• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Inutile de vous agiter : les retraites ce sera comme ça et pas autrement ! (...)

Inutile de vous agiter : les retraites ce sera comme ça et pas autrement ! Circulez, y a rien à voir

Manuel Macron qui, lui seul, sait ce qui est bien pour son bon peuple, a déclaré à propos de la réforme des retraites : "Je veux aller au bout de cette réforme, (...) je n'aurai aucune forme de faiblesse ou de complaisance" ; lundi 28 octobre 2019, RTL.

Donc la pseudo concertation qu'il vient d'ouvrir sur le sujet après deux ans de concertation tous azimuts ne portera que sur les modalités d'application.

Donc, bis repetita, ce sera la retraite par points. Point final.

 

Il n'y a aucune possibilité de polémiquer sur les deux faits établis suivants concernant chaque système de retraite, par répartition ou par points. Et c'est pour cela que je vous les expose.

 

Dans le système actuel, le montant de la pension est un pourcentage du salaire, certes plafonné dans le privé à 50% de 3 380 euros brut pour ceux qui gagnent au-delà, plafond qui sera compensé par les complémentaires au prix de cotisations plus élevées en particulier pour les cadres. Pour une carrière complète, avec l’apport des complémentaires, il représente un taux de remplacement en moyenne d'un peu moins de 75% dans le privé comme dans le public. Le montant est fixé une fois pour toute et est revalorisé en principe au niveau du taux d'inflation. Hélas, plus depuis quelques années où il est resté bloqué.

Personne ne peut nier que ce qui vient d'être décrit est la réalité vraie.

 

Dans le système par points les cotisations apportent des points et le montant de la pension est calculé par une simple multiplication de la valeur du point par le nombre de points acquis.

L'inconnue est la valeur du point. Celle-ci sera déterminée en fonction des fonds disponibles et de divers paramètres apparemment tous les deux ans. (Puisque on nous dit que la valeur du point pourra être connue deux ans avant le départ en retraite. Mais cela reste à confirmer.)

En période de difficultés budgétaires cette valeur recalculée baissera automatiquement pour assurer l'équilibre des comptes sinon cette réforme n'aurait aucun intérêt. C'est ce qui s'est passé récemment en Suède : "les retraités qui ont vu baisser leur retraite par trois fois en 2010, 2011 et 2014." (Retraites : doit-on suivre le modèle scandinave ? - 25/10/2019, France Culture.)

Autre fait : rien ne garantit que le taux de remplacement restera équivalent à celui du système par répartition actuel.

Personne ne devrait ignorer que ce qui vient d'être décrit est la réalité vraie.

 

En tout cas tous les politiques, tous les "experts" en économie, tous les syndicalistes, tous les journalistes (enfin ceux qui comprennent quelque chose à ce qu'ils commentent) favorables au régime par points savent que c'est la réalité vraie.

Alors sur cette indétermination inhérente au système, ils mentent par omission. Ils n'en parlent pas puisqu'on ne le leur demande pas. On verra plus tard.

 

A la place, ils parlent de ces malheureux que les difficultés rencontrées dans leur vie empêchent d'avoir une retraite suffisante et qu'il faudra aider, idem pour la pénibilité, etc., comme quoi il y a matière à négocier. Au passage ils oublient d'expliquer qu’il faudra sans doute prendre sur les cotisations de tous les autres pour financer ces aides au combien nécessaires. Et donc la valeur du point ne sera calculée que sur une partie du total des cotisations prélevées. A moins que l’état ne veuille prendre en charge le surplus nécessaire financé par des impôts spécifiques tels CSG ou RDS.

A la place, ils parlent des privilégiés qui bénéficient injustement de régimes tellement plus favorables. Un don du ciel sans doute mais devenu inopportun aujourd’hui. Ils donnent toujours l'exemple des conducteurs de la RATP (Hé, ho, madame Léa Salamé) tellement avantagés par rapport à ceux de Nantes par exemple. Vous voyez, il faut bien abaisser le niveau de ceux qui ont mieux, ou, de ceux dont certains jugent qu'ils ont trop. Mais pourquoi pas le contraire ? Monter au meilleur niveau pour tous. N'était-ce pas ce qu'on appelait jadis le progrès social ?

 

Il est évident que le fondement du choix au mieux de l'intérêt des travailleurs entre les deux systèmes est dans la comparaison objective et honnête de ces deux caractéristiques indiscutables : pour l’immense majorité des salariés, pension proportionnelle au salaire et fixée une fois pour toute ; pour tous, pension dépendant de la valeur d'un point déconnectée du salaire et régulièrement révisable.

Ce qui n'est jamais soumis au débat, ou presque.

 

Au contraire, on rencontre des arguments si extravagants parfois qu'on a du mal à en percevoir le lien avec le sujet débattu et pourtant sur lesquels se fonderont des choix.

Récemment au cours d'une discussion où était à peine évoquée cette réforme des retraites, j'ai été sidéré par une anecdote violemment assénée : la SNCF a recruté quelques-uns de ses retraités pour encadrer des personnels d'un pays d'Asie via une de ses filiales basée à l'étranger.

"Ils prennent leur retraite à 52 ans et après ils vont conduire des trains en Chine !" Fin du débat... Venant d'un retraité qui effectue régulièrement des petits travaux au noir.

Ce qu'on ne lui a pas dit, c'est que la SNCF a oublié de prévenir ses employés retraités qu'ils devaient déclarer ces revenus supplémentaires à leur caisse de retraite et compte tenu des montants perçus en salaire ils n'auraient plus droit à leur pension provisoirement. Aussi ils devront rembourser tout ce qu'ils ont reçus de leur retraite sur toute la période où ils étaient en contrat.

Pourquoi suis-je abasourdi par ce genre de, je ne sais comment dire, argumentation, démonstration, réflexion ou, ragot ? Parce que c'est sur ça aussi que se fonde l'opinion publique pour engager l'avenir de toute une population.

 

Des questions jamais abordées comme : dans le public il n’y a pas de complémentaires, que va-t-on faire ? Supprimer celles du privé ? Combien faudra-t-il cotiser pour acquérir des points sans que cela devienne plus coûteux aux salariés que les cotisations d’aujourd’hui ?

 

Encore un dernier sujet à soumettre que seules quelques rares personnes évoquent.

Une fois les régimes de retraite unifiés en un seul système simplifié au maximum dans son fonctionnement, le pas à franchir pour sa privatisation est infime. J'entends déjà tous ceux qui ne jurent que par le privé pour être efficace et performant : "et alors ? "

Et alors ! La recherche du profit maximal est consubstantielle à la gestion du privé. Donc les cotisations versées devront aussi servir à payer de substantiels dividendes aux futurs actionnaires.

 

D'habitude je me contente dans mes articles de proposer des sujets de réflexion éclairés par des informations documentées. Mais pour celui-ci j'irai un peu plus loin : au lieu de ce régime par points paupérisateur, je suis pour que soit négocié, d’une part, un système de retraite unifié mais tiré vers le haut pour le mieux de tous, maintenant au minimum un niveau de vie digne pour tous, et, d’autre part, les moyens de son financement pour lesquels des propositions sérieuses ont été faites mais rejetées à priori par le pouvoir.

Etant retraité ceci n’est pas une plaidoirie pro domo.

 

Pour aller plus loin encore, découvrez les idées nouvelles et réalistes proposées, mais pas seulement pour les retraites, par Thomas Piketty dans son dernier livre, Capital et idéologie, propositions qui sont décrites pour l’essentiel dans les 200 dernières pages si vous n'avez pas la possibilité de lire tout l'ouvrage.

 

Quant à Emmanuel Macron qui fait passer de vieilles recettes pour des inventions personnelles sorties de sa seule pensée géniale, il ne fait que reprendre les recommandations du conseil européen concernant le programme national de réforme de la France pour 2018 :

"Actuellement, 37 régimes de retraite coexistent en France. Ils concernent des catégories de travailleurs différentes et fonctionnent selon des règles qui leur sont propres. Une uniformisation progressive de ces règles améliorerait la transparence du système, renforcerait l’équité entre les générations et faciliterait la mobilité de la main-d'œuvre. Une harmonisation des règles de calcul contribuerait également à une meilleure maîtrise des dépenses publiques. Si les réformes des retraites déjà adoptées devraient réduire le ratio des dépenses publiques de retraite à long terme, un système des retraites plus simple et plus efficient générerait des économies plus importantes et contribuerait à atténuer les risques qui pèsent sur la soutenabilité des finances publiques à moyen terme. Selon une étude récente, l’alignement de différents régimes de retraite des secteurs public et privé réduirait de plus de 5 milliards d’euros les dépenses publiques à l’horizon 2022. "

5 milliards d'économisés sur le dos des retraités, y’a bon Macron. (En parodiant le célèbre mais un peu raciste slogan publicitaire d'avant le milieu des années 1970 : « Y'a bon Banania ».)

 

Il a beau dire « je veux aller au bout de cette réforme », lui tout seul !

Il sait bien que ce n’est pas lui qui va travailler sur toutes les difficultés d’une telle transformation et dont personne ne sait si elles pourront toutes être surmontées sans gros dégâts.

Il ne sait pas ni où il va ni comment ni pourquoi. Sinon il serait plus modeste devant la tâche à accomplir.

Heureusement il va pouvoir appeler la CFDT à son secours. Je crois. Mais je peux me tromper.


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • kimonovert 29 octobre 09:46

    Allez on en remet une couche...Tous ensemble, tous ensemble...


    • lala rhetorique lala rhetorique 29 octobre 10:37

      Bon, puisque no’t soi-disant président pense que les retraités n’ont pas d’importance dans la société et qu’après tout, ils peuvent se satisfaire de pas grand chose pour survivre, moi je pense qu’on devrait avoir une carte spéciale retraité, qui nous donnerait des réductions de 30 % sur tout, la conso, les transports, les énergies, etc... Puisqu’il est évident qu’on ne peut pas vivre avec de moins en moins d’argent, mais des prix par ailleurs en augmentation permanente ! Alors, il va dire "ouiiiiii mais l’insee, blablabla... Seul hic, impossible légalement d’avoir accès au panier pris en compte par l’insee pour donner les chiffres du coût de la vie, sur lesquels sont basés le smic et autres....


      • devphil30 devphil30 29 octobre 10:52

        Et le régime de retraites des politiques ..... ?

        Et les cumuls de retraites suite à plusieurs mandats de maire , député , ministre etc .... ?

        Et les 5 ans de cotisations pour Macron conduisant à 10.000 € de retraite à vie .... ?


        • Eric F Eric F 29 octobre 19:07

          @devphil30
          « Et le régime de retraites des politiques ..... ? »
          officiellement ils entreront dans le même moule, mais on peut présumer que l’état abondera le nombre de points nécessaires qui leur garantira une retraite préservée.


        • dede dede 30 octobre 08:22

          enfoiré de sa race !!!


        • devphil30 devphil30 31 octobre 05:57

          https://lemediapourtous.fr/vous-vous-serrez-la-ceinture-pas-dinquietude-les-deputes-eux-saugmentent/

          Pendant que la France se serre la ceinture, que des efforts sont demandés à chaque Français, des efforts souvent douloureux pour les classes les plus fragiles comme les retraités, les handicapés, les étudiants, qui voient leurs aides, leurs pensions fondre comme neige au soleil, en un mot : pendant que la France se saigne sur l’autel de la rigueur pour rembourser la Sainte Dette (dont il faut dire qu’elle est une escroquerie virtuelle qui nous asservit car les masses n’en comprennent pas l’origine), les députés, eux, s’augmentent. Tranquillement. C’est l’avantage d’être député : on vote soi-même les lois qui nous concernent. Donc pendant que l’on baisse la redevance télé de 1 euros pour les Français en guise de cadeau fabuleux, on augmente la dotation logement des députés de 300 euros, la faisant passer de 900 à 1200 euros – en plus de tous les autres avantages dont ils bénéficient.

          N’oublions pas que jusqu’à récemment, les députés bénéficiaient d’une allocation pour frais funéraires pouvant monter jusqu’à 18.255 euros  ! Elle a été certes plafonnée l’année dernière à 2.350 euros – ce qui est déjà beaucoup, combien de Français s’endettent pour enterrer leurs proches ? -, mais ils gardent d’autres avantages comme par exemple une enveloppe de 18.950 euros par an pour les taxis, le téléphone et le courrier, qui s’ajoutent aux 5.000 euros mensuels de frais de mandat (collaborateurs – qui peut être sa femme – et autres dépenses), ou encore des “facilités de circulation”, soit le remboursement de tous leurs trajets en train (dont les Français de l’arrière-garde savent à quel point ils sont chers). Tout cela, bien entendu, en plus de leur indemnité parlementaire, qui s’élève à 7.239,91 € bruts par mois.

          Apparemment, tout cela ne leur suffisait pas pour vivre correctement. C’est bon à savoir.


        • ETTORE ETTORE 29 octobre 11:28

          Trop facile de faire des réformes pour les autres quand on est pas concerné !


          • karibo karibo 29 octobre 13:04

            Je vous la mettrai bien profond , la quenelle pour tous c ’est maintenant !


            • njama njama 29 octobre 14:37

              Macron donne l’impression de faire marche avant « en même temps » qu’il fait marche arrière, car il annonce que seuls les nouveaux embauchés seront concernés par ces nouveaux modes de calcul.

              Les adversaires de cette réforme ce sont bien davantage les caisses de retraites (et leurs cotisants) qui ne sont pas déficitaires que les salariés futurs retraités, et autres gilets jaunes, car cela reviendrait à pénaliser les bons gestionnaires au profit de caisses qui ont mal géré cotisations et pensions.

              Le monde à l’envers quoi ! en plus que ce serait le hold up du siècle si tout était mis dans un pot commun !


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 octobre 21:28

                @njama
                Les avocats sont sortis du jeu, pour les raisons que vous invoquez.
                Ils conserveront leur système.

                Le but final c’est de baisser les pensions de 5 milliards.
                En Grèce, elles ont été baissées 12 fois.

                Fillon l’a expliqué devant les patrons :
                « Le système de la retraite par points, cela permet une chose qu’aucun homme politique n’avoue. Cela permet de diminuer chaque année la valeur des points et donc de diminuer les pensions. »


              • njama njama 30 octobre 10:35

                @Fifi Brind_acier

                Je crois que l’ensemble des caisses de retraite qui ne sont pas déficitaires n’accepteront pas de se faire dévaliser par le commis du Medef Macron, logique, sinon c’est du vol en bande organisée en plus d’être une forfaiture. Elles entameraient recours sur recours jusqu’en Conseil d’État pour s’opposer au hold-up.
                Macron prendrait-il le risque de s’exposer à une longue bataille juridique ? les municipales ne sont pas loin, les prochaines présidentielles non plus il est à mi-mandat.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 octobre 11:42

                @njama
                Tout dépendra de l’unité des mécontents.
                Si les syndicats arrivent ou non à les diviser.


              • njama njama 30 octobre 12:34

                @Fifi Brind_acier
                c’est pas faux
                mais on peut imaginer des irrédentistes qui refuseront bec et ongle de se faire annexer par cette réforme, il y a des dizaines voire des centaines de millions d’€uros en jeu ... c’est plus qu’une p’tite cagnotte !


              • exol 29 octobre 14:45

                Bon ben si tu le sais que ce sera comme çà pas la peine d’écrire un livre hein.


                • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 29 octobre 14:59

                  Voici un texte constitutionnel qui assure les moyens convenables d’existence et chacun sait que le Président de la République doit veiller au respect de la Constitution (article 5 de la constitution de 1958)

                  " Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence." (préambule de la Constitution de 1946 alinéa 11 encore en vigueur).

                   

                  Voici le texte fondateur de la sécu. Il ne prévoit pas de ticket modérateur ni de diminution des retraites.

                   

                  Considérant qu’aux termes de l’article L 111-1 du code de la sécurité sociale “L’organisation de la sécurité sociale est fondée sur le principe de solidarité nationale ; elle garantit les travailleurs et leur famille contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain ; elle couvre également les charges de maternité et les charges de famille ; elle assure, pour tout autre personne et pour les membres de sa famille résidant sur le territoire français, la couverture des charges de maladie et de maternité ainsi que des charges de famille ; cette garantie s’exerce par l’affiliation des intéressés et leurs ayants droits à un régime obligatoire, ou, à défaut, par leur rattachement au régime de l’assurance personnelle”.

                   

                  Comment payer tout ça ?

                  Mais en appliquant l’article 13 des ddl de 1789 :

                  ART. 13. — Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable ; elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 octobre 21:24

                    @Daniel PIGNARD

                    La Constitution a été modifiée 24 fois pour la rendre compatible avec les Traités européens. Donc Macron applique les Traités européens.


                  • Désintox Désintox 29 octobre 16:33

                    Cet article est vraiment vrai.


                    • Eric F Eric F 29 octobre 19:02

                      Actuellement les retraites complémentaires sont par points, or justement un accord quadriennal de revalorisation AGIRC ARCCO  vient d’être décidé entre partenaires sociaux, alors que la retraite sécu reste gelée. Le système actuel sécu n’est donc pas une meilleure garantie que le système par point

                      La question du financement se pose de toutes façons, et seule une extension de l’assiette de cotisation peut maintenir le niveau de pension compte tenu de la dégradation de la balance démographique cotisants/bénéficiaires (par exemple cotisation patronale basée sur la valeur ajouté, TVA différentielle sur les importations, etc.).


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 octobre 21:22

                        @Eric F
                        Rassurez-vous, Macron va lancer « des débats sur les retraites », mais c’est pour de rire. Il faut qu’au bout, il ait économisé 5 milliards sur le système actuel.


                      • HELIOS HELIOS 29 octobre 23:39

                        @Eric F

                        ****  seule une extension de l’assiette de cotisation peut maintenir le niveau de pension compte tenu de la dégradation de la balance démographique cotisants/bénéficiaires ****

                        Ce que vous racontez lá n’est pas fondantalement faux, mais incorrect.

                        La retraite par repartition est calculée sur le temps passé a travailler (41 ans) et les cotisations payées (25 meilleures années). 
                        Les cotisations payés tout au long des années travaillées sont versées a plusieurs organismes differents selon les secteurs d’activites qui se chargent a leurs tours de verser les retraites.
                        On dit alors que ceux qui travaillent payent pour ceux qui sont a la retraite.

                        Seulement voila, ce systeme est déficitaire pour certains secteurs justement et l’etat doit compenser le manque.
                        Et lá, vous dites que la démographie ne permet plus l’equilibre.... je vous dis que c’est faux :
                         Passons de 9% de chomage a 4%... ce n’est même pas le plein emploi et vous aurez 4 millions de travailleurs supplementaires qui cotiseront.
                         Augmentons les salaires pour que la caisse de retraite récupèrent les cotisations correspondantes.
                         Annulons toutes les « exonerations » faites aux entreprises sur les cotisations d’autant qu’elle ne sont en rien compensées par l’etat.
                         et enfin, lá vous avez raison, il n’y a pas de raison que seul le travail alimente les caisse de retraite et affectons aux autres sources d’energies sociales la cotisation correspondante.

                        Une fois ces ajustements fait, s’il existe un deficit, on pourra toujours trouver des solutions favorables a ceux qui ne peuvent plus refaire une carriere, une seconde vie alors qu’ils ont légitimement participés au developpement du pays.

                        La reforme des retraites proposées n’est en rien faite pour pereniser le systeme, mais pour mettre en place les conditions techniques pour que le gateau financier soit offert a des entreprises privées qui, en plus, prélèveront leurs marges sur l’argent des cotisants.

                        Soyons clair, l’ensemble des agents qui gerent la recolte et la distribution des fonds pour les retraites coutent tres peu en regard de ce coutera la structure privée chargée du même travail... et même si ce n’etait pas le cas, il vaut cent fois mieux que les fonds confiés par les actifs offrent une activité qui est rémunéré a un service public qu’alimenter des acteurs privés qui ne rendent des comptes a personne et acquierent un pouvoir sans justification economique .


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 octobre 07:22

                        @HELIOS
                        Baisse du chômage, hausse des salaires, fin des exonérations etc
                        Tout ce que vous proposez comme solutions pour financer les retraites est incompatible avec le fait de rester dans l’ UE & l’euro.

                        Vous faites comme la Gauche, vous pleurnichez, vous couinez, et vous proposez des solutions incompatibles avec le néolibéralisme européen, mais vous ne proposez jamais d’en sortir.


                      • Eric F Eric F 30 octobre 09:58

                        @HELIOS
                        Il y a d’autres facteurs en effet que la balance démographique, comme le taux d’emploi, mais il s’agit bien en final du rapport entre le nombre de cotisants et le nombre de bénéficiaires. Augmenter les salaires est la pierre philosophale, à ceci près que nos entreprises délocalisent déjà pour trouver ailleurs de moindres couts de production, non seulement à cause des actionnaires, mais également parce que les consommateurs cherchent le prix le plus compétitif (ayant été salarié dans une entreprise high tech, j’ai été confronté au problème des délocalisations, qui achète une télé ou un smartphone au double du prix pour avoir été confectionné localement ?).
                        Les organismes de retraites complémentaires par points sont mutualistes et paritaires, ils n’ont pas été privatisés. Les dispositions « par capitalisation » intéresseraient le privé, or le système par point est intrinsèquement redistributif et assure la continuité des cotisations par rapport au système actuel.


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 novembre 12:41

                        @Eric F
                        qui achète une télé ou un smartphone au double du prix pour avoir été confectionné localement ?).


                        Les gens écologistes, par exemple, de plus en plus nombreux, et qui en ont assez du « achetez/jetez ». Si nous sortions de l’ UE, il est possible de fabriquer des biens durables et réparables. Par souci de préserver les ressources de la planète et de cesser d’encombrer les déchèteries de produits à obsolescence programmée.

                        Cela créerait des emplois de réparateurs et un marché de l’occasion, comme pour les voitures. C’est ce qui se passait en France avant la mondialisation.

                        Si vous avez dans votre famille, des anciens, ils vous expliqueront que rien ne se jetait, et qu’on réparait tout. Maintenant, on jette une machine à laver le linge, en parfait état de fonctionnement, à cause d’une pièce à 1 euro, introuvable.

                        Je le sais, ça m’est arrivé, j’étais furax.
                        Et cela a du arriver à des millions d’autres gens.


                      • jesuisdesordonne jesuisdesordonne 29 octobre 19:14

                        Des « recommandations » reprises dans les GOPÉ 2019-2020 qu’il vaut mieux suivre, sous peine de payer 4,6 milliards d’euros d’amende en cas de non respect de ces GOPÉ.

                        Extrait :
                         « Ce règlement qui a été complété le même jour, le 16 novembre 2011, par le 1173/2011, explicite l’amende de 0,2 % du PIB sous forme de dépôt en cas de non-respect des GOPÉ. Pour la France, le dépôt est de l’ordre de 4,6 milliards d’euros et ne sera restitué que si les réformes sont mises en œuvre. Ce sont donc de facto des obligations. »

                        Lu sous
                        https://www.upr.fr/actualite/fin-de-la-plaisanterie-mediatique-du-barrage-a-macron-lors-des-elections-europeennes-la-politique-economique-et-sociale-de-la-france-pour-2019-2020-est-sortie/


                        • Eric F Eric F 29 octobre 21:01

                          @jesuisdesordonne
                          Ce sont des lignes directrices destinées à une coordination des politiques économiques, il y a des « avertissements » en cas de dérive, mais ça se négocie, la France a par exemple obtenu l’autorisation pour 2018 de dépasser à nouveau les 3% de déficit budgétaire. La France a eu des « avertissements », mais pas d’amende sur ce domaine, dont les dirigeants européens savent que cela produirait un rejet supplémentaire dans la population.
                          Par contre, il y a eu des amendes suite à décisions de la cour de justice européenne pour des incompatibilité par rapports à des dispositions européennes, par exemple concernant la fiscalité des dividendes des filiales étrangères -mais quand on voit les paradis fiscaux en UE, j’espère qu’on n’a pas réellement payé sur ce thème-.


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 octobre 21:19

                          @Eric F
                          Oui, cela se négocie, à condition de revenir dans les clous dans les deux ans qui suivent. Bien sûr que nous payons des amendes ! Nous avons payé 10 millions d’euros pour avoir tardé à transcrire une directive sur les OGM.


                        • INsoMnia INsoMnia 29 octobre 19:51

                          Alain Alain,

                          « Il a beau dire « je veux aller au bout de cette réforme », lui tout seul ! »

                          « Il ne sait pas ni où il va ni comment ni pourquoi. Sinon il serait plus modeste devant la tâche à accomplir. »

                          Sa tâche est celle de flinguer le peuple !

                          Cfdt en tête & Cie vérolée de l’intérieure depuis longtemps.

                          Je lui souhaite un avenir très sombre et que son âme aille périr en enfer, là d’où il vient.


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 octobre 21:07

                            Macron est bien obligé de mettre en oeuvre la réforme des retraites ! Il ne veut pas sortir la France de l’ UE. Donc, il applique la feuille de route de la Commission européenne. Et il y a écrit au chapitre 15 :

                            15)La réforme prévue du système de retraite pourrait aider à alléger la dette publique à moyen terme et réduire ainsi les risques pesant sur sa soutenabilité. L’équilibre budgétaire du système de retraite dépend fortement deshypothèses macroéconomiques. Selon le tout dernier rapport annuel du Conseil d’orientation des retraites, les dépenses de retraite représentaient 13,8% du PIB en 2017 ; elles devraient en représenter 13,5% en 2022, avant d’évoluer dans une fourchette comprise entre 11,6% et 14,4% à l’horizon 2070, suivant le taux de croissance retenu pour l’évolution dans le temps du PIB et de l’emploi. Plus de 40 régimes de retraite coexistent en France. Ils concernent des catégories de travailleurs différentes et fonctionnent selon des règles qui leur sont propres. Un projet de loi, attendu avant la fin de l’année, devrait uniformiser progressivement les règles de ces régimes, en vue de simplifier le fonctionnement du système de retraite, notamment pour améliorer sa transparence, son équité et son efficacité


                            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 octobre 21:15

                              Les GOPé, ce sont les Grandes Orientations de Politique économique, publiées chaque année, pour chaque pays européen.

                              Feuille de route pour la France 2019/ 2020


                              Et ceux qui veillent au suivi des réformes, ce sont des fonctionnaires à Bruxelles.

                              « Les vrais maitres de la France ».


                              • ribouldingue ribouldingue 30 octobre 00:00

                                La sécurité sociale donc la retraite par répartition est amenée à disparaître, tout comme les services publics d’ailleurs. Et que les citoyens sont condamnés à travailler jusque leur mort pour engraisser des actionnaires. Alors, autant arrêter tout de suite de payer des impôts qui serviront à l’avenir, non plus, à rendre un service aux usagers effectués par des fonctionnaires dévoués, comme cela se faisait dans l’ancien monde. Et puisque désormais, dans le nouveau monde, les impôts servent à payer des gueuletons à des feignasses qui se goinfrent aux homards, arrosés de champagne et de bouteilles de pinard à des prix défiant toutes concurrences payés sur le dos de la bête. Le plus simple serait : Travailleurs ! Travailleuses ! Travaillons au noir et faisons comme les copains mauvais payeurs qui s’en battent les baloches de la retraite et des impôts puisque ce sont des évadés fiscaux. Prenons en de la graine ne payons plus rien à l’état et envoyons notre pognon discrètement dans des paradis fiscaux. Et comme disait un autre de l’ancien monde. « La France tu l’aimes ou tu la quittes » On la quitte pour la Suisse avec nos petites caissettes noires sous le manteau, là où on peut planquer son fric sans avoir de comptes à rendre à notre seigneur.


                                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 octobre 07:36

                                  @ribouldingue
                                  Bien sûr, tout le modèle social français issu de CNR va passer à la moulinette. 
                                  Il pèse sur les salaires, et au regard de la logique néolibérale, il est un frein à « la sacro sainte compétitivité ».

                                  Mais qui impose cette logique néolibérales ?
                                  Les Traités européens. Et qui a imposé les Traités européens ? Les 1%.
                                  Annie Lacroix Riz : « Des origines de l’ UE au temps présents »

                                  Que des gens qui se disent de Gauche, s’accrochent à l’ UE & à l’euro comme des moules au rocher, devient très inquiétant sur le niveau culturel de la Gauche.


                                • chantecler chantecler 30 octobre 07:53

                                  @Fifi Brind_acier
                                  "Que des gens qui se disent de Gauche, s’accrochent à l’ UE & à l’euro comme des moules au rocher, devient très inquiétant sur le niveau culturel de la Gauche.

                                  « 
                                  Purée , toi et tes attaques systématiques de la »gauche« , t’es vraiment pénible .
                                  Le plus marrant c’est que dans le même commentaire tu cites Annie L.R qui est communiste .
                                  Elle aussi est de »gauche" , je pense ...Même extrême gauche, il me semble ...
                                  De la même façon le Programme National de la Résistance que tu cites sans arrêt est d’origine communiste , concession gaulliste de la droite après la guerre qui avait à se faire pardonner pour raison collaborative et vichyssoise ,et aussi pour stopper l’influence soviétique redoutée dans les années 45 ..
                                  Mais bonjour la cohérence de ta part.
                                  Enfin si tu veux nous faire savoir que l’UPR se situe résolument à droite , c’est réussi .
                                  Et au moins c’est acté .


                                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 octobre 09:44

                                  @chantecler

                                  Que de pleurnicheries ! C’est aussi ce que disent les militants du FN quand l’UPR les critique et explique que le FN est « L’épouvantail médiatique du pouvoir » !

                                  C’est parce que je suis de Gauche que je critique ce qu’elle est devenue, le dernier rempart du capitalisme. La Gauche social démocrate est une option du capitalisme, quand la Droite n’arrive plus à gouverner comme avant.
                                  Mitterrand en est le symbole.

                                  Bien sûr que je soutiens les analyses d’Annie Lacroix Riz et ses analyses marxistes !
                                  Elle fait des analyses du capitalisme en termes de lutte des classes, ce que la Gauche Terra Nova et euro atlantiste ne fait plus.
                                  Y compris les Partis qui se disent d’Extrême Gauche, comme la FI, le NPA ou LO.

                                  Asselineau aussi, apprécie beaucoup Annie Lacroix Riz, elle a été invitée à une Université de l’ UPR pour expliquer les origines de la construction européenne, si vous voulez tout savoir. Et le programme de l’ UPR est copié sur celui du CNR.
                                  Si cela vous ennuie, c’est très bien.


                                • Loatse Loatse 30 octobre 09:55

                                  Je peux comprendre que chacun cherche à préserver ses avantages acquis mais voilà, sauf à être de mauvaise foi, il faut bien admettre que notre système de retraite par répartition a tout du système de ponzi...

                                  et donc qu’à moyen ou long terme il n’est pas viable.

                                  A l’heure actuelle, nous en sommes à 1,7 ou 1,5 actif pour régler la pension d’un retraité...

                                  Si ce système par répartition avait garanti simplement dés sa mise en place un minimum vital moins élevé (ce qu’il adviendra tot au tard), à charge pour l’actif de cotiser à un système retraite privé ou faire des placements, s’il n’y avait pas eu et maintenu ces régimes spécifiques (départs anticipés, non alignement du public sur le privé) nous n’en serions pas là...

                                  Certains disent mais j’ai cotisé ! oubliant qu’il a cotisé pour ses ainés...or, même en cotisant pendant 40 ans, s’il avait cotisé pour lui même, il ne pourrait les 40 années suivantes percevoir avec cette somme, la pension qui lui est versée... surtout quand cette pension avoisine (nos ainés fonctionnaires) les 100% de l’ancien salaire.

                                  Après nous le déluge ! semblait être la devise de ceux qui ont mis en place ce système... qui a atteint ses limites et se doit d’être réformé ou s’il est maintenu s’éffondrer comme un chateau de cartes, brutalement en atteignant son point de rupture.

                                  Déjà Il n’est pas possible ni même souhaitable d’augmenter ces cotisations sauf à entrainer une perte de pouvoir d’achat pour les cotisants, se repercutant sur les entreprises.

                                  Les jeunes générations conscientes du problème à venir s’efforcent pour beaucoup à anticiper et acquérir un bien immobilier (ce n’est pas un hasard si les taux d’emprunt sont faibles et qu’il est possible d’acheter sans apport)... ce qui réduira d’autant les durées des aides au logement et donc les cotisations des futurs salariés.

                                  Déjà pour garantir le plafond sécu des retraités actuels (1700 euros) leurs descendants se doivent de travailler plus longtemps que leurs ainés qui ont pu partir à 55 ou 60 ans.

                                  Réduire les cotisations sociales c’est aussi faciliter l’embauche et permettre une revalorisation du salaire minimum (smic). Evidemment je ne parle pas des grands groupes, mais des nombreuses petites entreprises qui croulent sous les charges et mettent la clef sous la porte.


                                  • njama njama 30 octobre 10:41

                                    @Loatse

                                    Le système par capitalisation est-il mieux ? En Angleterre comme aux États-Unis de nombreux retraités sont obligés de trouver de petits boulots d’appoint car leur pensions sont insuffisantes.

                                    "Avec la faillite d’Enron, 20.000 personnes de l’entreprise perdirent leur emploi et plusieurs centaines de millions de dollars constituant l’essentiel de fonds de pension, donc la retraite de milliers d’américains partirent en fumée."

                                    https://www.piloter.org/gouvernance-entreprise/enron.htm


                                  • JC_Lavau JC_Lavau 30 octobre 10:57

                                    @njama. Pas grave, puisqu’on peut tirer l’immeuble où il y avait les documents de l’enquête sur ENRON et d’autres scandales financiers similaires.
                                    Qui a donné l’ordre de tirer l’immeuble ? Oh pas grave ! Larry Silverstein.


                                  • sweach 30 octobre 13:49

                                    @Loatse
                                    *Certains disent mais j’ai cotisé ! oubliant qu’il a cotisé pour ses ainés...or, même en cotisant pendant 40 ans, s’il avait cotisé pour lui même, il ne pourrait les 40 années suivantes percevoir avec cette somme, la pension qui lui est versée.*
                                    L’argument demande à être vérifier.

                                    En tenant compte du nombre d’actif par retraité et également en tenant compte du fait que la période active est supérieur à la période de retraite, l’argument a peu de chance de tenir.

                                    Ton exemple illustre parfaitement la force d’une retraite par répartissions par rapport à une retraite par capitalisation.

                                    Aujourd’hui si nous sommes moins d’actif, il faut augmenter les cotisations ou bien trouver d’autres source de financement comme taxer sur échange boursier, les importations, les robots.

                                    Mettre en place un system par capitalisation est ce qu’on peut faire de plus injuste.


                                  • Coriosolite 30 octobre 20:16

                                    @njama
                                    Bonjour,
                                    Il existe d’autres systèmes de retraite que ceux par répartition ou par capitalisation.
                                    Renseignez-vous sur le système danois, entre autres.

                                    http://adfe.dk/le-systeme-des-retraites-au-danemark/

                                    https://www.la-retraite-en-clair.fr/retraite-france-monde/retraite-europe


                                  • hans-de-lunéville 1er novembre 11:54

                                    @Coriosolite
                                    J’ai regardé votre lien sur les retraites en Europe, ce n’est pas exact, en Belgique le retraite peut être prise à 61 ans sous condition de la date du premier emploi, en Hollande ( pas sur ce site et pour cause...) la retraite est presque universelle:1500 ros, le complément c’est soit l’entreprise qui a créé une fondation ou la personne qui paye son assurance pension. Mais tout le monde touche au moins 1500 ros.


                                  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 30 octobre 11:11

                                    je n’aurai aucune forme de faiblesse ou de complaisance

                                    ......

                                    Macron, ce type est un provocateur pathétique, arrogant.

                                    IL oublie que lui-même pour gagner l’élection de 2017, il a largement profité de la complaisance et du soutien de beaucoup de personnes.

                                    Sa haine du peuple et sa tendance maladive pour le mensonge commencent par devenir abominable .

                                    La loge de la fraternité verte commence par devenir détestable.




                                    • sweach 30 octobre 13:35

                                      Cette réforme n’est toujours pas une bonne solution aux problèmes des retraites.

                                      Actuellement on commence à travailler à 22 ans et 7 mois et on part à la retraite à 62 ans et 8 mois.

                                      On pourrait donc croire qu’on travail 40 ans et 1 mois, mais ça serait faire abstraction du chômage qui touche 9% de la population, donc on peut descendre ce chiffre à 36 ans et 6 mois en moyenne.

                                      Actuellement notre system nous réclame 172 trimestres soit 43 ans, donc en étant le plus basique du monde il manque en moyenne 6 ans et 6 mois, (2 ans et 11 mois si on néglige le chômage)

                                      Il existe différentes solutions :

                                      1) On augmente l’age de départ à la retraite, mais cette solution fait abstraction du chômage des seniors, puis demander de partir plus tard et partir réellement plus tard sont deux choses différentes.

                                      2) On augmente la duré de cotisation, mais cela aura pour conséquence d’augmenter encore le nombre d’année manquante, sans forcement augmenter les durée de cotisation, avec pour conséquence une chute des retraites.

                                      3) Réduire le niveau des retraites, une solution injuste qui tirerait une balle dans le pied du gouvernement, car l’économie à besoin qu’on dépense hors les retraités sont les champions.

                                      4) Commencer à cotiser plus jeunes, une piste qui n’a jamais été exploité.

                                      5) Rattraper les années perdu, actuellement limité à 12 trimestre, le coût est prohibitif, il serait pourtant simple de le rentre plus attractif.

                                      6) Augmenter les cotisations, bizarrement cette piste n’est jamais évoqué, ça serait pourtant la solution la plus efficace.

                                      Aujourd’hui nous avons plus+ d’étudiants, de chômeurs et il est presque impossible d’arriver aux 172 trimestres, c’est des solutions viable à ça qu’il faut proposer et non un system du chacun pour soi avec des retraites par capitalisation.


                                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 octobre 19:51

                                        @sweach
                                        La bonne solution, Macron la connait, c’est celle qui va lui permettre d’économiser 5 milliards d’euros chaque année...


                                      • sweach 31 octobre 09:51

                                        @Fifi Brind_acier
                                        *La bonne solution, Macron la connait, c’est celle qui va lui permettre d’économiser 5 milliards d’euros chaque année...*
                                        En réalité enlever 5 milliards par an dans l’économie des retraités ferait chuter le PIB de plusieurs point et le manque de recette engendré serait supérieur pour l’état par rapport à cette « économie »

                                        Retirer 5 milliard sur les retraites c’est retirer 5 milliard dans l’économie réel, les répercutions seraient 3 fois plus grande.

                                        Faire une réforme des retraites pour aller vers un system plus juste et qui fonctionne économiquement pourquoi pas, mais ce n’est clairement pas le chemin de cette réforme qui comme toutes les précédentes nous propose une situation pire après que avant.

                                        Cette réforme ne va pas résoudre mon problème de cotisation, il me manque actuellement 2 ans et si ma carrière subis des troues ou un arrêt prématuré ce chiffre ne peut que monter sans aucune possibilité viable d’y remédier.

                                        Augmenter les cotisations est le seul moyen de rendre les retraites viable, quitte à laisser un libre choix pour pouvoir rattraper le retard.
                                        Pour ma part 2 ans de retard ça ferait une augmentation de 8,7% de mes cotisations pour combler le manque à gagner.

                                        Vue que nos retraites par répartissions sont dépendante du taux d’emploi, il faut mettre en place d’autres mécanismes pour aller chercher des revenus ailleurs quand l’emploi est en déclin, une action mécanique si le chômage monte les taxes montent et si il baisse les taxes baissent.


                                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 novembre 12:48

                                        @sweach
                                        Augmenter les cotisations est le seul moyen de rendre les retraites viable, quitte à laisser un libre choix pour pouvoir rattraper le retard.

                                        C’est tomber dans le piège de la logique libérale qui nous est proposé.

                                        On peut trouver de l’argent ailleurs.
                                        Dans les paradis fiscaux, dans l’argent versé au budget de l’UE, dans la fin du CICE, dans le retour à l’ISF, en diminuant les nombre de députés et de sénateurs, etc


                                      • sweach 5 novembre 18:32

                                        @Fifi Brind_acier
                                        *C’est tomber dans le piège de la logique libérale qui nous est proposé.*
                                        Je ne précise pas qui doit payer ces cotisations ^^

                                        C’est évidemment le Patronnat et la Finances qui doit participer d’avantage.

                                        Je le redit il n’y a qu’une seul chose à changer c’est la suppression pur et simple de la mission d’état : « Remboursements et dégrèvements sur impôts d’État »

                                        Pas besoin de modifier nos taux d’impositions, il suffi juste que l’état arrête de rendre l’argent aux riches (prit d’une main et rendu de l’autre.)

                                        Après avec l’automatisation, il est évident que toutes notre économie solidaire ne peut pas reposer que sur les salariés.


                                      • zygzornifle zygzornifle 30 octobre 17:00

                                        A en croire le gouvernement la retraite serait une maladie honteuse .....


                                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 octobre 19:56

                                          @zygzornifle
                                          Quand on voit des retraités en Allemagne ou aux USA travailler jusqu’à point d’âge pour survivre, on comprend tout le charme des retraites par capitalisation...
                                          Surtout avec des taux négatifs, les fonds de pension vont leur donner des clopinettes.


                                        • germon germon 31 octobre 08:28

                                          Bonjour à tous,

                                          CONCLUSION ?

                                          Une seule revendication : RÉVOCATION pour tous les membres du gouvernement avec perte de TOUS leurs droits et avantages acquis.

                                          Inclure tous les EX-PRÉSIDENTS et les membres de leur gouvernement.

                                          Oui, je sais, je suis ..... (tout ce que vous voulez)



                                          • wpjo 31 octobre 23:27

                                            Le gouvernement ferait bien d’organiser un referendum sur la reforme des retraites en posant les trois questions suivantes :

                                            - (1) est-ce que vous êtes pour un régime unique de retraite ?

                                            - (2) doit-on faire exception pour les régimes actuels qui ne sont pas déficitaires ?

                                            - (3) estimez-vous qu’un emploi précaire doit être compensé par des cotisations retraite plus élevées à la charge de l’employeur, ou, par un départ anticipé à la charge de la société ?


                                            • Lugsama Lugsama 1er novembre 12:51

                                              @wpjo

                                              Doit-on supprimer les régimes spéciaux ? On co’nait déjà la réponse donc la question ne sera pas réclamé par les syndicats.

                                              Sinon l’article oppose retraite a point et par répartition, c’est dire le niveau affligeant de l’auteur qui ne sait même pas de quoi il parle..


                                            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 novembre 13:06

                                              @Lugsama
                                              Si, si on sait ! Les sondages disent que les Français sont opposés aux statuts spéciaux par « souci d’égalité ». Mais les sondages n’ont pas posé la question subsidiaire : « Voulez vous une égalité par le haut, ou un laminage par le bas ?? »

                                              Macron et la Commission européenne ont répondu par avance :
                                              « Laminage par le bas, il faut économiser 5 milliards par an ! »

                                              Pas besoin de faire un référendum sur la question, la réponse est déjà connue, on va noyer le poisson dans ce que préfère Jupiter : « un Grand Débat ». On va demander l’avis des français sur les décisions qui sont déjà prises !

                                              Quand les Grecs ont répondu non, au referendum sur l’austérité, Junker leur a répondu « qu’il n’y avait pas de choix démocratiques contre les Traités européens ».
                                              Et le gouvernement de Tsipras a mis en route le programme d’austérité.

                                              Les grecs viennent de répondre à Tsipras et Syriza, par un coup de pied au cul d’anthologie aux dernières élections législatives ! Mais le mal est fait.
                                              Fallait pas voter pour un candidat européiste.


                                            • Alain Alain Alain Alain 4 novembre 11:20

                                              @Lugsama

                                              "c’est dire le niveau affligeant de l’auteur qui ne sait même pas de quoi il parle..

                                              "

                                              Ce qui est proposé est la mise en place d’une retraite par points et donc la seule comparaison à faire est bien avec le système actuel de retraite par répartition. Il existe des variantes ou le système régi par le privé, les fonds de pension. Mais pour l’instant il n’y a pas d’autre choix proposé en France, répartition ou par points.
                                              Dernière chose il est possible d’unifier les systèmes de retraite dans le régime par répartition. Donc si l’objectif du gouvernement est bien là, ce n’est pas le sujet du débat actuel.

                                              Je suis toujours prêt à apprendre, même si je n’apprécie pas toujours qu’on me donne des leçons.

                                               Winston Churchill,

                                              Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt. Proverbe chinois.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès