• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Jacques Marseille, libéral… et révolutionnaire ?

Jacques Marseille, libéral… et révolutionnaire ?

Il vient de disparaître à soixante-quatre ans. Connu pour ses positions tranchées, Jacques Marseille était à la fois observateur et force de proposition. Radical, il n’hésitait pas à révolutionner les perspectives économiques et sociales. Pour preuve, l’allocation universelle à 750 euros par mois pour tout le monde inconditionnellement.

Marseille à Paris. Ce n’est pas midi à quatorze heures pourtant.
Ni un match de foot OM-PSG.
 
C’est juste que l’historien de l’économie était parisien... L’un des promoteurs qui a le mieux argumenté l’allocation universelle pour tous les Français. « Une voie libérale vers le communisme, en somme ! » reconnaissait-il.
 
Libéral
 
Il avait de zélés adversaires. Peut-être étaient-ce ses anciens camarades du parti communiste ? On lui contestait son militantisme anti-syndicats, son intransigeance face aux abus de l’État, son souhait d’un monde qui encouragerait un peu plus l’initiative privée.
 
Les plus médisants pointaient même sur sa supposée avarice que rien de tangent n’a pu confirmer. Sur ses émoluments de professeur d’histoire économique et sociale à la Sorbonne (la chaire de Marc Bloch) dont les cent vingt-huit heures annuelles de cours (penser quand même aux heures pour les préparer) lui donnaient quelques créneaux horaires pour rédiger des bouquins, et aller dans les médias, des chroniques au "Point", à "L’Expansion", aux "Échos", des prestations sur Europe 1 et sur France 5 ("C dans l’air") entre autres, des activités qui pouvaient apporter un peu de beurre à ses épinards et une visibilité accrue de ses réflexions.
 
Inféodé au pouvoir ?
 
Bon, c’est vrai que Jacques Marseille n’avait jamais caché ses idées, qu’il professait moins d’État et mieux d’État. Mais de là à dire qu’il était inféodé au pouvoir en place, c’est se tromper sur ce qu’on pourrait appeler des intellectuels qui réfléchissent à voix haute. Leur ego est bien trop grand pour se résoudre à avaler sans raison des couleuvres de la pensée. Leurs réflexions les placent dans le rôle (enviable) de l’observateur, pas de l’acteur. Jacques Marseille avait ainsi condamné le simpliste slogan de campagne de Nicolas Sarkozy « Travailler plus pour gagner plus » qu’il assimilait à « un slogan datant manifestement du siècle dernier » et préférait le slogan : « vivre mieux » (quel que soit le travailler : plus, moins, autant) assez similaire à celui des défenseurs de la décroissance.
 
Dysfonctionnements
 
Jacques Marseille était surtout connu pour avoir pointé du doigt le fameux "Mal français" d’Alain Peyrefitte comme d’autres, comme Nicolas Bavarez ou Éric Le Boucher.
 
Pour Jacques Marseille, l’élection de 2007 était l’un des huit rendez-vous cruciaux de l’histoire de France : « après le choix de l’État contre les féodalités, celui de la tolérance religieuse contre le fanatisme, de l’ordre contre les privilèges, des institutions stables contre le désordre (Napoléon), le choix du marché contre le paupérisme (Napoléon III), celui de la résistance contre l’accommodement (De Gaulle), du grand large contre la nostalgie coloniale (encore De Gaulle), et le choix du courage contre l’égoïsme ». Là, on pourrait dire qu’il avait un peu exagéré.
 
L’un de ses derniers bouquins, paru avant l’élection présidentielle, précisait clairement son contenu avec son titre : "Les 100 chiffres pour ne pas voter nul en 2007".
 
L’objectif était de faire un état des lieux de la situation économique et sociale du pays qui pouvait un peu étonner. Certes, il y a eu des évolutions depuis trois ans, mais Jacques Marseille donnait quelques critères intéressants.
 
Par exemple, au lieu de parler du nombre de demandeurs d’emploi par nombre d’actifs, il vaudrait mieux calculer le rapport du nombre de demandeurs d’emploi sur le nombre des actifs tributaires de la conjoncture, à savoir les travailleurs du privé, en éliminant les sept millions de fonctionnaires ou assimilés (dont il était en tant qu’universitaire) qui, eux, n’ont pas à craindre de perdre leur emploi (même s’il peut y avoir d’autres problèmes). Et par conséquent, ce taux monterait non pas à 10% mais à plus de 20% ! Ceux qui, soumis au secteur marchand, recherchent un travail. Les 20% datent de 2007, nul doute que la crise aura fait exploser ce taux.
 
Jacques Marseille pestait aussi contre la fierté de d’affirmer que la France a une productivité horaire élevée : c’est vrai, mais par rapport aux autres pays, il y a beaucoup moins de gens qui travaillent en France, notamment entre 55-64 ans, seulement un tiers au lieu de la moitié ou des deux tiers dans d’autres pays européens.
 
Promoteur de l’allocation universelle
 
Jacques Marseille était cependant partisan d’une mesure radicale et révolutionnaire : l’allocation universelle. Verser 750 euros par mois à tous les Français âgés de plus de 18 ans et la moitié de la naissance à 18 ans. Les allocations familiales, c’est nettement moins que 375 euros : 120 euros par enfant par mois au-delà du deuxième enfant. Les bourses pour lycéens ou étudiants, c’est 400 euros, soit nettement moins que les 750 euros par mois. Cette prestation coûterait 510 milliards d’euros. Elle permettrait pour un couple de smicards de recevoir chaque mois pas 2000 euros nets mais 3500 euros net par mois.
 
Elle serait financée par la suppression de toutes les prestations sociales, y compris le système des retraites par répartition qui aurait, en 2050, 10 cotisants pour 8 retraités (en 1980, 4 cotisants pour 1 retraité et en 1945, 15 cotisants pour 1 retraité). Ce système se transformerait alors en système par capitalisation PLUS cette allocation universelle qui avantagerait les moins aisés et encouragerait à travailler (malgré le droit à ce revenu inconditionnel).
 
Seules, les prestations d’assurance maladie resteraient maintenues (de l’ordre de 160 milliards d’euros), ce qui augmenterait globalement de seulement 16% les dépenses de protection sociale, hausse qui pourrait être compensée par les économies réalisées par l’État dans la suppression de tous les dispositifs sociaux.
 
Bref, l’instauration d’une telle allocation ne coûterait pas plus cher. Sa démonstration développée dans un de ses livres paraît être assez convaincante.
 
Il est sûr que cette idée devrait être remise à jour, notamment pour la rendre compatible avec le financement de la dépendance (prochain dossier après les retraites) et sécuriser une retraite par capitalisation des risques que la crise financière a fait apparaître au grand jour.
 
Contre les idées simplistes
 
Jacques Marseille était contre les solutions simplistes consistant à prendre aux riches l’argent et le redistribuer aux pauvres.
 
Avec une petite démonstration mathématique assez facile à saisir : les 40 patrons du CAC 40 gagnent à eux seuls 200 millions d’euros par an (enfin, en 2007, sûrement plus aujourd’hui… Henri Proglio ferait "pâle figure" dans ce petit cercle). Si l’on voulait les redistribuer aux plus pauvres (en 2007, près de 4 millions de personnes sont en dessous du seuil de pauvreté), alors chaque "pauvre" n’aurait annuellement que… cinquante euros supplémentaires. Pas de quoi résoudre les choses. Alors que l’allocation universelle, elle, est un dispositif innovant qui accroîtrait notablement les plus bas revenus.
 
Dernier combat
 
Enfin, jusqu’à ce jeudi 4 mars 2010 matin, Jacques Marseille était également contre le cancer, pas seulement ce « cancer qui ronge le pseudo-modèle social français » (incohérences des interactions entre l’État et le secteur marchand) mais également le vrai, celui qui mine et abat même les hommes de soixante-quatre ans au sommet de leur art.
 
 
 
Sylvain Rakotoarison (5 mars 2010)
 
 
Pour aller plus loin :
 
 
 
 
 
 
 
 

Documents joints à cet article

Jacques Marseille, libéral… et révolutionnaire ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.03/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

118 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 5 mars 2010 10:03

    Jacques Marseille était bien conscient du fait que l’instauration de l’Allocation Universelle, en tant que mesure d’urgence immédiate de solidarité et de justice sociales, ne pouvait être qu’une étape transitoire puisqu’elle ne pouvait être financée, en l’état, que par des prélèvements fiscaux et parafiscaux sur l’économie.

    En conséquence, l’Allocation Universelle devrait, à terme, être remplacée par le Dividende Universel dont le financement serait autonome car résultant d’un puissant effort d’épargne investie dans l’économie de marché et gérée solidairement par la collectivité des citoyens.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 mars 2010 16:03
      @ JPL : 

      Une bonne idée bien mal ficelée... On ne reglera pas cette question ici, n’est-ce pas ?


      http://nouvellesociete.wordpress.com/2005/02/07/t11-le-revenu-garanti/


      Pierre JC Allard

    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 5 mars 2010 17:43

      Pierre JC Allard (xxx.xxx.xxx.25) 5 mars 16:03 


      « Une bonne idée bien mal ficelée... »

      Pouvez-vous développer vos arguments ?


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2010 13:00

      Le lien est là pour ça. Je refére à un texte où je présente la notion de revenu/travail garanti comme la clef de voute d’une reforme du travail. Les autres textes de cette section de mon site la mette en contexte. Difficile de développer davantage mes arguments que dans ces 42 textes qui sont l’équivalent d’un petit bouquin et sur lesquels je serais heureux d’avoir vos commentaires. 


      Mon jugement sur l’allocation mensuelle que proposait Marseille est bien lapidaire.... parce qu’il traduit exactement ma pensée : Il m’apparait bien réducteur de présenter le revenu garanti comme simplement une forme d’assistanat type « crédit social » remplaçant les autres formes d’assistanat. Réducteur au point d’en être nuisible. Je dirais ... une bonne idée mal ficelée.
      PJCA

    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 6 mars 2010 15:51

      Pierre JC Allard (xxx.xxx.xxx.24) 6 mars 13:00 

      « Le lien est là pour ça ».
      J’ai lu le texte en question.

      "Je refére à un texte où je présente la notion de revenu/travail garanti comme la clef de voute d’une reforme du travail« .
      Vous en restez au niveau du principe.

       »Les autres textes de cette section de mon site la mette en contexte. Difficile de développer davantage mes arguments que dans ces 42 textes qui sont l’équivalent d’un petit bouquin et sur lesquels je serais heureux d’avoir vos commentaires« .
      Parmi ces 42 textes, quel est celui traitant des modalités de financement de »votre" Revenu Garanti ? Car, sans financement, l’idée ne peut que rester en l’état.

      "Mon jugement sur l’allocation mensuelle que proposait Marseille est bien lapidaire.... parce qu’il traduit exactement ma pensée : Il m’apparait bien réducteur de présenter le revenu garanti comme simplement une forme d’assistanat type « crédit social » remplaçant les autres formes d’assistanat. Réducteur au point d’en être nuisible. Je dirais ... une bonne idée mal ficelée« .

      Pour le financement de »son« Allocation Universelle, Jacques Marseille entendait regrouper tous les financements déjà existants pour le paiement des actuelles »prestations sociales« , au sens le plus large, dont la source provenait de prélèvements fiscaux et parafiscaux sur l’économie.

      D’où, à terme, la nécessité de remplacer l’Allocation Universelle par le Dividende Universel fruit d’un effort d’épargne soutenu pour constituer des capitaux autonomes, indépendants de tous prélèvements fiscaux ou parafiscaux sur l’économie, gérés solidairement par une représentation démocratiquement élue ( »politiques exclus) de la collectivité nationale qui investirait ces capitaux dans l’économie de marché afin d’en générer ledit Dividende Universel.


    • LE CHAT LE CHAT 5 mars 2010 10:39

      yves Calvi a eu un petit mot pour lui hier soir , il va nous manquer dans C dans l’air , tant il etait caricaturalement représentatif de la pensée ultralibérale !


      • Fergus Fergus 5 mars 2010 10:56

        La mort prématurée d’un homme est toujours un drame pour ses proches et suscite chez les autres une compassion très naturelle. Celle d’un économiste comme Jacques Marseille, converti aux pires excès du libéralisme, ne tirera en revanche ni larmes ni regrets dans les classes populaires victimes de ces excès. Jacques Marseille avait certes quelque peu infléchi ses certitudes libérales depuis 2008, mais il laissera l’image d’un homme ayant trahi ses convictions d’origine !


        • Gabriel Gabriel 5 mars 2010 10:57

          Je doute que ce genre d’expert capable de dire demain pourquoi ce qu’il a dit hier n’est pas arrivé aujourd’hui nous manque. J’espère pour lui que l’endroit où il est maintenant est plus social et altruisme que les idées qu’il défendait.


          • le naif le naif 5 mars 2010 11:04

            J’ai toujours adoré les libéraux fonctionnaires, jamais compris qu’on puisse laisser enseigner des gens qui vouent une telle haine à l’état dans nos universités.


            • Augustule pipo 5 mars 2010 17:25

              @ le naif

              "jamais compris qu’on puisse laisser enseigner des gens qui vouent une telle haine à l’état dans nos universités"

              Tu trouveras précisément la réponse dans le livre La Stratégie du Choc de Naomi Klein.
              Le film vient de sortir également.


            • ASINUS 5 mars 2010 11:19

              professeur émerite payé 7500 e par mois pour 8 heure de cours
              et donnant la leçons au « petit fonctionnaire » ou autre je l ai vus tancer une mere de famille emargeant a 1750 e a la poste et la traitant de nantie ,
               la mort de l homme ne concerne que son cercle proche ,
              la mort de l economistre liberal me fais lui souhaiter « un monde meilleur déregulé »


              • ASINUS 5 mars 2010 13:02

                le choquant n etait pasle montant de son salaire cher pascal vincent mais sa provenance eu egard au discour qu il professait
                 pour etre un insignifiant ouvrier a 1800e je sais encore ce qu est « la rigueur morale » 


              • drlapiano 5 mars 2010 11:21

                « Représentant caricatural de la pensée ultralibérale »« ... LE CHAT, lui, sait combien c’est mal !
                 »Un pourri de moins« ... »foufouille" s’élève de plus en plus !

                Ce sont les représentants (il payent là pour tous les autres) caricaturaux de la purulence utra-facho (je vais te contraindre à faire ce que tu n’as pas envie de faire, mais que je veux que tu fasse) , néo-pétainiste ( ce capitalisme mondialisé qui ruine nos petites industries, notre agriculture familiale et qui détruit la terre que nous ont léguée nos ancêtres) qui dégouline en permanence sur Agoravox.

                A la longue, c’est vraiment a vomir ... et à force de se congratuler les uns les autres dans leur petits marigot ça ruine tout échange, tout partage ...

                Mais de l’échange et du partage ils n’en veulent pas ... puisque c’est l’essence même du capitalisme honni !


                • foufouille foufouille 5 mars 2010 11:53

                  quel partage ?
                  vendre les autoroute paye par les francais a tes potes ?


                • Ronald Thatcher xavier Orvaf 5 mars 2010 11:22

                  Comme dans un corps malade (l’ultralibéralisme), les cellules les plus faibles (d’esprit) meurrent.
                  A qui le tour !


                  • drlapiano 5 mars 2010 11:27

                    Oui, le temps d’écrire ma réaction, la liste s’est alongée de
                    ASINUS (le bien nommé) ; le naif (tout en nuance), tominarus45, FERGUS... enfin finalement tous rejoignent la cohorte des ultra-facho, néo-pétainistes pleins de bonne conscience et bardé de leur certitude inébranlables d’amis du peuple.

                    Quand je disais que ça dégoulinait !


                    • le naif le naif 5 mars 2010 11:42

                      @ drlapiano

                      Bonjour,

                      Hier, je me suis fais traiter de négationniste, aujourd’hui par vos soins d’ultra-facho, néo-pétainistes... Je ne désespère pas de me faire traiter de nazi avant la fin de la soirée......

                      Le moins que l’on puisse dire, c’est que vous au moins ne faites pas dans la nuance.

                      Salutations


                    • ASINUS 5 mars 2010 13:11

                      C e que je conteste a votre
                      Economiste n est pas d avoir tenu un discour liberal mais D OU ? il le tenait qu un createur d entreprise « il en reste » un capitaine d industrie « s il en reste » un professant liberal me tienne
                      ce discour je ne lui contesterais pas la legitimité a le tenir mais ce fonctionnaire des hautes spheres accapareur typique de l ascenseur social pour lui et les siens « j entend ses pareils »
                       je persiste à dire qu il professait ce type d idées en toute illegitimité morale ce qu aucun des chiens couchant de la presse n a jamais oser lui objecter.
                      Asinus : ne varietur


                    • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 5 mars 2010 11:46

                      Condamner des millions de gens au chômage et à la pauvreté, mais avec un air compatissant, voilà toute la dignité de la bonne conscience anti-libérale.

                      Marseille était une des très rares voix à sortir des sentiers battus de la pensée unique, et a proposer de vrais solutions généreuses.


                      • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 5 mars 2010 16:01

                        En quoi dénoncer le fonctionnement opaque des syndicats qui ne défendent pas les intérêts des travailleurs, mais leur seul propre intérêt, en quoi, donc, est-ce un manque de générosité ?

                        En quoi proposer une allocation universelle, est-ce un manque de générosité ?

                        En quoi proposer des solutions pour vaincre le chômage, est-ce un manque de générosité ?


                      • morice morice 5 mars 2010 11:51

                        même topo que sur l’autre papier qui lui est consacré : ce gars a fait un mal terrible à la société en ventant les mérites d« un capitalisme forcené.


                         »Jacques Marseille était contre les solutions simplistes consistant à prendre aux riches l’argent et le redistribuer aux pauvres.
                         "
                        il ne s’est jamais posé la question de pourquoi et de quel droit certains, plus riches, imposaient leurs vues aux plus pauvres : c’était bien un libéral, dans le sens on a le droit d’exploiter d’autres. Ce n’est pas un DROIT.

                        • morice morice 5 mars 2010 11:52

                          «   »Les 100 chiffres pour ne pas voter nul en 2007" ?


                          les gens ont voté nul.

                          • morice morice 5 mars 2010 11:54

                            « au sommet de leur art »


                            exploiter les autres, un domaine artistique ? Et puis encore quoi Sylvain ? Le neo-conisme ne vous suffit plus ???

                            • jps jps 5 mars 2010 12:07

                              le 5 février 2008 dans l’émission « Cdansl’air » jacques Marseille avait menti de manière éhontée. Il affirmait que l’inflation était de 14 % en 1982. Pour un économiste .... normal, il écrivait au Figaro. La réalité est la suivante : L’inflation en France

                              1979 11.0 %

                              1980 13.5 %

                              1981 13.4 %

                              1982 11.8 %

                              1983 9.6 %

                              (source le monde, Bilan le monde 2000)


                              • Marc Bruxman 5 mars 2010 12:09

                                +1

                                Un minimum de respect après un décés ne fait pas de mal. On est pas obligé de dire que le monsieur était un saint homme mais au pire, et bien on se tait.

                                Sinon effectivement on en dit long sur soi même...


                              • foufouille foufouille 5 mars 2010 12:20

                                reaction de cureton
                                un liberal aucun respect ni honneur

                                relit tes post bruxman
                                quand c’est les pauvres y s’ont qu’a se demerder


                              • goldorak 5 mars 2010 12:38

                                reaction de cureton
                                un liberal aucun respect ni honneur

                                Réaction habituelle et pavlovienne d’un minable étouffé par la jalousie sociale et la haine de tout ce qui gagne plus que ses 500 € d’allocations mensuelles... Pauvre type !
                                Un seul Jacques Marseille valait plus que 10 000 Foufouille. RIP


                              • foufouille foufouille 5 mars 2010 13:12

                                @ goldo
                                pas 500 mais plus.........
                                pour toi 5k ?

                                quand on est on est mort
                                faut rien dire sur staline ou hitler ?


                              • foufouille foufouille 5 mars 2010 13:26

                                « Un seul Jacques Marseille valait plus que 10 000 Foufouille. RIP »

                                typique de la race superieure


                              • foufouille foufouille 5 mars 2010 13:43

                                pourquoi le lendemain ?
                                liberte ?


                              • ASINUS 5 mars 2010 13:44

                                a pascal vincent pour le respect referez vous a mes premiers posts sur le sujet
                                pour le reste vous m excuserez de ne pas encenser un aparatchik universitaire
                                abondant dans le sens de la terreur economique imposée à comme vous le faites si bien remarquer le« vulgum pecum » que nous sommes nous ici en bas ,demandant certes pas les memes émoluments que vos augustes personnes
                                 mais plus justement le droit d etre compter a la meme aune.
                                Asinus:ne varietur


                              • ASINUS 5 mars 2010 13:56

                                @bruxman
                                sans aller dans certaines comparaisons déplacées , rien n interdit de faire un commentaire sur l economiste , si je convient que la mort de l homme ne concerne ses proches , vous me permettrez de me sentir concernés par la mort d un professeur d economie payé par l etat et mes impots prechants le moin d etat et le moin d impots restreignant dans son esprit la part devolue au " poids , freins , et handicap que comme ouvrier je representais pour une economie liberale idéale s autoregulant en m’eliminant
                                ou me rendant encore plus esclave.


                              • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 6 mars 2010 02:29

                                « Je rappelle à tous que cet homme vient de mourir »

                                Ca ne nous avait pas échappé, rassurez-vous. Nous le mettrons donc en terre avec son très cher néolibéralisme. Sous nos applaudissements, et ceux du peuple Grec.


                              • Collongues 7 mars 2010 11:09

                                Arrêtez un peu ce pathos !!! Lui ne crachait pas sur les pauvres et les exclus, seuls responsables de leur sort, d’après ses opinions ultra-libérales ?...
                                Fonctionnaire lui-même, et ne perdant pas une occasion de prôner l’entreprise privée, l’initiative individuelle, et tout le toutim, l’avons-nous vu abandonner sa sinécure pour devenir un « entrepreneur » ???
                                Je ne le pleurerai pas.


                              • rocla (haddock) rocla (haddock) 5 mars 2010 12:09

                                Souvenez vous que dans toutes les cultures, toutes les religions, que l’on soit athé ou non, on n’insulte pas un homme les jours qui suivent sa mort. C’est une base de la vie en société, et c’estv une preuve sinon de respect, sinon de d’honneur.

                                Sauf pour Morice ......


                                • hunter hunter 5 mars 2010 12:12

                                  @ Pascal M Vincent

                                  Par curiosité, pourriez-vous expliquer ce qu’est ce CCTP que vous dirigez, je n’ai rien trouvé lors de mes recherches.

                                  Merci

                                  H /


                                  • FYI FYI 5 mars 2010 12:31

                                    « Jacques était un excellent prof, que j’appreciais beaucoup, très ouvert et courageux.
                                    Il manque déjà. »
                                    Et j’imagine que M. Calvi est un excellent journaliste smiley


                                  • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 6 mars 2010 02:46

                                    @ Hunter

                                    Le CCTP c’est la Commission de Contrôle du Travailler Plus. Un cellule de l’Elysée chargée d’inciter les salariés à travailler plus pour pas un rond. Ils agissent de concert avec la CCGP, Commission de Contrôle du Gagner Plus, qui doit s’assurer que le MEDEF et les banquiers gagnent plus, avec l’argent volé sur notre dos.

                                    Les deux cellules sont placées sous l’autorité de la CCBF, Commission de Contrôle du Bouclier Fiscal, chargée de répartir le butin entre les complices du Fouquet’s.

                                     smiley


                                  • FYI FYI 5 mars 2010 12:25

                                    Il serait intéressant que des « pauvres » au sens de l’auteur puissent le rencontrer. L’auteur n’a aucune légitimité de parler en leur nom, c’est indécent ...

                                    Pourquoi ne pas demander à un Marquis nous faire un rapport sur la pauvreté en France !!! c’est de la désinformation.


                                    • hunter hunter 5 mars 2010 12:26

                                      Et vous vous faîtes une crise de parano ?

                                      Je ne vois pas ce qu’il y a de mal à demander poliment à quelqu’un de définir ce qu’il dirige !
                                      Quand je ne sais pas , je cherche à m’informer, à comprendre, et surtout...je déteste les acronymes !

                                      Ok, alors visiblement, ce que vous faîtes ne doit pas être passionnant vue votre réaction de pitbul pas nourri depuis 8 jours !

                                      Certes ça n’a pas de rapports avec l’article, mais c’était juste une question !

                                      Allez forget it ! Après tout rien à foutre de votre titre ronflant et de votre acronyme à la mort moi l’noeud !

                                      Get lost

                                      H /


                                      • Pierre Crépeau 5 mars 2010 12:40

                                        Paix à son âme.

                                        Bonjours,
                                        Une bombe cette bien étrange ordonnance de Sarkozy le chef d’un état schizophrène datant du 8 janvier 2009 !!! A creuser de toutes urgence si l’on veut interdire la spéculation sur la variation des prix !!! A buzzer et à gratter !

                                        Article L211-35. Créé par Ordonnance n°2009-15 du 8 janvier 2009 – art. 1. Nul ne peut, pour se soustraire aux obligations qui résultent de contrats financiers, se prévaloir de l’article 1965 du code civil, alors même que ces opérations se résoudraient par le paiement d’une simple différence.

                                        Article 1965 du Code Civil. Créé par Loi 1804-03-10 promulguée le 20 mars 1804 : La loi n’accorde aucune action pour une dette du jeu ou pour le paiement d’un pari.

                                        L’État schizophrène, promoteur de la spéculation
                                        http://www.latribune.fr/opinions/20100224trib000480339/l-etat-schizophrene-promoteur-de-la-speculation.html
                                        Légaliser les paris sur les fluctuations de prix
                                        http://www.pauljorion.com/blog/?p=8779#comment-62368



                                        • hunter hunter 5 mars 2010 12:46

                                          P Vincent,

                                          Je n’utilise pas Google comme moteur de recherche !

                                          Allez, passez votre chemin, je ne vois même pas pourquoi je me suis adressé à vous !

                                          ca m’apprendra à être curieux tiens !

                                          H /


                                          • FYI FYI 5 mars 2010 12:57

                                            Jacques Marseille est un incompétent notoire, qui a enseigné son venin car le système l’a engendré. Dire qu’il est compétent est tout simplement de l’escroquerie, car il suffit de voir ce qu’engendre ses thèses, théories, ce système. Quand je pense que ce genre de personnage qui n’a jamais eu de contradicteur, délivre des diplômes aux pauvres bougres qui veut un boulot ...C’est tout simplement du chantage. En fait il a eu de la chance de ne pas m’avoir eu comme « élève », car il ne fait aucun doute que j’aurais déstabilisé ses idées nauséabondes. Maintenant la question que je me pose, d’où il vient le bougre ? Il sort d’un think thank anglo-saxon ? Il est peut-être franc-maçon ? C’est sûrement un initié ... En tout cas, comment cette erreur de l’humanité a peut nous intoxiquer pendant tout ce temps ?


                                            • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 5 mars 2010 13:09

                                              respectez la memoire de feu Jacques Marseille, svp ! Est ce trop demander ??


                                            • foufouille foufouille 5 mars 2010 13:15

                                              beaucoup trop
                                              rend hommage a staline


                                            • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 5 mars 2010 13:33

                                              Vous vous decridibilisez vous meme en essyant , dans un trait d’humour, d’etablir un parrallele entre un historien que vous n’aimez pas et l’un des plus grands criminels du XXeme siecle, directement responsable de la mort de 5 millions d’Ukrianiens.


                                            • foufouille foufouille 5 mars 2010 13:42

                                              donc on respecte qui on veut ?
                                              un nazi « respecte » la mort d’hitler
                                              je suis liberal ni croyant
                                              donc pas de respect pour un mort liberal


                                            • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 5 mars 2010 13:52

                                              vous avez raison Pascal

                                              @+


                                            • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 5 mars 2010 13:03

                                              Communiqué de presse d’Alternative Libérale le Jeudi 4 Mars 2010

                                              Alternative rend hommage à Jacques Marseille et salue la mémoire d’un fervent défenseur de la démocratie et de la liberté.

                                              Avec sa disparition, la famille libérale est orpheline. Par son intelligence et par son indépendance d’esprit, Jacques Marseille donnait aux débats économiques et historiques une perspective trop rarement défendue en France. Il manquera profondément à tous les amis de la liberté. Alternative Libérale s’associe à la peine de sa famille et de ses proches.

                                              http://www.alternative-liberale.fr/index.php/index.php/politique/adieu-monsieur-marseille.html


                                              • foufouille foufouille 5 mars 2010 13:16

                                                tu as poster geant dans ton salon ?
                                                avec des bougies pour prier...........
                                                 smiley


                                              • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 6 mars 2010 03:04

                                                Communiqué de presse d’Alternative Libérale... C’est aussi grotesque que les articles de l’Humanité du 5 mars 1953 :

                                                « L’annonce de la mort du maréchal Staline fige le monde entier dans la stupeur, la désolation. Le deuil touche tous les peuples qui expriment dans le plus grand recueillement leur amour pour le grand vainqueur du fascisme.

                                                Le petit père des peuples restera sans doute l’homme qui a réconcilié la Russie et la révolution au point des les rendre inséparables . Elle a aussi permis à l’homme de remporter sur la nature quelques-unes de ses plus magnifiques victoires. »

                                                http://9-mars-1953-les-funerailles-de-Staline.html

                                                « Le libéralisme est aussi dangereux et conduira aux mêmes excès que le communisme soviétique ». Jacques Chirac, entretien avec Pierre Péan dans « L’Inconnu de l’Élysée » (Fayard)


                                              • georges 5 mars 2010 13:27

                                                pauvre jacquot , libéral au pays de l Etat providence et du gaspillage , ca vous file des ulcères !
                                                Esperons que d autres prendront le relais de cette pédagogie car il faut poursuivre la réeducation du francais , habitué aux mamelles de maman Etat pour trouver des reponses a ses questions .
                                                J ai du mal saisir certains commentaires , les memes qui parlent d theorie du compot deviennent de dociles sujets de leur Etat , un Etat dominateur et liberticide .


                                                • jaja jaja 5 mars 2010 13:35

                                                  « D’autres » Marseille, rassurez-vous, ils en trouveront pour nous cracher régulièrement dans la gueule.... Que ce soit sur des médias privés ou d’État d’ailleurs...


                                                • georges 5 mars 2010 13:53

                                                  des gens comme lui sont rares a la television francaise , c est pourquoi il y etait souvent invité . la pluralité des avis est saine


                                                • Dudule 5 mars 2010 21:16

                                                  C’est une plaisanterie ? Il n’y a presque que des gens comme lui à la télé ou à la radio, de façon plus ou moins assumée ! C’est une condition sine qua non pour que les journaputes ne s’en prenne pas systématiquement à l’invité avec des pseudos question du style « Ben alors, qu’est-ce que vous proposez, puisqu’on ne peut pas faire autrement... ? » etc.

                                                  Les libéraux vivent sur une autre planète ou se foutent du monde, j’avoue que je n’arrive pas à savoir...


                                                • momosaitou 5 mars 2010 13:28
                                                  ibéralisme : sympathy for the devil

                                                  Allez savoir pourquoi je pensais encore à lui. Sûrement à cause du tsunami électoral qui allait le submerger en Région Centre en un printemps naissant et les effets collatéraux qui allaient en découler pour son avenir ministériel. J’avais dû me dire qu’un des premiers effets serait qu’il arrêterait de faire des bêtises libérales. Ça avait été plus fort que lui, il avait fallu qu’il essaie ses potions. Le deal avec Sarkozy avait dû être celui-là.

                                                  On connaît le bonhomme, il fera des bêtises jusqu’à la fin, des bêtises libérales s’entend, qui perpétuent et développent -sous couvert de liberté- l’inégalité de traitement entre les citoyens, rien que ça.

                                                  Nous garderons tous le souvenir de la rigolade de la baisse de la TVA dans la restauration. Mais il y encore cette autre « réforme » qui ne tardera pas à poser des problèmes : le statut d’auto entrepreneur. L’Union SNUI-Sud Trésor (pièce PDF attachée) l’a sèchement critiqué, dans son communiqué du 5 janvier dernier sous le titre « sous couvert de simplification, dépecer l’impôt sur le revenu... » : les mesures votées n’ont rien à voir avec une simplification mais « ...elles aboutissent à imposer différemment l’auto entrepreneur des autres contribuables, notamment des salariés. ». Encore une déconnexion d’avec le droit commun.

                                                  Alors, je voulu en savoir plus : que mijotait-il encore, à la veille de partir ?

                                                  Un contact. Je voulais un contact. On se serait rencontré, on aurait chanté un peu, et puis, au détour du refrain j’aurais dit : « Pleased to meet you / Hope you guess my name ». Mais je n’avais aucune chance.

                                                  J’allai sur le Portail du gouvernement, cherchant qui cornaquait sa communication. C’était « Aurore LONGUET ». Les Echos.fr allaient m’indiquer qu’Aurore Longuet avait vingt-huit ans en 2007, était « titulaire d’une maîtrise de sciences de gestion de Paris-Dauphine, d’un DESS médias et télécoms de la même université et d’un MBA de l’American University (Washington, DC), avait été analyste économique chez SFR, consultante chez EuroRSCG C&. ». Impressionnant.

                                                   Mais encore ? Sur Facebook, ayant lu qu’elle était fan de Novelli et de Gérard Longuet, je compris pourquoi, étant la fille de Gérard, elle travaillait avec Hervé. Comme les hasards s’enchaînaient, vous allez voir que nous ne faisions que survoler l’iceberg.

                                                  Vous saviez, vous, que les professions libérales avaient le sentiment d’être oubliées par le gouvernement Fillon à cause d’Hervé Novelli qui s‘était « focalisé sur le lancement du statut d’auto entrepreneur (et) avait délaissé les professionnels libéraux » ?

                                                  C’est cette remarque qui a dû pousser Hervé Novelli, secrétaire d’État chargé du Commerce, de l’Artisanat et des PME à agir pour « améliorer la compétitivité des professions libérales », lesquelles convenaient pudiquement que, comme les autres entrepreneurs, elles avaient bénéficié de la simplification de l’environnement » dans les années passées, mais qu’il fallait passer aux choses sérieuses. C’est-à-dire règlementer  !

                                                  Avant que la révolte gronde chez ces groupies du Président, il fallait vite créer un groupe, un comité ou autre structure, pour y réfléchir. Le ministre Novelli décida de confier une mission à une avocate le 19 septembre 2009, pour quelle interroge et donne son rapport. Ce fut fait le 21 janvier dernier, sous forme de la remise de « 30 propositions pour une nouvelle dynamique de l’activité libérale » (voir dossier PDF attaché). C’est Madame Brigitte Longuet qui avait été choisie.

                                                  Oui ? Vous dites que « Longuet » vous rappelle quelque chose ?

                                                  Je vous vois venir. Elle est sur Facebook aussi, c’est cà ? On y voit qu’elle est copine avec ma Laurence Parisot, qu’elle est fan du MEDEF - mais aussi, oh ! surprise !- fan de Hervé Novelli et de Gérard Longuet... Ce qui, cumulé, historiquement parlant fait du courant d’air, avec Hervé en plaque tournante et en phare des Baleines : de la haut, on voit tout l’occident...

                                                  Avant que vous divaguiez ou extrapoliez, pour couper court à des considérations plus ou moins malveillantes, laissons le Figaro vous assurer d’une chose : « Ce n’est pas parce que son époux, Gérard Longuet, sénateur et ancien ministre, est un vieux compagnon de route d’Hervé Novelli, ou que sa fille Aurore orchestre les relations presse du ministre, qu’elle s’est vu confier par ce dernier, à l’automne, une mission (non rémunérée) sur la redynamisation des professions libérales... Mais parce qu’elle en avait la légitimité. L’avocate Brigitte Longuet, qui présente ce jeudi son rapport à Bercy en présence du secrétaire d’État aux PME, est un membre actif depuis six ans de la Commission nationale de concertation des professions libérales (CNCPL)  ». Et toc, on ne rigole pas avec ces choses là... Si vous voulez contacter Aurore Longuet, c’est là : aurore.longuet@cabinets.finances.gouv.fr ou son papa Gérard Longuet, c’est ici : g.longuet@senat.fr

                                                  La dérision et l’humour déplacé, parfois, il faut savoir s’en défaire devant l’intérêt supérieur de la Nation, qui est la « redynamisation des professions libérales  » par cette avocate. Le sujet principal d’inquiétude, sérieux celui-là, était de savoir la vraie raison du lancement de l’opération par Hervé Novelli qui a gardé ses habitudes du temps où il était petit à la communale (avec des instituteurs communistes, ce qui est un facteur minorant) : il cassait tout ce qui lui passait à portée des mains.

                                                  Donc, Brigitte Longuet, du Cabinet Longuet-Rocco Associés, à remis à Hervé Novelli son texte de 30 propositions pour une nouvelle dynamique de l’activité libérale. Son travail était de plancher sur l‘avenir du secteur « libéral, caractérisé par la grande diversité des professions qui le composent, a encore des difficultés à affirmer son rôle en tant qu’ « acteur majeur de l’économie ». Pour ce faire, il faut casser des verrous. Même méthode que pour le Code du travail : il dit qu’il faut « simplifier les textes », ils sont trop anciens, donner une « nouvelle dynamique de l’activité libérale » qui représente « 1,7 million d’emplois et 688.400 entreprises, dont 62% exercent une activité réglementée. ». Ce dernier mot est important : c’est que figurez-vous, les chantres du libéralisme s’inquiètent de la proliférations de «  professions déréglementées » ! Elle est bien bonne.

                                                  Elle est contente d’elle, Brigitte Longuet, il suffit de lire son interview (attachée en PDF) : elle s’attendait à ne voir personne et elle a vu tout le monde, « médecins greffiers architectes, masseurs, avocats » qui doivent, tant qu’il en est encore temps d’ici 2012, vouloir toucher les dividendes de leur allégeance. D’abord pour se protéger de l’Europe, puis pour faire la lessive entre les « bons » libéraux et les « moins bons ». « Il faut exploiter... ce secteur qui produit une plus-value intellectuelle... d’un dynamisme extrême, trier les métiers qui mériteront le label « libéral  » de ceux qui ne le méritent pas. Et puis, pour marteler l’importance des professions libérales, faire marquer d’un coup de tampon d’État une reconnaissance définitive de leur présence dans la France moderne en se faisant graver dans le marbre du Code Civil !

                                                  N’est-ce pas extraordinaire de voir des libéraux, se voulant par essence libérés de tout, vouloir faire leur entrée dans le Code Civil ?

                                                  Et puis encore, ils veulent plus de pouvoirs dans les institutions, au prétexte qu’ils seraient sous représentés.

                                                  Des libéraux qui veulent du régulé, ça ne vous chatouille pas non plus ? C’est pourtant ce que Brigitte Longuet préconise, dans un texte que Novelli trouve superbe : « réguler l’ensemble de l’activité libérale... par le biais de l’interprofessionnel entre professions réglementées et non règlementées »... alors que l’Europe, au contraire, « dérégule ». « La cohabitation est de plus en plus délicate entre les métiers réglementés comme les masseurs-kinésithérapeutes ou les géomètres experts et les nouveaux venus non réglementés de plus en plus nombreux qui sont présents dans des métiers aussi différents que la formation, la conservation-restauration, la sophrologie. » On voit l’ampleur du problème !

                                                  « Kinés, agents d’assurance, vétérinaires, médecins, avocats, notaires... les professions libérales sont à la veille d’un grand changement, si Hervé Novelli décide de suivre les préconisations d’un rapport qui prône notamment le rapprochement entre les professions réglementées et les autres. » prédit les Echos.

                                                  L’outil ? Un système (GMEL) qui va permettre pour le professionnel libéral (interlocuteur unique du client) de s’entourer de professionnels d’autres compétences.

                                                  Et puis, l’ouverture du capital des cabinets à des investisseurs (49% possible à des investisseurs extérieurs) comme les pharmacies...business is business. Pour les pharmacies, on le savait déjà. Alors, elles toussent.

                                                  Ajoutons que les avocats à la retraite ou à temps partiel pourront devenir auto entrepreneurs...

                                                  Voici la vidéo de réception du rapport. Comme le diable est dans tous les détails, voici aussi les Rolling Stones pour vous remercier de votre patience. On fera « hou ! Hou ! » entre les paroles de Mike Jaegger, et avant que je rencontre Hervé Novelli pour lui dire « Pleased to meet you / Hope you guess my name ....


                                                  • TSS 5 mars 2010 13:43


                                                    un cireur de pompe en moins pour les « nantis » quelle catastrophe... !!


                                                    • ASINUS 5 mars 2010 14:09

                                                      @josquin desprez
                                                      d accord avec votre préambule , mais nous devrions donc laisser sans reponses
                                                      deux articles louant l economiste ?que je saches ça n est pas deux articles le critiquant qui paraissent, alors etre decent d accord mais quid des laudateurs ? l une de ces connaissances serait venue me parler de l homme de ce que lui appréciait chez j Marseille ,que je me serais gardé de tout commentaire , mais l économiste servant de caution morale a ceux qui me/nous font la guerre vous m excuserez je ne pratique pas le pardon des offenses cette doctrines permettant à l oppresseur de faire payer double peine à l opprimé.
                                                      Asinus:ne varietur


                                                    • foufouille foufouille 5 mars 2010 14:12

                                                      les liberaux nous crache bien dessus
                                                      certains sont meme proche de la solution finale


                                                    • ZEN ZEN 5 mars 2010 14:45

                                                      750 euros par mois ?
                                                      Mais c’est le Pérou !
                                                      J’en connais qui ne peuvent pas survivre avec ça, même en se restreignant au maximum:plus de voiture, plus de sorties, courses minimales chez Aldi, Emmaüs...réduction du chauffage, etc...


                                                    • foufouille foufouille 5 mars 2010 16:03

                                                      750 mais
                                                      sans secu, retraite, chomage, logement, etc


                                                    • foufouille foufouille 5 mars 2010 16:25

                                                      donc 1000€ sans rien
                                                      creve en travaillant, mais toute ta vie


                                                    • ZEN ZEN 5 mars 2010 17:25

                                                      Josquin
                                                      Mais la gauche n’était pas la gauche..
                                                       Que vient faire le sionisme ici ?..
                                                      La musique adoucit les moeurs... smiley


                                                    • TSS 5 mars 2010 13:47


                                                      @momosaitou

                                                      je ne vois pas quelle personne normalement constituée pourrait voter pour un ancien du GUD

                                                      d’Occident et du club de l’horloge un facho d’extrême droite en un mot... !!


                                                      • TSS 5 mars 2010 13:48


                                                        je parle de Novelli  !!


                                                        • TSS 5 mars 2010 13:52


                                                          je signale à tous ceux qui pleurent sur J.Marseille qu’il y a quelques semaines est DCD une

                                                           personne beaucoup plus importante que lui :le philosophe Daniel Bensaïd mais comme il etait

                                                           de gauche ,pas un mot, sauf chez Mermet... !!


                                                          • jaja jaja 5 mars 2010 13:56

                                                            Daniel avait comme défaut de ne jamais avoir retourné sa veste !


                                                          • georges 5 mars 2010 13:59

                                                            Comme Kim Jong il 


                                                          • Ernester 5 mars 2010 13:55

                                                            On retiendra de Jacques Marseille ses écrits révisionnistes au service de l’IUMM.

                                                            http://www.leplanb.org/Jacques-Marseille-au-service-de-l.html


                                                            • foufouille foufouille 5 mars 2010 14:20

                                                              tres drole !

                                                              "

                                                              La vérité historique estampillée Marseille est assez -simple : tout au long du XXe siècle, l’UIMM a fait couler le lait et le miel sur les ouvriers reconnaissants. La journée de huit heures en 1919, les congés payés de 1936 (« L’UIMM pour les congés payés », explique un titre p. 113), la Sécurité sociale et les retraites de 1945, les hausses de salaires de mai 1968 ne sont pas des conquêtes ouvrières mais des largesses patronales – à présent superflues.

                                                              Mais il y a mieux : le chapitre sur « L’UIMM dans la Deuxième Guerre mondiale ». Neuf pages de révisionnisme d’où il ressort que les chefs d’entreprise français furent tous des Jean Moulin. « Lorsqu’on essaie, aujourd’hui, d’embrasser du regard ce que fut l’activité de l’Union [des industries métallurgiques et minières] pendant l’Occupation, on ne peut manquer de relever l’importance des actions d’entraide et de solidarité à l’égard du personnel des entreprises : aux efforts spontanés des chefs d’entreprise, l’Union et ses chambres régionales apportèrent, chaque fois qu’elles le purent, l’appui de leurs moyens de dépannage », expliquent les auteurs (p. 130). Des angelots, en somme."


                                                            • TSS 5 mars 2010 13:58


                                                              Jacques Marseille ,libéral payé par l’etat ou comment être fonctionnaire et cracher dans la soupe

                                                              tout en ne faisant pas son travail(on ne peut être à la télé et à la fac en même temps)... !!


                                                              • georges 5 mars 2010 14:10

                                                                liberal = mangeur d enfants

                                                                fonctionnaire = serviteur du peuple

                                                                beee


                                                                • jako jako 5 mars 2010 14:19

                                                                  Georges, "

                                                                  liberal = mangeur d enfants

                                                                  "
                                                                  Non eux ne le feront pas , mais les millions de familles jetées à la rue par leur crise y seront peux être amenés eux, pourvu qu’ils mangent les bons...


                                                                • TSS 5 mars 2010 14:20

                                                                  quel rapport avec la choucroute  ?


                                                                • georges 5 mars 2010 14:13

                                                                  apres seguin ca commence a faire beaucoup

                                                                  heureusement il reste michel godet !


                                                                  • momosaitou 5 mars 2010 14:22

                                                                    michel godet ou godet michel , smiley smiley


                                                                  • tchoo 5 mars 2010 14:52

                                                                    Je retiendrai surtout de lui, qu’il tapait à bras raccourcis sur les fonctionnaires, alors qu’il en était un, qui plus est nantis (parce que sont temps de travail lui permettait de faire autre chose) et qu’il basait toute son économie sur l’illusion de la financiarisation de l’économie !

                                                                    Bon vent !


                                                                    • ASINUS 5 mars 2010 15:19

                                                                      @joaquim simplement impitoyable comme la vie enfin celle que nous vivons pour la plupart , il semble qu une partie minuscule ai réussi a ce liberer des contingence ce qui lui laisse plus de temps pour nous faire la leçon dans le poste« je la regarde modérement »
                                                                      asinus


                                                                      • ASINUS 5 mars 2010 15:21

                                                                        oups !Joaquin Desprez , excusez moi

                                                                        Asinus


                                                                        • FYI FYI 5 mars 2010 15:54

                                                                          L’auteur essaye de gratifier M. Marseille avec cette idée que nous poussons depuis belle lurette qu’est le Revenu Universelle. D’autres personnes le font largement mieux et n’ont jamais prôné l’ultra-libéralisme néo-con, et l’explique beaucoup mieux :

                                                                          http://www.bulle-immobiliere.org/forum/viewtopic.php?f=4&t=61953&p=985270&hilit=seb+musset+dailymotion#p985270


                                                                          • Le péripate Le péripate 5 mars 2010 16:02

                                                                            Je rends hommage à cet homme parce qu’il est emblématique de ceux, nombreux, qui après avoir plus ou moins longtemps embrassé les idéologies totalitaires ont su se ressaisir et même tirer de puissants enseignements de cette expérience.


                                                                            • foufouille foufouille 5 mars 2010 16:04

                                                                              @ peripate, l’esclave heureux
                                                                              tu es sorti de ton tonneau ?


                                                                            • Le péripate Le péripate 5 mars 2010 16:51

                                                                              Esclave ?!

                                                                              Pas mal comme insulte, déshumanisante à souhait, du lourd, qui fait mal.

                                                                              Si vous avez une adresse mail, je peux vous envoyez une copie de mon contrat signé par les deux parties, ce qui montre juridiquement que j’agis en homme libre.

                                                                              Et qui vous merde, d’ailleurs. Comme un homme libre.


                                                                            • Le péripate Le péripate 5 mars 2010 16:56

                                                                              Que pensez-vous du Revenu Universel ?

                                                                              Ah, oui, ce n’est pas assez. Il faut aussi la carte orange parce que j’habite Paris, ou du travail à côté de chez moi, parce que les déménagements, vous savez ce que on abime, le courrier distribué par un fonctionnaire et bientôt le hamburger aussi smiley .

                                                                              Elle va jusqu’où votre « solidarité » ?


                                                                            • foufouille foufouille 5 mars 2010 17:11

                                                                              @ peripate
                                                                              tu as dit etre heureux avec 700€ et independant
                                                                              avec un « contrat » tu es pas libre


                                                                            • Le péripate Le péripate 5 mars 2010 18:13

                                                                              Mais de quoi il parle ?
                                                                              Si être heureux dépendait d’un salaire, ça se saurait.
                                                                              Finalement ce qui caractérise le mieux le socialo de base, c’est qu’il ne pense qu’au fric.


                                                                            • foufouille foufouille 5 mars 2010 18:15

                                                                              donc faire les poubelles rend heureux
                                                                              avoir froid aussi


                                                                            • foufouille foufouille 5 mars 2010 17:28

                                                                              "A la limite, pourquoi ne pas supprimer tous ces dispositifs et verser un chèque de 32 000 euros à chaque chômeur ( 74 milliards divisés par 2,3 millions). Nul doute qu’avec ce chèque, il pourrait s’acheter rapidement un employeur. Nul doute qu’avec une telle mesure, on pourrait réduire de manière considérable le nombre de fonctionnaires.

                                                                              Jacques Marseille"


                                                                               :->


                                                                              • eric 5 mars 2010 19:56


                                                                                Hommage à un libéral tout court .... !

                                                                                A léon, finement observé, il n’était pas économiste mais historien...
                                                                                Si les historiens parviennent à faire du mal à « la pensée économique française » c’est sans doute qu’elle est elle même très militante et gênée par le rappel de certains faits historiques...

                                                                                Je voudrai rajouter que Marseille était drôle et optimiste et regardait la vie et la société avec bonheur espoir, empathie et jubilation, toutes caractéristiques de l’homme sereinement à droite qu’il était.

                                                                                Un certain nombre de commentateurs font mine de lui reprocher d’avoir été libéral et fonctionnaire à la fois, ce qui constitue une méconnaissance du libéralisme, mais surtout de la démocratie, car c’est sous entendre qu’il serait nécessaire d’être à gauche ou au moins « étatiste » pour travailler pour le bien public en général et l’État en particulier.
                                                                                Hommage à ce grand libéral, qui comme tous les libéraus, était un fervent défenseur de l’Etat. au service des citoyens contre l’État au service de lui même.

                                                                                Mais à mon sens, ce qu’ils lui reprochent vraiment c’est son humour et sa faculté à se moquer d’eux plus ou moins gentiment. Notamment les « rappels au réel », actuel ou historique qui les mettaient en porte a faux avec leurs affirmations gratuites et purement militantes.

                                                                                J’imagine qu’il a beaucoup appris au PC. Ce parti, « mère » de toutes les gauches françaises contemporaines, a toujours été plus léniniste que marxiste. Son discours plus une manipulation dans des rapports de force et de pouvoir qu’une réelle pensée.

                                                                                Sa technique de leur mettre le nez dans le réel, en éclatant de rire avait certainement le don de mettre hors d’eux, ces gens qui se prennent en général extrêmement au sérieux.

                                                                                Ainsi, quand il rappelait aux pontifes de « l’exception culturelle française », subventionnée à grand frais pour dire leur messe, sous de vagues prétextes culturels de qualité douteuse : « au fond, ce n’est pas grave puisque les fromagers français, par leur contribution à l’excédent de la balance des paiement, comblent à peu prêt le déficit de notre balance culturelle ». ( la guerre des deux France). En leur rappellant que là ou les publics ont le choix, les étrangers, ils n’achétent que peu notre « exception » contrairement aux publics français qui n’ont pas le choix et payent avec leurs impôts qu’ils regardent ou pas, qu’est ce qu’il a du se faire comme ennemis....

                                                                                Hommage enfin à un vrai libéral, c’est à dire « non à gauche » c’est à dire libre. Comme tous les libéraux, il ne se référait à aucune ligne générale dans sa pensée, ne se croyait pas obligé de défendre ses amis politiques au nom de « l’unité d’action », disait ce qu’il pensait en bien comme en mal de tous.

                                                                                Moi, il me manque déjà...


                                                                              • Dudule 5 mars 2010 20:57

                                                                                Je ne vois pas où vous avez péché que le PC était le parti « mère » de toutes les gauches françaises. Il me semble que c’est écrit un peu vite, ou écrit par quelqu’un qui possède une culture politique assez limitée. Il me semble que le PC est né au congrès de Tour en 1920, et la gauche un siècle et 1/2 avant, lorsque les députés de l’assemblé ont dû choisir leur côté, pour ou contre le droit de véto du Roi. Lors de la Commune, le PC n’était pas né, loin s’en faut. Et j’en passe...

                                                                                Mais une des caractéristiques des libéraux, c’est une cuistrerie sans limite. Votre aptitude à discourir sur des sujets dont vous ne savez rien (ou dont vous faites semblant de ne rien savoir) pour tordre l’histoire dans votre sens est sans limite. Votre idéologie vous absout, en quelque sorte.

                                                                                Quant à la droite réactionnaire jubilatoire, là, j’avoue que vous me laissez un peu sans clavier...

                                                                                Quelle bande de joyeux gais lurons ! On s’éclate avec eux !




                                                                              • eric 5 mars 2010 21:33

                                                                                Je vous souhaite vivement que votre pensée dépasse vos paroles, vous êtes en train d’écrire que vous vous livrez à une controverse avec un attardé mental........


                                                                              • Le péripate Le péripate 5 mars 2010 21:47

                                                                                Très bon post, éric, que j’apprécie.
                                                                                Furet a tracé les portraits de ces hommes un moment acquis aux idéaux disons de gauche mais qui méritent le nom de totalitaires et qui percent de l’intérieur la falsification millénariste. Furet aussi a été de ceux là, et cet itinéraire que j’ai pour ma part parcouru avec paresse, eux l’ont fait radicalement et précocement.

                                                                                Ce sont des découvreurs.

                                                                                Merci à eux.


                                                                              • eric 5 mars 2010 22:15

                                                                                AU péripate. En général je suis d’accord avec vous mais sur Furet, je ne vous suivrai pas.Je viens de relire récemment son bouquin et à mon avis, il reste parfaitement marqué par des oeilleres de gauche. Il ne s’est pas « désintoxiqué » au même point que Marseille. Ci joint un truc que j’ai noté sur le livre de furet ;

                                                                                Dans le passé d’une illusion, François Furet montre les états d’âme d’un Pierre Pascal, bolchevique Français historique (et catholique  !) ou d’un Souvarine qui comprennent très bien qu’il n’y a pas d’enjeu idéologique de fond sur l’essentiel entre Trotski Staline et les autres mais uniquement une lutte pour le pouvoir habillée d’une rhétorique creuse. Trotski proteste contre la persécution de ses militants, pas contre l’élimination des koulaks en tant que classe. Mieux, Pascal, lui, comprend très bien en s’entretenant avec un communiste italiens que fascisme et bolchevisme sont au fond, une seule et même chose.

                                                                                 

                                                                                Furet, qui, en gros, en fait la démonstration, finit, contre son propre raisonnement, et contre toute vraisemblance, par conclure le contraire. Notamment au nom de la pureté des intentions ...

                                                                                .

                                                                                Mais si il consacre une large partie de son ouvrage à disséquer les ressemblances et les divergences entre fascistes et communistes, il reste très allusif sur les parentés entre ce qu’il appelle la tradition « révolutionnaire démocratique » et le bolchevisme.

                                                                                Illusion, méconnaissance d’une Russie lointaine, tromperie d’un discours bolchevique systématiquement fondé sur le mensonge attachement sentimental à des concepts et racines communes qui auraient été dévoyées, difficultés à comprendre une réalité entièrement nouvelle.. C’est un peu court ! Un siècle d’intellectuels de gauche trompés malgré eux ? Malgré leur connaissance des ressorts de l’histoire ?

                                                                                D’ailleurs, il l’admet. Kautsky voit très bien la famine ukrainienne le danger totalitaire et terroriste, l’esclavagisme, contrairement à Herriot qui ne veut pas les voir. Toute l’information est disponible. « Il ne peuvent pas dire qu’ils ne savaient pas ».


                                                                                Furet, c’est un peu la retraite en bon ordre de l’arrière garde du prolétariat. On cesse de justifier l’injustifiable mais on tente de conserver l’essentiel, l’idée qu’il y a quand même des bons et des méchants. Que la gauche « c’est bien » et que tous ces excès passés ne nous concernent pas. Et on continue comme avant.


                                                                                Furet à écrit, « le passé d’une illusion » comme si tous ces massacre n’avaient été qu’une douce rêverie, Marseille aurait pu écrire « le présent d’une catastrophe » en décrivant comment le pli intellectuel pris par la gauche entraine de nombreux dysfonctionnements et injustices sociales encore aujourd’hui.


                                                                              • Dudule 5 mars 2010 22:20

                                                                                "Je vous souhaite vivement que votre pensée dépasse vos paroles, vous êtes en train d’écrire que vous vous livrez à une controverse avec un attardé mental..."

                                                                                Oh la grosse mauvaise foi ! Votre lien ne me qualifiait pas d’analphabète ? Et vous, vous perdriez votre temps à discuter par écris avec un analphabète ?

                                                                                La rhétorique à 2 balles, l’autre !

                                                                                Et sachez que je considère que réduire à néant les arguments de gens tels que vous est un devoir civique. Portées par un crétin ou un prix nobel de physique, les idées que vous défendez doivent être anéanties et passer aux poubelles de l’histoire. C’est une question de survie pour l’humanité.


                                                                              • Le péripate Le péripate 6 mars 2010 06:59

                                                                                Je n’ai pas eu cette lecture du Passé d’une Illusion.
                                                                                Mais peu importe : je reconnais dans ces hommes un itinéraire personnel. smiley


                                                                              • Proudhon Proudhon 5 mars 2010 20:26

                                                                                Bon Jacques Marseille c’est fait. Il va devoir rendre des comptes à Dieu. Il manque plus qu’Elie Cohen et consorts...


                                                                                • eric 5 mars 2010 20:49

                                                                                  Preuve peut être des résultat du travail de fond mené par Marseille et d’autre, les anars commencent à invoquer Dieu. Un peu d’eau dans le vin de la confusion intellectuelle et de la violence qui les caractérisent ? La violence reste, le bordel s’accroit...


                                                                                • Dudule 5 mars 2010 21:02

                                                                                  A mon humble avis, je serai presque tenté de dire malheureusement d’un certain point de vu, nous vivons dans une société très peu violente, très surement la moins violente des temps historiques. Je ne vois pas de quelle violence résiduelle vous parlez. S’il s’agit de violence politique, celle-ci est manifestement inexistante.


                                                                                • eric 5 mars 2010 21:15

                                                                                  A dudulle, tout a fait d’accord avec vous. Il ne reste de violence que dans des discours pleurnichard de gens qui serrent leur petits poings humides en protestant pêle mêle contre le société, le libéralisme,la démocratie etc... sans en général parvenir à faire plus que casser quelques vitrines lors de manifestations alter.
                                                                                  Tous ce qui reste de leur prétendu prurit révolutionnaire, se résume à cracher sur des morts. Contrairement à vous, je ne regrette pas cet aveux d’impuissance, mais je déplore néanmoins cette « violence résiduelle » qui ne me paraît pas très honorable.


                                                                                • Dudule 5 mars 2010 20:44

                                                                                  « Un Jacques Marseille qui meurt, ce sont des bibliothèques et des écoles qui apparaissent ».

                                                                                  Amadou Hampaté Ba


                                                                                  • eric 5 mars 2010 21:00

                                                                                     dudulle, votre commentaire se veut un bon mot mais votre inculture en fait une sorte d’hommage à Marseille. Vous n’êtes « visiblement pas sans ignorer » que Amadou Hampaté BA doit largement se carrière à Théodore Monod dont une des principale caractéristique intellectuelle était d’appartenir au courant protestant libéral....Pour autant, il n’en perd pas son caractère injurieux qui comme il a été dit plus haut pour d’autres commentateurs en dit plus long sur vous que sur le disparu....


                                                                                  • Dudule 5 mars 2010 21:33

                                                                                    Théodore Monod libéral, adepte de la main invisible et des déréglementations, pourfendeur des « charges » sociales... on aura tout vu !

                                                                                    Décidément, vous osez vraiment tout, c’est à ça qu’on vous reconnait !

                                                                                    Vous allez m’expliquer où vous trouvez la défense de vos thèses là dedans :

                                                                                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Protestantisme_libéral


                                                                                  • eric 5 mars 2010 21:56

                                                                                    Vous voyez ! vous ne savez pas ce qu’est le libéralisme ! Relisez Jacques Marseilles ! Le libéralisme est à l’origine de la protection sociale, n’est « adepte » de rien du tout, la main invisible est une modélisation pour essayer de comprendre le fonctionnement d’un système d’échange. Il n’est pas pour la déréglementation en tant que telle mais pour des réglementation appropriées.

                                                                                    Le protestantisme libéral, illustré en france par mes cousins Monod, Sabattier, etc.. je ne vais pas entreprendre de vous l’expliquer mieux que Wiki, ( par exemple, il parle de ressemblance entre catharisme et libéralisme, or si les spécialistes peuvent avoir une idée de ce qu’est le protestantisme libérale, on ignore tout des cathare,les seuls sources écrites étant les minutes des procès de l’inquisition...) mais en gros la pensée libérale est au fond la pensée en matière d’économie du protestantisme dans son ensemble, ce qui explique sans doute pourquoi il a peu de chance de succès dans une France ou même l’extrême gauche a de profonds réflexes césaro papistes.

                                                                                    Essayez de retenir au moins la phrase de Wagner, « Je me méfie de la foi de ceux qui ne respectent pas la foi des autres » car elle s’applique particuliérement bien au choix politiques et économiques. Prétendre distinguer le bien du mal dans les volonté respectives d’augmenter ou de diminuer de quelques points les prélèvement public au point de presque se réjouir du décès d’un prof est un exemple même de sectarisme d’ordre religieux.


                                                                                  • Dudule 5 mars 2010 22:09

                                                                                    Et blablabli, et blablabla... En somme, même les bolchévique étaient des libéraux qui s’ignoraient... et Jacques Marseille un disciple de Théodore Monod...

                                                                                    Vous osez beaucoup dans votre genre !


                                                                                  • eric 6 mars 2010 10:46

                                                                                    Leon, vous commencez à saisir.
                                                                                    Les libéraux effectivement aiment l’État quand et là où il est nécessaire mais pas en général et par principe. L’etat efficace et sous le contrôle politique des citoyens et pas organisation en soi et pour soi.
                                                                                    Les libéraux sont pour les solidarité et la protection , pas pour l’assistanat qui exclue en désocialisant.
                                                                                    Pour des vrais syndicats et pas pour des organisations corporatistes de professionnels appointés défendant essentiellement leurs intérêts propres.

                                                                                    Quant à la branlée intellectuelle, je vois pas trop, quand Ségolène Delanoé Cohn bendit et autres lili et bobo etc... passent leur temps a réaffirmer que la gauche doit être dans le marché comme un poisson dans l’eau sur le plan économique, et à singer les modes américaines sur le plan sociétal j’ai plus tôt l’impression que la vrai question intellectuelle est combien de temps encore l’ultra gauche ultra minoritaire échapperra-t-elle encore à l’américanisation générale de la gauche qui fait que le dialogue gauche droite devient exclusivement un débat sur le degré d’intervention de l’État mais dans un cadre général de toute façon libéral.


                                                                                  • mouqawama 5 mars 2010 20:55

                                                                                    Un porteur de valise des marchés financiers de moins ,la place est chaude on se bouscule même au portillon,Le sinistre Yves Calvi examine les futurs candidatures ...au suivant.


                                                                                    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 6 mars 2010 03:21

                                                                                      Pour remplacer Jacques Marseille Calvy aurait bien invité Bernard Madoff ou Jérôme Kerviel mais ils se trouvent qu’ils sont tous les deux occupés avec d’affreux fonctionnaires du ministère de la justice.


                                                                                    • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 6 mars 2010 00:05

                                                                                      Certains propos sur ce fil sont ignominieux.

                                                                                      Qu’est-ce qu’il faut comme puanteur dans les esprits pour parler ainsi d’un homme ordinaire qui vient de disparaitre.

                                                                                      Une telle bassesse est immonde.  smiley


                                                                                      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 6 mars 2010 02:04

                                                                                        Jacques Marseille était une crapule néolibérale. Il est mort en voyant s’effondrer tout ce en quoi il croyait. Bien fait pour lui.

                                                                                        Pour la paix de son âme damnée j’espère qu’il aura trouvé le temps de relire Marx et Keynes avant de canner.


                                                                                        • Humphrey Binsucet 6 mars 2010 02:11

                                                                                          @Peachy,

                                                                                          Vous devriez avoir honte de vous rejouir de la mort d’un homme, quel qu’il soit.
                                                                                          Il ne peut plus vous repondre, se defendre et vous manquez gravement de respect aux proches du defunt.

                                                                                          Honte a vous.

                                                                                        • Dudule 6 mars 2010 02:55

                                                                                          Se réjouir de la mort d’un homme dont l’application pratique de son idéologie a plongé tant d’autres hommes, femmes et enfants dans la misère serait presque un devoir civique. Il faut que les libéraux commencent à assumer leurs idées et leurs conséquences.

                                                                                          A la limite, en poussant à l’extrême, une vrai nation démocratique pourrait faire des dates de disparition de tels personnages, ennemis de l’humanité, des jours fériés.


                                                                                        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 6 mars 2010 03:46

                                                                                          @ Humphrey Binsucet

                                                                                          Evidemment qu’il ne pourra pas me répondre, le défunt. A l’heure qu’il est cet exalté néolibéral doit déjà être occupé à refourguer ses actifs toxiques aux âmes errantes, dans l’au-delà.
                                                                                          Quant à l’évocation des familles... je ne me suis jamais inquiété de savoir ce qu’il était advenu de celles de Landru, Bernard Madoff ou Joseph Staline.


                                                                                        • foufouille foufouille 6 mars 2010 09:38

                                                                                          faut leur couper et les faire baptiser par un sataniste
                                                                                          des fois que..........


                                                                                        • Elcordoba Elcordoba 6 mars 2010 10:16

                                                                                          Ses interventions dans C dans l’air notamment, m’ont toujours agacées et me faisaient zapper. Ses théories ultra libérales et ses leçons données aux modestes et aux petits fonctionnaires nantis m’exaspéraient sachant qu’il émargait à plus de 7000 euros pour quelques heures de cours. Cours que je n’aurais d’ailleurs pas suivi, ses théories m’indisposaient terriblement. Mais pourquoi parle t on tant de son décès ?


                                                                                          • Proudhon Proudhon 6 mars 2010 15:56

                                                                                            Ce qui me fait le plus vomir dans certaines interventions, ce sont ces fils de p... qui pleurent sur la mort d’un certain Jacques Marseilles et se moquent comme de leur première chemise de la mort d’une victime du capitalisme ultra-libéral.
                                                                                            Bien -sà»r ces victimes ne passe pas dans des émissions de merde àla solde du système ambiant.
                                                                                            Ces victimes sont des gens simples. Mais sans eux une société n’est pas viable.
                                                                                            Je me demande ce que choisiraient tous les laquais nommé plus haut lors de la construction de leur propriété entre un J Marseille et une maçon confirmé. Le pauvre Marseille serait viré illico presto de leur chantier de rêve.
                                                                                            Pauvres tâches immondes...


                                                                                            • curieux curieux 6 mars 2010 20:24

                                                                                              Tiens, j’avais mis : Marseille, un parasite ordinaire de la société
                                                                                              Et ca a disparu ?????

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès