• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Khéops sur Seine

Khéops sur Seine

 Avant à "Paris-Pantruche", sur le trottoir de Paname, quand les gosses voyaient passer un bon bourgeois se prenant au sérieux, se donnant l'air avantageux avec sa femme et ses gosses et sa valetaille, ils riaient de bon cœur, se moquant d'eux. On pouvait dire son fait au prétentieux, sa bêtise à l'imbécile, sa fatuité au vaniteux. C'était la règle et si les nantis fronçaient un peu le nez, en rougissaient, ils acceptaient la chose. Et dignement ils continuaient leur route, leurs préjugés, leur mépris de classe en bandoulière.

 

Et puis en 1977 Chirac fut élu maire de Paris.

 

C'est sous ses législatures successives que la spéculation immobilière s'est largement développée dans la capitale et qu'elle n'a fait que croître et embellir depuis un peu plus, y compris sous la gauche, une manière d'attirer le magot des plus riches vers la mairie et de se couper une bonne part du gâteau (on se souviendra du montant des frais de bouche quotidiens du couple Chirac, voir à ce lien). A tel point que le petit peuple a été forcé d'aller voir ailleurs, en banlieue ou en ruralité, ne pouvant plus se loger du tout dans aucuns des arrondissements, y compris ceux réputés "populaires" où les nantis entassent leurs pauvres, les migrants ou les "diversités" (TM°).

 

Excepté dans un réduit hors de prix...

 

Cléopâtre Hidalgo arrive donc au bout d'une longue lignée de sottises et erreurs diverses et variées, de projets ubuesques et pharaoniques de plus en plus délirants, de plus en plus coupés du réel. Il fût même question véritablement à un moment d'une pyramide (la fameuse tour "Triangle", voir à ce lien). Hidalgo maintient la chose, elle continue en droit fil entourée de conseillers tous issus de la classe privilégiée, amplifie les bêtises. Paris est sans cesse en travaux dans la moindre de ses artères, dans ses boulevards, ses avenus, la plus petite de ses rues. On conseille aux moins aisés de prendre les transports en commun, le métro ou le bus, voire les vélos à louer (les trottinettes électriques (sic) étant l'apanage des bourgeois pédagogues) pour circuler dans des rues de plus en plus embouteillées.

 

C'est la revanche des bourgeois cités plus haut. Ils se sont vengés des Gavroche, des poulbots en les exilant. Ils se retrouvent dorénavant entre eux au milieu d'une agglomération littéralement interdite aux précaires, aux pauvres, excepté dans ces lieux de transit par excellence que sont les gares SNCF.

Où l'on croise des "gens qui ne sont rien" comme dirait l'autre.

Comme les nantis détestent se sentir coupables, ils se sont gardés "leurs" pauvres sous le coude, principalement des populations issues de la diversité. Ce n'est d'ailleurs pas elles le problème mais ceux qui les entretiennent dans une précarité sociale toujours plus rude (quant à l'hygiène, les salaires, le mal logement, la salubrité publique sans parler de l'insécurité endémique etc...etc...).

 

Et nos bourgeois pédagogues de rajouter des fantaisies nouvelles à leurs anciennes prétentions, de jouer les phares de la pensée. La toute dernière est quand même très drôle, et ferait hurler de rire si ce n'était si bête. Un cœur rotatif et lumineux a été érigé porte de Clignancourt pour célébrer l'amour à la saint Valentin (voir illustration et à ce lien). Il a été dressé dans un des quartiers de l'ancienne ville-lumière le plus gangrené par la violence sociale et communautaire. Mais tout va très bien madame la pharaonne...

 

...Celle-ci pour faire taire les contradicteurs a trouvé croit-elle la parade ultime : entretenir le masochisme mémoriel constamment en laissant entendre que les grincheux seraient des nostalgiques du nazisme et autre totalitarisme assassin...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen 

Amaury - Grandgil 

illustration empruntée ici


Moyenne des avis sur cet article :  2.86/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 14 février 19:15

    Bonjour, Amaury

    Désolé, mais je trouve votre analyse sociologique assez largement erronée. L’embourgeoisement de la capitale est la conséquence d’autres facteurs que la seule spéculation. C’est ce que j’ai tenté de montrer dans cet article : Cette « gentrification » qui chasse les classes populaires de Paris.

    Pour ce qui est Khéops, savez-vous que c’est le nom de l’une des tours du 13e arrondissement ? Elle voisine avec Chéphren (où j’ai habité durant des années) et Mikérinos.


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 février 20:07

      @Fergus
      c’est la cause de départ, et je crois ne pas ne me tenir qu’à cette seule cause


    • Chantecler Paracétamol 14 février 20:14

      @Fergus

      elle pourrait aussi bien s’appeler Shangaï ou Haïphong, parce que les touts du XIIIème sont majoritairement peuplées de Chinois et Indochinois installés par Chirac à l’époque des « boat-peoples »pour éviter qu’elles ne fussent habitées par les anciens ouvriers de Panhard et Citroën dont les usines venaient d’être rasées.


    • Fergus Fergus 14 février 20:35

      Bonsoir, Paracétamol

      « majoritairement peuplées de Chinois et Indochinois »

      Pas dans ces trois tours-là, situées aux abords du métro Chevaleret. Les Asiatiques sont concentrés dans les tours des Olympiades, du boulevard de Masséna et des immeubles situés le long des avenues d’Ivry et de Choisy.

      « installés par Chirac » 

      C’est vrai pour les habitations du parc social. Mais inexact dans les copropriétés où les Français de souche étaient largement majoritaires au début avant que les Asiatiques ne rachètent les appartements les uns après les autres au départ des précédents occupants.


    • Alren Alren 15 février 12:47

      @Amaury Grandgil

      Les logements populaires étaient sans confort et malsains. Inévitablement, ils devaient être démolis pour reconstruire à la place des logements sains.
      Si on les avait conservés, on assisterait à une multiplication d’effondrements comme à Marseille ou des maladies dues aux moisissures et aux peintures au plomb.

      Un jour futur, on considérera que les immeubles neufs d’aujourd’hui ne sont pas autosuffisants en énergie et on les démolira (sauf peut-être les immeubles haussmanniens qui seront regardés comme des monuments à l’égal de la Tour Eiffel ou l’Arc-de-triomphe) pour bâtir des immeubles « verts ».


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 15 février 14:43

      @Alren
      personne ne dit le contraire, mais cela ne justifie pas la spéculation


    • Fergus Fergus 15 février 15:52

      Bonjour, Alren

      « Les logements populaires étaient sans confort et malsains. Inévitablement, ils devaient être démolis pour reconstruire à la place des logements sains.
      Si on les avait conservés, on assisterait à une multiplication d’effondrements comme à Marseille
       »

      Merci à vous, c’est très exactement ce que j’ai tenté d’expliquer dans mon article sur la « gentrification de Paris » mis en lien plus haut.
      Et comme je l’ai indiqué dans cet article, ce phénomène touche toutes les grandes villes d’Europe, quelle que soit la couleur politique de leur équipe municipale.


    • Fergus Fergus 15 février 15:58

      Bonjour, Amaury Grandgil

      La spéculation ne résulte pas d’une volonté des élus, mais de la liberté des prix du marché. Et ladite spéculation pénalise très fortement les municipalités qui voient, à leur grand dam, les prix du foncier s’envoler et par conséquent les possibilités de lancement de programmes sociaux se réduire d’autant.

      Ce qui ne veut pas dire qu’il ne puisse pas y avoir, ici et là, des collusions entre des responsables municipaux et des promoteurs, mais à mon avis elles ne constituent fort heureusement pas la majorité du genre ! 


    • Raymond75 15 février 08:32

      Je partage globalement votre analyse. Étant donné mon grand âge, j’ai vu le Paris populaire disparaitre sous la chiraquie, puis la mitteranderie ... Seuls les populations issues de l’immigration ont eu droit à la clémence de nos ’décideurs’ car ’victimes-de-la-colonisation’.

      Paris est devenue une ville de vieux riches, de bobos héritiers (sans enfants) et de touristes de passage. Cette ville devient un musée où tout est cher. Et les quartiers encore ’populaires’ sont laissés dans un état crasseux et envahis par des gens qui se comportent plutôt mal, en attente de la ’gentrification’. Et comme vous l’avez dit, les logements sociaux sont de fait attribués aux immigrés.

      Les classes populaires furent reléguées dans les banlieues HLM, puis ce fut le tour des classes moyennes dans la petite couronne d’abord, puis de plus en plus loin, et aujourd’hui on découvre que plus personne ne peut vivre à Paris avec des enfants ...

      Et ce qui est le plus scandaleux, c’est que tous les gens qui font vivre cette ville, les policiers, pompiers, personnels médicaux, fonctionnaires, employés et la plus grande partie des cadres ne peuvent y vivre !

      Aller le matin, retour le soir dans des transports qui bien que modernes et de bonne qualité sont toujours saturés, et on se paye notre tête avec les vélos et les trottinettes à louer !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès