• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Guilluy décrypte la fracture politique hexagonale

Guilluy décrypte la fracture politique hexagonale

Dans « la France périphérique  », Guilluy remet en cause le découpage traditionnel de notre société et livre une analyse très intéressante des phénomènes migratoires dans notre pays. Mais il livre aussi une analyse politique d’autant plus pertinente que les années qui sont passées depuis en ont démontré le caractère prophétique, dans bien des domaines, que ce soit sur le FN ou les élections de 2017.

 

L’intellectuel qui avait anticipé la victoire de Macron ?
 
Il faut rappeler que ce livre est sorti en septembre 2014, et a donc été écrit avant l’accession de Macron au gouvernement. En effet, il anticipe le rapprochement des bourgeois traditionnels et de la nouvelle bourgeoisie urbaine, plus jeune, que pas grand chose ne sépare : « il n’est pas improbable que ce continuum socioculturel contribue demain à un rapprochement entre la droite modérée et le parti socialiste. Ce grand bloc politique libéral pourrait d’ailleurs s’appuyer sur la nouvelle organisation territoriale qui renforcera le pouvoir des métropoles », tout en se demandant si « le PS s’affacera-t-il définitivement en même temps que la classe moyenne ? Il en prend le chemin…  ».
 
Mais, il n’est pas tendre avec ces « libéraux, partisans de la société du libre-échange, de la mobilité sans fin (…) sur les bases du PS et de la droite modérée  » et leur « idéologie qui prône un individu-mobile, lequel ne se refère plus ni à une clase sociale, ni à un territoire, ni à une histoire (…) une idéologie ‘mouvementiste’, à laquelle adhère les classes dominantes, ne rencontre aucune résistance : au mieux elle est perçue comme un bienfait, au pire comme une fatalité ». Il note aussi que le socle électoral du PS et de l’UMP est constitué des gagnants de la mondialisation et de ceux qui en sont protégés (fonctionnaires et retraités). « L’UMP et le PS ne sont pas des partis opposés mais complémentaires  ».
 
Il note que « l’abstention, le vote FN, les nouvelles radicalités émergent sur des territoires situés à l’écart des métropoles mondialisées  », autour des métropoles et dans les petites villes et zones rurales. Pour lui, « le clivage gauche-droite laisse peu à peu la place à une opposition frontale entre ceux qui bénéficient et/ ou sont protégés du modèle économique et sociétal et ceux qui le subissent  » : pour 68% des cadres, la mondialisation est une opportunité, mais une menace pour 74% des ouvriers ; 72% des cadres pensent que la France doit s’ouvrir davantage, quand 75% des ouvriers pensent qu’elle doit s’en protéger, citant l’étude Ipsos Steria de 2014 et parlant de « fracture culturelle totale, divorce consommé  ». Logiquement, pour lui, « le diagnostic rationnel, objectif, est celui des classes populaires  ».
 
Il soutient que les gens qui votent FN « ne sont ni stupides ni manipulés. Ils font des analyses rationnelles de leur vécu, et en tirent des conséquences contestables, certes, mais qui s’expliquent (…) Ce n’est pas le FN qui est allé chercher les ouvriers, ce sont ces derniers qui ont utilisé le parti frontiste pour contester la mondialisation et s’inquiéter de l’intensification des flux migratoires  ». Il rappelle aussi que « si 3 Français sur 4 considèrent qu’il y a trop d’immigrés, c’est que le phénomène dépasse de très loin les 20% d’électeurs frontistes ». Encore une fois prophétique vis-à-vis de l’élection de 2017, il dénonce l’opposition entre les deux identitarismes de la ligne Terra Nova et la ligne Buisson.
 
Dans une analyse qui rejoint celle de Jacques Généreux, il note « un fort raidissement des Français sur la question de l’Etat-providence (…) alors même que les besoins en logements sociaux et en prestations n’ont jamais été aussi forts, les Français, notamment les plus modestes, préfèreront restreindre le champ d’action d’un Etat-providence soupçonné d’aider prioritairement les immigrés », majoritaires dans les ZUS. Il parle d’un « basculement politique et sociétal majeur (…) C’est le paradoxe de la situation actuelle qui dénote la perversité d’un système libéral et mondialisé : demain, la critique de l’Etat-providence ne sera plus portée par en haut mais ceux-là même qui en ont le plus besoin ».
 
La possible droitisation économique des classes populaires, que pourrait porter un FN revenu à ses racines, est une perspective assez effrayante, venant d’un intellectuel qui avait bien anticipé Macron. Heureusement, il affirme aussi que si « le FN bénéficie d’une dynamique positive mais, compte tenu du potentiel électoral, d’autres pourraient se structurer sur les ruines des partis traditionnels  ».
 

 

Source : « La France périphérique  », Christophe Guilluy, Flammarion
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.62/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 8 août 10:12

    Bonjour,

    Je ne suis pas sûr qu’il dénonce les lignes identitaires des grands partis (UMPS), puisque, de son pont de vue, « ça marche » pour gagner des élections, et les gens en seraient demandeurs dans une société de moins en moins solidaire (« l’Etat providence soupçonné d’aider en priorité les immigrés »)

    Analyse qui me semble un peu faible, car l’identitaire comme substitut au social, ça ne fonctionne que pour des gens qui sont à l’aise. Pour une certaine bourgeoisie en somme.

    (De même que le social qui mouline tout seul n’est pas convainquant).

    Je suis plus en phase avec E Todd qui avait un point de vue légèrement différent, et voyait les clivages UMP - PS, Manif pour tous - Mariage pour tous, Terra Nova - Patrick Buisson, comme des avatars d’un affrontement interne à la bourgeoisie, qui ne convainquent plus un électorat populaire qui se tourne vers le FN, et plus encore vers l’abstention.


    • Pere Plexe Pere Plexe 8 août 16:12

      @Olivier Perriet
      l’identitaire comme substitut au social, ça ne fonctionne que pour des gens qui sont à l’aise


      Non. Ça ne devrait [logiquement] fonctionner que pour...
      C’est très différent.

      Premièrement les gens ne votent pas souvent dans le sens de leur intérêt.
      Surtout il est beaucoup plus simple de faire croire à chacun que l’assisté c’est l’autre, par exemple l’immigré, que de lui faire admettre sa propre dépendance aux aides sociales.
      Enfin les plus fragiles sont aussi ceux qui ne croient plus aux vertus du vote
      Et c’est à chaque election de plus en plus clair.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 8 août 19:39

      @Pere Plexe

      Je veux dire que je suis d’accord avec Todd :

      celui qui « se passionne » pour le danger islamique et la manif pour tous ne doit pas avoir de problème de fins de mois, ou de divorce, etc..

      Dans une élection, on ne peut pas sous estimer l’identitaire, mais il n’y a pas que ça. Donc expliquer que l’identitaire ça marche, et mieux, que c’est une demande qui vient des tréfonds de la société, ça me semble faux.


    • gogoRat gogoRat 8 août 15:08

       « Il note aussi que le socle électoral du PS et de l’UMP est constitué des gagnants de la mondialisation et de ceux qui en sont protégés (fonctionnaires et retraités). »

      >>> à remplacer maintenant par le socle ... de ceux qui veulent nous faire marcher !
      ---

       « le clivage gauche-droite laisse peu à peu la place à une opposition frontale entre ceux qui bénéficient et/ ou sont protégés du modèle économique et sociétal et ceux qui le subissent  »

      >>> nous assistons en fait à un lessivage de bonne conscience : celles et ceux qui sont (ou croient être) « dans la place » essayent (y compris à leurs propres yeux) de se persuader qu’ils le ’méritent’.
      ...
      ---

       « fracture culturelle totale, divorce consommé  ».
      >>>
      ...
      Cette aristocratisation de faux démocrates (majorité procédurière d’une minorité de veautants) en oublie que les déclassés (dissidents volontaires ou pas) ne vivent pas de réthorique et ne peuvent que constater leur mise à l’écart sociale, politique ... et vitale !
      ---

       les gens qui votent FN « ne sont ni stupides ni manipulés. Ils font des analyses rationnelles de leur vécu, et en tirent des conséquences contestables, certes, mais qui s’expliquent (…)
      Ce n’est pas le FN qui est allé chercher les ouvriers, ce sont ces derniers qui ont utilisé le parti frontiste pour contester la mondialisation et s’inquiéter de l’intensification des flux migratoires  »

      >>> ceci n’est peut-être qu’une interprétation ... mais interprétation que notre actuel stratagème de légitimation français ne se donne pas les moyens de contredire.
      Pourquoi ?
       Pourquoi cette absence de cahiers de doléances/propositions officiels ?
      ---

      les Français, notamment les plus modestes, préfèreront restreindre le champ d’action d’un Etat-providence soupçonné d’aider prioritairement les immigrés », majoritaires dans les ZUS

      >>> Qu’est-ce qui alimente ce soupçon ?
       Des démentis officiels, étayés par la réalité observée par celles et ceux qui sont soupçonnés de ce soupçon ?
       Qui tranchera ? - Un incarneur qui ’a réussi’ dira La Vérité aux ’rien’ ?
      ---

       C’est le paradoxe de la situation actuelle qui dénote la perversité d’un système libéral et mondialisé : demain, la critique de l’Etat-providence ne sera plus portée par en haut mais ceux-là même qui en ont le plus besoin ».
       
      >>> « demain » ? : ce paradoxe a été détecté hier !


      • gogoRat gogoRat 8 août 15:40

        Concernant le dernier paradoxe,
        notons que, en distinguant ’à la louche’ des racistes et des racistés :
        - le jeu de racistes serait de se dire victimes d’une injustice de manque à gagner d’assistanat volé par des racistés injustement favorisés.
        - le jeu des racistés serait de se dire victimes d’une injustice de manque à gagner d’assistanat volé par des racistes fraudeurs.

         Ainsi racistes et racistés entretiendraient leur ennemi existentiel ... juste par quête d’un assistanat plus conséquent !

         Cela fait un point commun à ces deux clans d’un même bas-peuple, trop occupé avec ça pour se rendre compte que leurs ’frères égaux’ qui ont réussi, se délectent de ces dissensions qui les mettent ’dans la place’ des présumés pourvoyeurs d’une assistance qu’ils sont pourtant les derniers à financer.

         Pourtant, les plus assistés ne sont-ils pas ceux qui mènent le bal masqué d’une ’redistribution’ du bilan déficitaire d’une économie qu’il ne font que superviser de loin (... et de haut ?) ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires