• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Impérialisme allemand vs solidarité européenne

Impérialisme allemand vs solidarité européenne

L’Allemagne tire argument de sa prospérité économique pour donner des leçons aux autres pays européens et imposer sa référence. Une Allemagne donneuse de leçons qui, sans scrupules excessifs, s’est transformée en prédateur de la Grèce, ses entreprises se portant candidates à la reprise des actifs les plus intéressants qu’elle l'avait contrainte à céder. Et plus récemment, la presse allemande a traîné dans la boue une Italie coupable de vote impertinent. Elle s’attaque là aux pays qui sont les sources mêmes de la démocratie et de l’organisation sociale de l’Europe méditerranéenne, dont il ne serait pas interdit de préférer le modèle, avec tous ses défauts, au modèle allemand si l'on devait choisir.

Il serait bon de rappeler au tandem Merkel-Schäuble, les bons élèves de l’Europe néolibérale, que la prospérité dont l’Allemagne s’enorgueillit est certes due à la qualité de son tissu industriel et notamment de ses PMI, mais aussi (et surtout ?) à des évènements extérieurs sans liens avec son modèle. Ainsi, c’est la désintégration de l’URSS (1990/1991) qui a permis sa réunification avec la réintégration de l’Allemagne de l’Est, et qui a permsi l'intégration à l'UE de 12 pays de l’ancien bloc soviétique (2004/2007) auxquels l’Allemagne de l’Est était auparavant liée commercialement dans le marché commun soviétique (COMECON). Ce sont là deux facteurs majeurs de la prospérité actuelle de l’Allemagne.

L’intérêt pour l’UE d’intégrer ces anciens pays du bloc soviétique n’était pas que politique. Jusque là confinés derrière le rideau de fer, ces pays avaient accumulé des retards technologiques et un sous équipement industriel considérables. Leur intégration à l’UE et leur relance industrielle et technologique représentait donc aussi pour les 15 pays qui les accueillaient un marché captif et des points de croissance pour toute une génération, en même temps qu’un réservoir de main d’œuvre bon marché pour retenir l’envolée des salaires. C'est pourquoi l’Europe accompagne généreusement le financement de leur développement.

Mais ce bon plan, défendu alors par Jacques Chirac (et sans doute suggéré par Schroeder), n’a pas fonctionné puisque c’est l’Allemagne qui a raflé la mise. Avantagée par les liens économiques privilégiés et rodés préexistants entre les membres de l’ancien COMECON, et par sa situation géographique, plus proche et parfois mitoyenne des pays concernés, elle a capté l'essentiel de la croissance que tous espéraient voir mieux partagée. Ainsi, une part importante des financements du Fonds Européen de Développement dont bénéficient ces pays retournent-ils en Allemagne, laquelle ne manque pas néanmoins de se plaindre d’être trop lourdement sollicitée par ailleurs par la défaillance des mauvais élèves qui n'ont pas pu profiter comme elle de cette aubaine.

Alors, s’il n’est pas pour autant question ici de nier la nécessité d’un meilleur équilibre économique et financier, il paraît nécessaire de rappeler à l’Allemagne que sa prospérité est largement due à des facteurs extérieurs à son modèle économique dont elle ne peut donc pas tirer argument pour l’imposer, et que les excédents dont elle s’enorgueillit sont autant d’investissements qui manquent ailleurs. 

Qui enfin sera capable d’appeler le tandem MERKEL SCHAUBLE à un peu plus d’humilité, et au respect des autres, indispensable à une éventuelle construction européenne ?


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • lala rhetorique lala rhetorique 24 septembre 09:39

    Comme il y a une nouvelle forme de criminalité, via le net, il y a une nouvelle forme de guerre, économique celle-là ; mais il faut noter que dès la fin de la dernière guerre, nous avons accepté que l’allemagne se réarme, ce qui était, qu’on le veuille ou non, une soumission..... nous en voyons les résultats actuellement ! car sincèrement, comment peut-on encenser un pays qui a réchauffé en son sein le nazisme, tout en hurlant contre le nazisme et l’extrémisme ? trouvez l’erreur !


    • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 10:12

      @lala rhetorique


       L’Allemagne souffre du Nazisme comme la France souffre du Rothschildlisme ....

    • Arogavox 24 septembre 12:10

      @lala rhetorique
       il devient urgent de dépasser la seule perspective économique : à recadrer dans les considérations géostratégiques englobantes qui s’imposent !

        
        
       Pour schématiser, ou marquer les esprits, ou pourrait demander :
       - en cas de frexit, l’Allemagne pourrait-elle garder seule le leadership du Grand Machin européen ?(et qu’on ne me noie pas le poisson en prétendant que les US seraient en fait les maîtres et protecteurs de tout et partout : il semblerait bien qu’ils aient déjà signifié qu’ils ont d’autres chats à fouetter ...)
       Pourrait-elle tenir à l’écart les visées insistantes de la Turquie ?
       Voire, de l’amie de la Turquie, i.e. la Russie, qui aurait bien besoin de s’appuyer sur un Empire conséquent pour ne pas, à l’avenir, se trouver vassalisée par son immense « alliée » chinoise ? ...
       Les question démographiques entrent bien évidemment en jeu ...

       A celles et ceux auprès de qui ces questions sembleraient trop spéculatives, une simple remarque :
       - la question du budget alloué à l’effort militaire doit être réglée avant des échéances pas forcément plus courtes que celles de l’éventualité d’un frexit !
       Or cette question budgétaire est absolument indissociable de la prospective géostratégique validée par les décideurs !
       (N’a-t-on pas observé, en début de ce mandat Jupiterien, des dissensions qui ont marqué l’actualité ?)


    • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 10:10

      Quand la solidarité est imposée ce n’est plus de la solidarité mais du racket de masse car il n’y a pas de choix possible ....


      • microf 24 septembre 12:31
        " Qui enfin sera capable d’appeler le tandem MERKEL SCHAUBLE à un peu plus d’humilité, et au respect des autres, indispensable à une éventuelle construction européenne ? « 

        On pourait répondre á cette question par ceci. » Qui enfin sera capable d´appeler le tandem francais Politique-Économique á un peu plus d´humilité, et au respect des autres ( africains entre autres ), indispensable á une éventuelle construction africaine ?.

        Chacun a son Impérialiste, pour la Fance, c´est l´Allemagne, pour l´Afrique, c´est la France.
        Je fais le paralèlle avec la France en Afrique, c´est peut être la raison pour laquelle la France copie la dominance Allemande en Europe et applique cette méthode de dominance en Afrique.
        Le Franc CFA qu´utilisent les colonies francaises en Afrique est imprimé en France, les billets á CHAMALIÈRE les pièces de monnaies á PESSAC, le tout est géré par la Banque de France en France. Les Banques Centrales des colonies francaises sont les filiales de la Banque de France. Les colonies francaises ne savent même pas combien ils disposent de capital dans leurs comptes á la Banque de France, cela c´est plus que la domination, c´est carrément comme l´a dit l´ex-Président Jacques Chirac, l´exploitation, une sorte d´Impérialisme.

        https://www.youtube.com/watch?v=KIHFgealnYM 30 nov. 2016 ... JACQUES CHIRAC - Une grande partie de l’argent français vient de l’exploitation en Afrique. CANELLEPLUS ... Le Monde selon Jacques Chirac : Retour sur celui qui a porté la voix de la France à l’étranger -

        • foufouille foufouille 24 septembre 18:34

          @microf

          ce qui veut dire que les banquiers n’ont aucune confiance dans les africains soit qu’ils sont incapable de fabriquer de la monnaie.


        • microf 24 septembre 21:27
          @foufouille

          Vous avez peut être raison, ce veut aussi dire que si l´Allemagne domine la France, c´est parceque la France est incapable de tenir devant l´Allemagne. J´ai toutefois confiance en la France parcequ´avec des personnes comme vous, la France va très très bientôt relever ce défi.

        • titi 24 septembre 14:21
          @L’auteur

          « il paraît nécessaire de rappeler à l’Allemagne que sa prospérité est largement due à des facteurs extérieurs à son modèle économique dont elle ne peut donc pas tirer argument pour l’imposer »

          Il parait nécessaire de rappeler à la France que sa future faillite est largement due à des facteurs intérieurs à son modèle économique. On ne voit pas bien comment quels arguments ont pourrait donner pour l’imposer.

          • egos 24 septembre 15:23

            Il parait un peu illusoire d’imaginer que nos voisins allemands, Chancelière, industriels et populations teutonnes aient, à un moment quelconque de leur histoire contemporaine, imaginé, comme ce fut de cas en France durant les 4 ou dernière décennies, de saborder leur industrie et commerce extérieur ?


            Que maintenant l’économie allemande vise à sécuriser la solvabilité de son marché intérieur, EU, que lui a offert notre classe politique eurobéate sur un plateau de vermeil,
             
            monnaie unique en supplément, voulue et imposée par Mitterand et sa majorité électorale (stratagème d’inspiration Eugène Maginot issu de cerveaux passablement perturbés et déficients),

            la démarche procède d’une certaine logique inaccessible à nos nos strates dirigeantes.

            Qui a bien pu s’avancer à déclarer, aux lendemains du dernier crash boursier 
             « l’euro nous protége » ?


            • titi 24 septembre 16:27
              @egos« 

              contemporaine, imaginé, comme ce fut de cas en France durant les 4 ou dernière décennies, de saborder leur industrie et commerce extérieur ? »

              De quel commerce extérieur parlez vous ?
              Le commerce extérieur Français est déficitaire 55 ans sur les 66 dernières années.

              Il n’a été bénéficiaire que les années où l’Allemagne s’occupait de ses territoires de l’Est.

              Donc c’est pas 4 décennies mais 7 décennies. Et c’est pas l’euro, c’est aussi le franc, et l’ancien franc.

              Bref : arrêtez de rejeter sur les autres les causes de nos déboires dont nous sommes les seuls responsables.
               

            • egos 24 septembre 18:03

              @titi



              Commerce extérieur :
              le lien du post donne un éclairage incomplet et lacunaire des échanges extérieurs.
              à corriger :



              « Rejeter sur les autres ... » ???
               là, il n’y a rien à comprendre ou répondre.


            • generalchanzy generalchanzy 24 septembre 15:58
              « Solidarité européenne… » Sans blague !
              Aucun pays n’est solidaire d’un autre.
              Il y a ceux qui défendent le leur, comme les Allemands, les Polonais, les Britanniques, les Italiens etc...
              Et il y a ceux qui sont gouvernés par Bruxelles !
              Il n’y a pas d’impérialisme allemand. Il y a l’Allemagne c’est tout.

              • malitourne malitourne 24 septembre 16:14

                Encore quelqu’un qui rend coupable l’Allemagne de ne pas réaliser les désirs politiques des français.

                Chaque pays dans l’UE joue ses cartes. Et les pays qui n’ont aucune carte gagnante, dont la France, et qui y reste ont le choix d’en sortir au lieu d’attendre je ne sais quoi de l’Allemagne...

                • titi 24 septembre 16:19

                  @malitourne
                  Très bon résumé.


                • foufouille foufouille 24 septembre 18:37

                  @malitourne
                  en france, tu n’as pas légalement des étrangers payés 3€ dans les abattoirs ou qui ramassent les légumes comme en allemagne


                • malitourne malitourne 24 septembre 18:43

                  @foufouille
                  En effet. Et ce n’est pas l’UE et encore moins la France qui empêchera quoi que ce soit. 

                  Donc le Frexit est nécessaire puisque l’harmonisarion fiscale et sociale y est impossible...

                • Arogavox 24 septembre 19:15

                  @malitourne
                   malheureusement, la géostratégie mondiale, ne nous laisse pas ce choix simpliste 

                  ... voir (plus haut) ma remarque précédente 

                   Par contre une conscientisation dûment relayée et prise en compte avec de nouveau paradigmes se souciant aussi d’impératifs d’écologie pourrait permettre un dépassement de bien des perspectives à courte vue.

                   

                • malitourne malitourne 24 septembre 19:35

                  @Arogavox
                  Le choix de rester ou de sortir est peut-être simpliste, mais sans Frexit on est condamné à subir les événements quoi qu’il arrive. 

                  L’euro, ça va se casser la gueule, c’est juste le moment qu’on ne peut pas prédire. 
                  La géopolitique justement est incertaine, et les cartes vont être redistribuées.
                  La seule façon d’agir pour la France sur son avenir c’est d’abord de procéder au Frexit, sinon elle chutera lourdement avec le naufrage programmé de l’UE

                • Arogavox 24 septembre 21:50

                  @malitourne

                   Peut-être alors faudrait-il accompagner ce « Frexit » 
                  - soit d’un remplacement du Grand Machin par une nouvelle forme d’union européenne, 
                  - soit par un torpillage définitif et intégral de ce Grand Machin pour qu’il ne puisse pas être récupéré par des intérêts géostratégiques non compatibles avec ceux de la France ...


                • malitourne malitourne 24 septembre 22:44

                  @Arogavox
                  Je comprends rien à ce que vous dites. C’est quoi votre « Grand Machin » ? C’est quoi votre « nouvelle forme d’union européenne » ?




                • jesuisdesordonne jesuisdesordonne 24 septembre 22:53

                  @Arogavox
                  Wouah ! Donc la géostratégie mondiale empêche toute défense des acquis sociaux par territoire. Par contre "une conscientisation dûment relayée et prise en compte avec de nouveau paradigmes se souciant aussi d’impératifs d’écologie pourrait permettre un dépassement de bien des perspectives à courte vue"
                  Autrement dit la main invisible du marché ne peut pas reconnaître les territoires est mais elle pourrait voir à long terme les enjeux écologiques. La religion du marché est une question de croyances, effectivement. Ça ne se discute pas.


                • Arogavox 25 septembre 11:34

                  @jesuisdesordonne
                  N’importe quoi !  Des hallucinations ? Qui a parlé ici de « la main invisible » ?? D’où sort ici cette évocation de « religion du marché » et de « question de croyance » ?? 
                   Quelles que puissent être vos obsessions, merci en tous cas d’avoir montré votre incapacité à comprendre : vous resterez dans votre monologue, et je gagnerai du temps


                • lloreen 24 septembre 21:24
                  "Qui enfin sera capable d’appeler le tandem MERKEL SCHAUBLE à un peu plus d’humilité, et au respect des autres, indispensable à une éventuelle construction européenne ?"


                  L’assemblée constituante, seule autorité légitime de la fédération d’Allemagne depuis le 4 avril 2016.Merkel,Schäuble et consorts sont autant illégitimes que Macron l’est en France.
                  Toutes les élections depuis la création de la RFA sont nulles et non avenues, la RFA n’ayant jamais eu le droit d’organiser des élections.

                  • Plotina Plotina 25 septembre 00:26

                    Tandem Merkel Schäuble , plutôt Merkel Scholz (SPD), Schäuble n’étant plus au gouvernement, mais président du Bundestag.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Don Quichotte


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès