• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La corruption, cet éternel poison…

La corruption, cet éternel poison…

« Ca va mieux »... pour François Hollande, mais, hélas, un peu tard. Alors qu'il a renoncé à se présenter à sa propre succession, les bonnes nouvelles s'accumulent pour le président français : le chômage continue de baisser et l'ONG Transparency International (TI) vient d'adresser un satisfecit à la France, jugeant le bilan du quinquennat de M. Hollande « globalement positif » en matière de lutte contre la fraude financière et la corruption. 

TI souligne ainsi les progrès réalisés depuis l'affaire Cahuzac, et notamment la création du parquet national financier et de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. L'ONG « se félicite des avancées obtenues sur (…) la prévention des conflits d'intérêts, la lutte contre la délinquance économique et la protection des lanceurs d'alerte ». Un « cocorico » bien solitaire, pourtant, tant les affaires de corruption continuent d'éclater avec une triste régularité. 

Plusieurs hauts dirigeants mondiaux dans le viseur de la justice

Plusieurs dirigeants politiques de premier ordre sont, de par le monde, sous le coup d'accusations graves de corruption. C'est le cas, par exemple, de Cristina Kirchner. L'ancienne présidente de l'Argentine (2007-2015) a été inculpée, le 27 décembre 2016, dans le cadre d'une affaire de corruption liée à un marché de travaux publics routiers. La justice argentine la soupçonne d'avoir favorisé un homme d'affaires dans l’obtention de marchés dans la province de Santa Cruz, son fief politique. Le juge en charge de l'affaire a, en outre, ordonné la saisie de 10 milliards de pesos (environ 600 millions d'euros). 

À l'autre bout du monde, en Israël, c'est le Premier ministre en exercice, Benjamin Netanyahu, qui est à son tour sous le coup d'accusations de corruption. « Soupçonné d'avoir reçu des cadeaux d'hommes d'affaires », selon un communiqué de presse émis par le ministère de la Justice israélien, l'homme fort de Jérusalem a été interrogé par la police pendant plusieurs heures au sein de sa résidence, le 3 janvier. Les médias locaux croient savoir que Benjamin Netanyahu aurait reçu des cadeaux d'une valeur estimée à plusieurs dizaines de milliers de dollars, de la part d'entrepreneurs israéliens étrangers. Il pourrait être inculpé « d'abus de confiance ».

Les ressources naturelles en Guinée : un symbole de corruption ?

Les richesses que renferme le sous-sol guinéen sont considérables : 40 milliards de tonnes de bauxite, minerai indispensable à la fabrication de l’aluminium et particulièrement convoité par les entreprises chinoises, 10 milliards de tonnes de minerai de fer, 2 000 tonnes d'or et 10 millions de carats de diamant… De quoi attirer bon nombre de convoitises à travers le monde. Malheureusement, les termes associés à leur extraction, notamment pour ce qui est du fer et de la bauxite, sont souvent peu reluisants : pots-de-vin, corruption, blanchiment, etc. 

Tout récemment, ce sont les concessions minières de la chaîne montagneuse de Simandou qui font parler d’elles. Et le scandale qui éclabousse le plus grand gisement de fer inexploité au monde va jusqu’à concerner les plus hauts responsables du gouvernement. Ainsi, l’entreprise anglo-australienne Rio Tinto, responsable de l’exploitation de parcelles minières de Simandou, est soupçonnée d’avoir versé des pots-de-vin au Président guinéen, Alpha Condé lui-même, pour «  s’assurer du contrôle de deux des quatre parcelles que compte le gisement.  » C’est donc sur fond de scandale de corruption que l’entreprise a «  jeté l’éponge  » et annoncé, en octobre dernier, qu’elle cédait toutes ses parts à son partenaire depuis 2010 pour l’exploitation de Simandou, le conglomérat chinois Chinalco, désormais responsable de 88% de l’exploitation du gisement de fer le plus prometteur du monde. 

Et les exploitations minières guinéennes font même parler d’elle outre-Atlantique. Le 13 décembre, à New York, l'ancien ministre guinéen des Mines, Mahmoud Thiam, a été arrêté par la justice étasunienne qui l'accuse de blanchiment d'argent, provenant des pots-de-vin qu'il aurait reçus de la part d'un conglomérat chinois, en échange de l'attribution de droits de mine. « L'ancien ministre Thiam est accusé de s'être enrichi aux dépens du peuple de la République de Guinée », a précisé l'Attorney General de New York. Mahmoud Thiam « a utilisé sa fonction afin de recevoir des millions en pots-de-vin de la part d'un conglomérat chinois et a blanchi l'argent à New York ». L'ex-officiel guinéen, désormais citoyen américain, « devra maintenant répondre à la justice au sein d'une cour fédérale ». 

Selon les enquêteurs du FBI, l'affaire remonte aux années 2009 et 2010. Alors en poste, Mahmoud Thiam reçoit pas moins de 8,5 millions de dollars de la part du conglomérat chinois, dont le nom n'a pas été révélé par les autorités américaines. En échange, le ministre accorde aux entreprises chinoises un droit d’exclusivité « sur une grande variété de domaines de l’économie guinéenne » et notamment « un contrôle quasi total » du secteur minier du pays, selon le communiqué du ministère de la Justice américain. Puis il place l'argent sur un compte à Hong Kong, en mentant sur sa profession et sa nationalité, avant de le rapatrier aux États-Unis. L'argent de la corruption aurait servi à l'achat d'une propriété, estimée à 4 millions de dollars, dans l'Etat de New York et à payer les frais de scolarité de ses enfants. 

L'affaire Mahmoud Thiam met la lumière sur l'un des aspects les moins reluisants de la « Chinafrique ». Les échanges commerciaux entre les deux continents ont été multipliés par 10 en dix ans, et ont atteint plus de 300 milliards de dollars en 2015. Ils auraient augmenté de 31% pendant les trois premiers trimestres de l'année écoulée. Mais cette déferlante chinoise en Afrique n'a que peu à voir avec les discours altruistes de Pékin. Pour passer des contrats, la corruption est monnaie courante. Une pratique délétère, qui s'opère au détriment du développement économique et social des pays concernés, comme la Guinée. 

La corruption « entretient le sous-développement »

Selon un rapport commun du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), « la corruption est le principal obstacle au développement économique et social dans le monde ». Le montant des pots-de-vin versés chaque année s'élèverait à quelque 1 000 milliards de dollars. Et 2 600 milliards de dollars seraient détournés de leur fonction première, ce qui représente plus de 5% du PIB mondial. La corruption serait également responsable du détournement de 10 fois plus de fonds que ce que représente l'aide au développement.

« Moins de prospérité (…), moins de respect des droits (…), moins de services (…), moins d'emplois » : voici la terrible équation de la corruption dans le monde, selon le même rapport, qui conclut : « comme les marchés sont attribués à des entreprises qui ne sont pas les plus compétentes, la qualité du travail s'en ressent. Il peut en découler un effondrement de l'économie, qui entretient le sous-développement ». 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.38/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 14 janvier 16:20

    Plus de corruption = plus de politiques , ils iront corrompre et ratisser ailleurs .....


    • zygzornifle zygzornifle 14 janvier 16:21

      Enlever la corruption a Bruxelles et le taux d’absentéisme sera de 100%....


      • baldis30 15 janvier 08:22

        @zygzornifle
        avec la corruption organisée sous la forme légale au Luxembourg avec les arrangements fiscaux ..

        « Et donneur de séné par désir de rhubarbe,

        avoir toujours son encensoir en quelque barbe »

        parce qu’il y a toujours le retour ... « je te tiens, tu me tiens par la barbichette »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Ramy


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires