• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Jean-Marie Le Pen a-t-il tout perdu ?

Jean-Marie Le Pen a-t-il tout perdu ?

« Plus les desseins d’un politicien sont sinistres, plus ronflante, en général, devient la noblesse de son langage. » (Aldous Huxley, 1945).



Ce samedi 16 juin 2018, il y a un dîner de gala avec croisière sur la Seine organisé par les Amis de "Rivarol" et les Éditions des Tuileries, auquel devraient participer des personnalités comme Dieudonné, Alain Soral, Carl Lang, Henry de Lesquen… Pour quelle raison ? Parce que leur "maître à penser", Jean-Marie Le Pen fête ses 90 ans le 20 juin 2018. Il ne sera pas lui-même présent car il est hospitalisé depuis le 12 juin 2018 et probablement au moins jusqu’au 18 juin 2018 à cause d’un "état de fatigue générale" (selon un proche conseiller).

Celui que certains de ses proches appellent "Le Mehnir" (en raison de son origine bretonne et du roc de sa personnalité) fait partie des très rares survivants, si ce n’est le dernier, des députés élus le 2 janvier 1956 (il y a soixante-deux ans ! à l’époque, il n’avait que 27 ans), législature qui a donné une majorité au fameux gouvernement du "front républicain" dirigé par Guy Mollet.

Quatre forces politiques étaient alors principalement en compétition : le centre droit (une partie des radicaux, MRP, CNIP d’Antoine Pinay, etc.) dirigé par le radical Edgar Faure, Président du Conseil sortant et auteur de la dissolution de la Chambre des députés, qui a recueilli 7 millions de voix (33,1%) et 214 sièges sur 594, le Front républicain dirigé par Pierre Mendès France, avec 5,9 millions de voix (27,7%) et 172 sièges, le Parti communiste français dirigé par Maurice Thorez, avec 5,5 millions de voix (25,9%) et 150 sièges, et, surprenant les observateurs, l’Union de défense des commerçants et artisans dirigée par Pierre Poujade, avec 2,7 millions de voix (11,6%) et 52 sièges, dont celui du jeune Jean-Marie Le Pen.

Jean-Marie Le Pen, le plus jeune député de France en 1956, et sa petite-fille, en 2012, la plus jeune députée de France, de toute l’histoire de la République. Déjà en 1956, un mouvement contestataire, pas forcément positionné à l’extrême droite mais plutôt parmi les petits commerçants, les artisans, les professions libérales, a atteint plus de 10% des voix avec pour slogan simpliste mais efficace : « Sortez les sortants ! ».

Bien que le Front républicain (composé de la SFIO, d’une partie du Parti radical, des républicains-sociaux de Jacques Chaban-Delmas, de l’UDSR de François Mitterrand, etc.) fût en perte de vitesse (perte de 28 sièges), grâce à la bienveillance des communistes, grands gagnants (47 sièges de plus grâce aux apparentements), et malgré une progression du centre droit (23 sièges de plus), ce fut le Front républicain qui gouverna, et, pour désigner le chef du gouvernement, René Coty n’a pas choisi Pierre Mendès France, qui avait pourtant dirigé la campagne, mais le président de la SFIO, la composante la mieux représentée au sein du Front républicain, à savoir Guy Mollet.

Jean-Marie Le Pen a toujours prospéré pendant les périodes de gouvernement de gauche. Devenu ultraminoritaire à partir de la fin de l’Algérie française et du rouleau compresseur gaulliste, Jean-Marie Le Pen a pu rebondir dans sa carrière politique à partir de l’élection de François Mitterrand à la Présidence de la République en 1981. D’un mouvement, le Front national, qui ne valait que 0,7% à l’élection présidentielle de 1974, il l’a amené au seuil des 18% à l’élection présidentielle de 2002.

_yartiLePenJM2018B02

La raison de cette ascension électorale ? Certes, l’aide qu’il a obtenue des médias, et en particulier de la télévision publique à partir de 1983, sur consigne de François Mitterrand (Gille Ménage a confirmé depuis lors), lui a permis de bénéficier d’un grand écho national. Mais ce n’était pas la raison suffisante. Elle l’était pour sa notoriété, pas pour convaincre les électeurs.

Jean-Marie Le Pen, qui est un excellent analyste politique, certainement parce qu’il a toujours été passionné par la politique et l’histoire politique de la France, a eu une intuition de génie lorsqu’il a compris en 1978 que l’immigration serait un thème très porteur. À l’époque, ceux qui étaient franchement hostiles aux immigrés étaient (concrètement) des maires communistes.

Les quarante dernières années lui ont donné raison : ce thème est devenu majeur dans la vie politique, et pas seulement en France, mais dans le monde entier. Donald Trump a été élu sur le rejet des immigrés mexicains au point de vouloir construire un immense mur à la frontière (qu’il souhaiterait aux frais du gouvernement mexicain !), Matteo Salvini est arrivé récemment au pouvoir également sur ce thème très porteur en Italie du Nord. En France aujourd’hui, presque tous les tous les responsables nationaux sont plus ou moins pollués par cette idée qu’il faut stopper l’immigration, sauf Jean-Luc Mélenchon.

Comme on le voit, sur le plan idéologique, Jean-Marie Le Pen peut se convaincre d’avoir gagné la partie. Ce n’était en fait pas très difficile, car comme tout thème démagogique, il caressait dans le sens du poil des gens, à savoir, dans le sens de la facilité. La xénophobie, en période de crise économique mais aussi de crise culturelle (perte de sens, perte d’identité), ce sentiment xénophobe est même naturel, observé très souvent dans l’histoire du monde : un repli sur soi, un besoin de rester entre soi, un rejet des "autres" (les étrangers, etc.) qui sont considérés comme responsables de la crise ou, au moins, dont la présence n’aiderait pas à en finir avec la crise.

Ce qui est nouveau, c’est que les dirigeants politiques de tout bord raisonnent désormais de cette manière. Originellement, ils devaient aller au-delà de ces impressions faciles, tirer le peuple vers des valeurs plus collectives comme la solidarité et la fraternité, mais le terrorisme islamiste a rajouté une dose d’angoisse supplémentaire parallèlement (c’est d’ailleurs le même phénomène historique) qu’il y a un mouvement important de réfugiés en raison justement de la guerre civile dans certains pays musulmans.

L’équivalence un immigré en France = un chômeur français a été complétée par un migrant = un risque d’insécurité en plus (voire un terroriste en France). La plupart des dirigeants politiques ne croient pas à ces équivalences beaucoup trop simplistes, mais n’osent pas ne pas les répéter publiquement par simple électoralisme et pour ne pas laisser le monopole de la lutte contre l’immigration à la seule extrême droite.

Pourtant, Jean-Marie Le Pen a politiquement tout perdu. Dans les années 1980, il régnait en maître tout puissant au sein de son parti Front national qu’il a fondé en 1972. Il avait envisagé de faire de sa fille aînée son héritière mais l’épisode de la sécession de Bruno Mégret a modifié ce choix. Finalement, ce fut sa dernière fille, Marine, qui assura une présence médiatique de plus en plus soutenue à partir de 2002. Lorsque, trop fatigué, il accepta de laisser la maison, Jean-Marie Le Pen la confia à Marine Le Pen en 2011 (il avait alors déjà 82 ans) en s’imaginant qu’il resterait encore le patriarche de la famille.

Au contraire, Marine Le Pen a commencé rapidement à déjeanmarielepéniser le Front national. D’abord, en nommant beaucoup de proches à ses côtés, en évinçant l’ancienne garde, parfois trop "marquée" extrême droite ou Algérie française (ce thème devenu complètement anachronique), ensuite, en modernisant le logo (la flamme tricolore s’est stylisée). Et surtout, en abandonnant les convictions ultralibérales de papa (il était pour la suppression de l’impôt sur le revenu) pour un programme beaucoup plus proche de l’extrême gauche étatiste.

Marine Le Pen est même allée jusqu’à l’exclure, en 2015, exclure son propre père de son parti. L’exclusion a été confirmée par la justice mais la justice l’a toutefois consacré "président d’honneur du Front national", car c’était inscrit dans les statuts du parti, jusqu’à la suppression le 11 mars 2018. Pendant deux ans et demi, Jean-Marie Le Pen n’était donc plus membre de son parti mais encore son président d’honneur et des gardiens l’empêchaient de se rendre au siège social.

_yartiLePenJM2018B03

La dernière étape fut le changement de nom, effectif le 1er juin 2018. Pour Jean-Marie Le Pen, c’est une perte totale d’identité du mouvement qu’il avait créé. L’aventure de Jean-Marie Le Pen a fini ainsi il y a quelques jours dans les urnes électroniques de militants qui n’étaient plus les siens.

S’il avait su à quel point l’ambition de la fille devait le détruire politiquement autant, il aurait certainement laissé la succession à Bruno Gollnisch.

Même sa petite-fille, dont les relations étaient beaucoup plus chaleureuses, Marion Maréchal a préféré lâcher le patronyme "Le Pen" pour se reprendre une identité personnelle moins marquée, plus discrète.

Pourtant, cet adepte du subjonctif imparfait n’a pas tout perdu : il n’a pas perdu son passé, et l’histoire politique retiendra que les années de crise étaient en quelques sortes des années Le Pen, une sorte d’épée de Damoclès au-dessus de toute la classe politique, menaçant la cohésion de la République par la virulence des propos.

Pourtant, l’homme est affable et pourrait être fort sympathique, et le meilleur moyen de s’en rendre compte, c’est de voir l’humour dont il a fait preuve au cours de son émission, invité du "Tribunal des flagrants délires" le 28 septembre 1982 sur France Inter en direct au studio 106 de la Maison de la Radio.





C’est l’une des rares émissions filmées. Jean-Marie Le Pen n’était pas encore connu du grand public. Il était mis en accusation par le procureur sans pitié Pierre Desproges et défendu par l’avocat Luis Reno. Je n’ai pas retrouvé sur le Web de passage où l’on entend Jean-Marie Le Pen parler à cette émission, on ne le voit que rire, ce qui prouve qu’il a un certain sens de l’humour (on remarquera qu’aujourd’hui, il serait impossible d’user de l’humour aussi peu politiquement correct des deux comiques de service, Pierre Desproges qui a parlé de "Français de souche" et Luis Reno qui a terminé par le salut hitlérien au milieu des fous rires de la salle).

Dans le DVD commercialisé (qui reprend la totalité de l’émission), on peut comprendre son grand sens de la répartie, révélant ses talents de débatteur exceptionnel. Seuls Bernard Tapie et Bernard Stasi ont osé, quelques années plus tard, l’affronter à la télévision. Les autres ont préféré courageusement éviter la confrontation.

Jean-Marie Le Pen aura eu la fonction de l’épouvantail dans la classe politique des années 1980 à 2010. En cela, il fait déjà partie de la mémoire du pays. Beaucoup plus, en fin de compte, dans le rôle de saltimbanque de diversion que de bâtisseur d’avenir.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (14 juin 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Jean-Marie Le Pen a-t-il tout perdu ?
Rassemblement oxymore.
La création de Debout la Patrie.
Le débat entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen du 3 mai 2017.
Les nationautes de la Marine.
Marion Maréchal-Le Pen.
Patrick Buisson.
Marion Wauquiez
Florian Philippot.
Des sénateurs FN.
Jean-Marie Le Pen, symbole de la vieille politique.
Marine Le Pen et la fièvre du dimanche soir.
Second tour de l’élection présidentielle du 7 mai 2017.
Nicolas Dupont-Aignan plonge dans la soupe extrémiste.
Ensemble pour sauver la République.
Débat du second tour du 3 mai 2017.
Choisis ton camp, camarade !
Pourquoi Mélenchon est-il si confus pour le second tour ?
Premier tour de l'élection présidentielle du 23 avril 2017.
Le nationalisme anti-européen de Marine Le Pen coûtera cher aux Français.
Marine Le Pen, est-elle si clean que ça ?
Que propose Marine Le Pen pour 2017 ?
Le programme de Marine Le Pen pour 2017 (à télécharger).
Fais-moi peur !
Peuple et populismes.
Les valeurs de la République.
Être patriote.
Le débat qui n’a pas eu lieu.
Marine Le Pen en Égypte.
Marine Le Pen contre les droits de l’Homme.
Jean-Marie Le Pen et ses jeux de mots vaseux.
Marine Le Pen et la faiblesse de ses arguments économiques.
Changement de paradigme.
Piège républicain.
Syndrome bleu marine.
Démagogie 2.0.
Le FN et son idéologie.
Les élections législatives partielles de 2013.
Le choc du 21 avril 2002.
Marine Le Pen candidate.
Le monde des bisounours.
Tout est possible en 2017…
Mathématiques militantes.

_yartiLePenJM2018B04
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.37/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • juluch juluch 15 juin 13:36

    Assez bon article sur l’Ancien, que j’espère se remettra vite....


    • Milka Milka 15 juin 14:34

      @juluch

      Franchement il est déjà enterré ! Faudrait sortir le dimanche !!


    • juluch juluch 15 juin 18:50

      @Milka

      J’espere que non....

    • Christ Roi Christ Roi 15 juin 21:10

      M. Le Pen est l’Emmanuel Goldstein du livre 1984. Il est un épouvantail pour appeurer les gens et les obliger à veauter. Il nous donne nos 15 mn de la haine journalière mais on apprend à la fin du livre qu’il est une création du Système. Ne perdons pas de temps avec lui. smiley


    • La Lice au Pays des mères veillent, car Le PEN CLUB a perdu son encre bleu Marine. La lice est une palissade et LE PEN une L’appat Lissade, comme le Cabinet du même nom où il rendra ses comptes et décompte Expérience. Responsabilité. Éthique


      • jymb 15 juin 14:33

        Là où je m’interroge, c’est qu’à chaque occasion où une arrivée effective au pouvoir était possible, presque facile au vu de l’état catastrophique et exaspérant où l’on pousse les français, il y a eu des déclarations ridicules, des dérapages outranciers ( et sans doute sans grand reflet de la personnalité de leur auteur), un débat soigneusement raté, bref une sorte de volonté d’évitement du pouvoir pourtant presque offert.


        A coté, la droite fragmentée a détruit son candidat aux élections présidentielles, s’enferme dans un isolationisme suranné alors que ses adhérents ne souhaitent pour la plupart q’une union, se refuse à toute opposition ferme et tout engagement formel à abolir l’immense majorité des stupidités qui nous ont amenés dans la situation actuelle...soit une mollesse déconcertante et désespérante
        Bref, le ramassis que nous avons sur le dos peut prospérer comme un chardon sur un tas de fumier, même en étant élu par une archi minorité de vrais convaincus 


        • Milka Milka 15 juin 14:35

          @jymb
          Je suis comme vous, je pense que le FN n’est plus la solution mais le problème ...


        • bob14 bob14 15 juin 16:51

          JMP..rentre de chez les « pompes funèbres » pour un essayage de cercueil..avec mini bar gramophone et chants nazis.. smiley


          • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 15 juin 16:59

            Le Pen a denoncé avant tout le monde pendant des décennies contre vents et marées les dangers d’une immigration incontrôlée, du communautarisme, les zones de non droit, les méfaits du laxisme des juges etc. Dire qu’il a tout perdu est aussi malin que de dire que le prophète Jeremie a tout perdu parce qu’il avait annoncé l’exil des Juifs à Babylone et que cet exil s’est produit.


            • Albert123 15 juin 17:34

              « En France aujourd’hui, presque tous les tous les responsables nationaux sont plus ou moins pollués par cette idée qu’il faut stopper l’immigration, sauf Jean-Luc Mélenchon. »


              il n’y rien de polluant dans le fait de refuser une immigration aussi massive qu’incontrôlée, 

              le communautarisme dans lequel Melenchon, républicain quand cela l’arrange, est sombré est par contre contraire à la constitution française.









              • Odin Odin 15 juin 17:43

                Question « saltimbanque de diversion » par la calomnie, faire plus fort que Rakoto c’est impossible.


                • cétacose2 15 juin 20:25

                  Jean Marie Le Pen nous a montré la voie à suivre ,celle de l’honneur ,du courage et de la sagesse mais sur un terreau aussi pourri et toxique ,que voulez vous qu’il y pousse ?


                  • zygzornifle zygzornifle 16 juin 09:34

                    Meme dans cet état il ferait certainement mieux que dents blanches haleine fraîche et pellicules sur l’épaule , d’ailleurs combien cela a coûté aux contribuables le nettoyage de son costard par Trump ?....


                    • eric 16 juin 13:45

                      Assez bon relevé, à mon avis, des poncifs accumulés pour exclure du champs politique, deux parties de la population française.

                      Il manque l’histoire de « ce sont les anciens coco qui sont passé aux fachos », longtemps statistiquement faux, mais rassurant pour les socio-démocrates et les centristes, qui partagent leur sociologie : ce sont les partis ou il y a le moins de « pauvres »..
                      Depuis que les socialos. mettent leurs gosses chez les bons père, il n’y avait plus de raison de séparation. Ils ont ensemble, élus Macron fil et petit fils de socialistes issus d’un collège de Jésuite.

                      Les vrais prolos ( pour ne pas dire les ouvriers) caractérisés historiquement par une très forte abstention. Le vote Le Pen, c’est d’abord l’accès à la vie démocratique de gens qui en étaient exclus. Cela tient entre autre à la hausse du niveau scolaire général. Si l’on sort de la catégorie ouvrier, les fonctionnaires et apparenté, à statut d’ouvrier il en résulte que les vrais ouvriers n’ont jamais voté à gauche, notamment parce qu’en réalité, ils ne votaient pas du tout.

                      Les vrais républicains :
                      tous les chercheurs sérieux, 5 Perinneaud, Todd, etc.. ) qu’ils en aient conscience ou pas, établissent que l’électorat FN est d’abord fidèle aux anciennes valeurs républicaines, notamment égalitaires et libertaires. Le PS, les centristes ex catho ; les centres, ce sont les provinces périphériques, ex royalistes, inégalitaires anthropologiquement.

                      Le vote PS était corrélé a vote royaliste. Le Vote FN marquait les régions actives lors de la révolution.
                      ll recouvrait largement les régions gaullistes. C’est du reste dans cette mesure et exclusivement de ce ont de vu, que l’on retrouve des électeurs communistes qui furent capable de voter de Gaulle et qui sont passe au Front.

                      Le Fn a toujours été le seul soutien des français par chois ( Harkis), a toujours soutenu l’universalisme républicain en Nouvelle Calédonie, contre les communautarisme, et les droits de vote liés au sang, organisés par les autres.

                      Perrineaud, LE spécialiste à l’IEP, vend la mèche dans un de ces pamphlet : « les électeurs Fn voudraient maintenir les valeurs de la troisième république, malheureusement, ce n’est plus possible ».

                      Les plus anti Fn sont aussi les couches de la population les plus américanisées ( jeans, écolo, vitamines, communautarisme, LGBT etc...) et les plus anti américaines....

                      Le lien social américain passe, comme chez les anglais, par la désignation d’un catégorie bouc émissaire dont l’exclusion permet le « vivre ensemble » des « élus ». Ils ont eu les indiens, puis les noirs. En France, une partie de la population, s’inspirant de ce monde, à décidé d’exclure une partie de son peuple.

                      Ils sont facile à reconnaître. Ce sont ceux qu hululent au vivre ensemble avec des musulmans polygames voilé qui ne sauraient toucher un khoufar, mais qui refuserait de dîner avec un électeur FN, fusse-t-il de leur famille.

                      Aujourd’hui, le choix des pauvres ( pour le cathos) , le choix de la république ( pour les autres), le choix du vrai et authentique sentiment démocratique, de la modernité et du progrès c’est le vote FN.

                      Du reste l’auteur le comprend un peu en citant Mélenchon. Celui-ci ressort les slogan qu’il a entendu quant il était petit ( sortez les sortant, le penisation de son esprit). Et tient la position anti communiste parce qu’anti prolétaire du PS quand marchais disait qu’il fallait arrêter les migrations.

                      Le Pen illustre les valeurs républicaines traditionnelles de la France, et notamment son universalisme. On a le droit d’être contre. Il serait courtois de le dire.


                      • wawa wawa 17 juin 10:13

                        D’un cote, à 90 ans, il y a longtemps qu’il aurait du « tout perdre »


                        papy fait de la résistance

                        • zygzornifle zygzornifle 23 juin 18:29

                          En tout cas que l’on aime ou pas faut reconnaître que c’était un bon , un couillu , un fortiche répondant aux attaques du tac au tac avec humour , un politique comme on n’en fera plus et c’est bien dommage , ceux que l’on a en ce moment sont des lavasses ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès