• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La saison des transferts

La saison des transferts

A peine les urnes de la primaire de « la belle alliance » rangées, le mercato d’hiver a commencé au PS et au PRG. C’est à qui fera la courbette la plus prononcée devant le nouveau gourou de la politique : je veux parler de M. Macron.

Pourquoi cet engouement soudain ?

Ce n’est pourtant pas le projet de l’ex ministre de l’économie qui peut attirer, il n’existe pas, tout juste de grandes envolées lyriques sur des estrades avec un enfilage de lieux communs en enjoignant à ses adeptes en transes de se mettre « en marche ». Presque un message biblique, destiné à masquer le vide du propos.

L’ex Ministre qualifié de traître il y a quelques mois se trouve désormais assailli de propositions de transfuges prêts à vendre leur honneur pour un plat de lentilles, à savoir une investiture pour les prochaines législatives.

C’est vrai que l’extrême pragmatisme dont se réclament certains « socialistes » ressemble plus aux rats quittant le navire qu’à une décision construite. Oubliées les utopies, place au pragmatisme, celui qui fait regarder la société avec les lunettes fournies par le Medef.

Le « droit de retrait » socialiste

Un groupe de capitulards s’est même formé au Parlement qui veut se prévaloir du « droit de retrait » dont on ne savait pas qu’il puisse s’appliquer aux élus de la République

Ce sont en effet les salariés qui disposent d'un droit d'alerte et de retrait dans toute situation de travail où il a un motif raisonnable de penser qu'elle présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé.

L’utilisation de ce droit par des élus de la République est une honte, de la part d’individus qui ne connaissent pas ou peu le monde du travail, qui l’ignorent et le méprisent, mais il est vrai qu’ils sont nés le lendemain de la honte comme on dit chez moi.

Il est où le danger grave et imminent ?

Quand il utilise son droit de retrait, le salarié doit alerter sans délai son employeur du danger, c’est-à-dire qu’en toute logique, les électeurs qui sont les employeurs des élus, devraient être mis au courant de cette situation de pré catastrophe qui menace le pays.

A priori, c’est donc la victoire de Benoit Hamon qui provoque ce phénomène de fuite vers des horizons plus cléments, c’est-à-dire dans le pays des bisounours proposé par Macron où il ne se passe rien et où on est assuré que l’ennemi ce ne sera toujours pas la finance.

Ce mouvement de renoncement permanent auquel nous étions déjà habitués depuis le début du quinquennat de Hollande serait donc l’alpha et l’oméga de toute politique française dont l’axe tendrait à se déplacer régulièrement vers la droite, tant et si bien que celle-ci drague désormais sur les terres du FN pour se démarquer.

Elle est où l’idée de parti politique ?

A droite où les traîtres et les coups de poignard dans le dos sont légions, on fait contre mauvaise fortune bon cœur et on se rallie comme un seul homme au vainqueur dès le soir de la primaire, ce qui donne parfois des photos et des propos cocasses, mais c’est la règle.

A gauche, on excipe d’un « droit de retrait » à défaut de se prévaloir d’une clause de confiance ce qui aurait eu davantage de panache et on s’apprête à rejoindre le traître d’hier devenu le nouveau messie, pas par conviction, non, mais pour pouvoir poursuivre sans difficultés une carrière politique bien entamée ou très prometteuse riche d’indemnités et de frais de représentation et d’enveloppes financières pour les collaborateurs d’élus.

Les convictions s’émoussent et les compromis avec le monde de la finance et celui du CAC 40 deviennent petit à petit des compromissions.

Les électeurs pris pour des imbéciles

Nous pensions benoitement que la règle qui prévalait dans les partis politiques était celle de la majorité. On ne peut pas dire que le résultat de la primaire, à presque 60/40 était serré et la légitimité de Hamon avec une progression du nombre de votants au second tour n’est pas discutable.

En acceptant ces primaires les signataires de la « belle alliance » s’étaient engagés à respecter les résultats (surtout sans doute si c’était Valls le gagnant). Ne pas reconnaître la légitimité de Hamon, c’est comme cracher à la figure des électeurs. Où sont-ils les chantres du suffrage universel, de la consultation citoyenne, du participatif et j’en passe et des meilleures ? Oubliés les grands principes. Les électeurs se sont trompés et ils ne sont pas dignes d’être représentés par nous les élus « responsables ».

Courez-vite chez Macron !

Précipitez-vous donc bonnes gens élus ! Habillez-vous d’une chemise de nuit et de sandales. Portez une corde au cou et les clés du socialisme ancien dont les serrures sont définitivement grippées et allez-vous prosterner et faire pénitence devant votre nouveau maître Big Macron qui consentira peut être à épargner certains d’entre vous de la retraite définitive de la vie politique avec le sentiment de n’être plus rien, mais il est vrai que vous possédez déjà une réelle expérience en ce domaine avec vos traitrises et renoncements récurrents.

Et surtout, ne venez pas vous plaindre lorsque vos anciens électeurs vous cracheront à la figure dans la rue. 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 31 janvier 08:17

    Les rats quittent le navire et suivent le joueur de flute...

    quand le navire aura coulé, ils n’auront plus qu’à se disperser dans les égouts de l’histoire si le joueur de flute n’a pas résussi à les noyer.

    • Michel DROUET Michel DROUET 31 janvier 09:15

      @Jeussey de Sourcesûre
      Joueur de pipeau serait plus adapté pour quelqu’un qui se complait dans les effets de manche et de tribune en débitant un discours sans contenu



    • Michel DROUET Michel DROUET 31 janvier 09:23

      @Jeussey de Sourcesûre
      J’avais bien compris l’allusion, mais je me suis permis de requalifier l’intéressé.


    • jmdest62 jmdest62 31 janvier 09:08

      @l’auteur
      Excellent !
      « Et surtout, ne venez pas vous plaindre lorsque vos anciens électeurs vous cracheront à la figure dans la rue. »
      Pensez vous , vraiment , que la justice tolèrera une « telle violence » ?  smiley
      @+


      • Michel DROUET Michel DROUET 31 janvier 09:13

        @jmdest62
        Là est le problème, surtout lorsqu’on ne s’appelle pas Christine Lagarde !


      • manu manu 31 janvier 10:23

        @jmdest62

        Oui les élites s’inquiète beaucoup pour une petite baffe, mais pour la violence au moyen orient, au Congo ou en Ukraine... 

        Qu’ils sont tristes et faibles mentalement les gens qui nous gouvernent.


      • Michel DROUET Michel DROUET 31 janvier 10:57

        @manu
        Je pense qu’ils ne sont pas si faibles que ça, car ils savent très bien se protéger et protéger leur corporation, profiter du système et accessoirement en faire profiter leurs proches.
        Il faut juste ne pas se faire prendre avec les doigts dans le pot de confiture, mais la haute idée qu’ils ont d’eux-mêmes peut parfois les perdre et leur faire dire que c’est le pot de confiture qui s’est précipité sur leurs doigts.


      • leypanou 31 janvier 09:57

        Et surtout, ne venez pas vous plaindre lorsque vos anciens électeurs vous cracheront à la figure dans la rue.  : que les anciens électeurs restent réellement anciens électeurs suffit largement pour les punir.

        En tout cas, le niveau de popularité d’E Macron donnera une idée du niveau de crétinisation de l’électorat, car à part quelques gesticulations ridicules, qu’est ce qu’il a à proposer ? L’appui quasi-unanime de tous les médias n’a pas empêché H Clinton de se faire gîcler : espérons qu’il en sera de même pour E Macron.

        J’ai même appris ce matin qu’il ne dévoilera son programme que début Mars : il pourrait aussi attendre après les élections ce sera plus simple. Tant que des gogos y croient.


        • Michel DROUET Michel DROUET 31 janvier 10:23

          @leypanou
          Macron, c’est un peut comme le nouveau smartphone : il y a toujours des imbéciles qui font la queue toute la nuit dehors pour être les premiers servis.


        • Osis Osis 31 janvier 09:59

          Ségolène Royale, en tête des transfuges comme il se doit...
          Incompétente absolue et marquée par le destin de l’échec, même sa sortie est ratée !
           
          Pathétique.

           

           
           


          • Michel DROUET Michel DROUET 31 janvier 10:20

            @Osis
            La vieillesse est (souvent en politique) un naufrage.


          • baldis30 31 janvier 21:22

            @Osis

            bonsoir,

            « Incompétente absolue »
            s’il y a une expression juste c’est bien celle-là ....


          • 59jeannot 31 janvier 10:05

            Macron, la voiture balai du PS


            • baldis30 31 janvier 21:23

              @59jeannot

              plutôt qu’un voiture balai, une benne à ordures s’impose !


            • Laulau Laulau 31 janvier 10:06

              Les socialistes n’ont même pas le courage de soutenir leur candidat, faut dire qu’il est « réputé avoir un programme de gauche », quelle horreur ! N’oublions pas que tous ces gens étaient pour une « primaire de la gauche de Macron à Mélenchon » , on mesure leur duplicité en imaginant que ce soit Mélenchon le vaincoeur de cette élection piège. Viens jouer avec nous Jean Luc, pile nous gagnons, face tu perds !
              Y aura-t-il un journaliste pour demander à Khon Bendit et autres fantoches s’ils mesurent la duplicité de la proposition qui était la leur ?
              Bravo à Mélenchon pour n’être pas tombé dans ce piège.


              • Michel DROUET Michel DROUET 31 janvier 10:11

                @Laulau
                Macron, ni de gauche, ni de droite, donc de droite...


              • Michel DROUET Michel DROUET 31 janvier 10:19

                @Laulau
                Un programme de gauche : quelle horreur pour les « socialistes » !


              • jmdest62 jmdest62 31 janvier 10:55

                @Michel DROUET
                « La vocation d’En Marche est d’enclencher une dynamique de renouvellement de notre paysage politique,dans un esprit d’ouverture et de dialogue. Dans ce cadre, les adhérents des formations politiques existantes sont encouragés à rejoindre notre collectif. » (*) (Source le site de Manu « t’as vu mon costard » Macron)
                °
                Tout un programme n’est-il pas ?

                @+
                (*) Hésitez pas c’est Gratos ! Pour le pognon j’ai s’qui faut !


              • LE CHAT LE CHAT 31 janvier 11:44

                C’est comme à la création du Modem , l’occasion pour certains de se refaire une virginité ...

                Mais , ils sont combien au modem maintenant ??????

                On a connu Cambadélis plus prompt à menacer d’exclusion , qu’attend Solferino pour sanctionner les traitres à la primaire de la « belle alliance » ???????


                • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 31 janvier 16:17

                  @LE CHAT

                  quand un tonneau fuit de partout, le souci de son propriétaire est de colmater, pas d’écrémer !

                • Laulau Laulau 31 janvier 16:29

                  @LE CHAT
                  qu’attend Solferino pour sanctionner les traitres à la primaire de la « belle alliance »

                  Tu peux y compter ....... quand les poules auront des dans et Cambadelis une conscience.


                • Laulau Laulau 31 janvier 16:31

                  @Laulau
                  « des dans »

                  Non des dents bien sûr ! Ces enf.. me font perdre jusqu’à l’orthographe.


                • Michel DROUET Michel DROUET 31 janvier 17:11

                  @LE CHAT
                  Trop d’intérêts en jeu ! Et puis, un petit ralliement de dernière minute à Macron, s’il arrive au second tour, n’est pas exclu, avec l’aval de Solférino et de Hollande, juste pour préserver le fonds de commerce. Nous ne sommes pas à une petite manœuvre d’appareil près...


                • baldis30 31 janvier 21:26

                  @Laulau

                  et les sans-dents y avez vous pensé ?

                  Alors que l’ontogénie montre que les poules eurent des dents et que la réactivation du gêne reste dans les démarches plausibles, les sans-dents n’ont même pas le secours de la sécurité sociale pour en avoir d’artificielles


                • Pere Plexe Pere Plexe 31 janvier 20:29

                  Le sujet est révélateur d’au moins 3 problèmes.


                  Le rôle du député.La théorie : élu représentant le peuple à l’Assemblée.
                  Les faits il ne représente désormais plus qu’un parti politique à l’hémicycle et dans sa circonscription.
                  Le parti qui contrôle les investitures et assure les frais de campagne « tient » les élus.

                  La professionnalisation de la politique. Et des carrières qui obligent à tous les accommodements tous les compromis tous les calculs. Ajouté au point précédent c’est l’assurance de contorsions idéologiques et éthiques. Et aussi la généralisation de petits arrangements pour caser l’édile momentanément en disgrâce électorale.

                  Le poids des médias et des généreux donateurs. La dérive ne date pas d’hier mais le cas Macron est révélateur de l’ampleur du phénomène. Chouchou des médias et d’oligarques qui ne semble pas troublés que la belle gueule n’ait pas de programme...Même les politiques pros cités plus haut , bien décidés à prendre la vague, ne voient pas le problème. De toute façon pour ceux là c’est secondaire.

                  • Michel DROUET Michel DROUET 1er février 06:20

                    @Pere Plexe
                    Bonjour Pere Plexe
                    C’est ce qu’on appelle des élus hors sol qui ne voient le peuple que rarement et surtout s’assoient sur ce qu’il peut leur dire.
                    Lors du vote de la loi sur la réforme territoriale j’avais écrit aux 12 parlementaires de mon département (gauche et droite). J’ai reçu en tout et pour tout, un accusé de réception, un courrier me proposant un rendez-vous et un seul courrier argumenté en réponse à mes interrogations. Pour les 9 autres, ce fut silence complet.
                    Plus récemment, (mais ça fait quand même plus de deux mois !) j’ai écrit au Président de la Métropole de mon département ainsi qu’à mon maire et à son adjointe chargée de l’urbanisme au sujet du PLU et les différents accommodements avec l’agriculture et avec l’industrie automobile . Je n’ai pas eu de réponse et je n’en attends plus.
                    J’ai eu une réponse indirecte par la presse locale dans une interview bien gentille et pas polémique du tout du Président de la Métropole.
                    Tout cela confirme votre analyse.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires