• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Kosovo pourrait sauver la présidence de Donald Trump

Le Kosovo pourrait sauver la présidence de Donald Trump

Le président américain et républicain Donald Trump a beaucoup promis lors de la campagne pré-électorale avant les élections présidentielles de 2016. On attendait de lui un virage radical en matière de politique étrangère américaine.

Pourtant, après avoir vaincu son adversaire, l'ancien président américain, Bill Clinton, et sa femme, Hillary, les choses se sont détériorées aux États-Unis.

Immédiatement après son arrivée au pouvoir, et malgré les promesses de sa campagne électorale, Donald Trump a maintenu les sanctions contre la Russie imposées par l'administration de son prédécesseur, Barack Obama. Il a également perturbé les relations avec le Mexique dès les premiers jours de son mandat, en commençant par construire un mur à la frontière, prétendument pour empêcher le passage des migrants illégaux. Immédiatement après, il a ordonné une attaque aérienne précipitée contre l'armée syrienne sous prétexte que les forces du président syrien Assad préparaient une attaque chimique. Dans les Balkans, la première initiative de Donald Trump a été de signer un accord sur l'adhésion du Monténégro à l'OTAN, malgré l'attitude extrêmement négative de Trump envers cet État bananier et son régime.

Depuis l'arrivée au pouvoir de Trump, la diplomatie américaine a connu un fiasco complet en Amérique latine et au Moyen-Orient. La campagne négative contre la Chine n'a pas donné de résultats, en Corée du Nord, elle a également échoué à renverser Kim Jong Un du pouvoir, et en Syrie et en Irak, les États-Unis ont connu une débâcle totale. Le président syrien, Bashar el-Assad, rétablit lentement le contrôle de l'ensemble de son territoire, et la plupart des forces américaines se sont retirées de Syrie.

À la toute fin de son mandat, Donald Trump a été confronté au plus gros problème au niveau national, à savoir la pandémie du coronavirus, que Trump a tenté de nier sans succès. La pandémie fait toujours des dizaines de milliers de victimes et le nombre de citoyens américains qui ont perdu leur emploi est estimé à des centaines de milliers. Ainsi, les États-Unis et le régime ont montré une incapacité à traiter ce problème aussi.

Face à ce bilan à la veille des élections, Trump a commencé à s'intéresser à ce que ses prédécesseurs avaient construit et dirigé avant lui, à savoir le Kosovo.

Le président américain a nommé un envoyé spécial pour le Kosovo, Richard Grenel. L'Union européenne a aussi nommé son représentant, Miroslav Lajcak, malgré le fait qu'il soit extrêmement anti-serbe et que la Serbie n'ai aucune estime de lui (chef de la mission de surveillance au Monténégro, qui a reconnu le référendum controversé d'indépendance en 2006, ainsi que le Haut Représentant en Bosnie-Herzégovine où il est également apparu comme un allié de la Fédération de Bosnie-Herzégovine contre la Serbie). La simple nomination du Grenel est une indication suffisamment claire qui confirme qu'il n'y a plus de coordination entre l'UE et les États-Unis.

Après la nomination de Grenel, le président des États-Unis, Donald Trump, a invité le président de la Serbie, Alexandre Vucic, et le prétendu président du Kosovo, Hashim Thaci, en pourparlers à Washington pour présenter sa « solution » au problème du Kosovo. La réunion était prévue pour le 27 juin 2020. A cette occasion, Trump a annoncé qu'il avait une solution, mais n'a pas dit laquelle. En fait, il a parlé de « deux États » , poursuivant de fait la continuité de ses prédécesseurs et reconnaissant cette semi-création qui, selon la Constitution de la République de Serbie et la Résolution 1244, ainsi que toutes les normes juridiques internationales, fait partie de la République de Serbie.

Il est important de rappeler que Trump a lancé cette question à un moment où la Serbie, comme de nombreux autres pays, a réussi à lutter contre la première vague de coronavirus grâce entre autre à l'aide de la Russie et de la Chine.

Immédiatement après l'appel, le journal américain "Wall Street Journal" a déclaré que le président américain veut résoudre le problème du Kosovo avant les élections américaines afin d'améliorer sa crédibilité en politique étrangère.

"Malgré la situation aux États-Unis et la propagation du virus corona, Trump espère obtenir un accord de paix formel et durable dans la région qui a été un foyer de forces rivales, afin d'améliorer la crédibilité de sa politique étrangère. Mais la nouvelle ouverture des pourparlers entre le Kosovo et la Serbie voisine, suscite déjà la polémique en Europe, où les diplomates estiment que l'Union européenne pourrait se retrouver en difficulté" , lit-on dans le texte.

Les experts ont alors pensé que résoudre le problème du Kosovo avant les élections américaines signifierait beaucoup pour Trump, car les pourparlers avec la Corée du Nord et les pressions sur l'Iran ont jusqu'à présent donné que des résultats pour le moins limités.

Un résultat positif élargirait l'influence des États-Unis dans les Balkans, où la Chine et la Russie se font une concurrence agressive, en particulier depuis le début de la pandémie, toujours selon le journal.

Un éminent diplomate serbe et ancien ministre des Affaires étrangères de la République fédérale de Yougoslavie, Vladislav Jovanovic, a exprimé une opinion similaire, exprimant la crainte que la Serbie ne soit obligée de reconnaître le Kosovo et d'abandonner la résolution 1244. Il estime que le dialogue vise à augmenter la cote de Trump avant les élections américaines.

« Dans la campagne pré-électorale, Trump a besoin que le public américain montre un certain succès en politique étrangère, et il est calculé que le Kosovo, en tant que problème relativement mineur, pourrait être une sorte de trophée. C'est pourquoi il fera preuve d'impatience et augmentera la pression pour répondre à ces intentions » , a déclaré Jovanovic.

Le diplomate avance que la Serbie ne devrait pas se mettre dans une position défensive en raison des grandes attentes des États-Unis, mais qu'elle doit au contraire élargir le champ de la conversation.

Jovanovic précise que nous devons nous rappeler de la résolution 1244, qui n'a pas été appliquée dans les parties qui concernent les intérêts de la Serbie et des Serbes, principalement les expulsés ainsi que leur retour.

Selon lui, nous devrions utiliser des lois que Trump ne connaît peut-être pas et qui placeraient Washington dans une situation où il ne pourrait plus être agressif.

"Nous devons rappeler à Trump, qui ne le sait peut-être pas, et au monde entier, que Washington a exigé que le nouveau gouvernement de la RFY demande immédiatement l'admission à l'ONU, ainsi qu'à toutes les républiques situées à l'intérieur des frontières d'Avnojevski, un an et demi après la fin de l'agression et l'adoption de la résolution 1244" , a déclaré Jovanovic.

Le président de la Serbie, Alexandre Vucic, a ensuite confirmé sa présence à la réunion de Washington, suivi du génocidaire Hashim Thaci. Cependant, juste avant la réunion, Hashim Thaci a été convoqué par le Bureau du procureur spécial pour les crimes de guerre de l'ALK à La Haye pour être interrogé sur ses faits contre les Serbes en 1998 et 1999. Les représentants des Albanais du Kosovo ont annoncé qu'ils ne participeraient pas à la réunion, et le représentant américain Grenel a seulement annoncé qu'il "comprenait leur décision" et que la réunion était reportée. La partie serbe a déclaré qu'elle n'avait reçu aucune lettre ou annonce officielle annulant la réunion.

Malgré le coronavirus, qui continue de créer des problèmes sur toute la planète, on constate que la politique étrangère américaine s'effondre dans tous les domaines. Il n'est alors pas impossible de comprendre pourquoi Trump a mentionné la résolution du problème du Kosovo exclusivement comme un atout pour la campagne électorale sans aucune intention de résoudre ce problème.


Moyenne des avis sur cet article :  3.73/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • binary 20 août 21:10

    C est loin la Serbie personne n y comprend rien. Faudra reposter cet article dans quelques temps en remplaçant le nom, Kosovo par Neuf-Trois, là tout de suite ce sera plus clair pour le français moyen.


    • V_Parlier V_Parlier 21 août 00:27

      @binary
      Kosovo et 9-3, pas si différents en fait... Il suffit de dire que c’est un 9-3 loin à l’Est créé par les USA et l’Europe et tout le monde comprendra. Mais de là à ce que ça ait un effet positif ou négatif sur les voix des élécteurs américains, alors là... Je pense qu’ils s’en contrefoutent totalement.


    • binary 21 août 11:28

      @V_Parlier
      L erreur commune est de regarder les évènements comme de « points » d histoire. Ce qui c est passé au Kosovo, et ailleurs, est la suite de « faits » que l on ne veut pas voir, car sans importance.
      Il est remarquable de constater que ceux la même qui prétendent connaitre les causes de ce dont on ne sait rien, sont incapables de voir celles qu’ils ont sous les yeux.


    • filo... 20 août 22:54

      Trump est un faible avec une grande gueule !

      Par dessus de tout sans aucune notion de géopolitique.

      Alors il s’essaie avec Poker menteur ou les américains sont imbattables. Le mensonge est inné chez eux. 


      • titi 21 août 18:36

        Trump est milliardaire, à la tête de la première puissance mondiale, marié à un top model.... mais c’est un con...

        Heureusement pour nous.


        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 21 août 18:40

          @titi

          Trump est milliardaire, à la tête de la première puissance mondiale, marié à un top model.... mais c’est un con...

          Con ? Drôle d’idée. Je trouve au contraire que c’est un strtège remarquable, et il va être réélu dans un fauteuil.


        • The White Rabbit The White Rabbit 21 août 23:59

          Ben vu que vous croyez que l’homme n’a jamais marché sur la lune, que l’épidémie de covid est un complot mondial, ca m’étonne pas que vous le trouviez « stratège remarquable » smiley

          Donc il perdra les élections.

          ps : pouvez-vous me donner l’ordre du prochain quinté, en jouant l’inverse je pense avoir une chance de gagner smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité