• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La super-classe mondiale contre les peuples

La super-classe mondiale contre les peuples

Michel Geoffroy est un énarque identitaire ; c’est singulier de nos jours.
Avec une précision d’entomologiste il épingle, dans son dernier ouvrage « La superclasse mondiale contre les peuples », la « Davoscratie » qui prospère sur le chaos mondial.

Il dévoile la sociologie de cette « classe transnationale de riches », en expose l’idéologie et le projet de domination absolue du pouvoir de l’argent.

Puis il démontre que l’asservissement des peuples sédentaires au néocapitalisme nomade et la fiction délétère d’une gouvernance sans Etat touchent à leur fin.

La superclasse mondiale 

La superclasse mondiale a son épicentre situé aux Etats-Unis, terre d’élection du dollar et de la création de capital fictif ; elle peut être représentée par une série de cercles concentriques.

Le premier cercle c’est l’élite économique et financière mondiale : « responsables des institutions financières et des banques centrales, dirigeants des grandes entreprises mondiales, grands opérateurs financiers… ». Cette élite ne s’expose pas elle-même et « ne croise jamais le regard de ses victimes » ; elle juge plus économique - et plus prudent - de « pousser dans l’arène ses créatures », mercenaires et idiots utiles des autres cercles.

Le second cercle est celui des médias et de la culture, propriétés du premier cercle.
Des éditorialistes surpayés et une masse de journalistes précaires y relaient les préoccupations et les passions des seules puissances d’argent.

Le troisième cercle est celui des ONG : instrument de contournement de la souveraineté des Etats sous des prétextes humanitaires ou écologiques, elles permettent de « dépasser l’autodétermination nationale ».

Le quatrième cercle enfin, celui de « la trahison des élites publiques », s’abrite derrière le prétexte de l’adaptation à la mondialisation pour trahir le peuple en toute bonne conscience.

Cette élite transnationale se fréquente, parcourt le monde, parle la même langue (l’anglais) et finit par « partager plus de dénominateurs communs qu’elle n’en a avec ses concitoyens respectifs ».

Idéologie libérale/libertaire

En libérant la création de capital fictif, le libéralisme est à la source de l’enrichissement phénoménal du premier cercle.

Mais la domination absolue du pouvoir de l’argent passe par la « destitution des grands signifiants symboliques » : morale, religion, patrie, tradition, etc… La révolution des mœurs a servi de « brise-glace d’un néo capitalisme » visant à la marchandisation du monde et de l’homme lui-même. Le chaos migratoire finit de disloquer l’homogénéité et l’identité des Etats-nations.

Finalement, si la richesse est déterritorialisée, la pauvreté, elle, se « nationalise » et les populations sédentaires supportent seules les coûts de la mondialisation.

Post-démocratie

Les gouvernements inaugurent les chrysanthèmes mais le chaos migratoire fait soudainement prendre conscience que l’Etat se dresse désormais contre le peuple.
Le marché, l’idéologie des droits de l’homme et le contrôle de l’information (loi anti-fake news) mettront donc la démocratie politique au rencart. La volonté générale sera neutralisée par l’extension sans fin des droits de minorités (ethniques et sexuelles) ouvertement instrumentalisées.

La post-démocratie coïncidera avec l’avènement de « l’Etat de droit » : « En post démocratie […] le juge décide de ce qui est historiquement correct, de ce qui est dicible, de ce dont on a le droit de rire… ».

Que faire ?

Emportée par son hybris, la superclasse mondiale veut instaurer un gouvernement mondial qui, prévient Geoffroy, sera totalitaire « par essence et par nécessité ».

Mais l’utopie mondialiste est de plus en plus déconnectée des réalités d’un monde multipolaire.

Même si la haine qu’ils suscitent partout est soigneusement occultée par les médias occidentaux, les indépassables « valeurs » du « modèle » libéral/libertaire sont universellement rejetées.

Les classes moyennes occidentales paupérisées se lèvent en défiance d’une mondialisation qu’on leur promettait heureuse.

Sur les décombres d’un cycle libertaire effondré, Michel Geoffroy plaide pour un « destin européen et continental » et suggère un retour au projet européen initial (avant l’entrée du Royaume-Uni).

L’Europe puissance pourquoi pas ? L’heure est venue de dépasser le pessimisme de l’intelligence par l’optimisme de la volonté.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Arogavox 22 août 16:32

    C’est pas un scoop : alors que l’Internationale des ’prolétaires’ a été partout un parfait fiasco, l’Internationale des riches (https://www.monde-diplomatique.fr/mav/99/) ,elle, a parfaitement réussi.


     Mondialisation !
     Là où il n’y a plus de frontières, le riche est partout maître chez lui, et le pauvre n’a plus aucun refuge.

    • Chourave Dr Faustroll 22 août 16:45

      @Arogavox

      Pour y avoir pas mal réfléchi, j’ai fini par conclure que l’infiltration des organisations syndicales et politiques par des agents bien formés, la corruption et la manipulation des leaders de ces organisations et la naïveté d’une base qui n’a demandé qu’à croire aux lendemains qui chantent ne sont pas pour rien dans tout ça ! Ajoutez une pincée d’arrivisme personnel, et vous obtenez le portrait du président du parti de la gauche européenne entre 2010 et 2016.

    • Arogavox 22 août 17:48

      @Dr Faustroll
       Votre formulation :« infiltration des organisations syndicales et politiques par des agents bien formés, la corruption et la manipulation des leaders de ces organisations  »

       vont être cataloguée dans « théorie du complot ».
        
        Alors qu’il existe plus simple, en amont de tout, pour résumer en un seul mot, encore autorisé, la source du blème : larbinisme !

    • baldis30 23 août 08:14

      @Dr Faustroll
      bonjour,

      il parait même que rocard et hollande étaient socialistes ...


    • Furax Furax 23 août 11:35
      @Arogavox
      Votez populiste et seulement  POPULISTE ! De gauche ou de droite on s’en fout !
      C’est le peuple contre les BANKULES !

    • sirocco sirocco 27 août 00:00

      @Arogavox

      « la corruption et la manipulation des leaders de ces organisations [syndicales] »

      Cette formule de Dr Faustroll me semble tout à fait pertinente pour expliquer le fiasco du syndicalisme en France. L’attitude de la CFDT est caractéristique sur ce plan : ses représentants commencent par hurler avec les loups mais très vite ils adoptent les propositions du patronat dans lesquelles ils découvrent une prétendue »avancée". Le gouvernement n’a plus qu’à pavoiser en invoquant une profonde division du front syndical. Rappelez-vous : ce cirque a commencé avec Nicole Notat...


    • Chourave Dr Faustroll 22 août 16:38

      Merci pour cet article.

      On reste sur sa faim, mais ça donne envie de lire le livre dont vous ne citez pas la référence


      • Xenozoid Xenozoid 22 août 16:45

        a bas le cumule de la propriété,,,et je suis sympa...ok je sors


        • Jean Keim Jean Keim 22 août 18:34

          Le plus grand mystère dans cette lutte est le rapport des forces en présence, une poignée d’individus face à une multitude, la poignée des riches ou plus exactement des puissants n’a aucune chance de survie sans la multitude qui leur assure des conditions de vie agréable, si la multitude dans un même élan décide de tout arrêter, la lutte est finie, seulement à chaque révolution, il y a toujours une nouvelle poignée qui revendique à son tour le pouvoir, est-ce sans issue ?

          Et pourtant chaque personne qui lira mon commentaire sera d’accord avec son contenu, c’est finalement sidérant, le jour où la multitude comprendra que la force des puissants réside dans la peur qu’elle entretien, alors s’en sera fini de leur hégémonie, seulement ce jour est encore à venir tant la multitude est divisée par ses égoïsmes.
          L’être humain ne naît pas égoïste, il le devient sous la pression des forces extérieures, toute l’éducation dispensée aux enfants la favorise, notamment la compétition dans les rapports avec autrui, les pseudos gagnants ne sont pas nombreux et névrosés, les perdants sont légion et tout autant malades, finalement il n’y a que des perdants.

          • Jean Keim Jean Keim 22 août 20:52

            @Jean Keim
            Une étoile... Bon ben il y a au moins une personne qui n’est pas d’accord, ce monde doit lui convenir.


          • Arogavox 22 août 21:45

            @Jean Keim
            L’élucidation de ce ’plus grand mystère’ passe certainement par deux ou trois phénomènes essentiels qui, pourtant, ne font plus mystère depuis belle lurette :

            - le phénomène de la ’servitude volontaire’, fort bien explicité, de façon détaillée par La Boétie
            - le phénomène du larbinisme, associé à un penchant naturel pour le moindre effort, qui faisait dire au logicien Bertrand Russell que : 
              « Les gens préféreraient mourir que de réfléchir ; c’est d’ailleurs ce qu’ils font » !
              ( Nota Bene : en n’oubliant pas que les neurones consomment plus d’énergie que les muscles)
             Etonnant de constater à tout instant avec quel brio les gens réussissent parfaitement à ne pas se faire de ’noeuds au cerveau’ et à ne pas comprendre ce qu’ils veulent ne pas comprendre ! 
            - la phobie de se voir reléguer dans la catégorie la plus rejetée ; phobie associée à l’illusion d’être du bon côté, d’avoir ses ’chances’ parmi les ’gagnants’, dès qu’on se persuade de ne pas ’appartenir’ à cette ’sous-caste’ des parias.
              ’Se croire un personnage est fort commun en France’ disait La Fontaine (dans ’Le rat et l’éléphant’)

          • BA 22 août 18:34
            A propos des bisounours qui veulent unifier tout un continent :

            Au XXIe siècle, les peuples barbares vont envahir l’Union Européenne, qui est déjà en pleine décadence. Les peuples barbares vont complètement disloquer l’Union Européenne.


            Au Ve siècle, les peuples barbares ont envahi l’Empire romain, qui était déjà en pleine décadence. Les peuples barbares ont complètement disloqué l’Empire romain.


            Ils ont créé des nouveaux royaumes barbares :


            En vert, au nord-ouest de l’Espagne, le Royaume des Suèves.

            En gris clair, le Royaume des Wisigoths.

            En rose foncé, le Royaume des Burgondes.

            En vert clair, le Royaume d’Odoacre.

            En bleu, le Royaume des Ostrogoths.

            En marron, le Royaume des Gépides.

            En gris foncé, le Royaume des Ruges.

            En orange, le Royaume des Alamans.

            En violet, le Royaume des Francs.

            Etc.


            https://fr.wikipedia.org/wiki/Royaumes_barbares#/media/File:Europe_and_the_Near_East_at_476_AD.png


            • Chourave Dr Faustroll 22 août 20:34

              @BA

              disloqué ?
              c’est quoi le Saint Empire Romain Germanique ?
              La suite de l’empire romain, c’est l’église catholique, avec ses évêques, ses diocèses, son droit, un découpage administratif et une réglementation mise en place par les romains et perpétués par l’église. 

              ce qu’on appelle « décadence » concerne la période à laquelle Rome ne pouvait plus payer les chefs de guerre mercenaires quelle employait pour assurer sa domination. ls sont venus se payer eux-mêmes, et les historiens italiens les ont appelés « barbares » parce qu’ils crevaient de trouille devant eux et refusaient de reconnaître leur responsabilité dans ces événements. Mais ces chefs de guerre sont devenus de nouveaux préfets sous le contrôle de leurs évêques (comme st Eloi, etc), des roitelets manipulés depuis le Vatican, et ce n est pas terminé

              plutot que de parler de haut moyen age, on devrait parler d’antiquité tardive

            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 22 août 20:48

              @Dr Faustroll

              Antiquité tardive...Le Goff pensait aussi cela...disont du IIIe siècle au Ve siècle.


            • Chourave Dr Faustroll 22 août 21:07

              @Aita Pea Pea

              L’Antiquité tardive commence avec l’avènement de Dioclétien1 (284-305), lorsque l’Empire romain, tout en gardant son unité, est dirigé par quatre empereurs (« Tétrarchie ») afin de mieux pouvoir faire face aux menaces de dispersion.Au début du ve siècle, les soulèvements des mercenaires germains qui réclamaient leur dû entraînent la création d’éphémères royaumes barbares, mais les anciennes structures économiques et sociales subsistent jusqu’à la scission avec l’empire bizantin en en 723, ce qui fera rentrer la partie occidentale du vieil empire dans la période médiévale.


            • cyborg 22 août 21:39

              L’ancienne chef de « Die Linke » lance un parti national bolchevique... ( nazi de gauche smiley )
               
              Les gocho-collabos de l’oligarchie, les bonnimenteurs-bonniches à Soros comme la bite à beurettes, qui ont signé leur traité de Versailles (de Davos plutôt), sont démasqués avec leurs « chances » ...
               
              https://francais.rt.com/international/53418-melenchon-allemande-va-lancer-mouvement-gauche-anti-immigration-sahra-wagenknecht
              https://fr.sputniknews.com/international/201808221037774702-partie-gauche-allemagne-aufstehen-immigration/
               
              Les identitaires devraient plutôt réfléchir à la contre-idéologie au libéral-libertaire plutôt que d’enfoncer des portes ouvertes et ressasser le Passé. Elle s’appelle la mort de la Mort dans l’Espace Vital.



              • cyborg 23 août 14:27

                @leypanou
                 
                Comme disait Himmler, l’Islam est une excellente religion pour un SS (division Waffen SS Handschar)
                 
                Comme disait Adolf, pourquoi les arabes n’ont pas gagné à Poitiers, les germains seraient musulmans et pas des mollassons chrétiens...
                 
                Petit coran en or donné aux SS musulmans (écouter Degrelle sur les SS musulmans)
                 
                 
                Un gaucho c’est toujours ignare et confus, musulman est une religion, pas une race... ignare par pléonasme...
                 smiley


              • Zolko Zolko 23 août 22:09

                @cyborg : vous êtes mal renseignée : Sarah Wagenknecht est une souverainiste de gauche. Elle reprend l’idée que l’immigration massive se fait contre les travailleurs et pour les patrons capitalistes, et contrairement à Die Linke – qui prône le droit à l’immigration de tous – elle s’oppose donc à la politique d’Angela Merkel. Elle est donc totalement anti-Soros


              • zygzornifle zygzornifle 23 août 08:18

                C’est pas le tout de blablater mais il y a des migrants a accueillir .....


                • bébert 23 août 09:33

                  Pas besoin d’analyse politique , pour s’apercevoir que l’Occident est en train de perdre sa suprématie économique et technologique , justement à cause des mondialistes occidentaux , qui croyaient être le centre du monde. La financiarisation à outrance a démantelé notre force de productivité , et d’autres se sont empressés de la reprendre avec nos savoir faire . Le monde financier reposant sur du vent , va s’écrouler de lui même , ce n’est qu’une question de temps. Croire qu’avec seulement une monnaie d’échange on allait dominer le monde , seul un banquier le plus intelligent du monde pouvait s’en persuader. Les richesses sont physiques et non dans un ordinateur bourré de formules mathématiques. Que je sache on s’est jamais nourri de billet de banque. Les Américains ont laissé le pouvoir aux banquiers , ce sera leur perte.


                  • tiers_inclus 23 août 13:54

                    Bonne et synthétique piqûre de rappel même si la source n’est pas forcément ma tasse de thé.
                    Merci.


                    • Claude Simon Claude Simon 23 août 20:58
                      L’analyse est bonne, la conclusion est mauvaise.

                      Ce dont bénéficie cette super-classe, c’est de l’usage d’une monnaie frauduleuse, non corrélée à la création de valeur (le travail).

                      Et oui, tout nos actes d’achats, d’activités, sont le fait d’une monnaie crédit faite uniquement pour le transfert de propriété.
                      C’est une monnaie parfaitement esclavagiste, qui ne reconnaît pas le travail, mais uniquement la fraude.

                      De ce fait, ils peuvent s’acheter l’opinion, l’idéologie, les projets de sociétés, du simple fait du mimétisme.

                      A un problème monétaire, l’auteur répond par une solution politique. Non, la solution ne peut être que monétaire : https://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/creation-de-valeur-en-echange-de-182760


                      • Zolko Zolko 23 août 22:11
                        @Claude Simon : « L’analyse est bonne, la conclusion est mauvaise. »
                         
                        c’était aussi ma première réflexion.

                      • Jeff Parrot Jeff Parrot 24 août 09:35

                        L’article fait abstraction de la chine et de l’Inde, et egalement du probleme de l’acces aux ressources naturelles a moyen terme.

                        Cette mondialisation forcee nord americaine et europeene pilotee par les anglo saxons est juste l’aglomeration d’un bloc pour survivre face au bloc chinois (asiatique !?). Il faut devenir aussi gros que la Chine.
                        Le bloc naturel de la Russie serait le bloc anglo saxon, mais la Russie ne se soumet pas aux conditions devastatrices exigees.

                        La strategie employee par l’occident est perdue d’avance et suicidaire, la course a la masse critique pour faire face aux chinois qui consiste a creer une centaine de conglomerats sur-puissants qui regnent sur des peuples mis en coupe, d’une part ne sera pas de taille (ils sont 1.5 Milliards en face, voire 3 si alliance avec l’Inde), d’autre part s’accompagne d’une grande regression societale, intelectuelle, technologique, culturelle des pays occidentaux alors meme que leur rayonnement et leur puissance reposait sur ces avancees societales, intelectuelles, technologiques, culturelles.


                        • Arogavox 24 août 15:17

                          @Jeff Parrot
                           oui, il me semble que cet aspect géostratégique d’une puissance chinoise énorme, bien qu’évidement connu de tous, est paradoxalement sous-évalué dans les discours politiquement corrects réservés aux (manipulations de) ’masses’.

                            Pourquoi cet aspect ne préoccuperait-il pas autant :
                            - la dite ’Europe’ (cf conséquences en cas d’éclatement ... voire de ’reprise en main’ par ??, ou par ??? )
                            - l’ Afrique (qui découvre ce nouvel intervenant intéressé)
                            - les US ( mais là cela semble être vu )
                            - la Russie !
                            - et bien d’autres spéculateurs en embuscade ... dont, aussi, toute une ’population’ mondialisée qui ne raisonne même plus en terme de pays ou de continents 
                            
                           Sans oublier l’Inde, qui malgré son poids démographique réussit à se faire discrète, tout en avançant doucement mais sûrement 

                        • eric 26 août 18:01

                          C’est bien la peine d’avoir fait tant d’étude, pour avoir des idées aussi simplistes, en effet, un énarque, c’est du genre quoi, bac plus >6 7 ou 8 ?

                          En France, on est à 57% du PIB dépense par l’État. Vous me direz, il y a de la dette et des aides sociales, mais on s’endette quand on le veut bien, et les dépenses sociales, chaque fois qu’il n’y a pas assez d’argent, les partis représentant ceux qui vivent de la dépense publique, se débrouillent pour qu’on diminue les aides sociales, et non les frais de fonctionnement de l’état, c’est à dire leurs salaires et avantages.

                          La classe sociale dont il parle, c’est mon petit frère. Patron dans un grand groupe mondialisé, ; Il vit en France, paye ses impôts en France, parle évidemment un anglais parfait vu que son groupe est américain, mais est complètement pétris de culture française. Il s’est endetté à vie pour acheter un appart bien. Luxueux même peut on dire ; Mais il vit au quotidien comme l’essentiel de la classe moyenne française. Si il n’avait pas plein de gosses, je ne sais pas si il lui resterait assez de fric pour payer ses annuités après les impôts français. Ils ont désormais dépassé, dit on, ceux du Danemark. Mais Hollande et les socialisto-classe sociale vivant de la dépense publique, lui ont retiré tellement de trucs, ( allocs, part fiscales etc...) qu’il a demandé à son employeur si il ne pourrait pas être muté à l’étranger.

                          Il fait partie des gens qui peuvent. D’autres sont coincés chez nous et corvéables à merci par les gens comme l’auteur dont il question.

                          Un Énarque, est un mec qui a étudié au frais des impôts de la collectivité. Il a bénéficié des cotisations et impôts des prolos qui n’ont pas eu la chance de faire autant d’étude et bossent tôt ; Ceux là feront des boulots pénibles et prendront tard une retraite dont il bénéficieront peu, car ils ont 11 ans ! d’espérance de vie de moins que les cadres A d ela fonction publique ! ceux ci partiront tôt à la retraite ( 47 ans pour Hidalgo !) , en touchant énormément par rapport à leurs cotisations et en profitant de l’argent versé par les O.S. morts trop prématurément pour toucher quelque chose.

                          Alors on comprend pourquoi ils dénoncent les 0, quelque chose pourcent de supposés très très riche ; car statistiquement ce ne sont pas ceux là qui toucheront notre argent collectif.
                          Il est facile de montrer du doigt les 40 types qui sont des patrons du CAC 40 et ne pas parler des 20 à 25% de la population qui sont le cœur des électorats macronisto socialistes, et qui touchent des retraites double de celles du reste de la population en ayant cotisé beaucoup moins pendant moins longtemps.
                          Et quand c’est la crise, ils envisagent de diminuer les retraites des autres et notamment celle des épouses. Il faut dire que ce sont des milieux exceptionnellement endogames ou mariés entre eux, le fonctionnaires ont de toute façon de bonnes retraites et des avantages variés. 

                          Ainsi, les Énarque, comme Ségolène et Hollande, ont eu des sur salaires familiaux, en plus des allocs familles nombreuse, qui pour les énarques, mai spur tous les A, , sont croissantes avec le revenu ; Plus tu est payé, plus tu touches... !

                          Et là il ne s’agit pas de 40 personnes. C’est du vrai gros argent ; Et de l’argent collectif ; le notre. celui du social notamment.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès