• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La Science Politique (2)

La Science Politique (2)

Cet article fait suite à un article du 16 mars 2016 intitulé La 'Science Politique' et paru sur AGORAVOX, faisant quelques statistiques sur les compétences des ministres du dernier gouvernement Valls.

Ce gouvernement Hollande-Valls comptait 39 personnes soit près du double de celui-ci. Nous verrons qu'en valeur relative le nombre des diplômés scientifiques augmente alors qu'en valeur absolue il stagne. De nombreuses sciences pures sont toujours non représentées (physique, mathématique, mécanique, informatique), on serait tenté de dire comme d'habitude.

La nouveauté est que 25 % des membres de ce gouvernement est incapable d'afficher sur sa page web un quelconque diplôme d'enseignement supérieur. Cette étude est faite sur la base des renseignements contenus dans les pages wikipedia des personnes.

Donc, pour ceux qui pourraient en douter, globalement cela correspond à une déqualification. Pour savoir s'il coûte moins cher au contribuable il faudrait pour chaque ministre disposer de la liste des conseillers, des secrétaires, bref du personnel relevant directement du ministre.

Edouard Philippe, Premier Ministre :

Élève en hypokhâgne au lycée Janson-de-Sailly à Paris, il est ensuite diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (section Service public, promotion 1992) et de l'École nationale d'administration (promotion Marc-Bloch, 1995-1997)

Gérard Collomb, Ministre de l'Intérieur :

Après une khâgne au lycée du Parc, où il fut l'élève de Jean Lacroix, puis des études supérieures à la Faculté des lettres de Lyon, Gérard Collomb devient professeur agrégé de lettres classiques en 1970.

Nicolas Hulot, Ministre de la Transition Ecologique :

Aucune information disponible sur son niveau d'études et ses diplômes sauf peut-être quelques mois en médecine.

Nicole Belloubet, Garde des Sceaux :

un DEA de droit public à l'université Panthéon-Assas, puis, l'année suivante, un DEA d'histoire du droit toujours au sein de la même université. Docteur en droit en 1990 à l'université Panthéon-Sorbonne, avec une thèse intitulée : « Pouvoirs et relations hiérarchiques dans l'administration française », elle est reçue deuxième au concours de l'agrégation de droit public en 1992.

Jean-Yves Le Drian, Ministre des Affaires Étrangères :

Après son baccalauréat, il passe un an en hypokhâgne au lycée de Cornouaille à Quimper6, puis s'inscrit à l'université de Rennes où il commence des études d'histoire en 1966

Florence Parly, Ministre des Armées :

entre, après son diplôme de l'Institut d'études politiques de Paris (1984)3,1, à l'École nationale d'administration (promotion Fernand Braudel) en 19854.

Jacques Mézard, cohésion des territoires :

Jacques Mézard est diplômé d'études supérieures en droit privé.

Agnès Buzyn, solidarité santé :

est une hématologue, professeure des universités – praticienne hospitalière

Bruno Le Maire, Économie :

Normalien, agrégé de lettres modernes et énarque.

Françoise Nyssen, Culture :

fait sa scolarité au lycée français de Bruxelles. Inspirée par le parcours du second mari de sa mère, le biochimiste René Thomas, elle obtient une licence en chimie à l'université libre de Bruxelles en 1972 et est agrégée de l’enseignement secondaire.

Muriel Pénicaud, travail :

Elle est titulaire d'une licence en histoire (1975), d'une maîtrise en sciences de l'éducation (1976, université Paris-Nanterre) et d'un diplôme d'études approfondies (DEA) en psychologie clinique (université de Strasbourg, 1980). Muriel Pénicaud a par ailleurs suivi une formation au sein de l'Institut européen d'administration des affaires (INSEAD) (1995).

Jean-Michel Blanquer, Education :

Il est titulaire d'une maîtrise en philosophie (université Panthéon-Sorbonne) et d'un diplôme d'études approfondies en science politique (IEP de Paris, 1989), docteur en droit (1993, université Panthéon-Assas), et agrégé de droit public (1996).

Stéphane Travert, Agriculture, alimentation :

diplômé d’une école de commerce et d’un BTS d’action commerciale.

Gérald Darmanin, Comptes publics :

Diplômé de Sciences Po Lille.

Frédérique Vidal, Enseignement Supérieur, Recherche :

Née le 9 mai 1964 à Monaco, Frédérique Vidal est titulaire d'une maîtrise de biochimie à l'université Nice-Sophia-Antipolis, et d'un diplôme d’études approfondies (DEA) à l'Institut Pasteur. Elle soutient sa thèse de doctorat en sciences de la vie à l'université de Nice-Sophia Antipolis en 1993.

Annick Girardin, Outre-Mer :

Elle est titulaire du diplôme d'animatrice socioculturelle.

Laura Flessel, Sports :

Aucune information sur le niveau d'études et les diplômes.

Jacqueline Gourault, Intérieur :

Professeur d'histoire-géographie, diplômes, titres, concours non spécifiés.

Élisabeth Borne, transports :

Élisabeth Borne est diplômée de l'École polytechnique et de l'École nationale des ponts et chaussées ainsi que du Collège des ingénieurs (diplôme de MBA).

Nathalie Loiseau, Affaires Européennes :

est diplômée de Sciences Po Paris (1983), puis de l'Institut national des langues et civilisations orientales, où elle a étudié le chinois.

Récapitulation pour le qui concerne les sciences :

Ingénieur Grandes Ecoles : 1

Mathématiques : 0

Physique : 0

Chimie : 1

Informatique : 0

Médecine:1

Biologie 1

Total : 4/20 soit 20 %

Ministres sans diplômes d'enseignement supérieur (inexistants ou non spécifiés) : 5 soit 25 %. Cela représente 1/4 des ministres, c'est énorme !

Ce qui est curieux et inquiétant c'est que les décisions concernant l'environnement l'énergie nucléaire, la pollution automobile, l'emploi de pesticides, etc., etc. sont laissées à une personne tout à fait inculte.

Le reste présente des diplômes de lettres, de droit, de sciences humaines, de politique, d'administration pour un total de 11/20 soit 55 %, contre 68 % dans le précédent gouvernement.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 26 août 09:04
    La Science Politique ?..la politique n’est en rien une science, mais un amalgame de combines et de magouilles pour entuber les peuples !

    • Abou Antoun Abou Antoun 26 août 09:14

      @bob14
      C’est ce qu’on essaie de démontrer ici.


    • JC_Lavau JC_Lavau 26 août 09:23

      @bob14. En tant que science en devenir, elle demeure utile et surtout nécessaire. Elle est l’une des plus exposées à être corrompue. Toutes les sciences sociales sont exposées à la corruption, et s’il leur arrive d’avoir un développement honnête et utile, c’est toujours en bravade de la corruption par un incorruptible.
       

      Le chercheur en sciences humaines se condamne à ne faire que du boulot de singe, s’il n’examine chaque concept, chaque idée reçue, et chaque « info » reçue : « A qui le crime profite ? ».
       
      En sciences dures, l’interrogation « Cui bono ? » n’est en principe pas fondamentale et pourtant là aussi nous avons quelques solides scandales. Exemple historique : le livre de Jean Perrin, « Les atomes », paru en 1913, était à l’époque un livre militant. Il osait prouver que de nombreuses méthodes différentes donnaient la même constante d’Avogadro-Ampère (six cent deux mille milliards de milliards de molécules par mole). En un temps où le ministre depuis des décennies bloquait les carrières de tous les chimistes qui osaient laisser savoir qu’ils étaient atomistes.
       
      En sciences humaines, voir le cas de la psychiatrie, et surtout l’expertise psychiatrique née d’un contrat de corruption avec le garde des sceaux de Louis-Philippe.

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 26 août 09:40

      @JC_Lavau

      On peut même donner des coups de pouce à « La Science » si nécessaire.
      L’homme de Piltdown était considéré au début du 20ème siècle comme un fossile datant du Paléolithique inférieur et comme un chaînon manquant entre le singe et l’homme en raison de ses caractères simiens (mâchoire inférieure) et humains (calotte crânienne). En 1959, des tests ont montré qu’il s"agissait d’un canular paléontologique. Résultat déplorable : les créationnistes présentent cette supercherie comme un manque de preuves en faveur de la théorie de l’évolution.


    • JC_Lavau JC_Lavau 26 août 14:48

      @Jeussey de Sourcesûre. Et c’était l’insoupçonnable Pierre Theillard de Chardin qui avait monté le canular, puis s’est fait tout petit.


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 26 août 09:28

      “Pour faire une émission, parfois, il vaut mieux faire maîtresse de ministre que maîtrise de philo.”


      José Artur / Parlons de moi, y’a que ça qui m’intéresse 

      • Gorg Gorg 26 août 10:45

        @L’auteur

         20% de scientifiques (sciences dures), 25% d’arrivistes et 55% de prestidigitateurs (en grande partie des sciences molles)...

        Vous touchez du doigt le fond du problème...


        • ricoxy ricoxy 26 août 10:58

           
          « Ce qui est curieux et inquiétant c’est que les décisions concernant l’environnement l’énergie nucléaire, la pollution automobile, l’emploi de pesticides, etc., etc. sont laissées à une personne tout à fait inculte. »
           
          Oui, mais il faisait de très bonnes émissions de télé, et il fait encore d’excellents shamooings.
           


          • ricoxy ricoxy 26 août 10:59

             
            Rectif :
             
            shamooings = shampoings
             


          • Abou Antoun Abou Antoun 26 août 14:04

            @ricoxy
            Oui, un amuseur public ! Un enfant gâté, un fils à papa, un nul qui discrédite l’écologie véritable.


          • JC_Lavau JC_Lavau 26 août 14:45

            @ricoxy. Il se mettait toujours au centre de l’image.

            Même mon épouse trouvait cela lassant.

          • zygzornifle zygzornifle 26 août 11:26

            la science Philipolitique du FN.....


            • Abou Antoun Abou Antoun 26 août 14:19

              Il y a quand même une signification à tout cela.
              Si on compose un gouvernement à partir de ’pointures’, on peut s’attendre à ce que les ministres soient conscients de leurs responsabilités et, au besoin, s’opposent à certains projets ou en favorisent d’autres en fonction de leur compétence et de leur renommée acquises et reconnues par des diplômes.
              Au contraire, des gens presque illettrés à ce niveau seront complètement malléables, ce seront des béni-oui-oui. Car enfin des gens qui ont à peine le bac et qui se retrouvent avec un cabinet, un secrétariat, une voiture de fonction, un chauffeur particulier, des conseillers, il y a bien là de quoi faire exploser leur ego. Pensez-vous que ces personnes puissent compromettre une si belle ’carrière’ par une forme quelconque d’intransigeance ou d’autorité. De toutes façons on saura toujours leur faire ressentir vite et bien qu’ils ne sont rien. Alors ils savent qu’ils sont là pour approuver et signer, pour chanter la messe en chœur, et c’est exactement ce qu’ils font.
              Voilà une signification possible de ces cabinets ’au rabais’, de ces gouvernements de ’bras cassés’.
              Jupiter semble avoir très bien intégré tout cela.
              Parlement fantoche.
              Gouvernement fantoche.
              Le champ est libre.
               



                • Fergus Fergus 26 août 21:47

                  Bonsoir, Abou Antoun

                  Je crains que ce genre d’analyse ne soit anecdotique, les diplômes n’étant pas, loin s’en faut, le seul critère pertinent pour juger la capacité d’un ministre à exercer la mission qui lui est confiée.


                  • Abou Antoun Abou Antoun 26 août 22:24

                    @Fergus
                    Bonjour,
                    Ce qui pourrait être anecdotique c’est la présence d’un ou deux ministres sans grand bagage, pas 25% du total.
                    Hulot est le prototype de l’ignorance au pouvoir, ou plutôt de l’ignorance servant de caution au pouvoir (véritable).
                    Vous ne répondez pas non plus sur l’absence systématique de scientifiques ’durs’ dans les équipes gouvernementales alors que des décisions critiques doivent être prises dans des domaines où la technologie est décisive.
                    Qui va décider de la poursuite de la filière EPR, sur quelles bases ?
                    Prendriez-vous le risque de vous faire opérer par un individu ne possédant pas le titre de chirurgien ni celui de docteur en médecine ?
                    Je suis en désaccord profond avec vous sur ce point.


                  • Fergus Fergus 26 août 22:56

                    @ Abou Antoun

                    Je pense que l’une des qualités principales d’un ministre - et sans doute la plus importante dans le cadre de réformes -, c’est sa capacité à ne se laisser enfumer par les caciques de la haute fonction publique de son ministère, et son aptitude à leur imposer une autorité incontestable.

                    Pour ce qui est de l’absence de « scientifiques durs », on peut le regretter, peut-être, mais pas nécessairement : un ministre dispose de rapports d’experts particulièrement pointus sur les sujets en débat, et il a donc les moyens d’évaluer les avantages et inconvénients de telle ou telle décision. Or, vous savez très bien que ce n’est jamais sur les seuls critères scientifiques que les décisions sont prises, mais pour beaucoup en fonction de considérations de nature politique en rapport avec l’opinion publique, l’emploi local ou d’éventuels accords industriels avec des partenaires étrangers.

                    Vous et moi avons tendance à raisonner de manière rationnelle. Or, la politique fait rarement bon ménage avec la rationalité pour les motifs exposés ci-dessus.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 27 août 13:41

                    Plus que quelques heures avant l’Anschluss ! Et Agoravox sera un territoire féminazi à jamais.
                    Thibaud Leclec’h a déjà passé deux articles, et le troisième est imminent.
                    http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=196195
                    Caroline Bréhat a déjà passé deux articles, et le troisième est au purgatoire.
                    http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=196197

                    Thibaud Leclec’h a déjà effacé une vingtaine de commentaires de témoins gênants, qui citaient des faits et des liens qui gênent sa propagande de guerre civile de misandrie.
                    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-syndrome-d-alienation-parentale-196073
                    Regardez leur site : entièrement consacré à la guerre civile contre tous les pères qu’il peuvent encadrer dans leur collimateur :

                    https://fr-fr.facebook.com/notes/rivages/justice-familiale-parano%C3%AFaques-vs-pervers-narcissiques/1977208145855850/

                    https://fr-fr.facebook.com/pg/ccostages/about/?ref=page_internal
                    https://www.facebook.com/ccostages/posts/1939187419657923
                    ...

                    Il m’est déjà extrêmement difficile de passer un seul article quelques rares fois dans l’année : je suis coupable du crime d’incrédulité, et le tir de barrage est généralement bien concentré, par les fanatiques et despotiques crédules.
                    Une fois ces deux là au pouvoir, tout sera verrouillé, c’en sera fini des derniers lambeaux de pluralisme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires