• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’arbitre Bayrou a les oreilles qui sifflent

L’arbitre Bayrou a les oreilles qui sifflent

Le troisième homme du centre a gagné en sex appeal depuis dimanche. Sarkozy lui fait du rentre-dedans, tandis que Ségolène lui propose un rancart. L’intéressé, lui, réfléchit surtout aux échéances de juin, où il voudrait conclure.

François Bayrou doit être content : il est aujourd’hui un homme qui compte. Lui qui sait apprécier la notoriété et ses reportages dans Paris-Match doit se frotter les oreilles en entendant son nom sortir de toutes les lèvres de gauche comme de droite dans cet entre-deux-tours.

Les lieutenants de Sarkozy, dont « d’anciens » UDF (Borloo, Robien, Santini, Douste Blazy) lui ont clairement signifié que pour eux il faisait « partie de la famille », que donc, « tout naturellement », pour reprendre une formule chiraquienne, il devrait soutenir Nicolas Sarkozy dans son ultime ascension vers l’Elysée. Sarkozy, lui, n’a pas exactement répété l’offre : hier à Dijon (son clocher, sa moutarde) il a redit sa volonté de rassembler tout le peuple français, mais en précisant, dans son inimitable style « si t’es pas content, dégage » : « Que l’on ne compte pas sur moi pour renier mon projet (...). Je ne construirai pas une union des partis sur le sacrifice de ma sincérité », avant de conclure par un « je ne marchanderai pas » plutôt précis. En clair : ce n’est pas à Sarkozy, en position de force, de demander de l’aide à Bayrou, c’est plutôt à Bayrou de savoir s’il veut ou non faire partie de la victoire UMP. "L’ouverture dont je veux être le candidat c’est l’ouverture de l’esprit" a poursuivi Sarko en explicitant : "L’ouverture d’esprit, c’est être capable de prendre en considération les raisons de l’autre (...) et de le respecter même quand on pense qu’il a tort (...). Nul besoin d’être d’accord sur tout pour que chacun puisse travailler avec les autres pour le bien commun." Sarkozy n’introduira donc pas de dose de centrisme dans son programme d’ici le 6 mai, mais ça n’empêche pas les électeurs de l’UDF de voter pour lui ; il prendra leur vote avec joie et gratitude.

Pour Ségolène, hier à Valence, la musique est autre. La dame de Melle (son clocher, sa maternelle) a certes réalisé un score remarquable, mais loin, très loin, des 31 de son adversaire. Soutenue très vite par ses amis d’une ultra gauche dérisoire, elle sait que pour l’emporter elle devra draguer, en profondeur, les voix de l’UDF. Et ce François Bayrou, qui n’avait, il y a encore quelques jours, « ni programme, ni équipe » selon les propres dire de Ségo, risque d’être dur à mener à l’abreuvoir. Alors la favorite de monsieur Hollande a choisi comme d’habitude, dans son inimitable style « arrêtez de m’applaudir on entend pas ce que je dis » : "La France a tout à gagner à l’ouverture des idées pour sortir des blocages d’un système dépassé. C’est pourquoi je propose un dialogue public sur la base du pacte présidentiel". Du Bayrou dans le texte, non ? Excepté l’insert « pacte présidentiel », on jurerait une déclaration du candidat béarnais. Un « dialogue public », donc un débat, pour rechercher des « convergences » entre son pacte à elle et sa vision de la VIe République à lui.

Ca paraît un peu fumeux, comme système, mais Ségolène n’a pas le choix : même les plus bornés de ses éléphants ont compris que pour avoir une chance de pas finir Fanny, il allait falloir coûte que coûte se trouver des atomes crochus avec le centre. Ou au moins faire revenir, ces « électeurs de gauche » qui ont voté Bayrou au premier tour parce qu’ils n’étaient pas convaincus que Ségolène puisse battre Sarkozy au second. Pour les faire revenir il faut les convaincre que si, c’est possible, l’oie blanche du Poitou peut arriver à ses fins, avec un peu d’orange sur son tailleur, voire quelques déplacements en tracteur.

C’est Rocard qui doit se marrer, bien sûr. Et pas seulement lui. Une petite revanche pour certains vieux croûtons socialistes que Ségolène avait raillé quand ils avaient appelé « trop tôt » selon la Dame, à rejoindre Bayrou. Aujourd’hui, Royal est obligée de le faire. Elle n’a pas d’autre choix. Et surtout pas de se lancer dans une campagne « tout sauf Sarkozy », que souhaite Besancenot, qui conduirait à une diabolisation du candidat UMP que ce dernier saurait sans difficulté retourner à son avantage.

« L’arbitre, dans un match de foot, c’est l’homme le plus important, non ? » a lâché hier, amusé, le très jovial ancien ministre de Sarkozy récent UDF Azouz Begag. François Bayrou s’est vu décerner ce rôle d’arbitre par les politologues. Ce qui doit le faire saliver, certes, mais l’homme connaît quand même suffisamment la musique pour savoir aussi qu’il a un frein à son ambition : les législatives. Dans la perspective de ce scrutin-là, il va devoir bien calculer son coup, siffler dans le bon sens. Pour que son parti « social-démocrate » ressemble à quelque chose et ne soit pas relégué au rang de « gadget », comme l’UDF l’a trop souvent été. C’est pour cela que Bayrou n’est plus dans la course à l’Elysée, il est passé à l’élection suivante, dès les résultats proclamés. Ce n’est donc pas tant des « convergences » qu’il va venir chercher à droite ou à gauche, mais plutôt quelques circonscriptions. L’assurance qu’un bon nombre de ses 577 candidats arrache le morceau.

Que Ségolène se méfie donc : le centre n’est pas cette terre d’asile où l’ordre juste serait tout heureux de s’épanouir, mais un terrain miné qu’elle devra sécuriser. Et puis, aussi important soit-il, l’arbitre ne fait pas les joueurs.


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (103 votes)




Réagissez à l'article

144 réactions à cet article    


  • Philippe D Philippe D 24 avril 2007 09:51

    Ménage à 3 :

    Nous sommes tous des centristes !

    Plus centriste que moi tu meurs !

    Au Centre Toute !

    La France, hier éclatée entre 12 candidats éparpillés, se retrouve ce matin réunie dans un parti unique. La nuit du 22 au 23 Avril a porté conseil. Rendez-vous à l’Extrême-Centre ! Aucune hypocrisie bien sûr dans ce consensus général, chacun retrouve enfin ses vraies racines.

    Fais gaffe Bayrou !


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 avril 2007 14:59

      Ménage à trois ? C’est Guitry, je crois, qui disait que l’amant est parfois bien plus cocu que le mari. Si quelqu’un a un peu de cervelle dans la famille Royal, Ségolène se désiste (Article 7)et laisse Bayrou battre Sarkozy. Elle devient Premier Ministre après les législatives, à la tête d’un regroupement de Centre-gauche et fait vraiment quelque chose pour la France. Sinon, elle va disparaître si vite de la scène politique qu’on va se demander dans 10 ans si elle a vraiment existé.

      Pierre JC Allard


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 avril 2007 16:06

      On semble vouloir contester (infra) la légalité d’un désistement de Madame Royal. Ceci est le texte de l’article 7 de la constitution qui me semble le permettre. Les majuscules sont de moi. "il est procédé, le quatorzième jour suivant, à un second tour. Seuls peuvent s’y présenter les deux candidats qui, le cas échéant APRÈS RETRAIT DE CANDIDATS PLUS FAVORISÉS, se trouvent avoir recueilli le plus grand nombre de suffrages au premier tour.

      PJCA


    • Philippe D Philippe D 24 avril 2007 17:21

      Honnêtement vous y croyez vous ?

      Ca serait trop beau et sans doute la seule façon de battre Sarkozy, mais vu les égos surdimensionnés de chacun dans la sphère politique, c’est complètement impossible.

      Merci quand même, grand merci, de nous avoir fait rêver un peu !


    • RemiZ 25 avril 2007 09:27

      Votre article 7 est bien joli, mais ce serait franchement se moquer de la democratie que de catapulter Bayrou en lieu et place de Royal. C’est le principe du 1er tour des elections que de faire ce choix.

      Ce qui serait plus intelligent, c’est que les electeurs Bayrou votent Royal. Sinon, on peut etre certain que Sarkozy mettra de longues annees a lacher le pouvoir, et que tous ses adversaires se verront engloutis dans une machine mediatique inedite en France.


    • Equilibris 25 avril 2007 16:19

      Je pense surtout que si un accord pour un désistement était conclu, cela serait perçu comme outrageux aux yeux de beaucoup et immédiatement sanctionné au niveau des urnes. Ce serait un acte perdant-perdant désastreux pour les deux.


    • diablotin 24 avril 2007 09:52

      Merci pour cet humour et cet regard porté avec recul sur Bayrou. Amusant.


      • tvargentine.com lerma 24 avril 2007 09:56

        Seul les socialistes et les centristes ont faient avancés l’Europe.

        Seul les socialistes et les centristes se préocupent des plus faibles et d’un système social qui n’est pas livré au libéralisme exacerbé comme celui de Nicolas Sarkozy

        Seul les socialistes et les centristes se rejoignent sur la catastrophique gestion et co-gestion du couple Chirac-Sarkorzy.

        Nicolas Sarkozy n,a aucun intèrêt de voir une force d’opposition sur son centre,il fera tout pour tuer les centristes,afin d’etre le « 1er consul » seul à diriger et à imposer sa pensée unique

        L’avenir des centristes,passe par Ségolène Royal

        En auront ils le courage ?????


        • Bill Bill 24 avril 2007 10:01

          Ca s’est senti tout ça sur l’Union européenne !!! Oh ce que je sens protégé depuis ce temps-là !!! Et tout ça grace à la gauche et au centre qui ont tant travaillé à construire cette Europe-là ! Bravo la gauche et le centre, merci ! Et un grand merci aussi pour tous les ouvriers qui se sont fait licencier et qui vont l’être très vite ! ah ! Heureusement que nous avons la gauche et le centre...

          Ce que les gens peuvent être innocents et naïfs ! C’est touchant...

          Bill


        • Darkfox 24 avril 2007 10:24

          oula les avancées de l’Europe,les méchants de droite et les gentils de gauche... Pour information, c’est fini tout ça... Je vous colle une sauce PS taxe sur les expatriés ? augmentations de taxes en tout genre ? création de postes de fonctionnaires (plus de fonctionnaires c’est mieux oups la dette..) UMP et PS c’est le même combat. Donc dans 2 semaines on fera notre choix mais franchement entendre des trucs comme tout sauf Sarkozy ( j ai adoré la soirée de TF1 présidentiel ou au final c’était tout sauf Sarkozy et à la question qu est ce que vous porposer dan svotre programme y a vait un joli vide ;) merci Noel Mamère ) Qu on fasse des propositions qu on nous montre un peu ce qu ils ont dans le ventre nos 2 futurs présidents potentiels. Fini les querelles d’écoliers, je voterai pour celui qui a un programme pas pour une histoire de lui il est méchant réactif moi je suis la gentille princesse toute molle...


        • aquad69 24 avril 2007 10:01

          Bonjour Lilian,

          bien vu...

          Mais je ne suis pas optimiste : je crains que les jeux ne soient déjà fait, et qu’il ne nous faille avaler du Mr Sarkozy pendant cinq ans :

          Il va disposer d’une année, avant les prochaines législatives, pour refonder le système de gouvernement, et probablement le rendre plus présidentiel, plus « américain ».

          S’il trouve le pouvoir de le faire, pourquoi s’en priverait-il ?

          Cordialement Thierry


          • Bill Bill 24 avril 2007 10:02

            Choisir entre la bravitude et l’eugénisme, une merveille !

            Bill


          • Le nanaconda 24 avril 2007 13:14

            @ Bill

            C’est tout de même agaçant de revenir systématiquement à cette histoire de « bravitude » concernant Royal. Le plus agaçant, c’est que Sarkozy a fait exactement le même genre de boulettes la semaine dernière à la radio, en parlant de « fatitude » au lieu de fatuité, et aucun média à part Libération ne l’a relevé.


          • Bill Bill 24 avril 2007 13:27

            Désolé Nanaconda, c’est celui qui est resté le plus populaire de tous ces jeux de mots !

            Et je suis d’accord, Sarkozy dit aussi des conneries, comme les trentagénaires pour les trentenaires, ce que personne n’a relevé non plus !

            Ah, mon pauvre pays !

            Bill


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 avril 2007 14:46

            Accueillons avec gratitude cette course commune à la neologitude qui va nous faire épargner bien des guillemets et donner un air de neuf à des tractations tout à fait pareilles à celles qu’on faisait il y a cent ans. Demandons, cependant, aux candidats de choisir entre Lacan et Derrida la façon dont ils entendent innover sur Voltaire, ce qui permettra d’en déduire sur quel compte ils vont tirer quand ils se payeront nos gueules. Platitude est-il encore français, ou faut-il le dire plus people ?

            PJCA


          • Emile Red Emile Red 26 avril 2007 08:58

            Bah avec Sarko tout est « possib » et la gauche est « lamentab » (de ping-pong)...

            Quelle tristesse linguistique ce pôv typ va encore nous balancer au long de ses innombrab jérémiades de Sarkoliméro. C’est injuste trop injuste ...

            Ah oui, c’est vrai il connaît les travailleurs pask’il va dans les usines (de Neuilly ?) lui, hummm !!!


          • arturh 24 avril 2007 10:21

            Comme la gauche et l’extrême gauche nous l’avaient prédit, Sarkozy est déjà en train d’appliquer les idées de Le Pen en exploitant les quelques immigrés africains qui n’ont pas encore été expulsés ...

            http://www.sarkozy.fr/home/


            • Fanfan la tulipe 24 avril 2007 10:31

              Perso je vais attaqué sego au 2eme tour, entre les « jamais avec le centre », « il n’a pas de programme », « la droite molle » et j’en passe, à si le fameux vote utile, j’espère quelle ne passerat pas comme ca le vote utile n’aurat servi à rien, autant avoir sarko entre la peste et le colera vaut mieux attaquer la ou sa risque de faire le plus de mal, c’est a dire tirer sur la gauche (pas de presidence pendant 17 ans, magnifique plantage en 2002 et si elle perd plantage du vote utile). et comme ca pendant 5 ans sarko serat dans une tension tel car tout le monde au centre et à gauche regardera à fond sa presidence qu’il petera un plomb à un moment et on lui tomberas dessus.


              • BuZardinho BuZardinho 24 avril 2007 11:31

                Mais bien sûr, ce qui m’énerve dans tout ça, et je tiens à le repéter ce n’est pas que l’UDF calcul pour son avenir, c’est légitime et même appréciable.

                Le problème, c’est que on sait pertinemment que par pur calcul Bayrou ne peut appeller à voter, ou alors ça serait du suicide. Donc, les militants et supporters l’ayant bien vu sont prêt à laissé la France, à l’abandonner.

                Nous verrons, en espérant, si Sark passe si la casse sociale et idéologique est rattrapable, on verra si le beau parti orange de FB passera et si ce n’est pas un pays défiguré qu’il retrouvera.


              • ndididju 24 avril 2007 13:04

                Espoir que ce soit rattrapable ? J’en doute fort, il ne manque à l’UMP plus que la présidence et l’assemblée nationale pour détenir le pouvoir absolu...Tout ! senat, conseil d’état, conseil constitutionnel, conseil superieur de la magistrature, de l’audiovisuel,la haute cour et le soutien inconditionnel du medef, de la haute finance, des grands médias (bouygues,lagardère) et le tout basé sur une assise de légitimité démocratique indéniable...Il ne vont pas se géner pour modifier et verouiller les changements...Et rien nepourra les arreter : « ce n’est pas la minorité qui va décider contre l’avis de la majorité »


              • Bill Bill 24 avril 2007 13:58

                Mais non les gars, Bayrou c’est un rebelle, il va rejoindre le maquis ! Jamais il n’acceptera de s’allier durant les élections avec l’UMPS, non ! Pas le Che Bayrou ! Il a trop la rebelle attitude, pensez !

                Non au système ! Il va surement appeler au boycot cot du vote... Pourvu qu’il ne soit pas trop violent...

                Bill


              • tipaul 25 avril 2007 12:25

                mmm... je ne suis pas un fan de la théorie de la peur et de l’état policier. Je suis plutôt quelqu’un d’optimiste de nature.

                Ce qui m’étonne, c’est que le « la droite a tous les pouvoirs », on nous l’a déjà fait en 2002. Alors là, on va dire « oui, mais sarkozy c’est pire que chirac », ou bien « oui, mais bush est un grand copain de sarkozy », ou bien plein d’autres arguments.

                Je rappelle quand même qu’en 2008 il y aura les municipales, donc j’imagine mal l’etat terreur que certains nous promettes. Notons également que les conseils régionaux sont presque tous à gauche...

                Donc le raisonnement me parait erroné


              • Emile Red Emile Red 26 avril 2007 09:09

                Les municipales ils les ont déjà retardées, qu’est-ce qui les empèchera de les suprimer ? Puis ils sanctionneront les régions en diminuant les impôts nationaux, ils diront que les conseils régionaux sont incompétents, ils les suspendront, ensuite le chemin sera libre pour appliquer le plan néo-con que Berlusconi a tenté en Italie.

                Fini au gouvernement c’est Le Pen au gouvernement, la RAI, les TV privées, les journaux aux mains de Berlusconi, ce sont FR2, FR3, TF1, M6 et Lagardère et Dassault aux cabinets ministériels.

                Même projet, même démarche, mêmes hommes, mêmes résultats.


              • jojo 24 avril 2007 10:34

                En tout les cas votre article est on ne peut plus clair pour montrer que vous avez très largement choisi votre camp, le ralliement à Berluskozy


                • djidji 24 avril 2007 10:50

                  quelle campagne !! quelle changements !!! on nous a promis une 6ème république et aujourd’hui on se tire le maillot pour les voix de bayrou !!

                  quelle ouverture !! Ok il a fait 18 pourcents...et quoi ?? Si (et vous pouvez retournez ça comme ça vous chante) ségo vient à négocier avec bayrou par souci démocratique, parce que « la candidate du changement » est ouverte et qu’elle devient présidente, que fera t’elle des 30 pourcents qui ont voté pour sarko après le 2nd tour ??? sera t’elle toujours aussi démocratique, à l’écoute de TOUT le peuple ??

                  Ca vaut pour chacun des candidats : on pensait avoir d’un côté la candidate incorruptible du changement et de l’autre le candidat incorruptible fidèle à son programme !!

                  Croyons bien fort à ce changement ! aujourd’hui j’ai peur que l’habituelle affrontement droite/gauche ne soit pas qu’habituel dans la forme.


                  • Voltaire Voltaire 24 avril 2007 10:53

                    Une bonne analyse du problème.

                    Le système politique exige en effet que, pour avoir une quelconque influence, un parti ait des députés au parlement. Pour François Bayrou, c’est la quadrature du cercle :

                    - il a obtenu un score remarquable, mais l’écart qui le sépare des premiers rend difficle des victoires sans alliances, même en triangulaires, contre l’UMP et le PS, aux législatives

                    - Ses électeurs ont voté massivement pour son projet de rassemblement, le « et et » (et non pas le « ni ni »), et pour le dépassement du clivage droite-gauche : toute alliance à ce stade ferait fuir une partie importante de ces nouveaux électeurs

                    - un parti, et bien sûr ce nouveau parti démocrate, a besoin d’argent. Or, le financement public est lié au nombre de voix obtenues aux législatives...

                    Donc : si Bayrou ne fait aucune alliance, il risque de perdre son groupe parlementaire, et donc toute influence surle futur gouvernement et toute visibilité médiatique (jusqu’aux élections à la proportionnelle de 2009-2010), mais il conserve ses électeurs et rallie au sein de son nouveau parti toutes les nouvelles composantes de gauche modére et écologique qui ont fait son succès

                    Si Bayrou passe une alliance, il conserve ses députés, voire en gagne un certain nombre, mais perds un tiers de ses électeurs...

                    Gageons que l’on doit être en train d’observer à la loupe les résultats de toutes les circonscriptions de France afin de voir si la stratégie d’indépendance totale permet au nouveau parti de survivre...

                    Le plus logique, et sans doute le plus payant, serait de refuser de prendre parti dans un premier temps, en se concentrant sur les projets des deux candidats. Il existe plusieurs points clés qui peuvent permettre à Bayrou de rester dans une position de défiance : le refus de toute alliance avec les extrêmes (droite et gauche), ce qui peut poser un problèmes à l’UMP et au PS, le refus de creuser la dette (or, les deux candidats restants ont promis 60-70 milliards d’euros de dépenses non financées...), des exigences démocratiques (rôle et représentation du parlement, nominations...), même si là un accord et plus facile à trouver à gauche, et divers ponts sur l’emploi, l’exclusion, l’environnement etc... Faute de convergence des projets PS ou UMP, il pourra indiquer ne pouvoir prendre parti qu’après les présidentielles, sur la base d’un accord de gouvernement en fonction des législatives.

                    Les propositions actuelles de Sarkozy et de Royal sont, comme l’indique l’auteur, uniquement destinées à rallier son électorat, et n’entre pas dans une idée d’alliance objective. Cela devrait permettre à François Bayrou de gagner du temps pour construire son nouveau parti, et repousser à juin toute discussion politique.

                    Reste que la pression, surtout de Nicolas Sarkozy, va être intense. Celui-ci a en effet moins besoin que Royal de la totalité des voix du centre, et se trouve toujours dans une attitude du « si tu n’es pas avec moi, tu es contre moi ». Le nouveau parti de Bayrou constituant une menace pour les deux favoris, ils feront tout pour le faire capoter et tuer dasn l’oeuf cette initiative (la chose a déjà commencée dans les principaux médias). Toute la question est donc de savoir combien d’élus UDF vont résister à la pression. Sans compter que les életions municipales ajoutent un élément important dans la problématique... Comment ne pas fusiller toute possibilité d’accord local pour garder ou gagner des élus municipaux, et avec quel partenaire...

                    Cette cuisine électorale parait sans doute sans objet pour de nombreux citoyens. Néanmoins, la réussite du pari de Bayrou dépend aussi de sa capacité à avoir des élus, à tous les niveaux, afin de représenter ses nouveaux électeurs.

                    Une première réponse mercredi ?


                    • alex.nd 24 avril 2007 14:06

                      @Voltaire :

                      J’adhère totalement à votre analyse de la situation...Tout sera question de timing pour l’UDF.

                      Et si le pari de bayrou rate...mon Dieu quel gachi !

                      Quand je vois la stratégie d’extermination de l’UDF qui a été mis en place par l’UMP...C’est vraiment sale la politique UMP...


                    • Rage Rage 24 avril 2007 19:28

                      @Voltaire :

                      Ton analyse purement politique fait peur pour la démocratie : les citoyens sont-ils aussi inutiles que cela à vos yeux ?

                      Soyons clairs, si Bayrou ne prend pas position, les électeurs, eux, le feront.

                      Pour l’un ou pour l’autre, et cette position sera encore plus cinglante aux législatives, surtout si Sarkozy passe.

                      Si Bayrou croit avoir une base, il commet une erreur : il a une marge d’action, un mandat pour réformer le centre gauche. Soit il transforme avec un PS rénové, soit il va à la soupe UMP ce que je me refuse à croire.

                      Mais il n’y a pas d’autre alternative : si la 3ème voie avait été la bonne, il aurait fait 27% au 1er tour. Son message passe, mais une stratégie « politique » serait une grave erreur.

                      Au 2ème tour d’une présidentielle, on ne peut pas se permettre de se taire, surtout quand on pèse 18% des voix.


                    • Voltaire Voltaire 24 avril 2007 22:10

                      @Rage

                      Il ne faut pas être naïf. Sans députés, la tentative de construction d’un mouvement nouveau tombe à l’eau. Or, pouvez-vous penser une seule seconde que le PS accepte de faire de la place à des élus ex-UDF, alors qu’avec la défaite de leur candidate, le PS sera déjà exangue ?

                      La position de François Bayrou la plus probable, qui est de conserver un positionnement assez neutre pour le second tour, est cohérent avec le vote de ses électeurs. Ceux-ci refusaient le système bipolaire, on voir mal Bayrou appeler à voter pour des candidats qui ont méprisé son projet et retomber dans le vieux clivage droite-gauche.

                      Chaque électeur de Bayrou pourra se positionner suivant ses convictions personnelles sur ce second tour, mais il y aurait incohérence pour Bayrou de cautionner l’un ou l’autre.

                      Il est clair que le projet de Bayrou trouvera sa concrétisation dans un nouveau parti, plus ouvert, et définitivement détaché de la droite classique. Mais ce n’est pas non plus pour devenir un parti de gauche. Après le premier tour des légslatives, il pourra y avoir accord de gouvernement et donc de coalition avec l’un des partis, sur un projet commun, menant donc à des désistements réciproques, mais il me semblerait bien précoce de l’envisager maintenant.


                    • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 25 avril 2007 10:07

                      « alors qu’avec la défaite de leur candidate, le PS sera déjà exsangue ? »

                      Terme manifestement exagéré quand on connaît la situation du PS dans les régions ! La lucidité consiste à ne pas prendre ses désirs pour la réalité. Le fait est que SR est largement devant FB et que rien ne peut confirmer que son score sera catastrophique au deuxième tour, qu’elle passe ou non les 50%.

                      Votre discours devient de plus en plus nébuleux. cette nébulosité est à la mesure de la situation délicate de FB : Prendre position pour l’un ou l’autre des candidats, c’est rompre avec le confort d’une position transcendante et donc innocente, mais c’est encore moins aisé pour lui de ne pas prendre position : un homme politique, incapable de choisir entre deux maux le moindre, ne fait pas la preuve de son esprit de décision et de responsabilité.

                      Vous êtes donc obligé de spéculer sur un effondrement du PS ou de SR, mais comme vous devriez le savoir, l’éventuelle défaite de cette dernière qui n’a rien d’assuré ne signifie pas nécessairement son effacement et encore moins sa mort politique.

                      Par contre un succès de NS (qui n’est pas certain),, dû en partie au refus de FB de se déclarer nettement contre lui, pourrait valoir à celui-ci le reproche d’avoir abdiqué de son autorité politique, laquelle aurait permis d’éviter à notre pays une fracture sociale et des affrontements qui seront pires encore que ceux dont il souffre aujourd’hui.


                    • Emile Red Emile Red 26 avril 2007 09:24

                      D’autant plus M. Reboul que jamais un candidat de gauche n’a autant fait l’unanimité à sa gauche comme SR, que ce soit dans le PS ou à la gauche de la gauche, et même si les petits partis ont fait de faibles scores, tous confondus arrivent aux alentours de 12 %, sans compter les verts modérés qui pour un temps ont usé du vote « sanction » UDF et qui rejoindront de manière certaine SR.

                      On ne sait pas encore le nombre de communistes qui ont rallié le FN mais il y a fort à parier qu’ils reviendront à la maison pour un combat ultime, donc rien est encore gagné pour NS, et encore moins pour Bayrou qui se retrouve dans la tranche de celle du FN il y a 5 ans, or on voit ce qu’il en reste aujourd’hui.

                      Dans le cas d’un ralliement de l’UDF à droite c’est l’écroulement assuré par absorbtion, dans le cas d’aucune prise de position, c’est aucun accord pour les législatives et un effondrement tout aussi net, on voit bien pourquoi Bayrou ne se prononce pas mais taquine le pied de SR et lance sans cesse des attaques contre NS.


                    • Icks PEY Icks PEY 24 avril 2007 10:54

                      Bel article Lilian,

                      Je crois que Bayrou va s’effondrer comme un chateau de carte. Car on nous fait prendre des vessies pour des lanternes ! Bayrou s’est construit à partir de son électorat traditionnel, celui de centre droit (qui reviendra à Sarko), auquel s’est rajouté l’électorat de droite effrayé par Sarko (qui sera partagé à moitié entre Royal et Sarko) et l’électorat de gauche convaincu que seul Bayrou peut vaincre Sarko (qui reviendra à Royal), éventuellement majoré de quelques frontistes déçu par le Fn et ravid etrouver un candidat anti-système autre que JMLP (qui iront majoritairement à Sarko).

                      En aucun cas c’est un vote d’adhésion à un programme : il n’a fait que fédérer des « anti- » : anti-royal, anti-sarko, anti-système, ...

                      Les électeurs de Bayrou vont s’éparpiller ... rest à savoir pour qui ... Mais Bayrou, lui, il est politiquement mort, à mon avis.

                      Bien cordialement

                      Icks PEY


                      • CAMBRONNE CAMBRONNE 24 avril 2007 14:36

                        SALUT ICKS PEY

                        D’abord je veux souligner la qualité de l’ article de Lilian qui comme d’habitude nous fait une bonne analyse de la situation et avec humour et légèreté en plus ce qui n’est pas rien sur ce site où la propagande la plus lourde est de rigueur depuis quelques temps .Merci MACHINCHOSE !

                        Ensuite je voudrais apporter à votre commentaire une grosse nuance : CE que vous dites est une possibilité mais pas une certitude . Je suis d’accord avec ce que vous dites de l’électorat BAYROUISTE de ces présidentielles en tant qu’ancien électeur de l’UDF .

                        Je dis ancien car selon l’attitude de BAYROU ils auront ou ils n’auront plus ma voix comme celle de nombreux électeurs de cette droite non Gaulliste dans laquelle je me suis retrouvé pendant des années .On appelle ça le centre mais l’UDF par bien des côtés était plus à droite que le parti dit gaulliste .

                        Donc BAYROU peut exploser en vol mais je crois qu’il ne le fera pas . Il est très bien coaché par une dame qui est le chef de sa campagne et que je verrais bien candidate un jour . Je serais bien étonné de la voir pousser son chef dans les bras de Ségolène .

                        Pour conclure je pense que FB ne donnera aucune consigne de vote , qu’il constituera son parti dans la mesure ou l’UMP voudra bien l’aider ou le laisser faire et ensuite il essaiera de jouer un rôle au parlement avec les députés qu’il aura .

                        Sa marge de manoeuvre est étroite mais je ne lui souhaite pas de mal .

                        Vive la république quand même .


                      • Emile Red Emile Red 26 avril 2007 09:41

                        Que reste-t-il du Gaullisme dans l’UMP ?

                        Je me souviens d’une époque où il y avait un Gaullisme de gauche que même De Gaulle n’a jamais désavoué, et la sociale démocratie d’un Straus Khan ressemble plus à cela que l’UMP dans son ensemble où le particularisme a été bani à tout jamais à la prise de pouvoir de NS.

                        Le problème de l’UDF est que c’est un parti qui navigue du libéralisme giscardien au radicalisme, deux courants aussi éloignés ici, que furent les radicaux de droite évaporés dans la tendance néo-con de Sarko à l’UMP.

                        L’UDF n’a pas beaucoup de marge de maneuvre, raison pour laquelle la fondation d’un nouveau parti est incontournable, seulement quelles seront les courants qui y adhèreront, les pseudo-radicaux peuvent mener ce parti, les ex-giscardiens se rallieront tôt ou tard à la droite en se fondant dans le moule. La seule alternative viable pour un parti centriste indépendant est de nouer des liens avec les radicaux de gauche ou le PS, avec dans tous les cas une forte diminution des adhérents et des représentants.


                      • shadow45 24 avril 2007 11:12

                        Bayrou n’est pas politiquement mort... Au faite il se doit de rester neutre ! Il est complètement bloqué, il ne peut pas dire qu’il veut être à droite car il perdra définitivement l’électorat de gauche, et vis versa. Car je suis sur qu’il veut arriver au pouvoir en 2012, donc il faut pas qu’un parti lui déserte sinon c’est la fin définitif pour lui. Le problème aussi est, s’il ne peut pas donner d’avis sur qui il veut peser, on imagine l’immobilisme qu’il y aurai eu en cas de victoire de Bayrou ! S’il avais un partis moitié droite et moitié gauche, et qu’il veut pas donner un favoris dans les querelles inter-parti, cela aurai été catastrophique pour la France ! J’aurai encore préféré Bécassine que lui même si Bécassine est une catastrophe pour la France aussi !


                        • Philippe 24 avril 2007 11:13

                          Heureux d’apprendre que Azouz Begag était le ministre de Sarkozy .... bizarre cette idée de croire que Sarkozy était déjà président ou 1er ministre depuis 5 ans ?


                          • PasKal 24 avril 2007 14:37

                            Non c’est vrai, tu as raison : Sarkosy n’était QUE le N°2 ...comme d’habitude, en fait !

                            Finalement Sarkosy aura passé sa vie à être le « N°2 » de tout le monde...

                            N°2 de Pasqua..., N°2 de Juppé..., N°2 de Philippe Séguin..., N°2 de Balladur..., N°2 de Juppé à nouveau..., N°2 même de Raffarin (c’est dire)..., N°2 de Villepin..., et maintenant le voilà en « LePen-N°2 » !

                            Décidément le ’petit’ n’aura été qu’un N°2 partout où il sera passé.

                            Ah non !, dans sa famille il n’était que le N°3, c’est vrai...

                            Et à Neuilly, sa ville, où il a fini (quand même) par devenir N°1 ! Ouf !, l’honneur est sauf...

                            Quand on y fait bien attention, c’est tout de même vrai qu’il a toujours été cantonné à des postes de « N°2 ». Doit bien y avoir une raison pour laquelle TOUS, les uns après les autres, quelqu’ils soient, Pasqua, Chirac, Juppé, Séguin, Balladur, même Raffarin, puis encore Villepin ont toujours craint le pire s’il devait devenir un jour un N°1 et n’ont jamais, en aucune occasion voulu lui confier une charge de N°1... C’est surement pas pour rien, j’en ai bien peur ! Ils le connaissent encore mieux que nous, il est vrai.

                            Et puis, soyons honnête, à part dans son département, quelle élection a t-il été fouttu de remporter ? ...AUCUNE justement ! Sans doute un signe...

                            Je parie que cette fois encore, et une fois de plus, il finira à sa place logique et normale : ...il finira N°2 !!!

                             smiley

                            JE SUIS DE CENTRE-DROIT

                            J’AI VOTE BAYROU AU 1ER TOUR

                            JE VOTERAI POUR LE CHOIX DEMOCRATIQUE ET REPUBLCAIN RESTANT

                            JE VOTERAI « POUR » SEGOLENE ROYAL A L’OCCASSION DE CE 2nd TOUR !

                            JE REDEVIENDRAI ELECTEUR-UDF AUX LEGISLATIVES.


                          • Philippe 24 avril 2007 17:24

                            Ce developpement sur la théorie du N°2... c’est de l’argument politique de haut vol. Il y a déjà été numero un de pleins de chose (tiens UMP par exemple), mais bon... Personnellement en tant que libéral, j’ai voté pour le plus libéral (au sens philosophique) au premier tour, c’est à dire Bayrou, et maintenant je voterai pour le candidat le plus serieux à mes yeux, c’est à dire Sarkosy. J’espere bien qu’on laissera Ségolène au placard et j’aurai un drapeau tricolore chez moi, si je veux pas quand Madame Royal me le dira.


                          • PasKal 27 avril 2007 14:11

                            En tous cas il n’est déjà plus un « N°1 » (juste un « N° » du passé ?) dans le coeur de Cécilia, si j’en crois la presse étrangère....

                            Beaucoup de Bonheur à toi, « Marc »... smiley

                            Qui est « Marc » ? Z’avez qu’à lire la presse étrangère. Elle est Libre, ELLE, et pas ’aux ordres’, pas ’cadenassée’, pas ’pravdaïsée’, ...pas ’Pétainéisée’. Elle ne vit pas sous le (déjà en place) ’REGIME DE VICHY-SUR-SEINE’.


                          • christophe.l.reims 24 avril 2007 11:26

                            oui bayrou pourrait avoir un rôle d’arbitre, oui son éléctorat va se retrouver déchiré, devant faire un choix (que je qualifie du moindre mal), mais malheuruesement, on l’a vu en 2002, il n’y aura je crois pas d’arbitrage, et le candidat malheureux sera balayé, exit les idées centristes et retour aux guerres de l’umps.......

                            Demain de belles promesses aux électeurs (qui sont jugés encore une fois incapable de voter intelligemment : les électeurs de bayrou ont voté pour lui par dépit, ils ne sont qu’un vote sanction.....), afin de faire de la récupération, de la drague de bas étage, et après demain....plus rien, en bref on y retourne gaiement.......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès