• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Jean-Marie Le Pen, symbole de la vieille politique

Jean-Marie Le Pen, symbole de la vieille politique

« Monsieur Le Pen n’est pas le chef d’une fraction de Français apeurés qui comptent sur lui pour ne plus payer d’impôt. Il est leur émanation, quelque chose comme leur mauvaise odeur, exaltée par les temps difficiles où nous sommes. Quand elle parfume l’écran, ils jubilent. Quand on se bouche le nez, ils ricanent. Non mais ! Ils sont chez eux ! Ils ne vont tout de même pas se gêner ! Ah ! malheur à ceux qui remuent le fond d’une nation… » (Françoise Giroud, "Le Nouvel Observateur", le 26 octobre 1985).

_yartiLePenJM2017A01

Il y a un côté pitoyable avec Jean-Marie Le Pen. Voici un homme politique chevronné, un des analystes les plus avisés de la vie politique, élu député à 27 ans, le 2 janvier 1956 (sa petite-fille Marion a fait mieux que lui plus tard), qui a construit un mouvement, le Front national, à partir du 5 octobre 1972, à l’origine mis à sa tête car il présentait mieux que les autres chefs des groupuscules extrémistes qu’on voulait unifier, qui a imaginé le thème jackpot de la PME familiale avec l’immigration au début des années 1980 ! Et son écho s’est amplifié à fur et à mesure que les partis traditionnels s’enlisaient dans la gestion comptable et sans âme de la crise économique. Un joujou impeccable, fort de son capital sans cesse valorisé, qu’il a légué à 82 ans à sa troisième fille, Marine, le 16 janvier 2011, et le voici dépossédé par cette dernière qui ne veut plus le maintenir en PME mais en faire une véritable multinationale.

La guerre entre le père et la fille a eu lieu au printemps 2015, à l’occasion d’un mot de trop sur Pétain dans "Rivarol" (le 9 avril 2015). Aujourd’hui, la justice a statué étrangement : son exclusion du Front national (du 20 août 2015) a été validée (le 17 novembre 2016) mais il reste toujours président d’honneur du FN, poste créé le 16 janvier 2011 et intégré aux statuts mêmes du parti ! Résultat, Jean-Marie Le Pen a considéré qu’en qualité de président d’honneur, il était habilité à participer à la réunion du bureau politique du FN qui a eu lieu le matin du 20 juin 2017 à son nouveau siège de Nanterre. À cette date, Jean-Marie Le Pen fêtait d’ailleurs son 89e anniversaire, et on se dit que seule la mort pourrait apaiser cette famille si "féroce" contre son patriarche.

Car l’enjeu n’est évidemment pas familial. Ou, disons, presque pas. Jean-Marie Le Pen aimerait mettre à la présidence du FN sa petite-fille Marion Maréchal-Le Pen, benjamine de l’Assemblée Nationale élue le 17 juin 2012 mais qui a renoncé à poursuivre sa carrière politique le 9 mai 2017, probablement en raison des dissensions avec sa tante Marine.



Le problème n’est pas familial mais concerne la ligne politique. Marine Le Pen a adopté la stratégie de Florian Philippot (seul cadre important du FN à ne pas avoir été élu le 18 juin 2017), ce qui revient à faire du macronisme extrémiste là où Emmanuel Macron faisait du macronisme centriste. À savoir, le "ni droite ni gauche" qu’on pourrait compléter par : "tous ceux en colère avec moi", une stratégie concurrencée maintenant à gauche par Jean-Luc Mélenchon.

Jean-Marie Le Pen avait incarné l’aile droitiste du FN, la véritable extrême droite (à l’origine très hétéroclite) qui pouvait imaginer un jour s’allier avec la droite dure de la droite dite classique, sachant qu’aujourd’hui, le FN bute sur sa non-autosuffisance électorale.

Ce 20 juin 2017, Jean-Marie Le Pen était venu donc, avec huissier, faire constater que sa fille lui interdisait d’être présent au bureau politique du FN. Un bureau politique dont il a réclamé la démission en raison de l’échec du parti à l’élection présidentielle et aux élections législatives de cette année.

Papy Menhir ne manque pas d’air. C’est vrai que son grand âge a autant de quoi impressionner que sa jeunesse le 2 janvier 1956 lorsqu’il avait été élu sur une liste poujadiste (face à la liste du communiste Roger Garaudy et à la liste de droite du député des concierges parisiens Édouard Frédéric-Dupont). Et c’est vrai aussi que tout ce qui peut mettre des bâtons dans les roues d’une Marine Le Pen aussi vide de fond que ne l’a montré sa campagne présidentielle n’est pas pour déplaire à certains.

Mais quand même ! C’est l’hôpital qui se moque de la charité.

Car Marine Le Pen a fait nettement mieux que son père : être capable de réunir 10 638 475 voix au second tour de l’élection présidentielle du 7 mai 2017, soit 33,90%, face à Emmanuel Macron, c’est un score historique, près du double de celui de son père le 5 mai 2002 (5 525 032 voix, soit 17,79%).

Et l’autre score historique, c’est d’avoir fait élire 8 députés FN. Pas 35 comme en 1986, élus à la proportionnelle, seulement 8, certes, mais au scrutin majoritaire à deux tours. Et c’est bien plus important que quatre fois les 2 députés FN élus le 17 juin 2012, car ces 8 députés ont été élu en duels de second tour, c’est-à-dire, en ayant atteint (parfois très largement) le seuil de 50% des suffrages exprimés (c’est historique), alors qu’en 2012, aucun des deux n’avait obtenu 50%, ils avaient bénéficié de la majorité relative grâce à des triangulaires. Seuls des députés comme Yann Piat ou Jacques Bompard (réélu le 18 juin 2017) avaient eu l’approbation d’une majorité absolue d’électeurs, mais ils n’ont pas gardé leur étiquette FN très longtemps au cours de leur mandat.

C’est vrai que le seuil de 35% n’a pas été atteint au niveau national (à l’élection présidentielle) alors que celui de 45% était à l’horizon. Mais un tiers des électeurs qui se sont exprimés, c’est déjà énorme pour une élection présidentielle. C’est une erreur majeure de parler de plafond de verre, ou alors, c’est un plafond volant, montant à chaque élection.

_yartiLePenJM2017A03

Pire si l’on prend aussi en compte les abstentionnistes et ceux qui ont voté blanc ou nul. Certes, ils ne voulaient pas forcément de Marine Le Pen, mais on peut quand même dire clairement que le 7 mai 2017, près de 27 millions de Français (exactement 26 825 565) n’avaient pas terriblement peur de l’élection de Marine Le Pen à l’Élysée, soit parce qu’ils ont voté pour elle, soit parce qu’ils n’ont pas voulu choisir son concurrent de duel. Cela fait quand même 56,4% des inscrits, c’est énorme !

On peut comparer avec Jean-Marie Le Pen : le 5 mai 2002, c’était un raz-de-marée pour Jacques Chirac, 82,21% des exprimés ont voté pour lui (25 537 956 voix), un score de république bananière. Il n’y avait que 15 millions et demi de Français (exactement 15 653 213) qui n’étaient pas effrayés par la perspective de l’élection de Jean-Marie Le Pen, soit seulement 38,0% des inscrits.

L’apport de Marine Le Pen, cela a été d’inverser cette tendance électorale de la peur : c’est le grand résultat d’un terme que je n’apprécie pas beaucoup, la "dédiabolisation", terme qui laisserait entendre qu’on aurait "diabolisé" injustement le FN auparavant, ce qui est inexact politiquement.

Une étude avait montré en mai 2017 qu’une centaine des candidats FN aux élections législatives de juin 2017 avaient tenu ou transféré des propos particulièrement douteux, parfois racistes, sur les réseaux sociaux. Il n’y a pas "diabolisation" à le dire, c’est juste un constat, comme c’est également un constat que la ligne politique de Marine Le Pen n’en est pas une : elle n’est que clientélisme et démagogie, puisant à droite, à gauche, ou dans la poche du Parlement Européen, les argumentations en fonction des auditoires (au point de s’emmêler les pédales sur l’euro, sur l’économie, sur l’Europe…).

Il y a un air de nostalgie, de futur antérieur mélancolique, de voir un vieillard de 89 ans vitupérer sa fille pour avoir perdu alors qu’elle fait mieux que lui. Dernier sursaut d’une énergie phénoménale qui a angoissé la vie politique française depuis près de trente-cinq ans. La famille Le Pen est bien un repaire de vieilles ficelles, une resucée de vieilles recettes typiques de "l’ancien monde", du monde d’avant-Macron, du monde d’avant renouvellement. Les débats à l’Assemblée Nationale renforceront nécessairement ce fossé entre cette vieille musique et l’élan constructif de cette jeune garde des députés renouvelés.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (24 juin 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Jean-Marie Le Pen, symbole de la vieille politique.
Marine Le Pen et la fièvre du dimanche soir.
Second tour de l’élection présidentielle du 7 mai 2017.
Nicolas Dupont-Aignan plonge dans la soupe extrémiste.
Ensemble pour sauver la République.
Débat du second tour du 3 mai 2017.
Choisis ton camp, camarade !
Pourquoi Mélenchon est-il si confus pour le second tour ?
Premier tour de l'élection présidentielle du 23 avril 2017.
Le nationalisme anti-européen de Marine Le Pen coûtera cher aux Français.
Marine Le Pen, est-elle si clean que ça ?
Que propose Marine Le Pen pour 2017 ?
Le programme de Marine Le Pen pour 2017 (à télécharger).
Fais-moi peur !
Peuple et populismes.
Les valeurs de la République.
Être patriote.
Le débat qui n’a pas eu lieu.
Marine Le Pen en Égypte.
Marine Le Pen contre les droits de l’Homme.
Jean-Marie Le Pen et ses jeux de mots vaseux.
Marion Maréchal-Le Pen.
Marine Le Pen et la faiblesse de ses arguments économiques.
Changement de paradigme.
Piège républicain.
Syndrome bleu marine.
Démagogie 2.0.
Le FN et son idéologie.
Les élections législatives partielles de 2013.
Le choc du 21 avril 2002.
Marine Le Pen candidate.
Le monde des bisounours.
Tout est possible en 2017…
Mathématiques militantes.

_yartiLePenJM2017A04
 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 24 juin 11:11

    Eh Roboparkinson, la campagne, c’est fini.


    • Sozenz 24 juin 17:48

      toujours aussi à coté de la plaque le sylvain ...
      au moins vous êtes régulier ...


      • Emma Joritaire 24 juin 21:29

        "Les débats à l’Assemblée Nationale renforceront nécessairement ce fossé entre cette vieille musique et l’élan constructif de cette jeune garde des députés renouvelés."

        Tu peux toujours rêver smiley

        Le Front national incarne l’une des tendances profondes la nature humaine : l’instinct territorial, dont Jean-Claude Barreau*, souligne les conséquences désastreuses de la négation (Sans la Nation, le chaos, éd. du Toucan 2012. p. 114), et qui finira inéluctablement par péter à la g... des cosmopolites, Macroniens, UMPS, Insoumis, centristes et autres Rakotoarison.

        * Ex-président de l’Office des migrations internationales et ex-président du conseil d’administration de l’Institut national d’études démographiques,



          • Cadoudal Cadoudal 25 juin 02:36

            Enzo, professeur d’éducation civique et de vivre-ensemble :

            - Abdelkader tu me ranges ce couteau tout de suite ! et tu ouvres ton manuel au chapitre IV « le danger de l’extrême droite en France » ! Je te le dirai pas deux fois !

            - vas-y j’te nique ta race sale pute j’sors mon couteau si j’veux

            - Abdelkader tu ne parles pas comme cela ! Ne m’oblige pas à te mettre un pré-avertissement !

            - salope d’infidèle si tu fermes pas ta gueule mon frère il va te butter

            - Pourquoi dis-tu ça Abdelkader ton frère serait probablement très déçu que tu n’étudies pas en classe...

            - mon frère y deale du crack et y t’encule sale fiotte d’ailleurs j’le texte là tu vois

            - Abdelkader range moi ce téléphone c’est interdit par le règlement intérieur de l’établissement ! Tu l’auras voulu, je te le mets ce pré-avertissement, au bout de 5 tu es bon pour un avertissement formel !

            - ouiach Saïd salamalekum, mon koufar de prof il a traité notre mère de « grosse salope », on est en salle 202, j’tattends

            - Mais enfin ce n’est pas vrai ! Ne l’écoutez pas ! Jamais je n’aurais insulté une brave maghréb... aïe... non arrêtez... mais enfin... aaahhhh non au sec...

            - Crève sale raciss !

            http://www.fdesouche.com/865785-sevran-93-pic-de-violence-au-college-le-principal-et-des-surveillants-agresses-par-le-grand-frere-dun-eleve


            • Cazeaux Cazeaux 26 juin 19:54

              @Cadoudal
              Bs, J’aime votre pseudo. Cadoudal est de nos plus grands héros, défenseur de son peuple et de l’Eglise, qui le lui a bien mal rendu (dixit sa descendante en ligne directe qui habite la demeure familiale datant du grand Georges).


              Votre « blague » est hélas insigne du rapport désastreux qui nous oppose à ce qui n’est pas une infime minorité d’arabo-musulmans. Ils sont éduqués dans le mépris à notre égard, appliquant cette devise musulmane rapportée par Massu dans un des ses livres : Allah bénit le fort, Allah maudit le faible.

              Montrez vous plus forts qu’eux, ce qui peut exiger de la pure violence, ils vous respecteront et deviendront souvent des amis. Passez-leur leurs insultes, implorez leur pitié, ils vous cracheront dessus et pourront aller jusqu’à vous tuer. 
              La réaction de la plupart de nos compatriotes, pourtant encore beaucoup plus nombreux (on peut estimer à au moins 65% les Français de pure souche) est celle du vieillard, craintif, hésitant, enclin à renoncer à toute dignité pour espérer survivre.

            • zygzornifle zygzornifle 25 juin 13:31

              Papy LePen c’est la dernière cartouche du vieux FN tirée a fort Alamo .......


              • Cazeaux Cazeaux 26 juin 20:13

                Bj Vous affirmez des propos pour le moins « venteux ». C’est bien de pondre autant d’articles, à condition de bien connaître son sujet et de vérifier ses informations.


                1. Vous dites : Marine Le Pen a adopté la stratégie de Florian Philippot (seul cadre important du FN à ne pas avoir été élu le 18 juin 2017), ce qui revient à faire du macronisme extrémiste là où Emmanuel Macron faisait du macronisme centriste.

                Ce propos a autant de sens que si vous disiez que Méléchon fait du Vals extrême, et encore, ils ont appartenu au même parti.D’abord, il n’existe pas de doctrine Macron. Ce dernier a publié son 1er bouquin, Révolution, à 39 ans d’âge sans avoir écrit auparavant le moindre article. Et ce Révolution est aussi creux que ses discours. La seule chose qu’on puisse dire est qu’il se rattache par l’action et la motivation au courant de ce que Michéa appelle le capitalisme terminal : phase ultime de l’utopie libérale qui a réussi à éradiquer toute résistance morale à sa mainmise sur les sociétés. 
                Un macronisme extrémiste, cela aller encore plus loin, ce qui est une question de timing et pas de fond. 
                On peut penser, et il en a parlé comme référence, que Macron rêve d’être l’enfant que Thatcher aurait pu avoir avec Pinochet. 
                Philippot est aux antipodes de cette famille idéologique.

                2. vous dites, participant au délire média-macronesque,  
                La famille Le Pen est bien un repaire de vieilles ficelles, une resucée de vieilles recettes typiques de « l’ancien monde », du monde d’avant-Macron, du monde d’avant renouvellement.
                Qu’est-ce que c’est que cette histoire d’ancien monde vs monde du renouvellement ? Expliquez-le nous dans un article argumenté. Cette opposition remonte à 1492, vous compareriez l’arrivée au pouvoir, par le biais d’une opération de manipulation et avec le soutien d’un électeur /six, au monde nouveau découvert par C. Colomb ? 
                En un mois, il n’y a eu que des paroles, un affront qu’il paiera un jour au Pdt du plus puissant pays au monde, et des petits trafics de candidatures puis un remaniement factice, dans la mesure où tout ce qu’on reproche aux partants était forcément connu depuis longtemps.

                Bien moins que la moitié des députés Macron sont des obligés, qui soudain se retrouvent payés de prestige d’un gros salaire plus près de 15000 euros /mois de trésorerie pour faire fonctionner leurs boutiques.C’est cela le monde nouveau ? Le dépassement des clivages ? Où ? 
                Nous avons d’ex politicards de gauche et d’ex politicards de droite, de la même sauce mondialiste, qui ont rejoint le cheval gagnant, comme jadis les demi-couteaux de la mafia de NY ont rejoint Lucky Luciano quand celui-ci s’est imposé en flinguant les anciens. Et la référence doctrinale, l’utopie libérale, remonte au XVIIIe siècle, celle des propriétaires de mines qui envoyaient des gamins de 10-12 ans au fonds des puits et faisaient des mineurs qui mourraient sans avoir pu toucher un jour de pension. 
                Le monde nouveau de Macron, il a fallu quelques cent ans de luttes pour le rendre vivable. Le programme de la modernité c’est revenir au capitalisme pur, sans plus de règle, de limite. C’est génial....il fallait y penser, Macron le fait.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès