• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Hamon et Mélenchon sont-ils des irresponsables ?

Hamon et Mélenchon sont-ils des irresponsables ?

Il semble maintenant clairement acté qu’il n’y aura pas d’accord électoral entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Avec pour conséquence l’élimination inéluctable des deux candidats lors du 1er tour de la présidentielle. Une attitude incompréhensible pour de très nombreux électeurs de gauche...

Incompréhensible et même irresponsable. Car aux yeux de ces électeurs orphelins, en l’état actuel des choses, d’un candidat capable de faire triompher les valeurs de progrès dans le débat présidentiel, ce repli des deux duettistes sur leur pré carré va laisser de facto le champ libre à la droite et favoriser la victoire d’un Fillon ou d’un Macron face à Le Pen. Et cela alors que Hamon et Mélenchon, chacun dans un style différent, se prévalent, la main sur le cœur, du sort des classes populaires au service desquelles ils ont, affirment-ils, placé leur engagement politique.

Comment croire Hamon et Mélenchon alors que leur antagonisme électoral risque fort, pour cause de blocage à bien des égards puéril, de permettre aux tenants du libéralisme décomplexé de continuer à plumer cette volaille populaire qu’ils méprisent et dont le seul intérêt est de produire les richesses dont profite l’oligarchie la plus cynique ? Le « peuple de gauche » a-t-il mérité cette affligeante guerre picrocholine d’ego qui fera roi un Fillon, malgré ses nauséabondes casseroles, ou un Macron, enfant gâté des banques aux allures de trader, qui n’est qu’un clone des libéraux au pouvoir depuis des décennies ?

Est-ce vraiment cela que nous voulons, nous les électeurs de gauche ? Si la réponse est oui, laissons faire et préparons-nous à revivre le 23 avril 2017 un remake du 21 avril 2002. Si la réponse est non, faisons pression avec détermination sur les appareils de la France Insoumise et de l’aile progressiste qui a pris le pouvoir au Parti Socialiste lors de la primaire afin qu’un accord de gouvernement soit trouvé. Une hypothèse qui n’a rien de honteux : lorsqu’on n’est pas suffisamment fort pour faire triompher seul ses idées, c’est au pragmatisme et à l’art du compromis qu’il convient de faire appel.

Fort de ce constat, l’alternative qui est posée à tous ceux qui se revendiquent du « progrès social » – qu’ils soient étiquetés FI ou PS – est la suivante : a) Faut-il, comme le NPA et LO, rester rivés sur un corpus idéologique figé et attendre le « Grand soir » durant des décennies ? b) Faut-il, a contrario, essayer de promouvoir plus de justice sociale dans le pays sur la base d’un compromis de gouvernement avec ceux dont on est le moins éloigné afin de mettre en œuvre, en cas de victoire, une partie des engagements de progrès qu’attendent les classes populaires ?

Beaucoup plus de convergences que de différences

Certes, il y des différences importantes entre le projet de Hamon et celui de Mélenchon, nul ne peut le nier, principalement sur le « revenu universel » et les relations avec l’Union européenne. Mais il y a également des points de convergence – bien plus nombreux – sur lesquels il est possible de bâtir un accord de gouvernement de nature à induire l’adhésion d’un très grand nombre d’électeurs en rupture avec la politique libérale qui a prévalu durant les derniers mandats présidentiels.

Parmi ces points de convergence figurent notamment :

  • Le refus déterminé du CETA, et bien entendu du TAFTA
  • La remise en cause du pacte de stabilité européen afin de dynamiser l’économie
  • La mise en place d’une transition énergétique (malgré quelques divergences surmontables) et l’instauration d’une taxe carbone
  • La remise en cause du 49.3, l’instauration du vote blanc, l’instauration du droite de vote des étrangers aux élections locales, la limitation drastique du cumul des mandats et la mise en place d’une dose significative de proportionnelle aux législatives
  • L’abrogation de la loi El Khomri et la rédaction d’une nouvelle loi ne gardant que les aspects positifs du texte (exemple : le Compte personnel d’activité)
  • La mise en place d’un système visant à éradiquer les rémunérations délirantes
  • L’augmentation des effectifs de la police et de la justice, ainsi que la restauration d’une police de proximité
  • La légalisation du suicide assisté, l’ouverture de la PMA aux femmes et l’opposition totale à la GPA
  • La reconnaissance de l’État palestinien
  • La protection effective des lanceurs d’alerte
  • La légalisation du cannabis

N’y a-t-il pas là matière à se parler et à jeter les bases d’un programme de nature à rendre aux électeurs de gauche l’espoir d’une politique véritablement sociale et non plus subordonnée aux diktats économiques des puissants groupes industriels et financiers ?

À l’évidence oui. Encore faudrait-il que Hamon et Mélenchon placent l’intérêt du peuple français au-dessus de leur pathétique ambition personnelle. En sont-ils capables ? Les récents échanges entre les deux hommes en font malheureusement douter, et c’est consternant !

Hamon et Mélenchon sont-ils des irresponsables ? Réponse dans les prochains jours.

Dernière nouvelle : François Bayrou ne sera pas candidat et propose à Emmanuel Macron d’unir leurs forces, une hypothèse que j’avais évoquée dans un article du 10 janvier intitulé Macron-Bayrou : vers un couplé gagnant ? Dans de telles conditions, il n’y a plus d’autre solution pour les candidats de gauche : soit ils s’unissent eux aussi, soit ils courent au désastre !


Moyenne des avis sur cet article :  2.12/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

292 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 22 février 18:13

    Il ne s’agit pas seulement de l’irresponsabilité de deux hommes, mais de deux familles politiques qui ont entamé cette chute il y a déjà quelques années et s’entêtent dans leurs stratégies pour quelques sièges d’élus locaux ou nationaux. Autrement dit : l’électoralisme sans analyse politique et sans projet.


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 22 février 18:22

      @Jeussey de Sourcesûre
      A qui faites-vous référence ? Au duo Hamon-Mélenchon ou aux duettistes Macron-Bayrou ?

      @ Fergus : Pas mal le nouvelle option citoyenne qui permet de modifier un article juste avant sa publication. Ca doit pas être évident à gérer !!!!!


    • Fergus Fergus 22 février 18:38

      Bonjour, Jeussey de Sourcesûre

      « l’électoralisme sans analyse politique et sans projet. »

      Cela vaut peut-être pour Hamon dont on n’est pas certain qu’il ait totalement coupé avec les pratiques antérieures du PS, mais certainement pas pour Mélenchon dont le projet politique est le plus structuré de cette présidentielle.


    • jmdest62 jmdest62 22 février 19:20

      @Fergus
      « Cela vaut peut-être pour Hamon dont on n’est pas certain qu’il ait totalement coupé avec les pratiques antérieures du PS, » 
      Et vous voulez un accord avec ce genre de personnage  ????????????????
      Hamon n’est pas maître de sa candidature......j’ai même + que l’impression que la mission qui lui a été confiée est de savonner la planche à la FI.
      Hamon est le p’tit chou-chou de Aubry ....Si vous avez un peu de mémoire , vous devez vous rappeler de quelle manière le PS de Aubry a saboté la campagne de JLM lors des législatives de 2012 à hénin Beaumont.
      @+


    • Fergus Fergus 22 février 19:59

      Bonsoir, jmdest62

      Dans ce cas, Mélenchon rejettera tout rapprochement qui prendrait l’allure d’un piège à cons. Encore faudrait-il au moins tenter de mettre Hamon devant ses incohérences.


    • jmdest62 jmdest62 23 février 06:27

      @Fergus
      Un rapprochement avec qqun qui recycle El Kohmri et Valls et qui semble déjà abandonner l’abrogation de la loi travail....... ça s’appelle comment d’après vous ?
      Hamon s’est mis tout seul , « comme un grand » devant ses incohérences et ses renoncements.
      @+
       


    • Fergus Fergus 23 février 09:07

      Bonjour, jmdest62

      Il ne s’agit en aucun cas de recycler El Khomri et Valls, mais de bâtir un accord entre FI et l’aile gauche du PS, celle qui a gagné la primaire et qui, de ce fait, est devenue légitime et dispose des moyens du parti. Soit Hamon joue ce jeu et banco, soit il entend rouler FI dans la farine et l’on en tire les conclusions.

      Je viens d’entendre l’interview de Coquerel sur France-Inter, et cela a été un dialogue de sourds entre lui et les intervenants qui, tous, ont demandé que ce travail de convergence soit fait pour saisir la chance historique de faire avancer la cause progressiste, d’autant plus que le corpus programmatique est très proche. D’après le journaliste, la quasi totalité des appels au standard allait dans le même sens.

      Autre chose : j’ai discuté sur plusieurs marché avec des militants FI. Résultat : après m’avoir servi les éléments de langage copié-collé de ceux de Coquerel, la majorité d’entre eux souhaitent qu’un accord puisse intervenir, même s’ils sont - comme moi - très dubitatifs sur les chances de réussite.

      Qu’on essaye sérieusement, au moins !!!


    • capobianco 23 février 09:17

      @Fergus
      «   Les récents échanges entre les deux hommes en font malheureusement douter, et c’est consternant ! »

      Ce que je trouve consternant c’est cette soupe que vous nous resservez . Vos analyses et celles d’autres ici sur cette alliance JLM-Hamon ne résistent pas à la réalité. Les « alliances » avec ce ps depuis des décennies nous ont amenées où ? 50% des français ne votent plus tant ils sont écœurés et sans espoir, des millions de pauvres et de chômeurs, des acquis sociaux repris, des cadeaux aux plus riches, les libertés de plus en plus bafouées, la liste est longue de la nuisance de ce parti.

      Qu’a fait le ps qui a gouverné, qui a été hégémonique dans les régions, dans les villes, à l’assemblée, au sénat ? 

      Quelles forces résistent encore ? L’action des médias tenus par nos milliardaires, la trahison sournoise des politiciens ont réussi à affaiblir tout ce qui permettait au peuple de combattre les injustices, le pc est devenu la sfio d’après guerre, les syndicats divisés entre ceux qui sont attaqués car actifs et ceux qui sont sales car complices, les médias tous vendus au système.

      A chaque élection il m’a fallu me pincer le nez et me rallier pour « faire barrage » et voila qu’aujourd’hui encore il faudrait s’entendre avec eux et même se rallier à nouveau derrière leur sale manœuvre.

      Mr fergus, vouloir rendre co-responsable JLM d’une désunion est au minimum un aveuglement de votre part. D’une part cette situation résulte des nouvelles magouilles du ps et de hamon pour tromper les gens sur leur action, d’autre part c’est faire preuve de peu de cas de tous ceux qui ont rejoint et œuvrent pour la FI. Vous ne voyez pas le rejet que ce parti soi-disant socialiste suscite à gauche ? Des milliers d’électeurs ne voteront plus jamais pour ces gens dont la trahison coule naturellement dans les veines. La seule hypothèse acceptable aurait été que les « frondeurs » fassent comme JLM et quittent ce parti, alors qu’ils se retrouvent aujourd’hui à nouveau réunis avec tous ceux que les français rejettent (cambadélis, vals, el koneri...).

      Je suis un vieux monsieur maintenant, la FI et JLM m’ont redonnés le goût du combat, c’est la seule voie possible, honnête et crédible, sans les magouilles auxquelles nous assistons aujourd’hui encore. Le pays doit se débarrasser de ces parasites qui usurpent le mot « de gauche ». Il faut avoir conscience qu’avec une « alliance » avec ces gens l’histoire se répèterait et nous serions compromis définitivement, alors si on doit perdre et c’est à voir, au moins se sera avec les honneurs et nous aurons préparé l’avenir. 


    • jmdest62 jmdest62 23 février 09:47

      @Fergus
      « Qu’on essaye sérieusement, au moins !!! »
      La seule chose vraiment sérieuse serait que les « vrais frondeurs » rejoignent la FI.
      Le reste = perte de temps.
      On a mieux à faire dans les semaines qui viennent.
      @+


    • wesson wesson 23 février 11:26

      @Fergus


      « Je viens d’entendre l’interview de Coquerel sur France-Inter »
      le temps passé à l’antenne de France Inter est du temps perdu. Dès lors qu’il s’agit d’une personne de la FI ou qui en défends son programme, ça se transforme immanquablement en traquenard.

      Je pense vraiment que c’est une radio à éviter pour tout responsable de la FI.

    • Fergus Fergus 23 février 11:27

      Bonjour, capobianco

      Merci pour cette analyse que je partage sur bien des points. Mais la vérité d’hier n’est pas forcément la vérité d’aujourd’hui.

      « vouloir rendre co-responsable JLM d’une désunion est au minimum un aveuglement de votre part. »

      Je ne rendrai par JLM co-responsable d’un échec de la négociation avec le PS hamoniste si celle-ci échoue du fait de l’intransigeance des socialistes.

      Je le rends en revanche co-responsable des enfantillages actuels, chacun se renvoyant de manière puérile la balle pour justifier l’inertie. Il semble toutefois que les choses soient en train d’évoluer. Tant mieux. Cela ne veut pas dire qu’il y aura un accord, mais au moins y aura-t-il eu une tentative dans ce sens. Enfin, peut-être...


    • capobianco 23 février 14:03

      @Fergus
      « Je le rends en revanche co-responsable des enfantillages actuels »

      Visiblement vous n’avez pas suivi la tentative de manipulation de hamon et de ses soutiens. Je ne refais pas l’historique, çà me fatigue.

       Comment pouvez vous encore imaginer une « alliance » entre la FI et ce parti « socialiste ». Je vais vous l’écrire en gras, « ils ne sont pas de gôooooche », il ne sont pas fiables, ils mentent etc....... Une tentative pour modifier à la mode ps le programme des insoumis, vous y croyez ? Nous sommes à quelques semaines de l’élection nous n’avons pas de temps à perdre en de vaines et impossibles discutions avec des gens qui ne partagent pas nos idées. Il faut convaincre les français, nous n’avons pas les médias et instituts de sondage pour faire notre promotion, donc il faut bosser en direction des abstentionnistes et convaincre, expliquer.

      Hamon, cambadélis, heyrault, belkassem, el konerie, vals, hollande et tous ces faux nez (je reste correcte) ne nous apporteraient que du malheurs, des peaux de bananes, des coups de poignards dans le dos.

       Fergus tournez la page pensez à un avenir propre.


    • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 23 février 14:59

      @Jeussey de Sourcesûre
      Si l’un ou l’autre était si bon que ça, si l’un ou l’autre correspondrait à la majorité des électeurs ou si l’un ou l’autre portait les « valeurs » de la gauche (entre guillemet, car valeurs de gauche mériteraient un sujet) : ils n’auraient aucun problème pour faire plus de 20%, chacun, d’intention de vote au 1er tour.
      Dans les années 70, mon père me disait que si les ouvriers voulaient (à cette époque, il y en avait ...) la gauche, ça devrait faire longtemps que cela aurait dû être fait car ils étaient la majorité. Logiquement logique. Et aujourd’hui, la France dont 50% sont en dessous de 1800 nets, c’est une France du grand capital ?
      Ils ne sont donc pas irresponsables, ils ne correspondent simplement pas.
      J’ajouterais que si leur alliance les donnait certain d’affronter Marine, ils l’auraient fait ... mais ce n’est que mon avis.


    • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 23 février 15:32

      @jmdest62
      Les frondeurs du PS n’étaient que des frondeurs de postures ou de paroles. Les « vrais » frondeurs auraient dû quitter le ps, ce qui retire le mot vrai à ce que je viens d’écrire.
      Un vrai frondeur aurait :
      - quitter le ps
      - interdit l’embauche de sa femme, de ses enfants, de sa maitresse ou de son amant
      - supprimer 477 députés
      - interdit les mises en disponibilité avec maintien des retraites
      - veiller à la représentativité socio-professionnelle de l’assemblée
      - comptabiliser les votes blancs
      - refuser la mise au public des 500 signataires pour un candidat
      - proposer des lois pour la transparence ou anti corruption
      - etc, etc ...
      Le frondeur est surtout resté dans le système qui le nourrit, n’a absolument pas cherché à le changer et s’est engagé dans cette fausse fronde, vis à vis de son électorat, pour garder son siège en 2017. Il est comme toutes ces personnes qui s’estiment généreuses car elles ont donné 10 euros/an à Médecins du Monde. Moi je donne là, si ça vous intéresse http://www.enfantsdumekong.com/


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 23 février 15:46

      @Fergus


      Bonjour Fergus

      Hamon et Mélenchon c’est non, mais Macron et Bayrou c’est oui.... Un peu désolant, vous ne trpuvez pas ? J’en suis sincérement peiné pour vous, mais c’était bien prévisible depuis longtemps.. L’imposture d’une pseudo-démocratie contrôlée par les médias et les banquiers ne motive plus personne et elle s’effondre dans la corruption... et le ridicule.  Et c’est dans tout l’Occident. Il faut faire table rase . Macron ou le FN... ce sera la fin d’une époque.

      Je pourrais mettre 20 liens, je n’en mets qu’un.


      Pierre JC



    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 23 février 16:11

      @TOUS


      Ce lien ne s’est pas affiché dans mon commentaire précédent.... Je le crois d’autant plus important qu’il est une lueur d’espoit dans un contexte où la lumiere ne jaillit plus.



      PJCA

    • capobianco 23 février 16:29

      @Pierre JC Allard
      Merci pour votre programme, mais vous devriez lire le programme « l’avenir en commun » il me parait plus conforme à une société gérée pour et avec le peuple.


    • Fergus Fergus 23 février 16:33

      Bonjour, Pierre JC Allard

      « Désolant », c’est le mot qui convient. Et il faut se rendre à l’évidence, le prochain quinquennat sera grosso modo un copié-collé du précédent, précisément parce que, comme vous le soulignez, les politiques ne contrôlent plus rien : les chefs d’état et de gouvernement ne sont plus - et depuis longtemps - que des majordomes zélés grisés par les ors des palais nationaux qui leur donnent une illusion de pouvoir.

      Merci pour cet excellent lien.


    • Le421 Le421 23 février 20:26

      @Fergus
      Il n’est absolument pas question de faire « une pipe » à ceux qui nous ont craché dessus depuis le début, qui se sont moqué de nous, qui nous ont pris pour viande à urne en 2012 et nous ont bien baisés pendant cinq ans.
      Le moindre accord, aussi minime serait-il, entre un « type » estampillé PS et Mélenchon serait une mort clinique de La France Insoumise.
      Parce que nous ne sommes pas un parti.
      Notre programme s’est écrit dans les foyers du pays.
      Nos exigences ne sont pas négociables.
      Les négociations ont été faites avant, avec tous ceux qui voulaient le faire.

      En fait, aujourd’hui, ceux qui se foutaient de notre gueule attrapent la sainte pétoche.
      Ils se rendent compte qu’on risque être là où on ne nous attends surtout pas.

      Et maintenant, on commence à réfléchir.
      Un peu tard.
      Que se vayan todos !!

      Et perdre les élections, après tout, on s’en branle.
      Mais on gardera la tête haute et les fesses propres.
      C’est dit.


    • Fergus Fergus 23 février 20:43

      Bonsoir, Le421

      Je respecte votre point de vue. Mais je n’en continue pas moins de penser qu’on ne peut balayer d’un revers de main la petite chance qui existe d’un accord de la gauche de progrès.


    • Le421 Le421 24 février 09:37

      @Fergus
      La gauche de progrès, on l’a vu en 2012. C’était un faux-nez de la droite.
      Mais bon sang !!
      Vous croyez un seul instant que Hollande a été élu pour faire la loi El-Khomri que même Sarkozy aurait hésité ?
      Vous pensez qu’on a une mémoire de poisson rouge ?
      Vous voulez que nous, qui avons choisi d’être « à gauche », on refasse deux pas à droite ? Encore une fois de plus ?
      Vous trouvez que Macron, Fillon ou Le Pen, ça ne suffit pas à droite ?
      Il vous faut en plus une « gauche de progrès », réaliste et tout et tout qui fasse des bisous à Gattaz et Ghosn !!

      Ben non. Cette fausse gauche, on n’en veux plus. Ni elle, ni ses représentants.
      Hamon est aveugle ou quoi ?
      Qu’est-ce qu’il espère ?
      Je serais lui, je me barrerais à Singapour avec armes et bagages, famille et même le chat...
      Et je laisserais le PS dans l’état ou Valls/Hollande l’ont mis.
      Dans la merde.


    • Fergus Fergus 24 février 10:32

      Bonjour, Le421

      « Cette fausse gauche, on n’en veux plus. Ni elle, ni ses représentants. »

      Cela tombe bien, moi non plus !

      Pour autant, la donne politique étant ce qu’elle est en 2017 avec la victoire de Hamon sur des idées de progrès incontestables, il me semble nécessaire de négocier un rapprochement. Certes, un accord aurait peu de chances d’aboutir - malgré une large majorité de points de convergence* -, mais au moins cette négociation permettrait-elle de démontrer ce qu’est véritablement Hamon : l’homme de progrès sincère qu’il prétend être ou un apparatchik faux-cul du PS qui n’aspire qu’à contrôler l’appareil du parti et à se positionner pour l’avenir.

      Ne rien tenter, c’est rester dans le procès d’intention sectaire. Et c’est se couper des nombreux électeurs socialistes qui ont voté Hamon précisément sur ces idées de progrès.

      Cela dit, ça ne changera rien à ma vie, ce qui n’est pas un problème pour moi, et je continuerai donc de voter Mélenchon parce que je n’ai pas d’autre choix. Mais avec le regret que rien de sérieux n’ait été au moins tenté pour qu’il y ait une petite chance d’améliorer effectivement le sort des classes populaires, ce que n’avait pu faire le Front de Gauche en 2012 avec ses 11,08 % et ce que ne pourra évidemment pas faire seule la France Insoumise avec un score en progression au mieux en 3 ou 4 points.

      * Quoi que vous puissiez en dire, ces « idées de progrès » sont en effet assez proches, parfois identiques, sur la plupart des thèmes entre les deux projets.


    • Alren Alren 25 février 17:24

      @Jeussey de Sourcesûre

      Il ne s’agit pas seulement de l’irresponsabilité de deux hommes, mais de deux familles politiques qui ont entamé cette chute il y a déjà quelques années et s’entêtent dans leurs stratégies pour quelques sièges d’élus locaux ou nationaux.

      Comment pouvez-vous dire que la France Insoumise est en chute depuis quelques années alors qu’elle n’existait pas il y a quelques années ???

      Comment pouvez-vous dire qu’elle est en chute alors que les merdias qui lui sont tous hostiles sont obligés de reconnaître que le nombre de soutiens nominatifs croît de semaine en semaine.
      « Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain »

      Nous en sommes à 270 000 (!) ... au moins, à ce jour.

      Ce phénomène est totalement nouveau dans la vie politique.


    • eric74 eric74 28 février 11:01

      @jmdest62
      pour l instant on discute on discute mais que va t on faire pendant les 5 ans a venir se plaindre
      comme aux etats unis a compter sur la remise des cesars pour faire passer notre message ou on est serieux et la gauche enfin la gauche gagne on se dipute entres amis pendant que nos ennemis vont nous voler le pouvoir


    • MKT 22 février 18:23

      Je vous ai connu plus inspiré dans vos articles.

      Il me semble impossible de considérer que M. Hamon puisse être un homme honnête pour lequel voter.

      Voici ce qu’en dit un médecin dont les idées politiques sont socialistes (au sens noble du terme) : "Mais de grâce, ne faites pas l’erreur qu’a fait ma génération avec les Mosco, les Cambadélis, les Morelle, les DSK et les Cahuzac. De croire que malgré leurs casseroles, ces apparatchiks qui ont fait depuis cinq ans la preuve éclatante de leur nullité et de leur malhonnêteté, ont quoi que ce soit à voir avec l’idée du socialisme que portaient Jaurès ou Blum. Benoît Hamon n’est pas le recours, Benoit Hamon n’est pas « AntiSystème ». Il est juste le dernier apparatchik encore debout. Last Apparatchik Standing."

      Le lien vers le billet du 26 janvier qu’il faut lire même si c’est long : http://enattendanth5n1.20minutes-blogs.fr/


      • Fergus Fergus 22 février 18:48

        Bonjour, MKT

        Je ne suis pas loin de penser comme vous et ce médecin. Mais il faut être pragmatique : en dehors d’un accord, la gauche n’a aucune chance de se qualifier pour le 2e tour, surtout après l’annonce de l’alliance Macron-Bayrou.

        Dès lors, soit on défend chacun notre pré carré et l’on perd toute chance avant longtemps de réformer la pays dans le sens de la justice sociale, soit on tente de mettre sur pied un accord avec les progressistes du PS* dans ce but, et l’on se donne une chance de gagner cette présidentielle.

        Je ne suis d’ailleurs pas le seul, loin s’en faut, à décrire cette alternative. Et je suis content qu’un homme comme Guédiguian, si proche des ouvriers et des gens modestes, en appelle lui aussi à une alliance à gauche. Au moins à une véritable négociation pour tenter d’y parvenir...

        * En profitant de l’opportunité que donne la défaite des hollando-vallsistes


      • Laulau Laulau 22 février 18:56

        @Fergus
        Dès lors, soit on défend chacun notre pré carré et l’on perd toute chance avant longtemps de réformer la pays.

        C’est tout le contraire, en s’alliant une fois de plus avec un PS complètement acquis au libéralisme la FI perdrait toute crédibilité.


      • MKT 22 février 19:07

        @Fergus
        Votre désir de rapprochement est louable.
        Vous voulez que ces deux hommes politiques s’entendent sur une forme de compromis.

        Le résultat serait pire encore. Deux pauvres ne font pas un riche. Combien même les deux candidats s’associeraient, ils n’obtiendrons pas la sommes des intentions de votes que leur prêtent les sondages.

        La lucidité nous porte à constater que l’idée socialiste est absente du programme de B. Hamon. Sa simple mention du revenu universel est une insulte envers les bénéficiaires de l’AAH qui demandent eux d’avoir un emploi plutôt que de se sentir « assistés ».

        La « gauche » dans aucune configuration ne sera présente au second tour.

        Il n’y a rien à attendre de ceux qui se disent socialistes.
        Il faut faire le gros dos, la roue tourne.


      • Fergus Fergus 22 février 19:08

        Bonjour, Laulau

        J’aurais dit la même chose s’il s’était agi de s’allier avec le PS de Valls. Mais le résultat de la primaire a changé la donne et ouvert la voie à un possible accord avec Hamon à condition d’être ferme sur une ossature programmatique de réel progrès qui ne remette pas en cause la crédibilité de FI.

        Personnellement, je crois que cela vaut la peine d’essayer sur des bases exigeantes et rigoureuses, mais non sectaires.


      • Laulau Laulau 22 février 19:29

        @Fergus
        Le résultat de la primaire n’a pas changé le PS, comment pouvez-vous penser que tous ces gens qui sont entrain d’hésiter à rejoindre Macron et Bayrou puisse gouverner avec la FI ? L’élection de Hamon est pour le PS, au mieux un accident, au pire un subterfuge.


      • Fergus Fergus 22 février 20:30

        @ Laulau

        Précisément, les vallsistes sont actuellement hors-jeu et ostracisent Hamon. Cela donne à ce dernier et à ses amis « frondeurs » une opportunité de mettre sur pied une véritable gauche de progrès élargie. Certes, cela relève encore de la théorie, mais le départ probable de nombreux ex-caciques du PS vers Macron devrait permettre de donner du poids à cette hypothèse. 

        Cela dit, je n’y crois guère, eu égard à la duplicité foncière des socialistes et à la volonté d’hégémonie dont ils ont toujours fait preuve. Mais s’il y a une occasion à saisir, alors tout doit être fait pour y parvenir sans trahir ses valeurs de base, cela va de soi.


      • HELIOS HELIOS 22 février 22:03

        @Fergus


        comment voulez vous une fusion impossible des candidateurs.

        Comment pouvez vous reconciler :
        - des Vallsistes qui se sentent ennemis jurés des frondeurs pour l’echec de leur quinquennat, 
        - des fronts de gauches et associés qui n’ont servis de coussins pour les fesses du PS et 
        - des reliquats de la gauche « PS » exangue apres Hollande et « mon ennemi la finance »...

        Tous ces gens la se haïssent tellement qu’on ne peut pas avoir un « projet » pour la France avec ça.
        La gauche a perdu et bien perdu.
        Cela se sentait et c’etait dans les tuyau depuis un moment (regardez les européennes, les régionales, dernières)... c’etait tellement téléguidé qu’on peut même se demander si les banquiers de Rothschild et probablement de Goldman n’y sont pas pour quelque chose et n’etaient pas déjà a la manoeuvre.

        Tiens en attendant il y a en a un qui se place, le Bayrou la girouette aux grandes oreilles face au vent. Je peux déjà lui predire une echec, il rester maire de PAU, il n’ira pas au gouvernement.

        note : l ’eventuelle victoire de Macron n’est en aucun cas la victoire de la gauche... d’aucune gauche... c’est la victoire d’une mafia.

      • Fergus Fergus 22 février 23:11

        Bonsoir, HELIOS

        Quels « vallsistes » ? Ils sont hors-jeu, et de surcroît beaucoup d’entre eux vont rejoindre Macron.

        Pour le reste, si le panorama est celui que vous décrivez, alors oui « La gauche a perdu et bien perdu. »


      • Croa Croa 22 février 23:18

        À MKT,
        Ton lien nous oblige à chercher un peu ! smiley
        Voici le bon lien

        À ceux qui n’auraient pas le temps de tout lire : Le PS y est présenté comme un partit pourri et factice vivant d’arrangements. Benoît Hamon a la chance de ne pas être trop entourés de casseroles mais il fait tout de même parti des mouillés dans le scandale des détournements d’argent des mutuelles étudiantes. (Le PS se sucre smiley , les étudiants malchanceux qui tombent malade ne sont pas remboursés smiley  ! ) 


      • jmdest62 jmdest62 23 février 08:15

        @Fergus
        « une véritable gauche de progrès élargie. »
        Sa gauche serait plutôt en train de se rétrécir :  De Rugy ex vert , PS-isé,de fraiche date ...vient de rejoindre Manu « t’as vu mon costard » Macron .
         De Rugy est parti en « éclaireur » ........on va attendre encore un peu et Le p’tit benoit va se retrouver en short..
        Au fait , y zavaient pas signé une charte des valeurs de.........
        Ouvrez les yeux fergus , ces gens là n’ont aucune conviction , aucun scrupule !
        @+


      • Fergus Fergus 23 février 09:12

        @ jmdest62

        Ouvrez les yeux vous-même : tous ces opportunistes libéraux sont sur le départ vers Macron. Cela offre une chance historique de remettre ce qui va rester du PS sur des rails de progrès dans le cadre d’un accord.

        Si rien ne se passe, on aura deux cocus, et sans doute une émigration de voix populaires vers le FN.


      • jmdest62 jmdest62 23 février 09:30

        @Fergus
        « remettre ce qui va rester du PS sur des rails de progrès »
        OK...alors attendons de voir ce qui va rester du PS........après il sera temps d’aviser.
        De Rugy parti en « éclaireur » c’est , sous entendu , Valls , El kohmri et toute la clique des « opportunistes libéraux » qui vont finalement pas tarder à se « barrer » chez Manu «  t’as vu mon costard » Macron et à ce moment là Benoit rejoindra la FI où il sera le bienvenu.
        Encore un peu de patience !
        @+


      • capobianco 23 février 09:36

        @Fergus
        Aucun avenir avec ceux qui continuent leurs magouilles pour essayer de se refaire sur le dos de la FI ou/et permettre au système de survivre en faisant parti du concert pour tenter d’affaiblir notre mouvement. 

        La seule solution c’est d’arrêter les jérémiades et de travailler, militer et soutenir la FI. Ce n’est pas avec le seul peuple de gauche que l’on peut gagner, il y a 50% de personnes à informer et convaincre. Assez des magouilles électorales, « je te donne mes voix tu me donnes un poste » çà suffit ! 


      • gruni gruni 23 février 09:39

        @Fergus


        Bonjour Fergus

        Tout à fait d’accord avec ton analyse. La gauche n’a qu’une seule option pour gagner la présidentielle. Une seule ou se retrouver encore une fois dans l’opposition pour cinq ans. Alors les états d’âmes de certains ici qui préfèrent perdre la tête haute plutôt que de réaliser une union sont assez dérisoires devant la menace d’un retour de la droite la plus dure au pouvoir. Il faut parfois savoir aller au charbon lorsque cela en vaut la peine. D’ailleurs, je crois Mélenchon parfaitement capable de négocier un accord avec le PS sans se faire plumer. 
        Merci pour ce texte lucide.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires