• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’élection municipale de 2019 sur Paris est-elle condamnée à la (...)

L’élection municipale de 2019 sur Paris est-elle condamnée à la médiocrité ?

L’Express daté du 17 juillet et reçu le 18 en boite aux lettres, nous a tardivement offert deux pages d’interview de Cédric Villani, après le rejet de sa candidature par le CNI de LaREM le… 17 Juillet (cherchez l’erreur de timing médiatique ici, voire l’absence médiatique tout court dans d’autres hebdos). Cet article confirme (hélas avec retard) la bonne impression qui se dégage de ce mathématicien médaillé Fields. En sus du caractère sympathique et vif, il démontre que les maths peuvent être utiles pour la gestion du pays ou d’une ville. Après 30 ans d’une gestion calamiteuse du pays par les ENArques de droite et de gauche, la France a perdu 75% de ses emplois industriels. Dans un tel contexte économique sinistré, de chômage, de caisses sociales et de retraite déficitaires, on aurait bien besoin de citoyens d’une telle qualité, réputé à l’écoute et capable de résoudre des équations parfois compliquées. Car contrairement à ce que prétendent certains politiciens défaillants rodés à la propagande manipulatrice, les emplois perdus n’étaient pas tous des emplois condamnés par le progrès, de type forge ou mines de charbons. De l’industrie touristique jusqu’à l’industrie de pointe, l’impact négatif de la mauvaise gestion de nos gouvernements a été économiquement et socialement catastrophique.

Un exemple historique spectaculaire : L’entreprise GEMplus, née en 1996, devenue numéro un de la carte à puce avec 74% des parts du marché mondial. Elle est victime d'un espionnage économique intense via l’entrée d’un partenaire Texan (TPG) en 2000 puis d'une prise de contrôle en 2002 par les services de renseignement américains, via le nouveau dirigeant du Conseil d’Administration Alex J. Mandl, également administrateur de In-Q-Tel, le fonds de capital-risque créé par la CIA. Les Américains pompent ainsi tranquillement la totalité des technologies de cryptologie de la carte à puce. Idem dans d’autres secteurs industriels stratégiques.

NB/ Il faudra attendre 2008 (création du Fonds Stratégique d’Investissement par Nicolas Sarkozy) pour que les pouvoirs publics tentent timidement (souvent en vain) de limiter les pillages technologique de notre industrie de pointe. L’insuffisant FSI est ensuite incorporé en 2013 par François Hollande dans la dispendieuse et controversée BPI (Banque Publique d’Investissement) avec quasi impasse sur la défense nationale anti espionnage industriel.

 

Un deuxième exemple qui prouve que l’aveuglement démentiel de nos dirigeants se poursuit :

L’entreprise Alstom a été systématiquement sabotée par nos élites incompétentes. Pendant des années, ses déplorables gestionnaires de nos deniers publiques ont préféré acheter les trains à l’étranger, sans tenir compte de l’évidente distorsion de concurrence et surtout de l’intérêt du pays dans son entier. Lorsque l’on argumentait (y compris par écrit et tracts) sur le besoin de soutenir un fleuron de l’exportation du savoir faire technologique français et de sauver des emplois, c’était un méprisant silence radio pour la plupart. Quant aux rares qui ont accepté un (ultra court) débat, je vous laisse apprécier celle des dignitaires (surnommés « d’union de la gâche ») dans la riche Région Ile-de-France : « Les canadiens sont moins chers de 4% et les trains français ne sont pas fabriqués dans notre région. Point barre. On ne peut rien y faire ». Comment voulez-promouvoir les trains français à l’étranger si, en sus de la division économico-politique « gauloise » et du crétin cloisonnement local du marché français, on se laisse tondre par la concurrence des pays payant moins de charges, moins d’impôts et moins de taxes ? Comme le Canada et l’Allemagne ne sont pas les seuls pays à avoir moins de charges, le résultat de ces abandons économiques successifs est qu’Alstom (qui produit aussi les turbines stratégiques de nos sous-marins nucléaires) a ensuite glorieusement fini par être dépecée, démantelée et vendue… à ses concurrents directs étrangers ! (Entre 2015 et 2018, la branche énergie est reprise par l’américain General Electric, et la branche transport offerte entre 2017-2018 à l’allemand Siemens). Où est la grandeur de la France face à ce gâchis, cette accumulation d’incompétences, de médiocrités et d’absence de vision industrielle. Dans cette gestion micro et macro économique, où se trouvent les synergies créatrices de nouvelles technologies, de richesses, de recettes fiscales ou sociales et d’emplois ? Même au sein da la « monolithe » et disciplinée LaREM, un sentiment de gêne est perceptible sur ce sujet précis.

 

Troisième exemple et je vous fiche la paix (jusqu’à mon prochain article) :

L’industrie touristique également délaissée par nos ENArques et les pseudos élites régionales (dont certaines n’oublient par contre pas de s’empiffrer au passage en échange de copinages et de passe-droits).

Alors que des Nations mobilisent massivement leurs administrations pour AIDER les investissements touristiques (du Canada jusqu’au Maroc, les exemples de promotions et d’aides sont nombreux), que fait la France ? Elle s’endort sur ses lauriers. Conservant temporairement la première place en nombre de visiteurs, elle ne cesse de baisser en termes de qualité et de chiffres d’affaires. Dans un trop grand nombre de localités touchées par des situations de rentes et d’industrie de connivence, avec un système de concessions aux concurrences soigneusement éliminées, des lieux touristiques ferment à 17h, voire parfois à la pose déjeuner ou le dimanche. Un choix de boissons caricaturalement limité et une carte soviétiforme font penser au service touristique qui a également « glorifié » l’image de marque de la SNCF.

La hausse des contraintes administratives et des prélèvements obligatoires ont fait fermer un quart des piano-bars. Paris n’est pas la seule ville se transformant progressivement en musée-dortoir. Pour les établissements résiduels, s’ils conservent les fauteuils luxueux, ils suppriment les trop coûteux orchestres jazzy (ou autres) qui avaient fait la réputation musicale de notre pays (orchestre parfois remplacé par un ennuyeux pianiste somnolant). Les autres établissements n’ayant pas fermés ont remplacé les beaux sièges par la promiscuité d’inconfortables tabourets afin d’augmenter leurs recettes et payer leurs lourdes charges. Résultat, les personnes aisées, françaises ou étrangères, préfèrent claquer leur argent et offrir le champagne dans d’autres lieux et pays plus distrayant et plus confortables. Les touristes restent de moins en moins longtemps en France, trop chère, si peu accueillante et distrayante pour certaines catégories de clients. Résultat, sur le plan du chiffre d’affaires Paris a été dépassé par Londres, Bruxelles et même par… Berlin !

 

Et personne ne bouge. Quand vous regardez les programmes de certains candidats, vous trouvez une surenchère écologique et une quête de la propreté (et parfois de sécurité pour certains). Mais peu de propositions concrètes pour booster la formation, la création d’entreprises et l’emploi. Certes, évitons la caricature. Avec la propreté de l’avoine (bio), de la grange et de l’abreuvoir, Paris plage va-t-il devenir le seul projet emblématique offert à une population moutonnière sous emprise médiatique boboïsée ? Non, car il y a heureusement de bonnes choses accomplies. Cependant, nombre de parisiens commencent à s’impatienter des décennies de déceptions et frustrations. Par exemples, la signalétique et les escaliers roulants qu’on nous promet depuis 20 ans ne manquent pas uniquement aux touristes chargés de valises et agacés par notre archaïsme. Ils manquent aussi tous les jours aux travailleurs, aux personnes âgées et aux handicapés. Il ne sert à rien de rejeter sans cesse les responsabilités sur d’autres. Il faut agir. Concrètement.

 

Les Français en ont assez des promesses mensongères ou non tenues.

Celle de baisser les prélèvements obligatoires à donné exactement l’inverse avec le duo infernal Richard Ferrant (pour son concours Lépine parlementaire de la création de nouvelles taxes) et Edouard Philippe pour avoir augmenté de manière têtue et idiote la pression fiscale. Quel intérêt économique y a-t-il à prélever 5 € d’APL dans la poche d’une retraitée appauvrie par le veuvage et en difficulté pour payer son loyer ? Aucun. Je mets au défit l’ensemble des crânes d’œuf de Bercy et de l’ENA de le démontrer. 

 

Mais curieusement, le concours Lépine fiscal du gang Ferrand / Philippe / Griveaux n’a jamais concerné l’énorme masse spéculative toxique des produits dérivés français qui représente 3 fois notre PIB. Pas un article également à ce sujet dans toute la presse et les médias « mainstream ». Pas un mot non plus dans la totalité des partis parlementaires. A croire que les dégagismes électoraux de 2017 et de 2019 ne leur ont pas suffit…

(NB/ Exemple de la Deutsche Bank, première banque de la puissante Allemagne « si bien gérée », 4eme banque mondiale, qui est en train de crever sous la masse titanesque des produits dérivés représentant 17 fois le PIB allemand. Après avoir perdu 94% de sa valeur boursière (passé en 10 ans de 142$ à 8$ !) et avec maintenant 18.000 emplois supprimés ce mois-ci, elle risque de connaître en 2020 le sort de Lehman Brothers entrainant un impact mondial X fois supérieure à la crise de 2008).

 

Les Français en ont assez de l’incompétence et de l’arrogance. On l’a vu avec « l’erreur de casting » Nathalie Loiseau pendant sa déplorable campagne électorale. Non contente d’avoir obligé Emmanuelle Macron à intervenir lui-même pour « sauver de justesse les meubles », elle coule ensuite la délégation française à Bruxelles par une succession de propos publics discourtois contre de nombreux confrères européens. Résultat ; aucun français lors de l’élection des dirigeants des 15 commissions. On l’a encore vu avec Benjamin Griveaux. Comme le 3 Avril pour Nathalie Loiseau, nous avions déjà alerté du danger sur Agoravox dès le 14 juin dernier en soulignant le caractère clivant et cynique de Griveaux. Sa prestation de porte parole du gouvernement pro racket fiscal et face à la jacquerie Gilets Jaunes, il avait mis en valeur sa propension à la morgue, aux mensonges et à l’hypocrisie. Avec ses propos insultants envers ses concurrents au sein de LaREM, lui qui veut « rassembler les parisiens » n’a pas su faire venir un seul de ses concurrents de En Marche sur la photo du meeting de lancement officiel de campagne le 18 Juillet.

 

En conclusion, nous aurions de loin préféré un rassemblement républicain large autour de la candidature de Cédric Villani. L’exact contraire du rude apparatchik Benjamin Griveaux. Surnommé « le Marquis de sa suffisance » au cours de ses 12 années passées au PS (Canard Enchaîné du 17-07-19), il n’a pas une image d’écoute et de respect des autres, contrairement à Cédric Villani qui a la réputation de savoir faire travailler en équipe (et de s’intéresser aux « dossiers orphelins », spécialité de notre humble petit cercle de réflexion « En Marge »).

 

Les électeurs nous avaient donné raison par sondage, en faisant passer « l’inexpérimenté mais rafraichissant » Villani devant « l’homme d’appareil » Griveaux.

 

En attendant la renaissance du Ministère national du tourisme (rejeté par le quasi gang de Shadocks Ferrant-Philippe-Griveaux dont la liste des erreurs s’allonge),

en sus de nos autres propositions,

nous aurions pu mettre en place un original ministère local pour la promotion touristique du grand Paris.

 

Un comité de rassemblement républicain trans-partis peut-il voir le jour ? 

Saurait-il s’organiser de manière crédible face aux appareils politiques financés par nos impôts, nos taxes, et aidés par les structures locales ou d’Etat, ? 

Saura t-il proposer une renaissance du tissus associatif, culturel et économique local ? 

Y a-t-il la place pour un PARI(s) CITOYEN capable de dégager électiralement ceux qui s’empiffrent sur notre dos et/ou qui stérilisent le dynamisme associatif et économique ? 

Une fois mature, un tel mouvement citoyen, avec des Gilets jaunes

(mais sans les extrémistes ayant noyauté, manipulé, discrédité et pourris la révolte Gilets Jaunes),

aurait-il l’assise électorale mobilisatrice et l’intelligente ouverture d’esprit de faire une offre « révolutionnaire » à Cédric Villani et à ses autres compagnons déçus par la Commission Nationale d’Investiture de LaREM ? 

 

On peut rêver.

Mais le rêve est une chose agréable et même parfois très utile.

Car il arrive qu’il se concrétise.

Il peut l’être s’il est partagé par un très grand nombre de rêveurs (marcheurs ou non, gilets jaunes ou non) décidés à relancer, dans la synergie citoyenne et le respect mutuel, l’économie réelle, la créativité et l’emploi dans notre beau pays.

 

Un article de propositions suivra, si cette idée de rassemblement républicain, de PARI CITOYEN fait ricochet. Une dynamique et courageuse succession de ricochets rebondissant bruyamment (tel un flipper) dans une grande diversité de milieux socioprofessionnels (dont des commerçants sinistrés par les voyous ainsi que des piano-bars déprimés par l’administration, dans les deux cas, fiscalement rackettés). Ils devront être impérativement représentés dans le futur conseil municipal afin de fructueusement accompagner le projet de renaissance de Paris et sa région.

Documents joints à cet article

L'élection municipale de 2019 sur Paris est-elle condamnée à la médiocrité ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • ASTERIX 20 juillet 09:53

    FAUTE DE MIEUX IL VAUT MIEUX garder HIDALGO qui vient de comprendre après 2 mandats que les « logements insalubre sont des dizaines de milliers a PARIS !!! ET VA LES FAIRE CONTROLER EN INSTAURANT UN PERMIS DE LOUER §§§§

    GRIVEAUX COMME LE CASTAGNEUR SONT TROP PROCHES DU GRAND BANDISTISME ET DES MARCHANDS D ’ARMES ( l une de leurs »épouses" est avocate de ces BANDITS °


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 20 juillet 12:06

      J’arrive toujours pas à comprendre pourquoi une tronche comme Villani aille dans le panier de crabes politiques.


      • Aimable 20 juillet 13:36

        @Aita Pea Pea
        je pense qu’il est un peu cabot , donc il est allé la ou on a bien voulu de lui sur la scène .  smiley


      • Fergus Fergus 21 juillet 09:21

        Bonjour, Aimable

        Je pense que votre analyse est la bonne.


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 juillet 11:03

        @Fergus

        Bonjour. Il serait beaucoup plus utile ailleurs comme par exemple dans l’ éducation nationale. A travailler sur les programmes de maths.


      • zygzornifle zygzornifle 20 juillet 12:32

        Il y en a qui mangent les homards et d’autres qui les e.....


        • REMY Ronald REMY Ronald 20 juillet 18:29

          Chers internautes bonjour.

          Mes excuses pour quelques coquilles dans cet article non relu et non corrigé comme le quart des précédents. Mon entourage a raison de m’en faire le reproche même s’il ne contient aucune nouvelle orientation politique ou sémantique. Car l’erreur est humaine et un contre sens peut se glisser à l’occasion d’une distraction ou d’une fatigue.

          .

          Je suis en train de revoir l’épopée spatiale sur ARTE.

          Ce qui accroit mon impatience à voir émerger plus de signalétiques modernes interactives autofinancés et plus d’escalators dans la première destination touristique mondiale (et surtout l’une des plus riches).

          Pas uniquement pour les touristes chargés de bagages et agacés par notre fréquent archaïsme.

          Mais aussi pour les travailleurs chaque jour, pour nos personnes âgées et pour nos handicapés.

          .

          Idem pour l’émergence de lieux de vie et des dizaines milliers de logements sociaux promis. Et pourtant, le progrès technologique dans la préfabrication en LEGO pré-construits permet de diviser par deux les budgets et par quatre les délais de construction immobilière.

          .

          Un article suivra pour parler aussi d’un des projets centraux des « Bouledogues de la République » au sein du cercle de réflexion « En Marge » (et maintenant dans la plupart des partis) :

          La représentation des usagers dans les conseils d’administrations des services publics (y compris privatisés) pour moins d’erreurs conceptuelles, moins de gaspillages, moins de pillage, moins de dysfonctionnements locaux et moins d’injustices.

          Notre projet trentenaire (du collectif électoral des chômeurs, des précaires et victimes de l’administration VLC (Vaincre Le Chômage) n’a cessé d’être bloqué par les fonctionnaires de droite et de gauche. Pourquoi ? Par peur d’excès de transparence, de contrôle et d’influence par le public. Avec risque d’une sorte d’idiote quasi « guerre secrète de classe » entre fonctionnaires et usagers (idiote parce que les fonctionnaires sont eux aussi des... usagers). .

          .

          Mais les services administratifs n’appartiennent pas aux fonctionnaires. Ils sont financés par le peuple, au service du peuple et doivent donc être contrôlés par le peuple.

          .

          Reste à trouver les modalités négociées pour ne pas gêner la bonne gestion quotidienne des services. Qu’une ou deux fois par an les usagers et leurs représentants soient automatiquement invités à émettre leurs doléances, dans chaque région, département et commune, c’est possible, globalement positif et déjà sectoriellement pratiqué.

          .

          Exemple réussi des parents d’élèves dans les écoles (malgré quelques frictions avec le corps enseignant, obligé de reconnaître qu’une immense armée de 160.000 jeunes sortent chaque année du système français sans aucun diplôme. L’un des plus mauvais classement éducatif de l’OCDE qui va nous obliger à améliorer et élargir cette consultation jusqu’aux universités et grandes écoles.

          Même l’ENA est maintenant sur « sellette critique officielle radicale » grâce à Emmanuel Macron). Quasiment tout est à repenser et à moderniser. Tâche immense pour notre ministre et déterminé Jean-Michel Blanquer.

          .

          Exemple même dans la Préfecture de Boulogne Billancourt ce mois-ci (grâce à cette louable concertation, les conditions d’accueil et de traitement des dossiers seront peut-être moins inhumaines. Les thromboses paperassières inutiles diminueront. Par exemple, les factures justificatives ne seront plus refusées par l’administration préfectorale (avec d’énormes et préjudiciables pertes de temps) au prétexte que la mention « livré » serait absente ou remplacée par la mention… « expédié » ! (incroyable et aberrant anachronisme encore en pratique mi Juillet 2019 !).

          Cette représentation fructueuse et non conflictuelle des usagers est possible.

          De nombreuses grandes firmes capitalistes organise la consultation des usagers depuis longtemps, par soucis d’accroitre leur rentabilité.

          .

          A+ pour le débat.

          Cordialement.


          • HELIOS HELIOS 20 juillet 21:36

            @REMY Ronald

            Oh, que c’est beau, cela sent l’amour des uns et des autres, l’amour de la patrie, la synergie citoyenne de tous, bref l’image d’une nation unie, patriote et souveraine...

            Bon, ok, rien de tout cela dans la vraie vie !!!!

            § L’égoïsme est bien plus présent que l’amour
            § L’amour de la patrie est vilipendée
            § La synergie citoyenne s’apparente a du chacun pour soi

            § La nation unie est surtout désunie
            §,.. patriote (gros mot a sortir du dictionnaire par des gens manipulants la langue et remplacé par nationalisme)
            §... souveraine, depuis 1992 elle ne l’est pratiquement plus et depuis 2007 la France est un pays soumis ! 

            Cela dit, lorsque vous parlez de nous unir, j’ai bien lu votre texte, s’unir pour vous, c’est bien sans le Rassemblement National, faut pas déconner quand même, hein ?

            Alors, commencez par là, reunissez vous avec le RN pour mettre En Marche minoritaire et gagner les elections, car, apres tout le RN c’est bien de 18 à 20 Millions de français.... Imaginez un peu la force d’un mouvement rassemblant tous ces français.....
            Sinon, ce serait bien d’arreter de nous parler de tous ces bons sentiments sans preuve et accepter Macron maintenant et ses clones plus tard.


          • REMY Ronald REMY Ronald 20 juillet 23:40

            @HELIOS
            Bonjour.
            Nous ne représentons pour l’instant qu’un groupuscule éclaté présent dans chaque parti parlementaire. Y compris au sein de l’aile « Marion Maréchal » du RN. Mais cette diversité fait justement notre originalité et notre richesse.
            .
            Parce que souvent grognards rouspéteurs voire un peu irascibles, entêtés ou parfois colèriques, on nous a catalogué un jour de « Bouledogues ». On a dit banco, pourquoi pas. D’où notre appellation portée fièrement « Bouledogues de la République ».
            .
            A cause du noyau historique d’origine (VLC) et de notre indépendance d’esprit, des marcheurs nous ont catalogué, dans notre dos, de « marginaux ». Là aussi, on a dit banco. D’où le titre pour notre cercle de réflexion : « En Marge ».
            En Marge est un jeu de mot bras d’honneur vers les godillots décérébrés ayant aveuglement soutenu à l’Assemblée Nationale le racket fiscal de l’équipe Ferrand-Philippe-Grimeaux (en complète contradiction avec la baisse des prélèvements obligatoires promise par Emmanuel Macron).
            .
            Parce que le gouvernement n’a pas tenu compte de nos signaux d’alarme (tirés énergiquement plusieurs trimestres AVANT les Gilets Jaunes), nous avons demandé la démission du Premier Ministre Edouard Philippe et de Richard Ferrand pour forfaiture politique et escroquerie électorale.
            .
            Parce que nous sommes républicains (respectant jusqu’à terme le résultat des élections) et aussi parce que nous soutenons son programme (même si incomplet), nous avons clairement rejeté les violences et le slogan ouvertement séditieux « Macron démission » qui ont tant nuis au mouvement soigneusement désorganisé et manipulé Gilets Jaunes.
            .
            Certes, le Président est visiblement très mal entouré et très mal conseillé. On a proposé publiquement, sur le web et par tracts, de les virer (encore une fois sans attendre l’émergence des Gilets Jaunes).
            Mais Emmanuel Macron est le seul à connaître les rouages des banques. Qualité qui serviront un jour,
            => au mieux pour prévenir la prochaine crise (déjà appelé « crise des dérivés ») où,
            => au pire, à en faire tirer les conséquences juridiques, y compris au niveau des responsabilités pénales, sans se faire rouler dans la farine (comme en 2008) par l’habile charabia des véritables responsables bancaires et financiers (encore impunis à ce jour).
            .
            Lorsque la crise financière va arriver, cet homme intelligent ne voudra surement pas devenir un bouc émissaire (et connaître le sort d’une Marie Antoinette incompétente proposant des brioches à un peuple affamé en révolte). Le moment venu, il saura repérer et désigner les voyous qui ont mis en péril nos banques et l’épargne des citoyens.
            .
            Jusqu’à la fin de son mandat, nous continuerons à conseiller Emmanuel Macron à respecter son programme (dans l’attente de la prise en compte de notre propre « complément de programme »).
            .
            Pour cette raison, son entourage de politiciens opportunément recyclés (à l’éthique parfois « très souple ») va donc continuer à nous détester. Nous les insupportons par notre vigilance têtue à ce que les engagements électoraux soient scrupuleusement respectés.
            Croyez moi, les apparatchiks marcheurs nous détestent bien plus que Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen (dont ils se délectent ouvertement des avantageux clivages soigneusement médiatisés).
            .
            NB / Vous observerez que Marine Le Pen a clairement abandonné la ligne frexit et ouvertement récupéré notre bon vieux slogan d’Europe des Nations. Elle ne veut même plus quitter l’Euro. Une sacrée mutation non ? La faute à qui ? Aux frexiteurs  ?(tous laminés à la dernière élection européenne, FI comprise). A l’intervention divine ? Ou en partie grâce à l’influence trans-partis d’une poignée d’agaçants « Bouledogues de la République » ?
            .
            Notre action trans-partis est en fait très ancienne, difficile et surtout ingrate
            (on apparait comme des suspects par les cadres de tous les partis).
            Mais le véritable rassemblement républicain aura lieu un jour. Nous en sommes persuadés. A quelques exceptions prêts, il viendra beaucoup plus par la base de chaque parti et par les citoyens que par les états-majors politiciens.
            (Si possible AVANT la prochaine grande crise qui va être terrible dans ses conséquences).
            .
            Avec mes excuses d’être toujours un peu long.
            A+
            Cordialement.


          • HELIOS HELIOS 21 juillet 00:01

            @REMY Ronald

            Merci pour votre longue réponse...
            Je serai moi même, pour une fois plus court :

            Ma conception du respect à travers les choix des électeurs et des personnes m’interdit de combattre sans tenter préalablement de trouver un arrangement, le meilleur possible... dans l’interet de tous !!!

            Or c’est cet intéret de tous qui m’a porté a vous répondre dans les termes du message ci-dessus, je souhaite que toutes les forces essaient de se reunir pour participer au développement de notre pays.

            Le rejet du RN, quels que soient les détails de l’histoires des uns et des autres ne m’interressent plus, seuls les actes et les intentions sont porteurs d’avenir.

            Par exemple, Si Marine Le Pen veut rester -ou non dans l’Euro ; cela ne veut pas dire que je ne constate pas son implication dans d’autres domaines de notre souveraineté... de fait, j’accepte(rai) sa collaboration.

            Mais c’est ma perception des choses, puisque pour moi, l’essentiel de la geopolitique de la France c’est bien de retrouver sa souveraineté.

            Merci à vous et bonne nuit.


          • jymb 20 juillet 19:20

            Les parisiens n’ont pas de chance...encore qu’ils savaient ce qui leur tombait sur la tête avec l’Hidalgo, un saccage généralisé de la ville, une paralysie absolue, une autophobie rance et archi polluante

            Cependant elle a encore de chances de gagner face à des adversaires révulsants ( le Griveaux aurait insulté ses colistiers en les traitant d « Abrutis et de fils de P... » d’après les différents sites d’info... ce qui dans n’importe quel pays normal l’aurait jeté dans les poubelles de la politique)

            Et dans tous les cas, aucun candidat n’a le courage de s’engager à réparer et annuler immédiatement et sans délai les folies d’Hidalgo de toutes ces années

            Parisiens, vous l’avez cherché, mais vous êtes désormais vraiment dans la mouise


            • pierrot pierrot 21 juillet 10:48

              Bonjour,

              Je ne pense pas que le mandat d’Hidalgo ait été globalement mauvais pour les Parisiens.

              Mais c’est juste mon avis.

              J’ai une bonne opinion pour Cédric Villani mais je ne le connais que comme mathématicien et ignore son projet politique pour Paris.


              • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 21 juillet 11:10

                @pierrot

                quelle est la véritable marge de manoeuvre de la Mairie de Paris dans un état centralisé depuis le 17ème siècle, concentrant toutes les administrations nationales, ministères et institutions diverses, dont la plus grosse partie du patrimoine immobilier est géré par l’état, dont les structures stratégiques sont définies par l’armée et la sécurité assurée directement par le ministère de l’intérieur ?
                Sans parler des poids lourds privés plus ou moins discrets que sont Arnaud, Pinaud, Lagardère, Mulliez, Bouygues et Bolloré qui possèdent l’autre moité du patrimoine et n’en ont rien à foutre d’hidalgo ou du pantin qui lui succédera pour inaugurer les chrysanthèmes ou modifier la limitation de vitesse du périph. 


              • REMY Ronald REMY Ronald 21 juillet 12:41

                La CNI de LaREM a choisi Benjamin Griveaux. Au vu de ce que nous savions et du retour de terrain que nous avons depuis (y compris sur Agoravox !), c’est le système de copinage opaque PS qui se maintient sur Paris (via réélection de Hidalgo) au dépend du système de copinage opaque de l’ex PS Griveaux. Ou, au pire, l’inverse (je te donne çà, tu me donnes çà, je garde çà et toi tu prends çà, etc.).

                .

                Pourquoi, d’après vous ?...

                .

                D’ici Octobre, j’espère que les parisiens y verront un peu plus clair pour répondre à cette question (POURQUOI ?) et pourront avoir quelques autres réponses.

                => Quelle est la liste des manquement de la municipalité sortante ? 

                => Quels sont les innovations à apporter ? 

                => Comment booster Paris et le Grand Paris ?

                Etc.

                Ce n’est que par la suite (probablement vers janvier-février 2020), qu’une réponse constructive pourra être apportée à la question ci-dessous :

                Une alternative au simple référendum anti (anti Hidalgo ou anti Griveaux) est elle possible ? Avec qui ? Sur quelle base ?

                .

                Les « Bouledogues de la république » ont déjà, bien entendu, une petite idée. Ils s’impatientent même depuis un bon bout de temps autour des dysfonctionnements de notre République.

                .

                Mais le débat populaire doit progressivement s’installer, prendre toute sa place, au cours des prochains mois. Sans leader maximo gouvernemental ou d’opposition pour nous envouter et nous manipuler. Le médiocre « référendum anti » qu’on nous mijote médiatiquement doit être remplacé par une macération intellectuelle constructive, positive, directement au sein même des électeurs : 

                Nous voulons faire ce que nous appelons un PARI CITOYEN, avec un programme politique progressivement soigné et une mobilisation systématiquement clairement trans-partis.

                Un Rassemblement Républicain original, hors du marigot politicien qui nous a parasité de haut en bas du système actuel (et, paradoxe, y compris au sein des Gilets Jaunes !!!).

                A la base de la réussite de ce rêve, devra être installé un dialogue entre les citoyens VRAIMENT consultés et les médias. Pour obtenir la visibilité médiatique (nerf de la guerre politique moderne qui a manqué de toute évidence à l’original groupe LaREM Villani & co), faudra t-il des « Gilets Jaunes libres » pour cela ? C’est-à-dire enfin libérés, organisés et remobilisés. Ou bien des « Gilets Jaunes » avec le logo « En Marge » ? Ou bien des « Gilets Oranges » ? Ou un nouveau logo RR ? Ou bien RRRR ? (Rassemblement Républicain pour une Réforme de la République). Les citoyens mobilisés décideront.

                .

                Bref, la question à ce jour est : comment sortir le peuple de ce piège électoral et de la médiocrité politique que des forces occultes antagonistes ont instauré ? 

                (occultes certes, mais les masques sont de plus en plus transparents au bénéfice du futur « grand dégagement électoral »).

                .

                A+ pour le débat.

                Cordialement.


                • REMY Ronald REMY Ronald 17 août 23:33

                  Re-bonjour.

                  De temps à autres, comme dans cet article, j’éructe sur certaines décisions politiques ou économiques nationales. Notamment sur face au pillage de la technologie française et à l’affaire Alstom.

                  Voici un lien qui confirme très largement mes dires sur la mollesse, la naïveté ou la corruption (voir les 2 ou les 3 en même temps)

                  qui règnent au sein de nos gouvernements depuis des années.

                  C’est une vidéo assez longue mais fortement utile.

                  Oui, il faut un ministère des investissements stratégiques (qui n’a jamais existé en France mains existe aux USA), un ministère de l’industrie (qui n’existe plus en France depuis 20 ans, un ministère du tourisme (disparu en 2017), un véritable ministère du logement (dynamique, efficace, avec objectifs concrets et moyens proportionnels), etc.

                  En bref, une France forte au sein d’une Europe forte(*) face aux USA, à la Russie, à la Chine, etc.

                  (une Europe des Nations ; voir un des articles précédents)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès