• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le grand défi de la République face aux factieux

Le grand défi de la République face aux factieux

En écoutant les vœux du Président de la République aux Français, je me suis dit au premier abord, tiens, il a le bon ton. Puis, son phrasé clair, ses mots bien pesés, ses gestes, sa posture et son regard contribuèrent à conforter rapidement mon opinion. E. Macron conscient des enjeux, sûr de lui, était brillant. Pertinent sur les sujets de fond, chaleureux et bienveillant dans la qualité de ses propos, volontaire et plein d’allant, il s’avéra à la hauteur de sa fonction. Enfin, le Président revenait de la torpeur vécue lors de sa précédente allocution télévisée, où blanc comme un linge, il accouchait avec douleur d’un mea-culpa que ses trois prédécesseurs auraient eu grand mérite de faire à sa place. Aussi, c’est son courage, sa prestance et son désir de convaincre qui me redonnèrent confiance quand à ses capacités à assumer ses responsabilités. 

Avec sincérité et détermination, il assurait défendre avec plus de ténacité les plus vulnérables, de travailler à rendre notre système social plus juste et plus solidaire en gommant les inégalités. En bref, réduire la fracture sociale qui insupporte certains Français au point de les rendre si vindicatifs envers l’exécutif et lui même. Son regard franc semblait sonder chacun des Français afin qu’ils comprennent qu’il leur parlait avec franchise et loyauté. À la fin du discours présidentiel, j’ai applaudi car j’étais fier qu’il ait tenu son rang ! Fier de son enthousiasme débordant ! Fier qu’il sache rebondir et incarne la Nation. Fier qu’il rallume dans l’esprit des Français un sentiment d’espérance et d’unité qui les rendra plus confiants et plus forts dans leur quotidien mais aussi pour qu’ils adhérent au vaste programme de réformes structurelles qui doit être engagé pour la sauvegarde de l’Intérêt Général. 

Comme il fallait s’y attendre les réactions à chaud ne se firent point attendre et, aussitôt, chaque intervenant présent sur les plateaux de télévision s’ingénia à démonter le discours présidentiel en le dévoyant de sa substance tout en proclamant des jugements insidieux qui le qualifiaient encore une fois de condescendant, d’hautain, de méprisant, d’irrespectueux envers les « pauvres gens ». Que son naturel revenant au galop, il s’était démasqué et que, rusé comme un singe, il ne pensait qu’à berner les Français pour mieux les saigner aux profits, je vous le donne en mille, des riches. 

L’expression verbale que j’utilise ici pour exprimer mon ressenti n’est pas au mot près celle de ces opposants politiques mais elle décode parfaitement le sens de leurs mots cachés. 

En écoutant éberlué leurs commentaires, je me suis dis que nous n’avions pas regardé la même allocution. Que ces Messieurs/dames étaient, par calcul ou démagogie, sourds au propos du Président que, moi-même, j’avais pourtant trouvé brillantissimes. Parlions-nous la même langue pour avoir à ce point une interprétation aussi différente des propos tenus ? Ou était-ce tout bonnement le fruit malsain de leur mauvaise foi évidente qui avait pour but de semer dans l’esprit de leur électorat une totale confusion. Furieux d’entendre autant d’inepties à la minute et de subir la misère intellectuelle de ces débats, j’ai illico éteint mon téléviseur. 

Il me semble pourtant que pendant les deux quinquennats précédents il avait sérieusement été reproché aux Présidents de l’époque d’avoir désacralisé, voire ridiculisée, la fonction présidentielle au point que l’opinion populaire doutait de sa légitimité, de son prestige et du respect qui lui est dû. 

En revenant aux principes régaliens du régime Présidentiel définit par la constitution E. Macron redonne à sa fonction la hauteur de vue, la dignité et l’esprit de concorde qui lui incombe. Ainsi, le Président préside et le gouvernement administre les affaires de l’État ce qui, jusqu’a présent, nous a mis à l’abri des cacophonies, bévues et autres aléas pittoresques ou pathétiques dont les précédentes législatures nous avaient si souvent accoutumés faisant ainsi le régal de l’audiovisuel, de la presse et des comiques troupiers. Les Français devraient être fiers d’avoir un Président jeune, dynamique, travailleur, intelligent, persévérant, ardent défenseur des droits de l’homme et de l’esprit Républicain. Car cet homme, au parcours exemplaire, doit tout à la République ! Issue de la classe moyenne, il est un pur produit de l’école de la République qui permet au plus méritants de s’élever au sommet de la gloire. Pardonnez-moi ce « lyrisme républicain » mais il est ici de mise et fait en sorte d’honorer ceux qui depuis l’avènement de la IIIème République ont œuvré avec passion aux fondements de l’esprit Républicain et à l’instauration d’une véritable démocratie. Ce ne sont pas des charlatans, des illuminés, des démagogues, des affairistes, des despotes qui ont fait la République mais des hommes droits, vertueux, donnant toujours le meilleur d’eux-mêmes à leur patrie. C’est un idéal de liberté, de justice et du sens commun qui les animait et ces vertus morales à la fois strictes et bienveillantes cristallisaient avec force de conviction les sentiments éthiques de la nation. 

En ce temps là, on admirait la réussite ! On saluait avec respect celui qui, grâce à ses mérites et ses qualités humaines, s’était élevé dans l’échelle sociale. Il était le modèle à suivre … Gagner de l’argent, posséder une belle maison, vivre dans le confort étaient la juste rétribution d’une société qui engendrait, par le labeur et le patriotisme, une élite Républicaine et cette émulation formative, porteuse d’espoir et d’avenir, a été pendant des générations le fer de lance de la nation. Les plus intelligents, les plus talentueux, les plus passionnés mais aussi les chanceux créaient ainsi la dynamique industrieuse qui a fait que la France, par ces idées fondatrices, a établi une société moderne où l’individu par son génie personnel pouvait s’épanouir et contribuer à construire l’édifice commun. 

Certes, rien n’a été facile pour édifier un tel idéal. Les coups-bas et les chutes furent nombreuses. Certains endoctrinés notoires ont essayé, à maintes reprises, d’imposer une société collectiviste orchestrée par un régime totalitaire où l’individu n’avait de droits qu’a travers l’expression de son groupe. Le temps de la reconstruction venu l’après guerre a vite balayé ces idées révolutionnaires, le peuple, après tant de misères, aspirait à la paix et à la fraternité. 

Pensé par le Conseil National de la Résistance qui à cette époque réunissait autour de l’Intérêt Général toutes les forces politiques majeures sont nées les plus grandes avancées sociales et structurelles dont nous sommes tous les heureux bénéficiaires aujourd’hui. (La sécurité Sociale, la nationalisation de la banque de France, la loi sur les prestations familiales et assurances vieillesse, la rénovation du statut de la fonction publique, la suppression de l’abattement de 10% sur les salaires des femmes, la création de l’ENA, etc… http://felina.pagesperso-orange.fr/social/programme_cnr.htm)

Sans doute le combat et la souffrance mais aussi le courage de ses hommes et de ces femmes pendant l’occupation nazie les ont convaincus de la nécessité absolue de dépasser leurs divergences. Sans doute aussi qu’en étant frère d’armes, ils ont appris le partage, la tolérance, la compréhension de toutes choses et, du plus humble jusqu'à l’érudit, tous les stéréotypes sociaux sont tombés et le miracle s’est opéré. Dépasser le clivage social, économique et culturel tout en sachant où chacun avait sa place pour se rendre utile à la nation voilà ce qu’a été le véritable exploit du CNR afin d’envisager un monde meilleur ; j’imagine avec joie leur « cantique philosophique » : Les Devoirs rendus à la nation visant l’Intérêt Général détermineront les droits du citoyen et non le contraire !

Je crois aujourd’hui qu’un grand nombre de nos compatriotes ont dévoyé à leur seul profit le sens de cette phrase pourtant pleine de bon sens et de laquelle résulte si finement l’ADN d’un civisme citoyen conforme aux valeurs Républicaines ainsi construites. Je m’explique : Beaucoup estiment qu’ils n’ont que des droits et aucun devoir. Pour preuve, il suffit d’écouter le JT, les contestataires de la rue ou les revendications syndicales qui réclament du gouvernement toujours plus comme si celui-ci était responsable de tout et pouvait pourvoir à tout. L’État providence est ainsi sollicité, à corps et à cris, par des gens qui n’ont même plus conscience qu’ils vivent dans le pays qui offre les meilleures prestations sociales de la planète ainsi que le meilleur niveau de vie. Les Français sont-ils des ingrats ? Sont-ils un peuple de nantis capricieux et individualistes quand il faut se serrer les coudes pour surmonter une crise mondiale sans précédent. En Espagne, au Portugal, pays voisins, les retraités ont été durement ponctionnés pour contribuer au redressement des comptes publics. Tous les corps d’État, les forces vives, ont œuvré pour que les gouvernements entament et réussissent leurs réformes. Aujourd’hui ces pays ont, non seulement, remboursé leurs dettes mais vivent une embellie économique spectaculaire. L’Espagne vient d’augmenter le Smic de 22% et le Portugal observe le plein emploi. 

En France, durant le quinquennat précédent, les réformes structurelles qui s’imposaient ont toutes été repoussées, voire éludées. Pendant ces années où les comptes publics auraient pu être maitrisés puis assaini le maitre du « Château » a préféré faire l’autruche, sans doute craignait-il l’émergence d’une crise sociale semblable à celle d’aujourd’hui qu’il aurait eu le plus grand mal à affronter. Le mille feuilles s’est donc encore alourdi et voilà aujourd’hui où nous en sommes… 

En bref, depuis le 8 novembre dernier et jusqu’à la fin du mois de décembre 2018, la France a vécu à crédit. C’est à dire qu’elle emprunte sur les marchés des sommes colossales pour financer ses dépenses publiques. Alors que les administrations centrales de l’UE ont profité des sept dernières années pour résorber leurs déficits, celui de la France continue à se dégrader. Sans vouloir être discriminatoire vis à vis d’un pays de l’union, nous faisons plus mal que la Roumanie, c’est peu dire…

Ne vous méprenez pas sur mes propos ! Je ne suis pas en train de dire que nous, Français, avons beaucoup de chance et qu’au regard des affaires de ce bas monde nous serions tous mal aisés à nous plaindre. 

Les premières revendications des « Gilets Jaunes » étaient justifiées et l’exécutif a dû se rendre à l’évidence qu’il est impossible de vivre décemment avec un SMIC en subissant toutes les charges que les collectivités locales ou l’État nous imposent. Une fraction du peuple la plus vulnérable a fait part de sa colère légitime et elle a été entendue par le Chef de l’État qui, hélas, un peu tard, a accédé aux requêtes les plus pressantes de la Rue. 

Désormais, sa parole et son honneur sont en jeux sur l’application des promesses faites et l’histoire jugera de sa probité à respecter ses engagements à la nation. 

Dans les semaines qui viennent aura lieu l’ouverture d’un débat national qui va, je l’espère, recueillir toutes les doléances des Français et duquel devrait ressortir une synthèse travaillée en assemblée qui orientera sensiblement pour l’avenir les choix politiques de notre pays. 

Ci-dessus, je faisais référence à la sagesse du CNR qui, en des temps troublés, a su réunir dans un débat public toutes les sensibilités politiques en vu de réinventer un système social équitable, généreux et humaniste accessible à tous. 

La question cruciale que nous devons nous poser est donc de savoir si, à ce jour, parmi l’élite républicaine, nous avons des hommes et des femmes capables de relever un tel défi.

Permettez-moi d’en douter. À en juger par les propos fallacieux, calamiteux et partisans des dirigeants actuels des partis politiques, nous n’avons aucune chance de les voir s’unir pour porter l’idée d’un nouveau contrat social d’envergure et ainsi de réitérer pour les générations futures l’exploit du CNR. 

Où trouver alors ces femmes et ces hommes capables de rénover l’espace politique et d’écrire une projection de la France de demain ? ; Celle que nous serons fière de léguer à nos enfants ? Comment aborder en toute sérénité les réformes sociétales qui divisent si grandement les Français au point qu’une violence haineuse se manifeste dans les rues ? Comment éviter que des factieux de tous bords s’immiscent dans ces débats pour mieux les saborder ? Ne nous y trompons pas, ces groupuscules pilotés par les forces obscures des extrêmes, veulent déstabiliser, puis anéantir, la République. En Europe, le populisme et les extrêmes gagnent du terrain et, sans vergogne, profitent de la grogne sociale pour accomplir leurs funestes desseins. Il est curieux d’entendre d’un mouvement qui se veut apolitique déclarer qu’il est pour le rétablissement de la peine de mort, l’abrogation du mariage pour tous, ou encore, commente et dénonce, par des relents xénophobes, le pacte de Marrakech ? 

Pour moi, cela dépasse le caractère strictement contestataire des Gilets jaunes qui veulent avant tout obtenir un pouvoir d’achat plus conséquent qui leur permettra de vivre décemment. Certes, des Gilets jaunes débordent désormais de leurs revendications primaires mais la majorité d’entre eux sait raisonnablement qu’ils ont pour l’instant obtenu le maximum. Je comprends que la pression se maintienne mais il est grand temps de mettre fin à tout ce désordre qui met à mal l’économie et fait le jeu de redoutables factieux. 

A la manière de Mr Mélenchon qui hurlait lors de sa perquisition « la République s’est Moi ! », j’ai entendu plusieurs manifestants scander « le peuple c’est Nous » ce qui, a leurs yeux, les investit de tous les droits. En effet, le peuple c’est bien « eux » mais c’est aussi, n’en déplaise au plus belliqueux, le privilège de tous les Français. Je suis, vous êtes, le Peuple et notre liberté s’arrête là où commence celle d’autrui. En clair, aucun d’entre nous n’a le droit de contraindre l’autre à ses vues et à ses idées sinon cela devient une injustice incompatible avec l’idéal républicain qui est le berceau national du vivre ensemble et des valeurs universelles et philosophiques du texte fondateur de notre Constitution. 

Qui reste-t-il alors dans les manif ? Les revanchards de la France Insoumise qui ne digèrent toujours pas le résultat du suffrage universel des élections présidentielles de mai 2017 ? Les laissés pour compte de la société qui, aux frais du contribuable, ont le temps de jouer aux sans-culottes en refaisant le monde au gré de l’idiosyncrasie de chacun ? Les séditieux qui espèrent instaurer un climat insurrectionnel et faire basculer la République dans le chaos pour instaurer leur monde nouveau où les individus auront à coup sûr le profil caucasien où une société de clones dotés d’un cerveau formaté au service du dictateur bannira de son cercle consanguin toutes différences ?

Les heures sombres de l’ère nazie nous ont montré à quel point l’homme est capable des pires atrocités, des pires méfaits et des pires abjections. L’homme de bien a fini par gagner, à rétablir une concorde européenne qui a réconcilié les ennemis héréditaires pour imposer à tous ces peuples la paix, et les bases d’un modèle Européen qui est - n’en déplaise aux nationalistes de tous poils - notre seule planche de salut face à l’hégémonie des supers puissances actuelles, ou en devenir. 

Pour finir, il est dommage que les Français soient à ce point ignorants de l’histoire de leur pays. Cette connaissance leur permettrait de mieux appréhender et comprendre la complexité historique de nos actes qui définissent, si pernicieusement, notre présent et notre futur.

G.Méric-Cadourel

http://meric-cadourel-blog.com

Documents joints à cet article

Le grand défi de la République face aux factieux Le grand défi de la République face aux factieux Le grand défi de la République face aux factieux Le grand défi de la République face aux factieux Le grand défi de la République face aux factieux

Moyenne des avis sur cet article :  1.25/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • François Pignon François Pignon 12 janvier 09:22

    Un peu bavard, l’Elysée, surtout que les Français ont perdu le « sens de l’effort » et que, comme moi, ils ne liront pas ce pensum jusqu’au bout.


    • machin 12 janvier 11:10

      @François Pignon

      Ouf... quel pavé.
      Lourd, indigeste, tendancieux, orienté...

      Je comprends maintenant pourquoi son bouquin à compte « d’hauteur » n’est disponible nulle part...

      ---------------------------------------------------------------------------------

      Nous avons trouvé 0 résultats pour « causes perdues cardoual »

    • baldis30 12 janvier 13:16

      @François Pignon

      bonjour,
       d’accord ... avec en plus une perte évidente de la réalité dans l’usage du français, relisez l’article et vous n’y trouverez que l’usage de l’imparfait .... certes sur le fond le discours était imparfait mais il eut été parfait si en lieu et place de l’imparfait il usa du passé simple car tout ce dont l’auteur pare son sujet ... ce fut ... ce fut ..... notamment pour tous ceux qui le crurent !
       On comprend mieux la volonté actuelle de « tuer le passé simple », soutien de toutes les langues gréco-latines pour marquer ce qui n’est plus....


    • Jason Jason 12 janvier 14:46

      @François Pignon

      « Français, encore un effort pour devenir républicains » DAF de Sade.


    • Pere Plexe Pere Plexe 12 janvier 18:28

      @François Pignon
      C’est qu’il en faut des mots, des circonvolutions, des exégèses alambiqués pour expliquer que c’est le peuple qui est illégitime !


    • V_Parlier V_Parlier 13 janvier 00:32

      @François Pignon
      J’ai eu le courage d’extraire ces morceux choisis pour en faire un « best of » avec réponses / exemples (adressés à l’auteur) :

      « Macron redonne à sa fonction la hauteur de vue, la dignité et l’esprit de concorde qui lui incombe. (...) et ces vertus morales à la fois strictes et bienveillantes cristallisaient avec force de conviction les sentiments éthiques de la nation. »

      Exemples : Le « concert » (pseudo-partouze) LGBT à l’Elysée, le selfie-calin avec des repris de justice torses nus, après une investiture des plus bling-bling. Et enfin le spadassin Benalla, la classe quoi...

      « Car cet homme, au parcours exemplaire, doit tout à la République ! »

      Mais l’auteir connait-il au moins le CV de Macron ? Rotschild et compagnie... ce sont des institutions républicaines ?

      « Issue de la classe moyenne, il est un pur produit de l’école de la République qui permet au plus méritants de s’élever au sommet de la gloire. »

      Je croyais qu’il avait étudié chez les jésuites... c’était probablement des jésuites républicains smiley

      « Ce ne sont pas des charlatans, des illuminés, des démagogues, des affairistes, des despotes qui ont fait la République mais des hommes droits, vertueux, donnant toujours le meilleur d’eux-mêmes à leur patrie. »

      Je suis sans voix (rire contenu en pouffant). Vente des entreprises stratégiques et des infra-structures (aéroports, barrages, etc...) et continuation de la politique atlantico-béate de sarkhollande... Eurolâtrie à l’extrême le poussant même à nier l’existence de la culture française durant sa campagne.

      « Pensé par le Conseil National de la Résistance qui à cette époque réunissait autour de l’Intérêt Général toutes les forces politiques majeures sont nées les plus grandes avancées sociales et structurelles dont nous sommes tous les heureux bénéficiaires aujourd’hui. »

      C’est ce pourquoi Macron nous traite d’assistés fainéants. Un bémol aussi : A force de se regarder le nombril beaucoup de français (et pas que Macron) ne se sont pas aperçu que les admnistrations, hôpitaux et transports publics des autres pays européens n’avaient plus rien à nous envier. Voire pire que ça. (On aime bien sûr toujours choisir les pires exemples comme l’Angleterre ou le Zimbabwe...).

      « Beaucoup estiment qu’ils n’ont que des droits et aucun devoir. »

      C’est ce que leur ont appris toutes les pseudo-élites qui se sont succédées, de Mitterand à Macron (Sarko ayant fait, comme Macron, fait une peu de fumée avec la récompense du mérite et blablabla... quand de toute façon les entreprises délocalisent et ne sont pas intéressées par les gens qui voudraient y travailler pour plus de 300 euros/mois, ce qui n’est pas encore possible chez nous). Les droits des criminels de droit commun, particulièrement, étaient encore défendus becs en ongles par le gouvernement précédent dont Macron est issu.

      « En France, durant le quinquennat précédent, les réformes structurelles qui s’imposaient ont toutes été repoussées, voire éludées ».

      Bien sûr, c’était la procrastination des GOPE, convenue jusqu’à ce que Macron prenne la relève, alors qu’il n’est plus possible de cacher la poussière sous le tapis et que le « rêve européen » va nous montrer là où il nous mène !

      « Il est curieux d’entendre d’un mouvement qui se veut apolitique déclarer qu’il est pour le rétablissement de la peine de mort, l’abrogation du mariage pour tous, ou encore, commente et dénonce, par des relents xénophobes, le pacte de Marrakech ? »

      Quand on réclame à tort ou à raison un changement dans la gestion du pays c’est de la politique. (Le prix de l’essence comme ces sujets là). On sait bien que le mouvement est politique, bien que hétéroclite (c’est pourquoi je le considère avec recul). Mais les exemples que vous choisissez montrent à quel point vous considérez vos idées politiques et sociétales personnelles comme des « acquis » indiscutables (que souvent personne n’avait réclamés, pour la plupart en tout cas). C’est dans l’ADN de la caste gaucho-libérale hautaine et méprisante que vous soutenez de tout coeur, donc rien d’étonnant. Il y a des choses que le bas peuple n’est pas autorisé à remettre en question les sages veillent ! Et vous ne comprenez pas encore pourquoi une haine incontrôlée (et pas toujours cohérente non plus) se déchaine aujourd’hui contre cette caste ? Vous vivez hors sol comme votre idole.

      « Pour finir, il est dommage que les Français soient à ce point ignorants de l’histoire de leur pays. »

      Et oui, il me semble que vous pourriez être un bon exemple...


    • kirios 13 janvier 08:26

      @François Pignon
      moi, je fais comme vous !


    • JL JL 12 janvier 09:25

      @ l’auteur,

       

      Vous avez la bénédiction de la Présidence !

       

      A part la Russie et les dictatures avérées, dans aucun pays au monde le président n’a autant de pouvoir.

       

      Macron qui a usurpé ce pouvoir par le fait qu’il avait en face de lui un épouvantail efficace, tout avait été fait en ce sens, en use et en abuse aujourd’hui au profit des ennemis du peuple français.


      • François Pignon François Pignon 12 janvier 09:53

        @JL

        La « Présidence » ne se contente pas d’avoir à sa botte les journaleux qui ont vendu leur âme aux 10 propriétaires de la presse mainstream en France.

        La « Présidence » a demandé à son secrétariat à la propagande communication d’investir les forums du web.


      • François Pignon François Pignon 12 janvier 09:58

        @François Pignon

        " son secrétariat à la propagande communication" *

        * rayer la mention inutile


      • François Pignon François Pignon 12 janvier 10:00

        @JL

        le parangon de ce régime n’était pas « Président », mais « Chef de l’Etat » (famille, patrie...)


      • JulietFox 12 janvier 10:59

        @François Pignon
        Propaganda Staffel à la Macron.


      • V_Parlier V_Parlier 13 janvier 00:37

        @JulietFox
        Jusqu’à la moitié du texte j’ai cru à du second degré qui allait se terminer par une chute fracassante. Mais il n’en fut rien !


      • Attila Attila 12 janvier 09:43

        Récupérer le Conseil National de la Résistance au profit d’un de ses fossoyeurs, il y en a qui osent tout : c’est à ça qu’on les reconnaît !

        .


        • Clocel Clocel 12 janvier 09:48

          Pathétique ce vieux monde pourri qui pousse ses derniers râles...


          • Julien S 12 janvier 09:55

            @ l’auteur

            .

            Nous avons en France le meilleur niveau de vie de la planète ??


            • François Pignon François Pignon 12 janvier 10:02

              @Julien S

              d’ailleurs, les Suisses ont demandé leur rattachement !


            • baldis30 12 janvier 13:20

              @François Pignon

              bonsoir,
               « les Suisses ont demandé leur rattachement ! »
               m...... va falloir se taper le chocolat suisse !
              Le chocolat c’est Turin ou Vienne, pas la Suisse !


            • Jason Jason 12 janvier 10:05
              Quel beau panégyrique ! Le lecteur est prévenu dès le titre. Le factieux est celui qui prépare une action violente contre le pouvoir établi. Séditieux.

              Vous êtes le témoin éclatant, parmi tant d’autres, de l’aveuglement face à la situation qui vous entoure.

              Conservez, cher Monsieur, conservez, il en sortira bien quelque chose.

              Comme je suis méchant, je vais vous raconter une histoire personnelle :

              Il y a très longtemps, enfant, je prenais le métro, comme beaucoup à Paris. Dans les tunnels (et pas dans les stations) il y avait de la publicité peinte sur les parois. A part Dubo... Dubon... Dubonnet, il y avait aussi une publicité pour les peintures Ripolin. On y voyait trois hommes en blouse blanche de peintre peignant chacun sur le dos de l’autre le mot « Ripolin » en lettres cursives.

              Pour moi, vous êtes un de ces peintres. Dans un tunnel, qui plus est.

              Savez-vous que thuriféraire est aussi une profession ?

              • Attila Attila 12 janvier 10:09

                @Jason
                « Savez-vous que thuriféraire est aussi une profession ? »
                La profession d’enfumeur !

                .


              • François Pignon François Pignon 12 janvier 10:10

                @Jason

                à la même époque, dubo, dubon, dubonnet était aussi écrit sur les vespasiennes, ces édicules chefs d’œuvres de l’art-nouveau éradiqués depuis du paysage de la capitale
                eh bien, vous me croirez si vous voulez mais ce n’était pas ce qui coulai dedans, pas plus que cet article ne contient ce qu’il affiche


              • baldis30 12 janvier 13:31

                @Jason
                 bonsoir,
                 « Savez-vous que thuriféraire est aussi une profession ? »

                 Que ne ferait-on pour une breloque de couleur ? Et dédions lui quelques vers empruntés à un auteur qu’on a l’air de redécouvrir :

                « Chercher un protecteur puissant, prendre un patron,
                Et comme un lierre obscur qui circonvient un tronc,
                Et s’en fait un tuteur en lui léchant l’écorce,
                Grimper par ruse au lieu de s’élever par force
                 »
                ................................
                ..... Déjeuner chaque jour d’un crapaud ?
                Avoir un ventre usé par LA MARCHE  ? une peau
                Qui plus vite, à l’endroit des genoux, devient sale
                 ?

                 NON MERCI !


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 12 janvier 10:10

                Vous avez bien raison l’auteur,

                face aux supers puissances actuelles, notre seule planche de salut est dans le modèle Européen construit sur les conceptions philosophiques de ces supers puissances.


                • François Pignon François Pignon 12 janvier 10:11

                  @Pierre Régnier

                  pas seulement philosophiques !
                  avec leur appui financier et militaire


                • Pierre Régnier Pierre Régnier 12 janvier 14:23

                  @ François Pignon

                  Les conceptions philosophiques des supers puissances actuelles se résument dans l’adhésion à l’économisme et à sa promotion mondialisée.

                  Définition de l’économisme : la réussite économique est la principale raison de vivre des individus, des peuples, des nations et des groupements de nations.

                  Les puissances financières apportent évidemment leur soutien à l’économisme, il n’est pas nécessaire de le leur demander, ça va de soi.

                  C’est moins évident pour l’appui militaire. Celui-ci a besoin de se présenter comme motivé par de nobles sentiments tels que ceux qui sont ici développés par l’auteur de l’article : patriotisme et idéal républicain.

                  Nous savons depuis un demi-siècle que l’économisme est le principal responsable de la destruction des moyens de vivre sur la planète, des guerres, de l’exploitaion et de la misère de peuples entiers les conduisant à espérer survivre par l’émigration, au péril de leur vie, vers les pays riches.


                • V_Parlier V_Parlier 13 janvier 00:41

                  @Pierre Régnier
                  Vous écrivez : "Les conceptions philosophiques des supers puissances actuelles se résument dans l’adhésion à l’économisme et à sa promotion mondialisée."

                  Soit, mais non sommes la seule pseudo-puissance (en tant qu’UE) à chercher à le pratiquer à notre désavantage, contrairement aux autres. L’UE est une pseudo-puissance de loosers prétentieux (si si, c’est possible) qui se prend pour le modèle du monde et se permet en plus d’être agressive envers ses voisins.


                • Pierre Régnier Pierre Régnier 13 janvier 09:45

                  @V_Parlier

                  Le problème n’est pas de remplacer les « loosers prétentieux » (je suis d’accord avec vous, ça existe) qui dirigent l’Europe actuelle par des partisans de l’économisme qui seraient des « gagneurs » (éventuellement modestes). Ceux-ci continueraient de contribuer aux désastres mondiaux de l’économisme.
                  L’objectif des peuples européens devrait être, selon moi, de créer un vaste mouvement de remplacement de l’économisme par le solidarisme.
                  Je sais, compte tenu, notamment, des médias que nous avons, la tâche apparaît comme inatteignable. Mais on doit être conscient que, si le solidarisme ne remplace pas rapidement l’économisme comme philosophie mondialisée, le monde est foutu, et la catastrophe finale va venir de plus en plus vite.


                • cevennevive cevennevive 12 janvier 11:00

                  Ah Monsieur Meric-cadourel, le temps des cerises est encore loin !

                  Brumes, brouillard, froid, colère...

                  Je vais tout de même répéter ce que j’ai écrit sur un autre fil : Lorsque l’espoir disparaît, il laisse un vide, vite comblé par la colère et la violence.

                  Vous croyez nous redonner l’espoir ? « Peu chère », vous rêvez !



                  • Attila Attila 12 janvier 11:50

                    @Self con troll
                    « Le thuriféraire est le servant d’autel chargé du maniement de l’encensoir lors de la messe »
                    J’avais déjà donné la définition là.

                    .


                  • baldis30 12 janvier 13:38

                    @Attila
                    bonsoir,
                     à propos d’encensoir ... dédicaçons deux autres vers :
                    « Et donneur de séné par désir de rhubarbe,
                     Avoir toujours son encensoir dans quelque barbe
                     »


                  • Jason Jason 12 janvier 13:55

                    @Attila

                    Qui dispense des odeurs entêtantes mais très prisées.


                  • Jason Jason 12 janvier 13:58

                    @baldis30

                    Ah, vous m’avez dérobé ma foudre ! J’allais justement mettre ce passage.

                    Il faudra bien remettre la purge au goût du jour et peut-être aussi nettoyer les latrines.


                  • amiaplacidus amiaplacidus 12 janvier 15:57

                    @baldis30

                    Macron a quelque chose en commun avec le séné : tous les deux nous font ch...


                  • ledo 13 janvier 09:58

                    @cevennevive
                    Pour avoir un espoir , il faut avoir un avenir et le tiens est très court !!!


                  • ledo 13 janvier 19:02

                    @Self con troll
                    D’abord , bonne année et je te souhaite la santé , y a que çà qui compte , ensuite , t’as rien compris , je me fous de la politique comme de mon premier slip . C’est les cons qui ont des convictions , un peu comme les culs bénis . On vit dans un monde violent pour l’être humain , et la seule parade contre cette violence , c’est l’adaptation , pour survivre il faut en vouloir , être impitoyable et égoïste , pour que ton clan survive . Moi je suis fils de maçon italien , tu vois chez nous çà brillait pas beaucoup , l’école j’ai du quitter pour gagner ma croute à 16 ans . Et chez nous les Ritals on a un sens de la famille clanique , on vit entre nous et le patriarche et la Mama sont sacrés , et on vit entre nous , tous les autres , tous ce qui n’est pas la famille on s’en tape . Et je me suis juré de n’être dépendant de personne et j’y suis arrivé , parce que quand j’étais jeune tous les connards de Bobos bien pensants me méprisait , parce que je n’étais rien comme disait Macron et que j’étais un Rital pour eux . C’est la vie qui te rend tel que tu es , et vu que personne ne m’a jamais tendu la main , je vois pas pourquoi je devrais m’inquiéter des autres.


                  • ledo 13 janvier 20:00

                    @Self con troll

                    Ouais , quand Amstrong est arrivé sur la Lune il a trouvé un Rital en train de faire des Spaghettis. Quant aux pseudos c’est facile , avox ne comptabilise pas les virés , matériel informatique obsolète ou ne voulant se priver de clics pour leurs revenus , je sais pas , sinon tu passes par un VPN imparable , mais tu le sais mieux que moi . Et des comptes Mails tu peux en créer à l’infini. Il t’as pas échappé que la fréquentation de ce site baisse , les jeunes n’adhèrent pas .


                  • Armelle Armelle 14 janvier 10:56

                    @ledo
                    Remarque, quand on voit le niveau de connerie de tes commentaires, on comprend que les jeunes se sauvent en courant...T’es bête à bouffer du foin mon pôv gars, et mytho en plus...
                    Et puis secoue toi, tu as les chiottes de ton patron à récurer, tu sais, les chiottes de la villa de la côte d’azur avec piscine !!!


                  • ledo 14 janvier 11:05

                    @Armelle
                    VAS Y Armelle défoules toi , tu m’en touche une , pour faire trembler l’autre . Dis moi et ton entreprise de couches mémères fictives se porte bien !!! Toi tu dois bosser dans une administration quelconque et tu viens sur Avox pendant tes heures de boulot , pôve fille va . Mais t’inquiètes le SMIC va augmenter de 1,3% !!!


                  • Armelle Armelle 14 janvier 13:13

                    @ledo
                    Bah oui mon gros mais tu ne sais plus ce que tu dis !!! Alors entreprise ou fonctionnaire ?
                    Ce doit être un sacré foutoir dans ton caberlot, ta mère a dû te bercer trop près du mur et tes deux neurones qui ont survécu se battent duel...
                    Quelle misère mon gros


                  • Armelle Armelle 14 janvier 16:50

                    @Self con troll
                    Cataloguer les gens comme il le fait sur de simple propos dont la plupart du temps il ne comprend pas le contenu tant il est ignare me fait juste marrer. Bebert, Ledo ou tartempion est une chiure comme il y en a plein ici et qui, tant sa vie est vide et sans intérêt, qu’Agoravox lui sert de podium pour avoir le sentiment de briller et se donner une importance qu’il n’a décidément pas !!!
                    C’est un pauvre bougre, l’idiot du village, une teigne, aussi bête que méchant et on sait ô combien il est méchant
                    Dans un autre langage on appelle ça un con

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès