• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Hollande : vers une VIe République

Hollande : vers une VIe République

Avec une cote positive de 13 %, François Hollande est impopulaire comme jamais un chef d’état ne l’avait été avant lui sous la Ve république. Il dispose pourtant d’une possibilité de sauver son mandat, et cela même sans retournement de la conjoncture socioéconomique dans les deux années à venir...

Disons-le tout net, François Hollande est très mal parti pour terminer sur un bilan favorable un quinquennat mal engagé dès les premières semaines d’exercice du pouvoir exécutif par manque d’autorité. Un quinquennat surtout rapidement en rupture avec les promesses assénées, durant la campagne électorale, avec une feinte détermination par un candidat socialiste à la pêche aux voix.

Et ce n’est pas la fuite en avant libérale, caractérisée par l’arrivée à Matignon de Manuel Valls en remplacement du falot Jean-Marc Ayrault, puis la toute récente nomination de l’ex-dirigeant de la banque Rothschild Emmanuel Macron au ministère de l’Économie, qui sont de nature à rassurer tous ceux qui, au sein des classes populaires et moyennes, ont cru en 2012 la parole du champion socialiste. Beaucoup, parmi ces Français qui ont voté pour François Hollande, ont encore en mémoire les accents fermes de celui qui clamait alors sur un ton péremptoire « Le changement, c’est maintenant !  » ou bien encore « Mon ennemi, c’est la finance ! » Ces Français de gauche ont aujourd’hui, non plus l’impression, mais la certitude d’avoir été trompés, et l’on ne peut évidemment qu’approuver ce constat.

François Hollande est-il donc condamné à terminer son mandat aussi piteusement qu’il l’a commencé ? Sans aucun doute, si aucun élément extérieur à sa politique ne vient booster de manière spectaculaire les résultats économiques de notre pays, avec pour conséquence d’amener une embellie significative sur le marché de l’emploi. Si, comme c’est probable, aucun retournement de conjoncture spectaculaire n’intervient, le président de la République, mandat échu, pourra regagner Tulle pour aller à la pêche aux truites sur les rives de la Corrèze. En choisissant de préférence un environnement pastoral pour se mettre à l’abri de l’ire des trop nombreux Français cocufiés par la trahison de ses engagements au profit des forces du grand capital.

Cette fin de mandat en capilotade est-elle inéluctable ? Pas forcément car François Hollande dispose encore d’une carte maîtresse de nature à lui permettre, le moment venu, de sortir par le haut de ces habits présidentiels si mal taillés pour lui ? « Impossible  ! », me direz-vous, à l’unisson de tous ces compatriotes qu’il a trahis et qui lui vouent désormais un profond ressentiment. Hollande est, à leurs yeux, complètement carbonisé, et la fin de son mandat devrait prendre, pour tous ces Français désabusés, la forme d’un long calvaire, d’une interminable agonie politique.

Cette carte salvatrice existe pourtant dans le jeu étriqué dont dispose encore François Hollande. Certes, elle ne permettrait pas au « président de personne », comme l’a nommé Cécile Duflot, de refaire surface en termes de résultats dans l’optique du scrutin de 2017. Mais elle lui donnerait l’occasion d’entrer dans l’histoire en ayant été celui qui a su, contre les intérêts corporatistes et les chantages des puissants barons locaux de gauche comme de droite, oser les changements réclamés à cor et à cris par une large majorité de nos compatriotes, écœurés par les dérives d’une Ve République subclaquante.

Il s’agit évidemment, et chacun l’a bien compris, d’un référendum. Nos institutions ont en effet un urgent besoin d’être réformées pour répondre aux besoins de fonctionnement d’un état moderne, dégagé du déni de démocratie lié au scrutin majoritaire, et débarrassé des personnages corrompus qui pourrissent l’image de la vie politique. Aller résolument dans cette voie, c’est aussi - et surtout - répondre aux attentes de nos compatriotes.

Or, il est impossible de compter sur les élus réunis en Congrès pour modifier en profondeur la constitution dans le sens de cette nécessaire modernisation. Croire le contraire relève de l’illusion dans un pays où les élus, sous couvert de se mettre au service de l’état et de leurs concitoyens, font carrière et servent avant tout leurs intérêts personnels. Dans un tel contexte, pas question pour eux de se résoudre à scier la branche sur laquelle ils sont confortablement assis. C’est pourquoi les changements nécessaires à la modernisation de nos institutions doivent passer par la voie référendaire. Or, le président de la République dispose du droit de proposer au peuple français ces changements. Il pourrait le faire sous cette forme :

Mes chers compatriotes,

Notre pays est, depuis de trop longues années, confronté à des difficultés sociales et économiques dont souffrent notamment les plus modestes de nos concitoyens, victimes d’un pouvoir d’achat en berne et d’un niveau de chômage beaucoup trop élevé. Malgré les orientations de notre politique et les décisions prises par le Premier ministre en plein accord avec moi-même, les résultats tardent à venir. Cela suscite des frustrations, et même, ici et là, une colère bien compréhensible. Mais la voie du redressement est désormais clairement tracée, et la situation socioéconomique de notre pays ira, n’en doutez pas, en s’améliorant de manière significative.

Les choix économiques, et leurs conséquences sociales, sont évidemment au cœur de l’action du pouvoir exécutif qui m’a été confié par le vote de 2012. Mais il appartient également au Président de la République que je suis d’agir pour que les institutions répondent le mieux possible aux attentes du Peuple français dont elles sont l’outil de gouvernance de la Nation. Or, nos institutions ne fonctionnent plus de manière satisfaisante sur de nombreux points. C’est pourquoi j’ai décidé de mettre en place un Comité chargé de rédiger un projet de Constitution en vue de l’instauration d’une VIe République. Ce Comité, dont les modalités de désignation et de fonctionnement seront actées ultérieurement, sera composé d’experts juridiques indépendants des partis, mais aussi, pour la majorité de ses membres, de citoyens tirés au sort.

Toutefois, sans attendre que ce texte important et refondateur ait pu être rédigé en vue d’être validé, j’ai décidé de soumettre d’ores et déjà au Peuple français, par voie de référendum, un texte portant sur deux volets : la représentation nationale et le référendum d’initiative citoyenne. Il va de soi que ces dispositions seront intégrées dans le texte de la future Constitution si les Français, en votant « OUI » à ce référendum, en approuvent la mise en œuvre.

Il s’agit, en tout premier lieu, de revoir le mode de désignation des représentants du Peuple à l’Assemblée Nationale. À l’évidence, les députés sont trop nombreux, comme le montre la comparaison de notre pays avec les grandes démocraties qui nous entourent. C’est pourquoi j’ai décidé de diviser par deux l’effectif des députés (de même que celui des sénateurs). Les clivages partisans n’ont, par ailleurs, plus guère de sens dans notre société contemporaine. C’est pourquoi j’ai décidé que les députés seront dorénavant élus à la proportionnelle intégrale, comme cela se pratique sans difficulté chez nos voisins, y compris lorsque les résultats du scrutin imposent une coalition de gouvernement. Le temps des baronnies locales doit également appartenir au passé. C’est pourquoi j’ai décidé que le nombre des mandats successifs dans une fonction élective serait dans l’avenir limité à deux, que ce soit sur le plan national ou sur le plan local. Enfin, de la même manière que les fonctionnaires de notre pays doivent être sans tache judiciaire, il importe que les représentants du Peuple à l’Assemblée Nationale se montrent exemplaires. C’est pourquoi j’ai décidé que l’accès à la députation sera désormais interdit à toute personne ayant fait l’objet d’une condamnation pour des faits délictueux en rapport avec l’exercice d’un précédent mandat.

Le deuxième volet de ce scrutin concerne le « référendum d’initiative citoyenne ». Un « référendum d’initiative partagée » a été institué par un vote des députés et des sénateurs réunis en Congrès par mon prédécesseur en 2008. Mais ce référendum s’apparente de facto à un parcours du combattant tel que l’organisation d’un scrutin de ce genre n’a quasiment pas l’ombre d’une chance de voir le jour. Cela dit sans même évoquer le champ très limité des questions pouvant être abordées. Dénier le droit aux citoyens d’une nation moderne de procéder, sans entraves juridiques, à un acte de démocratie directe comme l’est le « référendum d’initiative citoyenne » est un déni manifeste de la souveraineté du Peuple. En conséquence de quoi, j’ai décidé de créer un véritable « référendum d’initiative citoyenne ». Il sera mis en œuvre dès lors qu’auront été recueillies les signatures de 5 % des Français inscrits sur les listes électorales, soit actuellement environ 2,3 millions d’entre nous. Le champ des questions pouvant être soumises à ce référendum sera précisé ultérieurement. Mais d’ores et déjà, je m’engage à ce qu’il soit sensiblement élargi par rapport au « référendum d’initiative partagée », y compris sur l’abrogation des lois en vigueur, quelle qu’ait été leur date de promulgation.

Voilà, mes chers compatriotes, ce que je vous propose de mettre en œuvre. Il vous appartiendra, dans quelques mois, de vous prononcer dans les urnes sur l’approbation ou le rejet de ces dispositions constitutionnelles. Vous le ferez en votre âme et conscience, sans laisser votre décision être polluée par des considérations extérieures à votre intime conviction. Afin de vous y aider, et conscient que mon avenir personnel pourrait influer sur le résultat de cet important référendum, je vous annonce aujourd’hui solennellement que j’ai décidé de ne pas me représenter lors du scrutin présidentiel de 2017

Vive la République ! Vive la France !

François Hollande prendra-t-il une initiative de ce genre ? C’est peu probable car cela demanderait un courage qu’il n’a encore jamais montré depuis son arrivée à l’Élysée. Juché, comme sœur Anne, en haut de sa tour, à scruter l’horizon pour voir surgir au loin la croissance et, avec elle, le retour des emplois, il continuera donc probablement à croire en sa bonne étoile et à « foncer dans le mur en klaxonnant », pour reprendre une image popularisée naguère par Philippe de Villiers. Ce faisant, il finira dans les oubliettes de l’histoire. Ou, guère plus enviable, dans les anthologies de la caricature politique.


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

116 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 8 septembre 2014 10:30

    Bonjour Fergus...Quels changements.. ?

    Il est incapable de refermer sa braguette tout seul.. ?
    La VI république...avec quoi dedans.. ?
    Le vide sidéral de la gauche ou du PS.. ?
    Notre classe politique est incompétente..alors 6-7-8 eme république (peut importe)...notre système sera toujours aussi mauvais...Vous ne voyez pas que depuis que nous sommes dans l’UE notre pays s’effondre...(et nous ne sommes pas le seul dans ce K..)

    • Fergus Fergus 8 septembre 2014 10:55

      Bonjour, Claude-Michel.

      Je me suis placé dans l’hypothèse d’un Hollande qui, n’ayant plus rien à perdre, se mettrait résolument au dessus du jeu des partis pour moderniser les institutions. Ce n’est évidemment pas la plus probable, tant le personnage semble inconsistant. Je dis simplement que ce serait une belle porte de sortie pour lui s’il avait le courage d’aller dans le sens d’un plus grand pouvoir rendu au peuple de France.

      Quant à l’UE, elle n’a rien à voir avec les évolutions proposées sur le système politique national.


    • claude-michel claude-michel 8 septembre 2014 11:03

      Vous oubliez l’essentiel...à savoir que nous ne sommes plus maître chez nous...c’est Bruxelles (Merkel) qui décide...alors il à les mains liées pour changer quoique ce soit...il doit obéir à l’UE...y a plus de France..finito la comédia.. !

      rendez vous simplement compte que notre pays n’est plus souverain...nous sommes sous dicta de Bruxelles qui regarde de près ce qu’ils font...

    • Fergus Fergus 8 septembre 2014 11:27

      @ Claude-Michel.

      Désolé, mais ce que vous écrivez là relève du fantasme, car vous confondez le contenant et le contenu : l’UE, le Conseil européen, la Commission, et a fortiori Merkel, n’ont strictement aucun pouvoir sur le fonctionnement interne de nos institutions. En revanche, l’UE a le pouvoir de nous imposer, via les directives, des décisions à caractère politique dans les domaines économiques, sociaux ou environnementaux.

      Encore faut-il préciser que ce n’est pas l’UE qui nous impose ces directives, mais le Conseil européen via la Commission. Or, le Conseil européen n’est autre que la réunion des chefs d’état. Autrement dit, si une majorité de pays basculaient vers des gouvernances de progrès, ce ne seraient plus des mesures libérales qui interviendraient, mais des mesures sociales. Le problème n’est donc pas dans l’UE, mais dans le fait que la majorité des pays, y compris la France, dérivent toujours plus vers la droite et le libéralisme. C’est aussi trivial que cela !


    • claude-michel claude-michel 8 septembre 2014 12:56

      Et ça c’est quoi d’après vous.. ?

      La France « sous surveillance renforcée »
      Publié à 19h08, le 05 mars 2014, Modifié à 19h25, le 05 mars 2014

      « Surveillance renforcée », qu’est-ce que c’est ? Concrètement, cela veut dire que la Commission juge que notre économie n’est pas satisfaisante. Selon le site officiel de l’Union européenne, la mise sous surveillance accrue touche les Etats membres “en proie à une grave difficulté en matière de stabilité financière, ou qui risquent d’en rencontrer”.
      L’Europe a mis en place ce système de surveillance en mai 2013 afin de compléter son système de stabilité financière établi entre 2010 et 2011. L’objectif est de faciliter la gestion de crise en prévoyant les situations difficiles pour les Etats membres de la zone euro.
      En l’occurrence, dans son rapport de mercredi, la Commission européenne reproche à la France de subir un “déséquilibre macroéconomique” qui demande une “action politique décisive”. Elle note que la détérioration de la balance commerciale et le manque de compétitivité du pays combinés à un fort endettement public demande une “attention politique continue”....

    • Fergus Fergus 8 septembre 2014 13:12

      @ Claude-Michel.

      Encore une fois, vous confondez là les décisions politiques, fussent-elles imposées par des pressions extérieures, avec le fonctionnement des institutions.


    • claude-michel claude-michel 8 septembre 2014 13:39

      « Dans dix ans, 70 % à 80 % de la législation adoptée le sera sous influence européenne ». Jacques Delors, alors président de la Commission européenne et défenseur d’une Europe « fédération d’Etats-nations », avait prononcé en 1988 cette phrase aujourd’hui reprise par tous les eurosceptiques, pour qui c’est devenu une évidence : l’Europe serait responsable de la majorité de la législation française. Mais un pourcentage ne suffit pas à expliquer l’impact de l’Union sur les activités législatives nationales.....


    • claude-michel claude-michel 8 septembre 2014 13:41

      Par Fergus...et d’après vous le fonctionnement des institutions n’est pas politique.. ?

      Depuis quand...

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 8 septembre 2014 15:12

      Bonjour Fergus. 


      Vous etes le dernier Romain... Ingenieuse, l’idee du referendum... mais bien trop tard. Une reforme institutionelle, quelle qu’elle soit, doit s’appuyer au moins implicitement sur un consensus quant à la légitimité du processus qui l’encadre. J’ai bien peur que ce consensus n’existe plus en France. Le Français lambda a été convaincu que la corruption est partout et que rien n’est autre chose que ce que le pouvoir a décidé qu’il soit. 

      Je parle du vrai pouvoir financier. S’il est une chose que Hollande a prouvée, c’est bien la totale inanité du pouvoir politique, a qui on fait dire blanc et faire non sans même une pause et qui n’existe plus que que pourr amuser les enfants.

      L’idée qu’on puisse changer quoi que ce soit démocratiquement est une vésanie. Un référendum donnera les resultatss qu’on voudra qu’il donne et on en fera ce qu’on voudra en faire.., mais on n’y croira pas. Les systeme est gangrèné au-dela de toute remission et la prochaine légitimité viendra de la ruie et des fusils. 

      pierre jc

    • Fergus Fergus 8 septembre 2014 16:51

      Bonjour, Pierre.

      Si le consensus sur des questions institutionnelles n’existe plus en France, c’est avant tout au niveau des élites. Car je crois profondément que le peuple est capable de ce consensus dès lors qu’un référendum du type de celui que je propose est mis en œuvre par un président qui, volontairement, se retire en fin de mandat pour ne pas polluer le résultat. Débarrassé des considérations purement politiciennes, un tel scrutin peut fonctionner, et cela d’autant plus qu’il aurait le mérite de donner un bon coup de pied aux fesses de ces élites corrompues auxquelles vous faites allusion.

      Ce ne serait pas la panacée, mais ce serait un grand bond en avant et un signal donné aux autres pays européens pour montrer que la France est capable de réformes de ses institutions visant à transcender les blocages politiciens.

      Pas d’accord avec vous sur les résultats d’un référendum si celui-ci est fermé, et ce serait le cas si l’on s’en tenait à des principes simples mais clairement énoncés. Seul un référendum ouvert peut donner lieu à interprétation du texte, et par conséquent à des manipulations ultérieures.

      Enfin, sur la légitimité des fusils, j’espère sincèrement que l’on en viendra pas là, car cette légitimité-là pourrait fort bien s’habiller des oripeaux de la dictature !


    • alinea alinea 8 septembre 2014 18:04

      Si vous aviez lu mon article, vous sauriez que ceci a été voulu et signé par tous les états, mais la France en premier lieu ; pour l’instant, cela représente la seule signature qui nous lie à Bruxelles : réduire le déficit ; mais les moyens pour y parvenir sont ceux que nous voudrons ; je ne redis pas ce que dit Fergus plus bas !


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 septembre 2014 20:22

      Fergus,
      Il n’y a plus de système national !
      Car il n’est plus possible de faire des politiques intérieures nationales.
      Il n’est possible que de faire des politiques EUROPÉENNES.
      Ou alors, il faut sortir de l’ UE, ce que vous ne demandez pas.

      Voilà la politique que Hollande doit appliquer :

      La feuille de route de Matignon est arrivée début Juin = la fin du modèle social français.


      Et vous, pendant ce temps, vous vous occupez des Institutions... ?
      Pourquoi pas de la couleur des rideaux de l’ Elysée ?

      Vous faites diversion, c’est tout. La Constitution n’a rien à voir dans les Traités européens.
      Elle garantissait la souveraineté, les signataires des Traités l’ont violée X fois, pour vendre la France à Monsanto & Goldman Sachs. Les autres pays de l’ UE n’ont d’ailleurs pas du tout la même Constitution, ils sont bien obligés, quand même, d’appliquer les décisions prises à Bruxelles.

      Vous savez que Poutine a fait un copié/coller de la Constitution de la Ve République pour la Russie, tellement elle est mauvaise ??

      La question qui se pose aujourd’hui, c’est d’en finir avec les Institutions européennes, c’est de se rassembler pour sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN.

      « Les bonimenteurs de la VIe République »


    • Fergus Fergus 8 septembre 2014 20:44

      Bonsoir, Fifi.

      GOPE ou pas, je persiste à penser qu’un président qui aurait le courage d’un De Gaulle aurait parfaitement les moyens de s’opposer à ces orientations, en menaçant de faire exploser l’UE, ce qui ne manquerait pas de survenir en cas de retrait de la France, 5e puissance mondiale, rappelons-le. Or, si Hollande ne le fait pas, c’est parce qu’il a été complice de l’établissement de ces orientations au sein du Conseil européen. Rien d’étonnant : il n’y a actuellement quasiment que des chefs d’état de droite au sein du Conseil, ou des ersatz comme Hollande.

      Tout cela n’a cependant rien à voir avec l’objet de mon article qui porte sur les institutions franco-françaises.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 septembre 2014 07:51

      Fergus,
      Si Hollande et les autres Dalton étaient De Gaulle, ça se saurait !
      Ils sont TOUS pour la construction européenne, comment voulez vous qu’ils fassent autre chose que d’en accepter les applications ?


    • Fergus Fergus 9 septembre 2014 08:56

      Bonjour, Fifi.

      D’où l’intérêt, et même la nécessité, de porter au pouvoir en France un personnage à forte personnalité désireux de renverser la table pour changer les orientations de l’UE sans remettre en cause cette construction.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 septembre 2014 19:06

      fergus
      La France a 1 voix sur 28. C’est tout. Il faut l’unanimité des 28 pour changer les Traités.


      Quand comprendrez-vous qu’un Chef d’Etat fort français n’aurait toujours qu’1 voix ?
      C’est compliqué à comprendre ? Cela ne changerait rien, même en renversant la table...

      Je comprends très bien que la Droite soutienne l’ UE des banksters.

      Ce que je comprends moins bien, c’est cette Gauche européiste, qui rêve d’une Europe qui n’arrivera jamais, et qui refuse avec la dernière énergie de s’occuper de la France et des français... !
      Vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assis.

    • Fergus Fergus 9 septembre 2014 19:22

      @ Fifi.

      Quand comprendrez-vous que la France est incontournable dans l’UE et qu’elle a les moyens d’imposer - sans, mais plus probablement avec des alliés - une renégociation de ces traités en s’appuyant avec force sur une sortie de notre pays qui ferait exploser la construction européenne ? Encore faut-il avoir des dirigeants « couillus » !


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 10 septembre 2014 06:22

      Fergus
      IL FAUT L’UNANIMITÉ DES 28 PAYS pour changer les Traités. Pas seulement 4 ou 5.
      Vous vous imaginez bien qu’ils ont prévu le mécontentement..., vous les prenez pour des demeurés ?


      Vous vous imaginez que l’ Allemagne, qui tire les marrons du feu, va voter quoi que ce soit de votre programme ? « Un seul état peut s’opposer à toute modification des Traités ».

      Dites moi quel changement majeur, l’ Allemagne serait d’accord pour voter ?
      Hollande a demandé un assouplissement dans le remboursement de la dette etc.
      Réponse de Merkel : « Merkel refuse à Hollande toute réorientation de l’ UE »

      Il n’y aura jamais de remise à plat des Traités, vous vivez dans un mythe qui va finir par nous ruiner.

      Site contrelacour :« Les projets de Merkel pour l’ Europe »  :
      plus d’intégration (c’est à dire, encore moins de pouvoirs aux Etats), plus de contrôle budgétaires et plus de pouvoirs à la Commission européenne.

    • Fergus Fergus 10 septembre 2014 09:06

      Bonjour, Fifi.

      Chacun son mythe. Le vôtre, celui d’une France forte hors UE ne s’inscrit pas dans l’histoire continentale. Ou alors sur le modèle d’une Grande-Bretagne qui se situerait elle-même hors UE, mais il s’agit là d’un pays encore plus libéral que les instances européennes.

      Notez d’ailleurs, et c’est ô combien significatif !, que tous les pays d’Europe qui ne sont pas actuellement dans l’UE veulent y entrer, et que l’Ecosse et la Catalogne, en cas d’indépendance, ne veulent surtout pas en sortir.

      Asselineau et vous, vivez de vieilles chimères ; L’avenir est à l’Europe fédérale, sur des bases qui seront tôt ou tard renégociées. Un mot pour finir : la sortie de la France vaudrait effondrement de l’Union, et donc grandes difficultés pour l’Allemagne. Aussi psychorigide qu’elle donne l’impression de l’être, Merkel sait cela et ne serait pas opposer d’opposer un « Nein » ferme et définitif à des avancées de nature à éviter l’implosion.


    • Tall 10 septembre 2014 09:24

      Il n’y a pas d’identité « tribale » européenne ... conséquence : une véritable solidarité basée sur l’empathie n’y existe pas.


      Or, cette solidarité est indispensable en cas de crise ...et c’est ce que la situation actuelle montre de manière criante. Les électeurs de Merckel s’en contrefoutent de la misère-crasse dans laquelle est tombée le peuple grec.

      Par contre, quand il a fallu reprendre la RDA pour refonder le grand Reich, ça a été direct : 1 mark = 1 RDA ... ce qui leur a coûté bonbon, mais ils n’ont pas hésité une seconde.

      L’UE actuelle, ce ne sont que d’éternels marchandages où chacun soigne sa pomme d’abord, avec les lobbies qui manoeuvrent entre tout le monde pour tirer les marrons du feu.
      L’UE actuelle est une aubaine formidable pour le big business et une cata pour les peuples.

      Alors pour changer cette merde, il faut des partis capables de l’exploser, et le FN français est le n°1 pour ça.

    • Fergus Fergus 10 septembre 2014 13:25

      Bonjour, Tall.

      « Il n’y a pas d’identité « tribale » européenne ... conséquence : une véritable solidarité basée sur l’empathie n’y existe pas. »

      Le même constat pouvait être fait pour la Confédération Helvétique, avec ses cultures germanique, française, italienne et même romanche. Et pourtant la Suisse existe, malgré les disparités culturelles, des langues différentes qui sont très loin d’être totalement partagées, et une richesse qui diffère fortement d’un canton à l’autre. A elle seule, la Suisse démontre aux yeux du monde que l’Union Européenne est possible.


    • Tall 10 septembre 2014 13:46

      Non... regarde une carte en relief de la Suisse, et tu sais ce qui les unit ....... depuis 1291 déjà.

      C’est le club des montagnards.

      Et quand bien même, si on veut une UE ( pas impossible dans x générations ) la politique sociale et fiscale doivent y être uniformisées en même temps que la libre circulation économique, sinon, c’est la cata pour les peuples, car les systèmes de sécu sont tous mis en concurrence interne, et en perdant l’arme de leur propre monnaie ( dévaluation ) en zone euro ... et donc du coup : tout le social est trié vers le bas par voie concurrentielle. ...la « compétitivité » comme ils disent.

      Et tu sais ça, non ?

      Alors pourquoi tu défends encore ces larbins pourris jusqu’à la moelle du PS qui soutiennent tout ça ... ?

      Moi, je crois que tu es juste sujet à de vieux réflexes pavloviens .. un peu comme moi, quand je viens encore perdre mon temps sur avox ... smiley

      Mais bon, j’en suis conscient, et rien n’est éternel chez moi


    • taktak 8 septembre 2014 10:40

      Nouvel constitution écrite par un comité d’expert et des gens tirés au sort ? c’est sur que l’ordre établi va pas être chamboulé.

      Plus sérieusement deux remarques :
      - A quoi sert de parler de 6e république sans parler de projet politique ? Entre les lignes, Fergus vous semblez contester le déficit démocratique, l’absence de prise en compte de la souveraineté populaire. Mais ce n’est pas parceque serait lancé le chantier d’une 6e république que c’est cela qui en sortirait par magie,.. Vous même n’êtes pas pret à défendre votre projet, carte sur table dans cette article quelle force pousserait donc en avant votre projet ?
      - A quoi sert de parler de 6e Rep et entre les lignes de retour à la souveraineté populaire si on reste dans l’UE et dans l’Euro, qui sont les deux institutions qui en même temps concentrent tous le pouvoir réel et en même temps échappe par construction et définition au controle du peuple souverain ?
      Puisque vous parlez de référendum, je me dois de rappeler l’expérience de 2005 : les français ont voté NON, le parti maastrichien unique et l’UE leur ont imposé de force, à eux mais aussi aux irlandais, aux néerlandais... le traité de Lisbonne. Sans compter ceux qui n’ont pas été consulter.

      l’urgence politique, face à la crise économique et politique c’est de changer le système. C’est de sortir de l’UE de l’euro et de l’OTAN qui emprisonne le peuple, c’est d’abandonner ce système capitaliste qui n’est qu’une dictature de la finance et du patronat sur les travailleurs et qui détruit notre planète.
      C’est bien ce à quoi invite le PRCF : sortir de l’UE, sortir de l’Euro, sortir de l’OTAN et du capitalisme. Tous ensemble faire un front du Peuple pour défendre et étendre les progrès sociaux et démocratique du Conseil national de la résistance.


      • Fergus Fergus 8 septembre 2014 11:07

        Bonjour, Taktak.

        Une constitution n’a rien à voir avec un projet politique. Comme toute constitution, celle d’une VI e République doit pouvoir permettre des alternances et par conséquent des projets politiques différents, voire totalement opposés. Si tel n’était pas le cas, cette constitution serait évidemment de nature dictatoriale !

        Ecrire d’autre part que dans ce texte je conteste le déficit démocratique, les bras m’en tombent ! Je vous invite à relire l’article, et notamment ce qui est écrit sur le « référendum d’initiative citoyenne ».

        Pour ce qui est des suites du référendum de 2005, le reniement du vote des Français n’a pas été le fait de l’UE, mais de Sarkozy et de sa majorité qui ont cédé aux pressions. Rien ne les y obligeait, si ce n’est leur allégeance au Conseil européen et à la Commission en exercice à ce moment.

        Pour ce qui est de la sortie de l’UE, j’y suis opposé à titre personnel. En revanche, je suis d’accords avec vous sur la sortie de l’OTAN. J’observe toutefois que elle-ci n’est proposée par aucun parti de gouvernement. C’est pourquoi je voterai sans aucun doute en 2017 pour un parti de la gauche de progrès, autrement dit non PS, comme je l’ai toujours fait. 


      • alinea alinea 8 septembre 2014 18:07

        La sortie de l’OTAN est proposée par le PG ; et la sortie de l’UE comme probable si d’aventure des bâtons se mettaient dans les roues de notre politique !!


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 septembre 2014 20:34

        Fergus,
        Vous prenez tous les problèmes à l’envers.
        C’est parce que nous sommes dans l’ UE que nous sommes dans l’ OTAN.
        C’est l’ OTAN qui décide de la politique étrangère et de défense des pays européens, c’est l’article 42.


        C’est parce que nous sommes dans l’ UE qu’il n’y a plus de démocratie.
        La ratification du Traité de Lisbonne par Sarkozy, avec le soutien du PS, est une forfaiture, et une violation de la Constitution française sur la souveraineté et le respect du vote des citoyens.

        C’est parce que nous sommes dans l’euro que l’économie française est plombée.
        « Euro et compétitivité ».

      • jmdest62 jmdest62 8 septembre 2014 11:01

        @ Fergus

        « .... j’ai décidé de mettre en place un Comité chargé de rédiger un projet de Constitution en vue de l’instauration d’une VIe République..... »
        je me suis arrêté là : Cette phrase montre que vous n’avez décidément RIEN compris.

        Une nouvelle constitution DOIT être rédigée par une « constituante » formée par le peuple et non par un comité ( de soi-disant experts => toujours les mêmes ) désigné par un président en mal de points dans les sondages.

        Il est plus que probable que si François « with teeth » Hollande demande aux français si ils souhaitent une nouvelle constitution la réponse sera « OUI » et cette réponse sera immédiatement récupérée par ses communicants comme un succès personnel ......petite tambouille indigeste juste destinée à redorer son blason avant 2017

        @+


        • Fergus Fergus 8 septembre 2014 11:17

          Bonjour, Jmedest62.

          Vous m’avez mal lu : en indiquant « des citoyens tirés au sort », c’est bien évidemment en faisant appel au peuple et non à des personnes soumises au pouvoir politique que je faisais allusion. Quant aux experts « non partisans » (en l’occurrence des constitutionnalistes), ils sont indispensables pour éviter les écueils juridiques qui pourraient rendre caduques certaines dispositions. Ce Comité pourrait être mis en place au terme d’une campagne de collecte citoyenne des attentes du Peuple et la désignation de représentants dans chaque région de France.

          Resterait à valider le projet après un débat national. Deux voies possibles : le Congrès ou un Référendum constituant comme en 1958.

          A aucun moment, je n’ai évoqué un référendum sur « le principe » d’une nouvelle constitution.


        • jmdest62 jmdest62 8 septembre 2014 11:46

          « ...en l’occurrence des constitutionnalistes... »

          Le seul rôle des « constitutionnalistes. » est de veiller à ce que les lois promulguées soient conformes à la constitution écrite par la constituante et approuvée par le peuple ...point barre.
          La constitution est la matrice initiale de toutes les lois.

          Expliquez moi comment « ..des écueils juridiques pourraient rendre caduques certaines dispositions.. »  prises par la volonté du peuple.

          De plus , pour mener ses travaux , rien n’empêche la « constituante » de s’informer et de consulter qui elle souhaite

          @+


        • jmdest62 jmdest62 8 septembre 2014 11:56

          @ fergus

          en fait , votre intro explicite clairement votre (arrière-) pensée....il faut sauver le soldat françois « with teeth » Hollande

          ".....
          Il dispose pourtant d’une possibilité de sauver son mandat, et cela même sans retournement de la conjoncture socioéconomique dans les deux années à venir..."

          @+


        • Fergus Fergus 8 septembre 2014 12:07

          @ Jmedest62.

          Je ne comprends pas ce qu’est, au moment où nous échangeons, une « Constituante » dans votre esprit, même si j’ai beaucoup écouté et lu Mélenchon (pour qui j’ai voté en 2012). Nous ne sommes pas en 1789, et tant qu’une révolte populaire majeure ou une crise de régime de grande magnitude n’a pas jeté à terre le pouvoir en place, on est dans le fantasme, pas dans la réalité.

          Pour ce qui est des écueils juridiques d’une constitution, il peut y avoir par exemple la non-conformité de certains articles avec les Traités internationaux. D’autre part, la rédaction d’une constitution ne relève pas d’un exercice d’écriture accessible à tous : cela nécessite d’avoir une vision juridique aussi claire que possible, et prospective, afin que les différents alinéas de chaque article ne soient pas incompatibles avec le futur travail législatif.

          Enfin, lorsque je parle de « constitutionnalistes », je ne fais pas allusion aux membres du Conseil constitutionnel, mais bien de juristes ayant une connaissance approfondie de la constitution, voire des dispositions constitutionnelles existant dans les pays voisins.


        • jmdest62 jmdest62 8 septembre 2014 16:37

          @ fergus

          désolé mais je persiste , une « nouvelle constitution » initiée et contrôlée de quelques manière que ce soit par le <pouvoir> (députés , sénateurs , experts , partis etc) en place ne pourra être qu’un fac-simile du système existant..
          Un exemple !  : le non-cumul des mandats , simple à décider et à mettre en place NON ! et pourtant les sénateurs font de la résistance .
          Le plus symbolique à mes yeux  : <Rebs Amen> qui cumule Maire , Sénateur, président de communauté d’agglomération et j’en passe (voir le lien) ....soit c’est un surhomme soit il néglige ses mandats .

          "....Pour ce qui est des écueils juridiques d’une constitution, il peut y avoir par exemple la non-conformité de certains articles avec les Traités internationaux....
          désolé (une nouvelle fois !) mais ce sont les traités qui devront se mettre éventuellement en conformité ou être dénoncés.

          @+


        • Fergus Fergus 8 septembre 2014 16:57

          Bonjour, Jmedest62.

          Vous avez raison concernant les élus. Mais précisément, ce n’est pas à eux que j’ai pensé pour mettre sur pied une nouvelle constitution, mais après élaboration d’un projet cohérent en grande partie dû aux travaux de citoyens tirés au sort, il appartiendrait sans doute au peuple de se prononcer par voie référendaire sur le texte de cette nouvelle constitution, comme cela a été le cas en 1958.

          Sur les traités internationaux, je ne suis pas juriste, mais je pense que vous avez tort : le texte d’un traité engage le pays qui l’a ratifié tant que ce traité n’a pas été abrogé par les signataires ou remplacé par un autre traité annulant le premier. Et cela vaut même si la constitution évolue dans l’un ou plusieurs des états ayant procédé à la ratification.


        • jmdest62 jmdest62 8 septembre 2014 19:02

          « ....élaboration d’un projet cohérent en grande partie dû aux travaux de citoyens tirés au sort.... »
          vous reprenez une idée défendue par Etienne Chouard , idée que je partage ...
          Si François « with teeth » Hollande engage le pays dans cette voie Alors OK il aura fait oeuvre utile pour son pays mais comme l’a dit Mélenchon ..une fois la nouvelle constitution mise en place , il démissionne et prend sa retraite.
          Malheureusement , je pense que François « with teeth » Hollande n’a pas « Les épaules » et qu’une « révolution violente » est plus probable que le scenario ci dessus.

          Pour les traités internationaux ..Ce point ne doit pas « influencer » l’écriture d’une constitution et .je maintiens qu’il faudra dénoncer les traités qui seraient en contradiction avec la nouvelle constitution.
          La plupart des traités comportent des « portes de sortie » Exemple : Le « traité de l’atlantique Nord » ratifié par la France en 1948 ......«  En septembre 1965, de Gaulle annonce lors d’une conférence de presse le retrait du commandement intégré de l’Otan au plus tard pour 1969. C’est chose faite en mars 1966,.... » pour ne pas risquer d’être embarqué dans un conflit USA-URSS ..mais n’est pas De Gaulle qui veut.....

          @+


        • Fergus Fergus 8 septembre 2014 20:24

          @ Jmdest62.

          Je crois, moi aussi, que « Hollande n’a pas les épaules ».

          De là à souhaiter une « révolution violente », il y a un pas que je ne franchis pas. Et pour cause, la plupart des révolutions débouchent sur des régimes encore pires que ceux qui ont été renversés. C’est pourquoi, à une « révolution violente », je préférerais des manifestations de masse et une grève générale. Malheureusement, les Français, de plus en plus démoralisés, deviennent trop fatalistes pour cela, une tendance liée à l’absence de perspectives alternatives à leurs yeux. Bref, la sortie de l’ornière n’est sans doute pas pour demain.

          Pour ce qui est des traités, le fait est qu’il existe des clauses de sortie.


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 septembre 2014 20:46

          Fergus
          Il ne reste que des ruines de la Constitution de 58.
          « Où est passée la République française ? »


          La Constitution à laquelle sont soumis désormais tous les pays de l’ UE, c’est le Traité de Lisbonne.
          Et le droit européen est supérieur au droit des Etats.« Primauté du droit européen »
          Exemple : « La cour de Justice européenne vient de mettre fin au monopole de la sécurité sociale ».
          C’est ce qui va permettre de la privatiser.

          Si vous voulez une autre Constitution, il faut sortir de l’ UE et retrouver la souveraineté. 

        • D1eyed D1eyed 8 septembre 2014 22:10

          @ Fergus
          En fait , votre intro explicite clairement votre (arrière-) pensée....il faut sauver le soldat françois « with teeth » Hollande...
          Pas de réponse...

          Je vous cite (Moi Fergus, j’ai voté pour Mélenchon en 2012)
          Au premier tour Fergus au premier tour 

          et Hollande au 2ème.


        • Fergus Fergus 8 septembre 2014 22:34

          Bonsoir, Dleyed.

          Vous faites erreur, je ne veux en aucune façon « sauver le soldat Hollande ». S’il doit se sauver, il ne le devra qu’à un hypothétique retournement de conjoncture.

          Ce qui m’intéresse, c’est que soient mises en place des modernisations constitutionnelles en rapport avec les attentes du plus grand nombre d’entre nous. Si cela peut permettre à Hollande de ne pas sortir complètement essoré de son mandat, tant mieux pour lui, mais ce n’est pas ma préoccupation.

          Quant à mon vote Hollande de 2e tour, il était avant tout destiné à barrer la route d’un 2e mandat à Sarkozy. Et si c’était à refaire, il va de soi que je le referais.


        • Fergus Fergus 8 septembre 2014 22:37

          @ Fifi.

          Encore une fois, NON, il n’est pas nécessaire de sortir de l’UE pour la faire évoluer. Qu’un rapport de forces différent s’installe parmi ses membres et les clauses du Traité de Lisbonne seront assouplies voire mises en sommeil le temps que soit rédigé et validé un autre texte. Cela, c’est l’évidence même, et l’histoire fourmille de cas où les traités devenus inapplicables sont ainsi tombés en désuétude puis remplacés.


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 septembre 2014 07:55

          Fergus,
          Vous croyez encore au Père Noël ?
          Avec tout l’argent que rapporte aux banques les intérêts de la dette, et la toute puissance des multinationales, vous croyez qu’ils vont se tirer une balle dans le pied ?


        • Fergus Fergus 9 septembre 2014 09:04

          @ Fifi.

          Se tirer dans le pied, ce serait facile : il suffirait que la France sorte de l’UE pour que celle-ci explose. Un cauchemar pour nos voisins !

          C’est pourquoi une attitude ferme, et la menace d’une telle sortie, suffiraient sans aucun doute à amener les instances européennes à une vision différente de leurs orientations.

          Le Père Noël, c’est de faire croire que la vie hors UE assurera le bonheur immédiat et définitif du peuple français. Je suis européen, comme beaucoup de mes compatriotes, et j’entends le rester, mais sur des bases différentes. Or, la lutte politique peut également servir à cela : réformer de l’intérieur des institutions partiellement nocives.


        • Tall 9 septembre 2014 09:24

          Mais pour que l’UE change, la France devrait alorsexercer une menace de sortie crédible !


          Il est tout-à-fait vain de la jouer « bien sûr qu’on va rester ... mais attention, hein ? ... je vais me fâcher tout rouge si ... retenez-moi... retenez-moi.. . »

          Face à ce type d’attitude, on hausse les épaules et on dit à l’autre d’aller prendre un calmant.

          Il faut être vraiment prêt et déterminé à sortir vraiment ... et alors peut-être que ça pourrait bouger.

        • Fergus Fergus 9 septembre 2014 09:39

          @ Tall.

          Je parle en effet d’une « menace de sortie crédible », pas d’une fanfaronnade à la Sarkozy ou un propos mollasson à la sauce hollandaise. Mais pour cela, il faudrait un véritable homme d’état, autrement dit ni un matamore ni un ectoplasme !


        • Tall 9 septembre 2014 09:44

          Et bien pour ça, la moins mauvaise parmi les présidentiables actuels, c’est Marine


          D’après Fifi, il y a Asselineau, mais il est à combien de % ?

        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 septembre 2014 19:11

          Fergus

          Beaucoup de vos compatriotes n’attendent plus rien de l’ UE, sinon Mélenchon aurait fait un score magistral. Les Français veulent des Partis politiques qui s’occupent de la France et des Français.


          Quand le CEVIPOV fait un de ses questionnaires, demande : « Qui ferait mieux que Hollande ? »
          60% répondent : « De Gaulle ».

          L’Europe est un projet périmé.
           

        • Fergus Fergus 9 septembre 2014 19:27

          @ Fifi.

          Tout cela est de la foutaise ! Que la conjoncture se retourne et entraîne un mieux significatif sur le front de l’emploi, et vous savez pertinemment que la désignation du bouc émissaire européen perdra beaucoup de poids dans l’opinion.

          Et cela pour une raison simple : en période difficile, les élites politiques désignent facilement l’Europe comme responsable, et une partie de l’opinion suit ; en période plus favorable sur le plan socioéconomique, c’est le contraire : les caciques politiques s’attribuent le mérite des progrès et cessent de tirer sur l’UE, et là aussi, une partie de l’opinion suit !


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 10 septembre 2014 06:40

          Fergus,
          Vous n’avez rien compris à la construction européenne. Il ne s’agit pas d’un projet pour les peuples, mais CONTRE les peuples. L’UE& l’euro ont été planifiés par les Américains.


          Le journaliste anglais Pritchard a découvert dans les documents US déclassifiés en 2000, qu’une réunion a eu lieu à Washington pour mettre en place l’ Union européenne et la zone euro en 1965.

          Lisez ce que dit Mundell, l’inventeur de l’euro explique la raison d’être de l’euro :
          « Quand une crise arrivera, la Nations désarmées (on leur a enlevé la gestion de la monnaie), n’auront plus comme solution que de privatiser en masse, réduire les impôts (donc supprimer les services publics) et d’envoyer les Etats Providence aux égouts ! »

          « L’euro, une stratégie délibérée »

        • Fergus Fergus 10 septembre 2014 09:18

          @ Fifi.

          Merci d’éclairer la lanterne de ceux qui ne comprennent rien à la situation. Personne ne nie que les intérêts américains aient joué un rôle dans la manière dont l’Europe s’est construite, et Jean Monnet lui-même a été l’un des plus zélés serviteurs de ce projet, au contraire de Maurice Schumann, pour assez proche de Pompidou, mais qui divergeait des idées de Monnet. Il s’est d’ailleurs opposé avec virulence au Traité de Maastricht.

          Pour autant, tout cela relève des péripéties qui président à la naissance et à l’adolescence d’une entité politique majeure. La France, l’Allemagne ou l’Italie se sont construites dans les difficultés. Il en va de même pour l’Europe dont il n’est pas utopique désormais de penser qu’elle se recentrera sur les idéaux de personnes comme Victor Hugo, au prix d’une émancipation progressive des intérêts de l’Etat américain et des milieux d’affaires. Cela prendra des années, des décennies peut-être, mais cette Europe-là verra le jour, j’en suis persuadé !


        • bernard29 bernard29 8 septembre 2014 11:47

          Bonjour Fergus.

          un petit rappel. Bayrou, en 2012, avait proposé l’organisation d’un tel référendum sur certaines de ces dispositions (projet de moralisation de la vie publique) en échange de son ralliement.

          Mais il y a deux écueils ; 

          primo, Hollande aurait du le faire dès son entrée en fonction. maintenant ce n’est politiquement plus possible.

          segundo ; chaque proposition de réforme avancée dans ton projet, est à même de susciter des débats particuliers sans fin. Par exemple la proportionnelle intégrale, ou le référendum d’initiative citoyenne ! Chaque question de fait devrait être soumise à référendum, parce qu’il ne suffit pas de dire que les modalités seront renvoyées à plus tard pour résoudre la question ( le diable est dans les modalités et le détail).

          Hollande s’il veut une réponse positive à son référendum aura intérêt à bien choisir sa question.

          le débat n’est pas clos mais j’en profite pour te soumettre quelques propositions ; celles du PACTE DEMOCRATIQUE ; http://pacte-democratique.blogspot.fr/search?updated-max=2010-12-29T00:56:00-08:00&max-results=1


          • Fergus Fergus 8 septembre 2014 12:16

            Bonjour, Bernard.

            Effectivement, Bayrou avait proposé un référendum intéressant. J’y étais personnellement favorable.

            Pour ce qui est de l’organisation du référendum évoqué dans mon article, rien n’empêcherait qu’il y en ait deux le même jour, l’un portant sur la « représentation nationale », et l’autre sur le « référendum d’initiative citoyenne ». Et cela sans que des quelconques modalités puissent être renvoyées à plus tard, ce qui n’aurait pas de sens, d’où la nécessité pour le RIC de lister les domaines accessibles à la consultation, ou a contrario, ceux qui en seraient exclus (par exemple les questions de défense).

            Je vais sans faute lire le lien sur le pacte démocratique.


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 septembre 2014 20:54

            bernard 29

            Beaucoup de vos propositions sont dans le programme de l’ UPR, plus quelques autres, dont la sortie de l’UE.


            Chouard a toujours dit qu’il fallait d’abord sortir de l’ UE.

            Certains se servent de lui pour leur cuisine perso, pour protéger l’ UE, en évitant de faire de la sortie un préalable.

          • Fergus Fergus 8 septembre 2014 22:38

            @ Fifi.

            Voir sur ce point la réponse que je viens de faire à votre post ci-dessus.


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 septembre 2014 07:57

            fergus,
            Vous parlez de rapports de force, mais ils s’en foutent !
            Les Grecs, les Espagnols, les Portugais sont dans la rue depuis des années tous les 4 matins.
            Ils s’en foutent...


          • Fergus Fergus 9 septembre 2014 09:08

            @ Fifi.

            Vous plaisantez : les mouvements sociaux dans ces pays sont allés en s’amenuisant avant de quasiment disparaître. Je parle, moi, de rapports de force d’états, pas de manifestants aux motivations de surcroît très disparates. Et sans vouloir être condescendant, le poids de la France, pays fondateur de l’UE et 5e puissance économique de la planète, est tout autre que celui de la Grèce ou du Portugal, l’Espagne elle même se situant en retrait.


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 septembre 2014 19:14

            Fergus,
            La seule chose qu’ils craignent, c’est que les Français se rassemblent pour sortir de l’ UE.
            Vous vous obstinez avec votre projet « d’Autre Europe », elle n’intéresse plus la majorité des Français.


          • Fergus Fergus 9 septembre 2014 19:30

            @ Fifi.

            Sur ce plan-là, guère de risques : une partie des Français ne sait même pas comment fonctionne l’Europe, et s’en fiche royalement ; une autre partie est versatile, et comme je l’ai indiqué dans un autre commentaire, il suffirait que la conjoncture se retourne pour que les défiants redeviennent des partisans.


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 10 septembre 2014 06:43

            Fergus,
            Mais vous non plus, vous ne savez pas que l’ UE et l’euro ont été mis en place par les Américains pour nous ruiner ! Sinon, vous aideriez les Français à sortir de cette usine à gaz !


          • Fergus Fergus 10 septembre 2014 09:19

            @ Fifi.

            Je vous ai répondu sur ce point sous un autre de vos commentaires.


          • asterix asterix 8 septembre 2014 12:03

            Bonjour Fergus

            Si je suis d’accord sur ton constat, je le suis beaucoup moins sur les conséqueces de deux changements que tu proposes. Des changements nécessaires mais qui doivent être affinés si l’on veut que le changement ait un sens.
            Commençons par le plus facile : le referendum. C’est une arme à double tranchant, elle doit être dotée de garde-fous. Parmi ceux-ci une demande émanant d’un nombre considérable de citoyens et la limitation par un Comité des Sages de son domaine d’application pour éviter le populisme propre à certaines demandes. Un exemple. Quel serait le résultat d’un referendum du genre : on fout ou non dehors les étrangers ayant commis ...mmh disons deux infractions au code de la route ?
            Tu vois le débat d’ici ?
            La proportionnelle... C’est le système en vigueur chez moi en Belgique. Il est incontestablement plus démocratique mais nettement moins décisoire. Il n’y a jamais une majorité qui se dégage et toujours de nécessaires compromissions a posteriori. Des compromis où le peuple n’a JAMAIS voix au chapitre puisqu’elles se passent entre chefs de partis et membres de leurs bureaux. Je promets par exemple la revalorisation du SMIC à 1.500 euros et obtiens 40% des votes exprimés. Mon adversaire promet lui la baisse de la TVA pour les produits de luxe et obtient également 40%. Le troisième larron - quand il n’y en a que trois car la proportionnelle entraîne nécessairement la multiplicité automatique des tendances - promet lui la multiciplité de l’emploi en défendant l’imposition des sociétés à 12% ; il obtient 20% des voix.
            Comment régler le problème ?
            C’est impossible sans que je, que l’autre, que le troisième ne mette de l’eau dans son vin.
            Et nous voilà partis pour des discussions sans fin : il a fallu 541 jours à la Belgique pour se trouver un gouvernement ...qui plus est totalement inefficace tant les mesures proposées par chacun des partenaires ont été édulcorées jusqu’à perdre tout leur sens.
            En fait, ce fameux compromis ne satisfait finalement personne.
            La solution, de mon point de vue, se trouve ailleurs :
            L’INSTAURATION D’UN PARTI UNIQUE !
            Ne rentrent dans ce parti que les individus sans tache et pour un maximum de 20 ans, en partant du niveau j’veux rien du tout, je cherche à m’investir pour la seule société tout autour de moi, j’ai assez d’aura et de compéteces pour briguer mon petit morceau de pouvoir de l’Etat. Chaque citoyen dispose D’UNE SEULE VOIX de présentation, cela le fera réfléchir plus que devant une urne.
            Une fois celles-ci collationnées, on prend, disons les 2.000 les plus plébiscités et c’est parti pour un vote de type second tour où chaque citoyen dispose de CINQ VOIX, les 300 meilleurs devenant les élus de la Nation.
            Pour éviter tout danger, tout populisme et donner à cette Assemblée un caractère professionnel, une des voix doit obligatoirement porter sur des candidats à compétences techniques avérées. Que ferait-on sans spécialistes du budget ? Sans Constitutionnalistes pointus ?
            Les ignorer au profit de Zidane ou Johnny Halliday ?
            Méthode technique et sans grands frais : les candidats à la candidature ( premier tour ), puis les candidats à la fonction ( second tour ) se présentent sur Internet et dans un mini-bottin consultable dans tous les bars-tabac ou via une somme modique qui permettra au citoyen de savoir :
            - qui est vraiment le candidat + sa photo s’il n’est pas trop laid
            - son opinion ou appartenance politique
            - ses projets dans le cadre de l’évolution du droit.
            - tout ce qu’il veut bien nous dire à son sujet
            Mettons une page ou 1.000 mots de présentation rédigés par chaque candidat, tous sur pied d’égalité.
            Aux élus du second tour de choisir parmi eux les membres de l’Exécutif et un Président pour cahpeauter le tout.
            Allons-y pour un exemple :
            - au premier tour, je choisis mon Maire. Je le connais, j’aurais bien choisi Sarkozy car j’ai du pognon en Suisse ( ce n’est pas vrai ! ) mais lui, je le connais moins, il ne m’inspire pas confiance ( là, c’est vrai ! ) et, de toute façon, il y aura assez de gogos pour le croire, ma voix lui devenant donc inutile.
            Mon Maire n’a pas récolté assez de voix pour être candidat à la candidature. Mais, moi qui n’ai pas Internet mais tiens à jouer mon rôle citoyen, j’achête à 2 euros le bottin des présentables pour réfléchir à tête reposée à la maison les cinq qui me paraissent les plus susceptibles de défendre mes intérêts, ceux de la société en général et, pourquoi pas, parmi eux un adversaire politique à mes conceptions mais dont j’estime que le dscours est susceptible de rassembler plutôt que de diviser.
            Allez, je me lance. Mes cinq candidats seront :
            Eva Joly pour son incorruptibilité, Jupé pour foutre un coup de poignard à Sarko, Cabanel pour l’anti-nucléaire mais rien que pour ça ; Jack Lang parce que la culture est ce qu’il reste quand il n’y a plus rien d’autre et... et... n’importe quel candidat de gauche qui n’est pas arriviste, il doit encore y en avoir quelques-uns, mais là, je dois quand même me renseigner encore un peu.
            Salut Fergus !
                 


            • Fergus Fergus 8 septembre 2014 13:31

              Salut, Astérix.

              Pour ce qui est du RIC, je comprends tes réticences. Mais la solution est peut-être à trouver seulement dans le nombre des signatures à réunir. J’ai mentionné 5%, ce pourrait être 10 % comme c’est le cas dans l’actuel - et inapplicable - « référendum d’initiative partagée ». Quelle risque existe-t-il qu’un projet farfelu réunisse des millions de signatures. A mon avis, aucun. Un « comité des Sages » pourrait en outre être suspecté de possible censure.

              Le problème de la représentation nationale existe, et la proportionnelle intégrale peut effectivement faire débat. J’ai parlé il y a quelques jours de la situation en Belgique avec un couple de Liégeois rencontrés en Charente et avec qui nous avons dîné, mon épouse et moi. Mais si le système belge a conduit à de trop longs blocages, c’est en grande partie lié à la situation particulière de ce pays, et à l’antagonisme Flamands-Wallons qui a exacerbé les difficultés. Rien de si crucial en Allemagne où il a été trouvé un compromis satisfaisant pour les deux parties. Idem au Danemark et aux Pays-Bas. Qui plus est, et c’est un point crucial, la politique conduite par ces coalitions n’est évidemment en rien plus négatives que celle qui est imposée, y compris en tournant le dos aux promesses électorales, par un exécutif à la française. C’est pourquoi je pense que notre système est le pire.

              Quant au « parti unique » tel que tu le définis, c’est une belle idée. Mais comme dans les modèles de « démocratie directe » dont il est régulièrement question sur ce site, je crains que l’on ne soit dans l’illusion. Et pour cause : très vite se créeraient au sein de cet ensemble, cohérent au départ, des rassemblements d’élus ayant les mêmes objectifs. Et c’est ainsi que l’on verrait surgir des « courants » puis réapparaître des... partis ! C’est ce qui s’est passé après 1789 avec l’émergence des Jacobins, des Montagnards, des Girondins ou des Feuillants.

              Bonne journée.


            • Garance 8 septembre 2014 12:04

              Fergus


              Vous appelez de vos voeux un référendum initié par votre président ?

              Certes la teneur que vous voudriez qu’il prit est alléchante : mais hélas ce ne se fera jamais avec Lui

              Quand bien même en aurait-il l’idée ; les américains et Bruxelles ne veulent pas

              Dommage  smiley

              • Fergus Fergus 8 septembre 2014 12:09

                Bonjour, Garance.

                Je crains en effet de prendre mes désirs pour des réalités.

                Quant à Hollande, c’est tout autant mon président que le vôtre (je sais que c’est dur !).


              • Garance 8 septembre 2014 12:24

                Fergus


                Désolé : mais je fais un blocage sur le fait qu’Hollande soit mon président ; il ne le sera jamais

                Je suis coutumier du fait : cela m’était déjà arrivé avec Mitterrant pour lequel je n’avais pas voté non plus

                Un psy n’y pourrait rien : le départ de Mitterrand m’a guéri de mon premier blocage

                Le départ d’Hollande me guérira de celui-ci c’est certain

              • OMAR 8 septembre 2014 18:27

                Omar33

                 Salumoilékouille Gars-rance :« Il ne le sera jamais... ».

                Tu raisonnes comme les partisans du FIS, le parti extrémiste islamiste qui se sert de la démocratie pour arriver au pouvoir.
                Et si par malheur, il y arrive, adios la démocratie...

                Alors, le FIS, le F.Haine, le nazisme, c’est kif-kif bourricots...

                Fergus, pour Gars-rance, le seul et vrai président qu’il reconnait, reste le Führer ....


              • Fergus Fergus 8 septembre 2014 19:08

                Bonjour, Omar.

                Un peu excessif, non ? Et puis Garance adore provoquer.


              • OMAR 8 septembre 2014 23:12

                Omar33

                Salut Fergus

                C’est aussi excessif que de traiter Najet-Belkacem de ayatollah...

                Mais là, peu s’en offusquent.
                Normal, car c’est inimaginable, inacceptable qu’une bougnoule s’occupe de l’éducation de nos gosses...

                Alors moi aussi, je provoque.
                Et avec la même méthode, la même rhétorique que des zigs comme gars-rance...


              • Fergus Fergus 8 septembre 2014 23:15

                @ Omar.

                D’accord avec toi sur Najat Vallot-Belkacem. Les procès qui lui sont faits et les tentatives de manipulation d’opinion dont elle est la cible sont choquants, pour ne pas dire ignobles.


              • Tall 8 septembre 2014 12:54

                Si c’est avec les baltringues actuels qu’il fallait faire une 6e République, autant passer direct à la 7e ...


                • Tall 8 septembre 2014 13:08
                  Ah c’est sûr qu’on n’attend pas de cerveau corse ... quoiqu’avec les chèvres, peut-être ?

                • Fergus Fergus 8 septembre 2014 13:40

                  Bonjour,Tall.

                  Je n’ai parlé de ceux que tu nommes les « baltringues » ni pour rédiger cette constitution ni pour les en être les premiers élus, cette dernière responsabilité appartenant aux électeurs qui seraient appelés aux urnes après la mise ne place de cette VIe République.


                • Tall 8 septembre 2014 13:50

                  Salut Fergus


                  Le baltringue-chef n’ayant rien trouvé de mieux que d’embaucher des banksters ( tu l’as dit dans ton article ), il faut maintenant nettoyer les écuries, fiche tout ce monde dehors ... et puis après, on voit ...

                • Fergus Fergus 8 septembre 2014 17:02

                  @ Tall.

                  Facile à dire, mais pas facile à faire dans un pays où la population est en grande partie anesthésiée, ou du moins fataliste. Et de surcroît persuadée que l’opposition ne ferait sans doute pas mieux. C’est pourquoi je ne crois pas un instant à une révolte des Français : ils continueront à grogner, pour les uns, ou à hausser les épaules d’impuissance, pour les autres, en attendant des jours meilleurs.

                  Cela dit, ce genre de prédiction est tout à fait hasardeux, j’en ai conscience...


                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 septembre 2014 21:03

                  Si ça spécule en Corse, cela doit faire le bonheur de tous les corses qui ont des terrains à vendre...


                • Tall 8 septembre 2014 13:00

                  J’aime bien le début d’article > Avec une cote positive de 13 %, François Hollande est ...


                  C’est vrai qu’on peut imaginer des cotes négatives au train où il va ...
                  Quand il y aura 105% d’insatisfaits, il sera à -5%  smiley


                  • Loatse Loatse 8 septembre 2014 13:50

                    vendredi 28 octobre 2005 - Entretien réalisé par Hernando Calvo Ospina.(journaliste colombien)


                    Hernando Calvo Ospina : Mme. Mitterrand, qu’a signifié pour vous l’arrivée au gouvernement de votre époux François ? Est-ce que les idéaux sociaux et politiques qu’il portait dès sa jeunesse ont été reconnus en ces moments-là ?

                    Danielle Mitterrand  : Mai 1981 fut un mois de grande activité, car c’était la préparation de l’arrivée au pouvoir de François. J’essayais d’apporter tout ce qu’il y a de meilleur en moi, pour que ces rêves d’avoir une société socialiste, quoique à l’européenne, deviennent réalité. Mais bien vite j’ai commencé à voir que cette France juste et équitable ne pouvait pas s’établir. Alors je lui demandais à François : Pourquoi maintenant que tu en as le pouvoir ne fais-tu pas ce que tu avais offert ? Il me répondait qu’il n’avait pas le pouvoir d’affronter la Banque mondiale, le capitalisme, le néolibéralisme. Qu’il avait gagné un gouvernement mais non pas le pouvoir.

                    J’appris ainsi que d’être le gouvernement, être président, ne sert pas à grand-chose dans ces sociétés sujettes, soumises au capitalisme. J’ai vécu l’expérience directement durant 14 ans. Même s’il essayait d’éviter le côté le plus négatif du capitalisme, les rêves ont commencé à se briser très rapidement.










                    • Fergus Fergus 8 septembre 2014 14:00

                      Bonjour, Loatse.

                      Merci pour cette citation de Danielle Mitterrand. Cela ne fait malheureusement que confirmer ce que l’on sait de l’exercice d’un mandat exécutif : du pouvoir nominal, mais très peu de pouvoir réel !


                    • Garance 8 septembre 2014 17:14
                      Loatse

                      «  Mme. Mitterrand, qu’a signifié pour vous l’arrivée au gouvernement de votre époux François ? Est-ce que les idéaux sociaux et politiques qu’il portait dès sa jeunesse ont été reconnus en ces moments-là ? » 

                      Le bon temps de sa jeunesse ou il avait adhéré à la Cagoule ?

                      Loatse faut arrêter de vouloir prendre les gens pour plus cons qu’ils ne sont

                      Marre de ces légendes taillées sur mesures

                      Le Mitteux était un facho de la pire espèce et puis c’est tout

                    • OMAR 8 septembre 2014 18:30

                      Omar33

                      "Le Mitteux était un facho de la pire espèce et puis c’est tout..

                      Là, Calmos, pardon, Gars-rance, je suis totalement beni-oui-oui, comme toi....

                      Si je te rencontre, je te ferai un méchoui, ma parole....


                    • foufouille foufouille 8 septembre 2014 17:14

                      on peut rêver. mollande est tellement malade qu’une femme plus grande que lui le dérange.


                      • Fergus Fergus 8 septembre 2014 17:33

                        Salut, Foufouille.

                        Une femme dont le potentiel de perfidité - déjà étalé à la face du pays avec le tweet de soutien ravageur et d’une indicible mesquinerie à Falorni - vient de franchir une nouvelle étape, au mépris des millions de gens qui ont élu Hollande et n’ont que faire d’une histoire de couple qui a mal tourné.

                        Bonne journée. 


                      • foufouille foufouille 8 septembre 2014 17:37

                        si tu lit son livre, tu comprendras.

                        son livre est en rupture de stock


                      • Tall 8 septembre 2014 17:22

                        Fergus


                        Pour l’avenir politique du pays, je vois ça comme ceci ( avis perso ) >

                        La droite et la gauche classique ont complètement foiré ces dernières années, et le peuple en a marre de trinquer. Vient donc l’espoir et la demande d’autre chose ... oui, mais quoi ?

                        Alors, Mélenchon s’étant « suicidé » avec son « on a besoin des arabes », il n’y a plus que le FN parmi les grosses pointures. Car les verts sont incohérents ( et nigauds ), tandis et les cocos & co sont anachroniques.

                        Et il faut rajouter à cela que la Marine a bien gommé de son affiche les vieux clichés de son papy le dinosaure, rescapé des guerres coloniales du 20e siècle. La Marine, c’est déjà + moderne, c’est un peu nouveau en fait.

                        Et qu’est-ce qu’elle nous vend ?
                        Et bien, en gros > du cocorico bleu-blanc-rouge à toutes les sauces.
                        Et ça tombe bien, l’UE est aujourd’hui honnie ( à raison en plus ).

                        Alors, question : comment veux-tu que ça ne marche pas ?

                        On attend donc le tsunami qui, à mon avis, est inévitable.


                        • Fergus Fergus 8 septembre 2014 17:42

                          @ Tall.

                          Que le FN tire les marrons du feu, c’est probable. Mais pas au point de ramasser la mise en 2017. Trop de gens ne veulent pas de Le Pen. Le vote FN reste d’ailleurs beaucoup plus un vote de rejet des autres partis politiques qu’un vote d’adhésion. Il suffit, pour s’en convaincre, de regarder les résultats des Européennes. Gagnées par le FN en pourcentage, elles ont montré que ce parti a fait grosso modo son plein de voix tandis que l’UMP et surtout le PS voyaient leurs électeurs s’abstenir, d’où la claque subie. Le Pen est-elle capable de rallier ces abstentionnistes lors d’une présidentielle ? Si la situation continue à se dégrader, oui, en partie, mais en partie seulement, et ce ne sera, à mon avis, pas suffisant pour battre le candidat UMP au 2e tour, surtout s’il se nomme Juppé !


                        • Tall 8 septembre 2014 18:11

                          Oui, donc tu penses que ça ira bien dans ce sens mais pas assez loin ...


                          Et bien c’est pour ça que l’expérience belge de la NV-a ( nationalistes flamands ) est intéressante : car elle montre la puissance de la motivation cocardière ( peu importe laquelle ). Et tous les observateurs ont été surpris par cette force. C’est très basique. C’est tribal, comme ça.

                          Je suis curieux de voir le résultat du référendum écossais, tiens ...

                          Alors oui, j’ai pensé à Juppé, mais il est de la classe dinosaure. Pas assez neuf, je pense. Et Sarko hésite pour revenir. Et à ce propos, Trierweiler a écrit qu’elle était certaine du retour de Sarko un jour. Elle a bien connu l’animal politique.

                        • Fergus Fergus 8 septembre 2014 19:06

                          @ Tall.

                          Pas mal de pistes politiques à suivre, entre le FN, la NV-a et, tout proche, le référendum écossais. Intéressant, tout cela !

                          Juppé « dinosaure », certainement, mais un dinosaure en bonne forme et qui aurait l’avantage pour les électeurs de droite de beaucoup moins cliver et, de ce fait, d’être capable de rassembler beaucoup plus largement au 2e tour que Sarkozy. cela dit sans même évoquer les affaires et les menaces qui pèsent sur Sarko.


                        • Clojea Clojea 8 septembre 2014 19:25

                          Bonsoir Fergus :

                          Référendum oui, dissolution de l’AN oui, mais il ne fera ni l’un ni l’autre, car il n’a pas de panache ni d’envergure.

                          Et puis, n’oubliez pas qu’il est inféodé à Bruxelles qui elle même est inféodée aux 5 grandes banques américaines, donc...Il n’a que deux choix :

                          - Ou en avoir dans le pantalon

                          - Ou continuer à faire le jeu des mondialistes.

                          Les paris sont ouverts. Je mise sur le jeu des mondialistes.


                          • Fergus Fergus 8 septembre 2014 19:37

                            Bonsoir, Clojea.

                            Si je devais miser, je ferais le même choix !


                          • Tall 8 septembre 2014 20:44

                            La logique de sampiero est très simple et se résume à >


                            - Ce n’est pas parce qu’on bouffe de la merde tous les jours qu’il faut changer de cuisinier ... car qui vous dit qu’un autre cuisinier fera mieux, hein ? ... hein ? .... qui ça ? ... comment ?
                            - ah ! vous ne savez pas hein ? vous voyez !
                            - donc la merde, elle est bonne ... et on continue ... il n’y a quand même rien d’autre à bouffer.

                            Et voilà ....

                            Un peuple complètement sampieronisé, c’est le rêve de tous les banksters

                            Heureusement qu’on a vu d’autres gens dans l’histoire car on en serait encore à ramer dans les galères romaines

                          • rocla+ rocla+ 8 septembre 2014 21:00

                            J’ ai jamais compris son fonctionnement à Sampiéro . 


                            j’ ai l’ impression qu’ il navigue sur le lac de Garde 
                            à bord d’ un sous-marin à voiles  ...

                          • Baasiste 2 8 septembre 2014 21:29

                            sampiero on s’en bat les couilles de ta tronche, la volonté du peuple c’est qu’hollande dégage respectes là.


                          • Fergus Fergus 9 septembre 2014 09:18

                            @ Tall.

                            Sampiero ne dit pas qu’il faut garder le même cuistot, même s’il sert de « la merde ». Ce qu’il dit, c’est que la merde UMP est encore plus indigeste que la merde PS, et que l’on ne voit pas, dans l’immédiat, de possibilité de recruter un cuistot capable de servir une tambouille moins dégueulasse, surtout du côté du FN.


                          • Tall 9 septembre 2014 09:38

                            Merci Fergus, mais je n’ai vraiment plus besoin de traduction de la « pensée » de sampiero qui se résume finalement à 2 dées :


                            1- à quoi bon ?
                            2- c’est pas possible

                          • rocla+ rocla+ 9 septembre 2014 09:44

                            Salut Tall , 


                            Je suis pas plus avancé que hier dans le système de pensée 
                            du Sampiéro . 

                            Il est comme une anguille dans une botte de foin . 

                            Dès qu’ il lève la tête il voit l’ extrême-droite alors que je vois 
                            tomber les feuilles de l’ arbre .

                            Remarque , j’ ai pas besoin de tout comprendre non plus .

                            Je continue de regarder mon arbre , il bouge pas , lui .

                            Allez , à tes chats comme dit l’ autre …. smiley



                          • Fergus Fergus 9 septembre 2014 09:51

                            Salut, Capitaine.

                            Un peu en avance pour voir tomber les feuilles. Regarder un arbre est un spectacle des plus apaisants. Une excellente thérapie par les temps qui courent.

                            Bonne journée.


                          • Tall 9 septembre 2014 09:51

                            Salut cap’


                            Oui, ... tout sauf le FN .... c’est une phobie récurrente ça ...


                          • Fergus Fergus 9 septembre 2014 09:59

                            @ Tall.

                            Le rejet du FN ne relève pas de la phobie, mais d’une attitude raisonnée basée sur ce qu’est fondamentalement ce parti : une PME familiale qui s’est bâtie sur la xénophobie et le nationalisme exacerbé, le tout pollué de surcroît par des amitiés douteuses des dirigeants avec des fascistes ou des nostalgiques du IIIe Reich. Pas très engageant, non ? Certes, MLP cherche à nous vendre, notamment grâce au talent de communiquant de Philippot, un FN nettement plus propre sur lui, mais la démonstration n’est pas encore faite. Nous en saurons plus après 2017 en voyant à l’œuvre leurs députés.


                          • rocla+ rocla+ 9 septembre 2014 10:01
                            Salut Fergus , 

                            Quand  le vent  chasse la cigale tricotant  un pull au cigalon 
                            sur la branche ventrue du platane  il arrache aussi la 
                            feuille tenant à l’ arbre .

                            Il serait  curieux que sa majesté Platane s’ envolasse au loin …. smiley

                          • Tall 9 septembre 2014 10:05
                            Fergus
                            Si on parlait du papy dinosaure là, je te dirais que tu as raison ... car c’est un old fashion tout-à-fait typique d’une époque révolue

                            Mais c’est fini ça ... Marine ne pense plus comme lui ... Marine, c’est une autre génération
                            On se rapproche + de De Gaulle avec elle

                          • Tall 9 septembre 2014 10:09

                            un FN nettement plus propre sur lui, mais la démonstration n’est pas encore faite.


                            Et bien, faisons comme en Justice : laissons le bénéfice du doute à la défense
                            Pas de procès d’intention . ..

                          • Fergus Fergus 9 septembre 2014 10:14

                            @ Tall.

                            C’est pourquoi j’ai ajouté : « Nous en saurons plus après 2017 en voyant à l’œuvre leurs députés. »


                          • Tall 9 septembre 2014 10:27

                            On est d’accord, Fergus ...


                            Et pour en revenir à l’UE ... si le FN brandit une menace de sortie ...c’est déjà crédible d’emblée ... par nature !
                            C’est là que la « phobie » subliminale peut servir.

                          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 8 septembre 2014 20:08

                            La Ve république, qui n’en est pas une au sens du mot « République » puisqu’elle est le résultat du coup d« État de l’armée française au profit de De Gaulle, peut devenir l’ultime république si l’idéologie toujours impérialiste de la France persiste dans les mentalités et dans les actes !

                            Aux historiens, aux intellectuels, aux politiques, aux gens honnêtes... Je rappelle que De Gaulle a été installé de manière très inconfortable comme un trapéziste sur la république bicéphale qui s’embrouillait entre Alger et Paris ! Rien n’est encore réglé de façon permanente aujourd’hui, il convient de refaire les »négociations«  afin de séparer définitivement les »choses et les préoccupations" !

                            La Ve est en décomposition, la VIe ne verra pas le jour, sauf si les recommandations que j’avance depuis 2001 sont sérieusement prises en compte et de manière honnête !

                            Il y a toutes les explications nécessaires dans mes articles et commentaires sur AV et sur les sites que j’alimente quotidiennement, notamment facebook.com


                            • Fergus Fergus 8 septembre 2014 20:14

                              Bonsoir, Mohammed.

                              Que la Ve République soit moribonde, tout le monde peut le constater, avec toujours plus d’acuité à mesure que le temps passe.

                              Pour le reste, De Gaulle, c’est de l’histoire ancienne, et sa stature ne pèse plus d’aucun poids sur la vie politique actuelle.


                            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 8 septembre 2014 20:18

                              Bonsoir Fergus

                              Je pense au contraire que c’est « tout le mal » accumulé depuis les années cinquante qui a produit le blocage d’aujourd’hui. La culture d’un peuple conditionne et le présent et l’avenir, la culture nationale française est figée depuis les années cinquante.


                            • Fergus Fergus 8 septembre 2014 20:35

                              @ Mohammed.

                              Je crois, pour ce qui me concerne, que le principal blocage vient du système français bâtard entre un système présidentiel pur à l’américaine (ou plutôt de type monarchique absolu) et un système parlementaire à scrutin majoritaire à deux tours. Il en résulte plusieurs tares, et notamment un exécutif bicéphale, une sorte de monstre dans la mesure où, selon qu’il y ait ou non cohabitation, le pouvoir est tantôt à l’Elysée, tantôt à Matignon. Aberrant ! Comme est aberrant depuis l’avènement du quinquennat, le reniement de la Constitution qui indique clairement que c’est le Premier ministre qui détermine et conduit la politique du gouvernement. 


                            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 9 septembre 2014 19:34

                              @ Alex (---.---.---.218) 8 septembre 21:21

                              Désolé pour avoir raté votre question sur FB. Pour le reste, vous venez de prononcer les deux mots que je déteste : la « haine » et les « alliances » !!! Je ne suis pas d contre la « France en général », ce serait absurde, je suis contre l’idéologie de l’Élysée, contre l’hypocrisie des responsables français, contre la diplomatie perfide de la France et... MAIS SURTOUT JE SUIS CONTRE LES MÉDIAS MERDIQUES DE LA FRANCE !

                              Si vous voulez qu’on se rencontre un jour sur le terrain de la VÉRITÉ et de la JUSTICE, alors commencez d’abord par regarder les choses en face ! Je n’ai jamais condamné la France pour avoir « colonisé mon pays », parce que la France n’a pas inventé le colonialisme, n’a pas inventé la guerre, n’a pas inventé les agressions de toutes sorte... La France elle-même a été occupée ! J’accuse la France d’avoir mis en place la théorie et la pratique de son terrorisme afin de créer des régimes terroristes qui périodiquement deviennent eux-mêmes des terroristes qui terrorisent leurs populations .... Comme la réaction en chaine !

                              Visiblement même Fergus (voir son commentaire ci-dessus) n’a pas bien compris mon message !


                            • zygzornifle zygzornifle 9 septembre 2014 08:20

                              « Sauver son mandat ? »..... il sait très bien qu’il est cuit et recuit, comme tout parasite politique il s’accrochera jusqu’au soir de 2017 ou il passera la main a un ou une autre et profitera de tout les cadeaux que la république va lui offrir sur le dos des « cons tribuables » comme futur retraité fortuné ........


                              • Fergus Fergus 9 septembre 2014 09:28

                                Bonjour, Zygzornifle.

                                Hollande a sans doute bien des défauts, mais ce n’est pas Sarkozy, et résumer les conditions de son départ à la satisfaction de pouvoir profiter des « cadeaux de la république » me semble inutilement discourtois.

                                Pour le reste, nul ne peut, à ce moment du quinquennat, prédire ce que sera la situation socioéconomique de la France dans l’année qui précédera l’élection présidentielle, Cela dit, en l’état actuel de la conjoncture, il est très probable qu’aucune amélioration significative ne surviendra. Hollande devrait donc achever son mandat sur un échec économique. Mais je persiste à penser qu’ il peut en sauver le contenu politique en jetant les bases d’une grande et nécessaire réforme des institutions. La balle est dans son camp. Volontaire, il pourra laisser une trace positive dans l’histoire. Fidèle à ce qu’il a été jusque-là, il laissera le souvenir d’un ectoplasme.


                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 10 septembre 2014 06:58

                                Fergus
                                Restons concrets. Que proposez-vous pour contrer la feuille de route de Matignon de Bruxelles pour l’application des directives de Bruxelles publiées début Juin ?


                                - Réduction des dépenses publiques ;
                                - Privatisation du système de santé
                                - baisse des remboursements de la Sécu
                                - recours aux mutuelles privées
                                - hausse de l’âge de départ à la retraite
                                - gel des pension et retraites
                                - dégressivité des indemnités chômage
                                - décentralisation
                                - blocage du SMIC et commencer sa suppression
                                - suppression des seuils
                                - fin du CDI
                                - Dérèglementation des professions règlementées (pharmacies, taxis etc)
                                - augmentation des tarifs du gaz et de l’électricité
                                - privatisation de la SNCF
                                 etc

                                • Fergus Fergus 10 septembre 2014 09:27

                                  @ Fifi.

                                  Je ne suis pas un responsable politique, et bien que ma situation personnelle soit plutôt confortable, je suis résolument favorable à des mesures en faveur des classes populaires en difficulté. C’est pourquoi je suis évidemment opposé à la plupart des mesures envisagées là.

                                  Mais le problème ne pourra pas être réglé par une sortie de l’Europe qui, dans le contexte actuel, créerait d’énormes difficultés vis-à-vis des marchés, et amènerait au pouvoir en France une droite dure, très largement sur la même ligne que celle-ci. Le bénéfice en serait inexistant pour nos compatriotes les plus modestes, et les difficultés accrues pour notre pays. Tout cela malgré l’activation prévisible de la planche à billets de la BDF pour tenter de noyer les difficultés économiques.


                                • gogoRat gogoRat 15 septembre 2014 12:12

                                  L Personne n’osera donc viser autre chose que notre logique de partis (« brigues ») !

                                  cf « du contrat social » de JJ Rousseau :

                                  Livre II Chapitre 2.3 Si la volonté générale peut errer

                                  " ... Il s’ensuit de ce qui précède que la volonté générale est toujours droite et tend toujours à l’utilité publique : mais il ne s’ensuit pas que les délibérations du peuple aient toujours la même rectitude. On veut toujours son bien, mais on ne le voit pas toujours : jamais on ne corrompt le peuple, mais souvent on le trompe, et c’est alors seulement qu’il paraît vouloir ce qui est mal.

                                  Il y a souvent bien de la différence entre la volonté de tous et la volonté générale ; celle-ci ne regarde qu’à l’intérêt commun ; l’autre regarde à l’intérêt privé, et n’est qu’une somme de volontés particulières : mais ôtez de ces mêmes volontés les plus et les moins qui s’entre-détruisent , reste pour somme des différences la volonté générale.
                                  Si, quand le peuple suffisamment informé délibère, les citoyens n’avaient aucune communication entre eux, du grand nombre de petites différences résulterait toujours la volonté générale, et la délibération serait toujours bonne.
                                  Mais quand il se fait des brigues, des associations partielles aux dépens de la grande, la volonté de chacune de ces associations devient générale par rapport à ses membres, et particulière par rapport à l’État : on peut dire alors qu’il n’y a plus autant de votants que d’hommes, mais seulement autant que d’associations. Les différences deviennent moins nombreuses et donnent un résultat moins général. Enfin quand une de ces associations est si grande qu’elle l’emporte sur toutes les autres, vous n’avez plus pour résultat une somme de petites différences, mais une différence unique ; alors il n’y a plus de volonté générale, et l’avis qui l’emporte n’est qu’un avis particulier.

                                  Il importe donc, pour avoir bien l’énoncé de la volonté générale, qu’il n’y ait pas de société partielle dans l’État, et que chaque citoyen n’opine que d’après lui ; telle fut l’unique et sublime institution du grand Lycurgue. Que s’il y a des sociétés partielles, il en faut multiplier le nombre et en prévenir l’inégalité, comme firent Solon, Numa, Servius. Ces précautions sont les seules bonnes pour que la volonté générale soit toujours éclairée, et que le peuple ne se trompe point.


                                  • gogoRat gogoRat 15 septembre 2014 12:18

                                     Si, quand le peuple suffisamment informé délibère, les citoyens n’avaient aucune communication entre eux, du grand nombre de petites différences résulterait toujours la volonté générale, et la délibération serait toujours bonne.


                                  • Fergus Fergus 16 septembre 2014 12:02

                                    Bonjour, GogoRat.

                                    Tout cela est fort intéressant et même pertinent sur le plan strictement intellectuel, mais aussi, et malheureusement, inapplicable au niveau d’une nation de 65 millions d’habitants dont les élus ne peuvent procéder que de démarches associatives, autrement dit partisanes. En fait, ce qui pose problème dans notre société, c’est la confiscation par les institutions en vigueur du pouvoir par un camp dominant outrageusement l’exécutif et le législatif, sans qu’il y ait des contre-pouvoirs. D’où la nécessité d’aller vers une VIe République.


                                  • gogoRat gogoRat 16 septembre 2014 13:06

                                     @Fergus :
                                     merci d’avoir fait l’effort de cette réponse, mais pour aller au fond des choses je dois vous avouer que la notion de « strictement intellectuel » ne me paraît pas strictement bien circonscrite ...
                                     et que vos assertions, conjecture (... « inapplicable » .. ) sont loin de me sembler strictement démontrées.
                                     Ceci dit, tenir compte des remarques de Rousseau que j’ai citées n’empêche en rien d’envisager (entre autres ! , et peut-être) une nouvelle constitution ! ....
                                     


                                  • Fergus Fergus 16 septembre 2014 16:42

                                    @ GogoRat.

                                    En effet, rien dans mes propos n’est démontré. Il s’agit là, évidemment, d’une conviction basée sur mon observation des institutions.

                                    Le fait est que les remarques de Rousseau ne sont pas incompatibles avec une nouvelle constitution. Elles donne même un excellent angle de réflexion à ceux qui pourraient être chargés de la rédiger.


                                  • gogoRat gogoRat 16 septembre 2014 13:45

                                    « Ceux qui ne croient pas en l’impossible sont priés de ne pas dénigrer ceux qui sont en train de le faire. » 

                                     Qui a dit ça ?
                                    Peut-être l’un ou l’une de ces ...prétentieux ?... qui osent braver l’inapplicable et participent à un « atelier constituant » en s’autorisant à réfléchir aux implications logiques et de bon sens de l’idéal démocratique visé.
                                     ( S’il est démontré que les principes démocratiques sont inapplicables, il sera bon de préciser à quel régime voudrait nous vouer une nouvelle constitution )

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès