• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La légende Léon Blum (4) : le vieil homme et l’amer

La légende Léon Blum (4) : le vieil homme et l’amer

« Lorsque nous nous sentons parfois enfermés dans les divisions, les dissensions, les intrigues, nous n’avons qu’une chose à faire : monter un peu plus haut, nous élever, regarder le but. Et alors, nous verrons que nous sommes profondément d’accord. Nous ressemblons à ces voyageurs qui, dans la montagne, se voient pris dans les nuages et dans le brouillard. Eh bien, on n’a qu’une chose à faire : monter, monter plus haut, et quand on monte plus haut, on trouve l’air pur, la lumière libre et le soleil. » (Léon Blum, le 21 avril 1919). Quatrième et dernière partie.



Après avoir décrit la carrière politique de Léon Blum, principalement colorée par son engagement socialiste, je propose ici d’évoquer les dernières années de sa vie consacrées au service de tous et pas seulement de son parti.


Après la Seconde Guerre mondiale

Au 38e congrès de la SFIO du 29 août au 1er septembre 1946, Léon Blum a perdu la bataille et ce fut la victoire de Guy Mollet, qui voulait reprendre le parti en insistant sur le marxisme. Le vieux leader socialiste en fut meurtri et fataliste : « Le vote pour la motion Guy Mollet, savez-vous ce que c’est ? C’est une espèce d’alibi moral par lequel vous avez cherché à abuser de votre mauvaise conscience. Je vous le dis sans amertume, non sans tristesse, comme quelqu’un qui, depuis des jours et des jours, cherche vainement les moyens de réparer le mal que vous avez fait. Peut-être comptiez-vous sur moi pour cela ? (…) Je me sens impuissant aujourd’hui parce que je ne sens devant moi rien de défini, rien de saisissable, rien qu’un trouble moral, qui ne se guérit que par un effort intellectuel de volonté et non par des paroles ou des formules de motions. (…) Le miraculeux travail de résurrection accompli depuis la Libération, et auquel le nom de Daniel Mayer restera attaché, est, pour une large part, compromis. Cela à la veille d’une consultation électorale où sera élue cette fois une Assemblée de cinq ans, et dans une conjoncture internationale où nous sentons avec une acuité anxieuse combien l’action du socialisme français sur le socialisme international est nécessaire et combien elle pourrait être efficace. Tout cela est sans remède. » (29 août 1946).

_yartiBlumB03

Comme je l’ai indiqué dans mon premier article, après la Seconde Guerre mondiale, Léon Blum présida le dernier Gouvernement provisoire, jouissant, à 74 ans, d’un grand respect et d’une autorité morale que l’Occupation a mis à rude épreuve chez de nombreux parlementaires. De Gaulle lui avait proposé en 1945 un poste de ministre d’État qu’il avait refusé. Dans ce dernier gouvernement provisoire, où il avait pris les Affaires étrangères, furent désignés notamment Guy Mollet, Augustin Laurent, Félix Gouin, Paul Ramadier, Édouard Dupreux, André Le Troquer, André Philip, Robert Lacaste, Marcel-Edmond Nagelen, Jules Moch, Daniel Mayer, Max Lejeune, Albert Gazier, et Gaston Defferre

Léon Blum marqua un nouveau différent avec Guy Mollet (nouveau secrétaire général de la SFIO) le 5 mai 1947 en soutenant le renvoi des ministres communistes du gouvernement de Paul Ramadier. Il a aussi approuvé le Plan Mashall.

En raison des troubles sociaux et des oppositions de toute part, des communistes comme des gaullistes, après la chute du gouvernement de Paul Ramadier, Vincent Auriol fit appel à lui pour former son quatrième gouvernement, mais le 21 novembre 1947, il manqua à Léon Blum 9 voix pour être investi, ce qui lui fit dire devant les députés : « La phrase qui me hante le plus depuis quelques heures est la sublime phrase de Vergniaud : "Peu importe que le souvenir de ce que nous avons été soit oublié, si la République est sauvée". ».

_yartiBlum04

Quelques mois plus tard, Léon Blum fut encore aux responsabilités, nommé Vice-Président du Conseil dans le gouvernement du radical André Marie, du 26 juillet 1948 au 5 septembre 1948, aux côtés du MRP Pierre-Henri Teitgen, prêtant son aura pour constituer l’un des derniers gouvernements de la Troisième force.


L’Unesco

Léon Blum avait entre temps mis son poids personnel dans de difficiles négociations internationales sur l’annulation des dettes de guerre de la France avec les accords Blum-Byrnes signés le 28 mai 1946, et qui furent préparés par Jean Monnet sur consigne de De Gaulle.

Chef de la délégation française (qui comprenait notamment René Cassin, Frédéric Joliot-Curie, François Mauriac, Pierre Auger, le professeur Robert Debré, père de Michel Debré, Louis Joxe, Paul Langevin, Henri Wallon, Léopold Sedar Senghor, Louis Jouvet, etc.), Léon Blum, élu Président à l’unanimité des délégués de l’Unesco, a présidé du 20 novembre au 10 décembre 1946 à Paris la première conférence générale de l’Unesco (Organisation des Nations.Unies pour l’éducation, la science et la culture, créée le 16 novembre 1945 à Londres ; l’actuelle directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, est candidate au Secrétariat Général de l’ONU) : « L’Unesco avait fait dans le monde des débats modestes ; elle tient dès aujourd’hui une place importante dans l’opinion universelle et cette place ne cessera de grandir. On attend d’elle deux ordres de résultats qui ne sont nullement incompatibles, bien au contraire : d’une part, des initiatives précises, méthodiques, progressives dans un certain nombre de domaines techniques essentiels et, d’autre part, une action d’ensemble sur ce que j’appellerai volontiers la condition spirituelle des peuples et des individus. » (20 novembre 1946).

_yartiBlumC03

Un an auparavant, le 1er novembre 1945 à Londres, Léon Blum avait demandé que le siège de l’Unesco fût à Paris : « Si nous possédons un avantage, il tiendrait d’une part du fait que la culture française a toujours été marquée par une tendance à l’universalité, qu’il existe en France une tradition séculaire de générosité, de libéralité dans l’ordre de la pensée, qui sont bien dans l’esprit de la future organisation, d’autre part, que toutes les branches, toutes les formes de la civilisation humaine, science, culture générale, lettres, arts, technique dans la mesure où elle s’approche de l’art, s’y sont toujours développées de pair et en liaison réciproque. Paris reste donc une des villes au monde où la future organisation aurait son siège naturel. Nous vous demandons cet honneur parce qu’il nous serait infiniment cher, parce que nous ne nous en sentons pas indignes… et parce que nous nous efforcerons par tous les moyens de l’avoir mérité. » (Conférence constitutive de l’Unesco).

Il avait également témoigné : « La concurrence est un sentiment égoïste qui engendre l’animosité ; l’émulation est un sentiment généreux qui engendre la solidarité et la confiance. Je m’excuse de citer ici un exemple personnel. Mais, il y a un mois à peine, revenant de Londres, je ne cessais de vanter à mes camarades les œuvres admirables accomplies ici durant ces dernières années : bibliothèques locales et circulantes, cercles populaires de discussion, emploi pédagogique de la radio. Mes récits n’éveillaient pas l’envie, mais un désir affectueux d’imiter et, s’il se pouvait, d’égaler. C’est ainsi que le progrès et l’amitié entre les peuples peuvent avancer de concert. » (1er novembre 1945).


Parmi les derniers combats, la construction européenne

Tombé malade gravement en début 1949, Léon Blum continua cependant de commenter l’actualité dans son journal et l’un de ses derniers combats fut en faveur de la construction européenne. Le 20 novembre 1949, sa plume a porté son intuition ainsi : « Il faut créer l’Europe. Il faut créer l’Europe avec l’Allemagne et non pour elle, avec la Grande-Bretagne et non contre elle. » ("Le Populaire").

_yartiBlumB06

Le 30 mars 1950, Léon Blum s’est éteint à 77 ans d’une crise cardiaque, dans sa maison à Jouy-en-Josas (une vieille ferme "Les clos de Metz"), où il résidait depuis cinq ans avec son épouse. Ses funérailles nationales ont été présidées le 2 avril 1950 par le Président Vincent Auriol. Sa maison fait aujourd’hui office de musée. Et son souvenir fut saisi par ses prétendus héritiers de l’actuel parti socialiste (le dernier en date, François Hollande qui s’est inscrit dans sa continuité encore le 3 mai 2016)…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (03 juin 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
François Hollande quatre-vingts ans après.
Daniel Mayer.
Gaston Defferre.
Charles De Gaulle.
Joseph Caillaux.
Aristide Briand.
Pierre Laval.
Guy Mollet.
André Gide.
La Première Guerre mondiale.
Sarajevo.
Le Front populaire.
Léon Blum.
Jean Jaurès.
Pierre Mendès France.
Jean Zay.
John Maynard Keynes.
Le colonel de La Rocque.
Charles Péguy.
Ce qu’est le patriotisme.
Louis-Ferdinand Céline.
Philippe Pétain.
Pierre Laval.
L'Allemagne en 1933.
L'Espagne en 1936.

_yartiBlumB04
 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • eric 10 août 14:12

    Il ne faut pas oublier non plus parmi les grandes réalisation du socialisme en général et de Blum en particulier, le ratage complet des l’histoire indo chinoise, pourtant pas mal entamée par Leclerc.
    C’est quand même Blum qui envoie le corps expéditionnaire. Il comprend pas mal de légionnaires ; A l’époque, on recrute tellement chez les anciens nazis désœuvrées que le gouvernement allemand finira par protester. On les attirera en France faute de pouvoir les récupérer en zone occupée.
    Il est un fait que ces soldats ont une certaine culture d’entreprise dans le rétablissement de l’ordre face à des forces partisanes, acquise sur un peu tous les fronts ; Heureusement, à l’époque, il n’y a pas de médias américains ou de réseaux sociaux ; les massacres de villages indochinois par les envoyés de Blum resteront donc discrets. Peuvent ils dire qu’ils ne savaient pas ? Non ! Pas si rapidement après la guerre.En tout cas, ils ont le devoir de mémoire sélectif.
    Une bonne étude sur les socialos et l’Indochine.
    https://www.persee.fr/doc/rhmc_0048-8003_1984_num_31_2_1276
    On les voit notamment utiliser les fonds exigé des américains pour fiancer la guerre contre le communisme, pour leurs besoins intérieur en France. 

    Ils sont pour l’indépendance des peuples colonisés, « mais en même temps » si ils restent sous la houlette civilisatrice française.

    On connaît leur responsabilité dans l’affaire Ho hi MIn. Diplômé en France, celui-ci à la prétention d’accéder aux mêmes postes que les fonctionnaires « de souche » progressistes« .. lui, un »indigène...
    D’extraction aristocratique, comme souvent les leaders communistes, ce descendant de mandarin supportera mal d’être humilié par de petits bureaucrates au fond aussi racistes dans le comportement qu’ils sont anti raciste dans les discours.

    Il mourra à temps ; Il ne verra pas son adversaire mais néanmoins amis « plus à gauche que lui car plus marxiste » et qui l’a battu au PS« envoyer, lui, le contingent (! ) en Algérie après avoir déclenché la guerre grâce à ses habiles politiques. Le suivant es déjà là, Mitterrand, qui fera couper la tête à pas mal d’algériens.

    Ah oui, et parce que j’aime bien les malgaches, n’oublions pas dans l’interrègne le gouvernement tripartite des socialo communisto radicaux qui va hardiment massacre à Madagascar ....
    Blum vient d’être viré, mais ce sont ses potes et sa traditions coloniale »antiraciste« qui remonte à Jules ferry et sa bande.
    Faut pas oublier que les petits africains qui apprenaient par cœur nos ancêtre les gaulois c’était pas les »capitalistes« qui assuraient les cours...

    dans »la victoire en chantant« , Annaud montre bien le normalien qui s’émeut en 14 qu’on ait tué Jaurès mais organise le massacre en Afrique malgré le manque criant de moyen à eu prêt aussi bien que dans les tranchées.

    A la fin du film, il dit à son alter égo allemand, » vous allez rire, j’étais socialiste" et l’autre de répondre, Ich auch !


    • Clocel Clocel 10 août 17:12
      Une vieille tradition de la Gôche de couver des bons bons tas de merde opportunistes !

      M’étonne qu’il ne soit pas au Panthéon celui-là, sûr que si on grattait un peu...

      Façon, après Jaurès la messe était dite.

      J’écoute plus Mélenchon depuis des lustres, mais je ne serais pas étonné qu’il se revendique de Blum, même essence...

      • Clocel Clocel 10 août 17:13
        @Clocel

        des bons gros... sorry....

      • manech42 manech42 11 août 00:00

        Partout dans le monde et de tous temps les socialistes, ont trahies les classes laborieuses !


        • jymb 11 août 20:33

          On lui doit surtout la défaite de la Campagne de France, par une impréparation aveugle et coupable


          Et donc les horreurs qui ont suivi 

          Merci le front popu


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès