• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le différend entre les États-Unis et la Chine sur Taïwan

Le différend entre les États-Unis et la Chine sur Taïwan

Taïwan reste une question de la plus haute importance dans le différend entre les États-Unis et la Chine. Après une parenthèse relativement calme de vingt ans, l’importance géopolitique de l’ancienne île de Formose est de nouveau mise en évidence. Au niveau diplomatique, le 16 mars, la Taiwan Travel Act est entrée en vigueur. Il s’agit d’une mesure américaine qui encourage l’échange de visites entre hauts responsables américains et taïwanais. Cela a provoqué l'indignation de Pékin. L'Institut américain de Taïwan a également été inauguré et décrit par son président James Moriarty comme la pierre angulaire des relations bilatérales entre Washington et Taipei.

 

Sur le plan stratégique, Taïwan fait partie du confinement anti-chinois des États-Unis qui va du Japon à l'Inde, en passant par la Corée du Sud, les Philippines, l'Indonésie et le Vietnam. Une barrière tenue par les États-Unis pour empêcher à la Chine d'étendre son influence en Asie de l'Est. Taipei dans ce cadre est une sorte de porte-avions américain qui pointe vers le territoire chinois. Pékin veut annexer Taïwan d'ici 2050, l'année après le centenaire de la fondation de la République populaire. La réunification est considérée comme un élément essentiel du processus de « résurgence nationale » recherché par Xi Jinping, qui devrait être achevé au milieu du siècle.

Cependant, la route menant à la solution de la question taïwanaise est entravée par des obstacles. Pour commencer, le Parti progressiste-démocrate taïwanais (PPD) est au gouvernement depuis mai 2016 et contrôle désormais à la fois l'exécutif et le parlement. Le PPD rejette le principe "un pays, deux systèmes" promu par Pékin et semble être indépendantiste (une ligne rouge infranchissable pour Pékin), en dépit du fait que le président Tsai Ing-wen a tenté d'atténuer la tension et garantir la paix. Avant l’arrivée du PPD, les Chinois envisageaient de réaliser une unification pacifique par le biais de concessions économiques unilatérales à Taïwan, qui devraient transformer progressivement une sorte d’interdépendance économique en influence politique. Cependant, ce projet a provoqué une vague d'indépendance dans la population taïwanaise, qui ne veut perdre son indépendance de facto, et qui s'est achevée par l'occupation du Parlement par le Mouvement des tournesols en 2014. Le nouveau plan de Xi serait d’attirer de plus en plus de Taïwanais dans la République populaire de Chine en garantissant l’égalité de traitement et des opportunités économiques considérables et en cherchant dès lors à réaliser au départ une intégration sociale et, plus tard, politique. Pékin travaille également à la déstabilisation de Taïwan en désarticulant son réseau de relations diplomatiques et d’alliances. En fait, la Chine est en train d’"achèter" l'un après l'autre les pays qui ont des relations avec Taipei, les derniers en date étant le Burkina Faso et la République dominicaine, qui, en échange des avantages économiques promis par la RPC, ont mis fin à leurs relations diplomatiques avec Taïwan.

Aujourd'hui, moins de vingt États ont des relations diplomatiques avec l'ancienne île de Formose : la plupart des petits États du Pacifique et le Vatican. Loin de l'affichage des titres des média, un rapprochement hésitant entre le Vatican et Pékin est en train de se dessiner peu à peu. Le Saint-Siège et la République populaire de Chine (RPC) ont intensifié les pourparlers bilatéraux et plusieurs réunions ont eu lieu alors que les parties tâchaient de naviguer dans les multiples complexités d’un accord pour la nomination d’évêques catholiques sur le territoire chinois. Un accord mettrait fin à 70 ans de relations problématiques depuis la rupture des rapports suite à la prise de contrôle de la Chine par les communistes. En cas de succès, un accord représenterait la première fois que la Chine moderne établira des relations formelles avec un guide spirituel. Les États-Unis de toute façon soutiennent officiellement la politique d’une seule Chine, qui ne reconnaît qu’une seule Chine depuis 1979. Malgré cela, la « province rebelle » de Taïwan continue d’être un outil utile pour exercer une pression sur la République populaire et redéfinir les relations reciproques.

Pour ces raisons, les États-Unis sont aujourd'hui le principal sponsor de la sécurité de l'île et augmentent leurs approvisionnements militaires à Taipei. Les forces armées taïwanaises vont bientôt acquérir une centaine de chars américains M1A2 Abrams pour relancer leurs forces blindées, en remplacement des M60 et M48 désormais obsolètes. Il y a une mise en œuvre de la stratégie de "dissuasion multiple" contre d'éventuelles invasions militaires. Le ministre taïwanais de la Défense a révélé que son pays négocie avec les Etats-Unis une éventuelle acquisition du F-35B (Short Take-Off Vertical Landing - version décollage court et atterrissage vertical), conçu pour s'affranchir des longues pistes d'atterrissage extrêmement vulnérables aux missiles balistiques chinois, ce qui garantirait une flexibilité considérable en cas de guerre. Les États-Unis continueront d’exploiter Taïwan comme arme de négociation et comme instrument de pression à l’égard de Pékin, conformément à la stratégie d’endiguement de la RPC qui sera renforcée dans les années à venir. En faveur de Taïwan sera joué un match décisif de cette confrontation géopolitique au niveau mondial.


Moyenne des avis sur cet article :  1.25/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • NEMO Dr Faustroll 7 août 16:35

    « Nous allons rendre à notre pays sa grandeur. Je serai le meilleur président pour l’emploi que Dieu ait jamais créé. Je récupérerai les emplois pris par la Chine, le Mexique, le Japon et je rapatrierai notre argent. »

    Donald Trump en juin 2016 Donald Trump quand il s’est porté officiellement candidat à la présidence des États-Unis 


    Les pays les plus riches et les plus endettés de la planète ont souvent été les-mêmes et ils ont souvent eu recours à la guerre ou à l’assassinat pour effacer l’ardoise : Philippe le Bel avec les Templiers et Hitler avec les banquiers juifs.


    • Raymond75 7 août 19:22
      Les Chinois ne fonctionnent pas comme les occidentaux : ils savent attendre, mais n’abandonnent jamais. Ils peuvent attendre 50 ans, 100, 200 ou plus, mais Taïwan redeviendra partie intégrante de la Chine, ce qu’elle a toujours été pour eux.

      Tous les soirs ou presque à la télé chinoise il y a un reportage sur le Tibet chinois et sur Taïwan chinoise. Si vous reconnaissez la Chine dans les traités, vous abandonnez Taïwan en tant qu’entité juridique. Les cartes des compagnies aériennes doivent faire figurer Taïwan dans la Chine, sinon les autorisations de trafic sont supprimées, etc ...

      Et la puissance militaire de la Chine, notamment navale, ne cesse d’augmenter.

      La Chine n’est pas une démocratie, elle est une terrible dictature qui contrôle en permanence sa population, mais les gouvernements successifs avancent dans la même direction, et savent ce qu’ils veulent.

      • Paul Leleu 7 août 20:03

        il me semble que la Chine récupera Taïwan... c’est dans la logique des choses... Taïwan a servi de base de replis aux factions nationalistes après leur défaite face aux communistes. Vu l’évolution des choses, il est logique que Taïwan revienne dans la Chine appaisée actuelle. De toutes façons, les américains finiront par partir, car leur puissance est dans un début de déclin. Et puis, je ne vois pas la légitimé des USA a venir foutre la merde aux portes de la Chine. Ce qui est choquant, c’est le blocus politique, commercial et culturel dont la chine est victime depuis 1949. A tel point que l’occidental moyen ne connait rien de la culture chinoise qui est une des plus belles du monde. 


        • titi 8 août 13:33

          @Paul Leleu

          Vous pratiquez le raccourcis historique.

          « Taïwan a servi de base de replis aux factions nationalistes »
          Taïwan est un morceau de Chine.
          Elle n’a pas servit de replis. C’est juste une région de la Chine où les communistes n’ont pas pris pied.

          La Chine Populaire a autant de de droits sur Taïwan, que Taïwan sur le reste de la Chine. 
          C’est le même pays. Comme jadis le RFA et la RDA.

          Ce que vous appelés les factions nationalistes ce sont ceux qui ont résisté à l’envahisseur japonais pendant plus de 15 ans : 3,2 morts militaires. 17,5 millions de civils.
          Ca fait du monde pour des « factions ».

          « Ce qui est choquant, c’est le blocus politique, commercial et culturel dont la chine est victime depuis 194 »
          Bien sûr : blocus commercial, les chinois ne peuvent rien exporter dans le reste du monde depuis 1949.... c’est bien connu


          En conseil : au lieu d’intervenir sur des sujets pour faire de la pseudo propagande, résumez votre pensée : USA = caca
          Ca ira plus vite, et vous évitera de dire trop de bêtises.

        • Dom66 Dom66 10 août 00:04

          @titi

          Allez pendant que y est….

          Vous croyez que la chine communiste n’a pas résisté à l’envahisseur japonais ??? Pas mal comme leçon d’histoire !


          La Chine Populaire a autant de de droits sur Taïwan, que Taïwan sur le reste de la Chine. 


          Oui c’est comme dire que la Corse a autant de droit sur la France….


          En conseil : au lieu d’intervenir sur des sujets pour faire de la pseudo propagande, résumez votre


          pensée : USA =SUPER


          Ca ira plus vite, et vous évitera de dire trop de bêtises.




        • titi 10 août 18:21
          @Dom66

          « Vous croyez que la chine communiste n’a pas résisté à l’envahisseur japonais« 
          Euh, j’ai dit le contraire ? 
          Votre pote parle de »factions nationalistes« en parlant du Kuomintang….
          Donc aller faire un tour dans le dictionnaire et regarder ce qu’est une faction…

          Moi quand il y a 20 millions de morts ce n’est pas une faction.
          Ou alors on pourrait dire : dans le combat contre l’Allemagne nazie, Staline commandait la »faction« communiste. Ca vous irait ? Ca vous choque pas ?

           »Corse a autant de droit sur la France« 
          Alors retournez dans les livres d’histoire, et revenez nous dire qui avait le siège »République de Chine« au conseil de sécurité de l’ONU jusqu’en 1971.


        • Olivier 8 août 10:05

          Connaissant assez bien le cas de Taiwan, je peux vous affirmer que la grande majorité des taiwanais refusent totalement l’idée d’une incorporation à la Chine et préféreraient une indépendance formelle, qui d’ailleurs existe déjà dans les faits. 


          Taiwan n’a d’ailleurs pas été chinoise dans l’histoire moderne, car elle a été colonisé par le Japon jusqu’en 1945. Elle n’a dépendu de Pékin que de 1945 à 1949, date de l’arrivée de Tchang-Kai-Chek avec les nationalistes chinois, suite à l’arrivée au pouvoir des communistes sur le continent. Le comportement totalitaire, arrogant et agressif de ces derniers ne fait rien pour donner au taiwanais l’envie de se soumettre aux lubies des tyrans rouges de Pékin.

          La volonté de conquérir Taiwan est dû à la peur des tyrans communistes de l’exemple d’un société chinoise démocratique, qui pourrait donner des idées aux chinois du continent. D’où leur agressivité frénétique contre Taiwan. 

          • Dom66 Dom66 10 août 00:14

            @Olivier

            Vous avez raison....les Taîwanais ont peur des méchants tyrans communistes  smiley

            Les troupes du Parti nationaliste chinois (Kuomintang) de Tchang Kaï-chek arrivent à Taïwan en 1945, dès le retrait des troupes japonaises, et la république de Chine commence à gouverner l’île.

            Très vite, le malaise s’installe entre les nouveaux venus et la population taïwanaise et le 28 février 1947 éclatent, sous le nom d’Incident 228, des émeutes, provoquant la mort d’environ 30 000 Taïwanais, et la loi martiale est proclamée, c’est le début de la « Terreur blanche »

             smiley

          • zygzornifle zygzornifle 8 août 13:22

            un différent avec le états unis peut amener a la guerre .....des nerfs , commerciale et autres ....


            • ZenZoe ZenZoe 9 août 14:40
              J’ai lu tout récemment que la Chine avait exigé - et obtenu - de plusieurs compagnies aériennes (dont certaines américaines) qu’elles n’indiquent plus Taïwan mais Chine dans leurs destinations, entendant ainsi gommer toute référence à une indépendance de ce petit pays.
              La veulerie des Occidentaux est sans limite, d’où notre déclin et notre disparition à plus ou moins long terme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès