• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La signification très politique de l’abstention croissante aux (...)

La signification très politique de l’abstention croissante aux européennes : la preuve par les chiffres

D’aucun prétendent que l’abstention n’est que l’expression de citoyens dilettantes et irresponsables peu soucieux d’utiliser un droit de vote conquis de haute lutte ou de participer à la vie politique du pays. L’abstention serait anti-citoyenne, la négation de l’engagement politique. Avant d’aller plus loin, constatons que ce sont les même médiacrates qui n’avaient pas du tout cette analyse au sujet des chiffres de l’abstention lors du récent référendum de Crimée…

Cela n’est pas du tout exact.

L’abstention est bien souvent une expression politique qui exprime en premier lieu et de la façon la plus claire la reconnaissance ou non de la légitimité et de l’utilité de l’institution qui organise l’élection.

SOURCE  : site web du PRCF

Chacun le sait, pour dénoncer l’Union Européenne du capital qui détruit la France et ses acquis sociaux, comme il l’avait fait en 2009, avec plusieurs autres organisations, le PRCF s’est engagé dans une campagne de boycott de l’élection européenne, pour l’abstention citoyenne.

JPEG - 111.9 ko

Les militants du PRCF sont ainsi mobilisés pour mener cette campagne à travers les actions militantes propres au PRCF pour la sortie de l’UE, de l’Euro, de l’OTAN et du capitalisme, mais également en soutennant l’appel du CNR-RUE – appel national au boycott de l’élection européenne par un très large rassemblement de personnalités d’organisations et d’horizons très divers – pour mener avec un large rassemblement de citoyen une campagne nationale pour le boycott de l’élection européenne dans une démarche 100% démocratique, citoyenne et désintéressée :

  • Démocratique car il s’agit de faire entendre la voix du peuple, de dénoncer cette farce d’un « parlement fantoche », sans pouvoir, sans légitimité qui est un trompe l’œil visant à masquer la nature profondément dictatoriale de l’UE. Le MEDEF, l’UMP, le PS ont commis une forfaiture en passant outre le NON du peuple souverain le 29 mai 2005 et, en adoptant le traité de Lisbonne copie conforme de ce que 55% des Citoyennes et des citoyens avaient rejeté, ils ont boycotté notre décision souveraine. Et bien nous boycotterons leur fausse élection : quoi de plus normal ?
  • Citoyenne, car nous refusons de légitimer par notre vote une UE qui détruit la souveraineté populaire et l’indépendance nationale, une UE qui impose une concurrence sans merci entre les salariés, qui les condamne au chômage, qui prive la jeunesse d’avenir et qui mène au délitement rapide de la République française, une UE qui partout, alignée sur la politique des USA, pousse à la guerre comme on a pu le voir en Yougoslavie, comme on le constate aujourd’hui à Kiev où l’Europe atlantique associée à l’OTAN pousse à une conflagration avec la Russie qui peut conduire l’humanité aux portes du gouffre. L’abstention est une démarche citoyenne aussi car il s’agit de permettre que s’épanouisse enfin une vraie et grande politique de progrès social plaçant le monde du travail en son centre. Cela est impossible avec l’UE dont l’objet est de détruire les conquêtes sociales ; la tromperie de ceux qui parlent « d’Europe sociale » depuis maintenant des décennies doit être démasquée : on ne transforme pas un crocodile en doux végétarien !
  • Désintéressée car il ne s’agit ni de défendre un intérêt partisan, ni de prétendre à profiter des généreuses subsides attribuées aux potiches du parlement européen mais de faire entendre le rejet massif de l’UE par un tsunami d’abstentions citoyennes, de mobiliser les citoyens dans la perspective de l’affrontement qui vient entre l’oligarchie capitaliste et la masse des travailleurs de notre sous-continent.

Certains voudraient faire croire que cela ne concerne qu’une petite minorité, et que seuls ceux qui votent sont des citoyens conscients et actifs. Alors qu’en est il vraiment ? Eh bien regardons les chiffres.

Retour sur les chiffres de l’abstention :

Le discours ambiant, celui des médiacrates c’est à dire celui des chiens de garde du Système capitaliste, est de décrire l’abstention comme un phénomène de société qui frappe l’ensemble des élections et qui est en perpétuelle augmentation, et ce afin de lui retirer systématiquement tout contenu politique, de disculper les élites politiques et de culpabiliser les « petites gens. Ce n’est pas vrai. L’abstention et son évolution sont très différentes selon l’élection.

Le plus simple pour caractériser l’abstention est de s’intéresser aux chiffres de l’abstention pour les différentes élections nationales depuis 1958.

En moyenne, toutes élections confondues, l’abstention s’élève à près de 29% et elle est en moyenne de  :

  • 50,1% pour les européennes
  • 19,1 % pour les présidentielles
  • 28,3 % pour les législatives
  • 33,8% pour les référendums

On peut déjà ici faire le constat que l’abstention est particulièrement massive uniquement pour les élections européennes. S’agissant des référendums, ce sont les scrutins au sujet du statut de la Nouvelle Calédonie et celui sur le passage au Quinquennat qui tire la moyenne nettement à la hausse (sans ces référendums dont les objets étaient très particuliers, l’abstention référendaire ne serait plus que de 25,7%). Ce premier constat grossier fait état d’une abstention « normale » entre 20% et 30%, à l’exception très notable des européennes boycottées par nos concitoyens.

On peut s’intéresser à l’évolution dans le temps des chiffres de l’abstention aux élections nationales depuis 1958. Là encore le constat est édifiant comme le montrent les graphiques qui suivent :

  • Stabilité de l’abstention aux élections présidentielle ainsi que pour les référendum (aux deux exceptions signalées ci avant)
  • Relative stabilité aux élections législatives dans une fourchette de 20 à 30%) avec une nette augmentation à partir du passage au quinquennat qui de fait donne un intérêt secondaires aux législatives par rapport à la présidentielle, le quinquennat étant fait pour projeter mécaniquement la majorité présidentielle sur la majorité législative.
  • et augmentation constante et nette de l’abstention aux européennes
JPEG - 44.8 ko

abstention référendums abstention législative abstention présidentielles

En terme d’évolution historique de l’abstention aux élections nationales, hors européennes, il semble qu’il faille distinguer deux périodes. Jusqu’à la victoire de François Mitterrand en 1981 et après. De 1958 à 1981, les taux d’abstention moyens aux élections de chaque décennies sont d’environ 21.5%. A partir de 1986, ils augmentent nettement à 30% puis 32%… La trahison de la gauche par le PS aura porté ses fruits en convaincant une bonne partie de la population ouvrière que le vote ne sert à rien. Difficile ici de ne pas donner de continu politique à une rupture aussi nette dans le comportement électoral de nos concitoyens !

abstention par decenniesIl est intéressant de rapprocher le taux d’abstention d’avant 1981 avec celui des législatives sous la IIIe République entre 1914 et 1936 qui en moyenne s’élève à 21,5% également. on observera que c’est avec l’effort pour porter la gauche au pouvoir, avec le Front Populaire que l’abstention diminue. Alors qu’au sortir de la première guerre mondiale, alors que la majorité des partis se sont engagés dans une tragique union nationale autour de l’impérialisme capitaliste français, le taux d’abstention est alors plus élevé. Là encore ces chiffres tordent le cou à ceux qui affirment un peu péremptoirement que « aujourd’hui les gens ne votent plus, alors qu’avant ils votaient plus, parcequ’ils ont oublié le prix du droit de vote ».

abstention législative 1914 1936Cela confirme bien un taux d’abstention nominal résultat à la fois de la difficulté pour une partie de la population de voter et également du refus de l’élection ou du désintérêt pour la chose publique. On peut ici donner l’exemple de l’abstention des 18-30 ans qui bien souvent sont encore inscrits dans la commune de leur parents alors qu’ils travaillent ou étudient ailleurs.
Grossièrement et en toute hypothèse, sur la base des taux d’abstention aux législatives puis à la présidentielle (y compris les résultats récents), il est tout à fait raisonnable de considérer un taux d’abstention nominal de 20% en France.

La signification très politique de l’abstention croissante aux européennes

Venons en au cas particuliers des européennes pour là aussi tordre le cou à quelques poncifs. Les chiens de garde médiatique, les partis composant le Parti Maastrichtien Unique (UMP, PS, EELV, UDI, MODEM….) et bien sûr les pontes de la Commission Européennes sont très embêtés par les chiffres stratosphériques de l’abstention aux européennes. A tel point d’ailleurs qu’ils ne cessent de mener campagne pour la participation en dépensant des fortunes pour conjurer les gens de voter ( peu importe ce qu’ils voteront, pourvu qu’ils créditent la « construction » européenne en votant !). Et pour cause, si personne ne vote, comment faire croire que les diktats que l’on impose depuis Bruxelles et Francfort sont légitimes alors qu’ils vont à l’encontre de ce qu’à voter le peuple. Bien évidemment, le parlement européen est une farce. Une simple chambre d’enregistrement, totalement verrouillée par l’alliance PSE/PPE (nom de la droite libérale européenne) et qui peut résister aux turbulences affectant tels ou tel pays particulier permettant de garantir la stabilité et la permanence de la dictature de l’oligarchie capitaliste. Que l’abstention soit massive, et l’illégitimité de cette UE du capital tout à fait totalitaire qui s’est assis sur le NON de 2005 apparaîtra immédiatement dans toute son horreur, au risque d’alimenter la révolte populaire qui gronde partout, de l’Espagne à la Bulgarie en passant par la Grèce et même par l’Allemagne (grandes grèves pour les salaires) !

Alors, nous avons droit à un bourrage de crâne visant à faire croire que l’augmentation continue du taux d’abstention est général et qu’il ne s’agit donc pas d’un rejet politique de l’UE mais d’un manque d’éducation et de citoyenneté, alors que autant les niveaux que la vitesse de croissance sont strictement propres aux européennes/
La comparaison des chiffres de l’abstention aux présidentielles et aux européennes est de ce point de vue plus que frappante : le taux d’abstention à la présidentielle reste stable à 20% alors que celui des européennes explose à près de 60% en 2009.

On nous dit alors que cela est dû à un désintérêt pour la chose européenne, à une incompréhension -c’est bien connu quand un citoyen refuse de se mener à l’abattoir, c’est qu’il est bête et qu’un peu de pédagogie lui fera comprendre son intérêt ! – de cette chose si compliquée qu’est l’UE…. Que nenni !

La comparaison entre élections européennes et deux derniers référendums sur l’UE le prouve. Les scrutins au sujet du Traité de Maastricht en 1992 et au sujet du Traité Constitutionnel Européen en 2005 sont marqués par un taux d’abstention de 30%. Moitié moins que les élections européennes. On ne peut s’empécher de constater, en principe que rien ne se perd, que rien ne se crée et tout se transforme, que ces 30% d’abstentionnistes en plus sont bien à chercher parmi ceux dont le vote non a été piétiné ! C’est de l’arithmétique. Pas besoin de sortir de Sciences po pour le voir.

  • Nombre de OUI exprimés en 200 5 : 12,808 millions de voix
  • Nombre de voix pour l’UMP, le PS, EELV, le MODEM et alliance écologique indépendante : 12,396 millions de voix

A l’évidence, sans que malheureusement ils puissent s’en rendre compte étant donné la censure qui frappe les franchement communistes, nos concitoyens partagent largement l’analyse que le PRCF a exprimé en 2009 et qu’il renouvelle pour ces élections européennes 2014 en opposant à la dictatoriale UE du capital leur refus de vote, dans un acte civique d’abstention citoyenne.

Ces élections sont une farce et pour botter le cul de l’oligarchie capitaliste, il faut montrer que nous ne sommes pas dupes. Il convient donc que, ignorant les consignes social-maastrichtiennes du P.G.E. (social en paroles, maastrichtien en réalité !), chacun s’investissent dans la campagne de boycott militant, avec le PRCF et plus largement en répondant à l’appel du CNR-RUE Comité National de Résistance Républicaine à l’Union Européenne.

SOURCE  : site web du PRCF

Retrouver également le PRCF sur Facebook, sur Twitter et sur Google+

JPEG - 220.2 ko

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.73/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • Tythan 16 avril 2014 11:42

    Bonjour et merci pour cet article.

    L’abstention est un phénomène extrêmement compliqué à décrypter, bien malin serait celui qui prétendrait le contraire. Elle regroupe à la fois les abstentionnistes militants, qui font de leur abstention un acte politique, à l’image de Taktak, et une immense majorité de personnes qui au fond s’en foutent. En mettant à part le cas de ceux qui, pour une raison x ou y ne se déplacent pas et n’ont pas pensé à la procuration, le problème, c’est qu’un très grand nombre se retrouve dans un entre deux : concernés mais conscients que leur vote ne sert pas à grand chose, ils ne réfléchissent pas plus que ça et s’abstiennent.

    Je partage un certain nombre de constat de l’auteur ainsi que son explication sur la spécificité de l’abstention européenne, mais en aucun cas je n’en tire de trop grandes conséquences.

    Ainsi, lire « Chacun le sait, pour dénoncer l’Union Européenne du capital qui détruit la France et ses acquis sociaux, comme il l’avait fait en 2009, avec plusieurs autres organisations, le PRCF s’est engagé dans une campagne de boycott de l’élection européenne, pour l’abstention citoyenne » est totalement grotesque.

    Sans faire insulte à ses militants et plus particulièrement à Taktak, force est de constater que le citoyen lambda, pour ne pas dire 99,99% des Français n’ont pas même connaissance du PRCF et qu’ils se contrefoutent de ses mots d’ordre. Qu’on le veuille ou non, le PRCF est un groupuscule (je dis ça sans aucun mépris, c’est juste un constat).

    De même, utiliser comme slogan surtitre : « Le 25 mai dire non à l’union européenne » puis en dessous titre : « abstention citoyenne » est totalement faux. Pour certains, et à mon avis ils sont très minoritaires, s’abstenir aux élections minoritaires est un acte citoyen, ayant une signification politique profonde.

    Je suis d’accord pour dire que l’abstention massive et croissante traduit un certain rejet de la construction européenne telle qu’elle se fait actuellement. Mais jusqu’à quel point ? Personne n’en sait rien !

    La réalité, elle est simple : ceux qui, parmi les abstentionnistes, rejettent la construction européenne, sont en fait les meilleurs alliés de ceux qu’ils prétendent combattre.

    Le 25 mai, il y aura un certain nombre de candidatures eurosceptiques. Pour ma part, je voterai pour les listes de Debout La République, qui sont créditées d’un score intéressant par les sondages (j’ai entendu 4%).

    Mais il y en aura d’autre : les listes du Front National à l’extrême droite, les listes du Front de Gauche à l’extrême gauche, ces dernières n’étant malheureusement pas assez cohérentes dans leur critique de la construction européenne. Si vous êtes de gauche modérée, vous serez effectivement un peu orphelin, mais rien ne vous empêche de voter dans ce cas pour les listes de Debout La République qui rassemblent un grand nombre de personnalités issues de la gauche et du gaullisme social (Jean-Pierre Chevènement a failli s’allier avec DLR, ce qui montre bien que c’est le cas).

    Si vraiment vous êtes europhobe, vous pourrez peut-être voter pour les listes de l’UPR, à condition qu’ils arrivent à monter des listes (ce qui n’est pas du tout certain au vu de leurs problèmes, évidents, de financement).


    • taktak 16 avril 2014 12:10

      Merci Tythan d’avoir pris le temps de commenter cet article et me donner votre sentiment. Soutenant une liste à ces élections, je comprend votre point de vu. Cela dit, comme le montre l’article, il ne résiste pas à l’épreuve des chiffres : c’est bien par rejet de l’UE et de la construction européenne que les Français s’abstiennent massivement.
      Seule une petite minorité se déplace pour aller soutenir des listes à discours plus ou moins eurocritique

      Vous ne pouvez écrire, s’agissant de l’élection européenne qu’elle est le fait d’« une immense majorité de personnes qui au fond s’en foutent ». C’est absolument faux.
      l’analyse des chiffres que j’ai donné ci avant le prouve. C’est une réalité arythmétique.

      Par ailleurs, vouloir faire croire que c’est en élisant quelques députés eurosceptique dans un parlement croupion, illégitime et sans pouvoir c’est pouvoir changer quelques chose, voila qui est une démarche grotesque. Qui va dans l’intéret de celui qui se présente, mais pas dans celui du pays.
      C’est tout à l’honneur du PRCF de ne pas faire le choix de son interet de parti, mais de celui du pays !

      Et logiquement, les français refusent d’aller voter pour un parlement fantoche. S’abstenant massivement
      Les derniers sondages font d’ailleurs état d’une abstention qui sera une nouvelle fois massive

      le sens de la campagne du PRCF et bien au delà du CNR RUE est de faire porter la voix des abstentionnistes. Qu’ils rejoignnent donc pour le cela le collectif citoyenn CNR RUE


    • Tythan 16 avril 2014 12:47

      J’ai rédigé mon commentaire à la va vite, allant un peu rapidement et employant des mots sans doute un peu trop forts pour ne pas dire agressifs.

      Je suis d’accord avec vous pour dire que l’abstention aux européennes, par son ampleur, démontre un certain rejet de la construction européenne. Mais tout le problème est qu’on ne sait pas quelle est la signification de ce rejet. L’abstention est plus un non-choix qu’autre chose, et c’est donc la pire des solutions.

      Vous dites que mon analyse selon laquelle l’immense majorité des abstentionnistes s’en foutent est fausse. Libre à vous. Mais vous ne pourrez jamais le prouver. Tout comme je ne pourrais jamais prouver mes dires. C’est une impression que j’ai, peut-être est-elle vraie, peut-être est-elle fausse. Personne n’en sait rien, vous y compris. Mêmes les sondeurs, si tant est qu’ils se soient penchés sur la question, ne peuvent l’affirmer avec certitude.

      Vous expliquez ensuite que voter pour des partis eurosceptiques pour y envoyer des députés ne servirait à rien. Si on part du postulat que des députés eurosceptiques pourront être élus, ce qui est loin d’être gagné, je pense que vous avez tort et ce pour une raison très simple : même si l’élection d’une majorité de députés européens eurosceptiques n’aurait pas le pouvoir de renverser la construction européenne, ce serait au moins un avertissement très fort lancé aux fédéralistes. En tous les cas, politiquement beaucoup plus efficace qu’une abstention massive, qui au fond ne fait que servir les fédéralistes qui, pour certains, parient sur cette abstention pour se maintenir au pouvoir.

      Il faut bien le comprendre : les technocrates européens, ceux qui travaillent à la commission n’espèrent qu’une chose : que les électeurs eurosceptiques se démobilisent en s’abstenant.

      Et ceci étant dit, il ne faut pas non plus méconnaître les pouvoirs du parlement européen, qui sont faibles mais pas inexistants.

      Je ne suis pas un spécialiste de la politique dans les différents Etats européens, mais j’ai compris qu’il y avait une chance pour que le parlement européen soit constitué en majorité de député eurosceptique. Cela changerait des choses, quoique vous en disiez. En tous les cas, cela ne peut pas être pire qu’un parlement à l’image de celui actuel.

       


    • taktak 16 avril 2014 13:55

      Si la Commission Européenne dépense des sommes folles pour mobiliser à ces élections (voir les pubs sur les réseaux sociaux par exemple), si les médias diabolisent l’abstention, c’est parcequ’une abstention massive démontrerait la totale illégitimité de la construction européenne, et le caractère profondément totalitaire de son pouvoir.

      Si l’on veut revendiquer le retour à la souveraineté populaire, il faut défendre la sortie de l’UE en expliquant à nos concitoyens que l’UE est une dictature de la finance, des marchés, de l’oligarchie capitaliste.

      Participer aux européennes d’une manière ou d’une autre c’est faire croire que l’UE est démocratique, que le vote peut changer quelque chose. C’est donné caution aux eurocrates.

      Quoique vous en pensiez, le niveau massif d’abstention aux européennes 40 points supérieure à l’abstention normale comme le montre l’article démontre que les français ne croient absolument pas à ces fadaises. Pourquoi voteraient ils pour un parlement fantoche ? juste pour que quelques politiciens en mal de fauteil retrouvent un confortable point de chute ? soyons sérieux, vous ne mobiliserez pas nos concitoyens qui est un peuple éduqué et citoyens qui sait parfaitement ce qu’il fait en refusant d’aller voter.
      Par ailleurs, comme vous pouvez le constater le système médiatique est totalement verouillé et la campagne bien trop déséquilibré

      Au final le résultat des quelques eurocritiques qui auront présentés des listes (en ordre dispersés en plus, dans des démarches personnelles et partisane visant plus le coup de pub et la récupération de quelques financement que le travail de conviction politique) ne peuvent guère s’attendre à des résultats décents et le découpage les condamnes à n’avoir aucun députés européens. Dans ces conditions, une campagne de boycott militant, d’abstention citoyenne afin de déclencher un tsunami de refus de vote, afin de transformer l’élection en un référendum pour ou contre  : pour je vote, contre je m’abstiens est le plus logique, le plus performant, le plus en adéquation avec ce que vont faire les français

      Dernière chose, voter blanc, c’est là aussi très clair, c’est accepter la légitimé de l’organisateur de l’élection, la pertinence de l’élection, mais marquer le fait qu’aucun candidat ne convient.

      En l’espèce, l’UE est illigétime et ce qu’il faut faire, c’est refuser de voter


    • Tythan 16 avril 2014 15:22

      @Taktak

      Merci pour ta réponse, avec laquelle je suis en presque total desaccord. Je vais t’expliquer pourquoi, en reprenant toutes tes idées.

      1) Il est vrai que des sommes sont dépensées afin d’inciter à aller voter et que les médias incitent également à aller voter. Mais cela ne contredit pas ce que j’explique, à savoir que les européistes comptent sur l’abstention pour se maintenir au pouvoir. Et ils savent bien que ces campagnes, qui coûtent sûrement beaucoup d’argent, sont inefficaces. C’est bien le moins qu’il tente de minimiser l’abstention, et ce geste ne signifie rien.

      2) Décrire l’UE comme une dictature est totalement ridicule. Si effectivement l’UE souffre d’un déficit démocratique (criant depuis 2005), la qualifier de totalitarisme est grostesque (et je le dis également lorsque NDA emploie ce terme).

      Le débat sur la sortie n’est à mon avis pas le bon : le problème, ce n’est pas de construire des coopérations avec nos voisins. A mon avis, elles sont nécessaires. Le problème, c’est la manière totalement viciée dont on l’organise, en tentant de nier les nations. Pour moi, il ne faut pas sortir de l’UE, mais transformer radicalement sa conception. La sortie de l’UE n’est pour moi envisageable que s’il s’avère impossible de faire abandonner à l’UE sa volonté de détruire les nations.

      3) Non, ce que vous dites est faux. Ce n’est pas parce que l’on vote que l’on affirme que l’UE est démocratique ou que sais-je encore. Et si je vote pour des eurosceptiques, par définition, je ne cautionne en rien les eurocrates. Au contraire, je conteste leur approche par mon vote.

      4) Le niveau massif de l’abstention est la marque d’un rejet de la construction européenne. Cela, nous sommes d’accord. Mais jusqu’où va ce rejet ? Je vous l’ai déjà dit, ni vous ni moi ne pouvons l’affirmer. De même, vous ne pouvez pas affirmer que les abstentionnistes savent parfaitement ce qu’ils font en s’abstenant. Vous n’en savez rien, pas plus que moi.

      5)Le système médiatique est verrouillé en effet. Mais enfin, s’agissant de l’abstention, ce n’est pas le problème. Et surtout, cela ne devrait pas vous faire baisser les bras.

      6) Il y aura des députés eurosceptiques, c’est une certitude, puisque de nombreux députés FN seront élus. Le problème, c’est effectivement que ces députés seront largement inaudibles. Mais il y a de bonnes chances pour qu’il y ait également des députés DLR. Et oui, dans ce cas, ils financeront notre parti. Où est le mal à cela ? Vous préférez donner l’argent à l’UMP ou au PS ? Parce que cet argent, absention ou pas, il sera dépensé.

      7) Le tsunami de refus de vote que vous appelez, même s’il se produisait effectivement, ne changerait strictement rien. Vous refusez de voire la réalité, qui crève pourtant les yeux : l’abstention, à part vous, tout le monde s’en moque. Le taux d’abstention fera verser quelques larmes de crocodiles aux politiques et éditorialistes peu après l’élection, puis plus personne n’en parlera.

      8) Non, voter blanc ou nul, ce n’est pas ce que vous dites. Que vous le vouliez ou non, l’élection est légitime, tout simplement parce qu’elle s’inscrit dans notre cadre juridique. Si vous considérez que l’élection est illégitime, c’est extrêmement dangereux : vous préférez la dictature ?

      9) Vous confondez, comme beaucoup, l’Union Européenne avec la manière dont elle se construit. La première est légitime, c’est la seconde qui ne l’est pas.


    • taktak 16 avril 2014 16:02

      Je vais essayer de vous répondre rapidement, même si je ne suis pas sûr qu’on avance beaucoup dans cette discussion. Toutefois vous avez pris la peine de me répondre de façon détaillée et vous méritez donc bien cela.

      1) (...) C’est bien le moins qu’il tente de minimiser l’abstention, et ce geste ne signifie rien.

      je crois que personne ne dépense jamais de l’argent pour rien.... si l’UE dépense de l’argent c’est bien qu’elle redoute l’abstention. J’ai largement expliqué pourquoi

      2) Décrire l’UE comme une dictature est totalement ridicule. Si effectivement l’UE souffre d’un déficit démocratique (criant depuis 2005), la qualifier de totalitarisme est grostesque (et je le dis également lorsque NDA emploie ce terme).

      Comment appeller un régime qui s’assoit sur les décisions souveraines des peuples (CF. le non de 2005). Pour le moment ce n’est pas une dictature violente et très répressive. Mais c’est bien une dictature. L’oligarchie décide et le peuple n’a pas voix au chapitre. Les institutions ne le permettent d’ailleurs pas puisque le parlement est purement décoratif (merci de me dire combien de directives ont été refusées à cause du parlement : aucune !)

      Le débat sur la sortie n’est à mon avis pas le bon : le problème, ce n’est pas de construire des coopérations avec nos voisins. A mon avis, elles sont nécessaires.

      Vous etes sûr de soutenir NDA ? smiley sortir de l’UE ce n’est pas arreter les coopérations. Au contraire c’est les reprendre. L’UE tue les coopération. Elle met en concurrence les travailleurs, pour faire baisser le cout du travail et remplir les poches de l’oligarchie capitaliste. C’est cela sa fonction

      Le problème, c’est la manière totalement viciée dont on l’organise, en tentant de nier les nations. 

      La manière de l’organisé, c’est des institution, c’est une superstructure et cela à un nom : l’UE et l’Euro. Donc si on veut arreter les dégats de cette organisation antidémocratique, ne nous cachons pas derrière notre petit doigt, cela s’appelle SORTIR de l’UE Sortir de l’euro

      Pour moi, il ne faut pas sortir de l’UE, mais transformer radicalement sa conception. La sortie de l’UE n’est pour moi envisageable que s’il s’avère impossible de faire abandonner à l’UE sa volonté de détruire les nations.

      Comme il se trouve que c’est son objet que de détruire, diviser les Nations pour mettre en concurrence partout tous les travailleurs contre tous, oui il s’avère impossible de « réorienté l’UE ». la concurrence libre et non faussée est déjà en 1957 dans le traité de Rome !

      3) Non, ce que vous dites est faux. Ce n’est pas parce que l’on vote que l’on affirme que l’UE est démocratique ou que sais-je encore. Et si je vote pour des eurosceptiques, par définition, je ne cautionne en rien les eurocrates. Au contraire, je conteste leur approche par mon vote.

      Non. vous reconnaissez que l’élection peut changer quelque chose, qu’elle est sincère ou du moins utilisable, bref que celui qui l’organise est un minimum démocratique. Qui plus est participer à une élection c’est cautionner les décisions prises en son nom. Comme l’ensemble des directives européennes que la chambre d’enregistrement qu’est le parlement approuvera. Là aussi ne vous cachez pas derrière votre petit doigt.
      Encore si les eurosceptique avez accès au médias, si le parlement européen bénéficiait d’une couverture médiatique, cela pourrait avoir un minimum de sens à condition de partir tous ensemble... mais là vous vous présentez dans une démarche partisane d’accès à des places. Les médias censurent les eurosceptiques. Les français n’ont donc aucune raison de ne pas boycotter.

      4) (...) De même, vous ne pouvez pas affirmer que les abstentionnistes savent parfaitement ce qu’ils font en s’abstenant. Vous n’en savez rien, pas plus que moi.

      C’est également vrai pour n’importe quel vote. Je peux très bien voter Hollande pour battre Sarkozy. Je peux voter NDA pour enquiquinner l’UMP....
      Soyons sérieux, ce que prouve l’analyse des chiffres de l’abstention, c’est que l’abstention aux européennes de par son niveau record et singulier est très clairement politique, celle d’un rejet de l’UE, celle de la conviction des français que cette élection est une farce

      5)Le système médiatique est verrouillé en effet. Mais enfin, s’agissant de l’abstention, ce n’est pas le problème. Et surtout, cela ne devrait pas vous faire baisser les bras.

      Le PRCF, pas plus que le M’PEP, les CPF, le POI etc.. ; les collectifs citoyens du CNR-RUE ne baissent pas les bras. La preuve tous font campagne pour le boycott !

      L’abstention aux européenne ce doit être un acte militant et actif ! C’est ce que nous voulons dire aux abstentionnistes. Ne vous laissez pas culpabiliser par les médias, par ceux qui font la chasse aux luxueuses indemnités parlementaire. Refusez de voter ! et faites le savoir !

      6) Il y aura des députés eurosceptiques, c’est une certitude, puisque de nombreux députés FN seront élus.

      Les députés FN ne sont pas eurosceptiques : la preuve, quand le FN avait des dizaines de députés à l’assemblée nationale, le FN a refusé de voter contre l’Acte Unique.
      la preuve les votes des députés FN au sujet du GMT aux parlements européen. 

      La preuve le FN est membre d’alliance de partie européen qui sont pour une europe blanche et chrétienne, pour une alliance resserée avec l’Allemagne, qui ne conteste pas l’Atlantisme de l’UE d’ailleurs...

      n’en jetez plus ! le fn a une rhéthorique eurosceptiques, mais est euroconstructif.

      Le problème, c’est effectivement que ces députés seront largement inaudibles. Mais il y a de bonnes chances pour qu’il y ait également des députés DLR. Et oui, dans ce cas, ils financeront notre parti. Où est le mal à cela ? Vous préférez donner l’argent à l’UMP ou au PS ? Parce que cet argent, absention ou pas, il sera dépensé.

      Eh bien, vous l’avouez votre principale motivation à vous présenter, c’est les subsides. Soit, c’est légitime et je ne vous jette pas la pierre. Cela dit, c’est peu cher payé pour légitimer l’UE et l’Euro....
      Refuser de ce présenter c’est bien sûr désignez l’UMP, le PS, le FN pour ce qu’ils sont des profiteurs et des piliers du systèmes. Le PRCF ne s’en prive pas. Et c’est d’autant plus facile à expliquer à nos concitoyens que nous ne courrons pas après des places qui ne servent à rien d’autres que faire les poches de nos concitoyens.

      7) Le tsunami de refus de vote que vous appelez, même s’il se produisait effectivement, ne changerait strictement rien.

      Ca c’est vous qui le dites. Encore une fois à partir d’un certain niveau d’abstention, l’organisateur de l’élection est totalement décrédibilisé. Il ne représente plus personne et n’a donc plus de pouvoir car il n’est plus reconnu que par une minorité. C’est un fait ! Qui plus est, au plus des citoyens s’engageront dans la campagne de boycott, au moins les chiens de gardes médiatiques pourront faire leur discours prémaché. Je peux d’ores et déjà si cela peu vous rassurer qu’il diront le 25 mai au soir que le score « ridicule » de DLR ou d’autres est bien la preuve que les Français sont pour la construction européennes... Sans dire un mot de ce qu’ils vous auront totalement censuré. Raisons de plus pour boycotter.

      8) Non, voter blanc ou nul, ce n’est pas ce que vous dites. Que vous le vouliez ou non, l’élection est légitime, tout simplement parce qu’elle s’inscrit dans notre cadre juridique.

      NON ! une majorité de français a voté NON en 2005. Le cadre juridique est donc le résultat d’une forfanterie. Il n’est absolument pas légitime. Et c’est d’ailleurs une raison pour lesquel nous avons le devoir civique, le devoir moral de boycotter cette élection. Où alors c’est que - comme cela semble être votre cas - nous entérinerions la fin de toute souveraineté populaire !

      Si vous considérez que l’élection est illégitime, c’est extrêmement dangereux : vous préférez la dictature ?

      Non, je préfére la démocratie et la souveraineté populaire.
      Votre raisonnement est un parfait sophisme : Quand il y a des élections il y a démocratie, l’UE organise une élection, l’UE est démocratique.

      C’est d’ailleurs la preuve de ce que je dis : si l’on veut dénoncer le fait que l’UE n’est pas démocratique, il est difficile de participer et de cautionner ces élections, sauf à faire passer le message - vous en êtes la preuve vivante - que l’UE est démocratique. C’est bien là qu’est le piège de cette farce électorale, de ce trompe l’oeil démocratique, de ce faux semblant visant à masquer que dans les faits, l’UE est bien de plus en plus dictatoriale.

      9) Vous confondez, comme beaucoup, l’Union Européenne avec la manière dont elle se construit. La première est légitime, c’est la seconde qui ne l’est pas.

      Non, l’UE c’est des institutions, c’est une supertrustucre de pouvoir, avec un objectif : servir la remondialisation capitaliste et reprendre les acquis sociaux des travailleurs obtenus dans les cadres nationaux. C’est de cette prison des peuples qu’il faut sortir.
      Ce qui permettra de reconstruire sur la base de la souveraineté nationale des coopérations internationnalistes dans l’intérets des travailleurs et de la planète.


    • Tythan 16 avril 2014 16:57

      @ Taktak

      A mon tour de vous remercier pour votre réponse. Si effectivement, sur certains points, je vous trouve, pardonnez-moi, un peu obtu, sur d’autres je crois qu’en fait je comprends mieux ce que vous dites et j’en arrive à comprendre qu’en réalité nous sommes d’accord.

      1) Rien à ajouter. Ce que vous dites ne prouve rien.

      2) Je le dis souvent, y compris à mes amis de DLR qui utilisent parfois ce vocabulaire, grotesque à mon sens : il y a des coups de pied au cul vers la Corée du Nord qui se perdent.

      2 bis) Et c’est sans doute le plus important : je comprends qu’en fait, tout le problème vient du terme de sortie, qui recouvre une idée différente selon l’interlocuteur : nous sommes d’accord tous les deux pour dénoncer la construction européenne actuelle et pour sortir de ce système. Vous appelez cela la sortie de l’UE. C’est à mon avis une erreur, puisqu’en réalité, vous acceptez l’idée des coopérations entre les pays d’Europe.

      On retrouve votre confusion (ou alors ce pb de vocabulaire) chez bon nombre de partisans de l’UPR....

      2 ter) Oui, la concurrence libre et non faussée est l’un des principes de l’UE, et ce depuis 1957. En soi, ce n’est pas choquant puisque l’UE est avant tout une organisation économique internationale. Vous la préférée contrainte et faussée la concurrence ?

      Le problème de ce principe de « concurrence libre et non faussée », c’est que certains en ont fait un veau d’or auquel il faut tout sacrifier. Pourtant ce n’est qu’un moyen. Il faut lutter contre cette approche, mais sans pour autant jeter le principe, qui en lui-même n’est pas contestable (sauf si comme vous on se revendique du communisme).

      3) Là, vous repartez dans, excusez-moi, votre délire. J’ai vraiment dû mal à vous comprendre.

      Je ne reviens pas sur votre première phrase. Sur le reste, je n’ai aucun problème à reconnaître que DLR est dans une logique partisane : DLR n’a pas à avoir honte d’être un parti qui défends des idées. Il est vrai que certains partis ne semblent considérer les élections européennes que comme un moyen d’assurer des rentes à certains dirigeants en difficulté. Nous n’y pouvons rien. Si ces gens vous dégoûtent, vous n’avez qu’à ne pas voter pour eux. Mais nous ne nous amalgamez pas à ces personnes.

      Même analyse que précédemment concernant les médias : ce n’est pas parce qu’ils nous sont hostiles qu’il faut baisser les bras.

      4) Ce que vous dites est en partie vrai : les motivations d’un vote sont très différentes selon les individus. Mais au moins, lorsqu’on vote Sarkozy ou Hollande, on peut constater ce fait. Vous avez voté NDA pour enquiquiner l’UMP. Certes, mais vous avez voté NDA, et c’est tout ce que l’on peut retenir. Qu’on le veuille ou non, on apporte un soutien. On ne peut pas faire la même constatation avec l’abstention ou même le vote blanc ou nul. C’est ça que je vous dis.

      Mais du coup, je comprends de votre réaction qu’au fond, vous reconnaissez le bien-fondé de mon analyse...

      Je vous reprend une dernière fois : vous avez raison de dire qu’il y a un rejet de l’UE, mais rien ne vous permet de dire que les Français auraient la conviction que les élections européennes sont une farce.

      5) Et là, vous me faites rire... D’abord parce que les groupuscules que vous citez ne représentent pour ainsi dire rien. Ensuite et surtout parce que votre action politique, puisqu’elle est tournée vers l’abstention, est totalement inutile. Et même, comme expliqué plus haut et par d’autres, contreproductive.

      6) Le FN est désormais eurosceptique, incontestablement. L’acte unique, c’était il y a plus de 15 ans... Et ils viennent de changer de groupe, justement. Maintenant, ce n’est pas mon parti, je laisse à ses militants le soin de le défendre.

      6 bis) Non, jamais je n’ai dit que la principale motivation de DLR était les subsides. Le but de DLR, c’est de faire passer ses idées. Et pour cela, nous avons besoin d’argent, bien sûr. Mais cela n’a jamais été qu’un moyen et aucun cas une fin.

      Ce que vous dites d’ailleurs est ridicule et insultant pour l’immense majorité des militants politiques, qui ne sont en rien payés pour leur engagement.

      7) Ce que vous dites sur DLR est très intéressant : si effectivement, DLR fait un score « ridicule » (ce que n’indique pas les sondages, qui nous place à 4% au national, plus haut encore dans certaines régions), certains commentateurs diront que c’est là bien la preuve que les Français sont fédéralistes. Il n’y a pas trente-six solutions pour contrer ce raisonnement : voter pour nous et éviter que le score ne soit, comme vous dites, ridicule.

      Et l’abstention, soyez réaliste : tout le monde s’en fout, au delà des larmes de crocodile de rigueur.

      8) Je suis d’accord, mais ce que vous dites est discutable : légalement, les procédures ont été respectées même si c’est effectivement une forfaiture.

      Par ailleurs, il faut arrêter de se bloquer sur 2005 : il ne faut pas oublier, mais c’était il y a 10 ans.

      8 bis) Non, mon raisonnement n’est peut-être pas très élaboré, mais ce n’est pas un sophisme, et encore moins ce que vous décrivez. Ce qui est clair, c’est que la démocratie suppose l’élection. Et vous refusez cette élection... Je vous laisse tirer la conséquence !

      9) Et là vous vous trompez dans l’analyse : l’UE n’est pas du tout cela, votre vision relève clairement du complotisme, totalement anachronique d’ailleurs depuis la chute du rêve communiste.

      Ceci étant dit, il est vrai que dans certains pays, et particulièrment en France, nombreux sont ceux qui, par le biais de la construction européenne, cherchent à rogner sur les acquis sociaux. Cette évolution ne tombe pas du ciel, elle est rendue nécessaire par l’acceptation d’une mondialisation sans contrôle en particulier par l’UE.

      Croyez-vous vraiment que c’est en appelant à l’abstention que vous allez les contrez ? Soyons sérieux !


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 avril 2014 19:43

      Tythan
      Merci, mais la campagne de financement de l’ UPR pour les élections européennes avance correctement.

      Vous devriez chercher les scores des Partis dans les premières années de leur existence, cela vous rappellera à l’humilité.

      Merci d’exposer aussi clairement dans vos commentaires sur DLR, que vous êtes pour une Autre Europe, pas celle là, mais une autre.

      Et pas du tout pour en sortir. Ce qui va sans dire, va encore mieux en le disant.


    • taktak 16 avril 2014 19:50

      "Merci d’exposer aussi clairement dans vos commentaires sur DLR, que vous êtes pour une Autre Europe, pas celle là, mais une autre.

      Et pas du tout pour en sortir. Ce qui va sans dire, va encore mieux en le disant."

      Oui, ils se battent pour aller au parlement, en vous disant que tout doit changer, mais au fond pour que rien ne change puisqu’ils ne sont pas pour sortir de l’UE....


    • Tythan 16 avril 2014 20:40

      @Fifi Brin d’acier

      Lorsque vous comprendrez que Debout La République n’est en rien l’ennemi de l’Union Populaire Républicaine, vous aurez fait un grand pas. Mais visiblement ce n’est pas aujourd’hui.

      Sur la campagne de financement de l’UPR, à supposer que ce qu’en dit l’UPR soitvrai, l’UPR ne sera pas en mesure de présenter partout des listes aux européennes. Et encore, celles qui seront présentées le seront avec un tel sous-financement qu’elles n’auront aucune chance d’obtenir un score sérieux (en ne considérant que le seul facteur financier). C’est un fait qu’il est difficile de nier.

      Militant de Debout la République, jeune petit parti s’il en est, je crains de n’avoir de leçon à recevoir de personne. J’assume les résultats encore faibles de mon parti aux grandes élections. Ceci étant dit, en restant objectif, il est clair que les débuts électoraux de l’UPR ont été catastrophiques. Ce résultat risible à la partielle de Villeneuve sur Lot a d’ailleurs fait l’objet d’un commentaire triomphaliste de François Asselineau ahurissant d’aveuglement : à mon avis, il va dans le mur.

      Oui, à Debout la République, nous sommes pour une construction européenne sur le modèle confédéral, en opposition aux tentatives fédéralistes. Nous souhaitons une Europe des projets industriels notamment. Cela a toujours été très clair et n’a jamais été caché. Dans ces conditions, je comprends mal le sens de votre remarque.

      D’autant plus qu’en comparaison, l’UPR n’est absolument pas claire sur ce qu’elle souhaite. Oui, l’UPR souhaite sortir de l’UE de façon unilatérale. Mais que souhaite-t-elle faire après ? On obtient autant de réponse qu’il y a des militants UPR à cette question...

      @ Taktak

      Ce que vous dites est ridicule et basé sur des procès d’intention. Avant de lancer ce type d’accusation blessante, je vous conseille vivement de trouver un début de justification.


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 16 avril 2014 22:29

      Bonjour Tythan,

      " Si vraiment vous êtes europhobe, vous pourrez peut-être voter pour les listes de l’UPR, à condition qu’ils arrivent à monter des listes (ce qui n’est pas du tout certain au vu de leurs problèmes, évidents, de financement). "

      Pour financer la campagne Européenne l’UPR à besoin de 200 000 Euros et je pense que cette somme devrait être atteinte en fin de ce mois (Avril 2014). L’UPR à déjà récolté 147 000 Euros.

      Les Listes de l’UPR sont monté et demain est organisé une conférence de presse à Paris .... plus de détails ici

      Je vous invité à lire l’article suivant :
      L’abstention aux européennes : une fleur pour les européistes ?

      Voici la conclusion de l’article (lien précédent) :

      Le M’PEP et le PRCF viennent peut-être de s’enferrer à jamais dans le rôle de think tanks confidentiels de gauche, ce qui est regrettable, mais on peut espérer qu’ils réagiront. L’abstention augmentera de toute façon, avec ou sans cet appel au boycott, et elle ne changera rien. Rappelons-nous de la Croatie lors de leur première élection européenne où 80 % des inscrits s’étaient abstenus.

      Pour finir, c’est tout de même un comble d’avoir vu J. Nikonoff apporter son soutien au parti de droite souverainiste Debout la République (DLR) lors des dernières élections législatives, et qu’il n’appelle pas à voter pour l’UPR lors des élections européennes, alors que ce mouvement propose la sortie de l’UE, de l’euro, et l’application du programme des jours heureux. Étrange pour un homme de gauche, non ?

      Parce que les jours heureux ne reviendront pas seuls, en mai 2014, l’UPR se présentera (seule contre tous) aux élections européennes.


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 16 avril 2014 22:45

      @Tythan

      " D’autant plus qu’en comparaison, l’UPR n’est absolument pas claire sur ce qu’elle souhaite. Oui, l’UPR souhaite sortir de l’UE de façon unilatérale. Mais que souhaite-t-elle faire après ? On obtient autant de réponse qu’il y a des militants UPR à cette question... "

      Contrairement à ce que vous dites l’UPR est très clair et sans ambiguïtés en ce qui concerne la feuille de route. Je vous invite à lire le Programme de Libération Nationale - UPR


    • Tythan 16 avril 2014 23:23

      @ Eau du robinet

      Je ne comprends pas pourquoi vous parlez de Nikonoff, qui avait choisi de soutenir NDA lors des dernières élections.

      Vous dites que l’UPR aurait récolté 147.000 euros. A supposer que ce soit vrai, cette somme est totalement insuffisante pour assurer la viabilité ne serait-ce que d’une liste. C’est triste, mais c’est ainsi. Et puis bon, la valeur de ces déclarations, on les connaît. Vous vous souvenez des affirmations de François Asselineau affirmant qu’il disposait d’un nombre important de parainages à l’élection présidentielle ? Il a finalement reconnu n’en avoir obtenu qu’une quinzaine, et la commission électorale n’en a validé que 3...

      Enfin, vous pondez un lien qui expliquerait la position de François Asselineau sur ce qu’il souhaiterait faire après être sorti de l’UE. Le lien fonctionne, mais le document auquel on accède ne l’explique pas.

      C’est exactement ce que je dis : les militants de l’UPR sont dans la confusion la plus totale s’agissant de cette question.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 avril 2014 06:21

      tatak,
      L’UE ne redoute pas l’abstention.
      En Croatie, aux 1eres élections européennes, 80% d’abstentions, ont été validées.
      Ce qu’elle redoute, ce sont les débats. Il n’y en aura donc pas.
      On va parler de tout, sauf des élections européennes.


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 17 avril 2014 08:15

      @Thytan,

      "Vous dites que l’UPR aurait récolté 147.000 euros. A supposer que ce soit vrai, cette somme est totalement insuffisante pour assurer la viabilité ne serait-ce que d’une liste.« 

      J’ai vous ai fourni la source .... l’UPR joue la transparence ....
      Je m’interroge sur le fait que vous mettez en doute la véracité des informations que j’avance.

      Je constate que vous faites partie des gens qui mettent des battons dans nos roues essayant de discréditer notre combat avec des arguments qui ne tiennent pas la route comme je vais de démontrer ici même !

      Selon vous quel est le montant du budget qu’il faut pour soutenir une seule liste aux européennes ?

       » Enfin, vous pondez un lien qui expliquerait la position de François Asselineau sur ce qu’il souhaiterait faire après être sorti de l’UE. Le lien fonctionne, mais le document auquel on accède ne l’explique pas. « 

      Il ne faut pas seulement tester le lien mais lire le contenu du document ce que vous n’avez pas fait vue votre commentaire laconique.

       » D’autant plus qu’en comparaison, l’UPR n’est absolument pas claire sur ce qu’elle souhaite. Oui, l’UPR souhaite sortir de l’UE de façon unilatérale. Mais que souhaite-t-elle faire après ? "

      Je vous cite ici quelques extraits du document et répond ainsi à votre question que vous avez adressé à Fifi.

      Par exemple :

      2. Rétablir la démocratie la plus large

      Entreprendre une grande réforme constitutionnelle soumise à référendum afin de rétablir les grands principes démocratiques et républicains.

      Interdire, de manière constitutionnelle, les transferts de souveraineté non limités dans le temps et dans l’objet.

      Supprimer le Titre XV de la Constitution française (Titre sur l’Union européenne, adopté en 2008).

      Interdire, de manière constitutionnelle, toute prise de contrôle des médias de masse par des fonds de pension ou des groupes et conglomérats multinationaux.

      Inscrire dans la Constitution :
      « les élections s’effectuent au scrutin secret et manuel, au moyen de bulletins de vote en papier, d’urnes transparentes et sous la surveillance du public.
      les scrutins par machines à voter électroniques sont interdits. »

      Supprimer la procédure dite « du Congrès » (article 89).

      Toute réforme de la Constitution devra se faire par référendum (article 11) et celui-ci précisera que la
      réforme n’est adoptée que si elle obtient la majorité des électeurs inscrits.

      Transformer l’actuel Conseil constitutionnel en une Cour constitutionnelle, qui sera professionnalisée et dépolitisée.

      Inspirée de l’exemple allemand, cette Cour sera composée exclusivement de 16 magistrats professionnels, élus par les parlementaires pour une
      période non renouvelable de 12 ans.

      Je vous cite un autre extrait (plus court) du point 11. de notre programme

      Lancer immédiatement un grand programme de construction de logements sociaux.
      Cette relance visera à la mise en chantier de 80 000 logements sociaux par an EN PlUS de ceux
      prévus. Elle sera financée par la récupération des fonds versés en pure perte à l’UE, avec pour objectif de résorber en 6 ans la pénurie de
      logements sociaux.

      Comme je suis lancé voici un dernier petit extrait de notre programme (point 14)

      Remplacer la PAC par la PAN (Politique agricole nationale). La sortie de l’UE ne modifiera en rien le niveau des subventions versées à nos agriculteurs puisque ces subventions, bien que qualifiées d’européennes, sont en réalité financées par les contribuables français.

      Garantir un revenu digne et stable aux agriculteurs en favorisant un prix juste à la vente des productions.

      Je m’arrête la .... Je vous conseille à réellement lire notre Programme de libération


    • Tythan 17 avril 2014 09:30

      @ eau du robinet

      L’UPR joue la transparence, et je veux bien la croire sur parole. J’ai bien écrit, à supposer que ce chiffre soit vrai.

      Je ne suis pas expert en finances de campagnes. Mais 147.000 € est à l’évidence une somme tout à fait insuffisante ne serait-ce que pour imprimer le matériel électoral et en assurer la logistique, organiser des meeting etc.

      J’aimerais revenir ensuite sur le long développement que vous faites. Je vous ai posé une question simple. L’UPR souhaite sortir de l’UE. Très bien. Que souhaite-t-elle faire après pour organiser la coopération avec les pays aujourd’hui membres de l’UE ?

      Et à cette question, votre réponse est tout sauf claire.


    • taktak 17 avril 2014 10:35

      L’UE ne redoute pas l’abstention. En Croatie, aux 1eres élections européennes, 80% d’abstentions, ont été validées.
      Ce qu’elle redoute, ce sont les débats. Il n’y en aura donc pas. On va parler de tout, sauf des élections européennes."

      Comme je l’ai déjà dit, si l’UE ne redoutait pas l’abstention elle ne ferait pas ses campagnes de pub couteuse pour la participation.
      Par ailleurs, comparer la Croatie à la France, ce n’est pas très sérieux. Vous savez comme moi le fonctionnement de la classe politique dans ce pays et le contexte très particulier. L’abstention y est d’ailleurs de façon générale assez massive.
      Cela dit tout les commentateurs ont indiqué que cette abstention était le signe d’un fort eurosceptiscime. D’ailleurs pour être allé en Croatie, les tags, affiches etc. No to EU sont légions....

      Un tsunami d’abstention à un tel niveau en France membre fondateur de l’UE n’aurait à n’en pas douter un tout autre retentissement que dans un pays nouvellement adhérent....


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 17 avril 2014 12:01

      Bonjour Tythan,

      « L’UPR souhaite sortir de l’UE. Très bien. Que souhaite-t-elle faire après pour organiser la coopération avec les pays aujourd’hui membres de l’UE ? »

      La France une fois sortie de l’Europe ne s’écroulera pas du jour au lendemain.

      Prenons par exemple Airbus :

      Airbus été crée par un consortium de plusieurs fabricants européens à la fin des années 1960 société qui à des filiales voire des partenaires dans plusieurs pays au monde notamment en Allemagne, États-Unis et en Chine.
      http://www.francoisasselineau.fr/2012/07/airbus-plane-made-in-usa.html

      AIRBUS N’EST PAS, ET N’A JAMAIS ÉTÉ,
      UN « AVION EUROPÉEN ». C’EST UN AVION INTERNATIONAL.

      L’Europe na d’ailleurs à ce jour crée aucun chantier d’envergure.... bien au contraire la politique Européenne détruit des emplois.

      L’UPR DIT OUI AUX COOPÉRATIONS INTERNATIONALES,
      TOUS AZIMUTS, SUR DES SUJETS D’INTÉRÊT COMMUN.

      Les coopérations internationales sont devenues inévitables pour les grands projets industriels. Elles résultent de l’ampleur des coûts de développement, de la nécessité de rassembler des matières premières, des savoir-faire et des talents venus du monde entier.

      On peut citer comme illustrations de coopérations internationales les exemples d’Airbus, de la fusée Ariane, du Tunnel sous la Manche, de la Coopération industrielle automobile franco-chinoise, de la fusion Renault-Nissan, etc., etc.

      L’UPR applaudit des deux mains à ces coopérations internationales car elles ont deux mérites essentiels :

      - d’une part, elles rassemblent les hommes de bonne volonté, d’Europe, d’Amérique, d’Afrique, d’Asie ou d’Océanie, sans considération oiseuse d’appartenance ethnique ou géographique. Elles sont donc généralement un facteur de progrès, d’ouverture sur les cultures du monde et de paix planétaire.

      - d’autre part, elles donnent le plus souvent d’excellents résultats car tous les acteurs tirent dans le même sens, puisqu’ils ont tous intérêt à ce que l’objet final de la coopération réussisse.

      Un point clé du programme de l’UPR est la ré-attribution à la Banque de France son rôle normal de financement de l’État et des collectivités locales.
      C’est détaillé dans notre programme de libération .... point 6

      Ceci permettra de financer des projets d’envergure avec un taux à 0% voire avec des taux minimes comparé à celle des banques privées.

      Je vous invite également à lire le chapitre 18 de notre programme de libération :
      La l’UPR souhaité également renforcer le lien avec les autres pays francophones et ceci se ferra par des partenariats ...


    • Tythan 17 avril 2014 13:48

      @ Eau du robinet

      C’est gentil de votre part d’essayer de me répondre. Mais la façon dont vous le faites est tout à fait contre-productive. Je comprends de votre réponse que vous êtes donc toujours dans la plus extrême des confusions.

      Je repose donc ma question : comment l’UPR organisera-t-elle la coopération entre les différents pays qui composent aujourd’hui l’Union-Européeenne ?

      Merci d’arrêter de pondre des liens à tout va sans rapport avec la question et de répondre simplement à cette question simple.


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 17 avril 2014 14:47

      @Tithan,

      Je vous ai répondu ... si la réponse vous déplait c’est une autre chose.

      D’ailleurs j’ai l’impression que vous êtez plutôt pro-Européen si non pourquoi cette insistance sur cette question ?

      En tout cas en appellent le gens à l’abstention vous ne faites que renforcer le camp des pro-européens puis avec votre appel à l’abstention vous renforcé la position de l’FN, partie politique qui selon les grands médias est seul mouvement qui prône la sortie de l’Europe.

      Par contre comme ferriez vous pour organiser la coopération entre les différents pays qui composent aujourd’hui l’UE ?

      L’UPR créera le cadre législatif qui permet un échange équitable avec ses partenaires notamment en abrogent l’article 63 du TFUE voire l’article 123 et en reprennent le contrôle sur nos frontières.

      Votre insistance avec votre question laisse « sous-entendre » que nous souhaitons rompre les échanges avec les autres pays Européen, ce qui est une absurdité totale. Par nous j’attends l’UPR. Nous allons apporter plus d’éthique et équitabilité dans les échanges avec des autres pays européens et luter contre le dumping. 

      Une chose importante : ce n’est pas seulement la France qui souhaite quitter l’Europe !!! En tout cas il suffit que soit l’Allemagne soit la France quitte l’Europe pour que tout le château de cartes (28 pays) s’écroule. Cet effondrement des instances européennes serra un grand bol d’oxygène pour toutes les pays européens et pour le marché de travail, croyez moi.

      La question est : Quel pays est le premier qui ose le pas de quitter l’Europe ?
      Ou : Quel pays serra le pays libérateur des chaines des traitées ?
      Je sais ma réponse vous ne suffit toujours pas, mais ça c’est cotre problème et vous devriez vivre avec !

      Vous êtes bien gentil mais vous m’avez pas répondu non plus à ma question :

      Selon vous quel est le montant du budget qu’il faut pour soutenir une seule liste aux européennes ?


    • jaja jaja 17 avril 2014 14:53

      Tout dépend du type de campagne... Le NPA a l’argent pour se présenter sur 5 régions (sur 7) mais sans imprimer de professions de foi envoyées à chaque électeur... Ce qui est un gros handicap...

      Avec tracts et affiches ça coûte bonbon.... Avec vos 147 000 euros même multipliés par 2 d’ici un mois vous n’irez pas loin....


    • Tythan 17 avril 2014 16:51

      @ Eau du robinet

      Vous prétendez m’avoir répondu. S’il est vrai que vous avez pondu de longs messages avec des liens sans aucun rapport avec ma question, en revanche, vous n’avez pas répondu à cette question simple :

      Une fois la France sortie de l’UE, l’UPR souhaite-t-elle organiser des coopérations avec les pays anciennement membres de l’UE et si oui comment ?

      Parce qu’on ne comprend rien de votre salmigondis !

      Vous voir reprendre l’argument idiot selon lequel Airbus n’aurait rien à voir avec la construction européenne est navrant pour votre sens critique. Que vous le vouliez ou non, Airbus est un projet avant tout européen, ce qui n’exclut évidemment pas que certains partenaires soient situés en dehors de l’UE. Interrogez n’importe quel collaborateur d’Airbus, et il vous le confirmera. Le systèmes des aides étatiques, indispensables à la survie d’Airbus, est supervisé par l’UE.

      Ce qui n’enlève en rien le caractère avant tout coopératif d’Airbus, et là dessus François Asselineau a raison de dire que la création d’Airbus est à l’opposé de la politique industrielle menée par l’UE. Mais vouloir exclure l’Europe d’Airbus est totalement ridicule.

      Je reprends dans l’ordre votre commentaire.

      Je n’insiste pas plus que cela avec ma question. Je cherche simplement à avoir une réponse claire, que vous n’aviez pas (et n’avez toujours pas) fourni jusqu’ici.

      Je n’appelle personne à l’abstention, et je vous conseille, à l’avenir, avant d’inviter les autres à vous lire, à regarder midi à votre porte !

      Vous dites :

      « L’UPR créera le cadre législatif qui permet un échange équitable avec ses partenaires notamment en abrogent l’article 63 du TFUE voire l’article 123 et en reprennent le contrôle sur nos frontières »

      Cette phrase est idiote. Si l’UPR sort de l’UE, elle n’a pas besoin d’abroger les articles visés, qui ne s’appliqueront par définition plus à la France. Ensuite, il est dit que serait créer « un cadre législatif qui permet un échange équitable avec ses partenaires ». Cela signifie donc que vous souhaitez signer un nouveau traité.

      Alors maintenant, expliquez moi-la différence entre renégocier les traités européens et dénoncer les traités européens pour en signer de nouveaux ?

      C’est exactement la même chose, et le procès que fait l’UPR à DLR ou au FN parce qu’ils ne souhaitent pas sortir de l’UE est totalement ridicule.

      Je ne sais pas si cette phrase est extraite du programme officiel de l’UPR. Si oui, elle signifie très clairement et de manière non ambigüe, pour qui sait réfléchir, que les différences que l’UPR proclame urbi et orbi, ne sont que de pacotilles.

      Et au sein de l’UPR, on trouve de tout : des militants croient qu’il n’y aura aucune coopération, d’autres si, d’autres expliquent que ce sont des sujets clivants sur lesquels l’UPR n’a pas à se prononcer.

      Voilà pourquoi j’insiste sur cette question.

      Et je n’ai jamais fait partie de ceux qui expliquent que si la France quittait l’UE, aucun échange ne serait possible !

      La question n’est pas quel sera le pays qui quittera l’UE le premier (et ce serait, s’il faut vraiment poser la question, le Royaume-Uni). Mais plutôt lequel sera moteur pour proposer autre chose. Et c’est pourquoi je me suis engagé chez DLR.

      Sur le montant de la campagne, je vous ai déjà répondu que je n’étais pas spécialiste. Mais à mon avis, 500.000 euros pour une liste serait déjà un budget étriqué pour mener une campagne sérieuse.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 18 avril 2014 06:36

      Tythan,
      Vous êtes obsédé par l’ Europe !
      Pourquoi la France indépendante se limiterait à des accords de coopération uniquement avec des pays européens ? ça, c’est votre obsession à vous.

      La France peut signer des accords avec le monde entier, francophones ou pas, le Vietnam, la Russie, le Venezuela, la Tunisie, ou le Brésil.

      Quant au programme de l’ UPR en 20 points, il faudrait le lire avant de dire qu’il ne contient rien.
      Sur le programme de DLR, tout ce que j’ai trouvé ce sont des grands projets, comme Ariane, mais toujours entre pays européens.

      Vous ne voyez pas que l’ UE nous ferme au reste du monde !


    • LE CHAT LE CHAT 16 avril 2014 12:24

      je ne m’abstiens jamais , je vote nul quand les candidats ne me plaisent pas .

      les 2 seules fois où je n’ai pas voté sont sur la nouvelle Calédonie car cela ne me concernait pas et le quinquénat qui ne me concerne pas plus 

      • Tythan 16 avril 2014 12:50

        Le vote nul est un bon argument pour contrer l’abstention, permettant d’atténuer le reproche qui est fait aux abstentionnistes de manquer de sérieux. Mais lui aussi pose un problème d’interprétation : que veux-t-il dire ? Signifie-t-il que les candidats proposés ne vous plaisent pas ou un rejet des institutions ?


      • taktak 16 avril 2014 13:58

        Voter blanc c’est accepter la légitimité de l’élection. Et donc aussi cautionner son résultat
        Qui plus est, pas plus que l’abstention le vote blanc n’est compté dans les exprimés.

        Si on est contre l’UE, si on veut redire NON comme en 2005 eh bien une seule solution, on refuse de voter.

        Et on le fait savoir en rejoignant la campagne pour le boycott du CNR-RUE


      • BOBW BOBW 16 avril 2014 21:23

        taktak : Pas tout à fait d’accord : voter blanc peut être un vote citoyen qui exprime un refus des listes... (Aucun bulletin dans l’enveloppe) qui rejoint le boycott smiley


      • LE CHAT LE CHAT 17 avril 2014 10:19

        @taktak


        non , je vote bleu marine de façon à envoyer un maximum d’eurosceptiques , une vingtaine , car le FN arrivera en tête

        c’est sur que voter UPR ou PCRF ou NPA ça sert à rien , pas d’élus envisageables avec si peu d’électeurs 

      • César Castique César Castique 16 avril 2014 12:59

        L’abstention aux européennes a surtout la signification d’une bêtise crasse.


        S’abstenir, c’est voter Barroso, Van Rompouille et consorts : c’est signer un chèque en blanc à une oligarchie qui fait ce qu’elle veut, dans le secret de ses délibérations, et qui ne se cache même plus pour signifier son mépris des peuples dits souverains, à l’instar de Viviane Reding qui déconseille aux Anglais d’organiser un référendum sur leur appartenance à l’Union, parce que le peuple est trop ignorant pour pouvoir se prononcer sur une question aussi capitale que son avenir.

        Et elle aurait tort de se gêner, du moment qu’il y en a même qui sont stupides au point de recommander de ne pas voter contre l’engeance unionesque. Ceux-là n’auront pas volé le traité transatlantique qui leur pend aux nez. Surtout s’ils imaginent qu’ils arrêteront cette machine infernale en allant brûler des voitures, défoncer des vitrines et piller des magasins au centre de Bruxelles.

        • taktak 16 avril 2014 14:16

          Participer c’est voter pour l’UE, pour ses eurocrates, pour Barosso & cie

          Si l’abstention arrangeait l’oligarchie en place, elle ne ferait pas des pieds et des mains pour vous pousser à aller voter ! c’est quand même là une évidence. Ils sont pourtant en train de mobiliser le banc et l’arrière banc, de faire de la publicité jusque sur les réseaux sociaux pour inciter à voter.

          Car sans participation, de fait, les décisions de l’UE apparaissent comme ce qu’elles sont : des diktats 100% illégitimes !
          En revanche, si vous participez à cette farce vous cautionnez une élection verouillée absolument pas démocratique d’un parlement fantoche sans pouvoir, parlement qui sera on le sait déjà verrouillé par l’alliance de la droite décomplexée (extrème droite et PPE) avec la droite complexée (Verts et PSE)....

          Dernière chose, c’est rigolo de voir les cyberFaux Nez du capital venir ici faire de la retape pour la participation. Eh oui au FN, l’élection au parlement européenn c’est le fond de commerce de la PME familiale Le Pen. Ca paye très généreusement le Père, la Fille et le Beau fils...
          Alors on fait semblant de contester l’UE, en employant de grands mots, histoire d’essayer de raccoler un peu la populace qui vomit l’UE. On se fait aider au passage par les médias BFN TV en tête. Mais dans son programme on ne parle pas de sortir de l’UE, et on fait semblant de vouloir sortir de l’Euro pour faire une monnaie commune avec l’Allemange....
          C’est de l’hypocrisie pure !

          Le PRCF qui est pour la sortie de l’UE, et de l’Euro, sans condition est cohérent. Il va pas à la soupe. Il boycotte et appelle à l’abstention citoyenne lors des élections européennes


        • jako jako 16 avril 2014 15:50

          et re-voila le patriote bleu...


        • taktak 16 avril 2014 16:09

          Et zut, il est revenu poser ses crottes partout, je me disais bien que le fond de l’air était à nouveau plein de ses idées nauséabondes et putrides.

          Bon alors pour la faire rapide :
          1) le programme du prcf est ici : www.initiative-communiste.fr à ne pas confondre avec le propos délirant de Bleu

          2) oui les médias roulent pour le FN : http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/comment-bfn-tv-et-les-medias-font-149853


        • César Castique César Castique 16 avril 2014 16:22

          « Eh oui au FN, l’élection au parlement européenn c’est le fond de commerce de la PME familiale Le Pen. Ca paye très généreusement le Père, la Fille et le Beau fils... »

           Et c’est signé D.R., fan de Patrick Bruel (83600 Fréjus)  smiley

           « L’abstention est bien souvent une expression politique qui exprime en premier lieu et de la façon la plus claire la reconnaissance ou non de la légitimité et de l’utilité de l’institution qui organise l’élection.  »

           Eh bien, pour se rassurer les eurocrates n’ont qu’à considérer la participation aux élections de 2009, dans les pays europhiles d’Europe de l’Est : Slovaquie, 19,64 % - on parle bien de participation ! -, Lituanie, 20,98 %, Pologne, 24,53 %, Roumanie, 27.67 % - et ceux-ci, ils comptent à fond sur l’U.E. pour fournir le gîte, le couvert et de l’argent de poche à leurs Roms... - Tchéquie, 28,20 %, Slovénie, 28.33 % - c’est donc toujours de participation qu’il est question !

          « ...le PRCF s’est engagé dans une campagne de boycott de l’élection européenne, pour l’abstention citoyenne.  »

           La raison tonne en son cratère et, écroulés de rire, la Commission européenne, le Conseil européen et le Conseil de l’Union européenne, applaudissent à tout rompre, remercient et souhaitent plein succès à l’initiative.


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 avril 2014 19:49

          taktak,
          Et bien je crois que cette fois, les électeurs ne s’en foutent pas, ils en ont ras la casquette de l’UE, et qu’ils sont bien décidés à aller voter davantage que les autres fois.

          C’est bien dommage que le PRCF et le M’PEP n’aient pas présenté de candidats, c’était l’occasion ou jamais de faire connaître vos analyses.

          Ce n’est pas la légitimité de l’instance qui importe, c’est de permettre aux électeurs de cesser de voter chat noir contre chat blanc, et de voter pour une fois pour ce qu’ils attendent.

          C’est cadeau pour vous Tatak : « Mouseland, le pays des souris »


        • taktak 16 avril 2014 20:00

          Et bien je crois que cette fois, les électeurs ne s’en foutent pas, ils en ont ras la casquette de l’UE, et qu’ils sont bien décidés à aller voter davantage que les autres fois.

          => eh bien nous verrons bien. Ce n’est pas ce que disent les sondages (pour ce que cela vaut). Et ce n’est pas mes ressentis de campagne.

          C’est bien dommage que le PRCF et le M’PEP n’aient pas présenté de candidats, c’était l’occasion ou jamais de faire connaître vos analyses.

          => moi je trouve que c’est dommage que l’UPR fasse le choix de s’isoler, d’une démarche personnelle.
          Cela dit, nous ferons connaitre dans notre campagne pour l’abstention citoyenne nos analyses. Vous dans votre campagne les votre. Pas trop la peine de perdre notre énergie à se chicaner là dessus.

          Ce n’est pas la légitimité de l’instance qui importe, c’est de permettre aux électeurs de cesser de voter chat noir contre chat blanc, et de voter pour une fois pour ce qu’ils attendent.

          Eh bien si, F Asselineau l’expliquait d’ailleurs très bien en 2009 qu’il ne fallait pas légitimer cette farce et dénoncer la dictature qu’est l’UE. Après, c’est votre choix.
          Mais celui du tsunami de l’abstention citoyenne sera à mon avis bien plus dynamique et élevé.


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 avril 2014 06:00

          taktak,
          En 2009, l’UPR avait 90 adhérents, je ne vois comment elle aurait pu organiser des élections, et sans aucune subvention. Vous savez combien cela coûte d’organiser des élections ?


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 avril 2014 06:24

          L’article 50 est fait pour sortir de l’ UE, définitivement et unilatéralement.
          C’est l’article 48 qui sert à renégocier les Traités.
          Ils savent pas lire au FN ?


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 18 avril 2014 06:38

          Du temps de De Gaulle, il n’y avait pas de clause de sortie dans les Traités.
          Maintenant il y en a une, c’est l’article 50, donc pas besoin de referendum.


        • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 23 avril 2014 17:47


          AVEC 60% D ABSTENTION LES DEPUTES EUROPEENS SERONT ILS RECONNUS  ???

          SI OUI NE VOTEZ PLUS JAMAIS CAR LA..... IL Y AURAIT UNE GROSSE COUILLE DANS LE POTAGE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


        • zygzornifle zygzornifle 16 avril 2014 13:48

          Pas d’abstention ou on est pour cette Europe qui sert à planquer les politiques en manque de mandats ruinant les pays les uns après les autres, défaisant le peu de social qu’il restait, se prostituant devant les Yankees le Qatar ou les rois du pétrole ou on est contre et on vote contre cette Europe anti-sociale ruinant plus d’industrie que la crise elle même ou blanc si rien ne convient ....


          • chessou 16 avril 2014 15:04

            Il faut préciser qu’enfin un parti propose la sortie unilatérale de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN : l’UPR.
            Donc l’abstention n’a plus lieu d’être ! Regardez les interventions de Nigel Farage pour ceux qui douteraient de l’utilité d’avoir un représentant d’un tel parti à l’assemblée de l’UE.
            http://www.upr.fr/


            • taktak 16 avril 2014 15:25

              C’est comique. DLR revendique le soutien de Farge qui boude votre petit mouvement....
              Quant à l’utilité du parlement européen pour faire de la pédagogie, en dehors de la très généreuse paye (et là dessus, je ne vois aucun engagement de vos liste à reverser leurs émoluments ), je vois pas. La couverture médiatique du parlement européen c’est zéro ! vous le savez aussi bien que moi

              Votre mouvement ne se présente aux européennes principalement que pour le coup de pub, et espérer un meilleur accès au médias et recruter quelques centaines de militants. C’est ce qui est écrit sur votre site. C’est un choix d’intéret partisan, légitime mais partisan, car en 2009, vous étiez comme le PRCF pour le Boycott... smiley
              Aujourd’hui vous avez fait le choix d’une campagne seul et isolé, quand le PRCF fait le choix du rassemblement au delà des intérets partisan, des ambitions personnelles, en participant au CNR-RUE large très large rassemblement de citoyens d’origine très diverses pour la résistance à l’Union Européenne

              par ailleurs, avant même que vous n’existiez, avant même que FA ne quitte l’UMP et les fauteuils des cabinets ministériels, le PRCF proposait déjà la sortie unilatérale de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN
              qui plus est, il faut aussi préciser que votre sortie n’est pas inconditionnelle. Elle l’est par l’application de l’article 50. Ce qui suppose que vous la conditionnez à une longue négociation pendant laquelle nous aurons les pieds et les mains liées pour faire face aux aggresssions de l’oligarchie capitaliste mondialisée, celle là même qui fait l’UE pour asservir les peuples !

              Pour notre part, si comme le propose le PRCF les français se rassemblent dans un large front antifasciste populaire progressiste et patriotique pour la sortie de l’UE, en un nouveau CNR eh bien nous sortirons de l’UE et de l’Euro par la voie progressiste, celle de la souveraineté populaire qui ne reconnait comme décision juste et légitime que les décisions démocratiquement prise par le peuple. Ce qui n’est certainement pas le cas des traité, au premier rang desquels le Traité de Lisbonne qui piétine notre vote non de 2005.

              PRCF - www.initiative-communiste.fr


            • Tythan 16 avril 2014 15:33

              S’agissant de la sortie de l’euro, l’UPR n’est en rien iconoclaste puisque deux partis proposent déjà depuis fort longtemps : le FN et DLR.

              DLR réclame, non pas la sortie de l’OTAN, mais la sortie du commandement militaire intégré, ce qui moi me satisfait tout à fait. N’oublions pas que la sortie totale de l’OTAN pourrait être interprété comme un acte hostile de la part de ses autres membres, et je n’ai aucune envie de retirer la France d’une organisation avant tout défensive.

              Sur la sortie de l’UE, là, il est vrai que l’UPR est la seule à proposer la sortie unilatérale. Mais la différence n’est en réalité que de méthode, puisque DLR comme le FN proposent de refonder totalement la construction européenne (tandis que l’on ne sait pas ce que propose l’UPR).

              Vous invoquez Nigel Farage, et vous avez raison : c’est un homme courageux et talentueux. Il soutient d’ailleurs officiellement Nicolas Dupont-Aignan et les listes de Debout la République.

              Je ne veux pas vous vexer, mais à supposer que l’UPR réussisse à monter des listes aux européennes, il n’y a absolument aucune, je dis bien aucune chance qu’ils réussissent à envoyer un député aux européennes (à moins d’un miracle). Rappelons-le, l’UPR, c’est quelque chose comme 0,25% des voix à la seule élection (législative) à laquelle ils ont participé. Et encore, ce résultat absolument risible n’a pu être obtenu que grâce à une campagne de terrain intensive sur un territoire très réduit, non reproductible à l’échelon national.

              Si votre objectif est d’envoyer un représentant eurosceptique au parlement européen, vous avez deux choix : soit voter pour les listes Front National, ce qui moi m’est impossible en raison des idées de ce parti, soit voter pour les listes Debout la République. Et dans ce cas, en étant bien conscients que les chances de voir la tête de liste élue restent faibles.


            • César Castique César Castique 16 avril 2014 16:36

              «  Regardez les interventions de Nigel Farage pour ceux qui douteraient de l’utilité d’avoir un représentant d’un tel parti à l’assemblée de l’UE. »


              J ?en suis le premier navré, mais à part nous faire rire, à quoi sert Nigel Farage ?

              PIre, il dessert les unionophobes aux yeux des eurocrates, en ne cessant de balancer des prophéties apocalyptiques, dont aucune ne s’est jamais vérifiée. Il suffirait d’en rappeler une demi-douzaine pour le carboniser. Et ça, ça ne fait pas rire.

              En outre, son attitude à l’égard du Front national est totalement contradictoire. Il lui reproche un programme économique « incroyable », tellement il est à gauche, mais la non-UE n’est-ce pas justement le retour au « charbonnier maître chez soi » ?

            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 avril 2014 19:37

              Cesar Caustique,
              Nigel Farage sert à montrer comment une organisation comme l’ UPR qui se heurte au plafond de verre de la censure, peut utiliser le Parlement européen, pour populariser ses analyses, y organiser la résistance.

              Si vous étiez dans un Parti totalement censuré par les grands médias, tous les terrains d’intervention sont bons à investir.

              Cela permettra en plus aux électeurs d’exprimer pour la 1ere fois depuis 1979 qu’ils sont CONTRE l’ UE, qu’ils veulent en sortir, et pas choisir entre 36 moutures de réformateurs de l’ UE.


            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 avril 2014 19:56

              Tythan
              Et comment refondez vous l’ UE sans en sortir ? Comme les autres, en faisant croire qu’on peut renégocier les Traités ?

              Il n’y aura pas de renégociation de Traités, il n’y en a jamais eu par le passé, même pas un virgule a été changée, il n’y en aura encore moins à 28.

              Ils ont eu bien trop de mal à les mettre en place, ils ne rouvriront jamais la boîte de Pandore. Ils ont d’ailleurs pris toutes les précautions pour qu’un seul pays suffise à s’y opposer. Vous vendez des illusions.

              C’est Etienne Chouard qui explique pourquoi :
              « Chouard- l’ UPR et l’article 50 »


            • Tythan 16 avril 2014 20:50

              @ Fifi Brin d’Acier

              Votre discours illustre s’il en est la déconnexion totale des militants de l’UPR, qui boivent les paroles de François Asselineau en oubliant leur sens critique.

              Vous expliquez ainsi que les traités européens n’ont jamais été changés... Vous vous rendez compte que vous dites une énormité ? Il y a eu de très nombreux changements, une bonne dizaine depuis 1957 !

              Vous vous réferez à Etienne Chouard, qui n’y connaît rien et n’est vraiment pas une référence. Bref, vous enchaînez les bêtises.

              Rien ne permet d’affirmer qu’il n’y aura pas de renégociation des traités. Si effectivement, les électeurs continuent d’être des moutons et s’abstiennent ou votent pour des partis soit pro-fédéralistes comme l’UMP ou le PS, soit stériles (FN), alors là oui, aucune renégociation ne sera possible.

              Mais si un grand pays comme la France élit un leader eurosceptique (NDA ou un autre, ce n’est pas la question) et tape sur le poing sur la table, il y aura renégociation, bien entendu.

              Réponse à votre commentaire au-dessus de celui qui m’est adressé :

              Nigel Farage, jusqu’à preuve du contraire, soutient les listes de DLR et non celles de l’UPR. Et sans vouloir vexer François Asselineau, il est clair que ni lui ni ses autres têtes de listes n’ont son charisme ni son sens de la répartie.

              Ne soyez pas non plus méprisant envers les autres partis, qui depuis des années et bien avant l’UPR, combattent la construction européenne et offriront un moyen autrement plus sérieux aux électeurs pour faire passer leur message.


            • chessou 16 avril 2014 20:54

              Bonsoir,

              "Votre mouvement ne se présente aux européennes principalement que pour le coup de pub, et espérer un meilleur accès au médias et recruter quelques centaines de militants. C’est ce qui est écrit sur votre site. C’est un choix d’intéret partisan, légitime mais partisan, car en 2009, vous étiez comme le PRCF pour le Boycott..."

              Ce n’est pas tout à fait ce qui est écrit mais c’est en partit vrai. Pour les lecteurs qui souhaiteraient se forger leur propre opinion je leur conseil de lire cet article http://www.upr.fr/vos-questions-nos-reponses/le_positionnement_politique_de_l_upr/pourquoi-lupr-va-t-elle-presenter-des-listes-aux-elections-europeennes-de-mai-2014-2.

              La différence notable c’est qu’en 2009 le seul choix possible était l’abstention. Cette fois ci il est possible de voter pour un mouvement qui arrive enfin à proposer des candidats représentant la sortie de l’UE. Cette solution à un immense avantage, exprimer clairement sa volonté par le vote. L’abstention c’est un melting pot de tout et n’importe quoi, elle était déjà de 60% en 2009 et qu’est ce que ça a changé ? Absolument rien, le bousin tourne à plein régime. De plus le désir de sortir de l’UE n’est pas exprimé puisqu’il est impossible de dire qui s’est abstenu pour quoi.

              "vous avez fait le choix d’une campagne seul et isolé, quand le PRCF fait le choix du rassemblement au delà des intérets partisan, des ambitions personnelles, en participant au CNR-RUE large très large rassemblement de citoyens d’origine très diverses pour la résistance à l’Union Européenne"

              Dans cette optique je vous conseillerai de changer de nom, car rassembler tout les Français sous la bannière communiste ne va pas être franchement efficace.

              C’est d’ailleurs ce que propose l’UPR, un rassemblement au délà des clivages pour sortir de l’UE, de l’euro de l’OTAN mais par la voie de l’urne pour ces élections et sans bannière.

              "par ailleurs, avant même que vous n’existiez, avant même que FA ne quitte l’UMP et les fauteuils des cabinets ministériels, le PRCF proposait déjà la sortie unilatérale de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN"

              « J’étais là avant », cet argument malheureusement est le plus mauvais qui soit. A votre place d’ailleurs je ne m’en vanterais pas trop vu les résultats que cela à engendrer sur la sortie de la France de l’UE.

              "qui plus est, il faut aussi préciser que votre sortie n’est pas inconditionnelle. Elle l’est par l’application de l’article 50. Ce qui suppose que vous la conditionnez à une longue négociation pendant laquelle nous aurons les pieds et les mains liées pour faire face aux aggresssions de l’oligarchie capitaliste mondialisée, celle là même qui fait l’UE pour asservir les peuples !"

              Justement ! C’est toute la force, la sortie par la voie du droit ! Il n’y a pas d’autre façon de sortir de l’UE que d’invoquer cet article, donc votre proposition est anti-constitutionelle. De plus la longue négociation durera au plus 2 ans (cf. article 50 TUE), c’est plutôt rapide. De mon point de vue, c’est l’abstention qui lie les mains et les pieds car elle ne change en aucun cas le fonctionnement de l’UE, elle la laisse telle qu’elle est et parfaitement légitime.

              Une campagne basée sur l’abstention, c’est une campagne vouée à ne rien changer. Le résultat immédiat sera une augmentation mécanique du score du FN, ce qui acaparera toute l’info médiatique. On aura bien quelques journalistes pour dire "ou là là l’abstention !", puis deux semaines après plus personne n’en parle et la machine continue à tourner. Tandis que si un candidat proposant clairement la sortie de l’UE parvenait à se faire élire (ce qui je l’avoue ne sera pas le cas) ou parvenait à obtenir un score représentatif, cela mettrait un peu de pagaille et il ne serait plus possible de botter en touche, le message passé serait clair net et précis.

              "Pour notre part, si comme le propose le PRCF les français se rassemblent dans un large front antifasciste populaire progressiste et patriotique pour la sortie de l’UE, en un nouveau CNR eh bien nous sortirons de l’UE et de l’Euro par la voie progressiste, celle de la souveraineté populaire qui ne reconnait comme décision juste et légitime que les décisions démocratiquement prise par le peuple. Ce qui n’est certainement pas le cas des traité, au premier rang desquels le Traité de Lisbonne qui piétine notre vote non de 2005."

              Vous êtes aussi partisan que moi, vous pensez que l’UPR ne peut pas rassembler les Français pour sortir de l’UE alors que le PCRF oui, bataille de sourds. Cela prouve une chose, le rassemblement des Français c’est pas pour demain.

              Je rajouterai que la souveraineté populaire c’est la démocratie. Donc le vote. Donc si on veut sortir de l’UE on vote pour un candidat qui le souhaite et qui représente nos idées, si on ne vote pas, on ne s’exprime pas. Chacun fera son choix, le votre par l’abstention ou celui de l’UPR par l’expression aux urnes. Mais vu l’impact de l’abstention à 60% des dernières élections, le mien est tout trouvé.

               smiley


            • Tythan 16 avril 2014 21:10

              @ Chessou

              Vous dites qu’en 2009, le seul choix possible était l’abstention. Je trouve cela incroyable, alors qu’à cette date, DLR avait présenté des listes aux européennes avec un programme souverainiste extrêmement clair, que l’on peut d’ailleurs retrouver dans le petit livre mauve.

              Avec cette phrase, exemplaire à tous points de vue, vous montrez à quel point l’UPR est un parti qui n’a aucun autre avenir que de rester un groupuscule, quel que soit le nombre prétendu de ses adhérents.

              J’adore votre commentaire sur le retournement de veste de l’UPR au sujet de l’abstention. Au moins, contrairement à certains illuminés, vous reconnaissez tout de même qu’il y a une légère incohérence !

              Je suis d’accord avec vous pour dire que l’argument selon lequel on tenait ses positions avant l’autre n’en est pas un. Mais vous devriez l’appliquer à l’UPR, qui pendant des années prétendait être le seul parti à défendre telle ou telle position alors que c’était faux.

              Quant à la sortie de l’UE par l’article 50, je me tue à le répéter aux militants de l’UPR, elle n’a en rien l’importance que vous lui donnez. Et si vous jugez qu’un délai de deux ans n’est rien, ma foi, je n’ai pas grand chose à vous dire devant un tel déni.

              Vous dites penser que l’UPR serait capable de rassembler les Français. Moi je veux bien, mais vous savez très bien que vous niez totalement la réalité. Personne ne connaît l’UPR à part une poignée d’internautes. D’autant plus qu’aujourd’hui, François Asselineau et l’UPR traînent une image pas très nette du fait de sa participation à plusieurs conférences dans des locaux d’extrême droite, de la présence de bon nombre de militants ayant cette origine politique et de sa complaisance envers les complotistes.


            • chessou 16 avril 2014 21:38

              @Tythan.

              Je suis d’accord avec vous en quasi tout point.
              Je voulais juste en rectifier un seul, FA n’a jamais dit que les traités n’avaient jamais été modifiés. Il dit que comme on est à 28, les intérêts des pays de l’UE sont tellement divergents qu’ils n’arriveront jamais à trouver l’unanimité nécessaire pour modifier les traités. Si bien que pour trouver cette unanimité, l’opération serait piloté par un fédérateur extérieur qui s’en chargerait (cf la citation de De Gaulle du 15 mai 1962 : "Il est vrai que dans cette « Europe intégrée » comme on dit, ben il n’y aurait peut-être pas de politique du tout. Ça simplifierait beaucoup les choses. Et puis, en effet, dès lors qu’il n’y aurait pas de France, pas d’Europe qui auraient une politique, faute qu’on puisse en imposer une à chacun des six États, on s’abstiendrait d’en faire.Mais alors, peut-être, tout ce monde se mettrait-il à la suite de quelqu’un du dehors, et qui – lui – en aurait une."), le fameux syndic de copropriété pour reprendre l’image de FA. Alors oui tout à fait les traités sont modifiés et oui ces modifications, quand elles ont lieu, servent des intérêts extérieurs qui ne sont clairement pas ceux des peuples consernés. Le traité transatlantique étant la cerise sur le gâteau. smiley


            • Tythan 16 avril 2014 21:54

              @ Chessou

              Merci pour votre réaction qui à vrai dire m’étonne un peu, d’autant que j’y suis allé un peu plus fort que je n’aurais voulu sur François Asselineau et l’UPR. Voire autant de compréhension d’un militant de l’UPR, je dois vous avouer que ça change et que ça fait du bien.

              L’argument de l’unanimité est effectivement important. Personne n’a jamais nié que refonder les traités européens serait extrêmement difficile. Convaincre tous les autres pays est une tâche quasi-promothéenne.

              Mais j’ai la faiblesse de croire qu’elle n’est pas impossible. Car la France dispose d’arguments extrêmement solides et que, de par sa position géographique, son importance économique, démographique et politique, elle est indispensable à la construction européenne. Les autres pays devront composer avec nous. D’autant qu’un certain nombre ont beaucoup d’intérêts convergents avec nous : les pays du sud sont dans une situation économique proche, le RU est lui aussi très eurosceptique, à l’instar des Pays-Bas et même d’une très large partie de la population allemande. Il y a donc de bonnes chances pour que nous arrivions à nos fins.

              Je ne développe pas plus, il y en aurait pour des heures. Mais il y a un point que vous n’évoquez pas qu’il faut également penser : croire, comme le fait François Asselineau, que la sortie unilatérale de l’UE serait un jeu d’enfant en comparaison de la renégociation, est une plaisenterie !

              L’image du syndic de copropriété qui a fait tant parler d’elle (François Asselineau ayant lancé une accusation de plagiat à l’encontre de NDA pour cette expression, alors qu’il a été prouvé que NDA l’utilisait avant lui) est à cet égard parlante, mais pas dans le sens qu’en tire FA. La France est un peu à l’instar d’un copropriétaire qui doit convaincre les autres copropriétaires que le syndic (la Commission européenne) est nocif. Mais la solution, ce n’est pas de sortir de l’immeuble, ce qui est impossible, mais bien de changer de syndic, ou plus encore, de changer de méthode de gestion en prenant un syndic auto-géré.


            • chessou 16 avril 2014 21:55

              @Tythan

              "Vous dites qu’en 2009, le seul choix possible était l’abstention. Je trouve cela incroyable, alors qu’à cette date, DLR avait présenté des listes aux européennes avec un programme souverainiste extrêmement clair, que l’on peut d’ailleurs retrouver dans le petit livre mauve."

              Mea culpa ! En effet, pour preuve que les médias ne font pas leur boulot, je ne savais pas que DLR avait présenté des listes aux européennes de 2009 !

              "J’adore votre commentaire sur le retournement de veste de l’UPR au sujet de l’abstention. Au moins, contrairement à certains illuminés, vous reconnaissez tout de même qu’il y a une légère incohérence !« 

              Adhérent mais pas marié smiley .

               »Quant à la sortie de l’UE par l’article 50, je me tue à le répéter aux militants de l’UPR, elle n’a en rien l’importance que vous lui donnez. Et si vous jugez qu’un délai de deux ans n’est rien, ma foi, je n’ai pas grand chose à vous dire devant un tel déni.« 

              Je veux bien une autre technique s’il y en a une. Cela fait depuis 1957, alors on peut bien attendre deux ans !

               »Vous dites penser que l’UPR serait capable de rassembler les Français."

              Non, j’ai dit l’inverse, vu la division qui règne entre les partis politique qui souhaitent sortir de l’UE je pense au contraire que l’on va encore s’asseoir dessus. D’ailleurs, je ne vous remercie pas, ni DLR, ni l’UPR, ni les abstentionnistes. smiley


            • César Castique César Castique 16 avril 2014 23:00

              « ..., tous les terrains d’intervention sont bons à investir. »


              Quand Asselineau a la possibilité de rencontrer personnellement ses électeurs potentiels, de faire littéralement du porte à porte sur un tout petit bout de territoire de la république, ça donne, et encore avec le soutien de Dupont-Aignan, 198 voix, équivalant à 058 % des suffrages exprimés.

              A mon avis, vous devriez changer de canasson.

            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 avril 2014 06:11

              Tythan

              Il n’est pas prévu dans les Traités qu’un pays en tapant sur la table fasse changer quoi que ce soit. C’est des arguments à la Mélenchon.
              Il faut que les 28 pays soient d’accord, et un seul peut s’y opposer.
              C’est l’article 48 : « Un seul pays peut s’opposer à toute modification ».

              L’UPR n’a aucune intention de renégocier quoi que ce soit.
              L’UPR veut SORTIR définitivement de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN
              L’UPR est CONTRE la construction européenne et CONTRE toutes les moutures d’autres Union Européenne.
              L’ UPR propose aux Français de retrouver l’indépendance et la souveraineté.

              Et c’est aussi la position du M’PEP et du PRCF.

              Depuis 1979, les Partis politiques nous bassinent avec leurs renégociations.
              Une fois élus, rien ne change.
              Il a dû vous échapper que tous les Traités reprenaient les Traités précédents.
              Alors remballez vos projets « d’ Europe des Nations » et lâchez nous les baskets !


            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 avril 2014 06:30

              taktak,
              Nigel Farage soutient Dupont Aignan et son « Europe des Nations ».
              Ils sont tous les deux POUR le principe de la construction européenne.

              Si l’UPR donne Farage en exemple, c’est que ses interventions au Parlement l’ont fait connaître en Angleterre où il est crédité de 28% de voix.

              Vous seriez bien inspiré de prendre son exemple.

              L’ UPR et le PRCF à 28% des voix chacun, auraient plus de poids que vos prédications pour l’abstention.


            • Tythan 17 avril 2014 09:49

              @ Fifi Brin d’Acier

              On retrouve bien chez vous le dogmatisme d’un certain nombre de militants de l’UPR qui ferment les écoutilles dès qu’ils se trouvent en difficulté.

              Ce n’est pas parce que ce n’est pas prévu par les traités qu’il faut vous retenir d’aller vous soulager. Se retenir, c’est très mauvais pour la santé !

              Bien sûr qu’il faut l’unanimité pour réviser les traités. Mais, compte tenu du poids de la France et des arguments que j’ai invoqué plus haut, la France a toutes ses chances d’obtenir une renégociation des traités.

              Renégociation qui, contrairement à ce que vous dites, n’est pas demandée par les autres partis politiques autres que le FN, DLR et le Front de Gauche.

              Vous dites être contre toutes les moutures d’autres unions européennes. Ok, mais alors vous êtes pour quoi ? Vous refusez toute coopération ?

              Quand je lis que vous croyez pouvoir arriver à faire élire François Asselineau... Mais vous délirez totalement : François Asselineau fera, au mieux, 0,28% et non 28%, exactement comme à Villeneuve sur Lot. Et je dis cela sans aucun mépris, c’est juste la réalité !


            • taktak 17 avril 2014 10:57

              @ Chessous
              Vous êtes aussi partisan que moi, vous pensez que l’UPR ne peut pas rassembler les Français pour sortir de l’UE alors que le PCRF oui, bataille de sourds. Cela prouve une chose, le rassemblement des Français c’est pas pour demain.

              Absolument pas. La réalité des faits, c’est que le PRCF a noué une alliance avec le M’PEP et les gaullistes républicains des Clubs Penser la France. C’est que le PRCF est membre actif du mouvement des Assises du Communisme qui rassemble largement les communistes qui sont pour la sortie de l’UE. C’est que les militants du PRCF prennent part au rassemblement a-partisan à l’appel d’un large collectif de personnalités pour le boycott de l’élection européenne le CNR-RUE
              La réalité c’est que le PRCF combat dans l’unité d’action avec l’ensemble des forces de la vraie gauche combattive l’offensive d’Euro-MEDEF contre les travailleurs de ce pays.
              La réalité c’est que le PRCF a un dialogue critique, franc mais constructif avec le FdG de façon à pouvoir ouvrir le débat sur la sortie de l’UE et de l’Euro

              La réalité c’est que l’UPR a refusé de participé à un rassemblement avec le PRCF, le M’PEP et les CPF pour la sortie de l’UE. La réalité c’est que l’UPR a ensuite refusé de signer l’appel commun de ces trois organisations pour la sortie de l’UE et un nouveau CNR.

              La réalité c’est que l’UPR a fait le choix sectaire de l’isolement, le choix partisan d’une trajectoire personnelle. Le choix de refuser la construction d’un large rassemblement

              Donc, oui avec l’UPR le rassemblement ce n’est pas pour demain.

              Pour sa part, le PRCF y prend part à ce rassemblement, sans effacer ou renier ses convictions et avec tolérance pour les autres. Le PRCF ne dit pas que le rassemblement c’est lui. Il agit, et ses militants sont ainsi dans l’action, sur le terrain avec des militants du M’PEP, des CPF, des camarades des Assises et au-dela.
              Ce rassemblement il existe donc bel et bien, et il dépasse largement le PRCF, il mobilise déjà plusieurs milliers de personnes. Et il ne demande qu’à grandir demain.

              Je rajouterai que la souveraineté populaire c’est la démocratie. Donc le vote. Donc si on veut sortir de l’UE on vote pour un candidat qui le souhaite et qui représente nos idées, si on ne vote pas, on ne s’exprime pas. 

              Cher Chessou, cela est un très beau syllogisme, mais un encore plus beau sophisme.
              Qu’il y ai possibilité de voter n’est pas une condition suffisante de la démocratie. Il faut aussi, par exemple que le représentant élu ai un pouvoir et puisse exprimer par le mandat reçu la souveraineté populaire. Ce n’est absolument pas le cas de l’élection européenne. Je suis assez effaré que - pour participé à l’élection européenne dans un but stratégique tout à fait légitime même si je le crois erroné - vous en veniez à l’UPR à niez l’évidence que l’UE est une dictature.
              Par ailleurs, je crois que l’analyse des chiffres de l’abstention en France tort totalement le coup de votre phrase peremptoire « l’abstention n’est pas une expression ». Bien sûr que si !

              Chacun fera son choix, le votre par l’abstention ou celui de l’UPR par l’expression aux urnes. Mais vu l’impact de l’abstention à 60% des dernières élections, le mien est tout trouvé.

              Chacun fera son choix, et au fond, pourquoi les opposer ? il y a là deux stratégies, deux portes ouvertes pour montrer notre volonté de sortir de l’UE. Deux campagnes qui ne s’adresseront sans doute pas aux mêmes électeurs.

              Force est de constater qu’il sera très difficile de mobiliser des électeurs qui comme moi font le constat que cette élection est une pièce de théatre et que ce n’est pas en votant aux européennes que l’on changera quelque chose. Au contraire, avec l’électrochoc d’une vague d’abstention citoyenne, oui il est possible de reveiller le peuple français, de lui faire prendre conscience qu’il doit réclamer son du, la souveraineté populaire, et sortir de l’UE et de l’Euro.

              Pour sa part, le PRCF et bien au delà le CNR-RUE fait le choix de s’adresser à cette large majorité qui fait le choix politique civique et citoyen de refuser de voter et de prendre part à cette farce pour leur dire : rejoignez nous dans une campagne publique, de terrain pour faire entendre votre voix !


            • chessou 17 avril 2014 15:05

              Bonjour taktak et merci pour votre réponse.

              "La réalité c’est que l’UPR a refusé de participé à un rassemblement avec le PRCF, le M’PEP et les CPF pour la sortie de l’UE. La réalité c’est que l’UPR a ensuite refusé de signer l’appel commun de ces trois organisations pour la sortie de l’UE et un nouveau CNR."

              Si tel est le cas, alors on est repartit pour un tour. Même en tant qu’adhérent je me moque bien de qui est le gentil et le méchant. La division règne, bien entendu et c’est comme à chaque fois, la faute de l’autre. En tant que citoyen, j’en ai vraiment marre de ces divisions. smiley

              "Cher Chessou, cela est un très beau syllogisme, mais un encore plus beau sophisme.
              Qu’il y ai possibilité de voter n’est pas une condition suffisante de la démocratie. Il faut aussi, par exemple que le représentant élu ai un pouvoir et puisse exprimer par le mandat reçu la souveraineté populaire. Ce n’est absolument pas le cas de l’élection européenne. Je suis assez effaré que - pour participé à l’élection européenne dans un but stratégique tout à fait légitime même si je le crois erroné - vous en veniez à l’UPR à niez l’évidence que l’UE est une dictature.
              Par ailleurs, je crois que l’analyse des chiffres de l’abstention en France tort totalement le coup de votre phrase peremptoire « l’abstention n’est pas une expression ». Bien sûr que si !"

              Bien entendu voter n’est pas une condition suffisante, je vous rejoins. Et dans une société différente, l’abstention aurait pu avoir une signification. Mais il faut rester pragmatique, je me répète, l’abstention était de 60 % en 2009, c’est énorme ! Résultat des courses ? Le néant. Pire l’UE n’a jamais été aussi invasive. Percée de mouvements proposant la sortie de l’UE en 2012 ? Néant. Vous y voyez un sophisme moi j’y vois un raisonnement pragmatique. La société telle qu’elle est aujourd’hui ne reconnaît comme expression du peuple que le vote. Vous pouvez soutenir que non, in fine, c’est ce qui ce passe. L’abstention semble l’option la plus cohérente, la plus intègre, mais elle se heurte aux mélanges des causes ce qui annule son effet, plus la non reconnaissance par les institutions, plus l’omerta médiatique. L’abstention est une expression, mais elle n’est pas reconnue par la société comme tel, c’est ce que je voulais dire avec ma phrase « péremptoire » smiley. Si je ne vous convainc pas regardez les résultats des municipales, l’abstention a battu un record, quelle en a été la conclusion ? Avec quoi les médias nous ont bassiné du matin au soir ? Le FN. Et aux élections européennes ça ne va pas louper. Le grand rassemblement, la voix que vous voulez faire entendre sera celle du FN, contre votre gré. On en reparle le 25 smiley.

              "Chacun fera son choix, et au fond, pourquoi les opposer ? il y a là deux stratégies, deux portes ouvertes pour montrer notre volonté de sortir de l’UE. Deux campagnes qui ne s’adresseront sans doute pas aux mêmes électeurs. Force est de constater qu’il sera très difficile de mobiliser des électeurs qui comme moi font le constat que cette élection est une pièce de théatre et que ce n’est pas en votant aux européennes que l’on changera quelque chose. Au contraire, avec l’électrochoc d’une vague d’abstention citoyenne, oui il est possible de reveiller le peuple français, de lui faire prendre conscience qu’il doit réclamer son du, la souveraineté populaire, et sortir de l’UE et de l’Euro."

              Je vous rejoins sur un point, les deux stratégies ne me semblent pas non plus complètement opposées. Ma compagne ne s’intéressant pas au parti que je soutient je lui ai d’ailleurs conseillé de s’abstenir. Mais on ne peut le nier, c’est une division malvenue, quelle qu’en soit la source, qui nous rend tous impuissants. Et je me répète encore et encore, il n’y a pas eu d’électrochoc en 2009, il n’y en aura pas en 2014. En revanche si un parti proposant la sortie de l’UE (peut importe lequel d’ailleurs), soutenu par tous, faisait un score significatif aux élections européennes, là pour le coup c’était un électrochoc. Le message serait alors absolument indiscutable. Mais bon c’est loupé, notre combat va se noyer et dans l’abstention, et dans les résultats inférieurs à 1% aux urnes. Finalement, c’est encore le FN qui va récolter les fruits. Merveilleux.


            • taktak 17 avril 2014 15:45

               La division règne, bien entendu et c’est comme à chaque fois, la faute de l’autre. En tant que citoyen, j’en ai vraiment marre de ces divisions. 

              => Moi aussi j’en ai marre de la division. Et c’est pourquoi je suis pleinement satisfait de l’action du PRCF qui partout et tout le temps - quand c’est possible bien sûr - recherche le rassemblement et l’unité d’action. Je vous en ai donné plusieurs exemple.
              A l’inverse, c’est aussi très factuel, l’UPR a une démarche que je trouve sectaire, et qui dans les faits refuse le rassemblement... j’espère que vous, les militants de l’UPR vous saurez en sortir dans l’intérêt de notre peuple.

              Bien entendu voter n’est pas une condition suffisante, je vous rejoins. Et dans une société différente, l’abstention aurait pu avoir une signification. Mais il faut rester pragmatique, je me répète, l’abstention était de 60 % en 2009, c’est énorme ! Résultat des courses ? Le néant. Pire l’UE n’a jamais été aussi invasive. Percée de mouvements proposant la sortie de l’UE en 2012 ? Néant.

              => dans un contexte de censure médiatique totale, et alors que les apparatchiks eurolatres qui se sont emparés des directions syndicales et de la direction des partis de la vrai gauche, oui la situation est difficile. Mais les choses commencent à bouger. Et il y a urgence à se rassembler en un front antifasciste populaire patriotique et progressiste pour la sortie de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN. En un nouveau CNR.

              La société telle qu’elle est aujourd’hui ne reconnaît comme expression du peuple que le vote. Vous pouvez soutenir que non, in fine, c’est ce qui ce passe.

              => je crois qu’il faut distinguer « la société » d’une part qui elle a recours massivement à l’abstention pour dire NON à l’UE, et le système médiatique qui n’est qu’une des armes du systéme capitaliste. Si vous attendez autres choses des chiens de gardes médiatiques vous allez vers de graves désillusions....

              L’abstention semble l’option la plus cohérente, la plus intègre, mais elle se heurte aux mélanges des causes ce qui annule son effet, plus la non reconnaissance par les institutions, plus l’omerta médiatique. L’abstention est une expression, mais elle n’est pas reconnue par la société comme tel, c’est ce que je voulais dire avec ma phrase « péremptoire » .

              Très heureux de voir qu’au moins en théorie vous êtes d’accord avec moi au sujet de l’abstention. En terme de stratégie pratique, nous avons un désaccord, mais au moins nous sommes d’accord sur le diagnostic. C’est déjà cela ;

              => c’est justement le but de cet article que de battre en brèche le discours médiatique dominant qui est mensonger. J’aurais espéré que les eurocritiques tels que vous sache s’en emparer pour faire un peu de ré-information. Mais visiblement, il est plus prioritaires pour certains à l’UPR (je ne parle pas pour vous Chessou) de mettre en avant ce qui divise que ce qui rassemble, de discutailler contre le PRCF plutôt que de préparer tout de suite et maintenant la résistance à la nouvelle offensive d’EURO MEDEF conduite par le valet Valls....

              Si je ne vous convainc pas regardez les résultats des municipales, l’abstention a battu un record, quelle en a été la conclusion ? Avec quoi les médias nous ont bassiné du matin au soir ? Le FN. Et aux élections européennes ça ne va pas louper. Le grand rassemblement, la voix que vous voulez faire entendre sera celle du FN, contre votre gré. On en reparle le 25 .

              => Si vous voulez me faire dire que le discours médiatique du 25 mai est déjà écrit, mais vous ne m’aprenez rien. Et puis entre nous, en plus ils auront à commenter les résultats de la présidentielles Ukrainienne alors....
              Par contre je vais vous faire une confidence, les quelques % que l’UPR (vous voyez je suis très optimiste pour vous) aura obtenu ils sauront s’en souvenir après vous avoir censuré pendant toute la campagne pour dire : vous voyez les français pouvaient voter démocratiquement pour la sortie de l’UE et de l’euro. Et bien ils ne l’ont pas fait... Cette élection est un piège sournois et sordide. C’est bien pourcela que le boycott est la voie la plus pragmatique : en explosant les records d’abstention, on démontre que l’UE est illégitime.

              Qui plus est, le boycott permet de dénoncer l’escroquerie politique qu’est le FN. De mettre en évidence le fait que c’est un parti du système, une PME familiale qui va se remplir les poches à Bruxelles tout en tenant un discours aux accents eucritique histoire de séduire le peuple, discours qui est bourrés dans les cranes par BFN TV et compagnie. Si vous allez sur le site du PRCF, vous trouverez un article démontrant que non l’abstention ce n’est pas faire le jeu du FN.

              Je vous rejoins sur un point, les deux stratégies ne me semblent pas non plus complètement opposées. Ma compagne ne s’intéressant pas au parti que je soutient je lui ai d’ailleurs conseillé de s’abstenir. Mais on ne peut le nier, c’est une division malvenue, quelle qu’en soit la source, qui nous rend tous impuissants.
              => il est tout de même important d’identifier la cause, qui est la stratégie personnelle de l’UPR... cela peut être utile pour progresser à l’avenir. Demandez donc aux instances de votre mouvement pourquoi elles ont refusé de participer à la rédaction d’un appel commun pour la sortie de l’UE et de l’Euro ?

              Et je me répète encore et encore, il n’y a pas eu d’électrochoc en 2009, il n’y en aura pas en 2014. En revanche si un parti proposant la sortie de l’UE (peut importe lequel d’ailleurs), soutenu par tous, faisait un score significatif aux élections européennes, là pour le coup c’était un électrochoc.
              =>> comme je l’ai démontré, les Français ne sont plus dupes de cette farce électorale. Il ne se déplaceront pas. Encore moins pour un parti qui y va seul, en expliquant qu’il s’agit pour lui de se faire connaitre et de préparer les élections de 2017.... C’est là où je trouve la stratégie de FA suicidaire.
              Si encore c’était un rassemblement large, unitaire, de masse, mais ce n’est pas les quelques centaines de militants actifs de l’UPR qui vont créé cet électrochoc dans les conditions de censure médiatique actuelle.

              Le message serait alors absolument indiscutable. Mais bon c’est loupé, notre combat va se noyer et dans l’abstention, et dans les résultats inférieurs à 1% aux urnes.

              => c’est bien pourquoi le PRCF propose de rassembler un front du peuple, un front populaire. C’est unis que l’on va briser l’étau que resserre l’oligarchie sur les travailleurs de France, l’étau de l’UE et l’euro du capital et de la fascisation


            • chessou 17 avril 2014 16:53

              @taktak

              Bon je pense qu’on a largement exprimé nos points de vue. Je terminerais sur ce passage :

              "les quelques % que l’UPR (vous voyez je suis très optimiste pour vous) aura obtenu ils sauront s’en souvenir après vous avoir censuré pendant toute la campagne pour dire : vous voyez les français pouvaient voter démocratiquement pour la sortie de l’UE et de l’euro. Et bien ils ne l’ont pas fait... Cette élection est un piège sournois et sordide. C’est bien pourcela que le boycott est la voie la plus pragmatique : en explosant les records d’abstention, on démontre que l’UE est illégitime."

              Argument pertinent. On pourra tirer les conclusions en 2017. Si l’UPR réussi une percée médiatique grâce à son score même faible aux élections européennes, ce sera tout bonus pour attaquer les présidentielles et la stratégie se révélera plus efficace que le brouillon abstentionniste. Si la percée médiatique n’a pas lieu, ce sera le coup d’épée dans l’eau, la déroute et dans ce cas, FA sera obligé de revoir sa copie et de donner plus d’ouverture au mouvement.
              J’ai le sentiment tout de même que les Britanniques en collant Farage dans le bousin ont marqué le coup et ont une longueur d’avance, je ne serais pas étonné qu’ils soient les premiers à quitter l’UE en 2017... smiley


            • taktak 17 avril 2014 16:58

              j’espère que l’UPR réagira avant 2017... car il y a urgence.
              Quant au RU, je ne suis pas sûr que l’oligarchie capitaliste britanique, et notamment la city ne soit jamais pleinement rentrée dans l’UE, contrairement à l’oligarchie capitaliste française qui on le sait n’a pas toujours des difficultés à s’entendre avec son homologue allemande. Ce qui explique cela.


            • chessou 17 avril 2014 17:03

              ...je voulais dire « avant 2017 » à la fin de mon précédent message ! smiley


            • chessou 17 avril 2014 17:10

              Je ne voulais pas mais je relance un peu :

              « j’espère que l’UPR réagira avant 2017... car il y a urgence. »

              Je ne comprends pas très bien le sens de cette phrase, vous voulez dire avant les européennes ? ou vous soutenez que l’on pourra sortir de l’UE d’une quelconque façon avant les présidentielles ?


            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 18 avril 2014 06:41

              DLR propose la sortie de l’euro, mais pas de l’ UE, encore moins de l’ OTAN.
              Cela ne coûte pas cher à DLR de proposer la sortie de l’euro, il n’y a aucun article dans les Traités pour en sortir.
              Il faut sortir de l’UE pour sortir de l’euro.

              Demander un truc qui n’est pas possible montre surtout que vous n’avez pas lu les Traités.


            • Rensk Rensk 16 avril 2014 19:11

              Sacrée causette...

              Quelques trucs de vrai ont été dites comme par exemple : c’est fou combien de fric il faut pour être « candidat » (Sarkozy n’est-il pas allé le chercher en Libye pour après coup « effacer » les preuves ?)...
              Si on regarde bien les professions des « élus »... avez vous remarqué la proportion d’avocats ? Une profession minoritaire est surreprésentée dans nos parlements de « représentants du peuple »...

              Le vote « blanc » est très dangereux car un scrutateur peu y marquer ce qu’il veux... si vous marquez « blanc » sur le bulletin cela devient un vote « nul » (sans prendre en compte ce que vous y avez noté... style j’élis : Poutine)

              Je n’élis plus personne (commune, canton, État) car ils promettent et ne tiennent parole... Heureusement que nous pouvons voter des lois, des règlements, réfuter ceux pondu par nos pseudo représentants...


              • Tythan 16 avril 2014 20:55

                Sur Sarkozy, on n’en sait rien. Jusqu’à preuve du contraire, il est présumé innocent et je crois qu’il faut s’en tenir là avant de partir dans des théories plus ou moins fumeuses.

                Oui, il y a beaucoup d’avocats parmi les élus. C’est un peu normal, puisque le métier d’élu, et particulièrement de législateur, exige de solides compétences juridiques. D’autre part, de très nombreux hommes politiques choisissent de faire des études juridiques pour, ensuite, faire de la politique et ne sont en fait avocat que par accident, en quelques sorte. C’est le cas de Nicolas Sarkozy qui n’a jamais exercé par exemple.

                Si l’on regarde en proportion, il y a effectivement beaucoup d’avocats. Mais beaucoup, beaucoup moins que de fonctionnaires ou d’énarques.

                Je peux comprendre le dégoût de la politique du fait des promesses non tenues. Maintenant, il faut aussi ne pas jeter la pierre : de très nombreux élus sont sincères, font tous ce qui est en leur pouvoir pour réaliser leurs promesses et se battent au service de l’intérêt général. Tous ne sont pas pourris, c’est évident !


              • Rensk Rensk 16 avril 2014 21:14

                Je constate que vous ne vivez que dans une demi-démocratie (la notre l’est déjà alors qu’on parle de « démocratie directe »)...

                Il n’y a aucune preuve contre Bush alors qu’il a tué et torturé au vu et su du monde entier... aucune plainte donc innocent !

                Il y a des preuves contre les terroristes en Syrie qui ont utilisé (sur conseil de la CIA) du gaz contre des civils... cela ne plait pas alors ont fait semblant de rien et plus tard on ferme les plaintes ouverte pour « non lieu »...

                A part d’élire d’autres gens... avez-vous déjà fait de la politique pour nous noyer sous votre point de vue ?

                Tiens, dites moi combien il y a d’élus au parlement de l’UE... et combien de lobbyistes y sont « accrédités »... Combien par élu ??? (En Suisse officiellement c’est deux par élus qui sont autorisé d’entrer dans le parlement... tous les autres, non accrédités, se retrouvent au restaurant en face du parlement)...


              • Tythan 16 avril 2014 21:43

                @ Rensk

                Bush n’a pas torturé qui que ce soit en personne, c’est évident. Les interrogatoires illégaux de la CIA ont fait l’objet de procédures judiciaires et doivent normalement cessées. Jusqu’à preuve du contraire, Georges W Bush n’a pas ordonné la torture de qui que ce soit. Si c’était prouvé, il serait condamné, ce qui serait d’ailleurs tout à fait normal.

                Ceci étant dit, vous confondez responsabilité pénale de responsabilité politique. Et sur ce point, il est très clair que celle de Georges W Bush est très lourde et l’histoire lui en fera très certainement payer le prix.

                Sur le reste, je crois qu’il faut se garder d’interprétation hâtive. Il n’y a pas de preuves de ce que vous avancez. Il semble effectivement que et les insurgés et le régime syriens, aient utilisés des gaz contre des civils, et qu’ils s’en accusent mutuellement de la responsabilité. Mais impliquer la CIA dans cela, c’est n’importe quoi et relève du complotisme. Vous n’en savez rien.

                Oui, il y a des lobbyistes qui essayent d’influencer les élus. Et alors ? Vous proposez quoi ? Vous préférez un bon petit dictateur qui décide comme bon lui chante ?


              • Rensk Rensk 16 avril 2014 21:49

                Tiens pour vous... en temps que « politique »...


              • Rensk Rensk 16 avril 2014 22:53

                HS mais politique quand-même... saviez-vous qu’on se bat dans le pays avant même que cette chose soit exportée (puis réimportée par les super-marchés) ?

                - Quel cultivateur ne voudrait pas d’un poivron résistant aux insectes ? Aucun. Mais un brevet accordé pour un tel poivron au groupe agrochimique suisse Syngenta, ça ne passe pas, pas du tout !

                Syngenta, veut obtenir des brevets sur les plantes et sur les récoltes.
                 
                Du côté des opposants, on refuse en particulier les brevets basés sur les méthodes conventionnelles de croisement avec des variétés sauvages. Pour eux, ce sont des découvertes et non de réelles inventions, comme l’est la faculté de résistance du poivron de Syngenta...

                Vos citoyens sont au courant de ce qu’ils bouffent ???


              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 avril 2014 06:39

                Tythan
                En plus de protéger a construction européenne comme une plante rare, vous soutenez les USA, comme il fallait s’y attendre. Dupont Aignan est Young Leader, même s’il s’est fait enlever de la liste, il y a été.

                Ce sont les USA qui ont construit l’UE et l’ euro pour nous coloniser.

                Si vous voulez connaître le rôle de la CIA en France, lisez le livre de Vincent Nouzille : « Des secrets si bien gardés ».

                C’est une analyse des documents déclassifiés de la CIA et de la Maison Blanche, sur leurs interventions incessantes auprès des gouvernements français de 1958 à 1981. Coloniser est le mot qui convient.

                Vous démontrez sans cesse que Debout la République n’est qu’une des officines et Partis leurres chargés de protéger l’impérialisme américain.


              • Tythan 17 avril 2014 09:52

                @ Fifi Brin d’acier

                Quand je vois qu’ailleurs, vous vous permettez de critiquer l’inculture d’autres intervenants alors que vous écrivez des conneries aussi énormes que l’égo d’Asselineau, je me dis vraiment qu’il y a des baffes qui se perdent.

                Les USA auraient construits et colonisés l’UE ? Non mais ce qu’il ne faut pas lire comme conneries ! Et vous me ressortez cette honteuse et débile calomnie des young leader ! Le Pompon !!

                Je crois que je vais arrêter de perdre mon temps avec des abrutis. La CIA ne me paye pas assez cher pour que je me tape de discuter avec de tels crétins !


              • logan 16 avril 2014 20:35

                Salut,

                D’abord on ne peut pas savoir ce que l’abstention exprime, ni en premier lieu, ni en dernier, ni bien souvent, ni le moins souvent, car le principe même de l’abstention est de ne pas s’exprimer.
                Ce que vous pensez sur ce qu’exprime l’abstention ne relève donc que de l’idée qui consiste à s’imaginer que les gens qui se sont abstenus l’ont fait pour les mêmes raisons que vous.

                Ensuite transformer le fait de s’abstenir ( connoté négativement comme vous le rappelez si bien : ex aller à la pèche ) en boycott ( connoté positivement, il s’agit de se battre ) est tout à fait humain, on préfère toujours se voir soi-même et que les autres nous voient aussi de manière positive plutôt que négative.
                Mais il ne suffit pas de changer le mot pour changer le geste et ses conséquences.
                Car si le boycott a une connotation de combat, c’est bien évidemment parce que le fait de boycotter dessert l’adversaire, et fait gagner des points dans le rapport de force.
                Mais s’abstenir lors d’une élection n’empêchera pas le gagnant de l’élection de se déclarer vainqueur et de revendiquer la légitimité d’exercer le pouvoir que cette élection est censée confier.

                Et imaginons le scénario où vous arrivez à une abstention de 99%. Que se passera-t-il ? On ne saura toujours pas ce que veulent les 99% d’abstentionnistes. Il faudra bien à un moment se départager pour savoir quoi faire ( doit ont laisser le PRCF appliquer leurs idées ? doit ont laisser le FN appliquer leurs idées ? ) On en reviendra donc au même point.

                Vous aurez donc beau changer les mots, la réalité sera toujours la même. On ne peut changer les choses que par l’action collective. Vous aurez beau essayer de vous en persuader, vous ne changerez rien en restant chez-vous au chaud derrière votre ordinateur.
                Pour y parvenir, il faut se rassembler sous une bannière et être les plus nombreux possibles, parce que c’est le nombre qui fait la force ( et pour se compter il faut voter ). Et bien évidemment il faut voter et exprimer clairement ses idées quand l’occasion se présente.


                • Tythan 16 avril 2014 20:56

                  Bravo pour ce message qui exprime très clairement ce que beaucoup doivent penser !


                • taktak 17 avril 2014 16:17

                  Alors pour vous répondre Logan, même si j’ai largement répondu dans le fil de commentaire :

                  D’abord on ne peut pas savoir ce que l’abstention exprime, ni en premier lieu, ni en dernier, ni bien souvent, ni le moins souvent, car le principe même de l’abstention est de ne pas s’exprimer.

                  => justement non. L’article démontre de façon arithmétique que ce que vous dites est justement un poncif médiatique..

                  Ce que vous pensez sur ce qu’exprime l’abstention ne relève donc que de l’idée qui consiste à s’imaginer que les gens qui se sont abstenus l’ont fait pour les mêmes raisons que vous.

                  => S’agissant de l’élection européenne, l’analyse de la spécificité des taux d’abstention démontre bien qu’il s’agit d’un rejet de cette élection (que ce soit par rejet de l’UE, utilité de l’élection ou des deux). C’est factuel.

                  Ensuite transformer le fait de s’abstenir ( connoté négativement comme vous le rappelez si bien : ex aller à la pèche ) en boycott ( connoté positivement, il s’agit de se battre ) est tout à fait humain, on préfère toujours se voir soi-même et que les autres nous voient aussi de manière positive plutôt que négative.

                  => connoté par qui ? poser la question c’est y répondre. Il s’agit de culpabiliser les classes populaires pour qu’elles participent et en votant cautionne et légitime la dictature UE.
                  par ailleurs, il ne s’agit pas de communication. Oui le but c’est de faire que les abstentionnistes se rassemble pour faire campagne, pour militer pour changer les choses.

                  Mais il ne suffit pas de changer le mot pour changer le geste et ses conséquences.
                  Car si le boycott a une connotation de combat, c’est bien évidemment parce que le fait de boycotter dessert l’adversaire, et fait gagner des points dans le rapport de force.
                  Mais s’abstenir lors d’une élection n’empêchera pas le gagnant de l’élection de se déclarer vainqueur et de revendiquer la légitimité d’exercer le pouvoir que cette élection est censée confier.

                  => eh bien cela dépend du résultat du taux de participation. A partir d’une abstention différentielle notablement augmentée par rapport aux taux d’abstention sans appel au boycott, oui, on peut se compter : L’article montre que le taux d’abstention usuel en france est de 20 à 30%. On pourra donc compter l’influence du mouvement de boycott le soir du 25 mai

                  Qui plus est, l’appel au boycott étant public manifeste. Déjà relayé dans la presse locale, et nationale (Marianne), par une solide campagne d’affichage, des réunions publiques, et bien celui qui n’est pas d’accord avec la campagne de boycott sait ce qu’il a à faire : aller voter. C’est pas le choix qui manque !

                  Et imaginons le scénario où vous arrivez à une abstention de 99%. Que se passera-t-il ? On ne saura toujours pas ce que veulent les 99% d’abstentionnistes. Il faudra bien à un moment se départager pour savoir quoi faire ( doit ont laisser le PRCF appliquer leurs idées ? doit ont laisser le FN appliquer leurs idées ? ) On en reviendra donc au même point.

                  Je vous donne un exemple : le récent référendum en Crimée. Et bien l’UE a fait campagne pour le boycott. Car si la participation avait été faible le résultat aurait été illégitime et les autorités organisatrices désavouées en auraient été grandement fragilisées. C’est pareil pour les élections européennes.

                  Deuxiémement, s’il y avait 99% d’abstention, eh bien on saurait très clairement que les français refusent de reconnaitre le pouvoir de l’UE. Et donc cela ferait un excellent appui pour en sortir, pour rompre avec l’UE de austérité et de la guerre.

                  Quand à votre pseudo argument du vote utile, j’ai donné un lien vers une réponse fouillée du PRCF. Je vous laisse aller la consulter, et suis à votre disposition pour en discuter.

                  Vous aurez donc beau changer les mots, la réalité sera toujours la même. On ne peut changer les choses que par l’action collective. Vous aurez beau essayer de vous en persuader, vous ne changerez rien en restant chez-vous au chaud derrière votre ordinateur.

                  => Certe. C’est bien pourquoi le PRCF est dans l’action, dans l’action collective avec le CNR-RUE même.
                  En tout cas là, votre interpellation est assez moche. Elle vous honore pas. Les camarades FdG avec qui nous militons souvent dans les luttes savent eux que le PRCF est sur le terrain plus qu’à son tour. Bref, vous devez y être vous bien au chaud. A suivre docilement la tactique de quelques apparatchiks du FdG tel P Laurent président du PGE et accessoirement dirigeant du PCF.

                  Tenez, le saviez vous que le PGE est financé largement par la Commission Européenne. A condition d’être euroconstructif ? miam miam le bon fromage.
                  Le saviez vous que le père du virage euroconstructif du PCF, P Herzog est aujourd’hui conseillé de Barnier (UMP) à la commission européenne ?
                  Quittez un peu vos oeillère que diable !

                  Pour y parvenir, il faut se rassembler sous une bannière et être les plus nombreux possibles, parce que c’est le nombre qui fait la force ( et pour se compter il faut voter ). Et bien évidemment il faut voter et exprimer clairement ses idées quand l’occasion se présente.

                  => se rassembler ne suffit pas, il faut aussi proposer une ligne juste et crédible. Sans cela d’ailleurs point de vrai rassemblement. Posez vous donc la question de savoir pourquoi le FN avec bien moins de militant que le FdG risque d’écraser le FdG à ces élections ?
                  eh bien tout simplement parceque les ouvriers, par exemple ceux de la SEITA, ils ont envis de vous foutre leur poing dans la gueule quand vous leurs dites que vous avez un très joli programme, 100% inapplicable en restant dans l’UE et dans l’Euro, mais que vous croyez en la réforme de L’UE et que vous resterez coute que coute dans l’UE et dans l’Euro car « l’euro nous protège, et que c’est notre monnaie et notre europe ». Pendant ce temps, les usines sont délocalisés, les acquis sociaux et les salaires laminés sous les offensives de l’UE. Bravo.
                  A une écrasante majorité les ouvriers et employés sont pour la sortie de l’UE et de l’Euro ! ca c’est l’expérience pratique, la réalité concrète.

                  Pour ce compter, et bien nous nous compterons le soir du 25 mai, nous les abstentionnistes citoyens ....


                • passtavie passtavie 16 avril 2014 20:39

                  TakTak : une question :
                  On a bien compris que votre argument c’est : en votant on légitime le bidule... Mais si on ne vote pas, on laisse un certain nombre de partis pros européens majoritaire. Croyez vous honnêtement que s’il n’y a plus que 20% de votants ils vont détricoter l’Europe ?

                  Pour moi c’est une question de stratégie, empêcher l’Europe d’avancer en y mettant un cheval de Troie en espérant que lors des prochaines présidentielles une majorité de personnes aient pris conscience du problème et élisent les bonnes personnes (si toutefois elles passent les 500 signatures). En plus, il va falloir en priorité bloquer le traité transatlantique. Et ce n’est pas nos élus nationaux qui vont le faire et même les manifestations risquent d’être un peu légères. Il faut protéger nos droits sur les semences... Si nous sommes dépendants de l’argent et des semences privatisés alors il n’y a plus d’espoir.


                  • Le printemps arrive Le printemps arrive 16 avril 2014 21:39

                    @passtavie :

                    le meilleur moyen de protéger les semences de la prédation des semenciers est de faire les siennes dans son jardin (beaucoup en ont un) et de donner le surplus à ceux qui sont intéressés.

                    La terre permet l’abondance, pas besoin de représentants pour faire quelque-chose !

                    Pour changer le système, il n’y a rien à attendre de représentants quelque-soit leur étiquette, il faut changer ses propres comportements.

                    A propos de l’article : que l’on vote ou pas, il feront ce qu’ils veulent, on ne peut savoir à l’avance si c’est bien ou pas et l’analyse qui en sera faite sera tronquée pour s’adapter à leurs théories.

                    Vivre le moment présent sans se faire du mouron pour plus tard, c’est le mieux que l’on puisse faire...


                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 avril 2014 06:40

                    Le printemps arrive ou l’anti Résistance.


                  • scylax 16 avril 2014 22:51

                    Je trouve étrange qu’un marxiste léniniste face l’apologie des élections libres etdémocratiques.


                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 avril 2014 06:16

                      scylax
                      C’est votre inculture qui est étonnante.
                      Le PCF a toujours présenté des candidats dans toutes les élections, même pour des institutions qu’il qualifiait de bourgeoises, et qu’il n’approuvait pas.

                      Je parle du PCF d’avant Mitterrand, qui avait une analyse claire du rôle nocif des USA dans la construction européenne. Depuis le PC est devenu europathe.

                      «  L’analyse du PCF de l’ Europe jusqu’aux années 80 » par Asselineau.


                      • logan 17 avril 2014 10:35

                        Fifi vous feriez mieux de penser par vous même plutôt que de boire les paroles ( et les mensonges ) d’Asselineau.
                        Et si vous voulez savoir ce que pense quelqu’un, allez directement vous renseigner à la source, plutôt que de vous contenter de ce qu’en disent ses adversaires politiques.
                        Vous ne pouvez pas avec sérieux prendre le PCF pour référence à une période parce que cela vous arrange, et puis ensuite traiter le PCF comme des idiots à une autre période parce qu’ils ont évolué et qu’ils ne partagent plus vos convictions.
                        Revenez sur le fond de ce qui est dit plutôt que de vous baser sur de tels effets de manche.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès