• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le lent abandon des missions régaliennes de l’État

Le lent abandon des missions régaliennes de l’État

Depuis presque 30 ans, les privatisations ont fait passer dans le secteur privé toutes une série d’activités relevant de secteurs et d’entreprises publics. Le caractère public de ces entreprises était sans aucun doute lié à la nécessaire reconstruction du pays dans l’après guerre et l’on peut effectivement se demander si la construction de voitures revêtait une importance telle qu’il était nécessaire de la conserver dans le secteur public.
 

Un certain nombre des privatisations qui ont eu lieu depuis 30 ans ne me choquent donc pas. Les exceptions restent cependant celles qui relèvent de secteurs stratégiques pour l’Etat et donc pour les citoyens, particulièrement dans les domaines de l’énergie et de l’aménagement du territoire, donc des transports. Certaines de ces privatisations ont conduit à des situations ubuesques, bien éloignées de la vision idyllique de la pensée unique qui propose, pour simplifier, que le secteur privé serait moins coûteux, et surtout bien plus efficace que le secteur public. J’ai eu l’occasion d’expliquer en quoi cette affirmation du credo libéral est erronée, en tout cas non généralisable, au travers d’exemples tels que La Poste, les autoroutes, et prochainement les transports publics... On pourrait rajouter l’ex-EDF, ancien établissement public devenue société anonyme, qui, de par la loi NOME voulue par l’Union Européenne, doit brader 25% de sa production nucléaire à ses concurrents, à un prix quasi inchangé depuis plus de 10 ans. On pourrait aussi parler du projet de privatisation des barrages hydroélectriques, construits avec l’argent public, pour le seul bénéfice d’actionnaires privés. On retrouve là le célèbre principe de « mutualisation des dettes et des coûts et privatisation des bénéfices ». Sachant que le paramètre dominant deviendrait alors le profit, on peut s’inquiéter des coupes claires qui pourraient intervenir dans l’entretien de ces structures... Sans compter les entreprises publiques privatisées, puis vendues à la découpe. Ceci a entraîné la perte de savoir-faire sensibles au seul profit d’entreprises étrangères. Je pense là à Alcatel, devenu Alcatel Lucent, ou à Alsthom par exemple. Rappelons dans ce dernier cas, que le parquet national financier s'est saisi du dossier. Ce dernier, suite aux travaux d’une commission parlementaire d’enquête, soupçonne l’existence d’un « pacte de corruption » qui aurait pu bénéficier à M. Emmanuel Macron, alors ministre de l’économie au moment de la signature de la vente. En effet, il apparaît que « des prestataires qui ont été rémunérés grâce à la vente d’Alsthom Power figuraient parmi les donateurs de la campagne d’Emmanuel Macron » (1).

Ce qui m’inquiète aujourd’hui, c’est qu'abandonnant des secteurs entiers stratégiques en termes de savoir-faire, d’emploi, d’industrie et de technologie de pointe, l’Etat commence également à abandonner ses missions régaliennes. L’exemple le plus frappant est sans doute la baisse drastique du nombre de policiers sous le quinquennat de M. Nicolas Sarkozy. La conséquence de cela est que dans les villes qui en ont les moyens, et dont les édiles veulent satisfaire un électorat dont l’inquiétude est possiblement à dessein stimulée par des discours anxiogènes de politiques ou de médias, se développent des polices municipales. Je pourrais aussi ajouter, dans le domaine de la sécurité, celle des aéroports, qui échappent totalement aux services de polices ou de gendarmerie, étant assurée par des entreprises privées. Cette implication des entreprises de sécurité privées, véritable brèche dans un domaine régalien, n’est pas propre à la France mais peut être constaté partout en Europe et dans le monde. Ainsi, «  le secteur privé de la sécurité représenterait en Europe quelque 1,7 million de personnes, 50 000 entreprises et un chiffre d’affaires de 15 milliards d’euros ; l’Union européenne compterait 237 agents privés (contre 360 policiers) pour 100 000 habitants  » (2). Or, cet abandon des missions régaliennes concerne des secteurs ultra-sensibles pour la sécurité nationale. Ainsi, la vérification des dossiers de demande de visa de ressortissants étrangers pour le compte des consulats de France est assurée, dans certaines pays, non pas par les services consulaires mais par des entreprises privées, comme l’est d’ailleurs la sécurité rapprochée de ces mêmes consultas et des ambassades...

Ne nous leurrons pas. Tout cela résulte d’une conjonction de deux volontés. La première est politique - je l’ai évoquée plus tôt - directement issue d’une vision libérale de la société et de l’économie. Dans ce cadre, l’État occupe encore une place trop importante eu égard à son inefficacité supposée. L’autre vision est économique. Tout cela coûterait trop cher. Derrière ce volet économique se cache entre autres la cour des comptes, qui depuis des lustres exhorte l'Etat à abandonner des missions régaliennes au motif que d’autres collectivités territoriales les exercerait (3). C'est donc le serpent qui se mord la queue et c'est surtout bien loin d’être vrai ! Ainsi, dans le domaine de la pénitentiaire, cette même cour des comptes écrivant dans un rapport de 2006 intitulé « Garde et réinsertion - La gestion des prisons » que «  L’administration pénitentiaire a ainsi été l’un des premiers services de l’État à s’être engagé sur une grande échelle dans une démarche de partenariat avec le secteur privé. […] L’idée de faire gérer les établissements pénitentiaires par des opérateurs privés a semblé intéressante en ce qu’elle était l’occasion de moderniser les procédures et les méthodes de l’administration qui auraient ainsi évolué pour passer du « faire » au « faire fair »  ». On ne saurait être plus clair !

Plus grave encore, cet abandon commence aussi à concerner la défense nationale. Dès 2000, Un « Guide de l’externalisation » (délicat euphémisme) a été publié par le ministère de la Défense, qui précise qu’elle (l'externalisation) « consiste à transférer […] hors de l’administration concernée nombre d’activités ou de fonctions jugées autrefois indispensables au sein même de cette dernière » (4). Dans certains pays, l’entrainement des pilotes de chasse, le repliage des parachutes, le « catering » (la logistique nourriture) sont transférés à des entreprises privées. Et aux USA, on se rappelle lors de la guerre d’Irak l’intervention de ce qu’il faut appeler des mercenaires aux ordres de l’entreprise privée « Blackwater », avec un ratio soldat gouvernemental/mercenaire de 1 pour 1,12. Revenant en France, en 2002, cette privatisation de fait de pans entiers de l’activité militaire devenait déjà un phénomène massif : « si l’on exclut les rémunérations et les dépenses pour charges sociales, les crédits d’externalisation représentaient [à cette date] 16,8% du budget annuel de fonctionnement de l’armée » (4). Là où l'on nage en plein délire, c'est lorsque l'on compare les coûts. Selon un rapport récent du ministère de la défense, intitulé observatoire de l'Armée de Terre 2035 : « Le bénéfice enregistré du fait de l’emploi de contractors [terme de "novlangue" utilisé pour parler d'intervenants extérieurs] reste relatif. Un fonctionnaire, en théorie coûte 25% moins cher pour le gouvernement qu’un contractor. L’avantage du contractor réside dans le non-paiement des retraites. [Cependant] les contractors représentent 50% du coût, alors qu’ils ne constituent que 30% des effectifs  ». Comment donc ne pas y voir un choix entièrement idéologique !

Devant cette fuite en avant de l’État, que j'assimile quelque part à une trahison, et qui obéit à la double injonction que je décris ci-dessous, il reste peu de moyens d’actions. De courageux maires de Seine-Saint-Denis viennent de déposer plainte contre l’Etat pour « rupture d’égalité » (5). Et il est à craindre aussi que l’exaspération gagne la population. Le déclassement lié à l’abandon de ces missions régaliennes, la disparition de services publics de certaines zones est ainsi, à mon sens, une des causes du malaise personnalisé par les gilets jaunes. Or à ce jour rien n’est réglé. Ceci fait que je pense possible le retour d’une situation encore plus explosive en France, dès que le couvercle des restrictions sanitaires aura été retiré de la marmite...


Références :

1. Claudia Cohen. Pourquoi la vente controversée d’Alstom à General Electric fait à nouveau parler d’elle ? Le Figaro Economie. Juillet 2019.
Consultable en ligne :
https://www.lefigaro.fr/societes/pourquoi-la-vente-controversee-d-alstom-a-general-electric-fait-a-nouveau-parler-d-elle-20190724
 

2. Jacques Chevallier. La police est-elle encore une activité régalienne ? Archives de politique criminelle 2011/1 (n° 33), pp. 13-27. Cairn-Info.
Consultable en ligne :
https://www.cairn.info/revue-archives-de-politique-criminelle-2011-1-page-13.htm

3. Matthieu Quiret. La Cour des comptes exhorte l'Etat à abandonner certaines missions en région. Les Echos. Décembre 2017
Consultable en ligne :
https://www.lesechos.fr/2017/12/la-cour-des-comptes-exhorte-letat-a-abandonner-certaines-missions-en-region-189032

4. Frédéric Rouvillois. L’externalisation ou comment recentrer l’État sur ses compétences essentielles. Fondapol. Avril 2008.
Consultable en ligne :
https://www.fondapol.org/app/uploads/2020/05/HS_Externalisation-1.pdf

5. Aurélien Soucheyre. Inégalités. Des maires portent plainte contre l’État. L’Humanité. Décembre 2018.


Crédit illustration :

 

Le mauvais procès fait aux fonctionnaires déconstruit en 6 points
Alternatives économiques. Avril 2017.


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 22 juin 14:50

    Les français n’ont pas l’air de vouloir remettre en cause le Soviet suprême de l’UE, partant de là...


    • amiaplacidus amiaplacidus 22 juin 16:52

      @Clocel

      Je pense que le terme soviet ne convient pas, ce terme fait référence aux conseils ouvrier, et les soviets sont dangereux pour l’oligarchie, par exemple, Staline, qui voulait un pouvoir personnel total, les a supprimés.

      Le terme qui conviendrait serait plutôt « conseil d’administration de l’UE ». Ledit conseil étant aux ordres des actionnaires.


    • Clocel Clocel 22 juin 17:02

      @amiaplacidus

      C’est vrai...

      Mais on sait tous ce qu’ils sont devenus les fameux soviets, une avant-garde éclairée puis la fameuse nomenklatura...

      UE doit en être au stade de la nomenklatura, tout en sachant qu’elle est avant tout le laboratoire du mondialisme, ce n’est pas à proprement parler une aventure faite pour durer en l’état, c’est un tremplin.


    • Captain Marlo Captain Marlo 23 juin 13:39

      @Clocel
      UE doit en être au stade de la nomenklatura,

      Bien sûr, puisqu’aucun des Mamamouchis qui décident de notre sort, n’est élu ! Les dirigeants de la BCE ne sont pas élus, mais nommés par les Gouvernements. Pareil pour les Commissaires européens, élus par personne !

      L’UE est un système très bien pensé par l’oligarchie : ceux qui sont élus, des Maires aux Députés européens, ne décident de rien. Dans le meilleur des cas, on les consulte, comme le Parlement européen ou les Chefs d’états.
      Et ceux qui décident ne sont pas élus.

      Cela se passerait en pays communistes ou dans une République bananière, toute la bienpensance hurlerait à la dictature ! Mais là, non, tout est normal.

      Les anormaux sont ceux qui ne veulent plus de ce machin.
      Ils sont traités de fachos, de populistes, de conspirationnistes, toussa, toussa, et possiblement d’antisémites !! On vit une époque formidable !


    • HELIOS HELIOS 23 juin 15:33

      @Clocel

      il me semble que « soviet... » est un peu abusif, mais franchement et comme cette pandemie vient de le démontrer, la réalité est que tout ce qui est responsabilité doit etre sous traité uniquement pour que le responsable légitime soit acquitté de sa propre responsabilité.

      Souvenez vous le sang contaminé, un des premier symptome...celui qui ont été puni fut le lampiste et Fabius déclaré « responsable » mais « pas coupable » !!!

      En clair cela veut dire ... « je demande de faire », donc je suis responsable, mais comme « l’executant n’execute pas », et que ce n’est pas moi, je ne suis pas coupable.

      Regardez, qui a eu des problèmes avec le numero d’Urgence ces derniers jours ? C’est Orange bien sûr.... vous avez vu un ministre quelconque etre accusé de ne pas s’etre assuré que ce numero de sécurité imperative ne devait ni s’arreter de fonctionner ni tomber en panne ???

      Bienvenue dans le monde des irresponsables, ceux qui vous disent, a tous les détours d’un discours : j’assume !!!..j’assume rien, bien entendu.


    • Fergus Fergus 23 juin 16:08

      Bonjour, HELIOS

      « celui qui a été puni fut le lampiste »

      Vous plaisantez ! Garetta n’avait rien d’un « lampiste » : ce médecin était le patron du CNTS et, pour des raisons bassement financières, il a délibérément caché la vérité de la situation aux ministres en poste en s’appuyant sur sa légitimité scientifique. Les 4 ans ferme dont il écopé ont été dérisoires en regard de son écrasante culpabilité dans cette affaire.

      Et en l’occurrence Fabius, Dufoix et Hervé ont à juste titre été déclarés « responsables mais pas coupables ».


    • HELIOS HELIOS 23 juin 19:23

      @Fergus
      et... L Fabius, G Dufoix et E Hervé, attablés devant un pastis, l’été a Arcachon par exemple en rigolent encore : payés pour etre responsables et pas coupables !


    • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 24 juin 00:26

      @amiaplacidus

      « Staline, qui voulait un pouvoir personnel total, les a supprimés. »

      Et pourquoi voulait il un pouvoir personnel total ?
      Il n’ a encore jamais été prouvé que sans cette « volonté personnelle » il eut été possible de construire le socialisme en URSS devant le fascisme des ordures européennes sous couvert de « démocraties » et de la colonisation sanglante.

      Tous ceux qui s’opposèrent à Staline, voulaient empêcher la construction d’un nouveau monde ou leurs petits pouvoirs personnels égo étrique. Ils échouèrent et Stallne gagna. 

       
      Si Staline a entrepris un pouvoir personnel C’EST AVEC JUSTE RAISON !!!
      Les peuples qui veulent la PAIX en bénéficiaire et des centaines de millions de vies furent sauvées.

      Toutes les ordures du monde le reconnaissent, puisqu’à ce jour ils n’ont toujours pas démontré le contraire


    • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 22 juin 15:24

      « De courageux maires de Seine-Saint-Denis viennent de déposer plainte contre l’Etat pour « rupture d’égalité » »


      Houla !

      Faut vraiment être courageux !

      Ils ont pris un gros risque.

      En plus, comme la justice est totalement indépendante, on ne peut pas douter de l’issue favorable du procès.

      Au pays des libertariens, au moins, les juges sont élus, pas nommés, comme ça on ne peut pas craindre une pression de l’état sur eux, seulement une pression de ceux qui ont financé leurs campagnes...

      On peut attendre de la justice à peu près autant que des urnes, dans cette histoire.


      • Le421... Résistant Le421... Résistant 22 juin 18:17

        @Séraphin Lampion
        Tss tss tss !!
        Allons, allons, mon bon !!
        Vous savez bien que la justice est un repère de gauchistes et de juges « rouges »...
        Il suffit de parcourir les âneries de « facholand », alias « les réseaux sociaux » pour s’en convaincre !!
        Donc, il ne fait aucun doute que ça va chauffer pour « l’État ».
        Sans déconner...
        Ils s’en branlent complètement. Maintenant, c’est open bar pour la matraque et les injustices. Et tant qu’un proche n’est pas touché, ces abrutis de français applaudissent...


      • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 22 juin 18:47

        @Le421... Résistant
        Toujours aussi balourd (comme dit juju du 30) hein 421 
         smiley


      • JulietFox 24 juin 09:05

        @Le421... Résistant
        Repaire fut plus approprié.
        Mais pour apporter de l’eau à votre moulin. savez vous que, la formation de nos pilotes de chasse et autres NOSA, va être confiée à une société privée Babcock In dustrie, qui gère déjà les P 21 de Cognac.
        https://www.air-cosmos.com/article/babcock-et-pilatus-remportent-le-programme-fomedec-5705

        https://www.babcockinternational.com/fr/ce-que-nous-faisons/aviation/defense/formation-au-pilotage-pour-larmee/


      • Attila Attila 22 juin 18:06

        Les plus anciens s’en souviennent, il y a eu aussi, autrefois, un service public de distribution du courrier.

        Derrière les problèmes de distribution des tracts électoraux, la privatisation du courrier

        .

        Spartacus est content.

        .


        • titi 23 juin 00:08

          @Attila

          Sauf que ce genre de problème a toujours existé.

          Cette fois ça prend des proportions inédites car certains candidats mettent la faible mobilisation sur le dos des problèmes d’acheminement des professions de foi, alors que le vrai problème c’est la nullité de leur programme.

          C’est quand même symptomatique : la seule réponse apportée à la faible mobilisation, ce sont des demandes de création d’une commission sur l’acheminement des plis....


        • YvesD. 23 juin 12:31

          @titi

          « C’est quand même symptomatique : la seule réponse apportée à la faible mobilisation, ce sont des demandes de création d’une commission sur l’acheminement des plis.... »

          Effectivement...


        • Fergus Fergus 23 juin 13:38

          Bonjour, titi

          Cette polémique sur les professions de foi me fait carrément marrer.

          Certes, les dysfonctionnements constatés sont regrettables au plan de l’éthique démocratique, mais le fait est que la grande majorité des cas les destinataires ne les lisent pas et les mettent immédiatement dans la poubelle du recyclage des papiers.

          L’une de mes voisines m’a d’ailleurs affirmé, en écho à la polémique, qu’elle ne les avait pas reçues, ce qui a bien fait rire son mari qui lui a fait remarquer qu’elle avait elle-même jeté l’enveloppe dans la poubelle jaune sans même l’ouvrir ! smiley


        • troletbuse troletbuse 23 juin 14:09

          @Fergus
          Vous avez donc fait un sondage éclair fergusien à Dinan et vous nous donnez les résultats
          Fergus, vous avez vraiment le don pour inventer des histoires à dormir debout. En général c’est pour ne pas accabler le pouvoir que vous soutenez.
          Ah, ce se serait passé sous Sarko, sur qu’elle n’aurait jamais reçu l’enveloppe.  smiley


        • Attila Attila 23 juin 14:36

          @titi
          « la seule réponse apportée à la faible mobilisation, ce sont des demandes de création d’une commission sur l’acheminement des plis.... »
          Comme d’habitude, vous transformez la réalité à votre guise.
          La faible mobilisation, qui est un vrai problème, a révélé un autre vrai problème : le fiasco de la distribution des professions de foi.
          La nullité des offres politiques est le plus important des problèmes, je suis d’accord.

          .


        • Fergus Fergus 23 juin 14:44

          Bonjour, troletbuse

          Je n’ai pas fait de « sondage éclair » ni « inventé d’histoires à dormir debout ». Je relate ce que l’on sait par des études antérieures sur le sujet et une anecdote véridique dans mon voisinage.

          Et je ne me souviens pas qu’il y ait eu de polémique du même type durant le mandat de Sarkozy. La délégation signée par Darmanin a été défaillante c’est une évidence !


        • OJBA 23 juin 16:05

          @Fergus
          « Cette polémique sur les professions de foi me fait carrément marrer ». Moi aussi ! On est toujours sur la même partition du « c’est pas moi, c’est l’autre », recherche de bouc émissaire, culpabilisation (des autres évidemment). Moi, je suis parfait !


        • titi 23 juin 23:07

          @Attila
          « le fiasco de la distribution des professions de foi. »
          Bah je sais pas chez vous, mais chez moi les « professions de foi » n’en étaient pas vraiment.
          Il y’avait la trombine des candidats (avec des photos tellement photoshopées qu’on en reconnaissait personne), leur CV, très rarement le parti d’appartenance, mais pas l’ombre d’un programme.

          Des slogans creux oui. Mais des programmes pas du tout.
          Ca ressemblait plus à une pub Lidl qu’à du « matériel politique »
          Beaucoup d’arbres coupés pour pas grand chose.


        • gnozd gnozd 24 juin 07:34

          @YvesD.

          "C’est quand même symptomatique : la seule réponse apportée à la faible mobilisation, ce sont des demandes de création d’une commission sur l’acheminement des plis....

          "

          Pas que : ils pensent aussi que le vote électronique va inciter les gens à voter ! Personne ne parle de programme...puisqu’il n’y en a pas !!!


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 24 juin 08:37

          @gnozd
           
          ’’ils pensent aussi que le vote électronique va inciter les gens à voter !’’
           
          Le jour où il y aura des machines à veauter dans mon bureau de vote je cesserai à tout jamais de voter.


        • titi 24 juin 12:10

          @gnozd

          « Pas que : ils pensent aussi que le vote électronique va inciter les gens à voter ! Personne ne parle de programme...puisqu’il n’y en a pas !!! »

          Peut être que la facilité du vote compensera le vide des programmes...


        • chantecler chantecler 25 juin 08:46

          @titi
          Et puis on va introduire un passe vote ...
          Qui donnera droit à une médaille ou à la visite gratuite de 3 musées au choix , ou... ?
          Puis une prime de 100 € pour tout bon français faisant son devoir civique ....
          Car avec du pognon chacun sait que l’on fait des miracles , surtout en période de disette .


        • nemesis 26 juin 07:20

          @Attila

          La Poste c’est devenu un vrai bordel, il n’y a qu’à jeter un coup d’oeil en coulisses. J’ai déjà écrit 2 fois à la DG pour un courrier AR dont je n’ai aucune nouvelle.
          La première fois, j’ai reçu un appel téléphonique d’une nana qui m’a raconté n’importe quoi...
          Apparemment, la Poste ne prend plus le risque de répondre par écrit...
          Il y a 30 ans c’était les catalogues « La Redoute, 3 Suisses » et les colis qui disparaissaient pendant le mois de décembre, aujourd’hui, c’est la débandade générale.
          Mondialisation + grand remplacement + bac à 100% == souk !


        • zygzornifle zygzornifle 23 juin 07:55

          Le service publique est devenu tellement restreint que l’on croirait un service pudique ...


          • YvesD. 23 juin 12:33

            @zygzornifle

            Ce serait amusant si ce n’était vrai...


          • Captain Marlo Captain Marlo 23 juin 13:26

            @YvesD.
            Bonjour, merci pour ce constat ! Ce sont les charmes de moins en moins discrets de notre appartenance à l’Union européenne... Prenons le problème au début, la dette. Vendre les bijoux de famille et imposer des économies budgétaires aux services publics, sont liés à la dette.

            Ensuite, la vente à l’encan des entreprises & du patrimoine est liée à la libre circulation des capitaux, l’un des 4 piliers des Traités européens, avec la libre circulation des marchandises, des hommes & des services. Avant Maastricht, les mouvements de capitaux étaient régulés, en fonction des intérêts stratégiques du pays.

            La dette : de 1801 au Traité de Maastricht, l’Etat empruntait au taux 0% à la Banque de France. L’article 104 du Traité de Maastricht, devenu l’article 123 du TFUE, impose aux Etats d’emprunter au marché (aux banques) avec des intérêts. Nous remboursons 40 ou 50 milliards d’euros chaque année sur les intérêts de la dette. Sans l’UE, la dette serait un non sujet de discussion.

            En 1997, la France a signé le Pacte de stabilité de la zone euro, qui impose une dette inférieures à 3% du PIB. Sinon ?
            Sinon, soit on paye une amende salée (0,2% du PIB, soit 4 milliards d’euros) .
            Soit on vend les barrages, les aéroports etc. Mais c’est one shot.
            Et Bruxelles impose des économies budgétaires. (Voir page 160, annexe 4)
            .
            Vu que « l’Europe de la prospérité » ne concerne vraiment que l’Allemagne, plus l’économie française va mal, moins il rentre de sous dans les caisses de Bercy...On fait donc « rouler la dette », on emprunte pour survivre.

            PS : Pour des raisons historiques, liées à crise des années 20, l’Allemagne est vent debout depuis des années contre la politique monétaire de la BCE, contre la planche à billets et contre l’endettement des pays du Club Méd !
            Pour faire court, la masse monétaire incontrôlée fait chuter la valeur du mark, l’obsession des Allemands, et pas seulement de leurs gouvernements !
            Contre l’endettement, le plus grand banquier allemand vient de remettre les pendules à l’heure, ça risque de faire très mal...


          • YvesD. 23 juin 16:11

            @Captain Marlo
            Assez d’accord avec vous. Je rajoute ce constat : cette union européenne, en tous cas sur ce modèle économico-politique là, les Français n’en voulaient pas. Il ont voté contre ! On leur a imposé par un vote du Parlement !
            Et on demande ensuite aux mêmes Français de venir voter... Chercher l’erreur !


          • Captain Marlo Captain Marlo 23 juin 19:22

            @YvesD.
            On leur a imposé par un vote du Parlement !
            Et on demande ensuite aux mêmes Français de venir voter... Chercher l’erreur !

            Le Courrier des Stratèges :« Les 5 raisons de l’abstention ». Je ne suis forcément d’accord avec toute l’analyse, mais elle est intéressante. Les Français se rendent compte qu’ils peuvent changer de couleur de canasson, ils ont toujours la même politique, et en pire !

            1. L’échec du redécoupage des régions par François Hollande 

            2. Le pitoyable fiasco de la sous-traitance de l’envoi des professions de foi

            3. Depuis le début de la crise du COVID-19, Emmanuel Macron et la classe politique française jouent avec le calendrier des élections. 

            4. L’effet délétère du non-respect du référendum de 2005 apparaît clairement avec le temps

            5. L’erreur stratégique de Marine Le Pen.

          • HELIOS HELIOS 24 juin 13:12

            @Captain Marlo

            Je rajouterai un autre élément a cette liste..

            Malgré les conseils de tous les media : « allez voter... » cela me rappelle une image de mai 68 que peu d’entre vous ont surement vecu, dans une bande dessinée de type Bretecher, c’etait un grand NON, sur la moitié de la page, qui etait dessiné avec petits oui.
            La presse et les media pourrissent quasiment tout car ils ont perdu l’esprit de liberté, de respect et de diversité d’opinion qui devraient aller de fait.

            Les dogmatiques ont pris le pouvoir, il est impossible d’exprimer des opinions differentes et surtout l’effacement de l’histoire et des racines d’un peuple ce n’est pas que la maniere de s’habiller, de l’accent et des recettes de cuisines, cela a commencé avec l’extention d’une administration dictatoriale et continue aujourd’hui avec l’illusion de valeurs republicaine qui ne sont que des auto-censures et l’abandon de l’école a tous les vents.

            Aller voter, pour quoi faire, pensez vous que cela changera l’obligation d’avoir des tuiles rondes en Provence pour obtenir son permis de construire ? pourtant pendant 300 ans les tuiles plates dites « de Marseille » ont été utilisées.... 

            Voter ne sert pas parce que l’elu n’est pas, comme le demande la constitution, l’elu de tous les français, mais seulement celui de sa secte.


          • rogal 23 juin 12:57

            « (...) il reste peu de moyens d’action (...) »
            Sans doute, si l’on accepte les règles du jeu.
            Le problème posé est celui du cadre politico-économique, tout favorable au régime ploutocratique actuellement. L’U.E. n’en est qu’une pièce, certes majeure. Pas d’autre voie qu’une volonté nationale de tenir la bride haute aux puissances d’argent.


            • Captain Marlo Captain Marlo 23 juin 13:28

              @rogal
              Pas d’autre voie qu’une volonté nationale de tenir la bride haute aux puissances d’argent.

              Et comment faire sans sortir de l’UE & de l’ euro ?



            • rogal 23 juin 21:10

              @Captain Marlo
              Je ne dis pas qu’il n’est pas nécessaire d’en sortir, mais que ce n’est pas suffisant ; et que le tout relève d’une volonté nationale forte, une volonté de la nation, du peuple si vous préférez.


            • nemesis 26 juin 07:25

              @Captain Marlo

              Pour faire sortir la France de l’Euro, c’est facile...
              Que la France ou l’Allemagne tire sur la planche à billets, l’Euro explose.
              A la limite, le Gvt Français pourrait même fabriquer de la fausse vraie-monnaie si la BCE s’oppose.
              Allah guerre comme à la guerre !
              Un peu voir si l’Arme nucléaire qui nous coûte si cher, peut servir à qq chose !


            • Fergus Fergus 23 juin 13:30

              Bonjour, YvesD

              Les privatisations sont en effet une faute stratégique en termes de service au public, les attentes de celui-ci étant subordonnées aux profits des actionnaires, et par conséquent à une politique d’entreprise nettement plus soumise à la rationalisation des coûts  y compris en usant et abusant de la variable « ressources humaines »  qu’au service de la collectivité.

              Faut-il pour autant que l’Etat garde en toutes circonstances la gestion de tous les secteurs du service aux usagers ? Pas forcément tous. Mais à la privatisation de certains d’entre eux il convient dans ce cas de procéder à des délégations de service public encadrées par des cahiers des charges rigoureux et supervisées par des fonctionnaires d’une grande intégrité et ne pouvant être soupçonnés de conflits d’intérêts.


              • Captain Marlo Captain Marlo 23 juin 14:07

                @Fergus
                il convient dans ce cas de procéder à des délégations de service public encadrées par des cahiers des charges rigoureux et supervisées etc

                Ce sont les GOPées qui décident de la politique de Macron. On ne lui demande pas son avis, et encore moins le vôtre ! Quand Macron est arrivé en 2017, il a trouvé sur son bureau, la feuille de route de Bruxelles pour 2016/2017.
                Le point n° 1 concerne le déficit & la dette.

                Traduction de la novlangue européenne en français courant :
                1°) Assurer une correction durable du déficit excessif, en 2017 au plus tard.
                en prenant les mesures structurelles requises
                = > liquider les acquis sociaux , droit du travail, retraites par répartition, baisse des indemnités chômage, baisse des APL, toussa, toussa...

                et en consacrant toutes les recettes exceptionnelles à la réduction du déficit et de la dette => vendre les barrages, aéroports etc . Ces recettes sont « exceptionnelles », car on ne peut pas les vendre plusieurs fois....

                — préciser les réductions de dépenses prévues pour les années à venir et accentuer les efforts pour accroître le montant des économies générées par les revues de dépenses, y compris en ce qui concerne les dépenses des collectivités territoriale, d’ici à la fin de l’année 2016 => économies budgétaires tous azimuts et de haut en bas ! Baisse des dotations aux Collectivités locales, hôpitaux, police, enseignants etc

                renforcer les évaluations indépendantes des politiques publiques afin de recenser des gains d’efficacité dans tous les sous-secteurs des administration publiques => faire des économies d’échelle.


                Vous remarquerez que c’est exactement la politique de Macron. Et si vous voulez les feuilles de route des années suivantes, je reste à votre entière disposition !!


              • L'apostilleur L’apostilleur 23 juin 20:27

                @ l’auteur 

                Qui a travaillé dans (ou avec ) l’administration sait que sa compétitivité est affectée par l’impossibilité de licencier les boulets.

                Ce problème réglé, l’externalisation des activités ne s’imposera plus. Probablement au contraire. 


                • germon germon 24 juin 06:43

                  @L’apostilleur

                  Il ne fallait pas supprimer des fonctionnaires. Il fallait reconsidérer le statut pour pouvoir « VIRER LES BOULETS ».


                • L'apostilleur L’apostilleur 24 juin 11:47

                  @germon
                  Pourquoi ne pas les licencier quand ils sont en surnombre (mille-feuille), incompétents ou dangereux (certains profs ). 


                • Vredes Vredes 23 juin 21:32

                  « Le lent abandon des missions régaliennes de l’État »

                  C’est logique, c’est le but recherché de l’UE et de leurs larbins, la dissolution d’une nation souveraine dans une ploutocratie et le moloch européen et par définition sans démocratie (lapalissade).

                  Il n’y a plus de politiques intérieures nationales

                  https://youtu.be/yBRCZPypyyM

                  75 à 80% des lois nationales viennent de l’UE (VOSTFR)

                  https://youtu.be/c0IqaAhF_YA

                  « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »

                  https://www.les-crises.fr/juncker-il-ne-peut-y-avoir-de-choix-democratique-contre-les-traites-europeens/

                  2005 les français disent non au référendum de 2005 . Sarkozy et Hollande en on eu rien à faire en 2008.

                  Liste de tous les députés et sénateurs qui ont trahi le référendum de 2005 au congrès de 2008. (ctrl+f pour chercher les noms)

                  https://www.ladepeche.fr/article/2008/02/04/431513-traite-lisbonne-decouvrez-comment-ont-vote-depute-senateur.html


                  • chantecler chantecler 25 juin 08:53

                    @Vredes
                    Intéressant votre commentaire .
                    Et le lien de la dépèche concernant la votation du traité de Lisbonne donne quelques informations peu connues ou rarement admises .


                  • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 26 juin 00:03

                    De la branlette de fonctionnaires stéréotypé qui pleurniche sur le « méchant secteur privé » et le super gentil secteur public« .

                    Tellement plus éthique avec sa noblesse statutaire et d’intouchables, ces régimes spéciaux et sa réserve de gauchistes qui détruit la France.

                    Rappelez nous les privilégiés de la gamelle volée au secteur privé comment on calcule votre retraite ?

                    Votre temps de travail ?

                    Vos privilèges ?

                    Le secteur public est une caste a gerber a vomir.

                    Vous devenez une caste a gerber qui en plus chie sur ceux qui les payent.

                    Les résultats régaliens publics ?

                    Education, la risée du monde.

                    Le train, les transports public ? Le pays du retard et de la grève endémique.

                    EDF une caste aux privilèges exorbitants indécente.

                    Explique donc les retraites, les 4 jours de travail, le principe de »coup du chapeau« , l’absentéisme, le temps de travail, les privilège du CE au lieu de raconter de la branlette pour l’entre soi des nantis de la gamelle de l’état.

                    Privatisation ? Il arrive un moment ou les tartuffes qui l’expliquent se rendent compter a quel point c’est con et hypocrite de le dire.

                    Rien ,n’est privatisé ou à la marge de la marge.

                    Bref comment sortir la France du »boulet" des intouchables fonctionnaires gauchistes et tartuffes du réel qui n’investissent dans rien, ne créent rien, jalousent tout et pleurnichent sans cesse.


                    • I.A. 27 juin 16:47

                      @Spartacus Lequidam

                      Les salariés des Services Publics étant les seuls qu’on ne peut menacer de chômage, ils jettent le discrédit sur vos emplois précaires, n’est-ce pas ?

                      « Crevures de fonctionnaires ! Et en plus, ça change d’échelon tous les deux-trois ans ! Et ça rallie les syndicats ! »

                      Ça gêne quelque peu vos rêves d’ultra-flexibilité, on dirait...

                      « Cette saloperie de Fonction Publique, il faut la rectifier, la pourfendre ! Ah, si on pouvait tout sous-traiter, tout soumettre et sous-payer, ça serait tellement le pied ! »

                      Tiens, dommage que personne n’ait songé à sous-traiter votre naissance à des coupe-jarrets, ou pourquoi pas, à la délocaliser dans une contrée dépourvue de système de soins. Idem pour votre éducation, et itou pour votre santé – monsieur.


                    • chantecler chantecler 27 juin 16:50

                      @I.A.
                      De plus en plus maboule le Spartacus !
                      Purée quelle haine !


                    • nemesis 26 juin 07:10

                      Comme dirait Zemmour, l’oligarchie transatlantique complote pour ramener l’économie française à l’État d’éventaire.

                      Après que nos ministres auront fini de vendre les dernières pépites nationales (Airbus, Aérospatiale...) au yankee et au teuton, cet éventaire sera devenu un vrai souk compte tenu du grand remplacement. Les touristes nord-européens n’auront plus besoins d’aller à Hamamet ni à Bou saâda pour faire du chameau.. départ aux Champs de Mars à proximité des bateaux mouches.


                      • nemesis 26 juin 07:12

                        @nemesis
                        Dromadaire ! Les connaisseurs auront rectifié... smiley


                      • Jean Keim Jean Keim 28 juin 08:05

                        Il n’y a pas à choisir entre le 100 % État et le 100 % privé, nous devons changer de mode de penser, d’autres diraient de conscience sans trop savoir ce que cela signifie, l’État c’est la tyrannie d’un pouvoir centralisé qui coopte ses élites et n’est jamais en phase avec la réalité de la vie ordinaire ; le privé c’est la tyrannie du profit avant toute autre considération y compris le bien être et même la survie de la communauté.

                        Que mettre à la place ? Personne ne le sait vraiment, l’admettre serait déjà un réel progrès, finalement ne rien mettre sinon le truc mis à la place deviendra la chose la plus importante au monde et justifiera toutes les décisions, une nouvelle tyrannie verra ainsi le jour.

                        Commençons par comprendre à défaut de percevoir ce que penser signifie, pourquoi être plutôt pour l’État ou plutôt pour le privé, alors que tout dépend d’un processus qui stocke des savoirs dans nos mémoires et qui façonne notre mode de penser.

                        Nous ne pouvons pas imaginer un monde nouveau sinon nouveau il ne le serait pas car justement puisé dans nos savoirs qui ne sont que du réchauffé, mais nous pouvons rejeter ce que le monde actuel a de malsain – il n’y a que l’embarras du choix – il en restera forcément quelque chose de meilleur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

YvesD.


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité