• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La crise du gouvernement en Italie

La crise du gouvernement en Italie

"Le gouvernement se termine ici" - a déclaré le Premier ministre italien Giuseppe Conte et a démissionné.

JPEG

La crise du gouvernement en Italie, initiée par Mr. Matteo Salvini, marque la fin d'une expérience politique caractérisée par l'hégémonie presque exclusive du parti Lega, qui a brisé son principal allié en un peu plus d'un an. Face à cette situation délicate, il n’ya que deux alternatives. Les élections ou la recherche d'une nouvelle majorité dans ce même Parlement.

JPEG

Dans chacun de ces deux cas, il convient de résoudre le problème politique en évitant une approche exclusivement tactique. Ce serait en effet une grave erreur de former des majorités ou des alliances fondées uniquement sur une opposition au parti Lega. La démocratie italienne est en crise profonde depuis un certain temps. Une crise qui précède la dérive de ces jours et qui éprouve en ce moment les appels du soi-disant ”Chef fort” qui revendique "tous les pouvoirs" entre ses propres mains. Pendant des années, la dialectique politique a été fondée sur la culture de la prévarication et de la propagande permanente. Une nouvelle réforme du système électoral basée sur une loi proportionnelle rétablissant le pluralisme de la représentation et plaçant le contenu du débat politique démocratique au centre est nécessaire. Mais quel parlement va mener cette réforme ? Nouvelles règles économiques fondées sur le progrès et la redistribution, axée sur le travail, augmentant les salaires et les retraites et élargissant les droits serait utile contre le parti d'extrême droite Lega, dont le slogan est littéralement seulement la Flat Tax, la “taxe uniforme”, qui ne résoudrait probablement pas la crise économique qui correspond à des déséquilibres réels sous-jacents.

En matière de politique économique et industrielle, la droite italienne a une idée fondée sur la déréglementation absolue, notamment au niveau de l'environnement. En Italie, aucune partie politique importante ne vise la protection de l'environnement. L'investissement dans la recherche pédagogique et la politique culturelle, la transformation écologique de l'économie et la réduction du temps de travail assorti d'une compensation salariale intégrale sont également très importants pour pouvoir absorber la directive européenne sur les énergies renouvelables. Les deux décrets de sécurité marqués par le racisme et la xénophobie, sur lesquels le parti Lega a construit sa campagne électorale permanente, constituent un recul menaçant, non seulement dans le domaine humanitaire, mais également dans le respect des libertés. Le nouveau gouvernement devra accorder également une attention particulière à l'Union européenne.

Hier a étée une journée cruciale pour la formation du gouvernement italien ou pour les prochaines consultations électorales, alors que le président Sergio Mattarella a rencontré les principaux partis pour indiquer la voie à suivre. Le President de la République a demandé aux partis politiques des décisions claires et rapides pour résoudre la crise gouvernementale.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • kirios 23 août 17:09

    la situation politique italienne est très regrettable pour tous les anti fric maquereautés par la CE qui espéraient une politique plus respectueuse du peuple.

    Matarella , le recours suprême, est un homme du système qui n’aura de cesse que l’Italie fasse, de nouveau , totale allégeance au voyou européen


    • baldis30 23 août 18:14

      Bonsoir, mon analyse de la crise est celle d’un combat fratricide que je me plais de regarder depuis l’Aventin !

      Extrême droite contre droite extrême ... c’est beau comme l’antique ! parce que les deux partis au pouvoir relèvent alternativement de l’un ou l’autre concept et de plus sont doublés d’incompétence technique ... 

      Naturalisme d’un côté façon de ne pas comprendre les problèmes ou de les écarter par l’invocation ...

      Pureté de la race et des sentiments de l’autre ! encore heureux qu’il n’en soit pas à l’évocation mussolinienne ....

      Les uns, au Nord lorgnent vers l’Autriche et son régime hautement ... hautement discret sur ses attitudes morales ; les autres plus au Sud épris de soleil de naturalisme et surtout de vent dont les investissements réalisent un beau lavage d’argent pas très net !

       Qui subventionne qui ? Pour l’intérêt de qui ?

       Et les Papes là-dedans, parce qu’ils sont deux !

      Une partie de la théorie braudelienne des trois isthmes

      me revient à l’esprit une fois de plus .... une frontière bien plus courte à défendre pour un empire qui veut se constituer , .... pour mille ans ...... avec un débouché sur l’Adriatique. 


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 août 18:40

        L’auteur préconise des mesures sociales qui sont illusoires dans le cadre européen, ultralibéral et mondialiste. Quel que soit le gouvernement prochain il devra appliquer la feuille de route publiée par la Commission européenne pour 2019/2020.

        Tout ce que pourra faire Salvini, s’il arrive au gouvernement, c’est de mettre en place les minibots pour remplacer à terme l’euro, ce qui aiderait beaucoup l’ Italie à exporter. Les minibots ne sont pas interdits par les Traités.


        • baldis30 23 août 19:04

          @Fifi Brind_acier
          bonsoir,
          les bons du trésor « tout court » permettraient à la population d’être maître de sa dette !
          Mais cela dérange les banquiers ..... Ils devraient réfléchir aux réactions imprévisibles d’une foule en détresse absolue ..... leur position ne serait plus très stable voire pire :
          « Pleure comme une gonzesse ce que tu n’as pas été capable de défendre comme un homme »
          encore plus mal vus que jadis les huissiers ....


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 août 19:29

          @baldis30
          les bons du trésor « tout court » permettraient à la population d’être maître de sa dette !

          On n’en n’est pas encore là, ce que prévoit l’équipe de Salvini, c’est d’habituer les Italiens à une autre monnaie que l’euro.


        • Julot_Fr 24 août 10:20

          Il semblerait que l’aile gauche de la coalition aie ete compromises par les milieux d’argent obligeant Salvini a provoquer des elections anticipees.. si ca se passe bien pour lui on devrait voir l’Italie ne pas respecter les regles et traites de l’ue ce qui serait tres bien pour les italiens. Pour info, Orban est deja dans cette category et la situation reflete cela en Hongrie

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès