• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La séparation des pouvoirs et l’empiètement

La séparation des pouvoirs et l’empiètement

JPEG La séparation des pouvoirs n'est pas la possibilité donnée à un pouvoir d'échapper aux deux autres. La séparation des pouvoirs n'est pas l'isolement, ce n’est pas le secret par rapport aux autres, qui reviendrait au secret envers toutes et tous. Ce n’est pas l’insularité. C'est même exactement le contraire, c'est le contrôle d'un pouvoir par les deux autres, de telle sorte qu'aucun pouvoir ne puisse s'augmenter sans fin, jusqu'à devenir tyrannique.

Montesquieu le philosophe des Lumières, créateur de cette idée de la division du pouvoir en trois dimensions et de la séparation de ces pouvoirs, nous dit : « Pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir. » De l’esprit des lois (1748).

Nous sommes en ce moment à l’envers, à l’exact envers de cette valeur. L’exécutif menace le législatif et tente de lui commander sa conduite, c’est exactement ce qu’il ne faut pas faire, c’est exactement contre ça que se sont bâties les démocraties.

Nul ne saurait être juge et partie. Quiconque est juge et partie a tendance à se donner raison (c’est l’appartenance qui a le plus de force pour fonder un « jugement »). Si ce quiconque est habile, il gardera une ou deux décisions où il se donne tort à lui-même afin de prétendre faire la preuve qu’il sait bien être objectif. C’est une stratégie possible, que Roland Barthes appelait la vaccine. La justice fonctionne beaucoup en cet isolat, la fameuse indépendance de la justice, tandis que les deux autres pouvoirs sont soumis aux élections. Il semble que l’on ne sache guère comment faire autrement. Cette indépendance de la justice est proclamée comme une nécessité impérieuse et même indiscutable, tandis que l’on peut voir que les élus, les membres de l’exécutif et du législatif, sont rarement mis en état de dépendance par la justice. Nombre d’entre eux échappent au vu et au su de tous à des condamnations qui semblent aller de soi et qui ne vont pas de soi, qui ne vont pas du tout, qui s’arrêtent en chemin.

Il y aurait un quatrième pouvoir, mal théorisé, évoqué quelquefois, conçu ou défini de manière plutôt métaphorique par rapport aux trois autres : la presse, l’information. Les élections qui contrôlent les élus du pouvoir exécutif et du pouvoir législatif sont dépendantes de l’information. On voit un peu partout dans le monde des démocraties illibérales, dans lesquelles la presse est contrôlée par la coercition, par la force (souvent policière ou, inclusif, juridique mais, un juridique dépendant). Ce sont des démocraties parce qu’on y vote encore, mais l’opposition n’y est pas admise, elle est pourchassée, interdite. Ce sont des démocraties formelles dans lesquelles les décisions politiques ne sortent absolument pas, même mal avec beaucoup de distorsions comme chez nous, du peuple.

En France, que l’exécutif menace au nom de la séparation du pouvoir est du plus savoureux intellectuellement, et du plus dangereux politiquement. Ne laissons pas faire. L’empiètement, c’est Macron, c’est l’exécutif.

D’autre part, dans un autre ordre d’idée, qui veut la vérité veut la parole des participants. Qui veut la vérité prend le regard le plus large possible, prend le croisement du plus grand nombre d’avis, de discours possibles. Qui veut la vérité cherche le regard qui englobe le plus d’éléments de la situation, c’est ça comprendre, prendre avec soi, plus on est près de la totalité des informations disponibles, mieux on comprend. A contrario qui cherche à dissimuler la vérité s’inquiète et s’offusque de toute présence qu’il ne contrôle pas et qui pourrait apporter au dossier des éléments qu’il ne souhaite pas voir apparaître, qui ferait comprendre les choses d’une façon désagréable, contraire à son intérêt (son intérêt n’est pas l’apparition de la vérité).

Le sénat enquête, il fait partie de la représentation nationale. Il ne peut ordonner ni sanction, ni réparation. Prétendre qu’en enquêtant, il se prendrait pour un autre pouvoir que celui qu’il a (la justice) relève de l’astuce dilatoire.

Prenons garde de ne pas être, nous aussi, dans ce chemin où la démocratie reste formellement présente, tandis que son fonctionnement est altéré en son essence. Dans ces prétendus rappels à l’ordre, rappel à la loi, aux grands principes de l’exécutif envers le pouvoir législatif, les arguments avancés sont à l’envers de ce qu’ils sont vraiment et l’exécutif fait reproche au législatif de ce qu’il fait lui-même et que ne fait pas le législatif.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Crab2 18 septembre 09:48

    Civilité  : tous les dictionnaires s’accordent à ne reconnaître au nom civilité que les deux sens suivants : au singulier, il désigne une manière courtoise et polie de vivre et de se comporter en société et, au pluriel, les manifestations de cette courtoisie et de cette politesse

    https://laicite-moderne.blogspot.com/2018/09/dictionnaire-du-savoir-vivre.html


    • troletbuse troletbuse 18 septembre 10:51

      Macronimbus est aux abois. Que veut-il cacher ? Va-t-il faire la guerre en Syrie afin de masquer ses atteintes à la démocratie , C’est inquiétant.


      • jef88 jef88 18 septembre 12:09
        Notre(?) pouvoir exécutif ne veut qu’une chose : être absolu !
        Pour cela il cherche à dominer le législatif et le judiciaire ! !
        Viiiite des élections ...........

        • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 18 septembre 13:45
          @ Orélien Perreol

          Bonjour, merci pour votre article.

          Le décret n° 2016-1675 portant sur la « création de l’inspection générale de la justice » est une atteinte très grave et profonde à la séparation des pouvoirs , un des principes fondamentaux de la Constitution, donc de la République.

          Le Président de la Cour de Cassation, ayant protesté contre ce décret, dès sa parution, le Conseil Constitutionnel a invalidé une partie seulement de ce décret, un décret totalement « félon ».

          Or, l’essentiel du décret est toujours valide. Quelques politiciens sont venus nous expliquer à travers leur conférence, que non, bien sûr, que la Constitution était toujours là, intacte, jusqu’à comparer la Constitution mise à mal par ce décret avec le permis de conduire ! Surtout, venant d’un Enarque, cela ne manque pas de sel. Certains de ces politiciens, pourtant sont très actifs sur Internet et les premiers à fustiger le système, etc.

          En application du principe de « protecteur de la sépration des pouvoirs de la 5eme république, il s’agit, d’un »galvaudage« avec ce décret car comme l’explique Alexandre Marraud des Grottes, dans le site Polémia, :

           »In fine... la convergence des textes normatifs fait aujourd’hui... poindre le risque d’une nouvelle distribution des cartes, d’une réassignation institutionnelle pyramidale au sommet de laquelle le pouvoir exécutif légifère, juge et dispose« .

          Pour quiconque se penche sérieusement et profondément sur la question, celle posée par cet avocat est primordiale, car si nous poussons le raisonnement aussi loin quenous le permet le droit constitutionnel en France, eh bien ! nous somme en droit de nous poser la question de la légitimité de l’exécutif, car avons-nous encore une constitution ?

          Puisque selon la constitution elle-même et la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, : »toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminés, N’A POINT DE CONSTITUTION.

          Mais, aucun politicien n’osera venir étayer ce principe même de démocratie, car le statut quo que nous observons, leur permet à TOUS de continuer leur « petit train-train » au sein des institutions. Nous avons, d’ailleurs eu, le même genre de réponse de la part de certains politiciens sur la question des 11 vaccins obligatoires, de la loi Schiappa, etc, au mépris le plus total de ce qui crève les yeux, la toxicité des lois sur ces sujets-là.

          "In fine... la convergence des textes normatifs fait aujourd’hui... poindre le risque d’une nouvelle distribution des cartes, d’une réassignation institutionnelle pyramidale au sommet de laquelle le pouvoir exécutif légifère, juge et dispose".

          C’est aux citoyens eux-même de dénoncer cette HERESIE CONSTITUTIONNELLE avec ce DECRET VALLS, car là, oui, nous avons de la matière à dénoncer le système frauduleux. Certains s’y essaient avec plus ou moins de bonheur, mais il faut vraiment PRENDRE CE DECRET QUI A ETE VOTE EN CATIMINI, en 2016, A BRAS LE CORP., TOUS.


        • troletbuse troletbuse 18 septembre 16:44

          @Nicole Cheverney
          Bien sûr. Hollandouille etait et reste un gros salopard

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès