• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Congo sous la loupe de l’auteur Serge Armand Zanzala

Le Congo sous la loupe de l’auteur Serge Armand Zanzala

Dans un pays comme le Congo où la vie fait toujours une marche à reculons ; où l’on se baigne plusieurs fois dans les mêmes eaux ; où l’histoire bégaye et se répète ; où le sang des innocents coule à flots tous les jours ; où l’on incarcère, à la maison d’arrêt de Brazzaville des jeunes mères de famille avec leurs enfants à bas âge, parce qu’elles sont des épouses des ninja, la milice rebelle ( ?) ; où l’on a assassiné un cardinal et tué par empoisonnement trois évêques, où pour reconquérir le pouvoir perdu dans une élection, on se permet de tuer 400.000 personnes ; où pour conserver le pouvoir qui, pourtant, est arrivé à la fin, conformément à la loi fondamentale du pays, on extermine une tribu jugée, à tort ou à raison, rebelle ; où l’on enterre vivants six jeunes miliciens rebelles ; où l’on brûle vivants dans un grenier 40 pauvres paysans ; où l’on arrête arbitrairement et assassine lâchement les opposants et leurs militants parce qu’ils ont tout simplement refusé de reconnaître des résultats électoraux qui sont truqués ; où l’on torture les prisonniers jusqu’à leur arracher la vie ; où la violence est devenue une forme de gouvernance et le détournement des biens publics ainsi que l’enrichissement illicite ne sont pas des délits ; où l’on affame le peuple pour le soumettre ; où le taux de malnutrition aiguë parmi les enfants déplacés de la guerre du Pool, âgés d’au moins de cinq ans, interpelle, il serait lâche et insensé pour moi : chrétien, journaliste et écrivain donc prophète de mon temps, d’utiliser la fable, la métaphore ou la parabole pour faire entendre au-delà des horizons les pleurs et les cris de détresse des Congolais.

C’est pourquoi dans ce recueil de nouvelles, titré « Quand la rue s’en mêle », j’inaugure l’« Inforoman » qui est un nouveau style dans le journalisme et un genre littéraire qui fond l’information dans le roman, je me permets de reconquérir ma liberté et d’établir un équilibre entre le journalisme qui obéit à une déontologie et le roman qui est un genre littéraire caractérisé essentiellement par une narration fictionnelle, je fais des portraits de quelques personnalités qui ressortent dans le filigrane de la crise sécuritaire et humanitaire que connait le Congo-Brazzaville depuis octobre 2015. Je n’ai donc pas châtié mon style et mon langage.

C’est pourquoi aussi dans ce livre, je ne vous parlerai pas de la truie qui mange ses petits, mais de Denis Sassou Nguesso, un multirécidiviste qui massacre ses concitoyens ; de la France qui soutient les dictateurs africains, mais de son ancien président, François Hollande, qui a donné un chèque en blanc à Denis Sassou Nguesso ; de Jésus qui avait logé chez Zachée, mais du Pape François que le président congolais a invité à effectuer un voyage à Brazzaville ; de Nicodème qui était nuitamment parti s’entretenir avec Jésus, mais du président du Sénat, André Obami Itou, qui serait allé clandestinement féliciter Denis Sassou Nguesso dans sa stratégie de la conservation du pouvoir et ses succès dans la guerre du Pool ; de Judas qui a trahi Jésus, mais de Guy Brice Parfait Kolelas, leader politique, qui a trahi et abandonné ses électeurs du Pool et ses amis de l’opposition ; d’un marchand inconnu des œufs qui avait amené dans son poulailler une bagarre déclenchée loin, très loin, à la place du marché, mais de Fréderic Binsamou alias Pasteur Ntumi dont la traque sert de prétexte pour dévaster le département du Pool et massacrer toute sa population ; du têtard qui est noyé dans un étang, mais du président de la cour constitutionnelle, Auguste Iloki, avec lui tous les intellectuels congolais qui ont été incapables de mener le débat sur l’évolution des institutions dans leur pays, point de départ de la crise sécuritaire et humanitaire que connait le Congo-Brazzaville, aujourd’hui.

* * *

Cet ouvrage est publié en ligne pour une distribution gratuite parce que nous pensons personnellement que la culture ne doit pas être vendue.

Elle est une denrée que les gouvernements devraient distribuer gratuitement aux populations de leurs pays.

Ce sont donc les gouvernements qui devraient soutenir les acteurs culturels parce qu’ils créent les maquettes et les concepts du développement, et non les lecteurs qui n’en sont que des simples consommateurs et qui s’en servent parfois pour faire leurs études, créer leurs propres savoirs ou ou réaliser les projets des gouvernements afin de développer les pays.

Cependant, nous ne nous opposerons pas à son édition imprimée pour ceux qui la voudront et qui pourront la financer.

* * *

Lien de téléchargement : http://manuscritdepot.com/livres-gratuits/pdf-livres/n.serge-armand-zanzala.2.pdf

* * *

AU SUJET DE L'AUTEUR

Serge Armand ZANZALA

Citoyen du monde, Serge Armand Zanzala (52 ans) refuse d’être identifié à partir de son pays ou son continent. Selon lui, être né dans un pays ou dans un continent ne suffit pas pour identifier une personne. Même lorsque l’on ajoute aux noms de ce pays et de ce continent son nom patronymique, son prénom et ceux de son père ou sa mère, ainsi que sa date et son lieu de naissance. Tout cela est insuffisant.

Une personne doit être identifiée et authentifiée à partir de sa personnalité qui est infalsifiable comme la biométrie. Parce que l’on se trompe souvent en définissant les personnes rien qu’à partir de leurs continents ou leurs pays d’origine.

C’est ainsi que l’auteur de « Quand la rue s’en mêle… » se dit être libre comme l’air que l’on ne peut pas arrêter dans une frontière. Pourtant, la crise humanitaire et sécuritaire que vit le Congo-Brazzaville et le néocolonialisme de la France qui continue à appauvrir l’Afrique le ramènent dans son pays et son continent d’origine.

Néanmoins, il se défend et dit que son livre ne concerne pas seulement les Congolais ou les Africains ; mais tous les peuples qui sont traités injustement par leurs dirigeants et à qui l’on a confisqué la vie, les libertés et les droits fondamentaux.

Aussi, pense-t-il que les Africains doivent, dès aujourd’hui et rapidement reprendre la lutte pour les indépendances que leurs aînés n’avaient pas achevée.

Non seulement parce qu’ils doivent donner un autre contenu à la Françafrique et mettre fin au Franc Cfa à travers lesquels la France continue à les enchaîner, pour se libérer ; mais aussi parce qu’ils doivent obliger la France à humaniser ses relations avec l’Afrique et à respecter leurs choix politiques.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 20 août 12:40

    tiens, la France n’a pas été mettre son grain de sel la bas histoire d’empirer les choses ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès