• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’enfant naturel du capitalisme

L’enfant naturel du capitalisme

A l’heure où la majorité de l’occident soutient les néo-nazis de Kiev et les fascistes du gouvernement israélien de Benjamin Netanyahou, il devient évident que le fascisme est une extension du capitalisme. Malgré le jeu de dupe et les déclarations du personnel politique contre l’extrême droite en France et en Europe, aucun Etat ne permettra aux peuples de choisir entre capitalisme et socialisme. Le fascisme progresse différemment d’un pays à l’autre, il n’y a pas de carte d’identité unique, de symptômes exactement identiques d’un pays à l’autre, suivant les différentes bourgeoisies, les différentes histoires il s’adapte… mais il sera toujours là pour sortir le capitalisme d’une impasse.

Le capitalisme est un système de crises à répétition, krach financier, surproduction, crise sociale, guerres… certaines provoquent des chaos où est entrainée toute une petite bourgeoisie. Celle-ci en perte de repères se tourne en général vers les fascistes, la grande bourgeoisie applaudit. Il faut faire croire que le fascisme est une alternative et couper l’herbe sous le pied de la partie des classes populaires qui pencherait pour le communisme, la grande bourgeoisie ne le permettra jamais ! Pour cela, elle doit faire peur, et ses officines de propagande battent leur plein : « le communisme c’est mal, c’est 100 millions de morts, c’est l’absence de liberté, c’est les goulags, et blablabla… »… aucune preuve n’est demandé, aucun débat n’est nécessaire, le capitalisme apporte la vérité absolu. A ceux qui doutent il envoie ses CRS !

Depuis ces dernières années, le mouvement s’accélère, le bouleversement social en cours causé par la privatisation et la destruction de toutes les protections sociales sont les causes d’inégalités massives. Les capitalistes veulent une liberté totale pour exploiter la nature et les hommes, leur objectif est de réduire l’Etat à sa portion congrue, destinée à maintenir leur domination et leur impunité. Le rôle de l’Etat doit se limiter à une police politique au service du capital, à la répression des mouvements sociaux et à la guerre, lorsque celle-ci est nécessaire pour maintenir les profits, avoir de nouveaux débouchés et piller les matières premières. Compte tenu de cela, un gouvernement fasciste est le moyen idéal de produire un tel système.

Le fascisme est l’enfant chéri du capitalisme et le capitalisme est le pire des systèmes. Depuis 500 ans c’est une longue route pavée de sang et d’horreur sur la surface de la planète. Le capitalisme a empêché toute autre solution, un pays qui voulait vivre différemment était aussitôt bombardé, envahi, dépecé. Il ne fallait pas qu’un contre modèle soit testé. Aucun pays n’a pu vivre comme il le voulait en dehors de la sphère capitaliste, à l’heure actuelle les USA procèdent à des embargos sur plus de trente pays parce que ceux-ci ne veulent pas boire du coca cola et manger des hamburgers ! La liberté de choix n’existe pas, le droit international n’existe pas. Le capitalisme veut un monde basé sur ses règles ! le capitalisme c’est la dictature de la pensée, la dictature des marchés ! Il n’y a encore pas si longtemps les européens fermaient les yeux parce qu’ils en profitaient, ils étaient bercés par de doux mensonges, mais le réveil va être douloureux.

Petit rappel salutaire pour ceux qui dorment profondément, je rappelle que le RN est pour l’UE, l’EURO, l’OTAN, et l’immigration est gérée par Bruxelles, comme prévu. En Italie, Méloni a donnée des gages à toutes les institutions capitalistes et fait allégeance aux USA !

http://2ccr.unblog.fr/2024/06/19/lenfant-naturel-du-capitalisme/

et sur l'actualité


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • CN46400 CN46400 22 juin 18:24

    Ouais, ils disent pis que pendre du Front Popu, mais aucun n’a renoncé aux avantages sociaux de 36,46 ou 68 ou 81 ; et surtout pas aux congés payés qui, parait-il, devaient ruiner tant de patrons...


    • Robert GIL Robert GIL 22 juin 19:57

      @CN46400
      En France, la bourgeoisie (et une grande partie de la droite républicaine) fidèle à elle même et à son histoire, après le slogan de 1936  » Plutôt Hitler que le Front Populaire « , aujourd’hui elle entonne  » Plutôt le RN que le Front populaire «  …on peut mesurer sa constance.


    • La Bête du Gévaudan 22 juin 23:51

      @CN46400

      c’est d’abord la hausse de la productivité (due à l’accroissement du capital) qui a permis de créer des accords sociaux...

      ensuite, ces accords sociaux (ou du moins, jusqu’à un certain point, leur formulation rigide par la loi) ont bien un impact sur l’économie. En partie positif, et en partie négatif. La dégradation monétaire, la dette publique et l’emprise « démiurgique » croissante du créateur monétaire en sont une des conséquences.

      Le fait est aussi que ces normes entravent un grand nombre d’entreprises et d’activités notamment dans les petites et micro entreprises dont on ne mesure pas les méfaits. Comme en toutes chose, il y a ce que l’on voit et ce que l’on ne voit pas.


    • La Bête du Gévaudan 22 juin 23:59

      @Robert GIL

      venant des amis du pacte Germano-Soviétique, c’est très grinçant...

      Le but des communistes était d’aider leur collègues national-socialistes à dépecer la Pologne, massacrer son peuple, et se partager les dépouilles. C’est exactement ce qu’il s’est passé.

      Par la suite, ça a continué avec la France. Face à l’attaque nazie, les dirigeants communistes ont déserté en 1939, afin d’aider les national-socialistes à vaincre la France, asservir son peuple et assassiner les Juifs qui y étaient réfugiés. Dès l’installation du pouvoir nazi à Paris, L’Humanité a essayé de reparaître.

      Ce n’est donc pas l’attaque de la France ni la répression et l’exploitation nazie (d’ailleurs Marchais fut volontaire pour aller travailler en Allemagne) ni même le « statut des Juifs » qui a décidé les communistes à résister aux national-socialistes. C’est uniquement après l’attaque contre l’URSS que le communisme entrera en résistance. En juin 1941, de nombreux « bourgeois de droite fidèles à eux-mêmes » étaient déjà morts en déportation pour faits de résistance face à vos camarades national-socialistes.

      Par contre, vous avez trouvé à vous « unir » derrière le vichyste, tortionnaire colonial et atlantiste Mitterrand...


    • CN46400 CN46400 23 juin 08:34

      @La Bête du Gévaudan
      1- Marchais n’est politisé (au PCF) qu’à partir de 1947 ! jusque là il travaille juste pour gagner sa vie et va en Allemagne (Messerschmit, 43) pour une promesse d’améliorer la paye, comme n’importe quel ouvrier. A Paris, une usine, française, (Ghnome-Rhone) travaille aussi, à bas coût, pour Messershmit, mais le « marché noir » est alors le seul moyen de manger. Comme les autres et comme toujours, l’ouvrier Marchais cherche a vendre sa force de travail au mieux !
      2-L’Humanité, interdite en 39, veut, comme les autres journaux, paraître normalement (Figaro, Le Temps etc...)
      3
      -Interdits depuis 39, les communistes ont appris les lois de la clandestinité bien avant Barbarossa (ex:Grève des mineurs du Nord en avril 41). Mais il est exact qu’ils ont profité de la leçon bien avant les autres partis politiques, ce qui fit leur force en 44. Tout comme leur engagement qui fût dopé par l’attaque de l’URSS (juin 41) !
      4 Même de gauche, les bourgeois, en graissant la pâte des SS pouvaient échapper à la déportation !


    • CN46400 CN46400 23 juin 08:43

      @La Bête du Gévaudan
      « c’est d’abord la hausse de la productivité (due à l’accroissement du capital) qui a permis de créer des accords sociaux... »

      Comme quoi, les avantages sociaux peuvent aussi profiter (productivité) au patronat.....
      On crie d’abord à la ruine (ex : les 40h en 36= semaine des 2 dimanches), puis on encaisse...


    • La Bête du Gévaudan 23 juin 23:21

      @CN46400

      1 « Comme les autres et comme toujours, l’ouvrier Marchais cherche a vendre sa force de travail au mieux »... oui, ben donc pas la peine de faire la morale aux « bourgeois »... 
      2 « L’Humanité, interdite en 39, veut, comme les autres journaux, paraître normalement (Figaro, Le Temps etc...) »  Idem ci-dessus. Pas la peine de faire la morale aux « bourgeois ».
      3 — Les communistes étaient interdits depuis 1939 en raison de leur alliance avec l’ennemi nazi. Et leurs dirigeants ont déserté, afin d’aider l’invasion nazie.
      4 « les bourgeois, en graissant la pâte des SS pouvaient échapper à la déportation ». Faux et honteux !


    • La Bête du Gévaudan 23 juin 23:53

      @CN46400

      je vous laisse à votre querelle avec le « patronat »... il y a plein de patrons voyous ou incompétents comme il y a plein d’ouvriers voyous ou incompétents.

      C’est bien la hausse de la productivité (due à l’accroissement du capital) qui permet de créer de telles redistributions. Et, oui, une amélioration de la condition ouvrière conduit en retour  en partie à l’amélioration générale de la productivité. En meilleure santé physique et morale, mieux formé intellectuellement, pouvant mettre en oeuvre son expérience par l’allongement de la vie en bonne santé, et pouvant accéder lui-même à l’épargne et à l’investissement, l’ouvrier participe pleinement de l’expansion du capital et de la hausse de la productivité.

      Si un « patron » ne comprend pas cela, c’est un gugusse. Mais s’imaginer, en retour, qu’il suffit de payer cher des jean-foutres et des ouvriers escrocs est aussi inepte. Car la sous-capitalisation et le découragement de l’épargne est une des causes majeures du sous-développement du « tiers-monde ». Et l’obsession des régimes communistes « sérieux » fut précisément le rattrapage à marche-forcée du retard de capitalisation (cf. notamment URSS et Chine ce qui n’éteint pas le débat sur ces régimes).

      La morale est que l’épargne et l’investissement permettent l’accroissement de la richesse générale par l’application de la vertu individuelle. Un patron entièrement mauvais ne fait pas de vieux os, et une ouvrier entièrement vertueux ne reste pas longtemps sur le carreau.


    • CN46400 CN46400 24 juin 08:22

      @La Bête du Gévaudan
      1- Le bourgeois ne vend pas sa force de travail, il commercialise les produits de la force de travail qu’il emploie !
      2-pendant 5 ans Le Figaro a paru légalement tous les jours, l’Humanité aussi, dans la clandestinité...
      3-Combien de sociétés françaises ont continué de fonctionner pour les nazis ?
      4-Sauf par les juifs ou les communistes, les SS étaient souvent achetables...


    • CN46400 CN46400 24 juin 08:38

      @La Bête du Gévaudan
      La « capitalisation » ou plutôt « l’accumulation du capital » représente de l’accumulation des produits, vendus, de la force de travail des salariés entre les mains des propriétaires (capitalistes) des moyens de production.....


    • CN46400 CN46400 24 juin 11:50

      @La Bête du Gévaudan
      Sous des formes diverses, salaires ou matière première, le capitaliste achète de la force de travail et revends, avec profit, des produits finis. Le salaire doit être suffisant pour que le salarié ait envie de revenir au chagrin le lendemain, ou le mois suivant ; mais pas au point de trop entamer le profit du capitaliste qui veut poursuivre la fabrication, et la vente, des produits qui génèrent le profit....


    • La Bête du Gévaudan 24 juin 12:31

      @CN46400

      Le Figaro a paru à Lyon en zone libre jusqu’à son invasion en 1942, où il a cessé de paraître. Au contraire, L’Humanité a négocié sur instruction des instances dirigeantes du PCF avec les nazis pour paraître à Paris.
      les sociétés ont continué à travailler, et les Français à travailler. Donc, pas la peine de faire la morale aux « bourgeois » car on ne vit pas d’amour et d’eau fraîche.
      le SS n’étaient pas achetables pour les résistants bourgeois, et vos insinuations sont immondes à ce sujet. Vous insultez la mémoire des patriotes morts. Evitez au moins ce point-là.
      — le « bourgeois » (à définir précisément) rend un service productif comme le travailleur. Et il est payé en cette vertu. 
      le capital est du travail accumulé et provient de l’épargne.
      le capitaliste, l’entrepreneur, le propriétaire foncier ou l’ouvrier s’échangent tous des services productifs qu’il est légitime de rétribuer. Le meilleur moyen de justice est le libre-marché où l’ouvrier autant que les autres, met ses interlocuteurs en concurrence. Le capitaliste constitue un capital par l’épargne dans le but de rendre des services productifs : il est légitime de le rétribuer (sans quoi d’ailleurs, le capital ne se formerait pas et nous en serions demeurés à la préhistoire). Le prolétaire lui-même, ne serait-ce que par l’accumulation de compétences et sa vertu au travail, se constitue un capital qu’il fait valoir et rémunérer sur le marché (un ouvrier qualifié et probe est recherché et bien payé). 


    • CN46400 CN46400 24 juin 14:16

      @La Bête du Gévaudan
      Ouais, tout le monde il est beau, il est gentil...
      L’Humanité n’a jamais été légale ente 9/39 et 8/44
      « le capital est du travail accumulé et provient de l’épargne. » et un peu de la sueur de l’ouvrier...
      « le SS n’étaient pas achetables  » Le nazisme avait donc inventé le vaccin anticorruption ?
      «  les sociétés ont continué à travailler, » Pour qui ? Pour les nazis évidemment ! Certain patrons ont refusé (Peugeot), la plupart ont accepté, certains ont fait du zèle (Renault)


    • La Bête du Gévaudan 22 juin 23:35

      « le capitalisme, le pire des systèmes »... à l’exception de tous les autres... « Depuis 500 ans », un système qui nous a permis de passé de l’arriération et de la famine moyenageuse à la prospérité et au libéralisme politique...

      "aucune preuve n’est demandé, aucun débat n’est nécessaire« ... ben, mettez-vous un peu au courant. Non seulement les crimes et les impasses du communisme ont été annoncés dès le début du XIXème siècle (cf. par ex. Frédéric Bastiat), mais surtout le XXème siècle en a fait la démonstration. Donc, les Robert Faurisson du communisme, ça commence à bien faire.

       »A ceux qui doutent il envoie ses CRS !" Aux casseurs, factieux, voleurs et criminels, surtout. Par contre, les régimes communistes envoyaient le NKVD à ceux qui doutent, et envoyait les mal-pensant au Goulag ou les tuaient à balles réelles dans des charniers. 

      Quant au fascisme, il est l’opposé du libéralisme. Le fascisme est une variante nationaliste du socialisme. MUSSOLINI en donne la définition :

      Tout dans l’État, rien hors de l’État, rien contre l’État !


      • Akerios Akerios 23 juin 09:39

        @La Bête du Gévaudan............... ?

        Avant 1789 en France c’était le servage avec la noblesse soutenue par le clergé ! En Russie c’était en 1917 !
        Ensuite la restauration et la grande bourgeoisie au pouvoir ne pouvant pas rétablir le servage a remis en place un système d’esclavage par le travail.......la durée du travail avant dépassait les 70 heures par semaine et avec le dimanche matin ...la messe pour anesthésier les serf de la nouvelle forme de servage  !

        Il a fallut attendre le 4 et 19 octobre 1945

        pour avoir la Sécurité Sociale.......et le front populaire pour avoir les congés payés et Martine Aubry pour les 35 heures................. !

        Il ne faut pas oublier notre histoire ! ................................................... !



      • La Bête du Gévaudan 24 juin 00:32

        @Akerios

        En France, le servage a été aboli des terres royales par Louis X le Hutin en 1314, et était résiduel à la veille de la révolution. Il demeurait d’ailleurs essentiellement attaché à des terres et non plus à des personnes. C’est notamment parce-que la féodalité était entièrement vidée de sens qu’elle apparût encore plus insupportable. (cf. Tocqueville, L’Ancien Régime et la révolution). Les libéraux ont été les grands promoteurs de l’abolition de la féodalité, du servage et de l’esclavage. Ce sont au contraire les socialo-communistes qui conservent une nostalgie trouble du travail non-libre (sous divers prétextes « fraternels »).

        L’esclavage est un travail par contrainte de corps. Rien à voir avec le salariat, qui est un travail libre. Le salarié met en concurrence plusieurs employeurs, de même que l’employeur met en concurrence plusieurs salariés. C’est un marché libre.

        Les mutualités de prévoyance existaient avant 1945, où on les a réunies et systématisées. C’est la hausse de la productivité (due à la croissance du capital) qui a rendu possible les redistributions. Les pays sous-capitalisés, typiquement du tiers-monde, sont des pays de pauvreté, de disette, de rareté et de pénurie.

        Pour le reste, je ne vois pas bien le rapport avec l’église et le clergé. Mais si vous l’interprétez dans cette perspective matérialiste, alors je ne vois pas bien la différence avec l’intelligentsia de gauche moderne : les curés soviétiques ont bien endormi le peuple exploité des goulags aussi.


      • zygzornifle zygzornifle 23 juin 09:48
        L’enfant naturel du capitalisme est président de la France depuis 7 ans ....

         


        • Buzzcocks 23 juin 11:30

          Marrant ces neo-nazis ukrainiens qui acceptent que la croix rouge visite les camps de prisonniers des soldats russes... alors que l’inverse n’est pas vrai.

          Et quand il y a des échanges de prisonniers, ce sont étrangement les gentils russes qui ont torturé, affamé, tabassé leurs prisonniers... et pas les méchants néo-nazis.

          Bizarre que 40 ans après, les cocos de base en sont encore à vénérer la Russie, la Corée du Nord, l’Iran, tous ces pays sympathiques où jamais ils ne mettraient un pied d’ailleurs.


          • Rinbeau Rinbeau 23 juin 13:12

            @Buzzcocks

            Excellent le commentaire.. Décidément vieillir est un naufrage !

            Car il faut avoir été biberonné à la TV pour penser aujourd’hui comme ça !
            Je suis allé en Iran.. Et je suis toujours vivant (ben merde alors)..

            Quand à la croix rouge tout le monde ( presque ) connait le rôle qu’elle a tenu dans le sauvetage des nazis mandatée par le pape de l’époque..

            https://www.monde-diplomatique.fr/2016/07/LACROIX_RIZ/55929


          • Buzzcocks 23 juin 13:41

            @Rinbeau
            Lacroix riz et vous parlez de naufrage de la vieillesse ? Cette viielle baderne est la pire stalienne de l’univers avec Gil et Chapoutier.


          • Rinbeau Rinbeau 23 juin 13:55

            @Buzzcocks

            A chacun ses icones.. On a compris quelle dame a vos faveurs !

             smiley


          • Buzzcocks 23 juin 14:22

            @Rinbeau
            pauvre cloche... le monde est binaire avec vous, pensée 0, les méchants, les gentils... les ukrainiens sont tous des nazis vampires capitalistes, et toi, le bon samaritain qui lutte contre les oppresseurs. Et Poutine ne massacre que des fils de putes au final, c’est ça, j’ai bon ?


          • Rinbeau Rinbeau 23 juin 14:43

            @Buzzcocks

            Les ordinateurs sont binaires.. La cloche ne sonne qu’un seul son !

             smiley 


          • Rinbeau Rinbeau 23 juin 12:37

            Pendant que l’on nous focalise sur les vieilles lunes identitaires.. On ne regarde pas ce que font les banquiers occidentaux.. Faire monter partout en Europe les nationalismes et préparer une bonne vieille guerre pour contrer les légitimes insurrections à venir contre ces gens là et leurs marionnettes politiques..

            Quand le sage pointe du doigt la lune.. L’idiot regarde le doigt !

             

            Karl Marx disait que la phase ultime du capitalisme c’était l’Empire.. Je ne suis pas d’accord avec lui.. Les temps présents nous enseignent que c’est la Ploutocratie.


            • pasglop 23 juin 19:32

              @Rinbeau
              Et pendant qu’on y est, maintenir les taux de profit et les dividendes, légitimer l’impression de milliards par la planche à billets pour cacher que les monnaies dominantes ne valent plus un kopeck par rapport à la valeur réellement créée, fracturer les économies sous tension en intégrant des pays dont le SMIC horaire tourne autour d’ 1,50€ et, last but not least, justifier tout ça en faisant appel aux « valeurs » et à la démocratie.


            • CN46400 CN46400 24 juin 14:18

              @Rinbeau
              Vous confondez Marx et Lénine


            • JPCiron JPCiron 23 juin 22:22

              <le capitalisme c’est la dictature de la pensée, la dictature des marchés !>


              En pratique, la dictature des marchés, c’est le libre-échangisme :

              https://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/libre-echangisme-247841


              • zygzornifle zygzornifle 24 juin 09:22

                Le capitalisme a l’argent, il contrôle nos présidents l’armée et la police qui n’hésitera pas a fracasser du contestataire quand on leur demandera de le faire .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité