      À Attila,
      Non ce n’est pas ça. La taxe n’est que le catalyseur d’un soulèvement général.


    • Attila Attila 27 novembre 2018 01:05

      @Attila
      J’ai participé activement à des actions revendicatives il y a quelques années, notamment contre des décisions d’élus et nous avons réussi à les faire reculer plusieurs fois.
      Il y a beaucoup de choses à apprendre lorsqu’on débute dans ce genre d’action, mais une chose qu’on n’apprenait jamais aux débutants tellement c’est évident : pour gagner dans un conflit, il faut utiliser tous les moyens moralement acceptables pour affaiblir son adversaire. Et pour affaiblir un élu, il faut lui faire perdre des élections.
      Que voulez-vous faire avec des gens pour qui cette chose élémentaire n’est pas évidente ?

      .


    • files_walQer files_walQer 27 novembre 2018 11:10

      @Jelena

      La cause

      La solution :

      L’UPR appelle les Français à mettre provisoirement de côté leurs divisions pour se concentrer sur l’essentiel, ainsi que l’avaient fait les membres du CNR (Conseil National de la Résistance) le 15 mars 1944. De nos jours, l’indépendance et la liberté de la France impliquent la sortie au plus vite de la France de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN.

      Pour ceux qui pensent que ce vote ne leur conviens pas pour X raisons :
      Pendant la seconde guerre mondiale, auriez-vous critiqué De Gaulle parce qu’il ne parlait pas de la politique d’après guerre ? Son but était de virer les allemands et que la France récupère sa souveraineté pleine et entière. Aujourd’hui, il faut d’abord sortir de l’UE et de l’OTAN.

      Ensuite les français pourront à nouveau faire des choix car la France sera à nouveau LIBRE !


    • files_walQer files_walQer 27 novembre 2018 11:22

      @files_walQer

      Le prochain vote c’est les européennes. Pour réellement emmerder le pouvoir il faudrait envoyer par le vote notre Nigel Farage alias François Asselineau au parlement européen.

      Si le mouvement des gilets jaunes pouvait provoquer une démission ou une destitution de Macron (on peut toujours rêver), il faudrait que tous ait à l’esprit que le seul vote qui ait un sens c’est Asselineau pour le FREXIT.

      Rien ne changera tant que nous serons dans cette dictature qu’est l’UE.


    • Attila Attila 27 novembre 2018 11:47

      @Croa
      Vous feriez un très bon représentant des gilets jaunes, manipulable à souhait.

      .


    • Attilax Attilax 27 novembre 2018 18:13

      @Jelena

      C’est vrai, mais c’est néanmoins la 1ere fois que je vois des FI et FN allant se faire tabasser ensemble. Et ça, ça rapproche. Ce sont les partis qui nous clivent, et les GJ sont en train de démontrer qu’on est plus fort sans eux qu’avec.


    • Pere Plexe Pere Plexe 27 novembre 2018 18:26

      @Attila
      Bof
      De toute façon les députés ne servent plus à rien.
      En théorie ils représentent le peuple est ont deux fonctions essentielles : légiférer et contrôler l’exécutif.
      Ils ne représentent plus le peuple depuis longtemps et ne sont que les VRP de leurs partis politiques ou du pouvoir.
      Pour le contrôle de l’exécutif là aussi ils ont officiellement renoncé.
      Ils votent docilement les lois dictées par le Palais voir, pour les LREM, signent une lettre de soumission au Prince !


    • kirios 27 novembre 2018 18:35

      @Attila
      59% de 18% =10,62%
      la « démocratie » française se contente de peu !
      c’est indigne !


    • Croa Croa 27 novembre 2018 18:35

      À Attila,
      Au temps pour moi : Je répondais à ton message de 22h52. Sur ton message initial je suis d’accord à 100%.


    • Eric F Eric F 27 novembre 2018 19:22

      @Jelena
      "Les FI ne voteront jamais FN, de même que les FN ne voteront jamais FI, ce qui fait qu’au final c’est EM qui gagne

      « 
      en effet, il peu gagner avec 34%, en ayant une opposition sur sa droite à 33% et une opposition sur sa gauche à 33% ; Le positionnement au »centre" est donc sa martingale. C’est aussi sa politique : les inconvénients de la droite, les inconvénients de la gauche, sans les avantages d’aucun.


    • Attila Attila 27 novembre 2018 21:54

      @kirios
      Ça ne trouble pas les marionnettes à la tête de l’Etat. La règle est qu’il faut obtenir la majorité des suffrages exprimés pour être élu, cela marche même avec seulement 1% des électeurs qui viennent voter :
      La candidate PS élue avec 12,6% des électeurs

      .


    • Durand Durand 26 novembre 2018 08:56

      Si le mouvement des gilets jaunes veut durer, il doit se complexifier, c’est-à-dire, se politiser. La non-ingérence politique et syndicale du mouvement fait le jeu de Macron et de Bruxelles.

      Bonnets rouges ou gilets jaunes, tant qu’une majorité d’incultes politiques n’aura pas compris que les mauvaises conditions sociales et économiques résultent de l’application des traités européens et qu’il est impossible de se mettre d’accord à 27 pour les modifier, ils ne dérangeront pas vraiment le pouvoir.

      
 Osons la France libre !

      .


      • Arogavox 26 novembre 2018 09:24

        @Durand
        Ce conseil risque bien d’être pernicieux, dès lors que ce qui fait justement la force et l’originalité de ce mouvement, c’est au contraire de coller le plus naturellement du monde au concept démocratique !
          Rappel culturel et citoyen de ce qu’avait su voir et expliquer JJ Rousseau dans son fameux « du Contrat Social’ :

         »Si, quand le peuple suffisamment informé délibére, les Citoyens n’avoient aucune communication entre eux, du grand nombre de petites différences résulteroit toujours la volonté générale, & la délibération seroit toujours bonne.
        Mais quand il se fait des brigues, des associations partielles aux dépends de la grande, la volonté de chacune de ces associations devient générale par rapport à ses membres, & particuliere par rapport à l’Etat ;
        on peut
        dire alors qu’il n’y a plus autant de votans que d’hommes, mais seulement autant que d’associations
        . Les différences deviennent moins nombreuses & donnent un résultat moins général.
        Enfin quand une de ces associations est si grande qu’elle l’emporte sur toutes les autres, vous n’avez plus pour résultat une somme de petites différences, mais une différence unique ; alors il n’y a plus de volonté générale, & l’avis qui l’emporte n’est qu’un avis particulier.

        "


      • Arogavox 26 novembre 2018 09:41

        @Arogavox
        Cette citation est a rapprocher d’une autre communication qui nous vient du siècle des Lumières sous la forme mathématique du théorème du jury de Condorcet
        (Attention à ne pas confondre avec le « paradoxe de Condorcet », apparemment plus connu aujourd’hui, mais qui n’a rien à voir avec cette remarque) 
          
        cf cette traduction très approximative de wikipédia d’un théorème, démontré dans un formalisme mathématique bien plus précis :

        "Ce théorème a été développé par Nicolas de Condorcet dans son Essai sur l’application de l’analyse à la probabilité des décisions rendues à la pluralité des voix (1785). Condorcet part du postulat qu’un citoyen moyen à moins d’une chance sur deux de se tromper, c’est pourquoi la somme de tous les votes des citoyens a très peu de probabilité d’être inexacte

        "


      • Durand Durand 26 novembre 2018 09:42

        @Arogavox

        .

        Si un mouvement politique devient prépondérant en s’ingérant dans ce mouvement, c’est qu’il aura réussi à faire la synthèse de toutes les revendications disparates actuelles et à expliquer cela aux Français, avec ou sans gilet jaunes.

        Ce que vous appelez ”la force et l’originalité de ce mouvement” est en réalité sa faiblesse. Il est impératif qu’il sorte du flou et qu’il évolue politiquement vers les causes précises de ce malaise sinon, il capotera.

        .


      • Arogavox 26 novembre 2018 10:51

        @Durand
        Il vous reste donc à vous pencher plus attentivement sur ce qu’avaient fait remarquer respectueusement et de façon non péremptoire les célébrités citées plus haut, qui sont mondialement reconnues dans toutes les cultures de notre petite planète.


      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 26 novembre 2018 19:32

        @Durand

        Bonsoir, je crois au contraire que
        si un parti politique quelconque récupère ce mouvement, ce mouvement sera MORT ! Mais le peuple est assez intelligent pour faire l’impasse de tous ces appels du pied qui ne rapportent rien, sinon l’agacement de la population qui se retrouve tiraillée par des « factions » rivales tels que peuvent l’être les partis politiques. Contrairement à ce que vous prétendez, il capotera si les forces vives qui le composent sont « syphonnées » de l’intérieur par l’intrusion de partis politiques ou de syndicats. Ce sont d’ailleurs ces genres de tentatives auxquels l’on assiste depuis l’émergence de ce mouvement. 


      • Yanleroc Yanleroc 26 novembre 2018 23:15

        @Nicole Cheverney, encore d’ accord !

        Les revendications ne sont pas disparates, comme il est dit + haut, mais graduelles !
        C’ est un mille feuilles, en fait, avec comme priorité la couche du dessous, le niveau de vie, mais au dessus il y a l’ Ecologie, la Transition énergétique,...............et un projet d’ Avenir au Plan Mondial, autre que leur NWO à la sauce Orwell.

        Ce Nouvel Ordre Mondial se mettra bel et bien en place, il l’ est déjà, ce sont les grincements de cette mécanique que nous entendons en ce moment,

        et plus tôt nous le réaliserons, plus tôt nous pourrons en infléchir la marche, le Brexit en est un des moyens, mais ce n’ est qu’ une étape.

        Les jaunes sacrifieront-ils au Veau d’ Or, ou les zintelligents dont vous parlez seront-ils plus nombreux ?
        De l’ autre coté du miroir, on a des doutes. je recopie Kalash ici :
         

        « Comment se fait-il qu’il n’y ait pas d’idéal alternatif ?

        Un des éléments de réponse, c’est que les gilets jaunes sont super heureux du système actuel ; contrairement à ce que l’auteur dit, leur désir le plus violent, c’est la perfection de ce système, l’intégration total dans ce système, et l’accomplissement de leur condition. Ce dont ils rêvent, c’est du triomphe total du Prolétariat.

        Même leur jolie lumière, Michéa, est bienheureux ; entre la propriété et le collectif, il a choisi, il coupe son bois pour l’hiver. Et pour le reste, il fait comme tout le monde : il donne son opinion de café du commerce par écrans interposés. »


      • Croa Croa 26 novembre 2018 23:25

        À Durand,
        Ce mouvement EST politique.


      • Attilax Attilax 27 novembre 2018 18:18

        @Durand

        Ils n’ont aucun besoin de leaders, de partis politiques ou de syndicats avec eux. La diversité de leur mouvement est leur force : on ne peut pas les « classer », ils représentent le pays dans toute sa diversité politique. C’est pourquoi on peut tous se reconnaître en eux.
        Rendre ce mouvement pyramidal pour des raisons de « praticité » ou « d’efficacité », c’est en faire un simple outil et tuer une de ses raisons d’être.


      • kirios 27 novembre 2018 18:39

        @Durand
        pas d’accord !
         chaque citoyen doit être politisé mais « les gilets jaunes » ne doivent être qu’un mouvement de mobilisation citoyenne , ; s’ils veulent jouer politique , ils rentrent dans le système et cautionnent l’institution macronienne .... qui ne cédera rien .


      • JL JL 26 novembre 2018 09:03

        ’’ qu’est-ce qu’une société dans le cadre de pensée technocratique ? ’’

         

         « Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt


        • JL JL 26 novembre 2018 09:08

          @JL
           
          Les Gilets jaunes ne seraient-ils pas un contre-feux rqui aboutira à des réajustements destinés à désamorcer la montée de la colère à gauche, et, last but not least, mettre des peaux de bananes sous les pieds de la FI ?


        • Durand Durand 26 novembre 2018 09:24

          @JL .

          Et pas seulement sous les pieds de la FI... Ce sont tous les Français qui sont concernés et ce qui risque de tuer ce mouvement, c’est le simplisme flou de ses revendications et sa non-complexification/non-politisation.

          .


        • Yanleroc Yanleroc 26 novembre 2018 23:26

          @Durand, la dame a dis plus ht qu’ il ne fallait surtout pas que le mouv se politise, encore moins sous la coupe d’ un parti , t’ écoutes pas ?.

          On peut aussi envisager que ce mvt soit initié par les ennemis de macrounet
          car je pense qu’ il s’ est fait lâcher par une partie des siens, à cause de ses antillaiseries et de son baratin prétentieux !

          John Wayne a ouvert le bal avec ses tweets, il doit rigoler !

          Mais qu’ importe, il n’ est pas certain que celui qui aurait été prévu comme remplaçant, puisse prendre sa place !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès