• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Jean-Luc Mélenchon, candidat autoproclamé aux amitiés mal assumées

Jean-Luc Mélenchon, candidat autoproclamé aux amitiés mal assumées

« J’ai besoin de dormir, de bayer aux corneilles. » (22 août 2014).



Petit coup de projecteur sur Jean-Luc Mélenchon qui jouit d’un matelas électoral non négligeable dans les sondages (qui restent ce qu’ils sont). À 65 ans, Jean-Luc Mélenchon bénéficie d’une réputation contrastée : très bon orateur (l’un des rares, sinon le seul, à avoir une réelle éloquence dans les discours), il est dans les émissions de télévision ou de radio un peu "agressif" avec ses interlocuteurs.

Depuis une petite dizaine d’années, par une manœuvre exceptionnelle, Jean-Luc Mélenchon a réussi à faire croire aux communistes qu’il était communiste. C’était une opération gagnant/gagnant : le PCF n’avait pas de leader incontestable (et cela depuis Georges Marchais et Jacques Duclos !), et Jean-Luc Mélenchon n’avait pas d’appareil de parti, ni d’implantation territoriale, ni de militants à sa dévotion.

Cela s’était bien passé en 2012 et s’il a terminé plus faiblement que ce que laissaient entendre les sondages, il a eu la petite satisfaction de dépasser François Bayrou en recueillant 11,1% des suffrages exprimées (3,98 millions de voix).

Pour l’élection présidentielle de 2017, cela se passe un peu différemment. Certes, il conserve un fort niveau d’intentions de vote dans les sondages (autour de 12%), faisant jeu égal avec le candidat socialiste Benoît Hamon, mais il paraît beaucoup plus seul qu’en 2012. Annoncée le 5 juillet 2015, Jean-Luc Mélenchon a confirmé sa candidature à l’élection présidentielle sur TF1 le 10 février 2016, en refusant le cadre de la primaire socialiste. Il a rejeté les appareils politiques (y compris le sien, le Parti de gauche) et a mis en place le mouvement "La France insoumise" (250 000 adhérents revendiqués au 17 février 2017, soit plus que les 192 179 adhérents revendiqués par le mouvement d’Emmanuel Macron au 15 février 2017).

La décision cruciale était celle des communistes. Sans l’appareil du PCF, la candidature de Jean-Luc Mélenchon aurait perdu en efficacité et en organisation. Mais comme il a refusé toute concertation, la direction du PCF (la "conférence nationale") a décidé le 5 novembre 2016, à 55%, de ne pas le soutenir, malgré l’appui de Pierre Laurent et de Marie-George Buffet. André Chassaigne, député communiste, se voyait bien candidat du PCF en 2017, il l’avait déjà souhaité en 2012. Finalement, consultés le 26 novembre 2016, les adhérents du PCF ont, au contraire, soutenu à 54% la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

Les relations entre le PCF et Jean-Luc Mélenchon restent encore ambiguës, car Jean-Luc Mélenchon veut investir des candidats de la France insoumise aux élections législatives contre des candidats communistes. Le PCF aurait intérêt à négocier directement avec le PS. Quant aux "discussions" entre Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon, ce fut un épisode assez pitoyable de caprices d'ego qui a occupé inutilement trois semaines. En réduisant l'écart avec le candidat socialiste dans les intentions de vote, l'ancien sénateur socialiste a relégitimé sa candidature.

Et pourtant, qui est vraiment Jean-Luc Mélenchon ?

Certes, il admire Fidel Castro et s’oppose au Tibet libre, considérant que la dalaï-lama est un dictateur en puissance, histoire de rougir un peu le trait, mais est-il vraiment si "rouge" que cela ?

Car à l’origine, le rouge était plutôt rose. Il était pendant un quart de siècle un apparatchik du Parti socialiste, très content de l’avoir été. D’ailleurs, comment peut-il se dire aussi violemment dans l’opposition à François Hollande alors qu’il l’a soutenu au second tour de l’élection présidentielle de 2012 dès le 22 avril 2012, dès 20 heures, et de manière inconditionnelle (pour faire barrage à Nicolas Sarkozy) ?

_yartiMeluche2016A03

Apparatchik socialiste ? Il a toujours vécu grâce à la politique. Une belle carrière typique des militants socialistes qu’on retrouve ensuite au gouvernement. La politique le nourrit depuis l’âge de 33 ans : conseiller général de l’Essonne de 1985 à 1992 et de 1998 à 2004 (vice-président du conseil général de 1998 à 2000), il était conseiller municipal de Massy à partir de 1983 (jusqu’en 2001), puis adjoint au maire de Massy de 1989 à 1995. Surtout, il fut élu sénateur de l’Essonne à l’âge de 35 ans (il a optimisé : à l'époque, on ne pouvait pas être plus jeune au Sénat).

Ce fut ce mandat de sénateur qui l’a propulsé dans la vie nationale, du 2 octobre 1986 au 27 avril 2000 et du 26 septembre 2004 au 7 janvier 2010. Après avoir souvent bataillé dans les congrès socialistes (aux côtés notamment de Julien Dray), il a atteint le sommet en étant nommé sous-ministre dans le gouvernement de Lionel Jospin, chargé de l’Enseignement professionnel du 27 mars 2000 au 6 mai 2002. Enfin, depuis le 14 juillet 2009, il est député européen, élu le 7 juin 2009 et réélu le 25 mai 2014.

À cet égard, comme ancien ministre, il fait donc pleinement partie du "système", il en a même assumé les responsabilités parmi les plus hautes dans la hiérarchie de l’État. Et il est entièrement introduit dans les cercles politiques, hors clivages.

Par exemple, le 31 août 2008, il fêtait les 50 ans du polémiste Éric Zemmour au château de Malmaison, aux côtés d’Isabelle Balkany et de Paul-Marie Coûteaux ! Éric Zemmour, qui l’aurait aidé à déjeuner avec Henri Guaino, alors conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, en 2010, dans le restaurant de l’Institut du monde arabe (selon "Le Point" du 18 avril 2012). Ce fut Henri Guaino qui aurait payé l’addition. Devenus complices, ils se tutoieraient et auraient encore eu une longue discussion le 23 février 2012 (dans les coulisses d’une émission politique).

Petite anecdote : on a reproché à Jean-Luc Mélenchon d’être un ami proche de Bachar El-Assad, ce qui, en ces temps de guerre civile en Syrie, n’est pas très flatteur. Il y a notamment une photo, qui a circulé dans les réseaux sociaux en 2012, de lui aux côtés de Bachar El-Assad. En tant que ministre, il avait alors représenté Lionel Jospin le 21 juin 2001 pour accueillir le dictateur syrien à l’aéroport d’Orly, mais leurs relations se sont limitées à cette seule politesse protocolaire. Son conseiller en communication a en effet déclaré au journal "Le Parisien", le 18 avril 2012 : « Matignon l’a appelé à la dernière minute, pour lui demander de se rendre à Orly. Mais hormis à la descente de l’avion, Jean-Luc Mélenchon ne l’a pas rencontré. Il n’a pas dîné avec lui et il n’y a pas eu de réunion sur les questions éducatives. Les rendez-vous étaient prévus avec Jacques Chirac, Lionel Jospin ainsi que Raymond Forni, le Président de l’Assemblée Nationale. » (Arnauld Champremier-Trigano).

_yartiMeluche2016A06

En revanche, son amitié avec le sulfureux idéologue d’extrême droite Patrick Buisson n’est pas une fiction. Il a eu beau démentir, minimiser, il est moins convaincant que le livre d’Ariane Chemin et de Vanessa Schneider (journalistes au journal "Le Monde") sur ce conseiller occulte "Le mauvais génie de Nicolas Sarkozy" publié le 18 mars 2015 chez Fayard, qui met en exergue cette phrase de Patrick Buisson lui-même : « Il y a l’avant-scène qui constitue ce que voit le public, les empoignades politiques, et puis, il y a le théâtre d’ombres. » (novembre 1987).

Et dans le "théâtre d’ombres", il y a ces relations étonnantes, déconcertantes même, entre Jean-Luc Mélenchon et Patrick Buisson complètement séduit par l’homme, le philosophe, l’historien, l’orateur, le gauchiste. Le livre des deux journalistes fait remonter au début de l’année 1993 l’amitié qui lie Jean-Luc Mélenchon à Patrick Buisson qui disait alors du futur candidat : « Mélenchon est l’un des derniers socialistes à se référer à une grille d’interprétation marxiste de l’économie et de la société. Paradoxalement, ce n’est ni un brasseur de vulgate, ni un adepte de la langue de bois. » (1993).

Très vite, Patrick Buisson a introduit Jean-Luc Mélenchon parmi les protagonistes récurrents du talk-show de LCI ("Politiquement show").

Le livre essaie d’expliquer les liens qui les unissent : « Qui comprend mieux un marxiste qu’un ancien "facho", un ancien trotskiste qu’un ancien de "Minute" ? Un siècle de culture politique les lie. Ils connaissent les mêmes chansons, celles des rouges et celles de bruns. (…) Combattre l’adversaire passe toujours par la connaissance intime de ses groupuscules, de ses scissions et de ses soubresauts. Leur ennemi au fond est le même : la sociale-démocratie. (…) Le combat doit d’abord se mener sur le terrain culturel, meilleure manière de soustraire les classes populaires à l’idéologie dominante et de conquérir le pouvoir. » (18 mars 2015).

Résultat, ce fut très logique que Jean-Luc Mélechon fût présent le 24 septembre 2007 dans les salons dorés de l’Élysée lors de la remise de la Légion d’honneur à Patrick Buisson par le Président Nicolas Sarkozy. Il y avait également …Jean-Christophe Cambadélis. Jean-Luc Mélenchon s’est justifié auprès de Marc-Olivier Fogiel le 17 février 2015 sur France 3 : « Aller à la Légion d’honneur de Patrick Buisson par Nicolas Sarkozy, c’est une gourmandise, un spectacle gratuit. J’y vais. Je vois le Président de la République qui dit remercier l’homme qui lui a permis d’être élu. C’est extraordinaire. ».

Si Patrick Buisson était le conseiller de Nicolas Sarkozy, il lui donnait aussi des conseils comme le raconte le livre : « Mélenchon a (…) pris l’habitude de consulter son nouvel ami avant chaque décision stratégique. Buisson met avec plaisir sa science des sondages à son service. Il est de ceux qui l’encouragent à quitter le Parti socialiste en 2008 [le 7 novembre 2008]. Les Français ne croient plus aux vieux partis, ces regroupements d’élus coupés de la base et de ses préoccupations, qui ne servent plus qu’à préserver places, postes et intérêts. "Toi, tu t’adresses au peuple", lui souffle-t-il. ».

Avant le livre d’Ariane Chemin et de Vanessa Schneider, la fuite sur l’amitié buissonnante avait été faite par "Le Nouvel Observateur" le 12 avril 2012, quelques jours avant le premier tour pour déstabiliser le candidat du Front de gauche. Sur BFM-TV et RMC, le 16 avril 2012, Jean-Luc Mélenchon a dû reprendre le contrôle de la situation face à Jean-Jacques Bourdin : « Nous nous sommes vus sur des plateaux de télévision sur LCI en 2007. Je ne suis pas ami avec monsieur Buisson, qu’est-ce que c’est que cette invention ? Et pourquoi vous me parlez de monsieur Buisson ? Après vous allez me parler de monsieur Dassault. Vous avez encore beaucoup de ragots comme ça ? Vous croyez que c’est intéressant de savoir si je suis ami de vos mondanités ? ». Ami de ses mondanités, plutôt !

Évidemment que cela pourrait intéresser ses électeurs potentiels, tout autant en 2017 qu’en 2012 ! Ce qui est d’ailleurs intéressant, ce ne sont pas les relations amicales en tant que telles, car après tout, chaque personnalité politique est une personne humaine avant tout et il n’y a pas de raison qu’il n’y ait pas de relations même en cas de divergences politiques, même profondes.

_yartiMeluche2016A09

Sur Facebook, Jean-Luc Mélenchon a lâché sa rancœur le 18 mars 2015 : « Pour stimuler la polémique et tâcher de faire des ventes, une histoire est inventée qui fait de moi l’ami personnel de monsieur Buisson et de lui mon confident et mon conseiller. Pure invention. (…) J’ai jouté de nombreuses fois contre monsieur Patrick Buisson sur des plateaux de télé et j’ai toujours apprécié son opposition à mes analyses. Je sais qu’il a apprécié mes réparties (…). Je n’ai aucune raison de dénigrer cet homme dont la distance politique avec moi n’a pas à être démontrée ni prouvée au motif que deux personnes mal intentionnées voudraient m’y contraindre. (…) Je dénonce le procédé utilisé pour conforter la thèse du PS selon laquelle nous serions des agents de la droite et de l’extrême droite (…). Telle est notre époque : certains médias aux abois que fuient les lecteurs n’ont imaginé d’autres recours contre leur déchéance que de fabriquer sans cesse du sensationnel à n’importe quel prix, y compris celui de la vérité et de la simple vraisemblance. ».

Ce qui serait plutôt instructif, c’est : pourquoi veut-il absolument les cacher, ces relations amicales ? Pourquoi refuse-t-il d’assumer des relations humaines qui s’établissent en dehors d’un plan de carrière et en dehors d’un plan de campagne, mais qui sont ce qu’elles sont. Certains y ont vu une collusion entre Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Sarkozy pour empêcher François Hollande d’accéder au second tour en 2012.

Ancien militant mélenchoniste passé chez "l’ennemi" (le FN), Joël Locin a exprimé sa stupéfaction et sa colère le 19 mars 2015 sur "Riposte Laïque" : « Les bras m’en tombent, et la colère m’envahit. Non seulement mon ancienne idole était un cr@tin, ce que j’avais fini par comprendre, mais aussi un traître, utilisé par la droite pour mettre la pagaille à gauche. Et dire que j’ai consacré des années de ma vie, au détriment de ma famille, de mon travail, à militer pour ce guignol ! Comment Méluche a-t-il pu se laisser rouler ainsi dans la farine ? ».

Le journaliste Daniel Schneidermann, plutôt mélenchoniste, ne pouvait pas ne pas faire un parallèle historique : « Ah ! Il nous avait bien baladés, tous les gogos de la gauche, le Mitterrand (…). Il protégeait discrètement l’ignoble Bousquet de la justice, au nom de très anciennes solidarités, incompréhensibles pour quiconque n’avait pas connu la guerre. » (18 mars 2015).

Fustigeant le monde médiatique bobo, Jean-Luc Mélenchon s’est interrogé : « Au nom de quoi, quatre petits cire-pompes vont mettre en cause mon appartenance intellectuelle à cette gauche à laquelle je crois ? » (16 avril 2012).

_yartiMeluche2016A02

L’industriel Serge Dassault, Jean-Luc Mélenchon a sympathisé avec lui car tous les deux étaient sénateurs de l’Essonne, et cette sympathie a été révélée par deux autres journalistes, Stéphane Allies et Lilian Alemagna, dans "Mélenchon le plébéien" publié le 19 janvier 2012 chez Robert Laffont. Selon eux, Jean-Luc Mélenchon aurait aidé Serge Dassault (« grand industriel ») à se faire élire sénateur en 2004, puis aurait refusé de saisir le Conseil Constitutionnel sur une éventuelle incompatibilité de parlementaire comme gros fournisseur de l’État.

Même le tutoiement fait partie de ses reniements. Daniel Cohn-Bendit n’a pas compris sa réaction le soir du 27 novembre 2016 sur France 2 lorsqu’il l’a interpellé avec un enthousiasme juvénile à propos de la primaire socialiste : « Jean-Luc, si tu te présentes à la primaire, tu peux la gagner ! ». Très distant, Jean-Luc Mélenchon lui a froidement répondu ceci : « Monsieur Cohn-Bendit, est-ce que vous pouvez m’appeler par mon nom, et pas par mon prénom, s’il vous plaît. Nous ne sommes pas amis, ne jouons pas la comédie ! ». Vexé, Daniel Cohn-Bendit a refusé de poursuivre la conversation : « J’ai pas de question à lui poser. On s’est toujours tutoyés, s’il a pas envie, qu’il aille tutoyer Castro, et qu’il me f@ute la paix ! ».

L’ancien Premier Ministre Manuel Valls a basé sa candidature à l’élection présidentielle sur l’idée que la gauche ne devait pas être défaitiste et qu’elle pourrait atteindre le second tour en 2017. Paradoxalement, Benoît Hamon l'a emporté sur Manuel Valls le 29 janvier 2017. Jean-Luc Mélenchon serait-il plus apte à atteindre le second tour que Benoît Hamon ? Pas sûr, mais ce qui est sûr, c'est qu'aucun des deux n’y arrivera s’ils se considèrent d’abord comme des adversaires. Pendant ce temps, Marine Le Pen se frotte les mains…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (21 février 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Jean-Luc Mélenchon, candidat autoproclamé aux amitiés mal assumées.
Débat Mélenchon vs Attali et Apparu (25 avril 2013).
Débat Mélenchon vs Cahuzac (7 janvier 2013).
Débat Mélenchon vs Copé (17 novembre 2011).
Débat Mélenchon vs Marine Le Pen (14 février 2011).
Mélenchon, allié objectif de Sarkozy (24 mars 2012).
Mélenchon sur TF1 (5 mars 2012).

_yartiMeluche2016A05


Moyenne des avis sur cet article :  1.58/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

105 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 22 février 11:17

    Je pense que Melenchon ne pourra pas dépasser, ou de peu, son score actuel, à cause de son tiers-mondisme affiché. Les millions de personnes qui veulent venir en europe et en France sont un problème pour tout le monde ...sauf pour l’extrème gauche, y compris donc Melenchon.

    Il sera donc obligé de manger encore son chapeau et de se désister pour un candidat du système, probablement Fillon ou Macron.
    Deuxième « trahison » (après son désistement immédiat vers Hollande).

    En fait, dans le paysage politique Français, JLM sert objectivement à ramener les électeurs déçus, vers le système en place.
    Et lorsque j’écris ça, j’en suis vraiment désolé. Il y aurait vraiment à faire.


    • LE CHAT LE CHAT 22 février 11:24

      @Alpo47

      en plus , il décide seul de tout , et est imprévisible et ingérable ! il ne se voit qu’en haut de l’affiche et tant pis pour les autres qui doivent suivre le leader minimo qu’il est !

      certains se disent avec qui Marine gouvernerait ? mais alors avec lui , c’est carrément l’inconnu !

      Le PCF a jeté l’éponge .....


    • Alren Alren 22 février 16:11

      @LE CHAT

      Bien sûr, il a écrit tout seul le programme L’Avenir en Commun et les 250 000 soutiens de la France Insoumise sont des ombres, des fantômes. Les commissions de rédaction, les courriers de suggestions de la brume matinale qui vont se dissiper au soleil du Front national.

      Décidément, à coté des déconnades de Rakataomachin, il est bien difficile d’attaquer l’homme et le programme collectif de la France Insoumise.

      C’est rassurant de fait quand on voit les casseroles des autres et le flou variable de leur programme.


    • LE CHAT LE CHAT 22 février 16:20

      @Alren

      Alpo a raison , c’est du flan tout ça , Méluche appelera bien sagement à voter Macron ou Fillon ....


    • Lalita 22 février 17:03

      @Alpo47
      Le programme de la France Insoumise est crédible. Il apporterait un mieux pour notre pays. L’exil est un drame surout pour ceux qui le vivent. En tarir les causes est un objectif. En attendant l’accueil est un impératif. C’est aussi une richesse. La Suede a vu sont PIB progressé et la commission d’économistes convoquée a conclu que s’était grace à la migration. Sous certaines conditions les migrants apportent du positif. Avant de faire une analyse purement politicienne je vous invite à aller voir de plus prés le programme de la France Insoumise. C’est de loin la meilleure offre sur le marché si j’ose dire. Si les gens sont trop conditionnés pour le voir et bien on ira non pas vers la modernité mais vers le XIXème siécle. Alors autorisez vous à rever...


    • Lalita 22 février 17:06

      @LE CHAT
      J’étais comme vous. Trés en colère que melenchon ait appelé à voter hollande. mais que pouvait il faire d’autre ? Il est trés amer sur le sujet. Alors je lui accorde une seconde chance. Comme on dit il n’y a que les.....qui ne changent pas d’avis ;)


    • Et hop ! Et hop ! 22 février 19:56

      @LE CHAT : «  Méluche appelera bien sagement à voter Macron ou Fillon .... »


      Il appellera à voter pour Macron, il a déjà dit qu’il se désisterait pour le candidat de gauche.


    • TARTOQUETSCHES TARTOQUETSCHES 22 février 19:59

      @Lalita
      Si melenchon n’avait pas donné de consignes de vote en 2012, Sarkosy serait repassé (Melenchon à parfaitement analysé le rapport de force à l’issu du premier tour) et nous aurions un Hollande tout neuf en 2017 avec un fort ressentiment des électeurs de « gauche » envers melenchon pour avoir repris 5 ans de Sarko. En éliminant Sarko, il a cramé Hollande (et le PS) pour 2017 et donc ouvert le jeu.

      Il n’y avait pas d’autre alternative. Il visait une prise de conscience en 2017 (PS =UMP), même si c’est le FN qui rafle plutôt la mise...



    • alinea alinea 22 février 22:00

      @Et hop !
      Vous êtes perspicace !! Macron, à gauche ? Il n’y a personne à gauche, donc pas de risque de se méprendre.


    • michel-angelo michel-angelo 22 février 22:18

      @Et hop !
      Face à Marine, je voterai même pour une chaise !


    • michel-angelo michel-angelo 22 février 22:24

      @Alpo47

      Je pense moi que Marine sert à ramener les électeurs déçus vers le système en place.

      2002 Chirac à 80% des voix face à Jean-Marie, en 2007 et 2012, la peur de voir Marine l’emporter pousse au vote utile, à choisir l’UMPS.

      2017, pour faire barrage à Marine, tout le monde va se précipiter pour mettre un bulletin Macrothschild dans l’urne !

      Merci Marine, bon toutou, la finance internationale te dit bravo championne !


    • wesson wesson 23 février 01:43

      @Alpo47
      Marrant tous ces mecs qui veulent bien de Mélenchon, mais à condition qu’il soit raciste. 


      Ben non, c’est pas comme ça que ça fonctionne, et honnêtement, le racisme les migrants tout le monde s’en fout un peu : l’utiliser comme argumentaire électoral, c’est la machine à perdre assurée. 



    • Le421 Le421 23 février 09:51

      @LE CHAT
      Et la marmotte, chez vous, elle plie toujours le chocolat dans le papier alu ou elle s’est mise en grève ??  smiley


    • alterleon alterleon 23 février 10:03

      Oui, certainement après une étude, le PS a trouvé qu’il y avait un nombre de plus en plus conséquent de français qui ne croyaient plus à tous leurs mensonges et qui étaient conscients que la politique française (des partis dominants du FN au Pc, LCR compris) et les médias étaient dirigés par les mêmes intérêts soumis aux banquier internationaux ;

      Ils ont donc créé un personnage issu de leurs rangs pour ramener ces brebis égarés, mais depuis, un grand nombre des personnes qui le soutenait, comme moi même, avons compris que c’était une marionnette du PS et de plus, avec l’arrivé de l’UPR qui propose de vrais solutions, Mélanchon est devenu de plus en plus inutile.

      Mélanchon refuse un débat avec Asselineau parce qu’il sait qu’un grand nombre de ses militants le soutiennent parce qu’ils ne connaissent pas encore l’UPR, s’il y avait un débat, la majorité de ses soutient pourrait constater la différence entre le pantin fabriqué par le PS et un homme aux réels convictions et solution, entre le collabo atlantiste et le résistant, et s’en serait fini de lui et de tout l’argent qu’il gagne en jouant son rôle de rebelle.

      Il est aussi « rebelle » que le sont les « rebelles » en Syrie....


    • alterleon alterleon 23 février 10:26

      @michel-angelo, « Je pense moi que Marine sert à ramener les électeurs déçus vers le système en place. »

      Oui, tout à fait, exactement comme Mélanchon, si seulement tous les français pouvaient ouvrir les yeux là dessus, c’est pourtant si évident !

      Fallait voir la tête du père LePen, quand il est arrivé au 2eme tour, il était effrayé car à aucun moment il était prévu dans son contrat de clown, épouvantail, qu’il puisse être élu.

      Quand à sa fille, quand elle a reprit l’affaire familiale, elle était au plus bas des sondage, mais après avoir rencontré ses amis sionistes et trouvé des arrangements et soutient pour leur agent chargé de créer encore plus de division entre français, Zemmour, (le juif sioniste d’extrême droite comme au bon temps de la collaboration sioniste nazi), elle a été ensuite invitée partout, jusqu’à atteindre le niveau d’aujourd’hui.

      Elle avait juste perdu un adhèrent pro-palestinien à l’époque, qui avait dénoncé ces accords avec les sionistes avant de quitter le parti.


    • Ouallonsnous ? 26 février 20:07

      @Et hop !

      Tu oublie que Macron se dit ni de droite ni de gauche !
      Nous, on sait qu’il est pour l’UE/OTAN et pour l’oligarchie financière, mais pas pour nous les français !


    • LE CHAT LE CHAT 22 février 11:17

      Sylvain , ça va être ta fête aujourd’hui , dénigrer leur Dieu .......


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 février 11:20

        à l’auteur,
        L’UPR a des désaccords politiques de fond avec JL Mélenchon, mais s’attaquer aux personnes comme vous le faites, c’est bas, et cela ne rehausse pas le niveau de cette campagne de caniveau.


        • LE CHAT LE CHAT 22 février 11:27

          @Fifi Brind_acier

          Oui mais Méluche joue en première division , alors que Asselineau n’arrive pas à quitter la CFA2 !

          C’est pas demain que Sylvain écrira sur ton gourou ! smiley smiley smiley encore de l’ostracisme !


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 février 11:53

          @LE CHAT
          Si le FN était dangereux pour le système, il serait censuré comme l’ UPR. Les discussions en cours sont la suite des élections primaires de la droite et de la gauche ...
          La campagne électorale officielle commencera le 9 avril. Il va passer de l’eau sous les ponts d’ici là...

          En attendant l’ UPR vient de passer à 16 000 adhérents, 1000 de plus chaque mois.
          Mes condoléances !


        • LE CHAT LE CHAT 22 février 13:00

          @Fifi Brind_acier

          condoléances de quoi ?????? pour 1000 inscriptions virtuelles seulement !

           vos trolls font de l’arthrite sur les claviers !


        • LE CHAT LE CHAT 22 février 13:21

          @Fifi Brind_acier

          comme il n’aura pas 500 signatures , surtout quelles deviennent publiques et que les maires voudront pas qu’on leur reproche d’avoir parrainé un clown ,on ne parlera pas plus de lui


        • Doume65 22 février 15:39

          @LE CHAT
          « comme il n’aura pas 500 signatures , surtout quelles deviennent publiques »

          Tu as bien compris le cœur du problème : cette liste publique. Cela devrait te scandaliser, mais non, cela te réjouis. En d’autres temps, j’imagine que le port de l’étoile jaune t’aurait plu, parce qu’on est exactement dans le même état d’esprit.


        • LE CHAT LE CHAT 22 février 16:12

          @Doume65

          et un Godwin ! smiley

          ridicule , comme l’UPR !


        • LE CHAT LE CHAT 22 février 16:15

          @Doume65

          quand on regarde un aquarium , qui se soucie du protozoaire ??????

          ASSELINEAU , c’est un peu ça au milieu des poissons....


        • Alren Alren 22 février 16:26

          @LE CHAT

          Parler de « gourou » pour les autres quand on est un dévot de « Marine », c’est assez hilarant.

          Monsieur Jean-Luc Mélenchon joue en L1 ? J’espère qu’il gagnera le championnat !

          Pour l’instant il a quelques « buts » d’avance !

          En être réduit pour le déconsidérer à lui donner un surnom, que c’est minable. Et le pire c’est que vous ne vous en rendez pas compte et que vous persistez dans cette médiocrité révélatrice.
          Qu’en pensent vos lecteurs d’après vous ?


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 février 18:01

          @LE CHAT
          Qui vous dit qu’Asselineau n’aura pas les 500 signatures ?
          Mais heureusement qu’il y a l’ UPR pour que Philippot puisse y puiser ses idées, et que Marine puisse venir à la télé avec des documents de l’ UPR ...
          « Quand Marine le Pen fait son marché à l’ UPR... »


        • 59jeannot 22 février 19:54

          @Fifi Brind_acier
          le programme sur le site de l’UPR est encore celui de 2012, ce, à 2 mois de l’élection ;
          d’après l’un des militants, le but n’est pas de gagner mais simplement de renverser le pouvoir.
          Ce n’est guère mobilisateur.


        • passemurs 22 février 20:03

          @Fifi Brind_acier

          Exactement..

          Quelqu’un pourrait m’expliquer pourquoi l’UPR s’attaque ainsi a Melenchon, qui n’a lui jamais évoqué ne serait-ce que le nom D’Asselineau ou de l’UPR.


        • michel-angelo michel-angelo 22 février 22:16

          @passemurs

          C’est justement pour cela, les fans d’Asselinaux sont vexés.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 février 09:35

          @59jeannot
          L’UPR n’est pas une girouette qui change de programme en fonction des sondages.
          On attend la validation des parrainages, et ensuite il y aura des additifs au programme de 2012.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 février 09:44

          @passemurs
          « Recette pour neutraliser la colère des Français : leur promettre une Autre Europe depuis plus de 30 ans ... » 
          L’UPR critique tous ceux qui ont comme priorité « de renégocier les Traités » et font croire qu’il est possible de « réformer » l’Europe".


          L’Europe n’est pas réformable, tout a été verrouillé par l’article 48 du TFUE qui impose l’unanimité pour changer une virgule aux Traités. Plus la crise avance, plus les pays européens sont divisés, moins vous avez de chances d’avoir l’unanimité.

        • Le421 Le421 23 février 09:57

          @Doume65
          Exactement.
          Certains ne voient pas plus loin que le bout de leur nez...
          La publication des signatures permets à des Barons genre Germinal Peiro*, en Dordogne, de menacer de couper les vivres à certains maires qui voulaient signer pour JLM.
          Je ne donne pas le nom de CES maires, mais je les connais...
          Nouvelle forme de démocratie, celle dite « des copains ».

          ON N’EN VEUX PLUS !! DU BALAI !!

          *Président PS du Conseil Départemental (autrefois Conseil Général)... Successeur de Bernard Cazeau.


        • LE CHAT LE CHAT 23 février 10:21

          @Alren
          ça vous gène que je l’appelle Méluche ?

          alors dans ce cas expliquez moi pourquoi vous parlez du FHaine , alors que la haine , l’intolérance et le sectarisme sont dans votre cour !


        • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 22 février 11:27

          Exact, Mélenchon est un « free-lance », un pigiste, un intermittent du spectacle qui a de plus en plus de mal à trouver des producteurs pour ses one-man-shows qu’il doit financer par l’expérimentation de l’hologramme et servir de cobaye avant d’essayer la transmutation spatio-temporelle qui lui permettra une véritable ubiquité ou le passage instantané d’un lieu à un autre.

          A part ce côté « inspecteur gadget » rigolo, je rejoins sur le fond le commentaire d’Alpo : Mélenchon a pour rôle objectif celui de rabatteur institutionnel.

          • Alren Alren 22 février 16:33

            @Jeussey de Sourcesûre
            Mélenchon est un « free-lance », un pigiste, un intermittent du spectacle qui a de plus en plus de mal à trouver des producteurs pour ses one-man-shows

            « L’intermittent du spectacle » qui se bat au milieu de ses camarades depuis 2009 pour le mieux-être des Français, aimerait bien échanger ses salles de meetings trop petites obligeant des gens à l’écouter une heure trente dehors, sous la pluie et dans le froid, avec celle de Macron trop grandes !

            Malgré un million et demi d’euros récoltés à 20€ de moyenne auprès des soutiens, le mouvement FI n’a pas les moyens financiers occultes de M. Macron soutenu par le grand capital.


          • Le421 Le421 23 février 09:59

            @Alren
            Là, mon petit, ils ne vont pas « te » répondre... Je me permets le « te » !!


          • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 22 février 11:30

            On peut dire qu’il est frère la truelle ? ^^

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires