• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le crépuscule du Parti dit Socialiste

Le crépuscule du Parti dit Socialiste

Bien sûr, le PS a montré une capacité stupéfiante à traverser des heures difficiles, de la fin crépusculaire des années Mitterrand, entre chômage de masse et affaires, les congrès haineux ou marqués par des irrégularités. Mais cette fois-ci, avec ces primaires, il semble en voie d’autodestruction, et que la concurrence de Macron et Mélenchon va signer son acte de décès.

 

Eurolibéral robotique contre apparatchik libertaire
 
Ces primaires ressemblent à un long chemin de croix. Sensées remobiliser les troupes, elles semblent plutôt marquer l’agonie de ce parti au pouvoir 20 ans sur les 36 dernières années. Non content de n’avoir attiré qu’environ un million et demi de participants, le PS s’est disqualifié plus encore en trafiquant les chiffres de résultats comme dans une vulgaire république bananière  : comment critiquer Poutine ensuite ? Le résultat de la participation démontre que les Français ne se soucient guère du choix du candidat socialiste qui semble d’ors et déjà réduit au rang de figurant, relativisant le succès d’un Benoît Hamon, qui n’a recueilli qu’à peine plus de la moitié des voix de Sarkozy en novembre.
 
Comme gaulliste, qui a grandi politiquement dans la France affairiste, dogmatique et coupée du peuple de Mitterrand, et opposant au pouvoir en place depuis le début, je n’avais aucune espérance en regardant les débats de ces primaires. Les participants ont pourtant réussi à être encore plus mauvais que je le pensais. Passons sur les éliminés, y compris Montebourg, auquel je n’accordais aucune confiance, puisqu’il est à l’origine de la première loi Macron, ses accents alternatifs et démondialistes n’étant pour moi que des postures électoralistes que n’auraient pas reniées Mitterrand. N’oublions pas que c’est lui, le chantre d’un « fabriqué en France » exprimé en anglais (sic), qui a livré Alstom à GE.
 
Manuel Valls n’a pas brillé dans ces primaires. Bien sûr, en tant que porteur du bilan du gouvernement, il n’a pas une position facile (la hausse du chômage en décembre le rappelle), même si le casting des primaires lui a permis de se recentrer du fait de la présence de deux candidats qui l’ont opportunément débordé sur sa droite, Pinel et de Rugy. Mais il est apparu comme un Sarkozy du PS un peu fatigué, avec ses tics, certaines des postures et même parfois le programme, sur les heures supplémentaires, de l’ancien président. Sur le fond, c’est la même soupe eurolibérale qui échoue depuis des décennies, entre compétitivité, rigueur et Europe. Sur la forme, c’est un discours souvent très robotique.
 
Face à des candidats jouant beaucoup sur les postures, Hamon a sans doute percé par ses propositions. Mais, plus que le représentant de l’aile gauche, il en est surtout celui de l’aile libertaire, dont l’émergence s’est sans doute cristallisée face à un Valls autoritaire. Dépénalisation du cannabis, acceptation et relativisation des dérives communautaristes, attribution des causes de l’insécurité à la prison, revenu universel : Hamon n’est-il pas l’enfant de mai 68, un concentré de libertarisme ? Et sans levier pour changer le cadre européen, sa nouvelle Europe est aussi crédible que celle que le PS promet à chaque fois et qui ne vient jamais. Du coup, il ne se donne aucune marge de manœuvre. Ne représente-t-il pas une gauche qui a renoncé à agir économiquement pour se concentrer sur le sociétal ?
 

Aucun des deux finalistes n’est populaire. Quel que soit le vainqueur, il semble destiné à de la figuration, d’autant plus qu’il affrontera deux rivaux qui semblent les encadrer comme un étau le ferait d’une pièce bien fragile. La seule question qui semble se poser, c’est de savoir si les votants de dimanche choisiront celui qui gènera un peu plus Mélenchon, à savoir Hamon, ou celui qui gènera Macron, à savoir Valls.

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 janvier 11:32

    Petit rappel à l’usage des faux Gaullistes qui pullulent désormais, sans jamais prendre position pour le Frexit :
    de Gaulle était opposé à l’intégration européenne...

    Conférence de presse de de Gaulle en Mai 1962.


    Petit rappel aux Communistes qui ne savent plus où ils en sont :
    le PCF d’avant Mitterrand était opposé à la construction européenne.
    « Quelle était l’analyse du PCF entre 1947 & 1981 de la construction européenne ? »

    Pour mémoire :
    le programme du Conseil National de la Résistance, pour libérer la France, avait été rédigé par les Communistes et les Gaullistes.

    - le Conseil National de la Résistance rassemblait toutes les organisations françaises.

    • Hecetuye howahkan howahkan 26 janvier 13:12

      @Fifi Brind_acier

      ah c’est un métier pas facile que d’essayer de faire retrouver la mémoire à des amnésiques, surtout pour ceux qui veulent être amnésique..

      Pour la petite histoire, de la famille de De Gaulle coté De Boissieux avait un manoir en Bretagne sur la commune de Spézet...entouré d’une grande foret, l’accès a toujours été libre pour tous dans cette foret...myrtilles, champignon, simples ballades etc

      puis elle fut vendu à un industriel qui de suite la clôtura, or cela faisait des sicles que cet endroit était en fait accessible à tous...

      Assez symbolique non ?

       ;()


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 janvier 13:53

      @howahkan
      Bonjour,
      Je ne connaissais pas cet aspect des choses, merci.
      On nous a beaucoup menti sur de Gaulle...
      Je l’ai découvert en lisant « C’était de Gaulle » de Peyrefitte .
      Je n’approuve pas tout ce qu’il a fait, en particulier en Afrique, mais pour le reste, c’est à découvrir.

      Il avait une nuée d’ennemis : la presse, les intellectuels, l’OAS, tous les pro-européens, les Américains...
      Ils ont fini par avoir sa peau avec Mai 1968.


    • LE CHAT LE CHAT 26 janvier 13:56

      @Fifi Brind_acier

      De Gaulle voterai FN de nos jours ....


    • Alren Alren 26 janvier 18:04

      @LE CHAT

      C’est Pétain, qui avait condamné de Gaulle à mort, qui voterait Le Pen !

      Relisez vos livres d’histoire !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 janvier 18:55

      @LE CHAT
      Certainement pas ! De Gaulle a combattu les collabos et les pro-américains.
      Le FN vient de l’antisémitisme du 19e siècle, de la collaboration avec les nazis et de l’ OAS.


      Les élites Françaises entre 1940 et 1944.
      Les unes attendaient la victoire des Allemands, les autres celles des Américains, certaines mettaient des oeufs dans les deux paniers.... Et puis il y a eu le grain de sable dans les rouages : de Gaulle.

    • izarn izarn 26 janvier 19:10

      @howahkan
      C’était Bolloré ?


    • Hecetuye howahkan howahkan 27 janvier 10:21

      @izarn

      je ne pense pas, c’était un industrielle de la région de Rennes,.....dommage car cette foret comme toute la région était un de ces endroits « magiques », druidique , avec pas mal de menhir et dolmens oubliés etc que tous les habitants de la région avaient parcouru dans tous les sens , une sorte de repère local pour tout le monde..un havre de paix...

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Montagnes_Noires

      salutations...


    • Laulau Laulau 26 janvier 14:27

      La seule question qui semble se poser, c’est de savoir si les votants de dimanche choisiront celui qui gènera un peu plus Mélenchon, à savoir Hamon, ou celui qui gènera Macron, à savoir Valls.

      Je crois que ce sera Hamon, pour deux raisons :
      -Des sympathisants de Mélenchon vont, de bonne foi, jouer contre leur camp en voulant barrer la route à Valls.
      - J’ai quelque contacts avec les réseaux aubriste, et ils se mobilisent à fond derrière Hamon.

      Maintenant, avec une élection organisée par le PS..... on peut s’attendre à tout.


      • LE CHAT LE CHAT 26 janvier 15:07

        Flamby a même pas réussi à faire pleuvoir lors de son discours dans le désert de l’Atacama ,

        vraiment tout fout le camp ! smiley


        • zygzornifle zygzornifle 26 janvier 15:43

          ces 2 la sont prêts a demander a leurs veaux de veauter LR en cas d’affrontement LR FN au second tour en 2017, alors qu’ils retournent s’immerger dans la fosse a purin de la rue Solférino, il restera bien des grumeaux de caviar a gober pour les sustenter ....


          • izarn izarn 26 janvier 19:12

            @zygzornifle
            Sortir des saloperies sur Fillon, leur seul espoir.
            La méthode Clinton et Soros.


          • ppazer ppazer 26 janvier 16:09

            Je ne vois pas ce qu’il a de socialiste, ce parti.
            Quel mal nommé !


            • Pere Plexe Pere Plexe 26 janvier 19:02

              @ppazer
              c’est un classique d’afficher sur la devanture ce qui manque le plus en magasin.

              Socialiste pour les uns Républicain pour les autres


            • smilodon smilodon 26 janvier 20:52

              @ l’auteur : A votre place, j’aurais intitulé cette rubrique « LE CREPUSCULE DES DEUX » !...Adishatz.


              • baldis30 27 janvier 14:57

                @smilodon
                bonjour,

                Avez vous imaginé alors la chevauchée des walkyries : Royal chevauchant Valls et Dati sur Fillon ?

                Qui est donc Albérich qu’on retrouve partout, invisible comme l’opinion publique ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès