• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Front de gauche : l’extrême gauche ?

Le Front de gauche : l’extrême gauche ?

Les législatives sont au cœur des débats politiques et la candidature de Jean Luc Mélenchon contre Marine Le Pen à Hénin-Beaumont est au centre de l’actualité. Présenté comme un 3ème tour des présidentielles, nous assistons selon une grande partie de la Presse à « un combat de coqs ». Ce nouveau courant qu’est le Front de gauche, né du rassemblement d’une dizaine de partis autour d’un même programme, bénéficie ainsi de cette polarisation médiatique de son principal porte-parole. Au-delà de la notoriété indiscutable de JL Mélenchon, qui tantôt séduit et impressionne, tantôt agace, qu’en est-il, sous le prisme des médias, de la place donnée au Front de gauche sur la scène politique ?

« Seulement » 11,1% de voix pour le Front de gauche : mauvais sondages ou mauvaises analyses ?

Le 22 avril 2012, le Front de gauche termine 4ème aux élections présidentielles, sortant de cette longue campagne avec un résultat honorable, bien qu’en dessous des espoirs donnés par de nombreux sondages, qui venaient à mettre Jean Luc Mélenchon devant Marine Le Pen une dizaine de jours plus tôt (le sondage CSA du 12 avril mettait le Front de gauche à 17% tandis que le FN était estimé à 15% d’intentions de voix). Les mots utilisés par les journalistes fusent pour exprimer la surprise et la déception que ne peuvent que ressentir les représentants du Front de gauche et Jean Luc Mélenchon au terme de ce premier tour. Comment se dernier ne pourrait-il pas être amer et déçu, lui qui se voyait déjà le 3ème homme ? Les Instituts de sondage, influencés par l’engouement et l’ampleur des rassemblements du Front de gauche, auraient surévalué volontairement les intentions de vote et la ferveur constatée par les médias autour du Front de gauche n’aurait était qu’un leurre, qui représenterait seulement les voix minoritaires d’extrême gauche.

Cependant, n’en déplaise aux spécialistes, les derniers sondages tombés une semaine avant les élections annonçaient déjà une baisse tendancielle d’intentions de vote en faveur de Jean Luc Mélenchon. 

Le 19 avril, le même Institut CSA mettait JL Mélanchon à 14,5%, BVA et IPSOS à 14%, tandis que TNS SOFRES l’estimait à 13%. Sachant que la marge d’erreur reconnue dans les sondages est de 3%, on peut en conclure qu’une partie de l’électorat potentiel du Front de gauche n’a finalement pas acté son vote comme il l’avait décidé une ou deux semaines auparavant.

Nombreuses et variées ont été les raisons évoquées par les journalistes, les éditorialistes et les représentants des Instituts de sondage, pour expliquer ces revirements électoraux. Parmi celles-ci, relevons les principales :

La première, quelque peu empirique mais qui a sans doute une part de véracité : des électeurs au prime abord séduits par un candidat jusqu’alors inconnu, auraient finalement porté leur voix sur d’autres candidats ou se seraient abstenus. Ainsi, JL Mélenchon aurait bénéficié durant quelques semaines d’un effet de mode encouragé par les médias, qui se serait essoufflé une à deux semaines avant le premier tour, suite à une médiatisation moins importante, mais aussi des sondages moins favorables durant les derniers jours. On pourrait comparer cette attitude électorale plausible à une bulle spéculative, où l’on cherche à « investir » dans un candidat dont l'opinion et les sondages le portent dans les favoris de manière soudaine et notable.

Seconde explication défendue par certains spécialistes et à juste titre par les militants, un électorat naturellement de gauche influencé par l’argument du vote utile, ressassé inlassablement par les membres du PS et appuyé par ses medias partisans, dont en première ligne Le Nouvel Observateur, Le Monde et Libération. A titre d’exemple, quelques jours avant les élections, une page double et un grand titre du Monde du 9 avril, consacré à la montée dangereuse du Front National chez les jeunes selon un sondage CSA, contesté un peu tard dans les semaines qui suivirent.

Sans revenir sur le caractère irrationnel de cet argument qui fait appel au traumatisme de nombreux électeurs lors du 2nd tour des présidentielles de 2002, rappelons que le report des voix sur F. Hollande au détriment de JL Mélenchon a produit exactement l’inverse de l’effet recherché : à savoir un Front National renforcé qui durant l’entre deux tour a envahi l’espace médiatique, permettant ainsi de banaliser le discours erroné d’une immigration grandissante en France, devenue forcément un problème en temps de crise. Ainsi avons-nous assisté dans l’actualité à une sur médiatisation des obsessions sur lesquelles se base le discours de l’extrême droite : l’immigration, la viande hallal et l’assistanat généralisé. Devenus les trois grands thèmes indistincts de cette campagne de l’entre deux tour, un lien implicite s’est tissé dans l’inconscient collectif entre ces trois notions, avalisant ainsi la stratégie du FN dans le but évident de stigmatiser la population musulmane. De l’étranger, on pouvait croire en lisant les grands titres de la presse nationale que LA priorité des français relevait de cet amalgame fondé uniquement sur des impressions et des a priori qui ont la vie dure, d’autant plus lorsqu’ils sont relayés comme une information dans les médias. 

− Troisième élément évoqué pour expliquer le désistement d’une partie des intentions de vote en faveur du Front de gauche : un discours et un programme qui ont, comme le PS, mis de côté l’électorat populaire, en refusant de faire de l’immigration un élément central de la campagne, alors qu’elle représente un problème essentiel aux yeux de la majorité de la population.

Parmi les défenseurs de cette analyse, Eric Zemmour, qui a évoqué le discours de Jean-Luc Mélenchon sur les plages du Prado à Marseille comme la démonstration définitive de la fracture intellectuelle entre la gauche et le vote populaire, notamment le vote ouvrier, parce qu’il avait eu l’audace de présenter le métissage comme une force pour la nation et non un problème. Entendons par là que selon Eric Zemmour, les classes populaires auraient préféré le FN au Front de gauche, parce qu’elles seraient, au mieux hostile à l’émigration, au pire foncièrement racistes.

Au-delà de toutes ces analyses qui en disent peut-être davantage sur la manière de penser de leurs auteurs que sur le résultat du Front de gauche, il y a un aspect des élections présidentielles dont aucun spécialiste ni aucun média n’aura pensé ou voulu évoquer clairement : celui de la peur des extrêmes.

· La peur des extrêmes, garante de l’oligarchie en place

Le Front de gauche s’évertue pouratnt à répéter inlassablement dans la presse et durant ses meetings qu’il n’est en aucun cas un courant d’extrême gauche, mais qu’il est l’évanescence de ce qui a toujours défini la gauche traditionnelle, à savoir sa volonté de réformer l’ordre social dans un sens égalitaire où le progrès social en est le moteur.

Le Front de Gauche propose une révolution, certes, mais citoyenne, c'est à dire par les urnes. Son programme politique est fondé entièrement sur les valeurs de la démocratie et de la république, héritier des luttes sociales dont nous bénéficions encore aujourd’hui, garantes de la défense de l’intérêt Humain devant la politique néolibérale injuste et antidémocratique menée par une poignée de technocrates nommés à la tête de l’Europe et de la BCE. 

Dans cette ère où il est naturellement admis qu’un pays doit savoir renoncer à ses acquis sociaux durement gagnés au nom du néolibéralisme présenté comme la seule issue possible et favorable à la majorité, il est difficile pour les médias et les intellectuels d’imaginer qu’un autre projet de société puisse être envisageable sans qu’il ne soit qualifié d’extrême.

Peut-être est-ce rassurant pour l’oligarchie que constituent le grand patronat, les politiques au pouvoir et les medias tenus en laisse par les grandes industries qu en sont les actionnaires, de penser que le modèle dans lequel nous vivons est le seul possible. Ainsi assistons-nous plus que jamais à une pensée unique ressassant à qui veut l’entendre, que dénoncer le modèle ultra capitaliste revient forcément à se tourner vers l’extrêmisme et risquer ainsi de retomber dans les dictatures les plus odieuses de l’Histoire.

Ainsi, un rapprochement superficiel entre Jean Luc Mélenchon et Staline par des parallèles grossiers n’est plus uniquement l’apanage des militants FN et de la droite populaire, amateurs de propagandisme, il devient également un procédé courant dans les grands médias. Le message, bien que simpliste et déconcertant par sa vacuité, devient une évidence.

Les contre-vérités faisant l’amalgame entre les dictatures et le Front de gauche sont assénées partout au point de ne plus choquer personne, pas même les intellectuels. Ainsi, en première ligne, le très vite dit philosophe Michel Onfray consacre un article dans un numéro spécial du Nouvel Observateur à Jean Luc Mélenchon, prétendant sans vérifier ses sources que ce dernier ose défendre le régime cubain et Fidel Castro. Jean Luc Mélenchon n’a-t-il pas assez répété sur les plateaux télévisés qu’il ne considérait en aucun cas ce pays comme un modèle, et encore moins une démocratie, mais qu'il dénonçait surtout l'embargo économique, commercial et financier des Etats-Unis à l'égard de ce pays ?

L’oligarchie peut être rassurée, le peuple a bien entendu son discours et ne peut imaginer le Front de gauche autrement que comme un extrême dangereux pour notre démocratie. Mais n’ont-ils pas remarqué que les partis rassemblés sous l’étiquette du Front de gauche, notamment le PC, sont déjà depuis des années des acteurs institutionnels de la vie politique et qu’ils sont les premiers, et parfois les seuls, à défendre sur le terrain, aussi bien dans les mairies, au parlement français et européen que dans la rue, les acquis sociaux et les valeurs républicaines de de notre pays, clés de voûte de notre démocratie ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.7/5   (89 votes)




Réagissez à l'article

154 réactions à cet article    


  • Yvance77 26 mai 2012 18:04

    Salut,

    Plus encore que la présidentielle, cette législative qui vient est le grand test pour certains partis dont le Front de Gauche qui n’a rien d’extrême ! Il en va de même pour Marine Le Pen ou son parti peut avoir des sièges à l’Assemblée, ce qui serait normal au vue de ses derniers scores. Mais je ne suis pas là pour la défendre mais plutôt une certaine idée de la démocratie.

    Pour en revenir à nos moutons, j’espère de tout cœur que Mélenchon réussira cet examen de passage et qu’il pourra peser sur les décisions du futur gouvernement. Car, laisser agir le PS seul est le meilleur moyen d’avoir encore une politique très - trop - largement libéral, mais mâtinée d’un vernis social supplémentaire.

    Je n’ai plus du tout confiance au PS ces dirigeants se sont égarés sur des chemins mondialisés qui sont un crime contre l’humain, et là il faut des personnes qui disent haut et fort : « non c’est assez vous ne pouvez plus agir ainsi ! ».

    Et Mélenchon fait parti de ces personnes là !


    • Jean Jolly Jean Jolly 26 mai 2012 20:33

      Tout juste, Jean-Luc Mélenchon comme tous les députés européens se rendent à Bruxelles par civisme ou par pur souci d’émolument ’FN, UMP, PS, EE-LV etc.), puisque le parlement européen a autant de poids démocratique qu’une puce sur le dos d’un volcan.

      En revanche, j’imagine un tribun tel que Jean-Luc réveillant les endormis dans cette pseudo assemblée démocratique, à l’image d’un film oublié ou plutôt enfoui ; « Le Président ».

      http://www.dailymotion.com/video/x517op_le-president-jean-gabin-bernard-bli_shortfilms?search_algo=1

      Si cela arrive, je me branche sur la chaîne « Public Sénat » tous les mercredi... ça vaut largement un cirque « PSG vs Trifouillis les oies ».


    • appoline appoline 27 mai 2012 11:13

      Il faudrait pour cela que ce fascho de gauche arrête d’insulter les citoyens qui ne sont pas d’accord avec lui.


      Sur La Rochelle, il m’arrive de croiser un ancien prof qui milite au FDG, on se dit bonjour, on se fait même la bise, on se respecte et on discute, c’est pourtant pas bien compliqué non ?

    • Connolly 27 mai 2012 15:54

      Qui insulte-t-il ?


    • Ouallonsnous ? 27 mai 2012 17:23

      @Yvance77, je vous cite « le Front de Gauche qui n’a rien d’extrême ! »

      Tout à fait d’accord avec vous, le FdG n’a rien d’extême et se situe dans la doxa des formations politiques française au centre des préoccupations des français, car son programme est celui qui convient à la France pour se redresser économiquement, retrouver sa souveraineté et sa place dans le monde.

      « Car, laisser agir le PS seul est le meilleur moyen d’avoir encore une politique très - trop - largement libéral, mais mâtinée d’un vernis social supplémentaire. »

      Comme vous le dîtes si justement, un gouvernement par le « faux PS », mais véritable joker du systéme européo-atlantiste, UE, BCE, FMI, OTAN aprés l’échec du conducator à talonnettes fondé de pouvoir de la finance anglo-américaines, n’aboutira qu’a nous vassaliser un peu plus !

      Notre avenir passe par l’application du programme « l’Humain d’abord », élaboré en référence aux principes fondamentaux de notre République, relu à la lumiére des concepts des « Lumières » , des droits de l’Homme de 1789, du véritable socialisme et du programme du Conseil National de la Résistance de 1944 amendés pour le XXIème siécle !

      Il va sans dire que l’existence même du FdG et de son programme, programme rassembleur reflétant les aspirations de tous les français actifs ou retraités jouant ou ayant joué un rôle dans l’édification de la nation, relégue à l’extême droite fascisante, les partis qui du PS au FN se partagent les suffrages des égarés par la propagande de l’oligarchie !


    • lionel-pg44 28 mai 2012 10:59

      Ah oui ? Moi, je ne serre pas la main à un frontiste !


    • appoline appoline 28 mai 2012 12:09

      @ Lionel,


      Qu’est ce vous voulez, quand on est borné avec des oeillères, on ne sort pas des sentiers battus et ça ne fait pas avancer les choses.

    • lionel-pg44 28 mai 2012 12:36

      En non... j’ai les yeux bien ouverts. 

      Et quand je vois un facho je sors mon revolver, comme disait un humoriste allemand des années 30 et 40.

    • chapoutier 26 mai 2012 18:13

      du bon usage du mot «  » communisme«  »"

      Toujours employer ce mot avec « fin » : depuis la fin du communisme, etc.

       l’objectif de l’émancipation ouvrière, la révolution sociale, doivent être constamment assimilés au régime policier totalitaire fondé par Staline. Ce qui vise à persuader les salariés que le système dominé par les banques, fondé sur l’exploitation et le profit, est désormais éternel. Le fait que ce régime policier ait commencé par l’exécution de tous les dirigeants de la révolution russe ne présente aucun intérêt. D’ailleurs la connaissance de de l’histoire de la révolution russe a été judicieusement ôtée des programmes scolaires.

       

      Attention : le régime policier totalitaire chinois doit être traité avec courtoisie et déférence. En interdisant les syndicats et en réprimant les grèves, il garantit de fabuleux profits aux investisseurs


      • lebreton 26 mai 2012 20:48

        bonsoir

        N ’est c e pas l’histoire tout cours qui a été rayée des cours tout simplement ,par qui ? cessons de parler des chinois communistes et de leur régimes et regarder le rapport de force ,nous sommes en mesure de leur donner des leçons ? c’est pas sérieux et de plus une escroquerie intellectuelle à l’image de ce milliard ou plus d’hommes et de femmes qui vivent dans ce pays ,pour le reste on peut voir apres l’explosion du régime de l’ex urs ,les conséquences plus que négatives sur le pouvoir d’achat du peuple , mais aussi l’enrichissement de de russes qui viennent acheter les tresors en france et en europe ave c une moyenne d’age de 30 ans ,alors apres on peut tout deire 

      • amipb amipb 27 mai 2012 08:25

        Très bonne analyse, chapoutier. Le communisme n’a pas existé très longtemps en URSS, pas plus qu’en Chine

        Le vrai communisme défend le peuple, pas l’oligarchie ou des dirigeants corrompus.


      • appoline appoline 27 mai 2012 11:15

        Il est vrai qu’après analyse du communisme en URSS, on peut se demander où était le bien-être du peuple, quelle escroquerie. 


      • lemouton lemouton 27 mai 2012 13:33

        Bonjour Chapoutier...

         trés bien dit...

        " l’objectif de l’émancipation ouvrière, la révolution sociale, doivent être constamment assimilés au régime policier totalitaire fondé par Staline. Ce qui vise à persuader les salariés que le système dominé par les banques, fondé sur l’exploitation et le profit, est désormais éternel."

        trés bonne analyse je vais m’empresser de faire connaitre.. smiley


      • verdad 27 mai 2012 16:20

        Les discours de Jean Luc Melenchon formidables  ?
        pour vous peut-être, pas pour moi.
        Je les ai entendus déja entendus dans les années 30
        Déjà cette époque par leurs violences ils faisaient peur.

        Quelle surprise lorsque le Monde entier a appris grâce à Kroutchev que,
        le Paradis des travailleurs de tous Pays n’était qu’un vaste Camps de la Mort,
        Rouillan et Ménigon qui vidaient le chargeur de 11mm43 dans la tête de leurv
        Victimes, l’Armée Rouge Japonaise, le Sentier Lumineux au Pérou.
        Ces salopards tuaient par vice, ils y trouvaient du plaisir.
        Condamnés à la Perpétuité, ils sont tous libres, pour raisons de Santé.
        Voilà un petit Bilan du FRONT ROUGE.
         Grâce à KROUTCHEV bous savons tout sur la Trilogie du Crime :
        LENINE , TROTSKI , STALINE + les petits derniers POL POT , MAO et
        sa REVOLUTION CULTURELLE


      • verdad 27 mai 2012 18:27

        doivent être constamment assimilés au régime policier totalitaire fondé par Staline. ???????

        Ce régime n’a pas été fondé par Staline, il a été fondé par >Oulianov Lenine
        qui a inventé le Goulag en 1918, imité en 1933 par Hitler 15 ans plus tard.
        Lenine inventa la Tchéka Hitler l’imita er créa la Gestapo..

        C’est là l’Histoire telle qu’elle fut.  !


      • simir simir 27 mai 2012 18:48

        @ appoline

        Il est où maintenant le bien du peuple en Russie ?
        Ils étaient beaucoup plus heureux avant et le PC de russie a recolté 20% des voix 
        Sans la triche poutine et une campagne avec tous les médias aux ordres de poutine on peut penser qu’ils sont à 30% Le regret est bien là dans tous les ex pays communistes (voir les nombreux sondages dont j’ai déjà fait état ici)
        Ne cerais ce pas vous l’escroc ?

      • lionel-pg44 28 mai 2012 12:56

        Tandis qu’on a bien vu le bien être des peuples allemands, italiens, autrichiens, tchèques, polonais, portugais et espagnols aux alentours de 1939...


      • Alicia fFrance aliciabx 26 mai 2012 18:16

        Je réagis devant un pavé d’enfumage qui ne ne convainc que son auteur... et de faire oublier que le PCF s’énorgueillit d’un pari communiste, dont il est issu, qui a fait tant de ravages dans le monde.
        "Mais n’ont-ils pas remarqué que les partis rassemblés sous l’étiquette du Front de gauche, notamment le PC, sont déjà depuis des années des acteurs institutionnels de la vie politique et qu’ils sont les premiers, et parfois les seuls, à défendre sur le terrain, aussi bien dans les mairies, au parlement français et européen que dans la rue, les acquis sociaux et les valeurs républicaines de de notre pays, clés de voûte de notre démocratie ?"
        En même temps, les gens dont vous parlez sont syndiqués, quoi de plus normal donc ?
        De plus, le PCF approche les salariés et chômeurs et les convertissent aux syndicats, puis au PCF. Ni vu ni connu.
        Les gens souvent désespérés ne voient plus que cette solution.
        Comment appelle-ton cela déjà ?


        • Pandy Pandy 26 mai 2012 18:24

          aliciabx : Je réagis devant un pavé d’enfumage qui ne ne convainc que son auteur... et de faire oublier que le PCF s’énorgueillit d’un pari communiste, dont il est issu, qui a fait tant de ravages dans le monde.
          --------
          Pourtant Hollande rend hommage à ce communisme ravageur :
          —>
          http://www.youtube.com/watch?v=-CzUktC_EAQ


        • Nitrox 26 mai 2012 18:35

          « De plus, le PCF approche les salariés et chômeurs et les convertissent aux syndicats, puis au PCF. Ni vu ni connu. »

          La guerre froide serait-elle aussi toujours d’actualité ?

          Sérieusement, les permanences juridiques accueillent de plus en plus de salariés, et au bout du compte ils se syndiquent, tout simplement.

          Aucun désespoir dans ce choix, plutôt une prise en main personnelle de son destin.


        • Daniel Roux Daniel Roux 26 mai 2012 18:57

          @ Aliciab

          Vous confondez le Communisme, noble philosophie dont le seul défaut est d’ignorer que les hommes sont des animaux cupides et les dictatures criminelles et fascistes qui s’en réclame.

          C’est comme si vous affirmiez que Hitler était nationaliste et socialiste ou que Adams, le libéral, est responsable des millions de morts causées par les génocides et les guerres d’agression US.

          Un peu de jugeotte que diable !


        • anomail 26 mai 2012 21:27

          Houlà, comparer Mélenchon à Staline, vous n’avez pas dû trop vous creuser la soupière pour sortir ça.

          Pensez-vous réellement que Mélenchon veuille abolir la propriété privée ?

          Ensuite, vous devriez vous demander si réellement le capitalisme est en reste par rapport au massacres perpétrés au nom du communisme.

          Pour ma part je pense que le capitalisme financier a un potentiel léthal inégalé, car il tue indirectement et silencieusement, en privant des gens partout dans le monde des ressources nécéssaires à leur survie.


        • lionel-pg44 26 mai 2012 23:23

          Je réagis devant un pavé d’enfumage qui ne ne convainc que son auteur...


          Ma pauv’ dame, comme vous avez raison... les communisses, quelle engeance !

          Parait même qu’ils mangent des petits enfants.... mais chutttt, c’est l’abbé Laguéri de la Chtouille qui me l’a dit.

          Et d’après la CFDT, ils bouffent même des syndicalistes... mais chuttt, c’est l’arrière petit fils de Chérèque père qui me l’a dit.

          A part ça, d’après Machine Machin Marine, les communisses ça existerait, mais chuttt, ils sont accoquinés à MélAnchon...

          Et à part ça, les fachos on en fait quoi ? C’est même pas bouffable !



        • appoline appoline 27 mai 2012 11:21

          La seule fois où j’ai eu affaire avec un syndicat, la CGT, ce dernier, à peine avais je tourné des talons, prenait son téléphone pour avertir mon directeur de ma ligne de défense. Outrée de ce comportement j’ai téléphoné à Paris à une adjointe de Monsieur Thibaut, la personne qui devait me conseiller, a été éjectée ; mais en attendant le mal était fait.


          Alors les syndicats qui défoncent les portes ouvertes, je connais. Je m’avais jamais eu confiance en eux, j’ai essayé et je n’ai pas adopté .

        • simir simir 27 mai 2012 18:51

          @ Pandy

          Les ravages du capitalisme eux continuent encore de nos jours et c’est même pire que des ravages on va vers la destruction de l’humanité

        • lionel-pg44 28 mai 2012 12:52

          Mais ma’ame Appoline, c’est normal !


          Je vois une fachotte se pointer dans mon bureau, aussitôt je la dénonce...

        • Cigogne67 26 mai 2012 18:28

          le FDG appellera à voter PS avec l’UMP contre le rassemblement pour que tout continue.

          Une arnaque


          • Henri Francillon Henri Francillon 26 mai 2012 18:47

            Le FdG ne sert qu’à appeler à la haine contre tous ceux qui s’opposent à l’oligarchie dirigeante et est donc bien une arnaque totale, puisque comme vous le dites son programme politique consiste à rabattre ses supporteurs fanatisés vers les partis les plus riches au service de la caste dominante.


          • Valas Valas 28 mai 2012 10:52

            Tiens des trolls complètement à coté de la plaque...


          • Daniel Roux Daniel Roux 26 mai 2012 18:46

            Commençons par rappeler que Sarkozy a réalisé le score incroyable de 48,37%.

            Il est clair que nous avons échappé de justesse à sa réélection. Ceux qui ont voté Mélenchon et n’ont pas voté Hollande, ont malheureusement pris au sérieux le discours agressif, presque hargneux de leur champion contre Hollande, qualifié entre autre de « capitaine de pédalo ».

            Plutôt Sarkozy que Hollande ? Pensaient ils vraiment cela au moment d’aller voter ? Incroyablement stupide non ?

            Si Sarkozy était passé, Mélenchon aurait porté une grande partie de la responsabilité par ses excès verbaux et ses confidences perfides sur le caractère de Hollande, décrit comme cynique et sans parole.

            Quoi qu’il en soit, Mélenchon était le talentueux candidat du Front de Gauche à la présidentielle mais pour les législatives, il est seulement l’un des candidats et il ne faudrait pas que l’arbre cache la forêt.

            Une fois le danger de la réélection de Sarkozy passé, choisissons la politique que le gouvernement mènera en élisant un député de gauche, c’est à dire du Front de gauche puisque le Ps, victime de la dynamique des plaques, s’est déplacé au centre droit depuis belle lurette.

            Perso, je n’attends pas grand chose de la prochaine majorité puisqu’elle refuse le protectionnisme européen et la notion de développement différencié par zones socio-économiques homogène , mais j’aimerai être surpris par la mise en place de dispositifs de lutte sans merci contre la corruption et l’évasion fiscale avec des condamnations exemplaires des coupables quelque soit leur rang politique et social. Y en a marre des condamnations avec sursis systématique des politiques délinquants et de leurs complices.


            • Onecinikiou 27 mai 2012 15:38

              Un « protectionnisme européenne » ? Le même genre de fadaise que la non moins fameuse « Europe sociale » tant vanté par les mêmes incompétents gauchistes depuis l’Acte unique.


              Et pour quel fiasco.

              Vous n’en avez pas marre de prendre les gens pour des cons ?



            • Daniel Roux Daniel Roux 27 mai 2012 18:09

              @ Oneciniquiou

              Vous avez dit fiasco... des millions de chômeurs, des milliards de dettes, des émeutes.. C’est le résultat du libre échange et de la mondialisation, idéologie libérale qui conduit à l’appauvrissement des peuples européens pour l’enrichissement d’une minorité, j’ai nommé l’oligarchie financière..

              Le con, comme vous dites si élégamment faute d’argument, est bien celui qui soutient cette idéologie alors qu’elle a prouvé qu’elle ne marche pas.


            • Onecinikiou 27 mai 2012 23:09

              @Daniel Roux,


              « Vous avez dit fiasco... des millions de chômeurs, des milliards de dettes, des émeutes.. C’est le résultat du libre échange et de la mondialisation »


              Absolument. 

              Mondialisation économique qui a été théorisée et conceptualisée par d’éminents penseurs, puis mise en application servilement à sa suite par des politiques aux ordres de la composante sociale détentrice du Capital apatride. Mais, et c’est cela que vous ne voyez pas ou refusez de voir, incroyablement cautionnée simultanément par les idiots utiles gauchistes acquis aux préceptes de l’idéal internationaliste - au sans frontiérisme -, qui est une foutaise radicalement démentie par une simple et rapide étude historique.

              D’autre part l’Euro, en tant que vecteur incontestable de l’utopie fédéraliste européenne (un faux nez de l’oligarchie financière et rentière), est lui aussi responsable de la situation macro-économique désastreuse dans laquelle nous nous trouvons. Et lui aussi a été porté par la gauche bien-pensante - Mélenchon en tête, soutien au Traité de Maastricht faisant foi - dont je rappelle qu’il n’appelle aucunement à sortir, mais à l’ « amender ». Ce qui fait malheureusement rire tout le monde de quelque peu avisé sur le sujet. 

              Les gauchistes attardés, à la vision géopolitique adolescente, sont les alliés objectifs de la ploutocratie dans cette affaire, c’est à dire de celle-là même qu’ils prétendent dans le même temps combattre par devant une opinion publique en état de sidération avancée. En réalité ce sont des pitres, rien de plus...

              Je continuerai en vous mettant de nouveau devant une grossière contradictions vous concernant : citez moi une mesure, UNE seule, dans le projet présidentielle du candidat FdG, qui viserait à remettre en cause le dogme du libre-échange, dont vous dites vous-même qu’il est porteur de graves dangers pour notre économie.

              Je vous réponds tout de suite : j’ai parcouru le programme de Mélenchon et vous n’en trouverez pas le début du commencement d’une mesure concrète.

              La seule candidate de premier plan qui ait proposé de manière concrète (taxe de 3% des produits importés) une réinstauration de barrières douanières aux frontières pour contrer les effets délétères du libre-échange, c’est... Marine Le Pen !

              D’autre part on ne peut raisonnablement dénoncer le libre-échange sans s’attaquer à l’un de ses vecteurs fondamentaux, à travers l’usage par l’oligarchie, que vous (prétendez) dénoncer, de flux migratoire savamment incontrôlés. Et ce alors même que la libre circulation et installation des travailleurs (des futurs chômeurs et assistés plutôt) est strictement prônée par le néolibéralisme et concomitamment par le grand patronat. C’est indiscutable, comme d’ailleurs la présidente du Medef, Madame Parisot, le démontre systématiquement. 

              Là encore, Marine Le Pen et le Front national - le seul et authentique front anti-système - sont les seuls à s’attaquer à ce phénomène en tant que processus structurel faisant partie intégrante de l’offensive mondialiste visant à mettre en esclavage les peuples par la destruction des économies des nations et de leur décohérence identitaire interne.

              Je demande donc sans rire : quand prenez-vous votre carte ?


              « idéologie libérale qui conduit à l’appauvrissement des peuples européens pour l’enrichissement d’une minorité, j’ai nommé l’oligarchie financière.. »


              Pourtant le libéralisme-libertaire et ses corollaires font partie d’un corpus idéologique tout autant admis - sinon infiniment plus - par la sociale-démocratie incarnée en France par le PS que par les partisans droitards et affairistes de l’UMP. 

              PS qui a été, sans contestation possible, l’un de ses plus farouche promoteur sur la dernière séquence historique, notamment à travers la construction du mécano eurolibéral - l’union européenne - construction néolibérale s’il en est. Vous voilà mis face à vos factuelles contradictions. Surtout si, comme je l’on s’en doute, vous avez contribuez à avaliser la mascarade de l’alternance en appelant à voter au second tour pour un néolibéral atlantiste soumis à la Banque pour soi-disant « faire barrage » à un autre néolibéral atlantiste soumis à la même Banque !

            • Daniel Roux Daniel Roux 28 mai 2012 10:23

              @ oneciniquiou

              Je ne partage pas l’ensemble du programme et ne suis pas porte parole du Front de Gauche mais voici ce qui est écrit :

              "Nous agirons pour la souveraineté monétaire et financière des peuples, pour un commerce équitable fondé sur des normes sociales et environnementales exigeantes.

              Nous combattrons les principes d’austérité du FMI et de libre-échange de l’OMC pour les changer profondément ou pour créer de nouvelles institutions internationales."


              Que préconise le Front National pour sortir du libre échange entre les pays socialement développés et ceux qui utilisent de quasi esclaves ?


            • Daniel Roux Daniel Roux 28 mai 2012 12:53

              @ Orange

              Certes, une partie des Français n’ont pas à se plaindre... pour le moment.

              L’appauvrissement régulier et la glissade type « toboggan » de notre industrie avec la concurrence déloyale que mène notre propre classe dominante délocalisant à tout va contre les productions locales ne font qu’aggraver une situation globale qui est pire qu’il y a 10, 20 ou 30 ans.

              Comme en Grèce, en Espagne, en Irlande ou au Portugal, si les délocalisations continues, nous risquons de voir au fil des années une partie de la classe moyenne glissée vers la précarité puis la pauvreté.


            • Onecinikiou 28 mai 2012 13:52
              @ Daniel Roux,


              « Nous agirons pour la souveraineté monétaire et financière des peuples, pour un commerce équitable fondé sur des normes sociales et environnementales exigeantes. »


              Cela confirme mon propos précédent : ces déclarations de bonnes intentions sur un mode incantatoires ne révêtent strictement aucune réalité concrète. Aucune mesure d’aucune sorte n’est énoncée ni détaillée. Nous sommes dans le registre de la cartomancie.


              « Que préconise le Front National pour sortir du libre échange entre les pays socialement développés et ceux qui utilisent de quasi esclaves ? »


              Projet d’une grande cohérence d’ensemble : Protectionnisme par la réinstauration de droits de douanes ciblés et de quotas d’importations + recouvrement de la souveraineté monétaire par la sortie de l’Euro (concertée ou unilatérale en cas d’échec) + réapropriation de l’outil régalien de création éponyme par la remise en jeu centrale des prérogatives de la Banque de France. 

              Clair, net, précis.






            • Kibou 28 mai 2012 18:05

              @ onecinkiou

              Votre ton étant péremptoire, le mien le sera aussi. Vous utilisez de bien jolis mots. J’en suis fort aise. Normalement c’est aux gauchistes que l’on reproche le verbiage. Alors commençons, Mr le cerveau du FN.

              "Mondialisation économique qui a été théorisée et conceptualisée par d’éminents penseurs, puis mise en application servilement à sa suite par des politiques aux ordres de la composante sociale détentrice du Capital apatride. Mais, et c’est cela que vous ne voyez pas ou refusez de voir, incroyablement cautionnée simultanément par les idiots utiles gauchistes acquis aux préceptes de l’idéal internationaliste - au sans frontiérisme -, qui est une foutaise radicalement démentie par une simple et rapide étude historique.« 

              Vous choisissez prudemment vos mots. Vous parlez de »composante sociale« pour ne pas dire classe ou oligarchie. Nous avons ce point commun, même si nous n’employons pas les mêmes mots pour désigner ceux qui nous contrôlent : les nantis nous ruinent. Néanmoins, même si c’est à la mode, n’allez pas croire qu’il y ait une quelconque proximité idéologique. Le simple choix de vocabulaire dont vous faite preuve montre que vous faites des accapareurs des gens, somme toute, comme tout le monde. C’est faux. Ces accapareurs appartiennent à une classe dominante et ils le savent. Ils se réunissent même régulièrement à Davos. Ils régentent le monde par tous les moyens que leur immense fortune leur donne, parfois en ayant les meilleures intentions paternalistes du monde, plus souvent pour leur propre compte. Ensuite vous parlez des »foutaises«  »internationalistes« et »sans-frontiéristes", ces gros mots qui vous font peur. Et vous prétendez qu’une simple et rapide étude historique peut les remettre en question ? Tiens donc ? Lesquelles ? De plus, tout ce qui est rapide et simple, je m’en méfie. Peut-être parce que je suis historien. Et que je sais qu’aucune étude historique ne peut prétendre juger du bien fondé ou pas de valeurs comme celles que vous dénoncez. Là n’est pas d’ailleurs le rôle de l’Histoire. Votre argument est donc nul, au sens premier du terme. Libre à vous de ne pas croire en l’égalité des hommes et des nations. Mais parlez clairement. 

              D’autre part l’Euro, en tant que vecteur incontestable de l’utopie fédéraliste européenne (un faux nez de l’oligarchie financière et rentière), est lui aussi responsable de la situation macro-économique désastreuse dans laquelle nous nous trouvons. Et lui aussi a été porté par la gauche bien-pensante - Mélenchon en tête, soutien au Traité de Maastricht faisant foi - dont je rappelle qu’il n’appelle aucunement à sortir, mais à l’ « amender ». Ce qui fait malheureusement rire tout le monde de quelque peu avisé sur le sujet.

              Vous confondez politique et économie, volontairement ou pas. Le fédéralisme européen réclame un système politique. Il est bien souvent opposé à l’oligarchie financière et rentière, qui adore jouer des inégalités entre les états membres pour « faire jouer la concurrence » et tirer les acquis sociaux vers le bas. La preuve, après 20 ans de Maastricht, le fédéralisme n’existe toujours pas, et n’est pas prêt de l’être, hélas. De plus, j’aimerais bien savoir en quoi quelque chose qui n’est pas en pratique peut être responsable d’une crise systémique. Quant aux positions de Mélenchon sur Maastricht, deux choses : la première, c’est qu’il a admis avoir été dupé comme beaucoup d’autres et c’est bien là le seul regret qu’il accepte de formuler sur ses décisions politiques (cf émission des Paroles et des actes du 12 janvier). La deuxième, c’est que Mélenchon n’est pas opposé au libre-échange à condition que tout ce qui se rapproche de près ou de loin du bien être de l’humain en soit préservé. Donc nous saurons ce que contiendra ces amendements : des limites claires à la folie des marchés. 

              Les gauchistes attardés, à la vision géopolitique adolescente, sont les alliés objectifs de la ploutocratie dans cette affaire, c’est à dire de celle-là même qu’ils prétendent dans le même temps combattre par devant une opinion publique en état de sidération avancée. En réalité ce sont des pitres, rien de plus...

              No comment sur ce ramassis d’injures et d’à priori dont chacun jugera de la vacuité, sinon qu’on peut utiliser de bien jolis mots pour faire preuve d’un mépris vulgaire.

              Je continuerai en vous mettant de nouveau devant une grossière contradictions vous concernant : citez moi une mesure, UNE seule, dans le projet présidentielle du candidat FdG, qui viserait à remettre en cause le dogme du libre-échange, dont vous dites vous-même qu’il est porteur de graves dangers pour notre économie.
              Je vous réponds tout de suite : j’ai parcouru le programme de Mélenchon et vous n’en trouverez pas le début du commencement d’une mesure concrète.

              Le libre-échange n’est pas l’unique problème, votre argument prend le projet de Mélenchon par le petit bout de la lorgnette. Il n’a jamais été question, dans le programme l’Humain d’abord, de priver les gens de liberté, ni des les exproprier. La question est toujours : où est la frontière entre intérêts publics et intérêts privés ? Puis d’agir en fonction de la réponse. Si le libre échange ne nuit pas aux intérêts publics, il n’y a pas de raison de le supprimer. Si le libre-échange nuit aux intérêts publics alors il doit être régulés fortement ou bien pris sous la responsabilité des citoyens : d’où des mesures concrètes de nationalisation des grands secteurs économiques garants de l’égalité sur le territoire. Voilà, vous les avez vos mesures concrètes. 
              La seule candidate de premier plan qui ait proposé de manière concrète (taxe de 3% des produits importés) une réinstauration de barrières douanières aux frontières pour contrer les effets délétères du libre-échange, c’est... Marine Le Pen !

              Je ne vous ferai pas le coup du « ce n’est pas réalisable » on nous le fait assez au front de gauche. Mais je ne cautionne pas non plus votre politique du « c’est la seule solution ». Sans doute vos tendances simplistes. L’économie mondialisée est intriquée quoi qu’on en dise. Il faudra donc composer avec les autres ou les affronter. Mélenchon propose de rester dans l’Europe pour que, solidaire et donc plus forte face à la concurrence étrangère, celle-ci puisse lutter économiquement. Dire que c’est à lui, après, que l’on reproche des attitudes cavalières ! Encore une preuve, s’il en est besoin, qu’il est loin d’être le prétendu extrémiste que certains pensent.
              D’autre part on ne peut raisonnablement dénoncer le libre-échange sans s’attaquer à l’un de ses vecteurs fondamentaux, à travers l’usage par l’oligarchie, que vous (prétendez) dénoncer, de flux migratoire savamment incontrôlés. Et ce alors même que la libre circulation et installation des travailleurs (des futurs chômeurs et assistés plutôt) est strictement prônée par le néolibéralisme et concomitamment par le grand patronat. C’est indiscutable, comme d’ailleurs la présidente du Medef, Madame Parisot, le démontre systématiquement. 

              Vous essayez vous même de vous persuader que le Front National est devenu un parti anti-libéral. Le FN ne veut supprimer que les libertés politiques. Les libertés économiques, elles, une fois que la France serait enfermé à double-tour sur elle-même, prospèreraient à l’intérieur du pays, pour le plus grand bonheur des accapareurs de richesse. Ces mêmes accapareurs qui bénéficient de la non régularisation des travailleurs sans-papiers, comme cela a été prouvé par des études sur les flux migratoire entre le Mexique et les Etats-Unis. Ecoutez bien, une bonne fois pour toutes : lorsqu’un immigré s’arrache de sa terre natale pour tenter de trouver une meilleure vie, il est sous l’emprise des réseaux ; donc il ne peut s’exprimer ; donc il ne peut pas demander les mêmes droits ; donc le patron trouve une main d’oeuvre servile et bon marché en concurrence déloyale avec le travailleur français ; donc si chaque travailleur est protégé par des droits, plus de concurrence. Régulariser, c’est à dire donner des papiers (pas la nationalité française !) à tous les travailleurs sans papiers, c’est en finir avec la politique de dumping social dont se rend complice l’Etat depuis des années. Et en plus on respecte les êtres humains !
              Là encore, Marine Le Pen et le Front national - le seul et authentique front anti-système - sont les seuls à s’attaquer à ce phénomène en tant que processus structurel faisant partie intégrante de l’offensive mondialiste visant à mettre en esclavage les peuples par la destruction des économies des nations et de leur décohérence identitaire interne.

              Vous y croyez vraiment, vous qui supportez l’héritière d’une des familles les plus riches de France (qui a elle-même hérité dans des conditions obscures) ? Et puis de quel système parlez vous ? Il est pratique ce mot, on y met tout ce qu’on veut... « L’offensive mondialiste », non mais je vous jure ! Le propre de la mondialisation, c’est justement que c’est un grand bordel où tout le monde tire la couverture à lui ! Et vous voudriez nous faire croire qu’il s’agit d’un complot ? C’est pourtant simple de dire les choses : le système qui menace tout le monde, c’est le système financier, lui même conséquence du système capitaliste. Et puisque vous parliez de mesures concrètes, pouvez vous en donner une concrète du programme du FN qui le combatte ? La vérité c’est qu’il n’y en a pas, malgré les imprécations opportunistes de sa leader.
              Je demande donc sans rire : quand prenez-vous votre carte ?

              A la suite de cette démonstration, je vous retourne la question. Un petit argument en plus, et de taille : le Front de Gauche n’appelle pas à la haine contre des individus mais combat avec résolution un système. C’est ce qui fait la différence entre un parti extrême et un qui ne l’est pas.

              Pourtant le libéralisme-libertaire et ses corollaires font partie d’un corpus idéologique tout autant admis - sinon infiniment plus - par la sociale-démocratie incarnée en France par le PS que par les partisans droitards et affairistes de l’UMP. 

              Malhonnêteté intellectuelle ! Libéralisme et libertarisme n’ont quasiment rien à voir. Pour enrichir un peu plus votre grande culture : il y a deux libéralismes. Economique, qui est un système de pensée qui prône la liberté des échanges et politique, qui nous a permis de voter, de nous organiser collectivement contre les puissants, d’avoir une liberté de la presse... Bref, ce que vous englobez sans doute sous le terme libertaire qui, même si je ne les apprécie pas, ne peut strictement pas être associé à l’UMP et au PS.

              PS qui a été, sans contestation possible, l’un de ses plus farouche promoteur sur la dernière séquence historique, notamment à travers la construction du mécano eurolibéral - l’union européenne - construction néolibérale s’il en est. Vous voilà mis face à vos factuelles contradictions. Surtout si, comme je l’on s’en doute, vous avez contribuez à avaliser la mascarade de l’alternance en appelant à voter au second tour pour un néolibéral atlantiste soumis à la Banque pour soi-disant « faire barrage » à un autre néolibéral atlantiste soumis à la même Banque !

              Le PS est un parti dont je ne partage pas les opinions. Mais ce dont je suis certain, c’est qu’il ne fera jamais pire que ce qui a été fait par l’UMP dont la dangereuse déviance sécuritaire, xénophobe, et anti-républicaine inspirée par vos héritiers de Saint-Cloud a bien failli nous conduire vers un coup similaire à la Hongrie actuelle. Alors nous nous contenterons du PS qui, s’il n’est pas économiquement ma tasse de thé, a au moins ce respect de tous les êtres humains et des fondamentaux de notre République. En attendant 2017...


            • Daniel Roux Daniel Roux 28 mai 2012 20:21

              @ Kibou

              L’essentiel, vous le rappeler justement, est bien l’humain.

              Le FN partage avec les radicaux de l’UMP la haine et le mépris de l’autre « différent » sociologiquement ou politiquement voire géographiquement. L’autre surtout s’il ne vote pas, c’est le bouc émissaire idéal pour Le Pen comme pour Sarkozy. 

              Le communautarisme organisé et favorisé par Sarkozy n’avait pour but que de contrôler des électeurs à travers leurs représentants désignés, favorisés et dépendants..


            • Onecinikiou 29 mai 2012 19:09

              @ Kibou,

              Vous choisissez prudemment vos mots. Vous parlez de « composante sociale » pour ne pas dire classe ou oligarchie. Nous avons ce point commun, même si nous n’employons pas les mêmes mots pour désigner ceux qui nous contrôlent : les nantis nous ruinent.

              Vous rendez-vous compte déjà que derrière votre discours convenu et très politiquement correct l’on pourrait nommément vous accusez – en miroir de votre postulat antiraciste – que vous avez une fâcheuse tendance à stigmatiser les riches ?

              D’autre part les nantis comme vous dites, si certains (les plus hauts placés) ont très certainement été à la manœuvre, beaucoup (les nouveaux riches notamment, et ceux situés à un niveau hiérarchique inférieur) ont largement profité surtout d’une situation de fait qui leur était favorable. Situation assimilable à la fameuse ouverture du début des années 80 et qui fut entérinée, ne l’oublions jamais, par nos classes dirigeantes occidentales – politiques en tête - sans qui rien n’aurait été rendu possible.

              Votre discours est donc non seulement inutilement stigmatisant (selon l’expression désormais consacrée et dont il faut se réjouir qu’elle se retourna contre ses promoteurs originels) envers un certaine catégorie de la population, il est surtout simpliste puisqu’il ne tient aucun compte des véritables causalités qui ont permis l’avènement d’une mondialisation économique qui a pourtant tout à voir avec des décisions politiques qui ne tombent pas du ciel évidemment, mais qui ont été concertées et mises en application précisément par ceux-là même qui étaient en charge de protéger les intérêts de peuples dont ils avaient l’impérieuse responsabilité.

              D’autre part, pour bien vous enfoncer, je constate comment vous passer par perte et profit le cœur de mon argumentation précédente et qui rappelait à juste titre que l’abattement des frontières, corolaire de la mondialisation néolibérale, et les tentatives de dépassement du cadre national qui les accompagna inexorablement (et je dirai même : plus que jamais), ont été méticuleusement cautionnés idéologiquement par les idiots utiles de la ploutocratie mondialiste dans cette affaire, issus pour la plupart de la bien pensance moraliste de gauche à la vulgate internationaliste et marxisante (Marx était un farouche libre-échangiste, pour votre culture personnelle), ci appelé « le camp du Bien et du Progrès ».

              Ainsi donc, dès la première assertion de votre analyse, il fut assez facile de mettre en évidence vos approximations et inexactitudes, sinon vos dramatiques insuffisances conceptuelles. Et ce n’est certainement pas fini.

              Néanmoins, même si c’est à la mode, n’allez pas croire qu’il y ait une quelconque proximité idéologique. Le simple choix de vocabulaire dont vous faite preuve montre que vous faites des accapareurs des gens, somme toute, comme tout le monde. C’est faux. Ces accapareurs appartiennent à une classe dominante et ils le savent. Ils se réunissent même régulièrement à Davos. Ils régentent le monde par tous les moyens que leur immense fortune leur donne, parfois en ayant les meilleures intentions paternalistes du monde, plus souvent pour leur propre compte.

              Oui, et aussi cette année à Chantilly (USA) pour le groupe Bilderberg. Et n’oublions pas aussi de citer le CFR, la Commission trilatérale, le Bohemians Club, Skuls & Bones et quelques autres centres de réseaux et de pouvoirs officieux mais ô combien existants et opérationnels. L’on pourrait ajouter, et ce tout à fait légitimement, à ces instances occultes et donc parfaitement antidémocratiques, les loges maçonniques mondiales auxquelles appartient d’ailleurs un certain révolutionnaire de salons dorés parisiens, j’entends parler ici d’un certain… Jean-Luc Mélenchon.

              Passons cette contradiction fameuse pour me concentrer sur le plus drôle, si j’ose dire, de vos paradoxes : n’est-ce pas vous qui quelques lignes plus loin dans votre réponse allait (tenter de) disqualifier les raisonnements de vos contradicteurs en les associant à d’éventuel délires complotistes ? J’acte donc que la cohérence d’ensemble de votre propos n’est que de façade, et que vous vaquez dès lors dans un embrouillamini extrême. Ce qui n’est pas incompatible avec le fait que vous soyez également prêt à tout pour diaboliser ceux qui ne pensent pas exactement comme vous, au besoin en vous contredisant vous-même au cours d’une même réponse.

              Ensuite vous parlez des  »foutaises«  »internationalistes« et  »sans-frontiéristes" ces="ces" gros="gros" mots="mots" qui="qui" vous="vous" font="font" et="et" simple="simple" et="et" rapide="rapide" historique="historique" peut="peut" les="les" remettre="remettre" en="en">

              span>

              Absolument.

              Pour cela encore faut-il vous intéresser à la géopolitique et à l’histoire des rapports de force mondiaux, religieux ou inter-étatiques – soit les constantes historiques les plus pertinentes - et qui sont infiniment plus opérants afin de décrire un éventuel sens de l’histoire que vos succédanés idéologiques. On ne saurait d’ailleurs comprendre, si tel n’était pas le cas - et donc que vous ayez raison, c’est à dire l’idée selon laquelle l’idéal internationaliste marxiste serait un concept opératoire – que des pays comme la Chine ou l’URSS du temps de la guerre froide, deux pays communistes et donc supposément ralliés sous une même bannière, se soient affrontés de manière quasi-ouverte. Et à tout le moins politiquement. Il en va de même pour le Cambodge et le Vietnam.

              Même travestissement de l’histoire et du réel sous l’effet d’un même aveuglement idéologique que de considérer que l’histoire de France se limiterait à l’avènement de la République. Et ne dit-on pas, selon le même référentiel autocentré et gravement hémiplégique, que du passé il convient de faire table rase ? Révoltant totalitarisme de la pensée en réalité, dont on sait rétrospectivement ce qu’il recouvre en dernière instance : les goulags et autre laogaï.

              De plus, tout ce qui est rapide et simple, je m’en méfie.

              Prenez garde à vous alors…

              Peut-être parce que je suis historien.

              Vous n’en laissez rien transparaitre, je vous félicite.

              Et que je sais qu’aucune étude historique ne peut prétendre juger du bien fondé ou pas de valeurs comme celles que vous dénoncez. Là n’est pas d’ailleurs le rôle de l’Histoire. Votre argument est donc nul, au sens premier du terme. Libre à vous de ne pas croire en l’égalité des hommes et des nations. Mais parlez clairement. 

              Je ne dénonce en rien des « valeurs », ce qui ne veut strictement rien dire, mais des idéologies et derrières elles des faits et qui ont fait la démonstration empirique de leur dangerosité intrinsèque. L’histoire parle pour elle vous savez, et il n’a plus guère qu’un Badiou pour penser (croire ?) qu’il soit souhaitable de réhabiliter le communisme. Ce qui suppose implicitement la rupture avec le capitalisme dont appelle de ses vœux une frange non négligeable la gauche dite radicale. Moi je ne crois pas que la communisme soit objectivement dissociable des crimes industriels dont il a été porteur.

              Quand d’autre part, que cela vous plaise ou non, le gaullisme social des années 60 quant à lui, mélange de dirigisme, de planification, de souverainisme, d’indépendance nationale, mais aussi de capitalisme régulé, de liberté d’entreprendre et d’économie de marché, a fait lui la démonstration de son efficience socio-économique.  Et je ne crois nullement que de Gaulle appelait à rompre avec le capitalisme, qui est là encore une utopie mortifère. Tout cela ressemble furieusement en réalité à une fuite en avant pathétique d’individus aux abois.

              Vous confondez politique et économie, volontairement ou pas.

              Je le fais évidemment sciemment, puisqu’il y a lieu de les confondre ici (comme toujours d’ailleurs). Contrairement à ce que vous semblez croire, l’économie n’est pas indépendante du politique. Et encore moins de la culture et de la sociologie, la gabegie de l’Euro en étant une preuve magistrale. Et c’est parce que l’on a imprudemment dénié cette réalité – volontairement ou non (et il faut introduire ici, une fois n’est pas coutume, un peu de marxisme) - que nous nous retrouvons à présent dans cette situation inextricable.

              La preuve, après 20 ans de Maastricht, le fédéralisme n’existe toujours pas, et n’est pas prêt de l’être, hélas.

              Non pas hélas. Et il serait peut être temps de revisiter votre imaginaire et celui de votre mentor. L’illusion qui a présidé à l’accélération de la construction d’un ensemble politique intégré à l’échelle du continent européen et dont l’euro est le symbole, tant dans la mièvrerie qui a prévalu lors son intronisation que dans le chaos général qui accompagnera sa désintégration prochaine, est en vérité un mensonge éhonté : l’idée qu’existerait un peuple européen. Or cette idée n’a pu émerger que de cerveaux malades (ou alors d’individus lâches ou stipendiés, les deux pouvant se cumuler) car il n’y a pas de peuple européen.

              Il y a en revanche DES peuples en Europe. Et la nuance, qui est de taille, est en mesure d’expliquer fondamentalement votre erreur d’analyse, comme celle de tous ceux qui se sont baignés de douces chimères et nous on conduit là où nous en sommes. Vous, comme tant d’autres, devriez être définitivement décrédibilisés par devant l’opinion publique. Car c’est le genre d’aberration qu’un individu qui a le véritable sens du politique ne commet pas.


            • Onecinikiou 29 mai 2012 19:13

              Suite

              De plus, j’aimerais bien savoir en quoi quelque chose qui n’est pas en pratique peut être responsable d’une crise systémique.

              La monnaie unique européenne n’est donc pas en fonction ? Merci de nous rappeler vos évidences.

              Quant aux positions de Mélenchon sur Maastricht, deux choses : la première, c’est qu’il a admis avoir été dupé

              N’est manipulé que celui qui est manipulable. C’est précisément ce que l’on doit lui reprocher : de ne pas être à la hauteur des fonctions qu’il ambitionne. Il a déjà fait par le passé la démonstration d’une insuffisance intellectuelle qui confine à l’incompétence politique. Je n’ai pas vocation quant à moi à lui donner de nouveau le bénéfice du doute.

              comme beaucoup d’autres

              Exactement, soit justement la caste des soumis, des lâches ou des imbéciles. Je vous laisse choisir le qualificatif qui convient le mieux au président de l’actuel et éphémère FdG.

              Comble de l’ironie, la composante principale du mouvement que le trotskiste Mélenchon dirige est un des partis (le PCF) – avec l’ensemble des courants souverainistes de droite comme de gauche qui avait vu juste, eux, dont le Front national de JMLP au premier chef – qui s’était radicalement opposé au Traité de Maastricht. Nous sommes donc ici au bal des faux-culs et des imposteurs notoires.

              La deuxième, c’est que Mélenchon n’est pas opposé au libre-échange à condition que tout ce qui se rapproche de près ou de loin du bien être de l’humain en soit préservé. Donc nous saurons ce que contiendra ces amendements : des limites claires à la folie des marchés. 

              De belles déclarations d’intentions enrobées d’humanisme qui ne coute certainement pas cher. De l’enfumage pour gogos oui.

              Et puis ne vous trompez pas : il parlait d’amender l’euro. Mais comment va-t-il s’y prendre pour convaincre nos « partenaires », dont l’Allemagne au premier plan ? Les eurobonds ou la monétisation à l’échelle de la BCE lui sont interdis par le corpus constitutionnel allemand. Veut-il vitrifier Berlin pour obtenir satisfaction ? Soyons sérieux deux minutes. Il n’a pas les moyens de ses ambitions (en plus de ne pas en avoir les compétences eu égard à son passé) et déjà pour la raison qu’il opère une série d’erreurs d’analyses sur toute une série de sujets de première importance, pour la raison centrale qu’il extrapole ses propres turpitudes idéologiques, teintées de progressisme libertaire et d’humanisme, à nos adversaires.

              Mélenchon fait preuve par conséquent d’un complexe de supériorité injustifié, surtout lorsque l’on met en balance les résultats de l’Europe sociale qu’il appelait de ses vœux à l’instant de se fourvoyer lamentablement, achromate sur la réalité des rapports de force et des rapports de classe (un comble pour un prétendu marxiste) au sein de l’Union et de ses Etats-membres.

              La question est toujours : où est la frontière entre intérêts publics et intérêts privés ? Puis d’agir en fonction de la réponse. Si le libre échange ne nuit pas aux intérêts publics, il n’y a pas de raison de le supprimer. Si le libre-échange nuit aux intérêts publics alors il doit être régulés fortement ou bien pris sous la responsabilité des citoyens : d’où des mesures concrètes de nationalisation des grands secteurs économiques garants de l’égalité sur le territoire. Voilà, vous les avez vos mesures concrètes. 

              On ne sait toujours pas à la fin de votre réponse si le libre-échange nuit aux intérêts publics ou pas. C’est une performance à n’en pas douter. Surtout lorsque l’on sait que la France a perdu près d’un million d’emplois industriels en dix ans et la moitié de sa production automobile nationale en cinq.

              Mais je vous rejoins néanmoins : rien n’est bon ou mauvais par principe. Ce sont le contexte et les circonstances qui le déterminent, nul autre. Ainsi donc comme je souhaiterais vous convaincre de réaliser le parallèle tout à fait logique et pertinent concernant le processus migratoire en cours, injustifié d’un quelconque point de vue concernant les intérêts du prolétariat occidental. Sauf à reprendre bien évidemment les éléments de langage de cette instance de légitimation néolibérale qu’est le Medef. Ce qui ne serait pas le moindre des paradoxes (déjà entendus) formalisés par les partisans de la gauche « radicale ».

              Mais là est trop vous demander certainement. Nous toucherions alors du doigt le phénomène d’une dissonance cognitive…

              Je ne vous ferai pas le coup du »ce n’est pas réalisable" nous="nous" le="le" fait="fait" assez="assez" au="au" front="front" de="de" mais="mais" je="je" ne="ne" cautionne="cautionne" pas="pas" non="non" plus="plus" votre="votre" politique="politique" du="du" la="la" seule="seule" sans="sans" doute="doute" vos="vos" tendances="tendances">

              span>

              Ce ne sont pas des tendances simplistes, ce sont simplement des FAITS.

              Je vous avais pourtant demandé d’énumérer une seule mesure protectionniste concrète émanant du programme du FdG. En réponse, rien. Le vide sidéral. Une pantalonnade 

              L’économie mondialisée est intriquée quoi qu’on en dise. Il faudra donc composer avec les autres ou les affronter. Mélenchon propose de rester dans l’Europe pour que, solidaire et donc plus forte face à la concurrence étrangère, celle-ci puisse lutter économiquement.

              Il faut les affronter, et ce dès maintenant. Avant précisément que la mondialisation économique, qui entérine notre amoindrissement progressif autant qu’il est réel, nous empêche de le faire. Nous sommes en effet encore puissants, cela à défaut de l’être encore demain. Il nous faut donc agir maintenant et de manière résolue, nous n’avons pas le choix. Sauf bien entendu à accepter de se soumettre au protectorat américain et à ses intérêts, perdre notre indépendance et donc notre liberté, notre autonomie de décision, et/ou courir sciemment le risque de vivre à terme sous la servitude de la dhimmitude, soit sous la coupe de peuples, de cultures et de civilisations qui sont radicalement différents nôtres.

              Toute chose par ailleurs, il est vrai, qui se marie fort mal avec une vision fantaisiste (j’avais pu dire « adolescente ») des rapports de force géopolitique, macro-économique, socio-culturel, identitaire et religieux. Il faut donc renouer, et le plus tôt sera le mieux, avec la notion même de rapport de force dans un cadre national, le seul valide de manière encore une fois empirique, et qui a été abandonné par nos élites défaillantes ou plus surement compromises avec les intérêts de la super classe mondiale, qui tous, ensemble et simultanément, ont fait désormais sécession de leurs peuples respectifs.

              Vous essayez vous même de vous persuader que le Front National est devenu un parti anti-libéral.

              Macro-économiquement c’est une certitude, avec la réinstauration de barrières douanières aux frontières (un autre gros mot sans doute pour vous). Monétairement également, puisqu’il propose de rompre avec ce qui fonde le corps de doctrine de l’école monétariste néolibérale. Politiquement ensuite, avec la remise en cause de la politique migratoire qui a été menée depuis plus de trente ans dans ce pays sans justification rationnelle d’un point de vue des intérêts du prolétariat, et qui concorde là encore avec la théorie libérale de libre circulation des individus, et accessoirement avec les désidératas du grand patronat. Un hasard sans aucun doute…

              Rassurez-vous, je comprends tout à fait votre état de sidération avancée en constatant comment et avec quelle facilité l’on peut vous doubler sur votre gauche. Je n’ai aucun mérite, puisque c’est vous qui contribuez par vos inconséquences à trahir les intérêts de classe des travailleurs de ce pays depuis tant et tant d’années, c’est à dire depuis que vous les avez substitué honteusement par la figure christique du nouveau damné de la terre incarné par formidablement par l’immigré sans papier. Tout fait sens désormais, à votre grand désarroi.

              Et il ne faut pas venir pleurer que Marine récolte les fruits de vos trahisons successives, à travers l’importance du vote ouvrier en sa faveur. La comparaison est d’ailleurs fort peu flatteuse avec notre frère la truelle (encore une autre trahison de la conscience de classe) qui n’agrège principalement sur son nom que les commis de l’Etat, autrement dit les fonctionnaires. Qui bénéficient au passage doit-on le préciser – comble de l’hypocrisie pour ne pas dire de l’abject – de la très décriée (par les mêmes !) préférence nationale, à travers notamment les statuts de la fonction publique.


            • Onecinikiou 29 mai 2012 19:20

              Le FN ne veut supprimer que les libertés politiques.

              Bla bla sans consistance. Etes-vous devenu un chien de Pavlov ?

              Les libertés économiques, elles, une fois que la France serait enfermé à double-tour sur elle-même, prospèreraient à l’intérieur du pays, pour le plus grand bonheur des accapareurs de richesse.

              Vraiment vous m’en voyez désolé mais ces propos antiprotectionnistes sont consternants de bêtise. La Suède, qui est hors de l’eurozone, a eu 5% de croissance l’année dernière.

              La Corée du Sud, infiniment plus protectionniste que n’a jamais pu l’être l’Europe, est passée, en quarante ans, d’un des pays les plus pauvre au monde à la 13 puissances mondiales.

              Les quotas de terres rares en Chine cela vous parle-t-il ?

              Les Etats-Unis ont bâti leur puissance industrielle à la fin du XIXè siècle sur une politique hautement protectionniste.

              Les Actes de navigation édictés sous Cromwell, et qui ont contribué au leadership de l’amirauté anglaise tout au long de la période moderne, vous disent-ils également quelques choses ?

              Ensuite vous ignorez donc que la croissance des inégalités (découplage productivité/salaire et déplacement du curseur de la plus-value entre masse salariale/revenu du capital) est inhérent à ce modèle de développement mondialiste, sans frontièriste, libre-échangiste, aujourd’hui comme dans les années 20 où l’on retrouve exactement, à la conjonction près, les mêmes tendances sous l’effet de stricts même force ?

              Et vous vous prétendez historien ? Ce n’est pas sérieux.

              Ces mêmes accapareurs qui bénéficient de la non régularisation des travailleurs sans-papiers, comme cela a été prouvé par des études sur les flux migratoire entre le Mexique et les Etats-Unis. Ecoutez bien, une bonne fois pour toute

              Ecoutez bien à votre tour, une bonne fois pour toute, les conclusions d’un rapport de 2009 tout ce qu’il y a de plus officiel du Conseil d’Analyse Economique, qui délégitime notamment le discours traditionnel sur le recours à l’immigration comme palliatif à la “pénurie de main d’œuvre“ dans certains secteurs.

              Ses auteurs expliquent que »du point de vue de la science économique, la notion de pénurie n’est pas évidente. Le fait que certains natifs rejettent certains types d’emplois peut simplement signifier que les travailleurs ont de meilleures opportunités que d’occuper ces emplois, et donc que les salaires correspondants devraient augmenter pour qu’ils soient pourvus« . C’est pourtant du plus évident bon sens !

              /www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/084.pdf">http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/084.pdf

              C’est donc simplement parce que le patronat ne veut pas revaloriser les salaires qu’il importe, avec la complicité des associations pseudo-antiracistes bien mal nommées, une main d’œuvre plus docile, et donc plus malléable, comme le confirme la conclusion du rapport qui n’hésite pas à affirmer, je cite : "Dans le cas du marché du travail, cela signifie qu’à la place de l’immigration des années soixante on aurait pu envisager une hausse du salaire des moins qualifiés« .

              Toujours selon ce rapport, une hausse de la proportion d’immigrés d’un point de pourcentage réduit le salaire moyen de 1,2 %.

              On peut en déduire donc que le recours à l’immigration depuis plus de trente ans, qui plus est en période de chômage endémique, est une stratégie savamment mise en œuvre afin d’en faire le parfait complément, à l’intérieur des frontières des nations occidentales, du dumping économique, fiscal et social opéré à l’extérieur de celles-ci par les pays émergents à bas coûts. Le salariat occidental se retrouvant ainsi pris entre deux feux simultanés, entre le marteau et l’enclume. Avec pour fameux résultats une dépression incontestable de la masse salariale, un chômage endémique, une dépolitisation de la classe ouvrière (laquelle je ne crois pas qu’elle sert les intérêts de la vrai gauche, de la gauche radicale), et une baisse de la pression aux revendications sociales qui leurs est concomitant.

              CQFD.


            • Onecinikiou 29 mai 2012 19:20

              Suite et fin


              Vous y croyez vraiment, vous qui supportez l’héritière d’une des familles les plus riches de France (qui a elle-même hérité dans des conditions obscures) ?

              Vous allez prendre un coup de pelle dans les dents bien mérité.

              Et si je vous disais que les déclarations obligatoires de patrimoine lorsque vous vous présentez à l’élection présidentielle font apparaître que Jean-Luc Mélenchon dispose d’un patrimoine équivalent sinon supérieur à celui de Marine Le Pen ?

              /www.lexpress.fr/actualite/politique/patrimoine-marine-le-pen-a-le-gout-de-la-pierre_1085379.html">http://www.lexpress.fr/actualite/politique/patrimoine-marine-le-pen-a-le-gout-de-la-pierre_1085379.html

              /www.lexpress.fr/actualite/politique/patrimoine-melenchon-n-est-pas-trop-plebeien_1085416.html">http://www.lexpress.fr/actualite/politique/patrimoine-melenchon-n-est-pas-trop-plebeien_1085416.html

              Ca vous en bouche un coin ?

              Ensuite, pour ce qui concerne le père qui serait un héritier honteux, je vous laisse prendre connaissance de cette photo, et me dire ensuite si vous connaissez beaucoup d’héritier qui avait cette gueule noire pendant leur jeunesse ??

              Vous êtes assis j’espère ?

              http://imageshack.us/photo/my-images/207/gueulenoire.jpg

              Et je comprends bien que cette photo risque de très mal passer : elle ruine votre postulat selon lequel votre égérie serait le mieux à même de défendre les intérêts des travailleurs, quand lui n’a connu que les ors de la République et les strapontins ministériels.

              Il se trouve donc de surcroit, en plus d’être comptable de la situation objectivement calamiteuse dans laquelle nous nous trouvons, le pays ayant été cogéré depuis 1981 par 15 années de gouvernements socialo-communistes libertaires, et 16 années par la droite affairiste, corrompue et libérale, un fieffé imposteur,

              A la suite de cette démonstration, je vous retourne la question. Un petit argument en plus, et de taille : le Front de Gauche n’appelle pas à la haine contre des individus mais combat avec résolution un système. C’est ce qui fait la différence entre un parti extrême et un qui ne l’est pas.

              Démonstration le mot est un peu fort…

              Ensuite vous vous étiez jusqu’à présent empêché d’user d’une argumentation hystérique. Je vois que la tentation était trop forte.

              Alors écoutez : affirmer explicitement qu’il serait raciste – et donc naturellement interdit – de s’attaquer au phénomène migratoire sous prétexte que cela serait équivalent de s’attaquer à l’immigré en tant que tel (cette figure sainte cher à la gauche bobos), est tout aussi inepte et dérisoire que de soutenir que s’attaquer à la pauvreté équivaudrait à s’attaquer aux pauvres !

              Finirez-vous par comprendre la profonde hilarité que cette rhétorique grotesque suscite ?

              Malhonnêteté intellectuelle ! Libéralisme et libertarisme n’ont quasiment rien à voir. Pour enrichir un peu plus votre grande culture : il y a deux libéralismes. Economique, qui est un système de pensée qui prône la liberté des échanges et politique, qui nous a permis de voter, de nous organiser collectivement contre les puissants, d’avoir une liberté de la presse...

              Il faut être un fieffé inculte, sincèrement, pour oser douter encore que TOUS les courants libéraux (minarchistes, anarco-cap., socio-libéraux, néo-classiques…) s’accordent pour dire qu’il y a une dualité évidente et consubstantielle entre le libéralisme économique et celui politique. De ce point de vue, c’est à dire du point de vue de la théorie libérale et de ces éminents penseurs, il y a unanimité. Il y a un consensus formel et limpide.

              Retournez à vos bouquins, c’est lamentable !

              En attendant 2017...

              Comme vous dites.


            • Kibou 3 juin 2012 12:12

              à Onecinikiou

              Avant de vous répondre je commencerai par dire quelques mots sur la teneur de notre débat. Pour commencer, même si mes idées sont diamétralement opposées aux vôtres, je vous remercie. Je ne pense pas que les personnes qui liront nos joutes verbales de dix pages seront plus nombreux que les dix doigts de la main mais être face à un contradicteur qui, je dois le reconnaître, est aussi retors que vous, m’est très bénéfique puisqu’il me permet de pousser plus loin mes arguments pour combattre votre idéologie. Voilà pour les amabilités.

              Je n’attends rien de vous en retour sur ce plan, tant vous transpirez une certaine forme de haine rien que dans vos écrits avec des formules qui, si elles étaient vainement agressives, ont eu au moins le mérite de me faire parfois bien rire.

              Oh ! Je sais bien que mon ton n’était guère plus affable lors de mon précédent post - encore que je ne me pense pas être allé aussi loin que vous - mais j’aurais au moins eu la délicatesse de vous prévenir que mon ton serait aussi péremptoire que le vôtre. Car vous ne souffrez vraiment pas d’un complexe d’infériorité, pardonnez moi cette litote. Vous faites preuve d’un dédain envers les autres qui ressemble fort à celle d’un énarque, ce qui doit même hérisser des poils dans votre propre camp.

               

              Il n’est pas dans mon intention de rire à mon tour de vous en perdant mon temps en verbiages inutiles. Je pense justement que nous sommes au cœur du problème des personnes de votre bord politique. Je ne citerai comme exemple dans le florilège que vous m’avez offert que deux de vos phrases, qui toutes deux témoignent de votre relations au savoir, à la découverte, à la contradiction intellectuelle : "Mais là est trop vous demander certainement. Nous toucherions alors du doigt le phénomène d’une dissonance cognitive« et ensuite le »Retournez à vos bouquins, c’est lamentable".

              Ce qui est sous entendu dans le premier extrait, c’est que vous, bien évidemment, être pur, libéré grâce à votre érudition et au-dessus des autres, vous ne pouvez en aucun cas être victime de dissonance cognitive. J’en suis désolé pour vous.

              Pour autant que mes très modestes connaissances en sciences psychologiques me permettent de le savoir (j’avoue sans aucune honte m’être précipité pour savoir ce que cela signifiait, curieux que je suis), la dissonance cognitive est une étape préalable à tout nouvel apprentissage ou du moins à tout changement d’opinion. Et voilà que vous la présentez comme une faiblesse, pire, comme une tare !

              Pour ma part, passer de croyances « françouillardes » héritées de ma famille conservatrice pied-noire arabophobe à d’autres opinions, humanistes, solidaires et ouvertes sur le monde, ne s’est pas fait il est vrai sans cet état de tension que vous érigez en insulte. Oui, j’ai même senti physiquement ces changements, tant ça me faisait mal de voir que ce que l’on m’avait appris depuis tout petit était d’une incroyable malhonnêteté intellectuelle (entendez par là les thèmes habituels du Front National) ou au pire une insulte perpétuelle à mon humanité. Cet état, que vous décriez, a toujours été ma force. C’est ce doute qui m’a permis d’évoluer dans me idées. Pour m’éloigner des vôtres.

              Le deuxième extrait n’est pas moins intéressant. Vous m’ordonnez d’un ton très docte, professoral, de retourner apprendre, en y adjuvant un « lamentable » très concupiscent. Mais pourquoi le présenter comme quelque chose de si humiliant ? Je suis très heureux de retourner dans mes livres pour aller plus loin dans mes réflexions ! Et puis pensez vous vraiment que tous les savoirs viennent des livres ? De brillantes civilisations qui n’avaient pour tradition que l’oral auraient deux mots à vous dire à ce sujet... Sans oublier que si les opinions politiques se résumaient à un degré de connaissances, nous le saurions tous les deux. Il y a aussi là-dedans - ne vous en déplaise car vous semblez détester ce mot - des valeurs morales qui entrent dans la balance. Sans compter les sentiments, auxquels nous sommes tous dépendants et vous sans doute le premier, tant votre discours respire à tout le moins la peur de l’altérité.


            • Kibou 3 juin 2012 12:14

              C’est pour cela que, je vous le dis avec beaucoup d’humilité, je n’aurai ni le temps ni l’envie de me laisser piéger dans un débat techniciste qui finalement ressemble beaucoup à celui des technocrates que je ne pense pas aimer moins que vous. Sortez autant de chiffres que vous voulez, continuez de présenter aussi froidement des « réalités » complètement sourdes au facteur humain, cela ne m’ébranlera guère. Mais si notre but est de progresser tous les deux dans notre affrontement, alors souffrez ma réponse qui va tenter, tantôt de vous répondre par le savoir lorsque j’en suis capable, tantôt de gratter le vernis qui cache sous votre brouillard d’insultes et de références érudites soi-disant objectives des valeurs nauséabondes.

              Je commencerai par vous répondre sur l’histoire, que vous semblez manipuler avec beaucoup d’imprudence. A vous entendre, on croirait qu’il n’y a qu’une histoire officielle : la vôtre ou celle que le FN aimerait voir dans tous les manuels scolaires. Lorsque je vous ai dit que je ne croyais pas aux études simples et rapides, c’était bien pour dénoncer cette posture. "Tout ce que je sais, c’est que je ne sais pas" disait un philosophe. Et cela se prête aussi à l’Histoire. Rien n’est simple. Le monde est d’une complexité qui devrait rendre humble toute personne qui sait réellement les choses (une bonne stratégie, d’ailleurs, pour faire face à la dissonance cognitive, vous devriez essayer).

              Pour avoir déjà été dans une situation de recherche pure, j’ai notamment appris que la science historique était souvent affaire d’interprétation. Vous conviendrez que nombre d’historiens éminents, bien plus compétents que moi, n’ont pas la même analyse que vous du passé. C’est donc qu’il n’y a pas une vérité mais, au final, une subjectivité indissociable de celui qui réfléchit.

              Loin de moi l’idée de vouloir en faire une science « molle » : c’est un qualificatif que je combats avec vigueur en ce qui concerne l’Histoire. Mais en revanche, force est de constater que les personnes qui prétendent tirer des vérités de l’Histoire le font toujours au fi de la moindre prudence épistémologique. Ce qui fait de l’Histoire une science comme une autre, c’est sa méthode extrêmement rigoureuse et c’est pour cette raison - à moins que vous ne me révéliez votre appartenance à la communauté scientifique
              - que je leur ferai davantage confiance à eux. Quant au savoir érudit, qui a été dans l’Histoire et plus récemment par vous, utilisé pour soi-disant démontrer des évidences, il n’est « qu »’un outil de réflexion. En somme, l’historien n’est pas une personne qui accumule une somme de connaissance pour servir ses intérêts idéologique. L’historien est un enquêteur qui se sert de ce qu’il sait, rien de plus. Le rôle de juge est tenu par d’autres personnes, comme vous. C’est pourquoi je ne me sens pas du tout inférieur à vous dans ce domaine quoique vos insinuations - certes odieusement drôles - aient prétendu.


            • Kibou 3 juin 2012 12:14

              Puisque nous sommes sur ce sujet, je vais en outre revenir sur une de vos affirmations : Il faut être un fieffé inculte, sincèrement, pour oser douter encore que TOUS les courants libéraux (minarchistes, anarco-cap., socio-libéraux, néo-classiques…) s’accordent pour dire qu’il y a une dualité évidente et consubstantielle entre le libéralisme économique et celui politique. De ce point de vue, c’est à dire du point de vue de la théorie libérale et de ces éminents penseurs, il y a unanimité. Il y a un consensus formel et limpide.

              Tout d’abord, si je comprends bien le fil de votre pensée, vous qui supportez une personne qui, dites vous, affronte le libéralisme, vous admettez qu’elle lutte indifféremment contre le libéralisme politique et économique puisqu’en réalité il ne fait qu’un. Je ne sais pas, du coup, si je peux toujours être considéré comme un « chien de Pavlov » lorsque je vous dis que Marine Le Pen veut également supprimer les libertés politiques, mais sans doute m’éclairerez vous sur ma nature animale profonde dans votre future réponse.

              Pour ne pas vous vexer, cependant, je vais plutôt considérer que vous faites preuve en la matière d’une connaissance très sélective (je n’aurai pas la prétention de vous traiter de fieffé inculte dans ce domaine que vous semblez tant maîtriser !). Otez moi d’un doute. Le libéralisme politique, dans les faits, a-t-il TOUJOURS été lié au libéralisme économique ? Même lors de la Monarchie de juillet ? Même lors du Second Empire ? Il me semblait même qu’à ce moment là, libéralisme économique de la bourgeoisie française affairiste et libéralisme politique des républicains ne faisaient pas bon ménage...

              C’est sans doute que vous ne retenez du libéralisme économique que la liberté de circulation des marchandises et des humains (ceux-ci semblant vous inquiéter davantage que le premier d’ailleurs). Vous ne dites rien des deux autres principes fondamentaux de cette utopie : responsabilité et propriété. Si Marine le Pen était vraiment la plus anti-libérale de ce que vous appelez nos deux égéries, ne devrait-elle pas s’attaquer aussi à ces deux autres bases ? Le fait elle ? Non ! Le droit à la propriété, pour ne parler que de lui, n’est pas remis en question, il est même conforté dans ses excès (dans son programme : suppression de l’impôt sur le revenu, réduction des droits de succession, suppression des prélèvements sur les plus-values boursières...).

              Son anti-libéralisme masque en réalité un profond attachement au système inégalitaire mis en place depuis des années par la doctrine libérale qui prétend que tout individu est seul responsable de ses actes par son mérite personnel, présomption sur laquelle, je le sais d’ores et déjà, nous ne sommes pas d’accord : pour mesurer véritablement le mérite personnel, encore faudrait-il que nous partions tous, dès la naissance, du même pied d’égalité, ce qui n’est pas le cas et ne le sera probablement jamais. Je le redis donc : non, Madame Le Pen n’est pas pleinement anti-libérale et si, ces derniers temps, elle en a fait son cheval de bataille c’est bien dans des perspectives opportunistes qui lui permettent par la même occasion de légitimer ses lubies xénophobes.

              Ensuite, je ne suis pas anti-protectionniste, certainement pas. Mon protectionnisme, contrairement à vous, se borne aux limites de l’Europe, qui doit être une instance de solidarité sociale entre les différents peuples qui la composent. Alors, bien évidemment, nous en sommes loin et je n’ai absolument pas les connaissances pour savoir comment faire. Mais j’ai tout de même l’impression qu’avec des préceptes sages comme "les mêmes règles pour tous« et »des secteurs publics forts dans tous les domaines indispensables pour garantir la dignité de chaque être humain", cette ambition devrait être à notre portée.

              Enfin, je suis désolé, mais je ne vois toujours pas en quoi le fédéralisme que vous dénoncez est actuellement au pouvoir. La chienlit (puisque vous semblez être amateur du général De Gaulle) actuelle est au contraire la conséquence directe de l’absence d’un pouvoir politique fort qui fasse de cette Europe plus qu’une Europe du fric gérée par des technocrates Bruxellois. Libre à vous de ne pas y croire parce qu’hélas aucune preuve scientifique ne permet de prouver quoi que ce soit dans ce domaine, mais je crois en l’intelligence de l’être humain et en son besoin fondamental de vivre en société, et en harmonie avec les autres de surcroît. Nous sommes encore une fois aux franges des raisonnements rationnels. Vous parlez de chimères et d’illusions mais une nouvelle fois vous omettez que votre propre vision du monde repose aussi sur des spéculations : votre vision de la Nation n’est pas moins une construction mentale que ce que l’est celle de la construction d’une Nation Européenne. 

              Enfin, je vous répondrai sur le même ton que vous avez employé avec moi en ce qui concerne les crimes communistes : votre blabla et votre réflexe pavlovien d’anti-bolchevik primaire, votre simplification à outrance de l’histoire sur ce propos, et votre oubli des crimes similaires perpétrés chaque jour et depuis le XIXème siècle (voire avant) par votre idéal nationaliste et/ou capitaliste me font doucement rire. Ce sont des propos de cours d’école (« c’est toi qu’en as tué le plus ! Non c’est toi ! ») qui me déçoivent un peu venant de la part d’une personne si pointilleuse que vous sur les choses de l’Histoire.


            • Kibou 3 juin 2012 12:15

              Je passerai ensuite, au terme de « nantis » dont je parlais et qui m’a valu un retour de manivelle, il est vrai bien venu, sur la stigmatisation. Mais bon, en sommes nous vraiment là tous les deux ? Nous savons très bien que l’exercice nous pousse à aller au plus court dans la formule, à être synthétique, ne serait-ce que pour ne pas endormir notre bien aimé contradicteur.

              Alors oui, il est vrai, je ne vais pas dire le contraire : ce n’est pas parce qu’on est un nanti qu’on entre forcément dans la catégorie des gens à combattre par le peuple. Je pense même que le confort, ou tout simplement le simple fait de vivre bien, sans préoccupations de survie matérielle, est un avantage certain pour avoir le temps de s’impliquer pour les autres. Mélenchon fait partie des nantis et je le respecte pour le combat qu’il mène. Je ne suis pas assez proche de lui pour être garant de son honnêteté mais il me semble que sa vie politique a été d’une évidente constance dans ses choix mis à part d’éventuels moments de faiblesse que toute personne modéré, réfléchie, en proie à des doutes sains, peut avoir. Tout ceci est l’inverse d’un comportement extrême.

              Pour autant, je pense que le problème essentiel de notre temps est effectivement les possédants, les accapareurs, les nantis, les riches, les grands capitalistes, les millionnaires, bref appelez-les comme vous voulez. Après ce que je viens de dire, vous comprendrez que je parle d’eux dans la globalité, dans leur classe, qu’ils en aient conscience ou pas.

              Oh, je vous rassure, je ne leur reproche ni leur odeur, ni leurs coutumes étranges, ni leur régime alimentaire bizarre, ni leur communautarisme primitif, de leur propension à faire travailler les autres à leur place pendant qu’ils profitent du système, bref, de leur personne ou de leur identité.

              Je parle de leur pouvoir individuel - parce que EUX en ont réellement contrairement à l’immigré - de celui qui leur permet d’aller outre les décisions d’un peuple tout en profitant de sa force de travail, de celui qui leur permet d’imposer à ceux d’en bas toujours plus d’effort en les berçant d’illusions méritocratiques tandis qu’ils se transmettent leur patrimoine - et donc leur pouvoir - avec un consentement qui ne pourra être que plus grand si jamais le Front National arrive un jour au pouvoir (cf sa politique fiscale évoquée plus haut).

              Quant à l’argument qui consiste à attribuer aux pensées de gauche la responsabilité de ce fléau, il est risible et ne m’a pas du tout impressionné. C’est un petit peu comme si on attribuait au Front National la responsabilité d’une arrivé massive de clandestins sous prétexte que leur discours avait un effet inverse de ce qu’il défendait. Il faudra trouver mieux pour me mettre en dissonance cognitive (belle trouvaille, vraiment, cette « injure »...).

              Et c’est maintenant, je pense, que vous allez être extrêmement déçu. Non seulement la pelle que vous destiniez à mes dents m’a raté, mais en plus je vous ai regardé avec délectation vous étendre dans une mare de justifications, comme si vous cherchiez à faire taire un malaise. J’ai eu connaissance, je pense en même temps que vous, des déclarations patrimoniales des candidats. Non seulement je ne présume pas, comme je l’ai dit plus haut, de l’honnêteté politique d’un homme en fonction de ses revenus (même pour Marine Le Pen !) mais en plus vous êtes, une fois n’est pas coutume, d’une malhonnêteté intellectuelle qui en dit long sur votre aveuglement.

              Entendons nous bien : je n’ai pas dit que Marine le Pen était une personne richissime, j’ai dit qu’elle était l’héritière (j’aurais pu dire future, il est vrai, ce qui nous aurait éclairé un peu plus sur les origines de sa volonté de supprimer les droits de succession...) de l’une des familles les plus riches de France. Allez y, relisez bien. Autrement dit, sa déclaration patrimoniale est un arbre qui cache une forêt bien plus immense.

              Mais quand bien même. Ce n’est pas, sur le critère de fortune personnelle, je vous l’ai dit, que j’apprécie les idées d’une personne. Mais je maintiens que, pour une personne « anti-système » (concept que vous n’avez toujours pas défini...), cette information conjuguée à ses intentions en matière de fiscalité en font tout de même quelqu’un dont on peut un peu douter de la pureté des intentions. A moins que nous ne redoutions pas le même « système » et dans ce cas il faudra nous mettre d’accord rapidement sur ce mot tarte à la crème.

              Un mot enfin sur le père. Je n’ai jamais dit qu’il n’avait pas connu de souffrances au labeur quand il était jeune, ce pauvre homme. J’ai simplement suggéré qu’il n’a pas accumulé une telle fortune par la "sueur de son front", comme il aimerait que davantage de personne ne le fasse aux dépens souvent de leur équilibre et de leur santé afin de satisfaire la morale populiste du pays. Et je qualifiais cet héritage de douteux parce que le procès, suite au testament d’Hubert Lambert, n’a jamais été mené au bout en raison de « négociations »... Mais j’admets que cette information ne présente pas vraiment d’intérêt à notre débat.


            • Kibou 3 juin 2012 12:16

              C’est pourquoi le dernier sujet que j’aborderai concernera ce qui nous sépare je pense le plus fondamentalement, puisqu’il puise en réalité ses origines dans nos valeurs les plus profondes. Le fameux, l’inépuisable, l’inévitable thème de l’immigration. Là aussi, ne vous en déplaise, un bon nombre d’études (et pas forcément les plus à gauches) viennent contredire vos éternelles imprécations contre le dangereux immigré qui vient prendre le travail du français ou faire baisser son salaire. Il paraîtrait même qu’elle rapporte plus à la France qu’elle n’en coûte !

              Mais en plus l’exemple que vous avez pris vous contredit. Vous le détournez pour étayer vos propos, alors qu’en réalité le texte que vous citez me donne plutôt raison : "du point de vue de la science économique, la notion de pénurie n’est pas évidente. Le fait que certains natifs rejettent certains types d’emplois peut simplement signifier que les travailleurs ont de meilleures opportunités que d’occuper ces emplois, et donc que les salaires correspondants devraient augmenter pour qu’ils soient pourvus".

              Je noterai tout d’abord le caractère approximatif de l’affirmation « peut simplement » qui n’est pas, me semble-t-il, équivalent à une certitude. Mais quand bien même cela soit vrai, le problème réside effectivement dans l’augmentation des salaires, qui vous le dites plus loin, est savamment bloquée depuis des années par le patronat français, bien content de trouver cette manne d’employés dociles pour accroitre toujours plus leurs bénéfices, au service des actionnaires. Vous avez bien tenté d’y ajouter les associations « droits de l’hommiste » qui, je le comprends bien dans votre raisonnement déshumanisé, vous pose un certain nombre de problèmes. Mais l’argument est tout aussi désopilant que celui que vous m’avez donné pour essayer de démontrer que les anti-libéraux étaient responsables du libéralisme.

              Votre solution : dépenser des milliards dans leur traque, puis leur enfermement, puis leur renvoi dans des pays qui sont presque aussi nombreux que le nombre d’avions qu’il faudra pour accomplir cette « noble » mission. Comme on se rendra vite compte que cela coûte bien trop cher au pays, quelle solution trouvera-t-on, à force, pour repousser cette "horde dangereuse" qui, qu’on le veuille ou non, déferlera dans notre pays pour des raisons propres à l’impérialisme occidental ? Une solution finale peut-être...

              La solution du Front de Gauche : les travailleurs étrangers qui sont en France, qui produisent de la richesse pour le pays, dans un cadre législatif clair qui les protège, sont tous régularisés. Ce qui n’équivaut pas, encore une fois, à leur donner la nationalité française, qui doit être j’en suis convaincu, le fruit d’un long processus. Pas de dépenses, plus de dumping social, des patrons obligés d’augmenter les salaires pour attirer leurs employés. Et en prime, je le répète, un petit peu de respect et de dignité pour des êtres humains. Qui est le plus hystérique des deux ?

              La réalité, c’est que, une nouvelle fois, lorsqu’on gratte le vernis, nous nous retrouvons face à nos vraies valeurs, celles qui motivent nos choix idéologiques. Oui, le programme du Front National s’attaque aux personnes à travers son programme pour l’immigration. Non, il ne s’attaque pas à l’immigration en tant que problème abstrait. Qu’un état laisse crever de faim ou de maladie des gens qui sont à nos portes, qu’ils soient étrangers ou pas, c’est inhumain (programme du FN : les cotisations de l’assurance Maladie et de l’assurance Chômage seront augmentées pour les étrangers à prestations équivalentes. Le RMI pour les étrangers ainsi que l’AME seront supprimés).

              Obtenir une nationalité pour « bonne conduite » et selon le « degré d’intégration » c’est tenter d’établir un code moral qui ne peut être que d’une extrême subjectivité, c’est une atteinte grave à la liberté de penser des personnes. Sans parler de la déchéance nationale, qui pose forcément les questions des origines d’une personne au moindre problème, comme si un fraudeur, un voyou ou un assassin était forcément plus répréhensible qu’un autre parce qu’il n’a pas le sang pur. Ca aussi, concrètement, c’est inhumain, au sens où cela nie notre appartenance à la même humanité.

              Et encore, ce n’est là que ce qui se dit en surface. Au Front de Gauche, nous n’oublions pas d’où vient le Front National. Nous n’oublions pas sa filiation au poujadisme, au négationnisme, à ses références culturelles et historiques. Nous n’oublions pas que Jean Marie Le Pen, président d’honneur actuel du parti, a fait publié Le IIIe Reich. Voix et chants de la Révolution allemande dans sa maison de disques. Nous n’oublions pas qu’il cite des collaborateurs de la Seconde Guerre Mondiale dans ses discours et qu’il a admis avoir torturé des algériens pendant la guerre d’Algérie. Et nous nous fichons pas mal qu’ailleurs, dans d’autres pays, des gens fassent pire. C’est une haute exigence intellectuelle et morale que de ne pas tomber dans le mimétisme de choses exécrables que l’on fait ailleurs.

              D’où les questions : vous qui prétendez que le FN ne combat pas les personnes et qu’il s’agit d’un argument « d’hystérique », affirmeriez vous que toute personne et toute civilisation soit égale ? Considérez vous que des personnes portent dans leurs origines génétiques des prédispositions à devenir des délinquants ou pas ? Quelle est votre position sur l’existence des « races » ?

              Ici se situe, je pense, la ligne de démarcation entre nos idées, bien plus que dans une dialectique entre 2 « -ismes » ou entre deux recettes économiques. Ici se situe la ligne de front des sombres années qui nous attendent. Front contre front.


            • Onecinikiou 4 juin 2012 22:15

              Tout d’abord, si je comprends bien le fil de votre pensée, vous qui supportez une personne qui, dites vous, affronte le libéralisme, vous admettez qu’elle lutte indifféremment contre le libéralisme politique et économique puisqu’en réalité il ne fait qu’un.

              Il est fastidieux de devoir se répéter. Voilà ce que je disais précédemment : « TOUS les courants libéraux s’accordent pour dire qu’il y a une dualité évidente et consubstantielle entre le libéralisme économique et celui politique. De ce point de vue, c’est à dire du point de vue de la théorie libérale et de ces éminents penseurs, il y a unanimité. Il y a un consensus formel et limpide. »

              Vous admettrez donc que je me situais du point de vue des auteurs libéraux qui ont théorisé les différents courants du libéralisme depuis plus de deux siècles. Or eux prétendent que les libéralismes politique et économique ne sont pas dissociables.

              Si vous l’entendez bien, Michéa, qui n’est pas ce qu’on peut appeler un apologète du libéralisme, soutien précisément cette assertion :

              http://www.dailymotion.com/video/xfmyyr_les-origines-de-la-societe-liberale-par-jean-claude-michea_news

              Pour recadrer cela dans une perspective historique, étant votre domaine supposé de compétence, sachez tout d’abord que le libéralisme - pièce maîtresse de la philosophie des Lumières s’il en est – est fondamentalement une idéologie progressiste, opposée à ce titre à toutes les positions « conservatrices » ou « réactionnaires ». 

              Ce qui permet par la même de comprendre les déboires historiques répétés, et non des moindres, des différentes variantes de l’anticapitalisme de gauche. Il est en effet parfaitement illusoire de penser qu’on pourrait développer jusqu’au bout le programme du libéralisme politique et culturel, c’est-à-dire le programme de la gauche et de l’extrême gauche contemporaines, sans réintroduire, à un moment ou à un autre, la notion de nécessité d’économie de marché. 

              Et il est tout aussi naïf de penser qu’on pourrait étendre à l’infini la logique du marché sans accepter la « libéralisation » des mœurs qui en est le complément culturel inévitable. On comprend mieux pourquoi le socialisme originel ne se définissait généralement pas en fonction de ce clivage gauche/droite dont toute discussion est devenue sacrilège. Pourriez-vous seulement citer, du reste, un seul texte de Marx où celui-ci appellerait à l’union de la gauche et autres billevesées ?

              Ce à quoi nous assistons (c’est la thèse de Michel Clouscard), au contraire que ne l’appréhende habituellement la pensée dominante, est le fruit en ligne directe de l’idéologie libérale-libertaire commune avec la gauche sociétale post-soixante huitarde à laquelle s’est totalement soumis nos bonnes âmes progressistes (à travers notamment l’imposture d’un antiracisme idéologique et institutionnel), elle-même découlant du concept de liberté de choix et d’action (suffisamment revendiqué par les féministes d’alors), donc d’un libre-arbitre lui-même issu de l’idée de liberté transcendantale qui s’oppose absolument avec l’idée d’un déterminisme historique qui fonde la philosophie politique de Marx et précédemment d’Hegel.

              Il faut donc en revenir à rechercher les véritables causes de cette évolution qui a infusé de façon tout à fait considérable les sociétés dites modernes à partir de cette période (début des années 70), puisque il est à présent démontré, du fait de son développement à travers des structures politiques et culturelles relativement hétérogènes, que cela ne peut en être aucunement réduit au seul socialisme, que ce soit d’ailleurs sous sa forme d’économie politique que sous sa forme doctrinale qui la sous-tend nécessairement. 

               Le libéralisme politique, dans les faits, a-t-il TOUJOURS été lié au libéralisme économique ?

              A quelque rares exceptions près, assurément. Sur le rôle de l’Etat : les premiers théoriciens libéraux ne concevaient pas de libéralisme sans Etat protégeant le libéralisme. Que serait le libéralisme sans le rôle du Royaume-Uni et des USA dans les guerres mondiales ?

              L’Etat garantit par l’autorité conférée par sa force armée le libéralisme qu’il prône et dans la mesure de son pouvoir (contre les antilibéraux extérieurs) et de sa puissance (contre les antilibéraux intérieurs tels les criminels et la mafia).

              Le pacifisme bien réel (phénomène connu sous le nom de démoralisation) instillé par la propagande soviétique chez les intellectuels occidentaux, bride encore notre volonté d’autorité et de force armée, ce qui menace d’autant, du point de vue encore une fois de la théorie libérale, le libre échange et l’enrichissement global consécutif des démocraties et du reste de la planète.

              Le point d’achoppement évident étant que votre postulat universaliste, qui fonde votre corps de doctrine, et même si prévisible, énonce une aberration conceptuelle en déclamant que tous les humains jouissent des droits libéraux (libéralisme politique) sans contrepartie comportementale. Cela constitue une imposture intellectuelle et morale formelle.

              « Car une civilisation repose sur ce qui est exigé des hommes, non sur ce qui leur est fourni » - A. de Saint-Exupéry.

              C’est sans doute que vous ne retenez du libéralisme économique que la liberté de circulation des marchandises et des humains

              Absolument pas, vous extrapolez à partir de données incomplètes me concernant, ce qui est assimilable à un procès d’intention. Attention de ne pas vous départir de votre méthode « extrêmement rigoureuse » !

              Non ! Le droit à la propriété, pour ne parler que de lui, n’est pas remis en question,

              Parce que ce droit – garanti par la déclaration des droits de l’homme en tant que faisant partie intégrante du corpus jusnaturaliste - serait donc remis en question par le frère-maçon Mélenchon, à la vulgate essentiellement droits-de-l’hommiste ? Vous vous moquez certainement.

              (dans son programme : suppression de l’impôt sur le revenu, réduction des droits de succession, suppression des prélèvements sur les plus-values boursières...).

              Auriez-vous l’amabilité de me fournir vos sources je vous prie, je ne crois pas du tout qu’il soit prévu dans le programme de MLP de supprimer l’IR ??! Ni d’ailleurs votre autres affirmations sans doute tirées d’un mauvais tract du FdG.

              Ensuite, je ne suis pas anti-protectionniste, certainement pas. Mon protectionnisme, contrairement à vous, se borne aux limites de l’Europe, qui doit être une instance de solidarité sociale entre les différents peuples qui la composent.

              J’excuse par avance votre méconnaissance totale des dossiers économiques, mais sachez avant toute chose que le protectionnisme, comme toute politique quelle qu’elle fut, à vocation d’abord de s’ancrer dans le réel. Or votre protectionnisme européen est nul et non avenu puisqu’il supposerait que tous les Etats-membres s’y soumettent ensemble et simultanément. 

              DES pays et DES peuples aux cultures multiséculaires qui, ne vous en déplaise, pour ces raisons mêmes et jusqu’à preuve du contraire (dans mille ans peut être si dieu nous prête vie), demeurent avoir encore des intérêts divergents sinon antagonistes.

              D’autre part, si l’argument invoqué pour justifier le retour à une politique protectionniste sont les niveaux de vie, de salaires, de protection sociale et environnementale entre sphères économiques radicalement hétérogènes, pourquoi donc vouloir vous limiter à vous borner aux limites de l’Europe, puisqu’en Europe les dumping sociaux et fiscaux opérés par de nombreux pays sont tout aussi importants qu’à l’extérieur de celle-ci ? Hâ oui : elle DOIT être… Nous sommes ni plus ni moins que dans le registre du yaka focon.

              Mais je vous pose une question pour le moins légitime : auriez-vous l’obligeance de tirer le bilan des vingt dernières années de construction européenne afin de tester l’hypothèse - votre hypothèse - selon laquelle celle-ci aurait pu permettre l’émergence d’une Europe socialement convergente et progressiste ?

              http://www.youtube.com/watch?v=hpmcnWmd028

              Eu égard au bilan socio-économique objectivement désastreux, et dont Mélenchon que vous le vouliez ou non est comptable du fait de ses nombreuses participations gouvernementales et cautions politiques, vos préceptes se révèlent faussement sages. Et pour cause : ils sont en réalité le masque de vos inconséquences et utopies criminelles, et, sauf votre respect, de votre médiocrité.

              La seconde critique de votre positionnement européiste est évidemment le fait que si notre but est de réequilibrer nos échanges

              La chienlit (puisque vous semblez être amateur du général De Gaulle) actuelle est au contraire la conséquence directe de l’absence d’un pouvoir politique fort qui fasse de cette Europe plus qu’une Europe du fric gérée par des technocrates Bruxellois

              Vous n’avez donc pipez mot sur ce que j’ai patiemment pris le temps de vous expliquer : qu’il n’y a pas de peuple européen, sous bassement absolument nécessaire et condition du saut « qualitatif fédéral » que vous appelez de vos vœux, et qu’en conséquence, au-delà de vos chimères discursives, vous continuez de brasser du vent pendant que les peuples européens se meurent. Sachez bien une chose : en politique comme en amour il n’y a pas d’amour et de politique au sens le plus noble sans preuves. Et quels preuves vous concernant !

              Libre à vous de ne pas y croire parce qu’hélas aucune preuve scientifique ne permet de prouver quoi que ce soit dans ce domaine

              Bah voyons, vous voilà basculer soudainement et opportunément vers la « science molle » que vous fustigiez : nous avons l’exemple de plusieurs dizaines de zones monétaires uniques qui ont explosé ces cinquante dernières années pour exactement les mêmes raisons, mais bien sur nous n’avons toujours pas de preuves tangibles, de tendances objectives, et de faits étayés...

              Et bien sûr les peuples européens veulent le fédéralisme, soit aliéner un peu plus qu’elle ne l’est déjà leurs prérogatives régaliennes et de souveraineté, et donc in fine leurs idéaux démocratiques. Et il serra toujours temps que vous nous démontriez comment la démocratie peut s’épanouir et ne serait-ce que subsister sans souveraineté. 

              C’est d’ailleurs tellement vrai qu’ils le souhaitent que je me dois de vous rappeler que les français, les irlandais, les hollandais, soit tous les peuples qu’ont eu daigné de demander leur avis directement, se sont prononcé CONTRE l’accentuation du processus d’intégration d’une Europe, certes libérale (mais il est bien tard pour s’en apercevoir quant on l’a soutenu par le passé de tous ses votes), mais qui a vocation également au fédéralisme et ce depuis le début, tel que la concevait explicitement les pères de l’Europe, tous stipendiés par les officines du renseignement américain, nous le savons désormais, au fur et à mesure des déclassifications. 

              Là encore, plus que par naïveté, certains (bien identifiés) ont pêché par infinie médiocrité.

              Pour le reste je verrai plus tard.

               


            • Onecinikiou 5 juin 2012 21:18

              Je complète ma critique sur votre positionnement européo-protectionniste, malencontreusement absente de mon message précédent. 

              Car vous semblez méconnaitre que le protectionniste européen envisagé par le FdG le serait au motif d’une concurrence déloyale opérée par des sphères économique ne respectant aucuns des standards sociaux et écologiques (et donc fiscaux afin de financer cette protection sociale, qui rejaillit nécessairement sur le coût du travail) auxquels nous nous astreignons. Soit, c’est un fait. 

              Mais dès lors beaucoup de pays en Europe, et même certains membres de la zone euro, ne respectent pas non plus ces standards et participent au dumping précité. Par conséquent cela disqualifie totalement l’idée même d’instaurer un protectionnisme aux frontières de l’Europe, quant bien même serait-il dans l’ordre du possible (ce que je ne crois car il n’y aura pas de consensus en ce sens). Nous sommes donc ici, en plus d’être dans l’incantatoire, dans l’inepte rationnellement.

              Dois-je préciser que les Allemands se sont torturés volontairement depuis dix ans afin d’opérer, en comprimant leur masse salariale, une désinflation compétitive ? Ce faisant ils regagnaient certes tout au long des années 2000, c’est à dire sous le gouvernement « social-démocrate » Schröder, de nombreux points de compétitivité relativement à ses concurrents et (entre autre) partenaires européens.

              Article de Xavier Timbaud très intéressant : http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf-arti ... -03-06.pdf

              Car outre le fait que cette politique a eu pour conséquence de déprimer leur marché intérieur (c’est pour cela qu’ils ont été très durement impacté au pire de la crise, courant 2009, suite à l’effondrement des échanges internationaux qui tiraient leur croissance), ce qui est remarquable c’est qu’elle est aussi et avant tout sciemment non coopérative en ce qui concerne les acteurs de la zone euro, dont nous faisons bien évidemment parti.

              Ainsi le creusement du déficit de notre balance des paiements est très largement dû aux effets de la politique menée outre-Rhin. Et comme il a été dit, nous ne sommes plus en capacité de réaliser une politique de change en dévaluant notre monnaie afin de regagner quelque peu en compétitivité. Nous ne sommes pourtant pas les plus mal loti, les grecs, espagnoles et italiens sont dans une situation bien plus fâcheuse que la notre (déficit budgétaire, commercial, compétitivité, endettement des ménages, ect...). Cela signe ni plus ni moins que la mort de l’euro à terme, ce qui de tout point de vue (et déjà du point de vue de la science économique) est fort souhaitable.


            • Onecinikiou 5 juin 2012 21:19

              Maintenant sur l’immigration qui serait un facteur de croissance et/ou de résorption du chômage structurel qui nous frappe, voilà ce qu’en pensait Maurice Allais, seul prix Nobel d’économie français :

              « Le chômage est un phénomène très complexe, qui trouve son origine dans différentes causes et dont l’analyse peut se ramener, pour l’essentiel, à celle de cinq facteurs fondamentaux :

              1. le chômage chronique induit dans le cadre national, indépendamment du commerce extérieur, par des modalités de protection sociale ;

              2. le chômage induit par le libre-échange mondialiste et un système monétaire international générateur de déséquilibres ;

              3. le chômage induit par l’immigration extra communautaire ;

              4. le chômage technologique ;

              5. le chômage conjoncturel.

              A partir des chiffres français officiels, (j’)estime ainsi la distribution quantitative de ces cinq composantes du chômage et sous-emploi global pour la France en 1999 : (1)=25%, (2)=50%, (3)=17%, (4)=5%, (5)=3%. »

              « La Mondialisation, la destruction des emplois et de la croissance : l’évidence empirique »

              L’immigration joue objectivement contre une revalorisation des salaires, et renforce de surcroît un chômage devenu endémique. La fameuse « armée de réserve » du capitalisme cher à Marx :

              http://www.marianne2.fr/Immigration-pou ... 92252.html

              Je rajouterai à ces propos le résultat d’une étude de Juillet 2007 sur l’impact de l’immigration sur le chômage dans les pays de l’OCDE. Chômage endémique qui participe d’évidence à la reconfiguration des termes du rapport de force entre le capital et le prolétariat en maîtrisant la pression aux revendications et prétentions salariales. Et pousse donc à une spirale déflationniste de l’ensemble des salaires, exceptés, et c’est notable, les revenus financiers.

              Dans cette étude y est exprimé « qu’aucun impact permanent significatif de la part des immigrés dans la population active sur le niveau de chômage parmi les autochtones n’est trouvé, mais une augmentation de cette part accroît temporairement le chômage des autochtones ». Autrement dit et si je comprends bien, puisque cette « part » ne cesse de croître et s’accélère même depuis le tout début des années 2000 (http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.a ... &souspop=4), j’en conclu fort logiquement qu’elle induit de facto une croissance du chômage des autochtones non plus temporaire, mais bien durable !

              Autre fait, selon le lien ci-dessus vous vous apercevrez que moins de 10% des titres de séjours sont délivrés au titre de l’immigration économique. Ainsi la majorité se fait au motif du regroupement familial ou assimilé. Ce qui représente, chacun peut le comprendre, une charge net pour les dépenses publiques. D’autre part il y est à noter que le chômage frappe en priorité les immigrés dont le taux est systématiquement supérieur du double de celui des autochtones :

              http://www.senat.fr/questions/base/2009 ... 08013.html

              Et pour cause ! L’immigration telle que nous la connaissons depuis les années 60 se résume en un afflux massif de travailleurs présentant de très faibles qualifications professionnelles. Tout le contraire des compétences pointues recherchées par notre économie post-industrielle, et cela en parfaite contradiction avec votre propre référentiel idéologique. Ces immigrés peuvent bien servir de « chair à canon » dans le bâtiment, mais depuis que l’effort de reconstruction d’après-guerre s’est achevée, ce secteur ne peut plus absorber autant d’immigrés qu’auparavant. Résultat : pas assez compétitifs pour répondre aux nouvelles exigences d’une nouvelle économie tirée par les hautes technologies, ces immigrés majoritairement sous-qualifiés se sont massivement retrouvés au chômage, et à leur exclusion sociale s’est ajoutée une incompréhension culturelle qui aboutit à l’inquiétant phénomène des banlieues.

              Et ce n’est pas tout : comme ces immigrés bénéficient également d’un système de protection sociale que doit financer le pays, la persistance d’un chômage élevé plombe dangereusement les finances publiques, et par conséquent limite le pouvoir d’investissement productif de l’Etat. Immigration inadaptée, chômage massif, exclusion sociale, délinquance urbaine, tentation du communautarisme, autant de phénomènes parfaitement prévisibles qu’une bonne conscience moralisatrice empêche pourtant de reconnaître avec discernement. Par conséquent oui, il existe bien un lien entre immigration et chômage, et entre chômage et compression des salaires des travailleurs les plus faiblement qualifiés, notamment parce que cette immigration concernait surtout des prolétaires peu qualifiés dans les années 70. C’est pour cela d’ailleurs que la politique d’immigration choisie (que voulait instaurer Sarkozy) achève de démontrer que :

              1/ son gouvernement, et plus largement la droite financière et libérale qu’il incarne, est doctrinalement et par intérêt croisés avec le grand capital, pro-immigrationiste (mais cela nous le savions déjà),

              2/ dans une forme d’aveu remarquable ils promettent de ne plus renouveler les erreurs du passé : seuls les immigrés hautement qualifiés bénéficieront de l’ouverture de nos frontières. Entre parenthèses, cela signifie la spoliation du Tiers-monde de ses richesses humaines, preuve que la générosité n’est pas toujours du côté qu’on croit.

              Cette politique aboutira à leur plus grand bénéfice à l’augmentation de la concurrence sur le marché du travail, et l’horizon du plein-emploi s’éloignera en conséquence. Car pour les pro-immigrationistes – dont vous êtes - il semble que l’horizon du plein-emploi soit la hantise absolue à éviter par tous les moyens, puisqu’elle induit une hausse généralisée des salaires. Ce que le patronat redoute plus que tout. Ainsi une immigration régulière permet dès lors de contenir cette sinistre échéance, en maintenant un taux incompressible de nouveaux postulants sur le marché de l’offre d’emploi. Cqfd.

              Ce positionnement idéologique se révèle être en réalité le parfait allié des esclavagistes soft post-moderne, et à la source même des dérèglements qui ont précipité une insuffisance structurelle de la demande par un capitalisme à basse pression salariale (mais ces concepts sont pour vous du chinois...). Vous êtes donc, indirectement puisque votre conscience n’en fut même pas effleurée, le héraut des « subprimes » et de la crise de crédit et de solvabilité qui a balayé les classes moyennes en Europe et aux Etats-unis. Chapeau l’artiste ! 


            • Kibou 27 août 2012 01:25

              @ onecikiou

              Pardon pour mon long silence mais j’ai été éloigné des claviers un moment. J’espère que vous n’avez pas eu peur que je me sois finalement plié à votre avis...

              Car votre réponse, et j’y reviendrai plus longuement si tant est que vous en manifestez l’intérêt, n’a fait que confirmer ce que je disais lors du précédent envoi : vous vous cachez derrière une apparence de réalité, ces chiffres et ces théories d’économistes qui semblent tant vous passionner mais qui, je vous l’ai déjà dit, me font bien marrer : toute personne qui a eu la chance de faire de faire un peu de recherche sait que le plus limpide des arguments peut-être balayé par un autre spécialiste en la matière... Il existe bon nombre d’éminents scientifiques qui seraient capables de vous contredire, point par point. De cette catégorie, je vous l’avoue très humblement, je n’en fais pas partie. J’ai tout juste assez d’intelligence pour savoir que le débat technique dans lequel vous vous enfermez est sans fin...

               De vos valeurs humaines, celles qui guident forcément votre réflexion politique, de vos convictions philosophiques qui sous-tendent votre raisonnement, en revanche, vous ne dites toujours rien.

              Croyez vous en l’être humain, Mr onecikiou ?
              J’en doute fort.

              Mais peut-être me contredirez-vous. En attendant notre troisième échange, j’attends juste un signe de votre part pour savoir si je parle toujours à quelqu’un ou si vous êtes à présent perdu dans les limbes de l’internet... Sinon, j’irai débattre ailleurs !


            • alinea Alinea 26 mai 2012 19:02

              Jean-Luc Mélenchon fait ce qu’il peut pour rassembler les gens qui ont envie de « vivre ensemble », il fait ce qu’il peut pour les ramener à la conscience, leur redonner confiance, les encourager à prendre leur destin en main, mais cela fait trop longtemps que les consciences ont été aliénées au désir consumériste, que les gens sont infantilisés, dans leur travail, dans leur intimité même ( voire la multitude de lois qui s’occupent de tout) pour que cela se fasse en quelques mois ; le travail d’éducation populaire sera long- à moins d’une crise aussi grave que celle que vivent les grecs- ; il lui faut, pour l’instant composer de manière à être le plus efficace possible, sans trahir les propositions du Front de Gauche ; il n’y a aucune arnaque dans cette manière de faire mais bien un sens des réalités qui ne se laisse pas aller.


              • Veniza Veniza 26 mai 2012 19:02

                Il faut le dire et le répéter,

                ce qui a plombé JL Mélenchon

                c’est son discours à Marseille !


                • Scual 26 mai 2012 20:28

                  Ce qui a plombé Mélenchon c’est que les médias fassent une campagne à charge contre lui la dernière semaine...

                  Son discours de Marseille est superbe et il n’a absolument rien changé bien au contraire.


                • lionel-pg44 26 mai 2012 23:25

                  Ce qui a plombé Mélenchon, c’est peut être les cons dans ton genre !


                • lemouton lemouton 27 mai 2012 13:42

                  "ce qui a plombé JL Mélenchon

                  c’est son discours à Marseille !"

                  —> exact....

                  il a fait un discours pour Marseille, mais entendu par la France entière. smiley

                   et je doute que son ode à la méditerranée a été entendu de la même façon, au fin fond du jura ou de la creuse..

                  Mais bon.. c’est Méluche, le pied noir, et il est comme ça.. :-I


                • simir simir 27 mai 2012 18:53

                  Non moi qui voulait m’abstenir j’ai voté pour lui grâce à ce discours plein d’humanisme


                • patdonmail 26 mai 2012 19:03

                  Le communisme a causé plus de morts que le fascisme... et continue d’en causer là ou il garde les rênes du pouvoir. 
                  Aujourd’hui personne n’oserait revendiquer une étiquette de fasciste, et pourtant Mélenchon qui voudrait être présenté comme un bon démocrate fait l’éloge du communisme cubain et soutient son allié du PC qui n’a JAMAIS condamné les crimes staliniens et post-staliniens de l’URSS et de tous ses satellites et amis (dont la Corée du Nord autre patrie de la démocratie !..).
                  Nous n’oublieront pas le « bilan globalement positif » de ces régimes socialistes, pour notre Parti Communiste « national », dont les peuples se sont débarassés dès qu’ils en ont eu la possibilité.
                  Si on ne veut pas être assimilé à ces assassins il faut s’en démarquer franchement et sans tergiversations. Cela n’a jamais été le cas de Mélenchon qui doit donc assumer d’être considéré comme complices des crimes commis et des atteintes actuelles contre la démocratie à Cuba, en Corée du Nord, au Vénézuela, en Chine etc...(la liste est hélas encore longue).
                  une partie de l’ex-ligue communiste devenue NPA qui n’a jamais nié son appartenance à l’extrème-gauche) à d’ailleurs rejoint le Front de gauche.
                  OUI, n’en déplaise à l’auteur de cet article M. Mélenchon et son Front de gauche sont aujourd’hui, et par ses seuls actes, un composante de l’EXTRÈME GAUCHE de notre pays !... 


                  • chapoutier 26 mai 2012 19:08

                    la bonne vieille droite réactionnaire qui fait sa morale à deux balles en utilisant le bon vieux Plus le mensonge est gros, plus il passe de Goebbels


                  • Daniel Roux Daniel Roux 26 mai 2012 19:23

                    @ patdonmail

                    Vous confondez le Communisme, noble philosophie dont le seul défaut est d’ignorer que les hommes sont des animaux cupides et les dictatures criminelles et fascistes qui s’en réclame.

                    C’est comme si vous affirmiez que Hitler était nationaliste et socialiste ou que Adams, le libéral, est responsable des millions de morts causées par les génocides et les guerres d’agression US.

                    Un peu de jugeotte que diable !


                  • Empadre 26 mai 2012 19:33

                    aaahhh !!!! Marie Chantal, planque l’argenterie ! Le socialo Bolchévique Hollande est élu ! Les chars russes vont envahir la place de Neuilly ! trainant dans leur sillage des hordes de tchekistes mangeurs d’enfants avec des couteaux à beurre entre les dents ! Ils ne sont pas vraiment humains, ils sont cruels (la preuve, leur chef l’immonde Stalinechon crie sur les gentils journalistes de TF1) et ils ne sont même pas chrétiens. Non, plutôt que le vrai Dieu, ils adorent une momie dans un mosolée..... non, pas celle de Jarnac, l’autre, qu’est là ou qu’il fait froid, chez les ruskoffs. Comme Attila, mais là, c’est pire qu’Attila, c’est sur !! l’herbe qui ne repousse pas, ils la fument ! Parce que tout ça, Marie Chantal, c’est racaille et compagnie ! Et pis planque le pif aussi, tiens, il parait qu’ils sont fort portés sur la bibine, les loustics ! Alcoolos, consanguins, pédophiles... ouais, ils ont raison les supporters du PSG, les cocos, c’est un peu comme les chtis ! Ils viennent du froid, ils aiment le rouge, et ils ont des moustaches !


                  • arsinoe 26 mai 2012 19:48

                    JL Mélenchon n’est pas d’extrême gauche car il n’est pas marxiste !
                    On en a assez de la comptabilité : qui a fait le plus de morts ! Nous sommes en 2012. Il serait temps de trouver des réponses contre l’action des financiers qui détruisent le monde.Le 19ème siècle a eu Karl Marx et nous ?


                  • chapoutier 26 mai 2012 20:32

                    il nous reste Karl Marx pour comprendre et combattre


                  • Scual 26 mai 2012 20:39

                    A mais il y a bien pire que les problèmes de comptabilité.

                    Il y a la profonde débilité qui consiste à comparer le communisme au fascisme alors qu’il n’y a aucun rapport et il faut plutôt le comparer au capitalisme. Mais pour savoir ça il faut avoir de la culture, les réactionnaires ne peuvent donc pas comprendre.

                    Pas que ça nous dérange d’avoir affaire a des incultes, c’est plus facile à contredire.

                    De toute façon question comptabilité aussi, quand on sait de quoi on parle, on est sensé savoir que les morts sont des questions politiques et non économiques. Donc on se rend compte que ces batailles de chiffres devraient bien évidement plutôt opposer les régimes : militaires, démocratiques, théocratiques, ploutocratiques et autres... Mais pour savoir ça il faut avoir de la culture, les réactionnaires ne peuvent donc pas comprendre.

                    Pas que ça nous dérange d’avoir affaire a des incultes, c’est plus facile à contredire.


                  • chapoutier 26 mai 2012 20:47

                    la révolution d’octobre à fait très peu de morts, mais les armées blanches et les armées alliées aux ordres du capitalisme n’ont jamais accepté la révolution, d’où la guerre civile. aujourd’hui les capitalistes accusent lenine et trotsky de terreur alors qu’ils défendaient l’URSS contre l’invasion militaire des armées alliées.mais nos spécialistes d’agoravox oublient de dire que staline à assassiné les bolchéviks. 


                  • patdonmail 27 mai 2012 02:04

                    A SCUAL dont je salus l’infinie culture

                    Le problème majeur des gens qui se croient supérieurement cultivés (en marxisme à défaut de faire preuve d’intelligence), c’est que les problèmes de comptabilité les dépassent, surtout lorsqu’il s’agit de comptabiliser les morts du communisme... Combien dites vous ? 1500000 au Cambodge ... négligeable en comparaison des acquis du socialisme... à passer au compte perte et profit de la construction du socialisme... plus facile de se battre contre des morts tout compte fait,,, surtout s’il s’agit de morts incultes qui ne méritaient donc pas de vivre...comme cela on vivra entre personnes cultivées marxistes et humanistes si vous me permettez ces oxymores (votre culture devrait vous dispenser d’utiliser le dictionnaire !). 


                  • Scual 27 mai 2012 12:42

                    Merci de parler du seul et unique Cambodge en n’ayant pas tenu compte un seul instant de ce que j’ai écris et bien sur en négligeant de parler d’autres exemples à propos du capitalisme, comme au hasard, ce détail de l’histoire qu’est la Shoah entre autres.

                    Vous avez brillamment démontré que j’ai tapé en plein dans le mille... incapable de recul, incapable d’écouter, incapable de comprendre, incapable de peser le pour et le contre etc...

                    C’est exactement ce que je disais. Relisez deux ou trois fois vu que ça n’a pas suffit la première. Quand aux histoire de comptabilité dont j’ai déjà souligné l’inutilité, disons que le Cambodge vaut pour l’Afghanistan et l’Irak ou en tout cas pour les seules dix dernières années de guerres américaines. Sinon la deuxième guerre mondiale a fait pas mal de morts, il va falloir aller pécher pas mal des horreurs dans le camps communiste pour réussir à mettre dans la balance... et il y a tout le reste, comme la première guerre mondiale, entre autres. Oh, et s’il vous venait à l’esprit de compter les famines, n’oubliez pas que l’Afrique et l’Amérique du sud sont à deux ou trois cas près capitalistes depuis deux siècles.

                    Bonne chance.


                  • Henrique Diaz Henrique Diaz 27 mai 2012 13:37

                    Le communisme est l’idée que la terre appartient à tous, son programme est alors non l’élimination de qui que ce soit, mais une société sans classes sociales. Ce n’est que parce que certains voyous ont récupéré cette idée pour la dévoyer au service de leur pouvoir personnel ou bureaucratique qu’elle est responsable des morts qu’on a fait en son nom. Il faut être bien couillon comme Stéphane Courtois pour faire des rapprochements qui n’ont pas de sens quand il attribue au communisme des victimes qui n’ont même pas de lien indirect avec les idées du communisme. Pourquoi ne pas dénoncer la démocratie et ses millions de victimes puisque c’est en démocratie et souvent au nom même de la démocratie qu’on guillotiné, gazé, grillé tant de gens ?

                    En revanche le fascisme repose sur l’idée qu’il y a des inégalités fondamentales dans l’humanité, qui justifiait qu’on domine ceux qui l’acceptaient et qu’on élimine ceux qui allaient le refuser. Mussolini comme Hitler avaient annoncé la couleur en ce qui concernait leur programme de « purification » pour résoudre les problèmes. Bien sûr, en voulant établir l’égalité sociale, tous les politiques de gauche se sont heurtés à ceux qui n’acceptaient pas ce programme. Mais en vertu du principe selon lequel tous les hommes sont égaux, il n’y a jamais eu d’élimination politique qui tienne en vertu même du communisme, on a agi au nom du communisme, comme les inquisiteurs ont agi au nom de la religion d’amour du christ, mais rien dans le communisme comme dans le christianisme ne justifie qu’on élimine un homme qui ne prend pas les armes ou n’appelle pas à le faire.

                    Pour le libéralisme, c’est un peu plus compliqué mais je dirais que si Adam Smith et ses disciples ne sont pas responsables des morts de faim ou de précarité au nom du libéralisme, ils sont largement complices car dans leur théorie économique, les inégalités sociales sont indépassables, ce qui justifie donc, à la place de l’ancienne théologie qui avait inventé le pouvoir de droit divin, la domination d’une partie de l’humanité sur le reste et ainsi contribue à établir pour la population le consentement à sa servitude.


                  • verdad 27 mai 2012 18:45

                    NSDAP = Parti des travailleurs allemands Socialistes et Naionaux*
                    Les Nazis aspiraient à dominer l’Europe
                    les Soviétiques aspiraient à dominer la planète deux Partis Frères 
                    devinrent des Frères ennemis.

                    C’est ainsi que les crimes Nazis devinrent des Crimes Faaachistes et pourtant
                    le Fascisme n’a sévi qu’en Italie, des trois, le fascisme aucun Camp de concentrations,
                    les Prisons vides , protégea les Juifs qui n’eurent à souffrir en Italie qu’après 1943,lorsque
                    pour barrer la route aux alliés , l’Allemagne a envahi l’Italie.

                    Inutile de faire de la propagande les faits parlent d’eux-même.
                    .


                  • TSS 28 mai 2012 00:15

                    Le communisme a causé plus de morts que le fascisme..

                    Mais beaucoup moins que le liberalisme... !!


                  • Kibou 28 mai 2012 21:16

                    Bonjour,
                    Comme je ne suis pas d’accord avec vous, je me permets de contre-argumenter.

                    Le communisme a causé plus de morts que le fascisme... et continue d’en causer là ou il garde les rênes du pouvoir.

                    Je n’entrerai pas dans le petit jeu auquel vous voulez nous faire participer parce qu’il n’a pas de sens : compter le nombre de morts qu’ont fait les dérives des systèmes capitaliste et communiste est vain. Je dirais même que cela est bien pratique pour ceux qui fuient les débats. En parlant sans cesse du passé meurtrier de dictateurs sanguinaires sensés représenter une idée, nous ne parlons pas du fond. Qu’on se le dise une bonne fois pour toute : les exemples des goulags de Staline, des massacres du Cambodge, du massacre de la Commune de Paris, des assassinats politiques des américains capitalistes en Amérique du Sud socialiste pour installer des dictatures meurtrières... tout ceci a un dénominateur commun : le totalitarisme. Or, ni le capitalisme ni le communisme ne prône le totalitarisme. Le totalitarisme est une autre maladie, celle de ceux qui refusent le débat et passent leur journée à répéter des dogmes qu’ils ont appris. Alors à présent, parlons du fond.

                    Aujourd’hui personne n’oserait revendiquer une étiquette de fasciste, et pourtant Mélenchon qui voudrait être présenté comme un bon démocrate fait l’éloge du communisme cubain et soutient son allié du PC qui n’a JAMAIS condamné les crimes staliniens et post-staliniens de l’URSS et de tous ses satellites et amis (dont la Corée du Nord autre patrie de la démocratie !..).

                    Je répondrai simplement que vous mentez ou avez manqué de vous renseigner avant de dire un tel mensonge. C’est pourtant simple : il suffisait d’aller sur Wikipedia.
                    "En 1976, le PCF abandonne toute référence au Stalinisme pour s’orienter vers une ligne de type eurocommuniste à l’image du Parti communiste italien. Il abandonne la référence à la doctrine de la « dictature du prolétariat » (XXIIe congrès), affirme son indépendance vis-à-vis de Moscou et son attachement aux libertés publiques : « C’est la voie démocratique et révolutionnaire que nous proposons à notre peuple pour aller au socialisme tenant compte des conditions de notre époque en faveur des forces de progrès, de liberté, de paix ».
                    Quant à Mélenchon, vous n’avez vraisemblablement pas eu le courage d’entendre ce qu’il a dit en entier :
                    1) Il n’a pas fait l’éloge du régime cubain, il a dit que Cube n’était pas une dictature.
                    2) Il a répondu dans la foulée à la question « Alors c’est une démocratie ? » par la réponse suivante : « Non, certainement pas au sens où on l’entend chez nous ». L’extrait est sans cesse tronqué par les journalistes qui essaient de le faire passer pour un dangereux dictateur en puissance.
                    Or, je vous invite à aller sur l’article de Cuba sur Wikipedia. Vous y découvrirez avec surprise que même Amnesty International ne relève pas d’entraves majeures aux élections et aux libertés de la presse... De la même manière, au Vénézuela, les élections sont libres et la presse appartient majoritairement à la droite. Quant à la Chine, elle n’a plus de communiste que le nom et certaines bribes de tradition. Pour l’essentiel, le pays s’est tourné vers l’économie de marché. En bref, le monde n’est ni tout noir ni tout blanc. Il est complexe monsieur, à moins que vous ne préfériez rester sur vos positions dogmatiques.

                    une partie de l’ex-ligue communiste devenue NPA qui n’a jamais nié son appartenance à l’extrème-gauche) à d’ailleurs rejoint le Front de gauche.

                    Le NPA est ultra-minoritaire dans le Front de Gauche qui, je le rappelle, est une union de mouvements divers ayant tous pour but de mettre fin à la domination du système financier sur l’humain. Chaque mouvement a ses propres divergences, comme la droite populaire de l’UMP...

                    OUI, n’en déplaise à l’auteur de cet article M. Mélenchon et son Front de gauche sont aujourd’hui, et par ses seuls actes, un composante de l’EXTRÈME GAUCHE de notre pays !...
                     
                    De quels actes parlez vous ? Quels actes du Front de Gauche ont été extrêmes ? Je vous prie de les citer car je n’en vois pas. Enfin le mot extrême n’est apparemment pas utilisé de la même manière. Je vous propose donc une définition qui me paraît honnête : être extrémiste, c’est allé au bout de son idée, même si pour cela on doit attenter à la vie ou à la dignité d’une personne. Jusqu’à preuve du contraire, le Front de Gauche combat un système, pas des êtres humains. A l’inverse de tout un courant de la droite à l’heure actuelle.


                  • Cigogne67 26 mai 2012 19:06

                    le PC veut des postes...comme au bon vieux temps...quitte à trahir une nouvelle fois ceux qui ne veulent plus de ce système en rabattant sur le PS

                    mélenchon est un leurre, la voiture balai, le mousse du pédalo, une arnaque


                    • Empadre 26 mai 2012 19:43

                      être élu= vouloir un poste= pas bien != la bande des 4-UMPS+Mélenchon (=bolchévique=méchant et fourbe= 2 000 milliards de morts !)
                      FN= pas d’élus= bien != pas de concession avec le « système » (pour ceux qui ont le courage de remonter la filiation, le « système » signifie dans la bouche de ceux là le régime parlementaire perçu comme avatar de la République, donc la République elle même)
                      donc, résumons= FN = pu = bien ! car contre la République (mais chut faut pas le dire)
                      Front de gauche= PC= couteau entre les dents=mort=parti mort= dangereux=heu...=parti mort mais dangereux quand même= parti mort vivant=aaahhhh Monseigneur Lefebvre, protégez moi !, j’ai besoin d’un exorcisme !!!


                    • anomail 26 mai 2012 21:39

                      Il me semble que Mélenchon avait annoncé la couleur dès le début :

                      « Objectif prioritaire : empêcher la ré-élection de Sarkozy, après on verra. »

                      Il est donc possible de penser que ceux qui l’on suivit l’on fait en connaissance de cause.


                    • citoyenrené citoyenrené 26 mai 2012 19:08

                      merci pour cette intéressante analyse

                      les attaques, en fait une défense immunitaire, du « système » médiatique ne peut mener qu’à sa chute, à trop prendre les gens pour des abrutis, « à trop abrutir les gens » serait plus approprié

                      il y aura fracture quand l’amalgame sera trop grossier...il l’est...les ficelles sont grosses...en fait je ne comprend pas trop comment il est possible d’accorder le crédit de la neutralité à ces médias privés


                      • Empadre 26 mai 2012 19:14

                        contre le rassemblement ? vous parlez de quoi ? Si c’est du FN... pardon, du « rassemblement bleu marine », ça va mieux en le disant ! Quand au FN (pardon le « rassemblement », je vais avoir du mal à m’y faire), sa seule utilité ces 20 dernières années a été de livrer les leviers de commande de la France, pays (stupidement) de droite à la gauche grace aux triangulaires. Alors accuser le front de gauche d’être..... de gauche, justement, et donc de soutenir la gauche lors des élections, c’est un petit peu l’hôpital qui se fout de la charité....


                        • citoyenrené citoyenrené 26 mai 2012 19:19

                          à l’auteur,

                          vous ne mentionnez pas les attaques faites en utilisant les références à ROBESPIERRE faites par JL Mélenchon

                          en cherchant sur Robespierre, pour comprendre pourquoi JLM le citait, j’ai trouvé une formidable conférence donnée au cern en 1970 par Henri Guillemin, passionnant historien

                          http://cdsweb.cern.ch/record/902811

                          Robespierre :
                          - abolition de l’esclavage
                          - prix maximum pour les denrées de 1ere nécessité
                          - suffrage universel
                          - abolition des droits féodaux
                          - interdiction de l’agiotage
                          - interdiction de la spéculation sur les récoltes


                          • anomail 26 mai 2012 21:43

                            « - interdiction de la spéculation sur les récoltes »

                            Tiens ça se faisait déjà ça ?


                          • citoyenrené citoyenrené 26 mai 2012 22:37

                            oui, étonnant, non ?

                            l’interdiction de l’agiotage rejoint la spéculation sur les récoltes mais semble de plus large périmètre

                            plus largement, les faits que pointe cette passionnante conférence sont étonnants de ressemblance avec nos temps modernes !


                          • verdad 27 mai 2012 18:55

                            ROBESPIERRE c’était aussi si je ne m’abuse, la TERREUR Guillotine
                            sans procès, y compris pour tiedeur (( voir Danton)) le Roi, la Reine
                            et le Peuple. Il a fait guillotiner les frères Révolutionnaires

                            A cause de ces salopards Criminels, l’Angleterre en a profité contre la France
                            7 coalitions Europénnes en 23 ans de 1792 à 1815.

                            Imaginez 7 Guerres de 1939/1945 en 23 ans, au lieu d’une entre 1919 à 1939

                            Il serait souhaitable d’étudier l’Histoire avant de tout nous expliquer.


                          • citoyenrené citoyenrené 28 mai 2012 09:46

                            @ Verdad

                            quelle explication ? je « n’explique » pas, je relaie des décisions politiques de Robespierre

                            le mot « terreur » a été relayé la première fois par Danton, carriériste et vendu à la cour...Danton n’aura eu de cesse de savonner criminellement la planche à Robespierre

                            Danton et d’autres ont couverts Robespierre du sang du peuple

                            sans parler des girondins qui appelaient à la guerre civile, et des royalistes qui appelaient les prussiens à marcher sur Paris la rouge

                            Il serait souhaitable d’étudier l’Histoire avant de l’expliquer...et pas l’Histoire écrite par les vainqueurs girondins....sans doute n’avez vous pas écouté cette conférence, même pour la critiquer, vous auriez alors quelque fond


                          • Valas Valas 28 mai 2012 10:58

                            @verdad

                            Ne vous mélangez pas...


                          • Anaxandre Anaxandre 29 mai 2012 00:58

                            @ verdad
                            Ce serait surtout à vous d’étudier l’Histoire, la vraie.


                          • Scual 26 mai 2012 20:44

                            Quand on a de la culture on sait que tout ce que la droite et l’extrème-droite a déclaré irréaliste s’est révélé réaliste en France.

                            Alors il ne s’agit pas de prendre les gens pour des cons, mais de faire en sorte que même les pires cons réussissent à le comprendre.

                            Et au vu de la faune ces derniers temps sur Agoravox, y a du chemin ! Va falloir y aller un mot à la fois. On devrait peut-être faire une version de « l’Humain d’abord ! » avec des images...


                          • Scual 27 mai 2012 12:55

                            Elle je ne sais pas, mais au vu du nombre de FN qui croient qu’il existe un plan d’ampleur mondiale de l’islam pour envahir l’Europe, on peut tout à fait imaginer qu’ils croient aux OVNIS effectivement. En fait vu leur mythologie, ils peuvent vraiment croire absolument n’importe quoi.

                            Ça serait pas la première fois d’ailleurs. Quand on jette un coup d’œil à la mythologie nazie, avec les absurdités sur les Aryens, la races supérieure et autres débilités à faire pleurer de rire les scientifiques, on sait ce que tout cela vaut. Aujourd’hui déjà les histoires d’identité collective nationale font figure de débilité du même ordre puisque l’identité est forcément individuelle chez l’être humain. 

                            C’est pas pour rien que je considère l’extrême-droite identitaire comme une secte... ce n’est que de la foi aveugle, rien de concret et démontrable, bien au contraire. Tout est inventé, manipulé, tronqué et j’en passe et pas seulement pour rester légale hein, pour se mentir à eux-même quand les faits et les chiffres démontrent l’inverse de leur croyance. On est dans la folie pure et simple, ce qui est bien entendu extrêmement dangereux.


                          • Scual 28 mai 2012 01:18

                            Le SMIC a été augmenté largement plus en 1968 et en l’espace d’une nuit pas étalé sur 5 ans, et c’est pareil en 1981 étalé en l’espace de quelques mois seulement.

                            Dire que promettre le smic à 1700 euro étalé sur 5 ans c’est prendre les gens pour des cons, c’est ça qui est très très con, preuves historiques à l’appui.


                          • Valas Valas 28 mai 2012 11:06

                            Apparemment le Sudiste ne sait pas à combien est le SMIC, depuis combien de temps il n’a pas évolué et que si il n’est pas remis à niveau et ne monte pas vers les 1700 euros dans les 5 ans à venir, un nombre croissant de personnes planquées dans leurs belles maisons vont se plaindre de se faire voler par des gens appauvris et affamés !!! D’autres se plaindront que leurs propres enfants attrapent des maladies quasiment disparues ces dernières décennies mais en plein essor car les gens appauvris et pourtant bosseurs ne peuvent plus se payer de mutuelles et donc ne peuvent s’offrir les services d’un médecin alors ce sont eux qui en ont le plus besoin !

                            C’est peut-être cela que vous voulez....


                          • Valas Valas 28 mai 2012 15:54

                            Bon exemple la baguette !

                            Elle est passé de 0.45€ à 0.95€ de 2002 à aujourd’hui et a donc augmenté de 100% en 10 ans !
                            Le SMIC, quant à lui, est passé de 1 114,35 € à 1 398,40 € depuis 10 ans donc il a augmenté d’environ 20%...

                            La plupart de produits de consommation alimentaires de base ont augmenté d’au moins 50% sans parler du logement donc il y a un sacré décalage ! Auparavant tout le monde pouvait se débrouiller, aujourd’hui tout ceux qui ont une paye à la hauteur du SMIC et qui n’ont pas de réseau dans les milieux bourgeois sont condamnés à passer leur temps dans le stress à la limite du découvert bancaire à chaque fin de mois et à payer un maximum d’impôts par rapport à leurs vies en mode « borderline » ! Et ça ce n’est pas de l’imagination !


                          • Scual 28 mai 2012 19:44

                            Oui Le Sudiste preuve à l’appui.

                            Renseignez vous sur l’inflation qu’on provoqué les augmentation du smic en 1968 et en 1981... quasiment rien d’imputable à cette hausse.

                            Donc même sur votre inflation fictive que cette augmentation provoquerait, ce n’est pas le cas preuves historiques à l’appui.

                            Et au cas où vous ramèneriez les non smicards qui seraient lésés par cette augmentation, à chaque fois les autres salaires se mettent à niveau en l’espace de deux ans. Preuves historiques à l’appui.

                            Je sais que les réalités vous embêtent parce qu’elles nuisent à vos théories, mais l’économie est une science, uniquement pour ceux qui se basent encore sur l’observation. C’est justement parce que chaque fois que j’ai vérifié ce que racontait le Front de gauche que j’ai compris qu’ils ne prenaient pas les gens pour des cons, EUX.

                            En tout cas en matière d’économie puisque dans le domaine du social ce n’est pas si simple. Mais les propositions économiques du FdG sont béton. Irréfutables. Ensuite on aime ou on aime pas, c’est une question idéologique, mais pas d’histoire d’irréaliste ou de prendre les gens pour des cons.

                            Rien à voir par exemple avec le projet du FN d’avoir deux monnaies : une pour les peuple qui paierait seul la crise à coup de planche à billet et d’une inflation monstrueuse, et une de réserve et d’échange pour le grand capital, qui serait stable et préserverait les milliardaires et multimillionnaires de ce genre de désagrément. Bref les rares avantages de l’Euro en moins pour le peuple mais on garde un euro pour les riches seulement et qui ne pèse pas sur le cout du travail.

                            Si ça c’est pas prendre les gens pour des cons, et même les escroquer, je sais pas ce que c’est. Bref je comprend que le FN reste flou sur ce que serait exactement cette monnaie parallèle qu’il souhaite garder. Apparemment pour le FN, la fin de l’Euro c’est bon seulement pour la populasse.


                          • Anaxandre Anaxandre 29 mai 2012 01:03

                            Prôner la révolution et appeler, sans aucune négociation ni contrepartie, à voter Hollande, si ça c’est pas prendre les gens pour des cons !


                          • arobase 26 mai 2012 19:32

                            ce que je sais c’est que :


                            -les communistes étaient aux avant postes dans la résistance pendant que certains...

                            - de gaulle avait des ministres communistes et c’est là que les plus grandes avancées sociales, que tous les gouvernement de droite se sont évertué à casser, ont été conquises dans cette période

                            -que sous les gouvernements de gauche les ministres communistes ont fait l’unanimité comme des français sérieux, intègres, efficaces, aimant leur pays. la France de Jean Ferrat.

                            car ils se disent plus français que les autres. comme pendant la collaboration.
                            -ils n’ont jamais trahit personne et les nombreux maires, gestionnnaires , conseillers généraux, territoriaux partout en province, qui sont physiquement connus par leurs électeurs sont élus et réélus. il doit y avoir une raison.

                            moi je ne suis pas communiste mais ceux qui aujourd’hui prient pour que F.Hollande se casse la gueule (et donc le pays avec ) m’inquiètent beaucoup plus car ils se disent plus français que les autres.
                            les collabos de 1940 le disaient aussi.

                            • Scual 26 mai 2012 20:55

                              L’extrème-drotie préfère une France aux mains d’étrangers blancs et purs, qu’une France qui ne correspond pas à leur délire indentitaire.

                              Et rien n’a changé, pour eux la France ne doit pas avoir de Mohamed ou de Rachid, par contre des Steeve, des Ethan et des Enzo, pas de problèmes. Le Hallal dehors, mais le cholesterol made in MacDo avec du sucre pour rendre accro, ça va ça.

                              C’est pour tout pareil. Le jour où on sera envahi par des arabes ils prendront les armes, mais si c’est des blancs qui viennent et virent les arabes, non seulement il ne se battront pas mais ils se réjouiront et collaboreront.

                              Rien n’a changé. La dédiabolisation par les médias, c’est de la collaboration.


                            • non667 26 mai 2012 21:58

                              à @ = bac-5
                              les communistes étaient aux avant postes dans la résistance pendant que certains...

                              surtout en 39 ! avec le pacte de non agression hitler/staline sans lequel hitler n ’aurait pas osé commencer la guerre !
                              sans parler de la campagne antimilitariste à la guy moquet et les sabotages dans les arsenaux ,et les grève dans le transport des armes et les dock  !
                              et ils osent la ramener ces traitres à la patrie , idiots utiles à la nomenclature russe , aveugle au détournement du communisme  !


                            • patdonmail 27 mai 2012 02:35

                              Les communistes étaient aux avant postes de la collaboration, mais il faut reconnaitrequ’ils ont su rejoindre le camps des anti.nazis lorsque ceux-ci ont osé rompre leur pacte d’amitié avec ce bon père des peuples STALINE le grand.
                              Quant à l’attitude de la gauche dans la collaboration ne ratez pas cette gentilles vidéos qu rendra la mémoire à ceux qui oublient trop vite...
                              http://www.dailymotion.com/video/xft7u3_la-gauche-fut-la-mere-de-la-collaboration_news?search_algo=1
                              bonne lecture !!!..


                            • Scual 27 mai 2012 13:04

                              Ce qui me fait mourir de rire avec la droite actuelle c’est sa manière de préférer des vidéos ridicules à charge avec des menteurs racistes condamnés comme caution intellectuelle plutôt que de se référer par exemple à des historiens.

                              Vous savez ceux qui savent de quoi ils parlent parcequ’ils ont étudié le sujet avec méthode et non pas avec parti pris. A pardon c’est vrai qu’ils disent quasiment toujours l’inverse des débilité de la droite actuelle. Et puis c’est compliqué il faut beaucoup lire et tout, et toutes ces anotations, c’est chiant.

                              Mais si vous me laissez une petite journée je poste une vidéo ou Zemmour dit le contraire. Avec la méthode fasciste genre « petit journal » pas de problème, tout le monde a tout dit... Sinon je vous conseille tout simplement les nombreux livres d’historiens sur la collaboration.


                            • arobase 27 mai 2012 19:36
                              les français sont déjà nuls en culture politique avec tous les moyens de notre époque, alors qu’en était-ils des gens de 1940, incultes et sans aucun renseignement sur les situations.

                              quand un boche se pointe dans ton village, tu a deux solutions : tu te cagues dessus ou tu résiste !

                              parce que les résistants aux fin fond de leurs province , sans radio, ni télé , ni journaux savaient qui était staline, hitler, les pactes. ?...pauvre idiot.

                              ces hommes et ces femmes se sont levés, ont laissé leur famille, pris le maquis parce que des bêtes immondes venues d’ailleurs, aidées par les trouillards fachos français, prétendaient prendre leur pays, leur maisons, leurs vie, leur dicter leur manière de vivre, les assassiner, les torturer, les brûler.

                              il n’ y a aucune autre raison : les uns morts de peur, passifs et collabos, les autres courageux, déterminés et prêts à perdre leur vie pour leur liberté.

                              qui est tu, toi, pour parler de la sorte de la résistance ? 

                            • arobase 27 mai 2012 19:37

                              c’était bien sûr pour le patriote non666667


                            • Anaxandre Anaxandre 29 mai 2012 01:09

                              Sachez Arobase que Mélenchon n’est absolument pas communiste, le PC français ne l’étant d’ailleurs même plus lui-même depuis belle lurette. Donc, ne vous fatiguez pas, défendre l’un ne légitime en rien l’autre.


                            • Robert GIL ROBERT GIL 26 mai 2012 19:39

                              Ne confondons pas tout, voici pour y voir plus clair :

                              http://2ccr.unblog.fr/2012/01/16/revolutionnaire-ou-reformiste/


                              • Benoît RIVILLON Benoît RIVILLON 26 mai 2012 19:43

                                Très bon retour sur les mécanismes en place dans les premières semaines d’Avril, semaines noires pour le Front deGauche après un 18-Mars historique.

                                Je nuancerai en disant que la masse des électeurs ne lit pas les journaux que vous citez, Amandine.

                                D’autre part, je pense qu’on "...peut conclure qu’une partie de l’électorat potentiel du Front de gauche n’a finalement pas acté son vote comme il l’avait décidé une ou deux semaines auparavant...", car le déchaînement télévisuel et radiophonique pour diaboliser Jean-Luc Mélenchon, insulté comme jamais aucun politique ne l’a jamais été au cours d’une carrière (y compris J.M Le Pen lui-même) a eu pour effet évident d’effrayer l’électeur.


                                • arobase 26 mai 2012 19:58

                                  il n’y a plus d’idéologie dans le monde. la seule qui subsiste est celle du fric. aussi il n’y a plus que deux solutions possible pour l’être humain :


                                  - catégorie 1 :
                                  soit il est puissant, nanti, en passe de l’être, ou rêvant de l’être, faire du fric à n’importe quel prix, tricher, frauder le fisc, voler ses clients ;... mettre 500 personnes à la rue en fermant son usine rentable pour aller l’installer là ou travaillent les enfants ;....pas de problème, rien ne l’arrêtera.
                                  ceux là sont une poignée mais sont les plus forts face à la multitude des suivants qui les soutiennent.

                                  -catégorie 2 : 
                                   il subit la catégorie 1 à la quelle il ne fera jamais partie, par manque de chance, par manque d’éducation, par une position sociale d’exclusion.....sa vie servira à travailler le plus dur possible, le plus longtemps possible et payé le moins possible pour le compte de la catégorie 1

                                  la question n’est pas : quelle est mon idéologie ?, mais plutôt, à la quelle de ces deux catégories j’appartiens. ?

                                  beaucoup de gens sont en catégorie 2 et votent et soutiennent la catégorie 1.
                                  c’est pourquoi elle prospère. depuis la nuit des temps !

                                  la servitude volontaire décriée par La Boetie est toujours d’actualité.

                                  • gordon71 gordon71 26 mai 2012 20:46

                                    Ainsi, un rapprochement superficiel entre Jean Luc Mélenchon et Staline par des parallèles grossiers n’est plus uniquement l’apanage des militants FN et de la droite populaire, amateurs de propagandisme, il devient également un procédé courant dans les grands médias


                                    le procédé est évidemment scandaleux 

                                    heureusement que les gens du FDG ne s’abaissent pas à pratiquer de même ;
                                     par exemple en assimilant les 20 % d’électeurs de FN à des nazis ou des connards de fascistes

                                     smiley

                                    • Scual 26 mai 2012 20:58

                                      Non... pas la totalité des 20%.


                                    • arobase 26 mai 2012 21:57

                                      20% des électeurs FN ? voilà qui est intéressant ! c’était à quels élections ? citez vos liens svp.


                                    • lemouton lemouton 27 mai 2012 14:30

                                      à Gordon..

                                      « le procédé est évidemment scandaleux .. »

                                      oui.... mais pas dangereux... tellement il est grotesque..

                                      Tout comme l’étaient, les journaleux qui interviewant agressivement Le Pen père et qui au final n’ont fait que lui servir la soupe, contre leur gré.....

                                      Les français sont assez veaux.. mais pas des veaux aveugles.. smiley


                                    • gordon71 gordon71 26 mai 2012 20:52
                                      retour du boomerang dans la tronche de l’envoyeur non ?


                                      ou les diaboliseurs diabolisés...
                                       
                                      ben vl’ a t y pas qui va falloir dédiaboliser aussi du côté du fdg 

                                      la politique, quelle poilade d’enfer



                                      • Jean Jolly Jean Jolly 26 mai 2012 23:25

                                        Moi, ce que je trouve navrant, c’est les couillons qui se rendent tous les premiers mai au pied de la statue de la « brulée vive » alors qu’ils prônent le « Durafour crématoire » et la « shoah comme étant un détail de l’histoire ».

                                        A leurs places, je me ferais incinérer tout vif pour tester la véracité de la souffrance physique... et pourquoi pas morale ?


                                      • Jean Jolly Jean Jolly 27 mai 2012 00:20

                                        C’est idiot, mais autant notre médiacratie ignore le sens historique du premier mai, autant elle « médiatise » à outrance « le barbecue organisé par l’église à l’époque de l’inquisition ».


                                      • lemouton lemouton 27 mai 2012 14:21

                                        juluch

                                        Bla..bla..bla...
                                        si vous croyez en avoir fini avec Méluche... 
                                         smiley
                                        vous n’avez vraiment, mais vraiment rien compris au film, et vous en travestissez l’histoire, à votre convenance....
                                        C’est pas grave..

                                        Et en plus, le gag... vous parlez au nom de ses électeurs..
                                        Des électeurs dont vous ne comprenez même pas un millième de leurs motivations..
                                        Pas grave là non plus..

                                        Mélenchon n’a qu’à attendre..
                                        Son heure viendra.. le système va tomber.

                                        L’élimination à venir de la fille Lepen
                                        n’est qu’une anecdote de parcours...
                                        Il fait cela pour deux raisons..
                                        1- rester sous le feu des projecteurs.. smiley
                                        2- la punir, car elle a voulu se la jouer, protectrice des ouvriers.. et cette usurpation insultante lui reste en travers de la gorge..


                                      • OMAR 27 mai 2012 17:48

                                        Omar 33

                                        Salut Juluch.

                                        Vous avez décrit J.L.M d’après vos convictions et perceptions, sans pour autant réellement argumenter ou prouver...
                                        Et c’est votre droit.

                                        Aussi, j’espère de vous, un commentaire sur M.L.P, qui pourrait nous édifier sur les valeurs de son parti et la prospérité qu’elle concocte à tous les citoyens français, toute origine ou croyance confondue...


                                      • tchoo 26 mai 2012 23:22

                                        Je ne sais pas comment vous pouvez envisagé un effet de mode engendré et encouragé par les médias dans les derniers jours de la campagne en faveur du Front de Gauche.
                                        je crois que le score(inespéré) du Front de Gauche en retrait de ce que les sondages toujours aussi mensonger on put laisser croire est surtout du à la campagne éhontée engendrée par certains médias, avec à sa tête le Nouvle Obs contre Jean Luc Mélenchon qui a fait pencher un certain nombre de sympathisant du PS, pas vraiment enthousiasmé par le candidat Hollandais, pour le vote utile par peur de celui que l’on voulu présenter comme un bolchevic. Accréditant en cela l’utilité du Front National pour les apparachiks du PS


                                        • lionel-pg44 26 mai 2012 23:29

                                          Un bon fasciste est un fasciste mort !


                                          • Jean Jolly Jean Jolly 27 mai 2012 00:24

                                            Après, ils vont chipoter pour quelques merguez...


                                            • toor toor 27 mai 2012 00:31

                                              Je souhaite dénoncer

                                              J’ai posté dans un article mais rien ne paraît malgré ce que l’on veut me faire croire j’ai vérifié à partir de mon tableau de bord et les liens sont différents mais regardez par vous même.

                                              voici le lien où j’ai posté et après plusieurs tentatives ça n’apparaît que sur l’autre lien.
                                              http://www.agoravox.fr/actualites/i...

                                              et maintenant voici le lien qui normalement devrait être celui sur lequel vous êtes actuellement.
                                              http://www.agoravox.fr/actualites/i...


                                              • toor toor 27 mai 2012 01:04

                                                Désolé ce n’est pas un article mais un commentaire.


                                                • Jean Jolly Jean Jolly 27 mai 2012 02:31

                                                  On dit partout « extrême gauche » en parlant des pauvres diables qui se font exploiter... mais il est rare que l’on dise « extrême droite » pour dénoncer les exploiteurs.

                                                  Il va falloir changer de langue ou de système économique pour que l’on se comprenne mutuellement....


                                                  • Nakwenda 27 mai 2012 04:00

                                                    Première explication : L’effet de mode en effet. J’ai pas mal de jeunes amis (autour de 18-19 ans) qui sont dans cette mouvance « Tu votes Mélenchon, t’es un jeune qui dit merde à la société » mais qui en fait ne sont pas allé voter pour les présidentielles car au fond, ils s’en foutent de la politique et ça ne les intéresse pas ou peu (quoique que je me demande parfois si s’en foutre n’est pas le meilleur des choix).

                                                    Deuxième explication  : Le vote utile, j’y crois pas trop. Je pense surtout que le FdG s’est gentiment laissé emporté par son engouement (de grandes manif syndicales) et n’a pas eu les pieds sur Terre. Le FdG est jeune, on ne sait pas concrètement ce que c’est.
                                                    Le FN si, l’UMP oui, le PS oui, le FdG, bah si tu demandes à quelqu’un dans la rue de te résumer le FdG en trois lignes, et bien il pourra pas.
                                                    Je veux bien admettre que certains n’ont pas eu l’audace de voter FdG par tradition familiale. Mais la principale fuite des votes des communistes français, c’est vers le FN que c’est parti.

                                                    Troisième explication  : On a surtout entendu le FdG pour son discours anti-FN (et donc pro-immigré) et un Mélenchon qui insiste sur cette stratégie qui me paraît mauvaise. C’est pas en tapant sur le FN que le FdG gagnera des voix. C’est plutôt en faisant entendre haut et fort son programme qu’il pourrait monter en puissance.

                                                    Quatrième explication
                                                     : l’extrême-gauche est beaucoup moins sources de fantasmes que l’extrême-droite. Ca a peut-être joué sur quelques voix.


                                                    • foufouille foufouille 27 mai 2012 11:02

                                                      5° il fait parti du systeme et est donc un gros menteur


                                                    • TSS 28 mai 2012 00:28

                                                      5° il fait parti du systeme et est donc un gros menteur

                                                      Il est mieux parfois de faire parti du système pour le demolir de l’interieur... !!


                                                    • globulos nilasse 27 mai 2012 08:43

                                                      analyse de comptoir conjuguée avec fantasmes personnels ne peuvent produire autre chose qu’un article comme celui ci. on y parle a la place des autres,on y pense et ressent aussi a la place des autres,cet article est a l’intellect ce que mac do est a la gastronomie. quasiment toutes les deux phrases,on pourrait décortiquer et démonter ce qui est écrit. n’aillant en ce beau dimanche matin ensoleillé aucune envie de perdre du temps a le faire,je souhaite donc un bon dimanche a tous.


                                                      • chantecler chantecler 27 mai 2012 08:58

                                                        Je suis très déçu par JL M .
                                                        Calife qui voudrait prendre la place du calife , qui se dit seul représentant de la gauche et qui n’hésite pas à attaquer en permanence son ancien parti le PS .
                                                        Le FdG s’est structuré autour de lui ,autour de sa personnalité et beaucoup de ses porte paroles se sont montrés d’un sectarisme outrancier .
                                                        Nous avions besoins d’une gauche de la gauche mais certainement pas d’un parti qui prétend faire table rase de la sociologie électorale classique , en se donnant comme cible le PS .
                                                        Je n’aime pas les insultes, les procès d’intention , les amalgames , les raccourcis .
                                                        JL M a failli contribuer à la réélection de NS et en cela il est dangereux , car il ne sait pas s’arrêter .
                                                        Les médias sarkosystes ne s’y étaient pas trompés en invitant JLM sur les plateaux et en ne retenant que ses tirades antiPS .
                                                        Ma déception est grande vis à vis de ce parti . Et pourtant quand je pense à l’espoir qu’il a suscité à tous ces jeunes qui se sont engagés , à ces rassemblements festifs ...
                                                        Pas certain que je voterais pour lui à H.B ...
                                                        Je suivrai cette élection avec intérêt .


                                                        • mortelune mortelune 27 mai 2012 10:22

                                                          « Nous avions besoins d’une gauche de la gauche mais certainement pas d’un parti qui prétend faire table rase de la sociologie électorale classique  »

                                                          La sociologie électorale classique c’est quoi ? 
                                                          Celle qui favorise le bipartisme ? 
                                                          Celle qui permet à un homme soumis à l’élite aristocratique de se faire élire par le peuple ?
                                                          Celle qui fait valider par le peuple la prise du pouvoir par un groupe élitiste ? 
                                                          Celle qui ne permettra jamais à un ’petit’ candidat de prendre la gestion du pays même si ces idées sont très bonnes ?
                                                          Ne croyez vous pas qu’il est temps de changer en douceur la sociologie électorale classique ?
                                                          Ce n’est qu’un question de bon sens et la prise en compte que la population a son mot à dire dans la gestion du pays autrement qu’en élisant des pingouins qui travaillent pour eux et non pour le peuple. 

                                                        • D1eyed D1eyed 27 mai 2012 10:26

                                                          Bonjour Chanteclerc,

                                                          Tu es déçu de JLM, c’est ton droit mais...

                                                          Nous n’avons pas besoin d’un parti qui prétend faire table rase de la sociologie électorale classique. Oui mais au FDG, au contraire, on pense que cela doit changer, élire le ps pour battre la droite ne suffit pas.

                                                          JLM attaque le PS... Peut-être qu’il les connaît bien, trop bien.
                                                          (voir leur gestion des législatives en faisant capoter les négociations avec le FDG).

                                                          JLM a failli contribuer à le réélection DE NS... Je trouve cela insultant pour les gens qui ont aidé à battre la droite.

                                                          Au FDG, nous avons voté Hollande sans état d’âme et sans rien demander en échange pour que NS trépasse. Le sectarisme outrancier (je vois ce que tu veux dire...) : « la victoire est à nous, rien qu’à nous » chante-ton au PS.


                                                        • logan 27 mai 2012 11:08

                                                          Si les gens au PS n’avaient pas intégré des pans entiers de l’idéologie libérale de droite, les gens de gauche rechigneraient moins à voter pour le PS dans le cas d’un second tour PS contre UMP.
                                                          C’est trop facil de rejeter la faute sur les autres. Le risque de réélection de Sarkozy venait déjà d’abord du PS et de son candidat lui-même, ces derniers étant très clairement responsables de la division de la gauche. Si la gauche était divisée avant le front de gauche c’était évidemment principalement par rapport aux relations avec le PS.
                                                          Une partie de la gauche rejetant toute relation, une autre acceptant une relation dans certaines limites, d’autres s’inféodant carrément au PS.
                                                          C’est le PS et sa dérive droitière qui divisent la gauche, et c’est pourquoi le front de gauche apparait comme une solution alternative aujourd’hui.
                                                          Il est évident que le PS voudrait que l’ordre politique ne change pas, mais la gauche a besoin de se recomposer, et notamment a besoin d’éjecter le PS du pouvoir pour laisser le leadership de la gauche à un parti beaucoup moins agressif et clivant, capable de fédérer toute la gauche par adhésion et non plus par chantage au vote utile, capable de fédérer par l’espoir qu’il suscite, et non plus en jouant sur les peurs ( ndlr la peur de la réélection de Sarkozy ).
                                                          On comprend que les gens au PS ne soient pas d’accord, et voilà pourquoi ils attaquent sans arrêt le front de gauche. Mais leur temps est compté, c’est évident. Plus ils dérivent à droite, plus ils alimentent les divisions d’un côté, mais plus ils accélèrent le processus de recomposition de l’autre.


                                                        • chantecler chantecler 27 mai 2012 13:26

                                                          Mais ce que vous dites ce sont des fantasmes , des constructions irréelles .

                                                          Regardez la gueule actuellement d’A.Merckel , de D. Cameron : ils sont catastrophés !

                                                          Par contre B. Obama boit du petit lait .

                                                          Vous oubliez simplement que la politique est complexe : il ne suffit pas de dire, ou d’être élu , pour pouvoir faire .

                                                          Les forces réactionnaires sont extrêmes ....

                                                          Et seuls les rapports de force intra nations et internationaux comptent....

                                                          L’argent détermine trop de choses .

                                                          Les banques, les lobbies , les partis au service de ...

                                                          (à suivre )

                                                          PS  : j’ai vu JL M ce midi sur FR3 ?

                                                          Et bien si je devais voter à H.B , je voterais utile .


                                                        • logan 27 mai 2012 14:46

                                                          En admettant que je fantasme, c’est toujours possible, prouvez-le.

                                                          Je ne comprends pas la seconde partie de votre discours, essayez-vous de trouver dans des contraintes extérieures les prétextes de cette dérive droitière, essayez-vous de nous dire qu’il n’y a pas le choix, que toute politique progressiste est impossible et qu’il n’y a pas d’alternative ?


                                                        • chantecler chantecler 27 mai 2012 16:15

                                                          Bien entendu il y a un choix .
                                                          Mais pas un choix radical du jour au lendemain .
                                                          Ce serait trop simple , à froid .
                                                          Je reproche au FdG d’avoir fait une campagne style : UMP et PS kif kif .
                                                          Et de faire passer les électeurs de gauche PS pour des cons .
                                                          Regardez ce qui se passe en Grèce : si les choses étaient si simples le parti de gauche radical obtiendrait 60 % des voix ...
                                                          On en est loin .
                                                          Parce que la société grecque est complètement partagée .
                                                          Ceux qui voudraient quitter l’euro, ceux qui veulent y rester .
                                                          Ceux qui trinquent absolument .
                                                          Ceux qui s’en sortent plutôt bien et qui arrivent à liquider leurs comptes et planquer leurs avoirs .
                                                          Ceux qui misent sur les partis d’extrême droite , de droite, du centre , du pasok ...


                                                        • logan 27 mai 2012 17:17

                                                          Je ne comprends toujours pas. Sur quoi vous vous basez pour dire qu’on ne peut pas changer les choses radicalement ?

                                                          Ce qu’il se passe en Grèce avec la gauche radicale qui va peut-être devenir la première force politique du pays alors que le PS grec s’est effondré confirme au contraire ce que je dis. Le PS grec a carrément appliqué des mesures de régression sociale et malgré cela le PS français continue de le soutenir plutôt que de soutenir Syriza.

                                                          Moscovici et Fabius ont clairement dit que la Grèce devait continuer à appliquer les mesures d’austérité prévues dans le mémorandum.
                                                          Vous trouvez que c’est progressiste ça ?


                                                        • TSS 28 mai 2012 00:39

                                                          JL M a failli contribuer à la réélection de NS et en cela il est dangereux ,

                                                          Là,il doit y avoir une petite erreur de calcul,car si seulement 2 millions des 4 millions d’electeurs

                                                           de JLM ont voté FH c’est ce qui a contribué largement à le faire elire... !!

                                                           11,3%:2=5,6%  ; 51,6%-5,6%= 46% CQFD... !!


                                                        • mortelune mortelune 27 mai 2012 10:08

                                                          Personnellement je me fiche de savoir si Melenchon est communiste ou s’il recrute les voix pour le PS (ref. les commentaires de ceux qui le diabolisent) . Le FDG a un programme qui n’est pas celui du PS et encore moins un programme « Stalinien ». 

                                                          La diabolisation d’un parti et de son leader m’impose de la curiosité surtout quand ce parti prend en compte des notions d’humaniste sans tomber dans le populisme irraisonné. Je profite ici pour rappeler que le terme ’populisme’ est systématiquement critiqué à outrance par les élites. 

                                                          Le peuple a-t-il raison de redouter le populisme ? 

                                                          Voyons la définition du mot :

                                                          "Le populisme met en accusation les élites ou des petits groupes d’intérêt particulier de la société. Parce qu’ils détiennent un pouvoir, le populisme leur attribue la responsabilité des maux de la société : ces groupes chercheraient la satisfaction de leurs intérêts propres et trahiraient les intérêts de la plus grande partie de la population. Les populistes proposent donc de retirer l’appareil d’état des mains de ces élites égoïstes, voire criminelles, pour le « mettre au service du peuple ». Afin de remédier à cette situation, le dirigeant populiste propose des solutions qui appellent au bon sens populaire et à la simplicité. Ces solutions sont présentées comme applicables immédiatement et émanant d’une opinion publique présentée comme monolithique. Les populistes critiquent généralement les milieux d’argent ou une minorité quelconque (ethnique, politique, administrative etc.), censés avoir accaparé le pouvoir ; ils leur opposent une majorité, qu’ils représenteraient. »

                                                          Melenchon via le programme FDG ‘mesuré’ ne tombe donc pas dans un excès de populisme et je le situe dans une forme qui ne tombe pas non plus dans l’extrême. Ceux qui voient en lui un Stalinien semblent méconnaitre l’histoire de la Russie et ne savent rien du programme proposé par le front de gauche.
                                                          Alors pourquoi Diaboliser Melenchon ? Qui en a intérêt ? La réponse se trouve certainement dans le rejet de toutes formations politiques qui pourraient donner une force à la population au niveau de la nation. La réponse se trouve aussi plus généralement dans le rejet de toute idée réellement démocratique.

                                                          Le système politique actuelle tient son origine dans l’oligarchie aristocratique mise en place en 1794 juste après l’élimination de Robespierre. Ce sont donc les aristocratiques qui ont tout intérêt à faire passer Melenchon pour un extrémiste auprès de la population et à le disqualifier (comme ils le font aussi pour le FN). Les médias qui sont des armes de manipulations redoutables utilisées à bon escient pour protéger les « élites aristocratiques’ d’aujourd’hui.

                                                          Notre république est structurée, via la constitution, autour de l’idée forte que le peuple ne doit pas avoir accès au pouvoir sauf par l’intermédiaire de représentants ‘choisis’ pour leur soumission à l’élite et élu par le peuple.



                                                          • D1eyed D1eyed 27 mai 2012 10:44

                                                            En fait,

                                                            Si Sarko avait été réélu, on s’en serait pris plein la tête par le PS et ses affidés (par toi...) qui se moquent de nous comme de l’an quarante.
                                                            Bonjour la théorie sur la sociologie électorale classique : Votez comme moi et silence dans les rangs, sinon...

                                                            Le changement c’est maintenant. Attendra-ton 5 ans...


                                                            • Jean-Louis CHARPAL 27 mai 2012 11:04

                                                              Très bel article ! Excellente analyse sur le fond également !

                                                              Pour les hyper privbilégiés du système ultra libéral, qu’on peut appeler également l’internationale des accumulateurs de fric, et pour ceux qui sont à sa dévotion (la droite dure et la gauche molle ) le Front de Gauche est l’ennemi public numéro 1 !

                                                              Tout est bon pour entraver sa progression dans l’opinion : le mesonge, la calomnie, l’amalgame, l’insulte, la mise complètement de côté de son programme etc ...

                                                              Syrisa en Grèce, est l’objet des mêmes énormités.

                                                              Mais ces beaux messieurs se mettent le doigt dans l’oeil. La Résistance est en ordre de marche et rien ne pourra plus l’arrêter, ni en France, ni ailleurs ! 


                                                              • Micka FRENCH Micka FRENCH 27 mai 2012 11:46

                                                                Des nouvelles de l’Ecossaise...

                                                                J’avais, il y a plus d’un an effectué la même analyse mais d’une façon beaucoup plus succincte, condensée en une dizaine de lignes sur mon site.

                                                                Il faut bien comprendre le DETOURNEMENT de vocabulaire opéré par les serviles médias.

                                                                Le centre de gravité politicien ayant, avec la colplicité de l’UMP entre autre, glissé de telle manière que :

                                                                * L’UMP est devenu malgré sa glissade à l’ectrême doite, Le Parti DEMOCRATIQUE de référence.
                                                                * Le PS est devenu LE PARTI de GAUCHE DE REFERENCE ;
                                                                * Le Parti de Gauche, le seul parti de la vraie gauche démocratique française est DEVENU le PARTI DE L’EXTREME GAUCHE, pendant d’un VRAI PARTI D’ECTREME DROITE hélas autorisé en France comme en Grèce ou en Espagne...

                                                                Monsieur Hollande n’est PAS DE GAUCHE. C’est un « Social délocrate » et en tant que tel il faut l’assimiler à des Blair, Brown, Papandreou ou un Zapatero.

                                                                Selon moi, pls de 20% des électeurs du Parti de Gauche ont voté, contraints et forcés pour monsieur Hiollande, pour SAUVER LES MEUBLES.

                                                                A nous d’envoyer aujourd’hui, par les Législatives, un grand nombre de vrais DEPUTES DE GAUCHE, loins des députés « socilaistes » ayant tellement voté en parfait accord avec l’UMP sous Sarkozy, afin de lui bien faire tenir la barre à gauche et éviter aiansi un modèle Mitterand, qui dès 1982, a tôt fait de rejoindre son camp de base : LA DROITE...

                                                                Deux mots pour qulifier ces journalistes et médias CRIMINELS : SOPHISME ou PUBLICITE MENSONGERE...

                                                                Micka FRENCH sur le Web...
                                                                http://mickafrench.unblog.fr


                                                                • dom y loulou dom y loulou 27 mai 2012 13:23

                                                                  et tout ce blabla pour couvrir l’agenda de dépopulation sadique en cours 



                                                                  ah ça ira ça ira...


                                                                  • Jason Jason 27 mai 2012 13:39

                                                                    Beaucoup de foin pour deux députés possibles. Vous êtes tombé dans le panneau des médias en quête de scoop. Quelle sottise ! On dirait de la pub pour un match de boxe ou une course cycliste.

                                                                    Laissez donc les journalistes pisser leur copie (et le mérinos).


                                                                    • spartacus spartacus 27 mai 2012 13:56

                                                                      La sociologie du vote FdG.

                                                                      Bobos, à l’emploi à vie genre fonctionnaire, éducation nationale, n’ayant de connaissance de l’entreprise privée que Zola. Du privé il ne peut venir que d’une multinationale ou le salarié est bien chouchouté.D’une manière générale il vit dans un univers ou l’initiative privée est peu reconnue. 
                                                                      Bien dans son univers, ou son pouvoir de décision est faible, il considère que l’état ou une entité peut décider pour lui et cette utopie s’appelle le communisme. Il croit que seul l’état est capable de créer de l’industrie ou de la richesse, personne ne lui a expliqué, que ce sont principalement les individualités qui le font. 
                                                                      Il n’a jamais rien risqué, place son argent en livret A ou dans l’immobilier, haït l’actionnaire qu’il ne connait pas. Pour lui l’actionnaire c’est l’ennemi qu’il c’est inventé. Il aime claironner sa haine des dividendes extraordinaires, mais est négationniste des pertes en capital, ou si il en est informé c’est uniquement pour se moquer.
                                                                      Il aime expliquer que le prive en veut à une sécurité sociale collective, mais ne souhaite pas une assurance vieillesse collective, il la préfère en régime spécial pour lui. 

                                                                      • logan 27 mai 2012 14:47

                                                                        Ah oui et tu te bases sur quoi pour affirmer cela ? Tu peux nous citer tes sources ?


                                                                      • Beaurepaire Beaurepaire 27 mai 2012 15:13

                                                                        On ne peut qu’être inquiet d’un score minable de Jean-Luc Mélenchon ! Même si le Figaro, la SOFRES de Madame Parisot les sarkozistes nous le disaient en tête devant Marine il n’a fait que que 11% et elle 18%. 


                                                                        Toutefois le rassemblement mariniste, malgré ses 34% dans la circonscription d’Hénin-Beaumont allait avoir une lutte difficile face au PS grâce à un rédecoupage bien calculé de Guéant. 

                                                                        Heureusement super Mélenchon est arrivé avec sa bonne tête de vainqueur !!! Toutefois attention Il a fait 11%, soit 8% des inscrits. Avant de le voir gagnant au second tour comme la SOFRES de Madame Parisot il faut déjà qu’il fasse 12,5% des inscrits soit 20/25%. Si vous connaissez des délinquants, des islamistes ou des assistés, qui détestent la France - ou des permanents d’associations qui en vivent - sur Hénin, mobilisez-les !!! 

                                                                        Une triangulaire est la seule chance pour Marine de gagner facilement. Pour cela il faut aider Mélenchon  smiley

                                                                        • logan 27 mai 2012 15:18

                                                                          Comment peut-on se regarder dans une glace après un tel message ?


                                                                        • Beaurepaire Beaurepaire 27 mai 2012 15:50

                                                                          On se dit qu’on ne défend pas un système qui a fait 100 millions de morts (pire que les nazis) et qu’à cause de ses idées communistes on meurt encore de faim en Corée du Nord et on vit très mal à Cuba. Voir des islamistes hurler sur un marché « on votera Mélenchon car il est à moitié Algérien » m’indigne. J’aime mon pays et je suis laïc. C’est crétin et malhonnête d’aller raconter aux électeurs que les Gaulois étaient des sémites ou des berbères. http://www.youtube.com/watch?v=xjdNUoWNX1I 


                                                                           J’ai connu le PCF du temps du père Marchais il défendait les travailleurs et pas les frères musulmans.  http://www.youtube.com/watch?v=2YukUr3iN3I



                                                                        • TSS 28 mai 2012 00:51

                                                                          on vit très mal à Cuba.

                                                                          Meconnaissance totale du problème ! on vit mal à Cuba à cause des 50 ans d’embargo des

                                                                          USA condamnés par l’ONU ,mais ça il ne faut pas le dire... !!


                                                                        • TSS 28 mai 2012 00:54

                                                                          le liberalisme a fait et fait encore aujourd’hui beaucoup plus de morts que le communisme !!

                                                                          Melenchon est pied noir MAROCAIN... !!


                                                                        • Cigogne67 27 mai 2012 15:43

                                                                          C’est dommage que mélenchon combatte marine. Les programmes respectifs sont proches.

                                                                          Si mélenchon avait choisi une autre circonscription il aurait pu avoir le soutien du rassemblement ..au lieu de cela il s’enferme avec la « gauche » voir la « droite » dans le cadre d’un front républicain qui est la formule générique de l’arnaque des Français.


                                                                          • Cigogne67 27 mai 2012 16:11

                                                                            plutôt que de vouloir « piquer » les voix du rassemblement, mélenchon devrait les additionner. Marine devrait lui proposer l’adhésion car après tout, mélenchon propose une politique à contre-courant de l’UMPS . Hormis sur la question de l’immigration bien des points sont quasi identiques 


                                                                            • Constant danslayreur 27 mai 2012 16:21

                                                                              Sumcusez-moi de vous demander pardon d’être hors sujet de sa majesté ze queen Mary, pas sire la tête, mais quelqu’un se soucie t-il du cas Dosière ?

                                                                              «  Candidat aux législatives, le PS m’a retiré son investiture pour l’accorder à mon concurrent d’il y a 5 ans, Fawaz Karimet. »

                                                                              http://renedosiere.over-blog.com/

                                                                              Pour rappel,

                                                                              En théorie, Sarkozy prônait la rigueur budgétaire et Dosière a mis à nu ses scandaleuses gabegies (ainsi que celles de ses prédécesseurs à l’Elysée hein), façon 400 000 euros le voyage officiel, Un avion de ligne et un hélico pour aller à 100 km de Paris ainsi que tout le toutim de joyeusetés hors de prix coûtant l’appeau d’Éphèse des yeux de la tête de l’exécutif.

                                                                              En théorie toujours, Hollande prône un retour à la prospérité via la croissance, au besoin en lui donnant un coup de pouce (plus de dépenses de l’Etat visant à), coup de pouce au SMIC, coup de pouce au moral des couples homos fraichement mariés, coup de pouce ou de toute autre finger à sa légitime illégitime si ça lui chante etc.

                                                                              En théorie enfin, quelqu’un qui a promis de dépenser plus que Sarko, des sous qu’il a en moindre quantité, mériterait d’être suivi de près non ?

                                                                              Mister Dosière ainsi que ses rares semblables, capables de mettre l’appendice nasal des généreux-avé-l’argent-des-autres dans leur dépôt de bilan du matin après les céréales, sont précieux à la démocratie. Les écarter des élections est un scandallllle

                                                                              Enfin je dis ça… c’est vos sous après tout

                                                                              Mister Dosière sama,
                                                                              Si j’étais vous et sans forcément quitter le parti des sourds, je me présenterais en candidat libre.


                                                                              • Kibou 28 mai 2012 16:46

                                                                                @ appoline
                                                                                "Alors les syndicats qui défoncent les portes ouvertes, je connais. Je m’avais jamais eu confiance en eux, j’ai essayé et je n’ai pas adopté ."

                                                                                Je vous propose de réfléchir un peu à ce que vous avez écrit. Non pas pour dire que vous ne réfléchissez pas, mais pour que vous preniez le temps du recul sur votre déclaration.

                                                                                Vous commencez par dire que vous connaissez les syndicats dans un post où vous affirmez n’avoir eu affaire qu’une seule fois à eux... Je ne sais pas à partir de combien de fois vous connaissez quelque chose, mais il me semble qu’une fois, c’est un petit peu léger pour prétendre connaître quelque chose...

                                                                                Ne serait-ce pas plutôt parce que vous aviez un à priori, comme vous le dites vous même, que vous êtes restés fermés à ce syndicat très précis que vous évoquez ? Je vous pose la question parce qu’il est difficile, pour la plupart des personnes (y compris moi peut-être !) d’aller au-delà d’un préjugé...

                                                                                Quoi qu’il ait pu se passer pendant votre entretien, que vous ayez été effectivement sur des positions très discutables ou que le syndicaliste en question soit un planqué ou un incompétent (vous conviendrez qu’il peut y avoir des cons partout, y compris dans des syndicats...) je trouve en effet votre jugement un peu définitif pour une personne qui n’a eu à faire qu’une fois avec eux...

                                                                                Si je prends le temps de réagir sur votre post apparemment anodin, loin des grands débats historiques sans fin de plusieurs lignes, c’est parce que je souhaite participer modestement à la prise de recul dont vous avez sans aucun doute le souci : quand on est dans un vrai débat, ne doit-on pas être tout particulièrement vigilant à être de bonne foi, par respect pour soi d’abord et pour son interlocuteur ensuite ?

                                                                                Or, votre raisonnement est malheureusement assez classique, quelque soit notre famille politique d’adoption. On se contente de parler de ce qu’on voit, même si on ne l’a vu qu’une seule fois dans sa vie. Votre vision du syndicat est partielle, parce que vous ne connaissez en définitive rien de ce milieu, mais elle est en plus partiale parce que vous vous contentez de sentiments (méfiance, humiliation, colère...) pour étayer vos conclusions, sous prétexte d’avoir expérimenté la chose une fois.

                                                                                Aurais-je contribué à vous aider à vous rendre compte de l’insuffisance de votre raisonnement ? Je l’espère. Sinon, bonne continuation à vous.



                                                                                • Defrance Defrance 28 mai 2012 16:51

                                                                                  Troisième élément évoqué pour expliquer le désistement d’une partie des intentions de vote en faveur du Front de gauche : un discours et un programme qui ont, comme le PS, mis de côté l’électorat populaire, en refusant de faire de l’immigration un élément central de la campagne, alors qu’elle représente un problème essentiel aux yeux de la majorité de la population.

                                                                                  Les sondages ne sont en fait que des ADM, (Armes de Désinformation Massives) a partir du moment ou ils s’adressent a un échantillon restreins, qu’ils sont au service de la finance et « ravitaillent la presse » on ne peut que douter de leur impartialité !

                                                                                   Pour ce qui concerne le FDG ils se sont auto piégés !
                                                                                   La Sarkozie a fait « un peu » de pub pro Mélenchon pour laminer le PS pendant que le PS jouait le même « jeu » avec le FN pour rapetisser Sarko .
                                                                                   Mélenchon est alors passé de 4-5% a 10 15% et la panique a commencé car le risque de se trouver face a Mélenchon devenait trop grand d’autant plus qu’ radicalisant a gauche, on radicalisait aussi a droite ?

                                                                                   A partir de là, pédale douce pour rester sur un équilibre que les instituts n’ont pas suivi en continuant d’extrapoler sur les perf du FDG !

                                                                                   l’immigration est un catalyseur volontairement utilisé pour servir la répression, il es dommage que l’on utilise pas les gens qui planquent leur pognon à l’étranger de la même manière !

                                                                                   Le jour ou on aura expurgé toute la fraude d’en haut, je serais d’accord éventuellement, si nécessaire de s’occuper de celle d’en bas ( je met des reserves )
                                                                                   


                                                                                  • Acid World Acid World 28 mai 2012 19:36

                                                                                    Je soutiens le FDG, mais il doit absolument prendre une indépendance totale vis-à-vis du PS, parti libéral. C’est la nouvelle gauche, et ce sont surtout de nouvelles valeurs qui dépassent le jeu politique, comme l’écologie et la défense de ses droits.


                                                                                    La droite est là pour incarner l’ordre et la dimension de devoir inhérente à toute citoyenneté. Elle a donc un véritable rôle et a autre chose à faire que de tomber dans la xénophobie imbécile. En cela, l’UMP et le FN ont aussi à améliorer leur comportement si ils veulent élever le débat. La peur de l’étranger vient de la précarité, de l’insécurité, d’une grande perte de valeurs et de la concurrence de tous contre tous... La faute aux ultras et à leur cheval de Troie, le consumérisme.

                                                                                    • Anaxandre Anaxandre 29 mai 2012 01:30

                                                                                      Je compatis au désarroi d’Amandine qui se dit ingénument : « Mince alors ! Pourquoi mon candidat préféré qu’il était si bon et qu’il parlait si bien, et qu’il aimait tant l’humain, qu’il fait que 11% ? »
                                                                                      Parce que, Madame, faut pas se foutre trop de la gueule du monde, ça fini par se voir.
                                                                                      En effet, proposer sans rire un tel programme, parler de révolution sans remettre en cause FONDAMENTALEMENT la place de la France au sein de l’Union Européenne et son maintien dans la zone Euro relève au mieux de l’amateurisme, au pire du mensonge et de la manipulation.
                                                                                      Et au vu de l’appel à voter Hollande sans aucune contrepartie (pas pour lui mais au moins pour le « petit peuple » qu’il était sensé vouloir représenter), je pencherai pour la manipulation.
                                                                                      Rien ne peut m’étonner de la part des professionnels de la politique.


                                                                                      • mortelune mortelune 29 mai 2012 10:02
                                                                                        @Anaxandre
                                                                                        Dans un de vos commentaires fait à verdad vous dites :
                                                                                        « Ce serait surtout à vous d’étudier l’Histoire, la vraie. »

                                                                                        Voici une page qui vous aidera à digérer votre manque de Zemmour (la drogue du facho moyen) qui vous rend si odieux. 
                                                                                        Avec Guillemin vous arrêterez de perdre votre temps à écouter n’importe quoi (cf Zemmour) et en plus vous en sortirez bien plus instruit. Vous y gagnerez en faisant des commentaires plus intelligents et les lecteurs d’agora ne pourront pas s’en plaindre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Amandine


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès