• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Destin de Giscard

Le Destin de Giscard

« J’approche un âge où l’immortalité devient une valeur-refuge. » (VGE, décembre 2003, lors de son élection à l’Académie française).

_yartiVGE2020C01

L’immortalité, oui, c’était un peu ce qu’on croyait de Valéry Giscard d’Estaing. Tout glissait sur lui, les années passaient, les décennies passaient, et lui, imperturbable, insubmersible, il était là, toujours là, toujours avec sa tête si pleine, si bien faite, malgré une allure de plus en plus frêle, une silhouette de plus en plus courbée, une voix de plus en plus chevrotante (au lieu de chuintante), capable encore le 28 avril 2020 de nous faire part de ses analyses avec grande hauteur de vue, sur la façon de redéployer l’Europe, de proposer des cercles d’intégration différents, d’imaginer une Europe de la Santé, etc.

Depuis la fin de l’été, deux séjours à l’hôpital, à partir du 14 au 17 septembre 2020 à l’hôpital Georges-Pompidou de Paris pour une « légère infection aux poumons », puis du 15 au 20 novembre 2020 au CHU Trousseau de Tours pour une « insuffisance cardiaque » mais « sans critère de gravité ». Il semblait s’en sortir, s’en être remis, malgré tous les aléas de la vie. Et puis non, le destin est là, l’immortalité n’a jamais été pas de mise. Valéry Giscard d’Estaing aura été le chef d’État français qui aura existé le plus longtemps de l’histoire.

Son enterrement a lieu ce samedi 5 décembre 2020 là où il s’est éteint, à Authon, auprès de sa fille, dans la plus grande intimité familiale. Pas d’hommage national, pas de messe à Notre-Dame de Paris qui, de toute façon, est fermée pour cause d’incendie (et de covid-19), pas de cérémonie aux Invalides… mais juste une journée de deuil national le 9 décembre 2020, et un hommage du Parlement Européen à Strasbourg le 2 février 2021, lors de son 95e anniversaire. Probablement aussi un hommage dans les deux assemblées du Parlement.

Inutile de dire que j’ai été surpris en bien par les réactions des médias à l’annonce de la mort de VGE. Certes, il était un ancien Président de la République, mais tellement oublié. Tellement oublié de son vivant. C’est vrai, il faut avoir au moins une cinquantaine d’années pour se souvenir de son septennat (1974-1981), mais il y a eu une grande part d’injustice sur son bilan pourtant très important. Peut-être a-t-il été handicapé par sa vie si longue ? Peut-être préfère-t-on se souvenir des morts ? Certes, il n’y a pas la liesse populaire qui a succédé à l’annonce de la mort de Jacques Chirac. Ni non plus l’émotion à la mort de François Mitterrand qu’on savait malade depuis longtemps.

Cette renaissance de Valéry Giscard d’Estaing dans la mémoire collective, ou même, plus exactement, cette naissance dans la mémoire collective a peut-être bénéficié de cet effet de mode "vintage" des années 70, au même titre qu’on voit fleurir des ventes de tourne-disques, comme si ceux qui, aujourd’hui, sont devenus grands-parents, qui avaient une vingtaine d’années dans les années 1970, voudraient retrouver ce temps ancien où les budgets étaient encore à l’équilibre, les contentieux internationaux relativement simples (basés sur un clivage binaire, la guerre froide), la fin de la lancée prospère des Trente Glorieuses…

Eh pourtant, non, le septennat Giscard, c’était justement le début des emm@rdes, le début du chômage de masse, point central des débats de la campagne présidentielle de 1981, les deux chocs pétroliers, et surtout, une insupportable bataille politicienne avec son allié RPR qui ont débouché sur l’arrivée de la gauche au pouvoir.

Beaucoup ont dit que Valéry Giscard d’Estaing était un homme d’État et pas un homme politique. C’est une erreur : pour atteindre ce niveau si élevé, il fallait au contraire être un véritable animal politique, qu’il a été dès ses 30 ans, député, puis ministre très jeune. Rien n’a été détail pour lui, on le voit lors des préparations d’allocution télévisée, le moins cadre devait être à sa place. Dans sa jeunesse, il a eu des centaines d’entretiens individuels avec le Général De Gaulle dans le cadre de ses fonctions de Ministre de l’Économie et des Finances, ce qui, il faut bien le reconnaître, était un apprentissage inégalé de ce qu’être un homme d’État. Et en même temps, il a su dire "zut" à De Gaulle, enfin, "oui mais", mais ça revenait au même.

_yartiVGE2020C02

Ses deux modèles, c’étaient De Gaulle et Jean Monnet.

De Gaulle, c’est la hauteur de vue. Mais c’est aussi la Résistance. On l’oublie souvent de rappeler que le jeune VGE, à 18 ans, s’est engagé dans la Première armée française de De Lattre de Tassigny, en 1944, malgré l’opposition de sa famille, pour contribuer à la libération du territoire. Cet acte courageux, risqué évidemment, surtout quand l’X et l’ENA attendaient l’étudiant, a sans doute été l’une des raisons de l’estime que pouvait lui porter De Gaulle.

Par ailleurs, j’étais heureux qu’on dise (enfin) que Valéry Giscard d’Estaing était un véritable Père de l’Europe, que toute sa vie, il a voulu construire une Europe forte. Comme le dit le journal allemand "Die Welt" le 3 décembre 2020, jusqu’à la fin, « l’unification politique de l’Europe est restée l’œuvre de la vie de Giscard ». Un autre grand journal allemand "Süddeutsche Zeitung" a expliqué le même jour : « Ses arguments en faveur de la coopération communautaire ont toujours été pragmatiques, peu idéologiques. Les projets retentissants de M. Giscard s’inscrivaient dans l’idée d’une Europe pacifiquement unie, mais pour lui, ils étaient surtout convaincants sur le plan pratique. ».

Et ce quotidien, cité par le site "Toute l’Europe" dans sa revue de presse, de rappeler les propos de VGE : « Nos États sont trop petits pour résoudre certains problèmes. Si nous voulons encore jouer un rôle dans un monde de six milliards d’habitants, nous ne pouvons plus tout faire seuls. C’est pourquoi l’Europe est une nécessité. ».

Au contraire de l’idéal gaullien, il s’est en effet rendu compte, en considérant la Chine, l’Inde, la Russie, les États-Unis, le Brésil, que la France ne resterait pas une puissance mondiale de première importance sans son intégration européenne : la France n’est qu’une puissance moyenne (un constat qui lui a fourni beaucoup d’adversaires scandalisés par cette lucidité) mais qu’il était possible de peser encore sur le monde avec une Europe intégrée et approfondie (il s’était plutôt opposé à l’élargissement avant l’approfondissement) et il pensait absolument que le France pouvait être le moteur de cette Europe-là (ce qui fut le cas pendant son septennat).

Tardive certes, cette reconnaissance fait chaud au cœur, et j’ai même l’impression que ceux qui ne cessent de critiquer, contester Emmanuel Macron, comme ils l’ont fait avec François Hollande, et avant Nicolas Sarkozy, vont maintenant encenser Valéry Giscard d’Estaing pour montrer qu’à l’époque, les hommes étaient d’une autre valeur, d’une autre grandeur, etc. Et pourtant, à l’époque, ils devaient être les mêmes à vouloir le critiquer lorsqu’il était au pouvoir ! On n’est jamais mieux populaire qu’après l’exercice du pouvoir. C’est pour cela que Pierre Mendès France marque encore aujourd’hui tant les esprits : il a été au pouvoir pendant une très courte période. Il aurait passé un ou deux septennats, il aurait eu beaucoup plus de contestation et aurait moins marqué les temps… 

VGE était un animal politique très dégourdi, il se plaisait autant dans la vie politique politicienne que dans la politique internationale à grande hauteur de vue. Il était incapable, en revanche, malgré sans doute sa sincérité, sa bonne volonté, d’établir des relations de proximité avec le peuple, au contraire de Jacques Chirac. Toutes ses tentatives ont fini par des échecs où il était assez ridicule. Parce qu’il mettait toujours une distance sociale qui le rendait arrogant sinon méprisant. Paradoxalement, c’est lui pourtant qui a voulu rendre les relations plus "tendres", moins graves, moins solennelles, plus proches des Français.

Les deux mots qui sont revenus le plus à l’évocation de Giscard, ce furent réformes et modernité. Valéry Giscard d’Estaing fut le Président de la Réforme qui a fait entrer la France de mai 1968 dans la Modernité. Après, on a été plus loin, mais c’est lui qui a initié cette modernité sociétale.

Son bilan est immense. J’y propose rapidement quelques éléments, un peu plus complet qu'hier.

Social et sociétal : majorité politique à 18 ans, légalisation de l’IVG, possibilité du divorce par consentement mutuel, place des personnes en situation de handicap dans la société, création du minimum vieillesse, création d’un Ministère de la Condition féminine (avec Françoise Giroud).

Institutions : possibilité pour l’opposition parlementaire de saisine du Conseil Constitutionnel (premier pas vers les QPC), préparation à la cohabitation en 1978, institutionnalisation des questions d’actualité au gouvernement par les parlementaires, éclatement de l’ORTF et libéralisation de l’audiovisuel public, création de la CNIL et protection Informatique et Libertés des citoyens, création de l’UDF (rassemblement centriste) et émergence de personnalités politiques de grande envergure comme Simone Veil et Raymond Barre, décrispation de la communication politique. 

_yartiVGE2020C03

Vie économique : indépendance énergétique avec le programme de centrales nucléaires (la France est le pays le moins polluant du monde pour son énergie), lancement de gros projets industriels, comme le TGV, Airbus, etc., création d’un Ministre de la qualité de la vie pour éviter les excès d’une urbanisation non maîtrisée.

Culture : lancement du Musée d’Orsay (il est probable que la chose qui lui aurait fait le plus plaisir serait de baptiser ce musée par son nom comme le Centre Pompidou à Beaubourg et le Musée Chirac quai Branly), lancement du parc Vulcania en Auvergne.

Relations internationales : institutionnalisation du G5 puis G7 (devenus G8 puis G20) pour organiser, réguler les politiques économiques mondiales après le premier choc pétrolier et la crise mondiale, aide concrète de la France à mettre fin au régime des colonels en Grèce, intervention militaire à Kolwezi (Zaïre) en mai 1978 pour sauver des centaines de personnes.

Construction européenne : mise en place du couple franco-allemand avec son amitié exceptionnelle avec le Chancelier allemand Helmut Schmidt, arrivé au pouvoir au même moment que lui, institutionnalisation des Conseils Européens (l’innovation la plus importante depuis le Traité de Rome selon Jean Monnet), création du Serpent Monétaire Européen (SME) qui fut l’ancêtre de l’union monétaire et de la monnaie unique européenne (l’euro), élection du Parlement Européen au suffrage universel direct et élection de sa ministre Simone Veil comme première Présidente, création de l’Agence spatiale européenne (ESA), participation de VGE à la campagne du premier référendum sur le Brexit le 5 juin 1975, rédaction du TCE en 2002-2004.

Il faut rappeler aussi que le 16 octobre 2019, Valéry Giscard d’Estaing avait revendiqué avoir été le créateur du principe du Brexit (« C’est moi qui ait inventé le Brexit ! »), à savoir être le rédacteur de ce qui est devenu l’article 50 du Traité de Lisbonne, cette possibilité d’un État membre à sortir de l’Union Européenne, pour ne pas dire que l’Europe était une prison dont on ne pourrait plus sortir. D’ailleurs, pour lui, le départ du Royaume-Uni n’était pas nécessairement négatif dans la mesure où les Britanniques ont souvent freiné toute volonté d’approfondissement européen. Notons que VGE a débuté sa vie politique avec le Traité de Rome et quitte ce monde à quelques jours de l’application concrète (et probablement sans accord) du Brexit. VGE a d’ailleurs souvent rendu hommage à l’action de Michel Barnier (négociateur en chef de l’Union Européenne) pour sa fermeté dans les négociations avec les Britanniques.

Ce qui est intéressant à comprendre chez VGE, c’est qu’il a toujours été présent dans la vie politique après son échec de 1981, présent de manière active (jusqu’en 2004 et son ultime échec électoral aux régionales en Auvergne) ou passive au-delà, il recevait régulièrement de très nombreuses personnalités du monde politique et médiatique et on peut même dire qu’il était devenu le Antoine Pinay de la période contemporaine, en ce sens qu’on allait souvent le voir comme dans un pèlerinage.

Intéressons-nous à quelques avis concernant son action et sa personnalité, avant ou après sa mort. J’ai évoqué Pinay mais c’est bien sûr Raymond Poincaré (républicain de gauche) qui fut la référence permanente de Valéry Giscard d’Estaing, à tel point qu’il aurait rêvé d’occuper Matignon en 1986 pour la première cohabitation (Poincaré est redevenu Président du Conseil après avoir été Président de la République).

Le 15 novembre 1963, Georges Pompidou, alors Premier Ministre, a confié sa ligne économique à son ministre Alain Peyrefitte : « Moi, j’admets que seul l’État peut prendre l’initiative dans certaines circonstances : redresser une situation compromise, remédier à une injustice criante, assurer un arbitrage. Mais ce sont là, pour moi, des moyens provisoires, non des buts. Le but, c’est une économie saine, c’est-à-dire libérale, autorégulée par des échanges sans frontières. ». Et il a insisté plus particulièrement : « Notez bien que Giscard pense exactement comme moi. Mais il excelle à saisir toute occasion de se bâtir un personnage à la Poincaré et ainsi de s’attirer les faveurs du Général. Il joue son jeu. Et il faut reconnaître qu’il ne manque pas d’habileté. » (dans "C’était De Gaulle", éd. Gallimard, p. 1141).

Le Président du Sénat Gérard Larcher le 3 octobre 2020 au Sénat : « Nous garderons tous le souvenir de sa grande intelligence, d’un Président moderne et réformateur, d’un militant de la construction européenne. Je lui rendais visite chaque année, je l‘ai fait encore il y a quelques mois à peine, et son intelligence fulgurante me frappait à chaque rencontre. ».

L'actuel Président de la République Emmanuel Macron le 3 octobre 2020 dans son allocution télévisée : « Il part en des temps tourmentés, victime à son tour de ce mal contre lequel nous luttons et qui a bouleversé le monde. Il aura été une figure centrale de l’histoire de notre République (…). J’appartiens à une génération qui est née sous sa Présidence et qui, sans doute, n’a pas toujours mesuré à quel point Valéry Giscard d’Estaing avait, pour elle, changé la France. (…) Notre République est transmission. Aussi, au moment où se tourne, avec la mort du Président Giscard d’Estaing, une page de l’Histoire de notre pays, soyez sûrs que je mettrai avec vous tout en œuvre pour faire vivre cette flamme du progrès et de l’optimisme qui ne cessa de l’animer. ».

Roselyne Bachelot, émue, venue soutenir son budget de la culture, le 3 octobre 2020 au Sénat : « C’est en fait l’auteur de nombreuses réformes novatrices qui marquent, encore aujourd’hui, la société française. Un hommage sera rendu et ce sera justice. ».





Mais probablement que l’hommage le plus sincère, le plus ému, le plus émouvant est provenu de son prédécesseur, l’ancien Ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, neveu du rival de VGE, qui, le 3 décembre 2020 sur LCI, a déclaré : « Il a soigné la France de manière remarquable pendant sept ans avec ses réformes. » et a terminé par une véritable déclaration d’amour : « Je l’aimais, (…) il m’aimait. ». Il l’avait aimé dès le début des années 1970 et sa fureur de réformer le pays ankylosé par un gaullisme d’État devenu anachronique par les aspirations de sa jeunesse (en mai 1974, il avait 26 ans).


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (03 décembre 2020)
http://www.rakotoarison.eu


NB : Je découvre sans surprise que mon titre était déjà utilisé. "Le Destin de Giscard" est en effet aussi le titre d'un article du journal "Le Monde" du 22 février 2002 évoquant le film documentaire réalisé par Raymond Depardon à l'occasion de la campagne présidentielle de 1974, enfin diffusé après vingt-huit ans de blocage. Un documentaire que je recommande vivement de regarder, notamment ce moment crucial décrit par "Le Monde" ainsi : « Quel sang-froid le soir du second tour. Victorieux impassible, un frémissement détend le visage de Giscard, une fraction de seconde, et c'en est fini. ».


Pour aller plus loin :
Allocution télévisée du Président Emmanuel Macron d’hommage à VGE le 3 décembre 2020 (texte intégral et vidéo).
Le Destin de Giscard.
Giscard l’enchanteur.
Valéry Giscard d’Estaing et les diamants de Bokassa.
Valéry Giscard d’Estaing et sa pratique des institutions républicaines.
VGE, splendeur de l’excellence française.
Propositions de VGE pour l’Europe.
Le septennat de Valéry Giscard d’Estaing (1).
Le septennat de Valéry Giscard d’Estaing (2).
Loi n°73-7 du 3 janvier 1973.
La Cinquième République.
Bouleverser les institutions ?


 


Moyenne des avis sur cet article :  1.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Gégène Gégène 4 décembre 2020 16:59

    bon, faut pas le dire aux grands de ce monde, ça leur ferait peine, mais nous, les petits, les sans grades, la mort de ce mec, on s’en branle d’une force, mais d’une force.......


    • Jeekes Jeekes 4 décembre 2020 17:16

      @Gégène
       
      ’’la mort de ce mec, on s’en branle d’une force’’

       
      Ah ben non, pas du tout.
      Moi quand j’ai apprit ça, grâce à rat-ko-to-suce-boules, j’étais tellement content que j’ai reprit trois fois des moules.
       
      Et pi aussi deux fois des frites !
       


    • Albert123 4 décembre 2020 17:18

      @Gégène

      il nous coute moins cher désormais, sa plus grande réussite vis a vis du peuple français, pour ne pas dire la seule qu’il est jamais eu.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 4 décembre 2020 17:24

      @Albert123

      La gentry franchouillarde trainait un peu des pieds depuis 45 pour adopter l’american way of life que les yankees nous avaient offert avec le plan Marshall( qui n’est pas fini de rembourser).
      Auriol, Coty, De Gaulle, Pompidou avaient encore des velléités d’indépendance.
      Gsicard a réglé la question définitivement. Pinocchio est un héritier direct : l’hypercentre.


    • Clocel Clocel 4 décembre 2020 18:00

      @Séraphin Lampion

      Ouais, mais avec VGE, y’avait encore des moments de franche rigolade !

      Qui se souvient des avions renifleurs !?

      Des diamants de Bokassa !?

      Et ce pauvre Boulin qui s’est noyé dans son verre à dents après avoir survécu à un essorage en bétonnière !

      Peuchère... Que n’a-t-on fait aux noms des intérêts de la Nation ?


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 5 décembre 2020 08:53

      @Albert123
      C’est pendant son septennat que les impôts et taxes ont le plus augmentés.


    • zygzornifle zygzornifle 5 décembre 2020 12:35

      @Clocel

       Las avions renifleurs existent toujours, Macron les utilise pour flairer les fions avant consommation ....


    • Laconique Laconique 4 décembre 2020 17:01

      Why don’t you talk about François fucking Bayrou ?


      • Laconique Laconique 4 décembre 2020 17:03

        Why don’t you talk about François fucking Bayrou ?


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 4 décembre 2020 17:19

          @Laconique

          he’s still alive
          this columnist only publishes necros


        • agent ananas agent ananas 4 décembre 2020 18:15

          @Séraphin Lampion

          ... and morice used to publish only narcos ! smiley


        • agent ananas agent ananas 4 décembre 2020 17:19

          Mince, raloto nous remet une deuxième couche ...


          • troletbuse troletbuse 4 décembre 2020 17:24

            @agent ananas
            J’ai pas lu. Mais il n’a pas encore ressuscité Giscard, non ?


          • troletbuse troletbuse 4 décembre 2020 17:25

            @agent ananas
            Tu me diras : a son âge, il faudra bien 3 ou 4 couches smiley


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 4 décembre 2020 17:26

            @agent ananas

            il a même pas attendu que ça soit sec
            ça va gaufrer ou faire des cloques


          • Jeekes Jeekes 4 décembre 2020 17:26

            @agent ananas
             
            C’est son minable gagne-pain !
             
            Comme aurait pu le chanter Georges : ’’la mort des autres c’est sa raison de vivre, il ne s’en prive pas’’ (Mourir pour des idées)
             
             
            Bon, rat-ko-to n’est pas du tout au même niveau, j’le concède... 
             


          • berry 4 décembre 2020 17:38

            Les derniers articles de Doctorix sont toujours bloqués en modération, tandis que ceux de Sylvain Rakotoarison qui n’intéressent personne passent à la vitesse grand V.

            https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/crise-sanitaire-lettre-ouverte-du-229193#forum5925293

            Il y a quelque chose de pourri sur ce site.


            • agent ananas agent ananas 4 décembre 2020 21:15

              @berry

              Euh, je vous trouve très shakespearien ...



              • titi 5 décembre 2020 16:02

                @Pere Plexe

                Pour mémoire, le peuple Français est aussi celui qui a désavoué De Gaule en 69.

                Ca aussi c’est une belle réussite.


              • Pere Plexe Pere Plexe 6 décembre 2020 19:54

                @titi
                Au moins le peuple, contrairement à vous, n’a pas désailé le général De Gaulle.


              • mmbbb 4 décembre 2020 21:43

                Le paradoxe Giscard , il a grandement oeuvre pour l Europe et il a promu le Traite de Maastricht notamment en créant le serpent monétaire européen , premice a l euro Son successeur Mitterrand l ayant evince avec l aide de Chirac , voulait clouer cette Allemagne avec cet Euro Giscard vient de disparaitre et que lit t on par exemple a la une du Point et dont la thématique est reprise par d autres medias economqiues , L Allemagne est sur le point de nous larguer , pourquoi c est simple, ces excédents commerciaux se font essentiellemnt désormais en dehors de la zone euro ! C est ainsi , pauvres ploucs de Francais dirigée par une elite ne voulant plus d industrie Et dire que les crânes d oeuf sont adules et respectes dans ce pays !!


                • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 5 décembre 2020 08:49

                  «  Nos États sont trop petits pour résoudre certains problèmes. Si nous voulons encore jouer un rôle dans un monde de six milliards d’habitants, nous ne pouvons plus tout faire seuls. C’est pourquoi l’Europe est une nécessité. »

                   

                  Oui, c’était la grande idée de Giscard que notre pays est trop petit, mais cette idée est fausse car un contre exemple existe, c’est Israël qui est tout petit mais dont l’influence dans le monde est énorme.

                  Eh bien la France, c’est la même chose, si elle a une vision qui se rapproche du spirituel, elle peut très bien par son avance et sa vision éclairer et influencer les autres nations et les amener à voir qu’elle a raison.

                  Rappelons-nous que Giscard (autant que je m’en souvienne) a refusé que l’Europe fasse allusion au passé chrétien de son histoire, fermant la porte à la gloire spirituelle dont l’Occident jouissait jusque là, et fermant donc la porte à la grandeur de la France qui, comme de Gaulle l’avait bien vu, ne pouvait exister sans grandeur et il pensait évidemment à une grandeur spirituelle.


                  • velosolex velosolex 7 décembre 2020 12:13

                    @Daniel PIGNARD
                    Je me souviens qu’il avait mis les drapeaux français en berne lors des obsèques de Franco. 
                    Autre souvenir douloureux. La mort de Ranuchi, guillotiné, alors qu’encore aujourd’hui, sa culpabilité est loin d’être certaine. 
                    Le regroupement familial, au niveau de l’immigration, n’a pas été une idée très pertinente, au vu du jour d’aujourd’hui, comme on dit maintenant
                    L’UE n’est pas une mauvaise idée, mais encore aurait il fallu ne pas la confondre avec un supermarché Mammouth, avec les chinois pour nous remplir les rayons. Les années 70 était un carrefour, et c’est peu dire que si les politiques ont eu des intuitions, ils n’ont pas pesé sur le destin du monde. 
                    VGE était un atlantiste. Contrairement à de Gaulle, qui s’en méfiait avec raison. C’est pas très bon de laisser la clé du placard aux munitions aux ricains. La construction de l’UE a été mis sur les rails au niveau politique par le couple franco allemand à l’époque de Giscard, et l’on porte toutes les conséquences liées, après son agrandissement funeste avec les pays de l’est, quand on voit le rôle que jouent maintenant la Pologne et la Hongrie. . 


                  • jjwaDal jjwaDal 5 décembre 2020 08:50

                    On se souviendra surtout qu’il fut le « papa » du TCE qui ne visait pas moins qu’à remplacer nos constitutions nationales, souvent basées sur des valeurs morales et fédératrices par un carcan néolibéral, d’où le droit des peuples à disposer de leur destin était définitivement enterré profond.
                    Passe encore que notre constitution soit issue d’une poignée d’individus lettrés à une époque où la majorité des citoyens ne savaient pas lire et écrire et donc nous gère nos intérêts comme on gère ceux d’un troupeau de bétail. Mais à notre époque, cette tentative moyenâgeuse pourtant défendu bec et ongles par la même caste a rencontré quelques résistances vites noyées dans l’arbitraire si cher à nos fossoyeurs de la démocratie.


                    • Parrhesia Parrhesia 5 décembre 2020 09:07

                      >>> Ses deux modèles, c’étaient De Gaulle et Jean Monnet. <<<

                      Oui mais... Si le général de Gaulle était un modèle pour lui, alors comment expliquer le Oui mais qui a si efficacement coulé le modèle ???


                      • velosolex velosolex 7 décembre 2020 12:54

                        @Parrhesia
                        Le premier nom d’homme célèbre que j’ai appris, c’est celui de Jacob Delafon. En rapport au fait que son nom dans les pissotières était à hauteur des yeux. 
                        Gamin, j’ai serré la main à De Gaulle, autant dire au saint esprit, et j’ai même embrassé le père Noel ;
                        Quand j’ai appris que c’était un escroc, j’ai perdu foi en la politique. 
                        Restaient les vespasiennes. 


                      • BA 5 décembre 2020 10:32

                        1944-1974 : les Trente Glorieuses.

                        1974-2020 : les Quarante-six Décadentes.


                        1974-2020 : nos années Giscard d’Estaing. Nos années de décadence.


                        Le 19 mai 1974, le peuple français choisit un chef de l’Etat qui n’a plus comme priorité l’intérêt national : Valéry Giscard d’Estaing.


                        Pour la première fois de son histoire, le peuple français choisit un chef de l’Etat qui a comme priorité numéro un : la construction européenne.


                        L’élection de Valéry Giscard d’Estaing est un tournant historique : à partir du 19 mai 1974, tous les chefs de l’Etat auront comme priorité numéro un : la construction européenne.


                        De même, tous les premiers ministres auront comme priorité numéro un : la construction européenne.


                        Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande, Emmanuel Macron : tous ces européistes sont les responsables de la décadence de la France.


                        Ils ont été au pouvoir, ils ont été ministres, ils ont été Premiers Ministres, ils ont été présidents de la République : on les a vus à l’oeuvre.


                        Conclusion :


                        Les années 1974-2020 seront connues comme étant « les Quarante-six Décadentes ». Quarante-six années de construction européenne ininterrompue. Quarante-six années de destruction de la France. Cette expérience de tarés aboutit à un échec total.


                        Et après ? Que se passera-t-il, après cette expérience de tarés ?


                        Après la mort de l’Union Européenne, nous devrons reconstruire la France.


                        • microf 5 décembre 2020 11:17

                          Après sa mort, Giscard D´Estaing arrive au ciel et se dirige vers la porte du Paradis.

                          Comme d´habitude, il veut y entrer illico comme il avait l´habitude sur la terre oú toutes les portes lui étaient ouvertes.

                          Mais á la porte du Paradis, il trouve tous les enfants morts avortés suite á la Loi sur l´IVG pendant son mandat.

                          Ces enfants le reconnaissent, et entrent dans une très grande colère et lui disent, si vous entrez ici, nous allons vous reserver le même sort qu´á cause de vous, nous avons eu sur la terre, á savoir être tués dans le sein de nos mères.

                          Comme ces enfants étaient tellement nombreux qu´il ne pouvait pas les vaincre, il dût rebrousser chemin, depuis, il erre dans le le ciel.

                          Peut être qu´un jour á force de nos prières, @microf prie pour lui, le Dieu Miséricordieux le fera entrer dans le Paradis oú tous ses enfants doivent être.


                          • mmbbb 5 décembre 2020 12:43

                            @microf on sent la puanteur de la droite catho la plus réactionnaire , tu préférais peut etre les faiseuses d ange ! 

                            Quant aux abus sexuels dans l Eglise , évidémment encore de la propagande

                            https://www.rtbf.be/emission/questions-a-la-une/detail_religieuses-abusees-l-autre-scandale-de-l-eglise?id=10158884

                            Une thématique reprise par maints médias !

                            «  

                            Dans le monde entier, des hommes d’églises abusent sexuellement de religieuses placées sous leur autorité. Lorsqu’elles se retrouvent enceintes, ces religieuses sontforcées d’avorter voire même expulsées de leur communauté.

                            La haute justice du Vatican a constamment protégé ces prêtres abuseurs et cela fait maintenant plus d’une vingtaine d’années que des Soeurs dénoncent ces actes, en vain. » 


                            Un film passe sur ARTE en 2019 , denoncant ce scandale de ton institution ;

                            Cette année la ce fut un feu de joie , le film d OZON , sur la pédophile a Lyon , le livre SODOMA et le ce doc !!


                            Ferme la !! Ce serait plus decent J esperes que tous ces pretes cardinaux ect seront empales par le diable et tres profond !! 


                          • microf 5 décembre 2020 22:37

                            @mmbbb

                            Merci pour votre commentaire et, malgré votre language châtié et grossier, je suis entièrement d´accord avec vous en ce qui concerne le scandale des hommes de l´Église qui abusent sexuellement les religieuses placées sous leur autorité, ainsi que les enfants et autres, ce n´est pas bien, ce n´est pas convenable ce qu´ils font.

                            Je suis aussi comme vous contre ceux qui les protêgent qu´ils soient de l´Eglise ou de l´état, ce n´est pas convenable ce que font les uns et les autres.
                            Toutes ces personnes aussi, lorsqu´elles arriveront au ciel, trouveront ceux qu´ils ont sexuellement abusées devant la porte du Paradis, et ces personnes violentées, vont exactement réagir comme les enfants avortés et tués dans le sein de leurs mères á cause de Loi sur l´IVG pendant le mandat de votre Giscard d´Estaing.

                            J´avais oublié de vous demander comment allez-vous sous le confinement ? Est-ce que c´est pas trop dure ? Le supportez-vous ? moi je ne le pourrais pas, vous savez cela peut vous faire la raison, le confinement.

                            Ici en Afrique pas de confinement, pas de masque, nous vivons normalement libre comme l´air. Si le confinement devient difficile pour vous á supporter, faites le moi savoir, je vous invite gentiment á venir me rejoindre ici en Afrique, en attendant, je prie pour vous afin que le Seigneur Miséricordieux vous aide á ne pas perdre la raison suite au confinement.


                          • velosolex velosolex 7 décembre 2020 12:35

                            @microf
                            No Problemo....Les avortons ont été adoptés par les 52 vierges promises la haut pour les combattants du djihad, au chômage, car finalement ces illuminés grillent en enfer. 
                            VGE a eu la bonne idée d’emporter son accordéon avec lui. Bien mieux que ses traités d’économie mortifère. C’est avec l’accordéon qu’il a endormi en bas, et ça sera pareil en haut. N’est ce pas ?...
                            Secrètement, il rêve de devenir ministre, à la droite du père, qui ressemble au grand Charles. 
                            Saint Pierre lui a donc ouvert la porte. Il l’a pris pour un intermittent du spectacle. 
                            Ce en quoi on ne pas lui donner tout à fait tort.
                            Giscard a aussi un diamant de Bokassa planqué dans chaque chaussette. On ne sait jamais, ça peut servir. Pour mettre de l’eau bénite dans les rouages. 
                            Il s’est inscrit à la chorale du saint esprit. Première répétition, il a repéré la princesse Diana au premier rang. Mais elle est toujours accompagné de son chauffeur. C’est fâcheux. Il lui faudra comploté un peu. 
                            Mais déjà les idées se bousculent. Il rêve de faire un grand espace commun. Le ciel, le purgatoire et les enfers dans le même état supra national. Il a déjà le nom : L’UE....C’est à dire l’univers entier....Il pense au regroupement familial. Belzébuth aurait un cousin au ciel qu’il voudrait bien rejoindre. Ne reste plus que Dieu et le général à convaincre. Mais ce dernier est déjà reparti en Angleterre. 


                          • zygzornifle zygzornifle 5 décembre 2020 12:33

                            « J’approche un âge où l’immortalité devient une valeur-refuge. »

                            Drogué jusqu’au bout la mante religieuse, la valeur refuge c’est le caveau de famille et l’immortalité c’est quand on ne nait pas .... 

                            La faux s’est occupé du Chirac et de lui, il reste encore le Sarcouilles et le Hollandeniais, Macron pour l’instant ne craint rien car il est habité par le malin ou son rejeton Mammon....


                            • Odin Odin 5 décembre 2020 13:30

                              Bonjour,

                              Beaucoup trop de louanges pour ce personnage qui fut le 2ème imposteur, après Pompidou, et malheureusement pas le dernier, a se présenter comme le président des français alors qu’il a œuvré toute sa vie contre la souveraineté de la France. Il fut l’un des disciples de Richard Coudenhove-Kalergi (métissage de l’Europe) comme Jean Monet (lié à la CIA), Robert Schuman, Robert Marjolin sans oublier Walter Hallstein (premier Président de la Commission européenne) et fidèle serviteur d’Adolf Hitler.

                              Pour illustrer cette perfidie originelle à la finance transnationale on ne doit pas oublier la loi Pompidou / Giscard du 03/01/1973, dite loi Rothschild en raison de l’attachement de Pompidou à cette dynastie pour qui il avait travaillé, comme notre micron actuel.

                              Ne pas oublier, dans la droite ligne du plan Kalergi, le regroupement familial dont on peut voir depuis longtemps les effets délétères sur notre civilisation.


                              • titi 5 décembre 2020 16:33

                                @Odin

                                On comprend bien que vous n’aimez pas VGE.

                                N’empêche.
                                Faites le bilan de ses 7 and de pouvoir par rapport à ceux qui ont suivi.
                                Au niveau sociétal : majorité à 18 ans, divorce par consentement, IVG...
                                Puisque vous parlez d’indépendance, le choix du nucléaire qui fait que la France est restée indépendante pour sa production électrique.

                                Qui plus est VGE avait des ambitions militaires pendant que ses successeurs voulaient « tirer les dividendes de la paix »
                                https://www.lemonde.fr/archives/article/1980/09/24/la-france-construira-deux-porte-avions-a-propulsion-nucleaire_2818539_1819218.html

                                Si VGE était mauvais alors ses successeurs étaient minables.

                                Petite question : vous avez voté pour qui en 1981 ?
                                Il est bon parfois de rappeler les responsabilités.


                              • papat 5 décembre 2020 16:30
                                Quel talent ce Giscard !
                                En 1973, la catastrophe de l’emprunt Giscard.
                                L’emprunt fut une ruine pour le Trésor français. Non seulement son taux d’intérêt, soit 7 %, dépassait tout entendement, mais l’emprunt vit sa valeur croître à cause de la dévaluation du franc et de la croissance du prix de l’or. Finalement, pour 6,5 milliards de francs empruntés pour quinze ans, l’État français dut rembourser plus de 90 milliards de francs (intérêts compris)


                                • titi 5 décembre 2020 16:39

                                  @papat
                                  « Non seulement son taux d’intérêt, soit 7 %, dépassait tout entendement, »
                                  Quels étaient les taux en 1973 au moment de la crise  ?
                                  Vous n’en savez rien.
                                  Donc avant de dire que ça dépassait l’entendement renseignez vous.

                                  « vit sa valeur croître à cause de la dévaluation du franc  »
                                  Qui a dévalué le franc presque presque tous les ans à partir de 1981 ?
                                  Certainement pas lui.
                                  Et d’ailleurs je croyais que c’était super de pouvoir dévaluer ? Ca ne serait pas le cas ?


                                • papat 6 décembre 2020 00:13

                                  @titi
                                  les 7 % ne sont qu’un détail ,90 milliards dans ton C.l et tu défends encore le gars !
                                  la bêtise à tous les étages !
                                   


                                • ETTORE ETTORE 5 décembre 2020 23:40

                                  Tiens ?

                                  V’la t’y pas qu’il soit devenu bègue le Rakoto.

                                  Déjà dit une fois.....Bon, on compatissait pour ses genoux..

                                  Mais là..... Deux cierges en si peu de temps.....pour un « destin. »...

                                  Si vous avez le hoquet, Rakoto, dite le, une bonne frayeur, et hop.....D’accord ?

                                  Bon alors.....Voyons....

                                  Rakoto....

                                  Le « destin » est revenu, et il a demandé à être re-re enterré avec vos-vos nartics.


                                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 décembre 2020 00:28

                                    @ETTORE
                                    comme t’es con . Mais bon ta connerie tu l’etalle ,.. Au mois t’es franc et on va pas aller contre , sommes pas vaches .


                                  • ETTORE ETTORE 6 décembre 2020 12:36

                                    Aita Pea Pea

                                    Ca au moins c’est un compliment genre, sucré/salé .

                                    Et franchement, vu la complexité culinaire de cette alliance des gouts.....Ca me va !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité