• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La première épopée d’Hugo Chavez Frias

La première épopée d’Hugo Chavez Frias

Le journaliste Ignacio Ramonet qui avait déjà publié ses "Conversations" avec Fidel Castro récidive avec "Hugo Chavez : ma première vie", 700 pages accompagnées de 3 cahiers de photos.

Il a présenté son livre à la Maison de l'Amérique Latine à Paris le 5 mars 2015 jour de l'anniversaire de la mort du leader vénézuélien, premier plus jeune président du pays arrivé au pouvoir à 45 ans.

Ignacio Ramonet est un connaisseur du Vénézuela pour l'avoir parcouru dans les années 80. Mais c'est au moment du "Caracazo", l'insurrection populaire de février 89 qu'il découvre Chavez.Dans une ville, Caracas dévastée, traumatisée par les milliers de morts à la suite de l'insurrection. Dans une ville qui a lancé des "Viva Chavez". Deux minutes à la télévision on suffit à mettre Chavez en avant, alors qu'il enjoint ses camarades de la rebellion militaire à se rendre, annonçant franchement "notre mouvement n'a pu aboutir, nous ferons une nouvelle tentative". Dans cette 4ème République du Vénézuela, il assume sa responsabilité.

Ramonet fait un reportage pour "Le Monde diplomatique". Il veut montrer qu'il n'y a pas eu de tentative de coup d'état militaire mais une rébellion d'un "groupe d'officiers nasseriens"" face à un gouvernement dirigé par un leader social-démocrate, vice-président de l'Internationale socialiste, dans une Amérique Latine de dictatures militaires.

Il a d'ailleurs du mal à faire accepter par les intellectuels de l'époque, y compris latino-américains, l'idée d'un Chavez progressiste. L'article sera lu en prison par Chavez lui-même.

Lorsqu'en 1999 Chavez est élu à la présidence et s'installe au pouvoir, Ramonet le rencontre (la photo de couverture du livre a été prise par lui à ce moment).

Il le trouve séducteur, le classe parmi les néo-progressistes de gauche. Alors que pour certains c'est un véritable Hitler. La gauche l'attaque, le journal "El Païs" aussi.

En 2008, Ramonet lui propose de faire un livre sur "la fabrique de Chavez" c'est à dire sur le Chavez d'avant Chavez. Ce dernier a lu le livre de conversations avec Castro, il l'a apprécié. Il s'agit donc de faire la même chose mais avec un homme cinquantenaire, qui est en pleine possession du pouvoir.

Chavez accepte, lui qui aime bien émailler ses discours d' anecdotes sur son enfance.

Le travail pour la confection du livre durera 3 ans 2008, 2009, 2010. Avec un Chavez très ordonné (au contraire de Castro qui avait discuté à bâtons rompus), qui arrivait aux entretiens journaliers avec des documents bien préparés.

Au contraire de l'image d'un homme issu de la classe moyenne provinciale (son père directeur d'école) apparait un enfant paysan vivant avec une grand-mère pleine de bon sens, d'une grande influence sur lui, travaillant avec elle dans son "verger-potager", plantant maîs et pommes de terre. Un "super pauvre" aux yeux de Ramonet. On retrouvera dans la même lignée un Lula vendeur ambulant, un Evo Morales "petit paysan de l'Altiplano".

Après cette enfance et une vie de très bon élève, d'excellent lycéen, Chavez rejoint l'Académie militaire, ascenseur social indispensable pour un pays où toute progression sociale est bloquée. L'Académie sans distinction de couleur de peau, sans tenir compte de l'origine sociale, recrute et permet aux jeunes de sortir de leur condition de départ.Chavez sera l'un des meilleurs cadets de sa génération.

Chavez va s'imprégner de l'action des grands ancêtres sud-américains que sont Bolivar, militaire comme lui (le "matriciel bolivarien" si important pour lui), de Miranda qui a combattu à Valmy, de Rodriguez, tous penseurs de l'indépendance de l'Amérique latine et militaires révolutionnaires. Des débats auront lieu avec les marxistes (Marx fut très méprisant avec Bolivar), sur ces théories de l'indépendance de l'Amérique du sud inspirées par la Révolution française et les révolutions européennes.Chavez lira trés tardivement et sans insister, Marx et Lénine.

Les militaires progressistes le passionnent, le président Cardenas au Mexique, et surtout Velasco Alvarado au Pérou qui lui offre à lui "cadet vénézuelien" , parmi les cadets péruviens, panaméens, chiliens invités à une grande commémoration , "le petit livre bleu" plastifié, de son action, dont il reprendra la présentation, le format, l'allure générale pour l'impression de la constitution nouvelle dont il dotera le Vénézuela. Il s'inspirera de lui, qui redoutait un gouvernement exclusivement composé de militaires qui pouvait conduire à la dictature. Il lui préférait une association, militaires, partis politiques et civils associés. Ce que Douglas Bravo compagnon de Che Guevara théorisera en prônant un accord militaires-civils.

Très éclectique, Chavez lira Teilhard de Chardin, Marc Bloch, livres acquis auprès des bouquinistes à petits prix car il manque d'argent. Il se passionne pour les arts (dès le lycée il s'inscrit à une académie de... peinture), il peint, écrit des poèmes, des scènes de théâtre. Cette volonté créative l'amènera à une "politique inventive". C'est lui qui inventera l'ALBA, la CELAC, l'UNASUR. C'est pour cela qu'il s'entend si bien avec Castro" qui fait autre chose que les autres".

A sa sortie de prison en 1994 (après l'échec d'un nouveau coup d'état en 1992 il avait été incarcéré) Chavez très populaire sait depuis longtemps que le régime n'est pas réformable et que l'alternance droite - social-démocratie a fini son temps. Le président qui l'a libéré Caldera, démocrate-chrétien a été élu en combattant les réformes voulues par le FMI ; il va gouverner avec le PC, le MAS, le MIR, et les anti-libéraux .Mais pour quel résultat ?

Chavez qui ne fait plus partie de l'armée,est sans parti. Face aux divisions de la gauche il sait qu'il ira seul à la rebellion. Il parcourt le pays avec Nicolas Maduro notamment.Une vieille voiture prêtée et" tant qu'il y a de l'essence on roule".Il harangue la foule sur des tréteaux de fortune et prône l'abstention.Le système croule de l'intérieur et il faudra une 5ème république.Pour Ramonet "Chavez c'est DeGaulle + le Front populaire". Le De Gaulle de la souveraineté nationale. Chavez parle aussi beaucoup du Jésus du sermon de la montagne, du Jésus socialiste.

Des sondages sont effectués et il apparait que Chavez doit être candidat en 1998.

Au congrès du parti qu'il a créé Chavez passe alors de l'idée de l'abstention à la présence à l'élection présidentielle.Il est alors exclu de son parti et c'est "la difficulté de déconvaincre" ceux qui s'étaient rangé à l'idée de l'abstention. Au bout de quelques semaines les partisans reviennent et Chavez est élu au premier tour avec 56% des voix. Le leader est donc nécessaire même si les vénézueliens ne veulent plus de partis traditionnels.Chavez propose d'identifier les mouvements sociaux et de les articuler en un ensemble pour pouvoir changer la société par le haut et par le bas (au contraire du sous-commandant Marcos qui parle de changer la société par la base uniquement).

Ainsi Chavez, pour Ignacio Ramonet a effectué "une transformation copernicienne" de son pays.Il y a un avant-Chavez et un après-Chavez. JPEG Avant le pays était un état pétrolier,"veule, paresseux, à la remorque du capitalisme, le larbin des Etats-Unis". Chavez a réussi "une libération de l'humiliation inconsciente", formule de Ramonet audacieuse et toute personnelle.

 La rhétorique chaviste avec un Chavez grand orateur ( enfant il se colletait la vente ambulante), avec un Chavez d'une énorme sociabilité a marqué la population.

"L'émotion et la raison" font le charisme de l'homme politique. L'analyse politique,économique et sociale, au scalpel va de pair avec la culture populaire de Chavez au travers des chansons, de la religion, des superstitions, de la filmographie hollywoodienne ou mexicaine.

Charisme de Chavez que Ignacio Ramonet lyrique et dithyrambique célèbre encore et toujours, premier admiratif parmi les chavistes convaincus. Sera-t-il aussi louangeur pour son successeur Nicolas Maduro qui fait face à une crise politique, économique et sociale profonde dans le Vénézuela de 2015, 2 ans après la mort d'el Comandante.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • doctorix doctorix 6 mars 2015 15:28

    Je suis fan de Chavez.

    Mon discours préféré : 
    Il me semble que sur cette base on peut reconstruire le monde.

    • Xenozoid 6 mars 2015 15:35

      @doctorix
      manque plus que les autre belges,et l’affaire est chocolat cigar,des canadiens et les mines seront enfin « productive », et la banque che deviendra centrale de toute façons castro is dead


    • Xenozoid 6 mars 2015 17:32

      @Xenozoid
      j’ai comme l’impression que l’humour est plein de rêgles aussi


    • Xenozoid 7 mars 2015 17:04

      @Michel Maugis
      surtout que les,yankees sont flamands
       Jan en Kees ,Yankees
       les gringos c’est une autre histoire


    • Xenozoid 13 mars 2015 16:40

      @Michel Maugis
      Sans Cuba, il n’ y aurait pas eu de République Boliivarienne du Venezuela

      non
      sans bolivar l’amérique du sud, serait sous inquisition,bolivar n’est pas un socialist,mais bon il,fait parti de ces révolutions bourgeoises,a cette époque



      • asterix asterix 7 mars 2015 07:27

        Chavez fut un grand Président pour avoir tenté par la voie démocratique de défaire son pays de la tutelle des USA. Je n’en comprends que moins son amitié avec Fidel Castro qui n’a jamais demandé l’avis de son peuple ...et dont le frère ( la dynastie familiale ) s’apprête aujourd’hui à pactiser avec l’ennemi, non pas pour sauver le peu d’acquis du peuple ( beaucoup d’images sans rien derrière), mais pour assurer la seule main-mise de sa caste sur le pouvoir.


        • philippe913 7 mars 2015 14:58

          @Michel Maugis
          pète un coup ça ira mieux après.


        • Allexandre 7 mars 2015 12:14

          Merci pour cet article sur H. Chavez. Cet homme tant décrié, diabolisé par les médias occidentaux qui savent si bien le faire, a eu le courage et la force de s’opposer aux forces capitalistes les plus réactionnaires. Il est évident qu’aucun homme n’est parfait. Chavez ne pouvait pas réformer son pays sans accrocs. La corruption est un mal tellement répandu, qu’un seul homme ne peut lutter contre. De là la condamnation de dictateur, de populiste, dont l’Occident l’a gratifié. Mais ceux-là même qui l’ont accusé étaient les plus grands bandits de la planète, osant se présenter comme défenseurs de la démocratie. Sans tomber dans le culte de la personnalité, il est des Hommes, qui par leur charisme, peuvent incarner les espoirs de tout une nation. Ce fut le cas de Chavez. Les puissances d’argent et le pouvoir étatsunien ont tout fait pour le discréditer et l’éliminer. Peut-être y sont-ils arrivés. Mais le souffle du changement ne peut être détruit. Chavez avait compris où était l’ « axe du mal ». Hommage lui soit rendu, en espérant que la voie ouverte puisse connaître une longue vie et la victoire finale sur les forces malhonnêtes de l’argent pourri et du pouvoir torsionnaire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès