• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Hollande président de la France : Pire que Sarkozy ?

Hollande président de la France : Pire que Sarkozy ?

Afghanistan, bouclier antimissile, SMIC, Eurobonds, Syrie… Moins d’un mois après sa prise de fonction, on a envie de dire à François Hollande : « Nicolas Sarkozy, sors de ce corps ! » A moins que Hollande soit, tout simplement, encore pire que Sarkozy…

La fraternité fut assassinée il y a cinquante ans, et l’on s’étonne que la France d’aujourd’hui courre après la fraternité perdue !

Qu’on se le dise : crise financière ou pas, c’est surtout une profonde crise d’identité (et de fraternité !) qui menace de disloquer la France. C’est pour cela que Sarkozy a perdu, accusé d’être coupable de la dislocation qui vient…

Or nul ne semble voir que, bien au-delà des responsabilités du minuscule cas sarkozyen, c’est d’abord sur l’assassinat d’une certaine idée de la France, entre 1958 et 1962, que s’est érigé le régime actuel, précisément sur le refus de voir l’Ultramarin – en particulier l’Algérien, mais aussi le Noir africain – comme un égal, comme un citoyen, comme un Français à part entière...

En ce cinquantenaire (subreptice…) de l’indépendance des départements d’Algérie, deux ans après celui des territoires d’Afrique saharienne et subsaharienne, parce qu’elle a façonné, parce qu’elle a constitué dans sa structure la France actuelle, cette idéologie fondamentalement ségrégationniste conditionne nos rapports à la France, ou plutôt à ce qu’est devenue essentiellement la France (en tout cas à ses propres yeux…) : l’Hexagone. Les « Gaulois », les « Souchiens » et tous ceux qui se sentent assimilés au « corps français » cher à Charles de Gaulle et à Gérard Longuet, se sentent le plus souvent chez eux dans l’Hexagone, quand nombre de descendants de ces Ultramarins naguère mis au ban de la République, eux, ne s’y sentent pas, ne s’en sentent pas. C’est en tout cas ce que pense une partie d’entre eux aujourd’hui, de leur aveu même.

La France fut refusée à leurs aïeux et voici qu’ils n’en veulent plus, comme en réponse du berger à la bergère. Félix Houphouët-Boigny n’avait-il pas dit : « Nous avons attendu la fiancée, un bouquet de fleurs à la main ; elle n’est pas venue, les fleurs se sont fanées. » Cinquante ans plus tard, la rupture peut sembler définitivement consommée avec beaucoup de ces Français contrariés, puisque l’Amour, à force de folle politique et de mensonges encore plus fous, s’est changé trop souvent en Désamour, parfois en Haine. Sur fond d’Amnésie ou de mémoire sélective...

Cet Etat de la Ve République créé par Charles de Gaulle, à la fois auteur et gardien de la catastrophe qui nous guette, n’est-il pas, par essence, incapable de nous sauver ? L’antiracisme cultivé dès Giscard, puis à l’envi par Mitterrand, Chirac et même Sarkozy, fit office de rustine sur un ulcère, car tous ces hauts personnages participèrent à l’occultation du largage de l’Afrique, alors qu’ils étaient bien placés pour en connaître les principaux méandres. Leur antiracisme ostentatoire n’a servi au fond à rien, sinon à aggraver le mal en faisant durer le mensonge et l’hypocrisie cynique du régime, jusqu’à la tartufferie crasse que nous subissons avec une force toute particulière depuis une dizaine d’année.

Aujourd’hui, loin d’être cicatrisée, la plaie postcoloniale est béante, plus à vif que jamais. Car au-delà des mémoires ravagées, c’est la trame même de la société et du monde que met à rude épreuve cette histoire affreuse et dévastatrice, immense pauvreté, exodes en conséquence, affaiblissement de la cohésion collective et de l’amour du pays coupable (puisque de Gaulle ne saurait être accusé), etc.

Après tout, pour sortir d’un tel cauchemar, il faudrait tout mettre sur la table, commencer par dire la vérité sur ce qui s’est passé il y a cinquante ans. Mais si chacun en prenait conscience, beaucoup en auraient le vertige. Et à ce petit jeu-là, c’est tout un joli monde d’intellectuels, de politiques, d’historiens, vivants ou morts, qui serait discrédité. « Vous nous avez menti », s’entendraient-ils dire. Ou mieux : « Vous fûtes bêtes », « vous fûtes aveugles » ou encore, « vous fûtes lâches ». Alors ces messieurs-dames préfèrent se taire encore, histoire de gagner quelques années de quiétude, écraser le truc, encore un instant monsieur le bourreau, quitte à ce que la France et tout le reste en meure. Après moi, le déluge, comme on dit…

Issu de ce système, François Hollande, sauf coup de théâtre, n’y pourra rien, n’y fera rien, n’y songera même pas sans doute.

Le pire est donc à redouter pour les cinq ans à venir et leur dénouement : 2017…

Alexandre Gerbi


Moyenne des avis sur cet article :  2.2/5   (80 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • morice morice 4 juin 2012 10:32

    le mec est auteur de ce genre de propos digne du discours de Dajkar de Gaino :


    Ceci étant clairement posé, le CNFA entend rappeler qu’entre 1945 et 1962, la grande majorité des Africains, malgré les abus et scandales perpétrés par le pouvoir métropolitain, mais aussi grâce aux espoirs que continuaient de susciter les promesses égalitaires de la République française et l’assouplissement du régime colonial pendant cette même période, étaient peu enclins au nationalisme et n’aspiraient guère à l’indépendance. 

    bref, en 1954 en Algérie c’était une simple bagarre de bistrot, sans doute ....
    pitoyable.

    • lesdiguières lesdiguières 4 juin 2012 14:19

      Revu et commenté, voici la 5eme République de De Gaulle à Hollande, factuelle et bouleversant !

      http://www.atramenta.net/lire/la-5eme-republique-ou-comment-tomber-de-charybde-en-scylla/37133


    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 5 juin 2012 14:29

      On s’en fout on parle de Hollande et de ce qu’il dit et ce qu’il fait, pas de l’auteur. Or il faut reconnaître qu’il fait politiquement encore pire que Sarkozy en jouant les USA contre l’Allemagne. En fait il fera exactement ce pourquoi il a été élu par le pouvoir judéo-maçonnique mondial.


    • bakerstreet bakerstreet 4 juin 2012 10:38

      Vous voyez le chantier quand on tourne les yeux derrière : Ce gigantesque charnier du vingtième siècle, les quatre millions de morts de la guerre de 14, les estropiés, les veuves, et puis on remet ça vingt ans plus tard....

      Alors, quand Félix Houphouët-Boigny avait dit : « Nous avons attendu la fiancée, un bouquet de fleurs à la main ; elle n’est pas venue, les fleurs se sont fanées. » Il avait lui aussi une idée de la france bien peu réelle.
      Celle des campagnes, des monuments aux morts , des petits paysans accroché à leur champ, et faisant figure de mépris, ne maitrisant pas toujours la langue française, mais des langues qui biens que belles, étaient taxées de folkloriques, avaient surement beaucoup plus à voir avec les colonisés qu’avec ceux de Paris.
      Et ne correspondait en rien à cette belle mariée....

      D’ailleurs, faut il entretenir un pathos, sur une histoire dont nous ne sommes pas responsables, ceux d’hier étant morts. Le différent avec l’Allemagne s’est éteint rapidement, en dépit des victimes innombrables, des pays cassés.
      La culture victimaire a des limites et des effets pathogènes, celle d’une société refusant de voir l’avenir, et mettant ses difficultés sur le dos du passé. Même en Afrique, des intellectuels ont rompu avec des analyses victimaires, et encouragent maintenant leurs concitoyens à se mobiliser, plutôt qu’à se plaindre.


      • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 11:13

        Hollande est élu depuis moins d’1 mois, et les procès d’intention tombent comme à Gravelotte, alors que les premières mesures, prises jusqu’ici, semblent aller dans le bon sens d’une République plus juste, et solidaire...

        Je suis d’accord pour être vigilant, et peser pour que le changement soit réel (pour cela, votons pour les candidats d’une vraie gauche), mais ça commence vraiment à gonfler, ces procès d’intention gratuits, avec, notamment, ce titre complètement non-fondé.

        Article au titre faux, racoleur, et sans rapport avec le texte.

        Inutile.


        • totor totor 4 juin 2012 12:08

          Tomber à Gravelotte ? C’était mourir sur un champ de bataille !
          l’image est un peu naze !


        • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 12:14

          eh totor ; apprends à lire avant de critiquer : il est écrit « tombent COMME à Gravelotte » qui est une aphorisme devenue expression courante
          try another time...


        • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 12:30

          un aphorisme ; pardon pour la faute de frappe...


        • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 13:14

          parkway, je finis par me demander si vous ne le seriez pas : ma réponse est ici.

          Personnellement, je vais juger sur pièces, pas en fonction du passé ou de présupposés, et puis j ’ai horreur des petits procureurs staliniens : la critique viendra en fonction de la politique menée ; répondez par rapport aux MESURES DÉJÀ PRISES : pour le moment, ce sont les seuls éléments de jugement OBJECTIFS.

          J’en ai assez dit sur le fil de cet article foireux ; je vous laisse à vos supputations oiseuses

          Bye.


        • totor totor 4 juin 2012 16:54

          les procès d’intention tombent comme à Gravelotte,
          Faut il lire
          1- les procès d’intention meurent comme à Gravelotte,
          ou
          2- les procès d’intention nous tombent dessus comme à Gravelotte,

          PAS CLAIR !
          Je suis pour la formule 1


        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 4 juin 2012 11:14

          Voilà un texte bien nébuleux. On comprend bien où l’auteur veut en venir mais on se demande ce que François Hollande vient faire là-dedans. Et, surtout, pourquoi il serait « pire » que l’affreux président-dégagé.


          • totor totor 4 juin 2012 12:09

            Ou pourquoi il ne serait pas « pire » que l’affreux président-dégagé.


          • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 12:20

            On ne pourra le dire que dans 5 ans.

            D’ici là, remballez vos procès d’intention staliniens : contentez-vous de vous baser sur LES FAITS.


          • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 12:26

            Les faits, les voici :
            Les premières mesures du quinquennat Hollande

            Curieux de savoir laquelle de ces mesures pourrait augurer d’un « pire » par rapport à la présidence sortante...

            On t’attend, totor !
             smiley


          • Yvance77 4 juin 2012 12:48

            Salut,

            D’accord avec Peachy et Sisyphe.

            Hollande vient juste de prendre la place, et n’a pas de majorité à l’assemblée pour faire passer son programme. Aussi il paraît pour l’instant très délicat de faire un procès au locataire Élyséen actuel.

            Dans six mois, après avoir présenté son budget et en tracer les grandes lignes, puis d’avoir mis sur les rails ses mesures, on pourra y voir plus clair et en faire la critique.

            Ce dont je ne me priverai pas car je ne pense pas qu’il fera une politique social de gauche, et anti-financière (dans le sens ou il faut un contrôle de l’état sur la finance)


          • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 13:00

            Par parkway (xxx.xxx.xxx.169) 4 juin 12:45

            Sisyphe,

            ne confondons pas les faits et les promesses !

            rien n’est encore fait : le sarkôme aussi promettait...

            Faut se renseigner avant de pérorer dans le vide : j’ai mis en lien les premières mesures EFFECTIVEMENT PRISES ; pas les promesses ; et j’attends qu’on me démontre en quoi elles seraient semblables ou pire que le quinquennat précédent.

            Tout le reste n’est que procès d’intention, supputations, et désinformation.

            De la propagande digne de l’UMP.... ou du FN ...

            wait and see...


          • ovni 4 juin 2012 15:30

            ces mesures c est de la merde en barres,le miroir aux alouettes. séduire et faire plaisir aux français pour mieux leur mettre une belle quenelle là ou je pense.
            je n ai pas besoin d attendre 5 ans pour analyser son quinquennat.ces débuts sont amplement
            suffisant. moi quand je lis cela j ai du mauvais sang a me faire http://www.jovanovic.com/blog.htm
            certain devraient ouvrir les yeux au lieu dormir, la vie va être très compliqué les médias vous cache tout. le net est moins facile a contrôler et les informations circulent plus facilement.

            allez je vous laisse et bonne journée a toutes et tous
            paix sur la terre aux hommes et aux femmes femmes de bonne volonté

             


          • @gerbi......c est a gerber votre article

            comment comparer le gouvernement hollande a celui de sarko avec ses repris de justice....cette

             « droite » populaire prete a tout... et alliée au FN...
            ils sont beaux ces fillon...dati...montchamps mariani (qui s’est payé 44 voyages en avion en chine et environs) pour etre élus par les expatriés....car "inéligibles a vie en FRANCE...

            DOMMAGE QU IL NE FAILLE PAS UN DEPUTE AU BAGNE DE CAYENNE JE LES Y ENVERRAI.TOUS..............SARKO EN TETE AVEC SES 95 AFFAIRES DE GROS SOUS DE VENTES D ARMES.. CES 1046 USINES FERMEES...600 MILLIARDS DONNES AUX RICHES GENRE BETTENCOURT SERVIER OU DASSAULT DE MEDIATOR A KARACHI.....COMBIEN DE MORTS ???????????????


          • BARTH 4 juin 2012 11:19

            J’ai lu ou entendu, je ne souviens pas où, une fnumpiste qui disait que depuis l’élection présidentielle l’insécurité avait augmenté ! 


            • voxagora voxagora 4 juin 2012 11:50

              Encore un sandwich farci !

              Encore un article dont le seul but est de nous empêcher de voter pour les socialistes.

              Entre un titre « Hollande .. pire que Sarkozy » 
              et une conclusion « Le pire est donc à redouter pour les 5 ans à venir »,
              une farce-alibi indigeste.

              Et bien ça le fait pas.
              .




              • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 13:06

                Par parkway (xxx.xxx.xxx.169) 4 juin 12:49

                Voxagora,

                Sisyphe dit qu’il faut s’en tenir aux faits.

                il a raison : les accords de Doha signés par Jospin, 2005 le traité européen refusé par une majorité de français, et le MES non contré par le PS en mars dernier...

                On parle du quinquennat de Hollande ; pas de Jospin, de Mitterrand de Jaurès ou de Blum ; quant au traité européen, c’est bien la droite qui l’a fait rentrer par la fenêtre : il s’agit de regarder ce qui se passe aujourd’hui ; pas dans le rétroviseur...

                Une fois de plus, on est dans le procès d’intention stalinien, ou dans la propagande FN-UMP

                Comme disait Confucius, "« L’expérience est une lanterne que nous portons accrochée dans le dos et qui n’éclaire que le chemin déjà parcouru. »


              • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 13:44

                Par parkway (xxx.xxx.xxx.169) 4 juin 13:30


                ben non, moi je vote FDG ;

                je suis anti Fn et anti UMP !

                je voterai FDG aux législatives.

                Eh bien moi aussi !

                Mais je ne me trompe pas d’adversaire, et n’instruis pas de procès d’intention, qui font le jeu de l’ennemi.

                Un minimum de lucidité politique est essentiel...


              • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 13:49

                ... parce que si vous tenez absolument à vous référer au passé, eh bien, il ne faut pas oublier de mentionner que Mélenchon a été membre du PS de 1977 à 2008 ( et Ministre de 2000 à 2002, sous le gouvernement Jospin).

                Est-ce que ça le discrédite à vos yeux aujourd’hui, quand vous votez pour le Front de Gauche ?


              • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 18:18

                Par parkway (xxx.xxx.xxx.169) 4 juin 16:28

                C’est vrai Sisyphe !

                mais Mélenchon est resté sur sa ligne gauche : il a dit non au traité Giscard, contre son camp..

                Exact, mais pas « contre son camp » ; une grande partie des socialistes (91) ont voté contre le Traité de Lisbonne, dont, notamment, Laurent Fabius, Montebourg, Emanuelli, Vauzelle, etc, quand seulement 17 (dont Manuel Valls) votaient pour, et que 93 s’abstenaient....

                Le détail des votes ici.

                De même, l’appel à voter NON avant le référendum a été soutenu par :

                Se sont exprimés pour le NON

                • l’ancien Premier ministre Laurent Fabius, (député et ancien numéro deux du Parti socialiste).

                Deux courants ont également défendu le non : Nouveau Monde et Nouveau Parti Socialiste.

                Finalement Manuel Valls appela publiquement à voter oui lors du référendum, alors que Henri Emmanuelli et Jean-Luc Mélenchon ont décidé de faire publiquement campagne contre la constitution européenne. Arnaud Montebourg quant à lui ne prit pas part à la campagne.

                D’autres continuèrent également à faire campagne pour le non, mais précisèrent-ils, à titre personnel, et non du parti :


              • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 18:28

                L’ensemble des positions des différents partis, mouvements et syndicats ici.


              • crazycaze 5 juin 2012 16:05

                Faudrait arrêter de prendre comme ligne de réflexion le fait d’avoir voté oui ou non au traité constitutionnel européen en 2007 qui était un vrai piège à con, parce que la plupart des articles servant les intérêts financiers et affairistes, la destruction des services publics au profit du business crapuleux, étaient déjà inscrits dans les traités de Rome et de Nice, donc, voter oui ou Non ne changez rien sur ce qui était le plus inacceptable...

                De plus, répondre OUI ou NON à plus d’une centaine d’articles et à un texte de 230 pages (si je me rappelle bien) est d’une tartufferie sans nom. Un référendum est, au mieux, et dans le meilleur des mondes, utilisé pour répondre à une question simple et non ambiguë. Pour ou Contre la peine de mort, Pour ou Contre la suppression du poste de président de la république, par exemple...

                Parce que vous avez crû à l’époque que ces gens là prendraient un quelconque risque concernant leurs intérêts en se remettant au vote souverain des peuples ??... smiley !! Nooonnn ???.... Sérieux, vous avez crû ça ?? 


              • arobase 4 juin 2012 12:03
                l’auteur titre : « Hollande président de la France : Pire que Sarkozy ? »

                si j’avais fait l’article, j’aurais titré : 
                Hollande président de la France : mille fois mieux que Sarkozy ? et ce n’est qu’un début !

                qui aurait raison ?

                xavier bertrand lui veut voter contre Hollande pour « protéger » les français !! ils nopus onyt réduits à l’état de mendiants et ils veulent nous « protéger ».

                décidément la droite la plus bête du monde ! et la plus malfaisante !



                • J-J-R 4 juin 2012 12:53

                  Une vrai démocratie reposerait sur du multipartisme avait temps de parole et présence médiatique équilibrée. On voit bien que deux partis se paient la part belle du gâteau et qu’en dehors des périodes électorales les autres formations politiques sont rendues quasi inexistantes. On nous bourre de spectacle politique car l« oligarchie et ses »élites" nous prennent pour des imbéciles. Ils lancent des thèmes secondaires sur la place publique et font abstraction des thèmes essentiels pour la populace. PS et UMP font du théâtre, s’invectivent dans la grande presse pour distraire le brave peuple. Pendant ce temps des mesures qui touchent nos vies sont passées en catimini sans que le peuple qui s’informe uniquement à la grande messe du 20h n’en soit informé. 


                • lesdiguières lesdiguières 4 juin 2012 14:16

                  Revu et commenté, voici la 5eme République de De Gaulle à Hollande, factuelle et bouleversant !

                  http://www.atramenta.net/lire/la-5eme-republique-ou-comment-tomber-de-charybde-en-scylla/37133


                • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 15:38

                  Ta gueule, calmos

                  On s’en bat l’oeil de tes jérémiades, et tes miasmes puent la merde.

                  Renseigne toi avant de ne dire que des conneries ; essaye de lire autre chose que l’Equipe, t’as le cerveau en jachère, mon pauvre..


                • Yohan Yohan 15 juin 2012 13:38

                  Salut Calmos

                  Sissi est est un va de la gueule, A bout d’argument, il insulte systématiquement, ça situe le mec...

                • révolQé révolté 4 juin 2012 13:13

                  + 10... !!!


                  • robin 4 juin 2012 13:17

                    Comme c’est le complexe militaro industriel et les banksters qui gouvernent, il n’y avait aucune raison qu’Hollande soit autre chose qu’un Sarkozy peint en rose.


                    • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 14:00

                      Par parkway (xxx.xxx.xxx.169) 4 juin 13:41

                      "On parle du quinquennat de Hollande ; pas de Jospin, de Mitterrand de Jaurès ou de Blum ; quant au traité européen, c’est bien la droite qui l’a fait rentrer par la fenêtre"

                      Et pourquoi le PS n’a jamais remis en cause ces traités, s’il n’est pas d’accord avec eux ???

                      Il en a eu le pouvoir, jusqu’à présent ?

                      pourquoi Hollande va faire des mamours à Merkel et à Obama ???

                      Mais vous arrêtez un peu de dire des conneries ? Quels « mamours » ?? Vis à vis de Merkel, il a

                      défendu sa position sur la nécessité de la croissance, d’eurobonds, avec lesquels elle n’est pas du tout d’accord. Avec Obama, il a également défendu sa position sur la croissance, et fait entériner son retrait des troupes françaises d’Afghanistan en 2012.

                      Pourquoi Fabius demande aux grecs de baisser leurs salaires de 20% ???

                      Pas du tout entendu parler de ça ; si vous pouvez indiquer vos sources....

                      qui fait de la propagande pour la mondialisation, Sisyphe ????

                      eh bien, c’est vous, mon vieux, en reprenant tous les arguments UMP et FN alors que Hollande est élu depuis moins d’1 mois, et que les élections législatives n’ont pas encore eu lieu. 

                      Vous vous comportez comme un tireur de balle dans le pied de votre propre camp, en étant plus royaliste que le roi, et plus Mélenchonien que Mélenchon lui-même qui, au moins, a l’intelligence de ne pas se tromper d’adversaire, et d’applaudir aux mesures qui vont dans le bon sens.



                    • illuminato 4 juin 2012 13:49

                      Ce n’est pas le partit qui fait l’homme .

                      Faut arrêter de conjecturer .


                      • Christian Tallon 4 juin 2012 14:04

                        C’est un beau texte, bien écrit et qui a le mérite de poser une grosse question sur la table. N’étant pas spécialiste de ce sujet et d’une génération qui n’a pas vécu le traumatisme algérien, je ne peux pas me prononcer sur le fond. Ce texte pose dans (un français parfait) la question du devoir d’inventaire que Jacques Chirac avait commencé de faire (refermé par Sarkozy - nous n’avons rien à nous reprocher - ) et celle des occasions perdues de la Francophonie. Elle pose aussi en filigrane et jusqu’à l’absurde l’appartenance de la France à une Union Européenne qui se comporte avec beaucoup de familles comme un mur de Berlin. Heureusement il y a Skype !
                        On a envie de terminer par le célèbre « hélas » qui termine la tragédie de Bérénice et qui en est la quintessence.

                        Par contre rien ne permet d’affirmer que la politique de Hollande concernant la question précise des relations entre la France et l’Afrique sera pire que celle de Sarko. Il semble que beaucoup de français au racisme avoué ou inavoué ne veuillent simplement pas de liens étroits avec l’Afrique. On a envie de dire à l’auteur de ces lignes qu’il est impossible de changer de peuple mais aussi de le rassurer : on a jamais autant parlé français qu’aujourd’hui sur la rive sud de la Méditerranée. La Francophonie se fait contre le peuple français par le simple jeu des flux de capitaux et de personnes. Pour les tenants de la France «  »de souche«  » , j’ai bien peur qu’ils usent leur énergie et salive pour rien. L’installation en France des personnes issues de la mouvance coloniale est un fait déjà accompli. Il se fait en effet sans fraternité ni accueil et souvent en retour sans réel désir d’intégration. C’est une symbiose ratée par rapport à ce qui aurait pu être. Compte tenu du vieillissement de la population des français de souche il est à prévoir que ça continuera comme avant avec Hollande mais sans les provocations inutiles et stériles de Sarko. Je vais mettre vos livres dans ma bibliothèque. smiley


                        • NeverMore 4 juin 2012 14:05

                          Ce qui est remarquable chez notre premier secrétaire de la république (qui se fait appeler président), c’est sa résistance devant les éléments contraires, comme par exemple la pluie (personnellement je me serais abaissé jusqu’à utiliser un manteau imperméable et/ou un parapluie).

                          L’accueil au G8 et ses impairs (et les sourires entendus de ses « homologues »), son alignement sur les anti-missiles à l’Otan (les USA), le retrait désormais « concerté » des troupes d’Afghanistan, le refus de Merkel de plier sur les Eurobonds (Eurobunds), l’opposition de Merkel (encore) sur une intervention en Syrie, le refus de Poutine de plier sur la Syrie (encore).

                          Sur ce refus de Poutine, lui faisant remarquer que la France avait bien plus déroulé‚ le tapis rouge que la Russie sous les pas de certains dictateurs, dont Assad, sa remarquable réponse de cour de récré : c’est pas moi M’sieur, c’est Sarkoÿ".

                          Plus que l’échec, la honte totale.

                           


                          • lesdiguières lesdiguières 4 juin 2012 14:16

                            Revu et commenté, voici la 5eme République de De Gaulle à Hollande, factuelle et bouleversant !

                            http://www.atramenta.net/lire/la-5eme-republique-ou-comment-tomber-de-charybde-en-scylla/37133


                            • wesson wesson 5 juin 2012 01:35

                              bonsoir lesdiguières,


                              « factuelle et bouleversant ! »

                              pour le factuel, déjà page 4 on a droit au bobard habituel sur Fabius « responsable mais pas coupable ». Sauf que cette phrase n’a jamais été prononcée par Fabius, mais par Georgina Dufoix. Fabius - qui était 1er ministre à l’époque - n’a en outre jamais été condamné lors du procès du sang contaminé, au contraire la commission a conclu que son action a contribué à grandement accélérer le retrait des mauvais lots.

                              et pour le bouleversant, effectivement on l’est devant tant de bêtise débités en si peu de mots, un étalage de ragots racontés sans talent et avec vulgarité.

                              Bref, je n’ai personnellement pas pu aller au delà de la 4ème page, même si ce « truc » était écrit gros. 

                            • jef88 jef88 4 juin 2012 14:42

                              J’ai l’impression que Sisyphe n’accepte pas la moindre contradiction ....
                              Vive le sectarisme !!!!


                              • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 15:33

                                Encore faut-il qu’elle soit argumentée, la contradiction.
                                Personnellement, je réponds par des arguments ; si vous êtes capable d’en faire autant, allez-y : on pourra discuter.

                                Sinon, si ce n’est que parler pour parler ou dire des conneries ; sans intérêt.


                              • totor totor 4 juin 2012 16:58

                                Quand on est dans le sens de Sisy on parle....
                                Si on n’est pas d’accord on dit des conneries !!!

                                Sisy Impératrice (ça c’est une vraie connerie)


                              • Anaxandre Anaxandre 4 juin 2012 14:52

                                « C’est d’abord sur l’assassinat d’une certaine idée de la France, entre 1958 et 1962, que s’est érigé le régime actuel. »

                                Donc selon l’auteur, De Gaulle est responsable dès 58, je le cite, de la, : « profonde crise d’identité (et de fraternité !) » qui frapperait la France d’aujourd’hui. Et de même que son utilisation du néologisme « ultramarin » est anachronique et abusive, son accusation est anhistorique.

                                Monsieur Gerbi veut tordre l’histoire dans le sens de son anti-gaullisme, sans préciser que le général n’est pas responsable de l’indigénat et des anciennes conceptions racialistes de la colonisation. Sans dire non plus que tous les gouvernements qui lui ont succédé jusqu’à nos jours se sont attelés, les uns après les autres, à démolir sa politique et à promouvoir, plus ou moins activement la montée des communautarismes et des revendications victimaires. Voilà ce qui tue la Fraternité !

                                La solution aux problèmes pour l’auteur : « tout mettre sur la table, commencer par dire la vérité sur ce qui s’est passé il y a cinquante ans ». Vous avez raison monsieur, continuons d’expliquer aux jeunes issus de l’immigration post-coloniale que, bien que français, ils sont d’éternels étrangers immigrés. Ce genre d’analyses et de solutions incendiaires nous mènerons à la catastrophe sociale...


                                • totor totor 4 juin 2012 17:01

                                  Mr Gerby n’avait pas assez de l’indochine et de l’algérie....
                                  Il aurait voulu (je simplifie) l’AOF, l’AEF, Tahiti djibouti .......

                                  Sanguinaire !!!


                                • spartacus spartacus 4 juin 2012 15:05
                                  Envoyez le fisc on a trouvé un fraudeur !

                                  Hollande déclare une maison à Mougins 800.000€, la chambre des notaires estime cette maison à 1 380 000€ (prix moyen du M2 est 5200€)....
                                  Un appartement à Cannes de 80m2 est déclaré à 230.000€ la chambre des notaires l’estime à 392.000€ (m2 à 4900€) Un autre appartement à Cannes de 54 m2 déclaré à 140.000€ estimé à 264.600€....
                                  Il a oublié de déclarer des biens immobiliers à Londres d’une valeur estimée à £ 2107006.0314 livres sterling soit 2.622.060€....

                                  Il a oublié aussi de déclarer sa SCI « La sapinière » au Capital de 914.694€, de location de biens immobiliers et de terrains dont le siège social est 28 avenue Duquesne 75007 Paris. Où lui et Ségoléne possèdent différents biens, SCI au CA environ de 218.000€ annuel......

                                  Il déclare en Assurance-vie 3 550 €, prends t-il les gens pour des cons ? N’en a t*-il pas d’autres ?
                                  8000€ Sur ces comptes courants...Avec ses revenus de députés ?, et que 3500€ en placements financier ?....Franchement pour des abrutis qu’ils nous prennent les socialistes ! 
                                  Pour des cons ! 

                                  • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 15:24

                                    avant d’envoyer le fisc pour un éventuel fraudeur, va surtout falloir envoyer la justice pour Sarkozy et sa foultitude de forfaitures : Karachi, le financement de la campagne Balladur, les valises de Bettancourt, et le reste...

                                    EN TAULE, l’ex !


                                  • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 15:29

                                    Par spartacus (xxx.xxx.xxx.99) 4 juin 15:05

                                    ..Franchement pour des abrutis qu’ils nous prennent les socialistes ! 
                                    Pour des cons !

                                    Y a des choses sur lesquelles on ne peut leur donner tort !
                                     smiley smiley


                                  • wesson wesson 5 juin 2012 01:36

                                    calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ...


                                  • Soi Même 4 juin 2012 15:20

                                    Quand un branleur à été élue, il faut s’attendre à une politique de branleur !


                                    • BOBW BOBW 4 juin 2012 15:41

                                      Et oui hélas voici une politique de super b..... que vient subir notre navire avec un commandant inapte à la navigation qui nous menait doit à l’iceberg puis au naufrage.


                                      Bon infléchissons fortement un cap à babord toutes -Ne lâchons rien ! surtout pas la barre.

                                      Au briefing des Législatives plaçons de nombreux pilotes et navigateurs du Front de Gauche... smiley


                                      • il faut 50 deputes FDG/PCF POUR ENCADRER le ps.........
                                        .
                                        il faut aussi un FN A MOINS DE 5% ....................

                                        vous pouvez moinssé mrs les nouveaux rédacteurs .revanchards et beaufs...


                                      • Bulgroz 4 juin 2012 15:42

                                        « Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, a annoncé, lundi 4 juin, la mise en place d’une »mission d’expertise« sur »les perspectives industrielles« du site sidérurgique de Florange (Moselle), dont les salariés sont actuellement en chômage partiel massif. »

                                        Moi, je pensais que les soclalistes avaient déjà largement étudié la question. Hollande et les autres y sont tous allés en critiquant l’inaction de Sarkozy.

                                        Rappelons nous Hollande monté sur un camion harranguant les syndicalistes en Février 2012. 
                                        il s’est dit heureux d’être parmi ces sidérurgistes. L’un d’eux a salué le « courage » du candidat PS d’être venu sur place.« Je suis prêt à déposer une proposition de loi » a dit Hollande

                                        Le député de Corrèze a pris devant eux « des engagements » avec « toute la responsabilité nécessaire » car « je ne veux pas me retrouver dans la situation d’être élu sur une promesse et ne pas revenir parce qu’elle n’aurait pas été tenue », allusion à Nicolas Sarkozy.

                                        Bla Bla Bla 

                                        et maintenant qu’il est au pouvoir , il crée une mission d’expertise !!!!

                                        Hollande découvre le dossier !!!!.


                                        • Yohan Yohan 15 juin 2012 13:44

                                          Les comités théodules, c’est une spécialité du PS quand on n’a pas de solution et qu’on ne veut pas dire non. Sous l’ère Mitterrand, ça usinait sec... Je parie qu’ils vont reprendre du service avec Flamby smiley smiley smiley


                                        • cessacom cessacom 4 juin 2012 16:04

                                          Un titre accrocheur pour pas grand chose (une très petite chose).
                                          L’article (le point de vue, rétréci et tiré par les cheveux) n’ a aucun rapport avec le titre ....
                                          inintéressant
                                          je passe mon chemin


                                          • Le péripate Le péripate 4 juin 2012 16:25

                                            Pire que Sarkozy.... Il y a quelques chances en effet, et ce du point de vue même des enragés de l’anticapitalisme et autres communazis. Il n’y a pas mieux pour libéraliser et privatiser en douceur que le social-libéral (libéral au sens américain), le tout en échange d’avancées sociétales qui n’intéressent que les minorités bruyantes.
                                            La cohabitation intra gauche promet d’être quelque peu heurtée.


                                            • RBEYEUR RBEYEUR 4 juin 2012 16:43

                                              On s’étripe comme des écorcheurs entre partisans de mimolette et de baudruchon, mais il suffit de dire que l’un ou l’autre pourrait être inférieur à Nicolas Sarkozy pour que ce soit l’union sacrée…

                                              Et si l’on départageait mimolette et son prédécesseur à l’odeur ?

                                              Basons-nous sur l’axiome selon lequel lorsque l’un des passagers d’un avion dégage une puanteur manifeste cet avion et tous ses passagers puent
                                              Pour cela, remplaçons l’avion par le pouvoir et les passagers de cet avion par les ministres de ce pouvoir….
                                              Dans ce schéma olfactif, je choisis celui qui, à mon sens,  pue le plus dans le gouvernement de mimolette, à savoir Laurent Fabius, Ministre des affaires étrangères.

                                              Il fut premier ministre du 17 juillet 1984 au 20 mars 1986.

                                              C’est dans cet exercice qu’il devenait comptable du pire des scandales qui ait pu déshonorer un pouvoir politique : le sang contaminé.
                                              Durant cette période, plus de 95% des transfusés, en particulier les hémophiles, furent contaminés par le sida, c’est-à-dire, des milliers de morts qui furent victimes d’une thérapie criminelle administrée sous contrôle de notre système de santé et remboursée par la sécurité sociale… 

                                              LES FAITS

                                              La toute première information faisant un lien entre les transfusions sanguines et le sida date de janvier 1984.

                                              Le Professeur Jacques Roux, Directeur Général de la Santé, avait diffusé, dès le 20 juin 1983, une circulaire interdisant la collecte de sang chez tous les sujets à risque, parmi lesquels figurent les détenus et les homosexuels.
                                              Nonobstant, une circulaire de Myriam Ezratty, directrice générale de l’administration pénitentiaire, demandait aux directeurs régionaux et aux directeurs des centres pénitentiaires d’augmenter la fréquence des prélèvements de sang dans les établissements pénitentiaires, jusque-là limités à deux fois par an…
                                              Le 10 juin 1985, le comité de coordination de la santé en milieu carcéral décida de ne pas arrêter ni de suspendre en aucune façon les prélèvements sanguins réalisés en établissements pénitentiaires.

                                              C’est sous la pression de l’opinion publique que
                                              Laurent Fabius décida, par arrêté du 23 juillet 1985, du dépistage obligatoire des donneurs de sang à compter du 1er août 1985.
                                              Á cette date, 95 % des hémophiles étaient déjà contaminés

                                              L’utilisation par les hémophiles de produits sanguins chauffés, donc débarrassés du virus du sida, paraissait indispensable dès le printemps 1985.
                                              Mais les stocks infectés continuèrent à être distribués jusqu’à épuisement du stock et….. remboursés par la sécurité sociale.
                                              Les produits débarrassés du virus du sida furent réservés aux hémophiles séronégatifs tandis que ceux restant infectés furent destinés aux hémophiles séropositifs.
                                              Cette surcontamination provoqua une évolution rapide de la maladie chez ces derniers.

                                              Ce drame fut évoqué en août 1986 par la publication d’un rapport du CNTS (Centre National de Transfusion Sanguine), affirmant qu’un hémophile sur deux avait été contaminé, soit près de 2 000 personnes.
                                              Mais on ne peut qu’émettre de très sérieux doutes sur cette information qui émanait d’une institution dirigée par Michel Garretta, condamné le 23 octobre 1992, es qualité de directeur du CNTS, à quatre ans de prison ferme et 500.000 Francs d’amende pour « tromperie et non-assistance à personne en danger ».
                                              Cette condamnation intervenait malgré que tout fût tenté par le premier ministre
                                              Laurent Fabius et le Président de la République François Mitterrand, pour préserver ce fusible sensé les protéger...
                                              C’est dans cet objectif qu’ils lui attribuèrent la légion d’honneur en décembre 1990.
                                              Ce fut Mitterrand en personne qui se chargea du cérémonial puisque Claude Evin, le ministre de la santé de l’époque, refusa tout net de le faire.
                                              Notons, qu’au moment de ce cérémonial, Michel Garretta était parfaitement et judiciairement convaincu de sa responsabilité dans les processus de contamination, ce qu’absolument personne n’ignorait au moment de la remise de cette légion d’honneur, particulièrement le duo F
                                              abius/Mitterrand 

                                              Une censure de plomb empêche, encore aujourd’hui, la moindre évaluation réelle et sérieuse des victimes directes, induites et collatérales de cette monstrueuse affaire.

                                              L’INTERVENTION DE LA « JUSTICE »

                                              Le fusible Michel Garretta ayant été grillé par sa condamnation prononcée le 23 octobre 1992, cela sentait vraiment le roussi pour Fabius/Mitterrand.
                                              Mais l’incroyable génie manipulateur de Mitterrand fournit la parade en mettant en place cette formidable imposture judiciaire qu’est la CJR, Cour de Justice de la République.
                                              Elle fut créée par la loi de révision constitutionnelle du 27 juillet 1993 (articles 68-1 et 68-2 de la constitution) et organisée par la loi organique du 23 novembre 1993, dans l’objectif de dédouaner le pouvoir.

                                              Fabius aurait dû être jugé en droit commun comme le fut Michel Garretta,
                                              Mais la CJR, ce faux-nez judiciaire imaginé par Mitterrand et mis en place en un temps record, se substitua très opportunément à la juridiction de droit commun pour exonérer
                                              Fabius de toute responsabilité.

                                              Mais voyons d’un peu plus près cette merveille d’imposture judiciaire rédhibitoirement vomie par tous les juristes dignes de ce nom…

                                              La CJR est composée de quinze juges : douze parlementaires et trois magistrats de la cour de cassation.
                                              Ces trois magistrats composent la commission des requêtes et la commission d’instruction.
                                              Ce sont donc eux qui statuent sur la recevabilité des affaires et assurent l’instruction de celles qui sont reçues.

                                              En conséquence, l
                                              e 17 juillet 1998, la commission d’instruction de la CJR (les magistrats) renvoyait Fabius devant la CJR du fait de la mort de trois personnes, et de la contamination de deux autres.
                                              Dans l’instruction menée par ces mêmes magistrats, il était apparu que Fabius, alors premier ministre, avait appris le 29 avril 1985, par son conseiller industriel Jacques Biot, que le test de dépistage du sida développé par l’institut pasteur, « Diagnostics Pasteur », pouvait prendre une large fraction du marché national à condition que fût mise en place « une gestion astucieuse du calendrier », ceci du fait d’un retard de mise à disposition de ce test français par rapport au test américain Abbott
                                              .
                                              On en était pas à quelques centaines de contaminés de plus… 

                                              Nous savons ce qui résulta du renvoi de
                                              Fabius devant la CJR.

                                              Celle-ci étant constituée de douze parlementaires et de trois magistrats et la décision étant prise par la majorité absolue d’un vote secret, on ne peut que constater une situation de « juge et partie » de par l’écrasante majorité des parlementaires…

                                              En effet, l’introduction de l’affaire et son instruction furent prises en charges par des magistrats, impartiaux par définition, tandis que le jugement fut prononcé par des parlementaires qui, en tant que tels, sont en affinité avec l’accusé à différents égards.

                                              Fabius fut donc déclaré blanc comme neige…

                                              Mais quel est donc la nature de ce pouvoir qui défèque sans aucune honte sur l’axiome d’Aristote : « Plus on est haut plus on est responsable, plus on est responsable plus on est coupable. » ? 

                                              N’est-il pas d’une extrême infection que d’approuver l’indélébile ignominie de l’affaire du « sang contaminé » et la honte judiciaire de la Cour de Justice de la République, en intégrant l’acteur direct et indirect de ces faits : l’ex premier-Ministre Laurent Fabius  ?  


                                              • sisyphe sisyphe 4 juin 2012 18:04


                                                Le Professeur Jacques Roux,
                                                Directeur Général de la Santé, avait diffusé, dès le 20 juin 1983, une circulaire interdisant la collecte de sang chez tous les sujets à risque, parmi lesquels figurent les détenus et les homosexuels.

                                                Nonobstant, une circulaire de Myriam Ezratty, directrice générale de l’administration pénitentiaire, demandait aux directeurs régionaux et aux directeurs des centres pénitentiaires d’augmenter la fréquence des prélèvements de sang dans les établissements pénitentiaires, jusque-là limités à deux fois par an…

                                                Le 10 juin 1985, le comité de coordination de la santé en milieu carcéral décida de ne pas arrêter ni de suspendre en aucune façon les prélèvements sanguins réalisés en établissements pénitentiaires.

                                                C’est sous la pression de l’opinion publique que Laurent Fabius décida, par arrêté du 23 juillet 1985, du dépistage obligatoire des donneurs de sang à compter du 1er août 1985.

                                                Donc, en résumant  : avertissement en Juin 1983 du Professeur Jacques Roux, dont ne tient pas compte la directrice générale de l’administration pénitentiaire, confortée en Juin 1985, par le comité de coordination de la santé en milieu carcéral ; jusque là, pas de trace de responsabilité directe de Laurent Fabius, premier ministre qui, 1 mois plus tard, décide par arrêté, le dépistage obligatoire des donneurs de sang, malgré l’avis du fameux « comité de coordination... » , alors même que ce test de dépistage vient à peine d’être mis à disposition par l’Institut Pasteur

                                                Décision donc responsable de la part de Laurent Fabius ; qui a été jugée telle par la CJR

                                                Rien, dans tous ces faits, ne permet de désigner Laurent Fabius comme « acteur direct et indirect de ces faits » ; il n’a été l’acteur que de l’arrêté du dépistage obligatoire des donneurs de sang.

                                                Cette décision fut-elle trop tardive ?

                                                 Oui, certainement, pour les contaminés, mais encore s’agit-il de désigner les vrais responsables de ce retard ; à cet égard, Michel Garretta a été légitimement condamné, de même que les autres responsables :  le 23 octobre 1992 devant le tribunal correctionnel, puis en appel le 13 juillet 1993, quatre médecins, dont l’ancien directeur du CNTS, Michel Garretta, avaient été jugés pour tromperie et non-assistance à personne en danger. En première instance, Jean-Pierre Allain, responsable au CNTS du département recherche et développement jusqu’en 1986, avait été condamné à quatre ans de prison dont deux avec sursis, Jacques Roux, ancien directeur général de la santé à quatre ans de prison avec sursis, Michel Garretta à quatre ans de prison ferme et 500 000 francs d’amende, et Robert Netter, ex-directeur du laboratoire national de la santé, avait été relaché. En appel, la peine de Jacques Roux est réduite à trois ans de prison avec sursis, les peines de Michel Garretta et Jean-Pierre Allain sont confirmées, Robert Netter est condamné à un an de prison avec sursis. La Cour de Cassation avait confirmé l’arrêt de la Cour d’appel le 22 juin 1994 et rejeté le pourvoi de Jean-Pierre Allain. Le CNTS n’était qu’un des sept centres de fractionnement et ne fournissait « que » 30 % du PPSB en France.

                                                Quant à la Cour de Justice de la République, elle constitue un progrès par rapport à ce qui existait avant ; la Haute Cour de Justice, qui ne pouvait être saisie QUE par des parlementaires, pour juger les ministres en fonction : en effet :


                                                L’innovation de la révision constitutionnelle réside dans la saisine de cette cour, qui a été « déparlementarisée », et ouverte.

                                                Originellement, lorsque la Haute Cour de Justice était chargée de juger le président ou des membres du gouvernement, seul le Parlement pouvait engager des poursuites. Or, la coïncidence politique entre la majorité parlementaire et le gouvernement rendait hypothétique la mise en jeu de la responsabilité pénale d’un ministre, au risque d’un déni de justice.

                                                Depuis la création de la Cour de Justice de la République, les poursuites sont « déparlementarisées ».

                                                L’initiative appartient à toute personne qui se prétend lésée par un crime ou un délit commis par un membre du Gouvernement dans l’exercice de ses fonctions6 et au procureur général de la Cour de cassation. Les victimes ne peuvent se constituer partie civile7,8, comme l’a regretté l’avocat de Ségolène Royal.

                                                Les plaintes sont évaluées par une commission des requêtes, composée de magistrats de la Cour de cassation. Cette commission apprécie la recevabilité des plaintes, les classe sans suite ou les transmet au procureur général près la Cour de cassation, qui saisit la CJR.

                                                Le procureur général près la Cour de cassation peut aussi la saisir d’office sur avis conforme de ladite commission.

                                                Une commission d’instruction est chargée d’instruire le dossier, et clôture son instruction par une ordonnance de renvoi ou de non-lieu.

                                                Après la clôture des débats, les membres de la CJR votent sur chaque chef d’accusation à la majorité absolue, par bulletins secrets. Puis, si l’accusé est déclaré coupable, ils votent sur l’application de la peine à infliger.

                                                Son arrêt peut faire l’objet d’un pourvoi en cassation. Si l’arrêt est cassé et que l’affaire est alors renvoyée devant la CJR, la Cour de justice doit être entièrement recomposée avant de rejuger l’affaire.


                                              • arobase 4 juin 2012 17:04

                                                Nous, enfin, moi et les miens, ce qu’on veut, c’est vivre mieux, être mieux soignés, avoir du boulot, être mieux payés, mieux logés....nous sommes quand même parmi les plus riche du monde, non ?


                                                alors on a eu chirrac, puis sarkosy, et en 20 ans, on est passés de la richesse à la misère. donc, c’est pas ce que je recherche.

                                                maintenant on a la Gauche : un bon programme, des gens compétents, honnêtes et sincères. ce qu’ils annoncent, vu la situation mondiale, me semble aller dans le bon sens. donc je prends, mais je serai attentif. donnons le temps aux choses.....
                                                je ne vais quand même pas voter pour ces députés godillots sortants ump qui nous ont mis là et n’ont jamais contesté la moindre folie de l’autre !!

                                                • arobase 4 juin 2012 17:11

                                                  donc pour le moment, je ne voit pas quelle autre solution (ou hommes) meilleure est devant moi. donc j’abonde et j’espère. il sera toujours temps de me lamenter si ça dérape.


                                                  mais aux impatiens du FN qui voudraient aller plus vite que le vent, ou aux revanchards nuls de l’UMP, bref, à tous les UMPFN qui ne rêvent que de mariage, je dis :

                                                  « sarko réélu, ou même la marine, aujourd’hui, un mois après, quelles auraient été les mesures qu’ils auraient prises à ce jour, tellement extraordinaires qu’elles auraient suscité l’enthousiasme délirant des fans qui ici nous dégoûteraient même des ortolans ? »

                                                  juste pour voir et comparer, qu’on rigole un peu.

                                                  • RBEYEUR RBEYEUR 4 juin 2012 19:35


                                                    Si, pour illustrer le « pouvoir mimolette », l’intégration du « sang contaminé versus Laurent Fabius » ne suffit pas (voir la contribution du 4 juin à 16h43), voyons l’intégration de Christiane Taubira

                                                    Elle demeure militante pour l’indépendance de la Guyane par refus d’infirmer cet engagement.

                                                    Ce refus procède d’une gravissime antinomie institutionnelle avec ses fonctions de Ministre de la justice qui imposent, en tout premier devoir, de respecter et faire respecter « la République Française une et indivisible » proclamée dans l’article 1° de la constitution.

                                                    Son refus d’une affirmation solennelle d’un indéfectible attachement à « une République Française une et indivisible », eu égard à son engagement indépendantiste, place le pouvoir dans une situation institutionnelle particulièrement viciée.
                                                    En effet, intégrer une Ministre de la justice qui conserve par devers elle un engagement indépendantiste, donne à ce pouvoir une qualification patricide de par une posture sous-jacente de désintégration de la nation. 

                                                    Mais il y a plus grave ! 

                                                    Elle fit promulguer la « loi Taubira » (2001-434 du 21 mai 2001) criminalisant une communauté de français pris comme responsables du comportement esclavagiste de leurs ancêtres.

                                                    Soit l
                                                    e premier article de ce texte :

                                                    « La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan Indien d’une part, et l’esclavage d’autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l’humanité. ».

                                                    — En premier lieu, cette « loi » stipule que « la République française » considère la « traite négrière » et « l’esclavage » comme un « crime contre l’humanité ».
                                                    Mais un  crime contre l’humanité ne peut avoir qu’une existence planétaire tandis que la loi  française n’implique seulement que la France.
                                                    En conséquence, comment peut-on considérer qu’un crime contre l’humanité ne pourrait être vu qu’au sein d’une seule nation, en l’occurrence la France, alors que ce crime, en l’espèce la « traite négrière » et « l’esclavage », serait tout à fait licite partout ailleurs dans le monde ?
                                                    En inventant un crime contre l’humanité qui n’existe que lorsqu’il est consommé sur le territoire français, la « loi Taubira » ne serait-elle pas anti-française ?’
                                                     
                                                    — En deuxième lieu, il y est dit : « … La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan Indien d’une part,… ».
                                                    Désignant uniquement des espaces continentaux d’implantation de l’empire colonial français comme objets de la traite négrière, cette loi incrimine uniquement les ancêtres des « français de souche  » en excluant ainsi les ancêtres des « français d’origine étrangère » évidemment non concernés dans ce contexte.

                                                    — En troisième lieu, il y est dit : « … et l’esclavage d’autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe … ».
                                                    Ces dispositions délimitent l’exploitation esclavagiste dans des paramètres de temps et de lieu qui conduisent à ne désigner uniquement que les ancêtres des « français de souche  ».
                                                    En effet, nous avons, d’une part, la fixation de l’incrimination à partir du XVe siècle en sachant que l’histoire coloniale française ne commença qu’à cette date alors que l’esclavage perpétré par les arabes et les africains prospérait déjà depuis fort longtemps, d’autre part, en restreignant les victimes de l’esclavage aux seules populations des territoires coloniaux français.
                                                    Dans le cadre de cette incrimination, on pourrait donc croire que l’esclavage ne serait apparu dans le monde qu’«  à partir du XVe siècle », et que cet esclavage n’existe nulle part ailleurs qu’« aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe »…

                                                    — En quatrième lieu : il y est dit « … contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes… »
                                                    Depuis que l’esclavagisme existe, d’autres populations que «  les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes » ont subi et subissent encore ce fléau…
                                                    Démonstration supplémentaire du caractère anti-français de cette loi qui ne cite, en tant que victimes de l’esclavage, que les seules populations implantées dans l’empire colonial français.

                                                    — En cinquième lieu, outre la traite négrière transatlantique il y eut, notamment :
                                                    La traite négrière orientale pratiquée par les empires arabes et ottomans après la chute de l’empire romain.
                                                    La traite négrière triangulaire où les roitelets et les chefs coutumiers africains alimentaient la traite transatlantique. 
                                                    La traite négrière intra-africaine qui prit son essor après l’abolition de l’esclavage par l’occident.
                                                    La traite chrétienne barbaresque où les musulmans pratiquaient l’esclavage d’européens.
                                                    Etc.
                                                    Aucun de ces éléments, particulièrement majeurs dans une approche réelle et sérieuse de l’esclavage dans son ensemble, ne figure dans cette « loi »… 

                                                    En conclusion de cette analyse on constate trois choses ;
                                                    1)
                                                    Une sectorisation de l’esclavage à la France par un strict paramétrage de lieu, d’espace et de temps incriminant uniquement et exclusivement notre passé colonial. 
                                                    2)
                                                    Une extraordinaire volonté  de dénigrement de la France qui motive la sectorisation évoquée précédemment.
                                                    Á cet égard, on ne peut que s’interroger sur le fait que ce texte fut promulgué par l’assemblée nationale élue en 1997 ?
                                                    La majorité de cette assemblée générale était-elle donc anti-française ?
                                                    3)
                                                    Une flagellation particulièrement mortifiante des seuls « français de souche » alors qu’une certaine « sémantique » exonère les « français d’origine étrangère ».
                                                    On ne peut s’empêcher d’y percevoir, en filagramme, une haine de « l’homme blanc  »…
                                                    Mais, en tout état de cause et quelles que soient les personnes impliquées, si l’esclavage est effectivement un crime contre l’humanité, que dire du fait de reprocher implicitement à un individu les actes, quels qu’ils soient, commis par ses ascendants ?

                                                    Mais Il y a beaucoup plus grave….

                                                    La portée historique et planétaire de l’esclavage n’est appréhendable que par l’assemblée générale des Nations Unies qui, par exemple, condamne le déni de l’holocauste.
                                                    C’est dans cette dimension que pourrait être envisagée, de manière pleine et entière, la constitution de l’esclavage comme crime contre l’humanité.
                                                    Est-ce possible ?
                                                    Bien évidemment non !
                                                    Outre que tous les pays sans aucune exception furent confrontés à une implication esclavagiste, parmi les cent quatre-vingt-treize États membres des Nations Unies un certain nombre d’entre eux pratiquent encore actuellement l’esclavage de façon plus ou moins inavouée, parmi ces États figure la France…

                                                    Mais quel est donc cet esclavage actuellement perpétré en France ?

                                                    Cher lectrice/lecteur se trouvant en France au moment de la lecture du présent texte, sachez que dans un rayon de quelques kilomètres autour du lieu où vous vous trouvez, ou beaucoup moins selon la taille de l’agglomération où vous êtes, à l’instant même de cette lecture une ou plusieurs nouvelles nées subissent l’ablation de leur clitoris
                                                    C’est l’excision.
                                                    L’esclavage d’une femme irrémédiablement privée Á VIE de sa sensualité de femme et plus généralement de sa sensibilité d’être humain, condamnée à n’être qu’une usine à fabriquer des enfants en étant définitivement réduite qu’à un objet sexuel totalement et rédhibitoirement passif.
                                                    Une esclave portant une chaîne dont elle ne pourra jamais se libérer.
                                                    Cet esclavage, encore bien plus atroce que tous les autres types, se déroule maintenant, tous les jours, toutes les heures, au vu et au su de tous, dans la plus totale immunité, EN FRANCE...

                                                    Vous avez dit « loi Taubira » contre l’esclavage ?

                                                    Que fait donc Christiane Taubira, auteure de cette loi putride, comme Ministre de la Justice de « LA FRANCE » ?

                                                    Quel est l’avenir de notre justice entre de telles mains ?

                                                    Une soumission à des symboles idéologiques quels qu’ils soient peut-elle justifier un tel reniement des droits de l’homme en général et de ses droits individuels en particulier, notamment au respect de sa dignité, de son intégrité et de ses racines ?

                                                    N’y a-t-il pas là une négation de l’être humain ? 

                                                    Ne serait-ce pas la marque autocratique d’une certaine forme de pouvoir ?


                                                    • toor toor 5 juin 2012 06:25

                                                      très bon commentaire RBEYEUR plein de bon sens.Je crois qu’aujourd’hui il existe une nouvelle forme d’esclavagisme encore plus pernicieux.


                                                    • Yohan Yohan 15 juin 2012 13:49

                                                      et Ils ont oublié le drapeau Corse, quel affront 


                                                    • arobase 4 juin 2012 20:14

                                                      calmos c’est le grigrilane, comme on dit chez moi, rien dans les neuronnes, tout dans l’invective, le slogan ...


                                                      je t’ai demandé ça plus haut :
                                                      mais aux impatients du FN qui voudraient aller plus vite que le vent, ou aux revanchards nuls de l’UMP, bref, à tous les UMPFN qui ne rêvent que de mariage, je dis :

                                                      «  sarko réélu, ou même la marine, aujourd’hui, un mois après, quelles auraient été les mesures qu’ils auraient prises à ce jour, tellement extraordinaires qu’elles auraient suscité l’enthousiasme délirant des fans qui ici nous dégoûteraient même des ortolans ? »

                                                      juste pour voir et comparer, qu’on rigole un peu.

                                                      alors répond, qu’on rigole un peu ? elle aurait fait quoi ton idole à la place d’hollande ! 
                                                      ce sera plus instructif que tes ritournelles.

                                                      oh combien seraient contents qui prétendent aimer la France, et qui ne rêvent qu’elle se casse la figure.
                                                      les imbéciles ! ils se la casseraient avec !

                                                      • toor toor 5 juin 2012 06:39

                                                        Ne reste-t-il plus que l’exil pour nos enfants.Une patrie sans patriotisme est une patrie foutue.Honte à nous d’avoir laisser la nation sombrer dans le chaos.


                                                        • simir simir 5 juin 2012 08:14

                                                          Ne reste-t-il plus que l’exil pour nos enfants.Une patrie sans patriotisme est une patrie foutue.Honte à nous d’avoir laisser la nation sombrer dans le chaos.

                                                          Alors bon débarras on ne vous regrettera pas. Je vous suggère la hongrie ça devrait vous plaire

                                                        • karina 5 juin 2012 22:01
                                                          Nous avons donc une France au bord de la Faillite, une haute et petite élite privilégiée et méprisée qui bloque tout effort de réforme. Un chef d’état qualifié de « mou » dont les humoristes se gaussent en assurant que c’est sa femme qui le mène par le bout du nez.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès