• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’école de la corruption ...

L’école de la corruption ...

Une réflexion avant notre sixième République.

Le ver est dans le fruit de la représentation nationale.

On ne cesse depuis une certaine affaire de nous bassiner avec la nécessaire moralisation de notre vie publique. Les grands esprits, les membres du gouvernement ou les parlementaires en majesté vont nous proposer des mesures, une belle loi éventuellement ou pour agrémenter la farce actuelle, ils pousseront l'ironie jusqu'au référendum. Qui oserait voter : « Non, je ne veux pas de moralisation ! ».

La première remarque est qu'il est assez curieux que l'on doive s'en remettre à ceux qu'on suspecte de manquer de déontologie, de principes éthiques et moraux pour établir une nouvelle règle du jeu. C'est proprement grotesque. Ils sont justement les moins crédibles, les plus mal placés pour définir des principes qu'ils n'ont pas su tenir au fil du temps. Qu'ils aient au moins la décence de laisser faire le peuple en ayant la dignité de se taire.

Je ne vais pas ici égrener les mesures qui s'imposent et que nous sommes si nombreux à attendre dans cette nation. Du mandat unique à l'inéligibilité à vie du tricheur, du refus de faire un métier de la fonction élective à la baisse drastique des frais de campagne, de la candidature unique à une élection (les perdants disparaissent définitivement) à la suppression de tous les privilèges de ces jolis personnages, il y aurait tant à dire sans avoir la plus petite chance d'être entendu ….

Je me contenterai d'évoquer les petites distorsions avec la règle commune qui font que petit à petit ces gens se coupent du monde réel, se pensent d'essence supérieure, se croient au dessus des lois et des citoyens ordinaires. Ce ne sont que de toutes petites entorses, des habitudes prises, des faveurs consenties qui progressivement leur permettent d'adopter une posture digne de l'ancien régime.

Car, il ne faudrait pas oublier que tous ces élus ne sont que nos représentants, de manière ponctuelle et limitée à leur seul mandat. Alors, nous devrions en avoir fini avec les parkings réservés, les escortes policières, les voitures de fonction, le chauffeur et les repas au frais de la princesse. Tout cela n'a rien à voir avec la fonction, ne garantit nullement la qualité du service et donne bien vite de vilaines habitudes.

Dans nos grandes villes, qui n'a pas assisté à un spectacle où les meilleures places étaient marquées « réservées », pour voir arriver en retard quelques-uns de nos chers élus (quand ils viennent) ? On découvre alors qu'ils n'ont pas payé leur place, qu'ils auront droit à une coupe de champagne et de belles grimaces hypocrites. Rien de bien grave, certes, mais on s'habitue vite au passe-droit et au traitement privilégié.

Qui n'a pas assisté à une grande manifestation. Un défilé, une fête. Les mêmes sont encore aux premières loges. Des tables sont dressées sur des moquettes rouges, des vigiles gardent l'espace des notabilités. Et le bon peuple d'assister médusé au spectacle ahurissant de ces gens qui ne sont rien d'autres que des impudiques quand il s'agit de se goinfrer.

Il n'y a aucune raison objective à ce que nos élus ne se garent pas comme les autres, les gens qu'ils sont censés représenter. Pas de places réservées, pas d'emplacements à eux seuls dédiés (à chaque fois, de pauvres citoyens retrouvent leurs véhicules à la fourrière pour que nos culs de jatte n'aient pas à marcher). Tous ces élus ont oublié qu'ils ont eu des devanciers qui, une nuit de 4 août avaient mis à bas tous les privilèges.

Pire que tout encore, quand il s'agit de prendre la parole en public lors d'un congrès, d'une inauguration, d'une remise de médaille (nous en reparlerons) ces dignes importants se congratulent au micro, se saluent les uns les autres par ordre d'importance avant que de terminer leur litanie par saluer le menu fretin que nous sommes. Les premiers à saluer sont ceux que vous ne faites que représenter. Il est grand temps que vous inversiez votre ordre de bienséance monarchique.

Autre sujet d'indignation, ces petites rosettes que vous vous distribuez à qui mieux mieux tout en en accordant quelques-unes à ceux qui vous ont rendu des services dont on finit par s'interroger sur la nature. Plus de décoration ! Vous n'êtes pas des enfants capricieux et prétentieux … Quoiqu'on finisse par en douter car vous ne manquez jamais d'afficher cette marque distinctive qui n'a désormais plus aucune signification réelle. Une vraie démocratie n'a pas besoin de cette comédie pathétique, de cette foire aux vanités.

Un grand coup de balai s'impose, il sera fait de petites mesures ordinaires qui s'imprégneront en permanence du seul principe qui vaille dans notre République française : l'égalité. C'est curieux que se soient eux qui bafouent à longueur de journées cette merveilleuse idée gravée sur nos frontons. Ils ont sans doute oublié ce merveilleux mot depuis le temps qu'ils occupent les lieux.

Tout est à refaire dans ce beau pays. Mais de grâce, laissez-nous faire ! Nous n'avons désormais nulle confiance. Nous savons ce que vous valez et ce n'est pas dans nos prix ! Alors, silence dans les rangs, le peuple exige d'être entendu. La République des corrompus et des privilégiés est morte !

Exaspérement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 9 avril 2013 09:52

    Bonjour Nabum

    On te sent remonté, là...
    Ma colère est plus rentrée
    Mais je me méfie du slogan  tous pourris...quand on connaît ses origines et ses effets dans l’histoire.
    Pour moi, il faudrait repenser un cadre institutionnel empêchant les élus de sortir des clous. Il est illusoire de vouloir changer les hommes, mais les comportements politiques peuvent être plus efficacement encadrés. Ce serait déjà bien si on mettait en oeuvre les moyens légaux existants et d’en inventer d’autres pour contrôler le pouvoir, renforcer les contre-pouvoirs, réduire la durée des mandats électifs...repenser une constitution plus équilibrée.
     S’attaquer aux paradis fiscaux est une priorité, c’est à dire prendre une nouvelle fois la Bastille
    Les nouveaux outils de François seront-ils suffisants ?
    Je suis sceptique...


    • oncle archibald 9 avril 2013 10:27

      Zen : votre lecture a été trop rapide ... Nabum n’a pas écrit « tous pourris », il a écrit, toi, l’élu aux pieds, à ta place ! C’est beaucoup plus fin et c’est tellement nécessaire ...

      Comme lui je fais une allergie au « roitelet de village » .. le moindre élu qui devient condescendant avec le bon peuple auquel il doit tout ce qu’il est ... Idem avec une autre race qu’il n’a pas évoquée mais qui est tout aussi redoutable que le « roitelet de village » .. Ce sont les « énarques de prisunic » .... Le moindre directeur de service technique, le moindre gestionnaire de régie municipale, qui eux aussi se regardent le nombril avec satisfaction et méprisent ceux qu’ils devraient servir .. 

      Tous pourris peut être pas, mais tous devenus imbus de leur personne et méprisant ceux à qui ils doivent tout et qu’ils devraient humblement servir, ça c’est sûr ... Dans une vraie démocratie, il n’y a pas de roi. C’est le peuple qui commande. Ce sont les élus que le peuple a choisis, et les cadres qu’ont choisis ces élus, qui le servent. 

      Comment voulez vous que François Normal Premier, issu de l’ENA, l’école ou l’on apprend l’orgueil et la suffisance, puisse seulement se rendre compte de ce que nous pensons .... Les outils de François seront-ils suffisants ?? Il n’a pas besoin d’outils, il EST suffisant et il nous l’a bien expliqué : « Moi, Président, je ... »

    • ZEN ZEN 9 avril 2013 10:38

      Oui, je sais, Nabum n’a pas écrit cela. Mille excuses, s’il prend pour lui cette remarque,mais c’est le risque permanent en ces temps d’exaspération.


    • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 12:49

      ZEN


      Non, ils ne sont pas tous pourris

      Seuls ceux qui sont au sommet, les requins qui ont tués les autres, le sont

      Mais hélas, ce sont ceux qui se remarquent le plus

    • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 12:50

      Mon oncle


      Merci de me comprendre si bien

    • jmdest62 jmdest62 9 avril 2013 18:55

      Sincèrement bravo pur ce post

      l’appel à une « constituante » pour repenser nos institutions est « urgentissime »

      Que diriez-vous d’une marche pour la Sixième République le 5 mai prochain  ?

      @+


    • Gabriel Gabriel 9 avril 2013 10:15

      Bonjour Nabum,

      Vous pourrez mettre toutes le règles possibles et inimaginables, rien ne changera tant que les élus ne seront par sous le contrôle permanent des citoyens par le biais de jury populaire issus de la société civile et interchangeable tous les 6 mois. Ces jury devront avoir le pouvoir de destitution immédiate d’un élu si celui a triché, volé, menti ou favorisé des sociétés privé au détriment de la communauté et le pouvoir de transférer celui-ci en justice pour qu’il réponde de ses actes.


      • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 12:51

        Gabriel


        C’est bien sûr la première règle

        Un conseil citoyen, par tirage au sort, pour surveiller et punir ce joli monde.

      • mortelune mortelune 9 avril 2013 19:10

        Oui ! Il faut mettre les élus sous contrôle du peuple (tirage au sort d’une commission de contrôle). Sans cela il n’y aura aucun changement. Il faut aussi que la constitution soit revue et corrigée pour que le peuple puisse avoir son mot à dire. Alors ce sera une démocratie. 

        Contrôlons les élus comme ils nous contrôlent actuellement.
        Ils sont au service du peuple et non l’inverse.



      • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 19:13

        mortelune 


        Nous sommes d’accord !

        Le contrôle citoyen ne se trangise pas

        les commissions d’enquête parlementaire sont une hérésies. Le contrôle appartient à un tiers ! 

      • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 9 avril 2013 23:38

        Bonsoir Mortelune,



        J’ai découvert le principe de tirage au sort aujourd’hui, j’ai pas encore tout bien assimiler mais ça me plait pas mal cette affaire, pour ceux que ça intéresse


        Cordialement

        Franck



      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 10 avril 2013 09:58

        OUI AUX JURYS POPULAIRES ( pour juger leurs élus.....)

         OUI A LA REOUVERTURE DU BAGNE DE CAYENNE POUR LES POLITIQUES

        CORROMPUS...CUMULARDS ET LOBBYISTES


      • Robert GIL ROBERT GIL 9 avril 2013 11:15

        sur qu’il y a du menage a faire dans les pratiques politiques, mais il en est une dont on ne parle pas en ce moment et qui pourtant genere enormement d’argent sale :

        voir : UNE RETRO COMMISSION, C’EST QUOI ?


        • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 12:52

          Robert


          Les yeux dans le retro ...

          Avec eux, il faut regarder de tous côtés !

        • clercobscur 9 avril 2013 11:38

          Bonjour,

          - « Du mandat unique », « du refus de faire un métier de la fonction élective », « de la candidature unique à une élection »
          Je ne vous rejoins sur aucun de ces points, d’ailleurs je suis opposé à la réforme sur le non-cumul, alors quant à envisager un mandat unique...Pourquoi ne pourrait-on pas consacrer sa vie à la politique ? à partir du moment où l’on ne constate pas d’enrichissement, ça ne me choque nullement. Laissons les électeurs seuls juges.

          - « l’inéligibilité à vie du tricheur »
          Là je vous rejoins, c’est une mesure de bon sens, c’est d’ailleurs consternant que ce ne soit pas déjà le cas.

          - Pour ce qui est de l’attitude des élus et de leur place de parking réservée. Certes, c’est parfois agaçant, mais ce n’est tout de même pas bien grave, il y a d’autres chats à fouetter !


          • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 12:54

            clercobscur


            La politique ne doit pas être un métier !

            Un passage seulement qui ne coupe pas du monde réel !

            Regardez les dégats avec des élus en place depuis plus de 30 ans. Que savent-ils de nos vies ?

          • clercobscur 9 avril 2013 13:53

            Certains sont coupés du monde réel bien avant d’être élu pour la première fois ! Le nombre de mandat ne change pas grand chose à ça.

            Hier on a fait voté par le parlement un texte que le peuple avait refusé, sans doute parce que le peuple n’était pas assez compétent pour décider d’un problème aussi crucial !
            Aujourd’hui, on va dire au peuple qu’il est trop idiot quand il vote, alors on va décider à sa place qui a le droit de se présenter et pour combien de temps.
            Et demain ce sera quoi ?

            Tant qu’il n’a pas été pris la main dans le pot de confiture, tout Homme doit avoir le droit de se présenter à l’élection qu’il souhaite. Le peuple doit rester seul Juge. C’est parfois frustrant, parfois rageant, mais je ne dévierai pas de ce principe.


          • nicolas_d nicolas_d 9 avril 2013 21:32

            @clercobscur

            « Et demain ce sera quoi ? »

            Vous inquiétez pas, demain, L’empereur qui aura cumulé 40 ans de pouvoir ne fera même plus voter le peuple. Il n’aura même plus besoin d’essayer de lui faire croire qu’il est incompétent ou idiot.

            Vous voulez l’oligarchie ? Vous avez de la chance...

            Oserais-je une question ?
            Vous pensez quoi du tirage au sort ? smiley


          • clercobscur 10 avril 2013 08:45

            @ Nicolas d.

            Parce que vous vous imaginez que le non-cumul des mandats permettra de stopper ou bien même de limiter les excès que vous dénoncez ?

            Vous êtes d’une naïveté touchante.


          • Pierre-Yves Martin 9 avril 2013 12:02

            Bonjour,


            Sans mettre en cause votre description, il me semble que l’analyse est biaisée.

            Il n’y a pas les élus qui sont comme ci et le peuple qui serait pur et dur. Vous le voyez tous les jours dans votre quartier. Dans un contexte un petit peu plus bourgeois, il y a tous les petits arrangements, tous les petits privilèges, que tout le monde accepte plus ou moins et dont tout le monde profite peu ou prou. Il en va bien sûr de même dans les entreprises.

            Et c’est pareil à l’étranger :

            • Il y a longtemps, dans une ville du Cameroun, un député sortant avait peint sur sa voiture « Réélisez- moi, car j’ai déjà profité » et il avait circulé dans toute la ville. Ça a marché.

            • Le sort des Grecs est effectivement horrible, mais, depuis longtemps en Grèce, la fraude à été partout, des plus riches bien sûr (utilisation des paradis fiscaux, corruption) aux plus pauvres (black généralisé et prestations indues) en passant par les classes moyennes (les villages sont constellés de maisons dont l’étage supérieur manque... pour ne pas payer l’impôt foncier).

            Les détails que vous citez sont certes révélateurs, même si je vous soupçonne d’avoir plus à l’esprit le centre d’Orléans que par exemple Saran ou Saint-Jean-de-le-Ruelle.

            Il faut quant même s’attaquer au plus important d’abord, en gardant à l’esprit que toutes les mesures ne seront qu’imparfaites.

            La dynamique, qui résulte des rapports de force, est peut-être plus importante que la situation théorique qui correspond aux règles officielles.

            C’est pourquoi tout ce qui contribuerait à un minimum de correction et d’efficacité dans :

            • les collectivités locales (suppression du millefeuille),

            • le coût des innombrables cabinets (limitation de leurs effectifs et des salaires ; contrôle des recrutements),

            • le fonctionnement des partis politiques (primaires, contrôle des patrimoines des responsables et de leurs proches ) et des syndicats (indépendance, financement, carrières),

            • l’expression des citoyens sur Internet (empêcher les tentatives récurrentes pour la limiter),

            • l’indépendance réelle des média (intredire l’appropriation de la TV par les grands groupes économiques et remettre en vigueur d’anciennes lois sur la presse),

            devrait faire partie des priorités.

            A l’heure actuelle, c’est absent d’un débat qui se focalise bien trop sur les parlementaires et les ministres.


            • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 12:55

              Pierre-Yves Martin


              Je peux bien biaiser un peu, eux ne se gènent pas pour le faire à longueur de temps et nous sommes leurs victimes !

            • L'enfoiré L’enfoiré 9 avril 2013 19:11

              Pierre -Yves et Nabum,

               Il faut remonter bien plus haut encore.
               A l’époque préhistorique, dirais-je.
               Dès qu’on a commencé à déléguer ses pouvoirs. Par facilité, par l’acceptation de compétances que l’on n’a pas ou qu’on n’a pas recherché par manque de temps ou d’envies.
               Dès qu’on a cru qu’il fallait passer par une autorité pour se préoccuper de sa propre vie.
               Dès que l’homme s’est prostré devant une autorité, un prophète, un dieu.
               Un vieil article qui voyait ces origines lointaines
               smiley

            • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 19:16

               L’enfoiré


              Alors puisque c’est ça, ne changeront rien ! 


            • L'enfoiré L’enfoiré 9 avril 2013 19:30

              Ne rien changer, je ne dis pas.

              Depuis les temps très anciens, le monde s’est complexifié.
              L’homme ne s’est plus contenté d’une vie simple.
              Il ne peut plus s’imaginer comme Robinson Crusoé qui échoue sur un rivage désert.
              Vivre en autarcie qui l’imagine dans notre monde dans lequel les échanges et le commerce font la loi et le marché.
              Alors, on crée des dirigeants, des lois avec juges quasiment intouchables, on s’incline. Point.
              Oui, plus moyen de faire marche arrière quand on le confort et qu’on espère toujours obtenir mieux pour le lendemain.
              Le confort tue à petits feux quand on ne peut plus tout entreprendre soi-même.

            • L'enfoiré L’enfoiré 9 avril 2013 19:32

              Tant qu’il y aura des génuflexions, il y aura des gens pour se sentir bien d’être plébiscité. Etre aimé cela grise.

              Vous qui aimez le rugby qui allez voir les dieux du stades.
              C’est aussi une étapes dans la servitude.

            • nicolas_d nicolas_d 9 avril 2013 21:10

              @L’enfoiré

              « Dès que.... dès que... »
              Vous êtes sûr que c’est dans ce sens ?
              Les profiteurs, les manipulateurs etc n’existaient pas avant le « dès que » ?
              Vous n’imaginez pas que le pouvoir ai pu être pris par la force ?
              Vous pensez que le premier mec devant qui les autres se sont prosterné n’avait rien demandé à personne. Il était juste là au moment ou le peuple a décider de se prosterner ?


            • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 10 avril 2013 08:59

              Bonjour,


              Effectivement les greques triché sur leur impôts, comme nous nous avons réduit la participation a l’impôt des plus riches société et particuliers.

              Le problème c’est que la Grèce sont problème est spéculatif. Si demain les marché passent nos intérêt de dette a 12%. 17% vous croyez qu’il va ce passer quoi..

              Et soyez sur que lorsque l’Espagne l’Italie et le Portugal seront entièrement privatisé notre tour viendra. Petit rappel


              A voir jusqu’à la fin

              Cordialement

              Franck



            • 6ber 6ber 9 avril 2013 12:19

              Tout à fait d’accord. Cette suffisance et ces passe-droits des élus méprisants et imbus de leur petite personne est insupportable.
              Surtout en province, c’est pire et chacun de leur faire les pompes en public afin d’obtenir leurs bonnes grâces.
              C’est abject.


              • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 12:56

                 6ber


                Je laisse mes voisins leur faire des courbettes et je me réserve les grimaces !

              • tf1Goupie 9 avril 2013 12:33

                Est-ce que vraiment le peuple est bien placé pour donner des leçons de morale ??

                La France est quand même est un pays spécialiste du travail au noir, du piratage, de la petite magouille et de la gruge, de l’arrangement avec les excès de vitesse, du « shuntage » de file d’attente...
                Y a sans doute que l’Italie qui fait pire que nous en Europe.

                Les Etats-Unis c’est la culture des armes, la France c’est la culture de la fraude.
                le monde entier le sait.

                Me dites-pas que vous n’êtes pas au courant c’est Nabum !! ce ne serait pas très honnête


                • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 12:57

                   tf1Goupie


                  De ma place, pas de problème.

                  Je commence par moi-même sinon ça n’a aucun sens !

                • tf1Goupie 9 avril 2013 13:10

                  D’accord C’est Nabum vous êtes un pur qui a la légitimité pour donner des leçons de comportement civique... mais êtes-vous le Peuple ?

                  Et connaissez-vous le Peuple dont vous partagez le territoire ? Je reste sceptique.

                  Pourtant vous me paraissiez un spécialiste de l’observation


                • Le péripate Le péripate 9 avril 2013 12:39

                  Il faudrait quand même réfléchir que le seul et unique problème est que leur pouvoir est trop grand. Les hommes sont les hommes, et rien ne peut jamais contrebalancer l’excès de pouvoir.




                  • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 12:57

                     Le péripate


                    Alors vive la monarchie !

                  • ZEN ZEN 9 avril 2013 14:01

                    Le péripate

                    Amen !


                  • Le péripate Le péripate 9 avril 2013 14:48
                    Monarchie et amen......

                    J’ai du mal à voir le rapport avec l’excès de pouvoir, mais venant de la part de gens de gauche, ça doit être surement d’une très haute portée intellectuelle.

                    Continuez comme ça, vous êtes parfait.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 18:55

                     Le péripate


                    Je suis navré 

                    Je ne pourrai jamais vous restituer tout le mépris que vous me donner

                    Je resterai à jamais votre débiteur.
                    C’est sans doute ce que vous appelez être de gauche 

                  • louphi 9 avril 2013 14:38

                    Nabum

                    « Tout est à refaire dans ce beau pays. Mais de grâce, laissez-nous faire ! Nous n’avons désormais nulle confiance. Nous savons ce que vous valez et ce n’est pas dans nos prix ! Alors, silence dans les rangs, le peuple exige d’être entendu. La République des corrompus et des privilégiés est morte ! »

                    Tout est à refaire ! Sur quelle base ? Ce n’est pas la peine et ça ne sert à rien si c’est sur la même base, source des corruptions et des privilèges : le capitalisme !

                    En fait, depuis bien longtemps, tous les capitalistes de bonne moralité bêlent contre les paradis fiscaux parait-il responsables de la crise financière du capitalisme mondial. Dans cette tempête de la finance mondiale, l’affaire Cahuzac somme toute limitée au microcosme politique de l’hexagone, n’est qu’un petit claquement sans grande portée.

                    On assiste tout de même à une certaine agitation politique et médiatique qui se veut de bonne moralité. Mais, aucun capitaliste ou partisan n’osera s’ériger contre la cause des paradis fiscaux : le capitalisme. C’est une lapalissade que de dire cela. Tant qu’il y aura le capitalisme, les paradis fiscaux, coffre-forts du capitalisme, loin de disparaître, auront toujours de beaux jours devant eux. Le capitalisme ne peut s’en passer. Toutes les tempêtes des capitalistes de bonnes âmes ne seront que des incantations à la gloire du capitalisme et au pire des vœux pieux, des bêlements inoffensifs.

                    Le seul remède possible contre les paradis fiscaux, c’est de renverser le capitalisme par la révolution communiste de type bolchevique, le retour du stalinisme. Tout le reste n’est que du verbiage, de la démagogie.



                    • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 18:58

                       louphi


                      Si tout celà est notre désir le plus profond il n’en reste pas moins que l’art du capitalisme c’est de laisser croire au quidam ordinaire que lui aussi à droit à sa part du gateau.

                      C’est pas demain que les choses changeront 



                    • spartacus spartacus 9 avril 2013 16:12

                      L’article était intéressant.


                      Qui du du vrai mais illustré par le démagogique Mélenchon. Et la c’est devenu ininteressant

                      Si c’est pour changer et nous faire une république d’adorateurs de régimes totalitaires et autocratiques......Merci gardez vos chimères.

                      Un Melenchon qui cumule multiples retraites de l’état, alors que madame Michu même si elle travaille dans 2 emplois, l’un de 7h à 12h et l’autre de 13h à 20h n’aura qu’une seule retraite du régime général.

                      Un type qui organise ses rassemblements aux frais du contribuable, par l’intermédiaires de syndicats politisés plus subventionnées par l’état que de recettes d’adhérents.



                      Oups....
                      J me rappelais plus....
                      Vous êtes de l’extrême gauche, la déférence au grand leader.....Le guide suprême auquel il est conseillé d’afficher !

                      Qui lui doit être surement meilleur que les autres.

                      Un homme unique sans langue de bois.Evidemment.Qui a a un rapport à l’argent extrêmement saint.
                      En plus c’est bien connu les campagnes du PCF n’ont jamais étés financées par l’ex URSS.
                      Des partis qui n’ont absolument rien a se reprocher démocratiquement (Boudarel)

                      Veuillez m’excuser de vous avoir dérangé dans votre endoctrinement.

                      • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 19:00

                        spartacus


                        Ne détournez pas le propos

                        L’illustration vient compléter et atténuer la vidéo en lien avec Bayrou.

                        C’est peut-être trop pour vous, la recherche de l’équilibre .... ?



                      • 1871-paris 1871-paris 10 avril 2013 10:31

                        ha c est vrais la logique a crassus c est quelque chose. un pru comme les banques bnp et sg qui font des benefices en milliards mais qui disent ne plus en pouvoir du poids de l impots en france ?!?!? 

                         puis c est vrzis mea culpa si le monde va si mal c est de la fzute de l influence des fonctionnaires francais, de fidel castro et de la foli de la coree du nord. mais bon les chinois fond des efforts ! puis soit rassurere tu va pouvoir baisser les salaires dans « tes » boites (le tiens aussi ?) pour augmenter le ticket de dividende.. faut dire que t es actionnaires se font tellement d inquietudes, il y a les courses chez fauchon a la fin de semaine a faire...

                      • Le péripate Le péripate 9 avril 2013 17:17

                        Dans tous les classements internationaux que on peut trouver sur le web concernant le degré de corruption, la corrélation est parfaite entre le poids de l’état et le degré de corruption.


                        Plus l’état est gros et puissant, plus il y a de la corruption. Partout.

                        • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 19:02

                          Le péripate


                          Les statistiques entérinent les hérésies ! 

                        • mortelune mortelune 9 avril 2013 19:22

                          Le péripate ! la manière dont vous gérer votre immobiliste intellectuel est affligeant.


                        • Le péripate Le péripate 9 avril 2013 19:27

                          C’est le spectacle que vous offrez qui est affligeant.


                          La technique de l’autruche a ses limites.

                        • colere48 colere48 9 avril 2013 23:29

                          Un fossile n’a pas de leçon à donner à ses frères évolués 

                           


                        • mortelune mortelune 12 avril 2013 04:19

                          la corrélation est parfaite entre le poids de l’état et le degré de corruption."


                          Ca c’est le genre de phrase toute faite qui s’appuie sur rien. C Fourest en est friande mais sur agora nous avons de quoi nous nourrir suffisamment pour accepter ce plat indigeste.
                          Non monsieur, il n’y a aucun lien probant entre la corruption et la ’taille’ d’un état. Dans le cas contraire donnez un lien sérieux.

                        • Le péripate Le péripate 12 avril 2013 08:33

                          Plus que la « taille » d’un état c’est la correlation entre les libertés économiques et la perception de la corruption qui est intéressante. Lien.

                          La corruption se définissant comme l’abus à d’une position publique, il y a une profonde logique entre la taille d’un état et la corruption, ce devrait tomber sous le sens, toutes choses étant égales par ailleurs....

                          Mais... bon, je connais votre hermétisme aux faits....


                        • Abou Antoun Abou Antoun 9 avril 2013 17:54

                          Bonjour C’est Nabum,
                          qui n’a pas assisté à un spectacle où les meilleures places étaient marquées « réservées », pour voir arriver en retard quelques-uns de nos chers élus (quand ils viennent) ?
                          Oui, bien vu, qu’il s’agisse de manifestations sportives, culturelles, en extérieur, les participants attendent dans le froid, le vent la pluie, que ces élus veuillent bien sortir du restaurant après le pousse-café. J’ai vécu cela encore récemment. La plupart du temps ils arrivent rigolards et avinés salués quand même par le commentateur de l’événement. Cette année j’ai entendu des huées dans la foule ; la coupe est pleine.


                          • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 19:03

                            Abou Antoun


                            Le plus grand scandale depuis la Loi Evin c’est que dans les loges de nos grands stades, ils boivent cu champagne alors que l’alcool est interdit dans les tribunes. Une seul loi, un seul peuple ! 

                          • mortelune mortelune 9 avril 2013 19:26

                            Et oui, nos élus se comportent comme des despotes qui se croient au dessus des lois qu’ils votent. C’est incroyable et il faut que ça change vite ! vite ! vite ! 


                          • mortelune mortelune 9 avril 2013 18:58

                            très bon article, merci !


                            • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 19:03

                              mortelune


                              Merci à vous !

                            • Attilax Attilax 9 avril 2013 20:54

                              Yes Nabum ! Article qui trouvera difficilement contradicteur.

                              Le nœud du problème, ce sont les élections en elles mêmes. Aussi dingue que ça puisse paraître, le système électif qui désigne nos maitres est le plus grand adversaire de la Démocratie. Tant qu’on enverra des représentants professionnels à la place de citoyens en appelant ça « démocratie », ça continuera à déconner...Et pourquoi s’embêter à créer des jurys populaires tirés au sort pour surveiller les élus, alors qu’on peut directement tirer au sort nos législateurs ?


                              • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2013 21:12

                                Attilax


                                Je suis moi aussi favorable au tirage au sort Les élections donnent toujours raison à l’argent et non au talent

                              • BA 9 avril 2013 22:56
                                Mardi 9 avril 2013 :

                                Affaire Cahuzac : nouvelles révélations sur les liens de la banque Reyl & Cie.

                                Selon la RTS, un nouveau personnage apparaît dans la galaxie des liens d’affaires tissés par la banque genevoise mise en cause dans le dossier Cahuzac : l’avocat parisien Alain Maillot.

                                Un personnage de premier plan a entretenu des liens d’affaires avec l’établissement genevois Reyl & Cie, a appris la RTS mardi. Il s’agit de l’avocat Alain Maillot, de la grande étude parisienne d’avocats Darrois Villey Maillot et Brochier. Selon nos informations, il aurait apporté à Reyl de riches clients dont les comptes n’étaient pas déclarés.

                                Alain Maillot, joint au téléphone alors qu’il était en déplacement aux Etats-Unis, confirme « bien » connaître Dominique Reyl et son fils François. Il dit les avoir rencontrés il y a « six ou sept ans. »

                                Il concède avoir « effectivement plusieurs clients dont Dominique et François Reyl sont les gestionnaires de fortune. J’ai décidé de m’adresser à eux car leur établissement m’a paru être plus accessible que les grands établissements bancaires, et plus réactif dans le traitement des dossiers », explique-t-il, ajoutant toutefois qu’il s’agit « de trois ou quatre dossiers concernant des clients qui ne sont ni Français, ni résidents ». 

                                Dans un second entretien téléphonique, il s’est cependant ravisé sur ce chiffre : « J’ai réfléchi, il s’agit de deux ou trois clients. »

                                A 68 ans, Maître Maillot est le principal associé de Jean-Michel Darrois, l’avocat de Laurent Fabius.

                                Lundi, le ministre français des Affaires étrangères a démenti, via un article paru dans le quotidien Libération, avoir eu un compte en Suisse.


                                • C'est Nabum C’est Nabum 10 avril 2013 06:31

                                  BA


                                  Que dire de plus ?

                                • fred74 fred74 10 avril 2013 07:42

                                  Bonjour,



                                  Si nous reprennons l’histoire depuis napoléon bonnapart et peut être même avant, c’est toujours la même histoire.
                                  Tout les régimes quel qu’ils soit sont un vivier de mauvaise foi ! tous ne le font pas pour l’argent...
                                  Ce qui est malheureux...
                                  Mais la probité reste une rareté des qu’elle est soumise au dieu monnaie...
                                  La seule alternative serait qu’un controle soit effectué, encore faudrait il qu’il soit indépendant !
                                  et encore... 
                                  La question reste ouverte...comment faire pour être sur ????



                                  • C'est Nabum C’est Nabum 10 avril 2013 12:28

                                    fred74


                                    L’unicité de tout mandat permettrait d’éviter une grande partie des mauvaises habitudes
                                    Un contrôle citoyen s’impose également sous la base d’un comité de vigilence tiré au sort par institution ayant des droits forts

                                  • Loup Rebel Loup Rebel 14 avril 2013 13:35

                                    Bonjour,

                                    ***Un grand coup de balai s’impose. [...]Tout est à refaire dans ce beau pays. [...] Mais de grâce, laissez-nous faire ! [...] La République des corrompus et des privilégiés est morte ! ***

                                    Oui, laissez-nous faire... mais ça, je doute fort qu’ils veuillent bien l’entendre, les gangsters.

                                     La république du peuple : tirage au sort, et exit les élections.

                                    Mais je crains que pour y parvenir le balai doive être remplacé par le bazooka.


                                    • C'est Nabum C’est Nabum 14 avril 2013 13:47

                                       Loup Rebel


                                      Alors allons pour le bazooka !

                                    • alinea Alinea 14 avril 2013 14:35

                                      Quand on voit la difficulté qu’on a à trouver un président, un secrétaire et un trésorier dans une association qui n’induit nulle part la récolte de gloire, on se dit que la nature humaine est bien disposée à faire tout ce qu’elle peut pour atteindre les responsabilités s’il y a le gâteau qui va avec ! Et pas dans d’autres conditions. Je parle de nature humaine ! Mes doigts ont fourché : les adaptés du système !
                                      Quant aux faits qu’ils soient imbus d’eux-mêmes, ce n’est pas partout à ce point ; la France a le regret éternel de ses rois !!
                                      Mais surtout, pourquoi l’acceptons-nous ? Si l’on s’adresse à un élu sur un pied d’égalité, poli mais pas obséquieux, si cette habitude se met en place, on peut rabattre le caquet de tous ces minus !
                                      Indépendamment de la mise en place d’un contrôle populaire.... !
                                      Bien à vous C’est Nabum


                                      • C'est Nabum C’est Nabum 14 avril 2013 17:02

                                        Alinea


                                        Leur rabattre le caquet, voilà un programme qui me fera voter pour vous !

                                        Quant au minus, je ne vous en laisse pas la seule responsabilité et je réclame ma part dans ce qualificatif approprié ...

                                      • soi même 15 avril 2013 00:36

                                        Avant d’aller bille en tête derrière la girouette, ce n’est pas la constitution qui est malade, ceux sont les opportunistes qui veulent être Calife à la place du Calife.
                                        Il ne faut pas se leurres actuellement ce sont plus des hommes politiques qui arrivent aux sonnet de l’État par leurs exemplarités, ceux sont simplement des tuer, et Mélenchon en fait partie.


                                        • C'est Nabum C’est Nabum 15 avril 2013 06:57

                                          soi même


                                          Cette constitution a été écrite pour un homme, le grand Charles.

                                          Elle ne brille pas par les processus démocratiques de régulation. Le citoyen en est exclu.
                                          Alors peut-être pas malade mais certainement à revoir

                                          Trouvons des règles qui éliminent les tueurs ! 

                                        • soi même 15 avril 2013 10:53

                                          Et pourtant, si le référendum de 1969 avait été accepter, il est probable que notre constitution aussi.
                                          Car tous ceux qui ne voient comme un baroude d’honneur pour quitté la tête haute le pouvoir, se garde bien de regarder ce qui apportait de nouveau.

                                          Quand une opportunité historique se présente et qu’elle n’est pas saisie, elle ne représentera plus sous la même forme, et quand elle redeviendra au devant de la scène de la vie publique, elle sera plus dur à être appliquer.
                                           Vous pensez à tord où à raison qu’il faut changer les réglés du jeu, certes une constitution n’est jamais immuable et demande à qu’elle soit en évolution constante.

                                          Seulement ce que vous ne voyez pas , c’est que cette constitution actuellement est aussi un frein salutaire aux parlementarismes excessifs, qui ne brille pas par sa moralité exemplaire, et pensé que c’est par la pression de la rue que l’on va arrivé à nos fin et une erreur monumental, vous oublié que depuis mai 1968, le pouvoir à bien compris le danger de la manifestation de la rue et c’est largement pourvue de garde prétorienne pour endigué toute forme de contestation.

                                          Demander vous pourquoi, Mélenchon peut se permettre être d’un tribun actuellement, et que son mouvement contestataire en apparence ne vie pas un harcèlement des autorités Étatiques, c’est pour une raison simple, il ne représente en réalité aucun danger politique, il sert même de mobile pour canalisé les forces d’oppositions et de se fait il crée une synergie qui légitime en réalité les prises de positions et décisions du Gouvernement et des différents parlementaires a caricaturer tous ceux qui n’approuve pas ce qui se passe en France. Mélenchon en réalité fait le même jeu stratégique que le FN avec juste une nuance, il évite ce qui caractérise le FN. En réalité, c’est le même jeux qui s’oppérer là, l’utilisation des forces des contestations qui légitimes les pratiques que nos élues.

                                          Car si l’on peut constaté, qu’il y a marasme dans les initiatives gouvernemental et une docilité et une duperie des parlementaires en organisant de faux clivages parlementaires, sur le fond, il y a une majorité qui ce dégage d’un fatalisme qui est que la France a les points et pieds lier avec une séries de traités qui nous a cocufier.

                                          Et ne faut surtout pas oublier, ce beau discourt de Mélenchon pour comprendre en réalité qui nous avons affaire en définitif. Qu’un tribun populiste qui n’aspire au pouvoir, et qui va faire comme tous les autres s’asseoir sur ce qui la porté au pouvoir.

                                          «  Jean-Luc Mélenchon : « la construction de la nation européenne est un idéal » et « Maastricht est un compromis de gauche »

                                          EXTRAIT de la sénace du 9 juin 1992 - Sénat

                                          Quelques jours auparavant, le Peuple danois avait rejeté le traité de Maastricht par référendum avec 50,7 % des voix, alors que le Parlement danois l’avait adopté en mai 1992 avec 125 voix pour et 25 contre...

                                          « M. le président. La parole est à M. Mélenchon. (Applaudissements sur les travées socialistes).

                                          M. Jean-Luc Mélenchon. Monsieur le président, monsieur le ministre d’Etat, monsieur le garde des sceaux, mes chers collègues, le vote du Danemark a pesé assez lourd sur le déroulement de nos débats pour que certains de nos collègues aient, à un moment, jugé opportun de faire un tableau justifié et apprécié des vertus de ce « grand petit peuple ».

                                          Tableau justifié et apprécié, certes, mais incomplet : que de leçons seraient encore à tirées des vertus des Danois, clamées ici et portées si haut ? Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

                                          J’ai pensé, mes chers collègues, que vous apprécierez que l’on complétât ce tableau en rappelant qu’il y aurait peut-être quelque chose à apprendre des Danois en examinant le régime qu’ils appliquent au vote des étrangers aux élections locales ! (Applaudissements sur les travées socialistes.)

                                          M. Guy Allouche. Très bien !

                                          M. Jean-Luc Mélenchon. Sans cette précision, que vaut ce portrait ? Rien, comme bien des prétextes qui ont été avancés dans la discussion.

                                          Le vote des étrangers aux élections locales, qui a occupé tant de place dans la presse, a pris parfois un tour dur, injuste, blessant, lorsque, le prétexte se révélant trop inconsistant, il a fallu ajouter derrière le Belge ou l’Italien, qui ne faisaient peur à personne, l’ombre de l’Africain et du Maghrébin, qui, paraît-il, sont ce qu’il y a de pire. Or, pour la majorité d’entre nous, Africains et Maghrébins sont des amis et nous espérons bien voir un jour le suffrage universel étendu à tous.

                                          Certains ont prétendu que nous serions incapables de répliquer à l’argument selon lequel toute la procédure engagée devant notre assemblée résulterait d’un contresens, le traité étant devenu inapplicable et caduc.

                                          L’essentiel a déjà été dit à ce sujet. Mais quoi ? après tant de gargarismes sur la grandeur de la France, sur son rôle dans le monde, on trouverait bon, un des partenaires venant à faire défaut, de renoncer à tout, en particulier à la volonté que nous portons en nous de faire l’Europe ?

                                          N’ayons pas honte de ce traité. Déjà, il va au-delà de la situation actuelle, il constitue une avancée.

                                          En tant qu’homme de gauche, je souhaiterais me tourner un instant vers certains de nos amis (l’orateur se tourne vers les travées communistes) pour leur faire entendre que Maastricht est un compromis de gauche : pour la première fois, dans un traité de cette nature, des mesures d’encadrement du marché sont prévues ; pour la première fois, citoyenneté et nationalité sont dissociées ; pour la première fois, les syndicats vont être associés aux processus décisionnels. (Protestations sur les travées communistes. – Applaudissements sur les travées socialistes.)

                                          Mme Marie-Claude Beaudeau. Les chômeurs vont disparaître ?

                                          M. Jean-Luc Mélenchon. Si l’on veut dresser un tableau complet, tout cela doit être dit.

                                          Politique politicienne, paraît-il. Nous gouvernerions ce pays l’œil rivé sur le rétroviseur, nous demandant ce que les uns ou les autres vont penser de ce que nous avons conclu. Vous plaisantez ! Aucune cause franco-française, à plus forte raison aucune cause de lutte politicienne ne parvient au niveau auquel se situent les enjeux de Maastricht. S’il en résulte un peu de désordre parmi vous, nous ferons avec !

                                          Mme Hélène Luc. Pour le désordre, vous pouvez parler, parce que chez vous…

                                          M. Jean-Luc Mélenchon. Le fil noir de l’intégration serait, a-t-on dit, un projet sans flamme ; on vérifie une fois de plus que la flamme ne s’allume pas aux mêmes objets pour tous !

                                          Mais l’intégration représente un plus pour nous ; la construction de la nation européenne est un idéal qui nourrit notre passion. Nous sommes fiers, nous sommes heureux de participer à cette construction.

                                          Nous sommes fiers de savoir qu’il va en résulter des éléments de puissance, qu’un magistère nouveau va être proposé à la France, à ma génération, dans le monde futur, qui est un monde en sursis, injuste, violent, dominé pour l’instant pas une seul puissance.

                                          Demain, avec la monnaie unique, cette monnaie unique de premier vendeur, premier acheteur, premier producteur, représentant la première masse monétaire du monde, l’Europe sera aussi porteuse de civilisation, de culture, de réseaux de solidarité, comme aujourd’hui le dollar porte la violence dans les rapports simples et brutaux qu’entretiennent les Etats-Unis d’Amérique avec le reste du monde.

                                          M. Emmanuel Hamel. Et la violence du 6 juin 1944 !

                                          M. Jean-Luc Mélenchon. Dès lors, le vote des Danois ne change rien à nos convictions. Si cruel que ce soit à entendre, les peuples peuvent se tromper. Le nôtre s’est déjà trompé et on sait de quel prix il faut payer dans l’histoire le fait d’avoir manqué le train qui passait. Nos amis les Danois vont en faire bientôt, hélas ! le cruel constat.

                                          M. Philippe François. Pas du tout !

                                          M. Jean-Luc Mélenchon. Il y a ici assez d’Européens de longue main pour regretter la décision des Danois sans se laisser pour autant détourner des objectifs qu’ils poursuivent et poursuivront sans relâche.

                                          Il y va, je le répète, d’un enjeu de civilisation. L’alternative au monde violent et injuste, où la chute du mur de Berlin reçoit en écho les émeutes de Los Angeles, c’est l’avènement de la nation européenne porteuse de paix, de civilisation et de solidarité.

                                          M. Félix Leyzour. Cela commence bien !

                                          M. Jean-Luc Mélenchon. Et nous ne serons jamais autant Français qu’en y jetant toutes nos forces.

                                          On a invoqué ici, de nombreuses fois, la tradition républicaine de la France pour argumenter contre le progrès de la citoyenneté européenne que constitue le droit de vote accordé aux étrangers communautaires. C’est à mes yeux commettre un contresens et faire preuve d’un archaïsme totalement contraire à la philosophie politique qui a présidé à la fondation de la République dans notre pays et qui garantit la continuité du principe républicain et sa formidable prégnance.

                                          On a dessiné devant nous une identité de la France quasi métaphysique, dans laquelle la souveraineté nationale est confondue avec ses instruments, dont la pérennité tracerait la frontière entre la vie et la mort de la nation. Contresens !

                                          La nation est un mot nouveau qui est né pendant la Révolution française, par opposition au morcellement féodal des peuples de France sous la monarchie.

                                          La nation est le lieu de la citoyenneté ; elle n’est ni éthnique, ni religieuse, ni linguistique. La citoyenneté est dans l’exercice collectif du pouvoir. Là où est le pouvoir réel, là doit s’exercer la citoyenneté. Là où est la citoyenneté, là est la nation.

                                          Tout se tient dans la tradition française entre la démocratie et la nation. Si le pouvoir réel de maîtriser notre destin ne peut prendre toute sa réalité économique et sociale qu’à l’échelle de l’Europe, alors, les vrais démocrates ne peuvent que vouloir l’avènement de la nation européenne et, avec elle, de la citoyenneté européenne.

                                          Mes chers collègues, quand on aime la France – et on peut l’aimer de bien des façons – on sait qu’on ne peut la faire dans un seul pays.

                                          La véritable polarisation du débat politique est là, elle traverse l’histoire de nos deux siècles de République. D’un côté, le conservatisme – ce n’est pas honteux – qui s’oppose à chaque étape au processus qui voit la citoyenneté étendre son rôle. De l’autre, le camp du progrès, qui saisit toutes les occasions de confier le pouvoir réel au plus grand nombre et qui, pour cela, parie toujours sur la dimension universelle de la personne, renvoie les différences les plus essentielles – la foi, la langue, l’attachement aux identités locales dans le domaine privé – pour ne reconnaître comme sujet de l’histoire que le citoyen défini par les droits mutuels universels.

                                          Ces principes, nous les portons avec fierté. A l’heure où nous travaillons à une cause aussi fondamentalement française, il ne peut être question de délibérer sous la pression des mots, des fantasmes et même des leçons de patriotisme.

                                          Si j’adhère aux avancées du Traité de Maastricht en matière de citoyenneté européenne, bien qu’elles soient insuffisantes à nos yeux, vous devez le savoir, c’est parce que le plus grand nombre d’entre nous y voient un pas vers ce qui compte, vers ce que nous voulons et portons sans nous cacher : la volonté de voir naître la nation européenne et, avec elle, le patriotisme nouveau qu’elle appelle. (Applaudissements sur les travées socialistes. - M. Yvon Collin applaudit également.) »


                                          Car si il tait conséquent avec lui même, il démissionnerait de son mandat de député européen, et pourquoi le fait pas ?

                                          Et pourquoi, il ne le fait pas, un opportuniste met toujours ses œufs dans tous les nids, car si un pourrie il y a toujours le loisir de couver les autres.



                                           


                                        • C'est Nabum C’est Nabum 15 avril 2013 12:17

                                          Soi-même


                                          Je n’étais pas électeur à cette époque

                                          Je n’ai pas connaissance suffisante du dossier pour vous répondre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès