• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Frexit, par amour de la France (réponse à Tythan et aux autres)

Le Frexit, par amour de la France (réponse à Tythan et aux autres)

Le papier de lundi dernier a déclenché une série de réactions à laquelle je ne m’attendais pas. N’ayant pas eu le temps de répondre dans les commentaires, je préfère reprendre la plume dans un nouveau papier pour répondre aux différents points soulevés et mieux expliquer encore pourquoi j’ai pris position pour l’UPR en vue des élections européennes qui se dérouleront fin mai.

 

Un choix politique, devenu évident
 
Le papier de lundi n’est pas venu sur un coup de tête. C’est le fruit d’une longue maturation sur le choix de mon vote, dont l’aboutissement a été suffisamment clair pour que j’en fasse part deux mois avant l’élection, alors que j’avais davantage tardé pour le premier tour de l’élection présidentielle de 2017, choisissant NDA, comme cela a été rappelé. Et bien plus que la douche froide du choix de NDA d’entre-deux tours d’alors, qui, malgré mon désaccord, comportait un vrai courage politique à oser un tel choix, qui aurait pu tout lui faire perdre, c’est le sens politique du vote qui a compté. Si je n’ai pas varié dans mon souhait de mettre à bas l’ordre européen actuel, pour le remplacer, si possible, par de seules coopérations inter-étatiques sans le moindre centre de pouvoir indépendant, j’ai évolué sur la méthode.
 
Je ne peux pas nier avoir cru, un temps, qu’il serait possible pour la France, de quitter immédiatement l’euro, et d’engager un bras de fer avec nos partenaires, sur un temps limité, pour radicalement transformer l’UE et en retirer la moindre once de fédéralisme, en étant prêt à tout quitter au cas où il serait impossible de véritablement la transformer. C’est pour cela que j’avais contribué, en 2008, à la rédaction d’un traité alternatif, repris par NDA en 2009. Cette ligne était la sienne, jusqu’au premier tour de 2017. Depuis, deux complications sont apparues. Il y a deux ans, DLF a bien modéré son discours sur la question européenne, ne faisant plus de la sortie de l’euro un préalable, et tenant un discours de changement de l’UE de l’intérieur. En somme, DLF est devenu bien moins souverainiste.
 
Parallèlement, en travaillant sur la sortie de l’euro de 2010 à 2012, et avant même Tsipras et le Brexit, je suis arrivé à la conclusion que le processus de négociation ne pouvait pas aboutir. C’est pour cette raison que, dès 2012, j’ai publié des papiers critiquant la voie de l’article 50 et pris position pour une sortie unilatérale et rapide. La reddition sans condition de Tsipras en 2015, et le processus effarant du Brexit depuis près de 3 ans maintenant n’ont fait que me renforcer dans la conviction que pour changer, il faut gagner un mandat pour une sortie de l’euro et de l’UE immédiate et unilatérale. Et ma méfiance pour un autre chemin n’a fait que grandir avec des fâcheux précédents.
 
Comment croire une seconde qu’un président élu avec un simple mandat de changement de l’Europe, qui ne voudrait pas sortir de l’euro immédiatement, pourrait réussir, même avec dans sa manche un plan B (un vocable révélateur), que Tsipras n’avait pas réellement ? Bref, la voie défendue par NDA, plus modérée et moins souverainiste qu’il y a deux ans n’est pas crédible pour moi. C’est pour cette raison que je ne peux pas lui apporter mon soutien. Sa position a évolué dans un sens contraire à la mienne, et je doute que le but affiché soit non seulement atteignable de la sorte, mais plus encore véritablement souhaité… Qui plus est, aujourd’hui, il y a une offre politique proche de mes idées.
 
Bien sûr, je ne suis pas d’accord sur tout, notamment l’utilisation de l’article 50. Mais à supposer que l’UPR arrive au pouvoir, je n’aurais pas de doute sur la conclusion du chapitre européen. Si mon choix ne se porte pas sur les Patriotes, c’est parce que l’UPR a fait preuve d’une constance inébranlable depuis longtemps sur ces questions, et que ce parti me semble davantage installé dans notre vie politique. Il me semble logique de lui apporter mon soutien pour ces raisons, même si je ne verrais pas d’un mauvais œil un rapprochement en vue de ces élections européennes, qui me semble la condition sine qua non pour pouvoir envoyer des députés pro-Frexit au parlement européen en 2019.
 
Dans le même temps, NDA a fait de l’union de la droite son principal objectif. Cela me semble une double erreur. D’abord, c’est faire d’un éventuel moyen politicien un objectif alors qu’il n’est qu’un moyen. Et outre le fait d’être irréaliste à mon sens, ce choix est aussi en contradiction avec ce que je souhaite pour la France. Notre pays n’a pas besoin d’un virage à droite. Au contraire, d’un point de vue économique, il faut un coup de barre vers plus d’Etat, de services publics et de redistribution. L’union des droites, ce serait plus de malheur pour les Gilets Jaunes, moins d’argent pour les territoires et toujours plus pour les 1%. Et si les dépenses publiques étaient plus basses sous de Gaulle, c’est parce qu’il y avait peu de chômeurs, bien moins de retraités et un système de santé moins développé. 
 
 
Bref, le choix que je fais aujourd’hui est un choix politique, pour ce qui me semble être, sans le moindre doute, le mieux pour la France. Et fondamentalement, comme je l’explique depuis quelques temps, je crois à une explication des raisons du Frexit, et au fait de demander un mandat sans ambiguité pour le mener. La voie masquée évoquée ne me semble pas recommandable, car pas totalement honnête, ce qui risquerait en outre de compromettre le changement dont nous avons besoin.

Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 2 avril 18:40

    Même conclusion pour moi


    • JMBerniolles 2 avril 20:27

      Je n’ai pas lu l’article précédent de l’auteur.

      Néanmoins il aborde ici beaucoup de questions essentielles, sans les traiter, c’est dommage une autre fois sans doute, pour lesquelles je ferai des commentaires.

      1. Il me semble que dès que l’on invoque l’article 50 on a déjà fait un grand pas vers la sortie de l’Europe néo libérale constitutionnalisée dans le traité de Lisbonne et les précédents. La relation économique de libre échange avec l’Europe des traités est immédiatement terminée de même que la libre circulation des capitaux, il me semble. C’est en ce sens que les « économistes » du système prévoyaient un effondrement économique rapide du Royaume uni, notamment « Bilderberg » Lenglet qui sévit sur le service public avec la responsable N Saint Criq qui était prête à ficher tous les gens qui n’étaient pas « Charlie ». Je pense qu’il n’y a plus l’obligation de transcriptions des directives européennes et puis que la politique étrangère retrouve son autonomie…
      2. Evidemment un accord de sortie est prévu, mais dans l’esprit il n’est pas fait pour inclure des règles qui reprennent celles des traités… A l’occasion du Brexit la commission européenne a cherché naturellement à annihiler les effets de la sortie sur le plan économique et autres en réintroduisant dans le projet d’accord, avec la complicité de May qui était personnellement contre le Brexit, des règles issues des traités sans doute. D’où les rejets systématiques des projets d’accord présentés par May. Un non accord n’empêche pas la sortie. Celle-ci n’est qualifiée de « sauvage » que par les médias inféodés au néo libéralisme.
      3. Le Brexit est un cas particulier. Des éléments qui ont été rendu publics montrent qu’au Royaume uni des intérêts financiers puissants sont derrière des campagnes massives notamment sur ce que l’on nomme « réseaux sociaux » en faveur du Brexit. Autrement dit La City est pour le Brexit et celui-ci ne signifie donc pas la sortie du néo libéralisme, mais le passage à un capitalisme financier autonome centré sur La City.
      4. Justement dans le cadre de la sortie des institutions européennes néo libérales, la question du système que l’on adopte se pose. En général on ne va pas retomber dans le néo libéralisme. Le choix se situe donc entre le retour à un capitalisme industriel d’état, et un système ouvrant vers le socialisme. Personnellement je penche, pour beaucoup de raisons, dont l’urgence sociale, mais aussi la nécessité de reconstruire, de planifier et de financer des orientations établies pour relancer notre pays et satisfaire un nécessaire progrès social, pour la dernière solution. 






      • Attila Attila 3 avril 10:56

        @JMBerniolles
        Vous avez raison, le principal intérêt de sortir de l’Union Européenne est la possibilité de sortir de la doctrine néolibérale. Mais cette sortie du néolibéralisme n’est pas automatique. Si on sort de l’UE et que les électeurs remettent ensuite au pouvoir des clones de Sarkozy/Hollande/Macron/Fillon, ce sera un coup d’épée dans l’eau.
        Je regrette que l’UPR ne communique pas sur le néolibéralisme et le fait qu’il soit imposé par l’UE.

        .


      • Doume65 3 avril 15:02

        @Attila
        « Je regrette que l’UPR ne communique pas sur le néolibéralisme et le fait qu’il soit imposé par l’UE. »
        Si l’UPR n’emploie pas forcément le mot néolibéralisme, il entend lutter contre lui. C’est évident lorsqu’il fustige les orientations néolibérales de l’UE véhiculées à travers les GOPE. L’action m’intéresse personnellement bien plus que le vocabulaire, souvent trompeur.


      • Attila Attila 3 avril 15:41

        @Doume65
        « L’action m’intéresse personnellement bien plus que le vocabulaire, souvent trompeur. »
        Albert Camus :
        “Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde.”
        Personne ne revendique l’appellation « néolibéralisme », elle a disparu du vocabulaire des néolibéraux, c’est pour mieux nous tromper.
        Cependant, on la trouve régulièrement dans les textes des économistes indépendants. L’appellation « néolibéralisme » permet de trouver des études sur son fonctionnement et ses résultats. Il y a notamment la brillante étude de Naomi Klein, « La stratégie du choc » : partout où le néolibéralisme a été appliqué, il a abouti à un appauvrissement général de la population et à un enrichissement de la minorité qui était déjà la plus riche.
        Contrairement à ce que vous en pensez, il est de la plus haute importance de mettre en lumière cette doctrine pour ne pas se tromper de cible et pour mieux la combattre.
        "Imaginez que le peuple de l’Union soviétique n’ait jamais entendu parler du communisme. Et bien pour la plupart d’entre nous, l’idéologie qui domine nos vies n’a pas de nom. "
        Une idéologie à la source de nos problèmes

        .
        .


      • izarn izarn 5 avril 01:34

        @JMBerniolles
        Idées en vrac :
        May c’est de l’atlantisme forcené, il suffit de voir sa hargne contre la Russie...
        La City semble préoccupée par ses revenus avec l’Inde, qui dit Inde, dit Russie et Chine...Bref un autre Monde...
        Bref pour la City, l’UE fait chier...
        Donc on lourde...
        Of course...


      • JMBerniolles 5 avril 08:27

        @izarn Oui c’est un vrac bien ordonné..


      • Doume65 10 avril 19:06

        @Attila
        Le peuple soviétique a sans arrête entendu parler du communisme pendant des années et ne l’a pourtant jamais obtenu. Ton exemple illustre magnifiquement le vide de ta démonstration.


      • Jean De Songy 2 avril 22:40

        20% de bébés à prénoms musulmans, 15% d’Hatshepsout africains, 15% de Teddy de banlieues américanisés, du bobo narcissique à vomir citoyen du monde se foutant de son pays, des vieux assurés vie en €, et qq souchiens GJ des réserves ne sont plus la France mais la société multiculturelle mondialisée.

        Plus personne il sera français. Sauf dans les livres d’Histoire. Ce n’est pas La France archipel de Fourquet mais le territoire archipel des tribus au mieux, plus des animaux non grégaires du Marché. Avec le peuple désuni est aussi mort l’état. Le passéiste est l’ineffectif. Réveil.

        Vais je laisser les sociétés d’état gaulliennes, la sécu, les services publics français en héritage à hidjab ? Vive le dépeçage en marche pour l’accumulation du capital mondialiste.


        • izarn izarn 5 avril 01:54

          @Jean De Songy
          Tu parles de la populace, de la plèbe...
          Nous les aristos, on se nommera toujours Arnaud...
           smiley


        • acab2 3 avril 06:49

          Bonjour,

          .

          Sauf, que je ne voterais pas pour le parti d’un énarque.

          J’irais militer pour le blanc et probablement voter blanc. 

          .

          Si Philippot, Lassale, Chevénement, Asselinot et Dupont s’entendent....

          Je me rallierai a la liste souverainiste unie, mais je rêvé beaucoup trop.

          .

          On verra les résultat de la « grande conférence de l’opposition ».

          On verra les résultat du « troisième appel des jaunes constituants ».

          .

          Je reste séduit par le manifeste « pour parti communiste du 21éme siécle ».

          Peut étre je vais les encourager. Bref, dieu seul sais pour qui je vais voter.

          .

          Crd++


          • devphil30 devphil30 3 avril 07:40

            @acab2

            Le problème n’est pas de s’entendre mais de se mettre d’accord sur celui qui ira ...
            Les petits ne peuvent pas se permettre de ne pas se présenter sinon ils n’existent plus publiquement et financièrement.
            Donc il est quasi impossible de voir ce type d’alliance et il y aura toujours certains points bloquants entre eux.

            Je voterais pour un candidat pour la sortie de l’Europe , c’est le meilleur moment pour le faire


          • acab2 3 avril 08:13

            @devphil30

            Je ne vois pas en quoi c’est compliqué de déposer une marque « front souverainiste » ou « souverainiste unis », surtout que c’est un scrutin a listes.

            Il suffit de tirer au sort la tête de liste, les autres on les connais pas ou on ne sais d’eux que ce que les partis voudrons organiser comme communication.

            De toute façon ce ne peut pas étre lassale qui gardera son mandat de député, ni asselinot qui est antipathique au possible, ni chevenement qui est « pourri ».

            Philopot ou Dupont, y sont photogéniques et échapent miraculeusement au tous pourris. Il faut qu’un des deux cède ou une primaire, ou un pile ou face.

            ------

            L’argent a avancer et le remboursement des frais de campagne, je vois la problématique, mais je pense qu’un bon comptable pourrais gérer.

            La marque « front souverainiste », peut être financée et remboursée comme une opération commune indépendante de la conta des partis qui s’y trouve.

            Si c’est bien transparent, personne n’y perdra financièrement et tout le monde y gagnera politiquement. Peut étre méme la majorité de la faible participation.


          • Drugar Drugar 3 avril 15:29

            @acab2
            « Philopot ou Dupont, y sont photogéniques et échapent miraculeusement au tous pourris. »
            F. Philippot, en plus de n’être qu’une vulgaire photocopieuse sans envergure est marqué, encore fraîchement, du sceau maudit du FN. Ce seul fait lui interdit de recevoir les votes des sympathisants de gauche, handicapant gravement le score potentiel d’une liste « souverainiste ». Qui plus est, s’il est, soit-disant, tellement en phase avec la ligne de l’UPR, pourquoi ne pas avoir rallié l’UPR plutôt que de créer un parti ? Et en plus si votre seul argument c’est le coté « photogénique », c’est navrant de vacuité et superficialité... Il doit d’ailleurs toute sa carrière politique et son mandat actuel de député européen au FN, Tiens, d’ailleurs, il est déjà député européen : pouvez-vous me dire qu’elles ont été ses actions franches en faveur du FREXIT au parlement européen ?
            Concernant NDA, Laurent Herblay a expliqué pourquoi sa candidature n’est plus recevable.
            J. Lassalle ne veut pas du FREXIT 
            JP Chevenement me semble perdu dans le marigot Macronique...
            Le fait que vous trouveriez F Asselineau antipathique n’engage que vous et n’en fait certainement pas une généralité. Au moins 300 000 personnes ne pensent pas comme vous

            Concernant le financement, l’UPR est financé à 100% par les dons et les cotisations des adhérents et sympathisants. Comment mélanger ce type de financement avec celui d’autres partis, beaucoup moins limpides quant à leur provenance et des pressions politiques qui en résultent ? Puisque vous semblez penser que créer un front souverainiste est si simple, pourquoi ne le faites-vous pas vous-même ?

            Au final, beaucoup de « y’a qu’a, faut qu’on » et de propositions superficielles. Pas très sérieux ....


          • Eric F Eric F 3 avril 18:43

            @devphil30
            « Les petits [partis] ne peuvent pas se permettre de ne pas se présenter sinon ils n’existent plus publiquement et financièrement »
            Mais pour les européennes, les listes qui recueilleront moins de 5% des suffrages exprimés n’auront aucun élu. De toutes les « petites » listes, celle de NDA est la seule qui ait la probabilité -et ce n’est pas une certitude- d’avoir des élus (même le PS pourrait ne pas en avoir)


          • acab2 4 avril 18:36

            Argument du seau maudit du FN sur philippot accepté, vous avez raison.

            Le fait est qu’il s’est « radicalisé », pour la sortie et non la renégociation,

            la semaine dernière. Ya que les cons qui changent pas d’avis.

            En temps que parlementaire FN, il a fait un certains nombre de coup d’éclat.

            Moi qui suis jaune, j’ai énormément apprécié qu’il en parle tout la haut.

            Il n’a pas ralié l’UPR, et je vais pas vous refaire la litanie d’incurie.

            Leader énarque, programe et vision d’avenir floue, partisants hystériques.

            Lassale est un « euroseptique », encore quelques années et il basculera.

            C’est son positionnement électoraliste, il est « dur mais raisonnable »

            Il se peut qu’il bascule au court de cette campagne la, d’ailleurs.

            Chevenement je l’ai foutu dans la liste par ce qu’on m’a dit qu’il en étais

            Dupont gngangan est l’espoir de la France politiquement-correcte, selon moi.

            Je vais le faire moi même, en effet.

            Rejoint nous camarde patriote. Dans l’union sacrée, dans l’union nationale, dans la grande alliance contre les enculés, dans la france libre anticaptaliste, dans la patrie avant le parti, dans le parti des sans partis.

            Vas dans le point d’acces et léche des culs pour obtenir des clef. De clef en clef, on t’envera chez les souvrainistes unis, ou chez les gentis facho, ou chez la droite pour tous, et la bas, tu verra les noir aller et venir de chez les rouges, vert, rose, bleu, blanc, autres sensibilités.

            C’est comme ca que la convergence marche, avec des hommes de convergence qui se placent entre les groupes spécialisés, qui échanges des messages d’organisation, des texte d’idées, des visuels de propagandes, des gents.

            https://discord.gg/fk7GeC3


          • izarn izarn 5 avril 01:58

            @acab2
            Tu votes n’importes qui de ta liste, c’est le bon choix !
             smiley
            Parceque n’imagine pas que ça va changer grand chose...Sauf leur fiche une bonne baffe..
            Mais ça va pas les tuer...
            ...Ca fait quand même du bien !
             smiley


          • révolQé révolQé 7 avril 10:17

            @Drugar,
            300 000 c’est le nombre d’encartés, perso dans mon entourage proche, nous sommes 2 à jour de nos cotisations mais 5 à voter pour F.A.


          • Trelawney Trelawney 3 avril 09:08

            Il y a aujourd’hui une UE économique, mais elle n’existe pas encore politiquement. J’en veut pour preuve que le parlement européen n’a aucune légitimité.

            Je conseille donc aux pro frexit, d’attendre encore quelques semaine pour voir ce que va apporter le brexit politiquement et économiquement.

            On en est à se perdre en conjectures, alors attendons de voir ce que va nous donner une sortie de l’UE sans accord d’un pays qui n’a pas signé Schengen et n’a pas l’euro comme monnaie


            • tibidi 3 avril 09:15

              Je l’ai déjà dit : l’UPR a tout bon : sortir de l’euro, de l’UE, de l’OTAN.

              Mais Asselineau doit comprendre qu’il n’est pas un « leader » charismatique.

              Ses scores sont insuffisats. S’il laissait la première place à quelqu’un de jeune, souriant, sexy ...  les chiffres de l’UPR décolleraient enfin.

              vive le FREXIT.


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 3 avril 10:56

                @tibidi

                ça ne vous questionne pas ce constat ?

                Et si, et si... et si c’était fait exprès ??

                Histoire de marginaliser encore plus la remise en cause de l’UE ?

                De faire passer cette idée, qui n’est pas plus idiote qu’une autre, pour l’apanage d’une secte vouée à être ultra minoritaire ?

                Il faut convenir que vu de l’extérieur, ça y ressemble fortement :

                Vous voulez remettre en cause l’Union européenne ?

                Alors vous avez « le choix » :

                • un parti qui fera tout pour ne pas arriver au pouvoir (le FN)
                • une sorte de groupe intellectuel à tendances sectaires, qui n’a pas la moindre chance de rallier les suffrages en nombre (UPR)
                • un vrai faux dissident qui est en train de rentrer à la maison (Dupont-Aignan)
                • reste Philippot, mais bon, il est parti un peu tard, et on ignore, sur la durée, vers où ça peut aller.

                Enfin, on peut se rassurer en se disant que chez les autres, les LR qui vont vers l’extinction, Macron qui est de plus en plus rattrapé par sa connerie, ou le PS qui est en coma dépassé, ce n’est pas mieux.

                Il reste Mélenchon, le seul qui s’en sorte, et qui finira président.

                Dieu seul sait ce que ça va nous réserver.


              • Attila Attila 3 avril 11:03

                @tibidi
                « Mais Asselineau doit comprendre qu’il n’est pas un « leader » charismatique. »
                Le charisme, c’est l’aptitude à conduire un char.
                Nul doute que François Asselineau ait toutes les qualités pour conduire le char de l’État.

                .


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 3 avril 11:17

                @Attila

                on a déjà du mal de l’imaginer maire de sa commune et discuter avec quelqu’un d’autre que lui même, alors chef d’État, c’est impossible smiley


              • Emohtaryp Emohtaryp 3 avril 14:03

                @Olivier Perriet

                Tu parles de macron, là, bien sûr ??


              • Eric F Eric F 3 avril 18:51

                @tibidi
                Asselineau est à la fois l’unité centrale et la base de données de son mouvement, on voit mal quelqu’un d’autre porter cela. Alors s’il s’agit juste d’avoir un porte flambeau souriant en tête de gondole, ça ne marchera pas sur les plateaux. Dans le cadre d’une éventuelle synergie avec Philippot, faudrait voir, mais l’un comme l’autre ne sont pas de nature à s’effacer.


              • Attila Attila 3 avril 23:53

                @Attila
                « Le charisme, c’est l’aptitude à conduire un char. »
                Il faut toujours se méfier les premiers jours d’avril . . .

                .


              • GerFran 3 avril 16:48

                Étienne Chouard : "Il faut sortir de l’Union européenne, c’est une évidence"

                https://www.youtube.com/watch?v=iGR1aeYY1Mc

                 


                • Alexosaure 3 avril 17:02

                  Dommage que poutou se présente pas,au moins j’aurais peut être permis de retrouver un boulot à un prolo dont la vie et le compte en banque ressemblent aux miens


                  • Traroth Traroth 3 avril 18:04

                    Une sortie unilatérale rapide de l’UE et de l’euro telle que proposée par Asselineau ne peut que se terminer par un désastre.

                    Parce que quand vous parlez de quitter l’union « sans négociation », je me demande vraiment ce que vous imaginez. C’est délirant, comme idée ! La France se retrouverait du jour au lendemain avec des barrières douanières à toutes ses frontières, frontières d’ailleurs infranchissables, une monnaie que personne ne reconnait, etc. Les impacts économiques, financiers et diplomatiques seraient catastrophiques. Si Asselineau avait la moindre chance, il y aurait vraiment de quoi s’inquiéter !

                    La bonne stratégie, c’est d’utiliser le poids incontestable de la France pour modifier les traités, en menaçant de sortir de l’union si refus et en cherchant l’appui d’autres pays victimes des politiques actuelles pour augmenter encore la force de notre position, et aussi les possibilités de négociation si on en arrive finalement à la sortie de l’UE.

                    C’est précisément ce que propose la France Insoumise, qui a déjà mis en place une vaste coalition à l’échelle européenne autour de ce projet, avec leurs homologues au Portugal, en Espagne, au Danemark, en Suède et en Finlande.

                    https://lafranceinsoumise.fr/2018/06/27/le-mouvement-europeen-maintenant-le-peuple-selargit/


                    • Attila Attila 3 avril 18:43

                      @Traroth
                      « La bonne stratégie, c’est d’utiliser le poids incontestable de la France pour modifier les traités »
                      En désobéissant ?
                      Jean-Luc Mélenchon désavoué par le Conseil constitutionnel : il est « anticonstitutionnel » de désobéir aux traités européens
                      .
                      Vous débarquez, vous.

                      .


                    • Attila Attila 4 avril 07:30

                      @Attila
                      Même Jean-Luc Mélenchon reconnaît qu’il faut l’unanimité des 28 pays pour changer les traités européens :
                      https://www.youtube.com/watch?v=P_pE-Vh_Qi4

                      .


                    • Traroth Traroth 8 avril 15:13

                      @Attila
                      En menaçant de sortir des traités, tout simplement. C’est écrit noir sur blanc dans le programme de la France Insoumise. Vous faites les questions et les réponses !


                    • Traroth Traroth 8 avril 15:16

                      Et ce strawman est la seule réponse à un commentaire construit et argumenté, c’est pathétique. Vous êtes vraiment dans la pensée magique, et quand tout se sera cassé la gueule, il n’y aura personne pour dire « j’avais tort ». C’est rageant ! L’UPR ou le non-débat !


                    • eau-du-robinet eau-du-robinet 3 avril 18:28

                      Bonjour,

                      .

                      J’ai quitté l’UPR, mais à la prochaine élection européenne je vais voter pour le moins pire de toutes les partis politiques, qui est à l’état actuel l’UPR !

                      .

                      Pourquoi ai j’ai quitté l’UPR ! 

                      En Gironde c’est le fonctionnement interne qui ma gonflé !

                      L’UPR est trop porté sur une image parfaite / exemplaire. Ce parti politique qui se veut rassembleur, qui prétend d’être ni de droite ni du centre ni de gauche, c’est séparé dans les dernières années des adhérents dont la position été disons trop de droite ... ce que je regrette surtout quand on veut rassembler tous les français.

                      .

                      Devenue gilet jaune, sans parti politique, j’ai pu enfin faire ce qui m’à été refuse à l’UPR, revendiquer sur des pancartes mes critiques au système. J’avait fait une fois une affiche avec une courbe de chômage grimpante pour dénoncer la politique d’emploi sans y obtenir le droit de poser le NOM UPR sur mon affiche... et je ne suis pas la seule personne à qui c’est arrivé ... cela fait chier surtout quand on est un militant dévoué et fortement engagé !
                      .

                      J’en ai mare d’être infantilisé et paternilisé surtout quand on à comme moi 61 ans !

                      Le mouvement des gilets jaunes m’amené finalement à quitter l’UPR, car je suis à fond convaincu par le véritable RIC surtout par le référendum révocatoire ! J’en ai mare de signer des chèques en blanc ! Hors le fonctionnement interne de l’UPR est pyramidal et pas horizontal bref comme dans toutes les autres partis politiques.

                      .

                      L’UPR reste pourtant le parti politique qui est orienté pour offrir bien plus de libertés aux français comparé à toutes les autres partis politiques.


                      Voter pour l’UPR cela ne veut pas dire se marier avec ce parti politique mais cela permet de faire un grand pas vers plus le libertés.

                      L’UPR à pour vocation de restaurer la « démocratie » en France puis d’être dissoute et c’est dans ce sens que nous devons approcher la chose.

                      .

                      Je ne me fait pas d’illusion et je pense que l’UPR ne dépassera pas le 2% à la prochaine élection européenne car la grande majorité des français ne sont pas encore suffisamment informé / éveillé .... comme prouve le mouvement des gilets jaunes. 70% de français soutiennent le mouvement mais ne viennent pas manifester avec nous dans les rues ... donc cela vas encore trop bien pour eux ?

                      Nous les gilets jaunes ne chantent pas pour rien « Ne nous regardez pas, rejoignez nous  » durant nos manifestions les samedis .... mais cela n’a aucun effet sur les 70% !

                      .


                      • Eric F Eric F 3 avril 19:07

                        @eau-du-robinet
                        « 70% de français soutiennent le mouvement [GJ] mais ne viennent pas manifester avec nous dans les rues »


                        Les 70% soutiennent le fait qu’il y ait une expression protestataire, mais beaucoup d’entre eux ne soutiennent pas les moyens d’action ni certains slogans ni les courants radicaux du mouvement. On a déjà vu par le passé une attitude de protestation par délégation, forme d’« avertissement sans frais ». Il y a aussi la crainte que si la situation économique se dégrade ce soit au détriment de tous (plus de financement des minima), ou encore que ce qui sera accordé sous la pression par les gouvernants aux uns soit au détriment des autres -sachant que ce ne seront pas les profits qui financeront-.


                      • cettegrenouilleci 3 avril 23:40

                        @eau-du-robinet

                        Bonjour

                        Merci pour cette très pertinente contribution.

                        Il y a certes des insuffisances et des freins réels au développement de l’UPR.

                        C’est une excellente chose de les évoquer et de montrer les incidences très négatives qu’elles peuvent entraîner dans le développement de l’UPR, dans le renforcement de son audience, dans la mise en oeuvre audacieuse de son action politique, et en particulier dans la conduite efficace de la bataille des idées.

                        Par leur détermination exemplaire, par leur ingéniosité, par leur réactivité, par la force et la pertinence des slogans mis en avant, par leur plasticité et par leur vigilance dans leurs façons d’affronter le gouvernement et les arnaques préparées par ce dernier à leur intention, par leur capacité à se saisir des enjeux et des ressorts principaux de la crise qui étrangle notre pays, par leur capacité à identifier leurs vrais adversaires et leurs vrais amis et alliés potentiels, les Gilets Jaunes ont donné à tous nos concitoyens, à tous les partis politiques qui prétendent représenter les aspirations et la volonté du peuple français, à toutes nos organisations démocratiques, à la presse nationale et au monde entier, une admirable leçon de choses, un modèle de résilience et de réactivité.

                        L’UPR a su, dès le départ de ce mouvement, discerner toutes les potentialités positives dont il est porteur. Le Mouvement des Gilets Jaunes vient d’apporter à la France, en cadeau de Noël et pour ses étrennes, une contribution admirable à la construction nécessaire et urgente du grand rassemblement populaire majoritaire qui est nécessaire pour sortir la France de l’UE , de l’euro et de l’Otan, choses nécessaires au redressement du pays et à la satisfaction des revendications légitimes des Gilets Jaunes, des couches populaires, des salariés.

                        A l’UPR, les imperfections que vous relevez sont en partie la conséquence du souci de ce parti de se prémunir de dérives et de manipulations possibles des actions que nous engageons à travers tout le territoire national. Ces dérives, ces erreurs ou ces imprudences possibles peuvent être manigancées par nos adversaires, par les ennemis de la nation, par toutes sortes d’aventuriers flairant le bon filon, ou induites par des adhérents de bonne volonté qui n’auraient pas fait preuve de la prudence ou de la circonspection nécessaire avant de s’engager derrière certaines actions, certains mots d’ordre ou certaines publications.

                        Toutes ces insuffisances se corrigeront progressivement au fur et à mesure du développement de la bataille politique et du renforcement des rangs et de l’organisation de l’Union Populaire Républicaine.

                        Comme vous le dites fort bien, « l’UPR reste pourtant le parti politique qui est orienté pour fournir bien plus de libertés aux Français comparé à tous les autres partis politiques ».

                        Les militants de l’UPR et les sympathisants de l’UPR doivent apprendre à travailler de façon autonome et responsable à notre projet politique commun, en s’appuyant sur les outils mis à leur disposition : la charte de l’UPR sur laquelle je n’ai rien à redire, le matériel militant, le programme du parti et les statuts qui s’adapteront progressivement aux défis rencontrés dans la conduite du combat politique et de la résistance organisés contre les forces politiques qui trahissent et détruisent la nation.

                        A tous les niveaux, il nous faut être vigilants. Mais il faut aussi apprendre, et vite, à travailler ensemble et à rassembler, à organiser, à déléguer, à faire confiance, à écouter ceux qui ne se jettent pas devant les caméras et qui n’empoignent pas les micros et qui ont pourtant beaucoup de choses à dire, d’expériences à transmettre, d’ingéniosité qui ne demande qu’à être libérée et sollicitée, d’ouverture sur la réalité du monde, de savoir-faire, de sagesse, de capacité d’initiative, de capacité de rassemblement, de force de conviction, d’attachement à nos valeurs républicaines.

                        Soyons déterminés, audacieux, confiants, patients , et indulgents. Accordons nous aussi le droit de faire quelquefois, le moins souvent possible, des erreurs et de les corriger nous-mêmes en tenant compte des avis divergents, et en n’attendant pas un feu vert venu d’en haut si cela n’est pas judicieux.

                        Donnons à nos militants les moyens de conduire la bataille politique collective de façon confiante, créative, soutenue, efficace, populaire, avec la patience, la détermination et la réactivité indispensables.

                        Très cordiales salutations


                      • acab2 5 avril 03:14

                        (« Ne nous regardez pas, REGARDEZ-VOUS »)

                        Je veux pas t’agresser, mais... t’est sérieux ?

                        T’a gouté, c’est de la merde, et tu nous le conseille ?

                         


                      • Pie 3,14 3 avril 18:31

                        Les souverainistes sont fascinants. 

                        Ils n’ont toujours pas compris que dans une économie mondialisée il faut atteindre une certaine taille critique pour peser.
                        Ils sont attachés à une vision de la nation qui ne parle plus à grand monde. 
                        Ils diabolisent l’Europe montrée comme une hydre fédéraliste alors que son fonctionnement est clairement porté par les états souverains. C’est le conseil européen, c’est-à-dire les gouvernements qui décident. 
                        Quand on voit la manière catastrophique dont le Brexit se passe sans que l’UE y soit pour grand chose, on se demande s’ils ont des yeux pour voir la réalité.


                        • Eric F Eric F 3 avril 21:26

                          @Pie 3,14
                          certains relativement petits pays tirent leur épingle du jeu dans l’économie mondialisée dès lors qu’ils possèdent un « avantage compétitif » (par exemple pétrole pour la Norvège ou système bancaire pour la Suisse). c’est plus difficile de surnager seul pour un pays sans spécificité. Un autre problème est que notre économie s’est imbriquée dans celle de l’Union, nous n’avons plus guère de champions purement nationaux comme c’était le cas jusqu’au début des années 2000.


                        • Emohtaryp Emohtaryp 3 avril 23:07

                          @Pie 3,14

                          « Quand on voit la manière catastrophique dont le Brexit se passe sans que l’UE y soit pour grand chose, »

                          Antiphrase par excellence, la vérité est tout le contraire, ce sont les magouilles de l’ue qui sèment la zizanie en GB pour empêcher la sortie de se faire sereinement, l’ue est une dictature, ni plus ni moins avec tous ses vices mortifères....

                          Par ailleurs, l’Angleterre se porte très bien économiquement parlant, ce que les médias omettent de mentionner systématiquement , et se portera encore mieux après sa sortie....Pensez donc ! ça va donner des idées à pleins de pays, alors on met les bâtons dans les roues, mais ça va encore échouer, la GB n’est pas la Grèce..... smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès