• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le lent poison des réformes

Le lent poison des réformes

Il faut réformer ! La France n’aime pas les réformes ! Chaque jour, les français sont soumis à cette injonction et à cette culpabilisation. Mais à y regarder de plus près, pourquoi cette frénésie de réformes, et surtout pour qui ?

Les arguments à deux balles

La France doit être compétitive ! Elle croule sous la dépense publique ! Notre économie est fragile ! Le coût du travail est trop important ! Les Français n’aiment pas les réformes ! Ils n’aiment pas les riches ! Réformer, c’est plus de liberté.

Ces remarques frappées au coin du « bon sens » de nos économistes orthodoxes tendraient à nous faire croire que la réforme est vertueuse et qu’elle devraient produire des effets pour tous à plus ou moins long terme, ce qui est faux et l’on s’aperçoit que, lorsque le curseur du libéralisme est poussé un peu trop loin, les français (pas ceux, peu nombreux, qui profitent du système) que l’on avait tendance à prendre pour des veaux, descendent dans la rue et obligent le gouvernement à plier (un peu).

Ils ont appris à se méfier du mot réforme, les français. Pourtant, ce mot qui signifie « Changement qu'on apporte (dans les mœurs, les lois, les institutions) afin d'en obtenir de meilleurs résultats (amélioration) », n’a pas le même sens pour tout le monde à l’heure de la mondialisation heureuse.

Si le mot réforme est le cri de ralliement des institutions bancaires, des entreprises, du capitalisme pur et dur, des sociétés d’assurances privées, c’est qu’il existe des gisements d’argent pour quelques privilégiés qui additionnent les milliards à venir comme un gilet jaune les frais bancaires et les lettres de rappel.

Réformer, c’est plus de liberté !

Il fallait oser et il l’a fait. Jean Paul Delevoye, Haut-commissaire à la réforme des retraites, n’a pas hésité. Il déclare en effet que le nombre de points de retraite augmentera si les personnes désirent travailler après 62 ans qui n’est plus qu’un âge théorique de départ. Et bien sûr, ces personnes qui accepteront (ou plutôt qui y seront obligées) de travailler plus tard bénéficieront d’une meilleure retraite. CQFD !

Sauf que le poison de la retraite à points réside dans le fait que la valeur du point peut ne pas évoluer, voire même diminuer, dans le temps, ce qui n’est pas le cas dans le régime actuel (pas encore). Pas besoin de toucher à l’âge de départ officiel ! Une petite baisse de la valeur du point et hop, on équilibre le régime !

C’est simple la réforme, aussi simple que la réforme à la hussarde du Code du travail qui facilite les licenciements sans que la contrepartie affichée, la création de nouveaux emplois, se mette en place. Tout juste avons-nous droit à la multiplication des contrats courts, source d’instabilité sociale pour de nombreux travailleurs.

Réformer, c’est aussi limiter par des procédures complexes le droit des salariés à recourir aux Prud’hommes ainsi que plafonner les indemnités de licenciement. C’est faciliter le recours aux faux autoentrepreneurs taillables et corvéables à merci. 

Réformer, c’est obliger des bacheliers exclus de Parcoursup à s’inscrire dans des établissements privés moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes.

Réformer, c’est aussi supprimer la taxe d’habitation sans dire que les bénéficiaires devront s’habituer à avoir moins de services publics et davantage de services privés qu’ils devront payer.

Il va sans dire que toutes ces « réformes » ne visent pas à améliorer la vie des citoyens dans leur majorité, mais à leur donner moins, les faire dépenser plus, le tout pour le bien exclusif d’un système dirigé par quelques-uns qui se goinfrent, n’en ont jamais assez et en redemandent.

L’exemple du CICE

Rendons justice à Macron, il n’est pas l’inventeur du système, mais comme Ministre de l’Economie, il n’était pas loin lorsque le coup est parti.

Décomposons l’acronyme pour voir ce qui se cache derrière et surtout ses lacunes mortifères pour le budget : Le C et le I signifient Crédit d’Impôt. C’est un terme que nous connaissons et qui permet par exemple de déduire de ses impôts de l’année suivant des dépenses faites pour changer une chaudière. C’est pareil avec le CICE pour les entreprises qui peuvent déduire 6 % des salaires versés inférieurs à 2.5 SMIC de leur impôt sur les bénéfices. Jusque-là, tout va bien, ou presque : on peut tout de même contester le bien-fondé de la mesure.

Là où ça se gâte, c’est lorsqu’on analyse le C et le E qui signifient Compétitivité et Emploi. Parler de compétitivité, c’est envisager que deux entreprises qui produisent les mêmes biens destinés uniquement au marché français ne soient pas placées sur un pied d’égalité et doivent de ce fait bénéficier d’un crédit d’impôt, ce qui est un non-sens total et un investissement de fonds publics inutile que l’on retrouvera dans les bénéfices et dividendes versés aux actionnaires, propriétaires et cadres dirigeants.

Inutile d’espérer une baisse du prix de vente des biens et des services produits ou encore une augmentation de salaires pour les salariés, sauf s’il s’agit d’une prime défiscalisée et désocialisée. Le CICE comme les primes et heures supplémentaires, objet du plan gouvernemental sont ce qu’on appelle des effets d’aubaine.

Par contre, la compétitivité peut avoir du sens pour les entreprises en concurrence sur les marchés internationaux, encore faudrait–il vérifier leur caractère vertueux vis-à-vis de l’évasion fiscale et du paiement des impôts en France des dirigeants avant de parler d’aides à la compétitivité.

Enfin, le E qui signifie emploi et qui suppose que des emplois soient créés avec le CICE et là, c’est la catastrophe, puisque France Stratégie recense seulement 100 000 emplois créés ou sauvegardés ( !) en 2014 et 2015, soit 270 000 € d’aides par emploi !

Is sont forts nos technocrates de Bercy lorsqu’il s’agit de donner de l’argent sans contreparties aux entreprises, aux banques, aux sociétés d’assurances,… Par contre, ils ne renoncent jamais à leurs petites manœuvres crapoteuses qui consistent à sucrer 5 € sur les APL, à faire croire que la hausse de la prime pour l’emploi sera de 100 euros et qu’elle constitue une augmentation du SMIC alors que tous les salariés au SMIC n’en bénéficieront pas et qu’au final cela ne comptera pas pour la retraite.

L’autre poison des réformes

C’est la communication politique, les usines à gaz construite par Bercy qui n’ont d’autres buts que de faire plaisir aux futurs employeurs privés potentiels des Inspecteurs des Finances, c’est le dogme de la mondialisation heureuse qui se traduit par la soumission chaque jour plus importante des populations, c’est la morgue et le mépris des dirigeants politiques et de la caste des technocrates qui dirigent le pays sans partage, c’est l’entre soi de ces dirigeants avec le monde de la finance et de l’économie d’où ils tirent leur statut social.

Que l’on ne vienne pas nous dire qu’ils viennent de s’apercevoir que tout n’allait pas bien dans le pays, qu’ils font leur mea culpa et promettent que les choses vont changer. Non, ils mentent, comme d’habitude, parce que les mesures qu’ils proposent (défiscalisation, désocialisation, fin de la Taxe d’habitation,…) seront payées par ceux qui sont censés en bénéficier et parce qu’on ne touche pas aux « réformes » à venir, comme celle des retraites, qu’on ne rétablit pas l’impôt de Solidarité sur la Fortune et qu’on continue à verser sans contreparties la CICE à tout le monde sans contrepartie et surtout en le faisant passer du statut de crédit d’impôt en principe soumis à des engagements à celui de baisse définitive de l’impôt sur les sociétés.

Champagne pour les riches !

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • Spartacus Spartacus 17 décembre 2018 16:04

    La réforme c’est surtout les profiteurs du système, les fonctionnaires, les associatifs, les subventionnés à plusieurs millions en surnombre, surpayés par rapport à leur temps de travail, aux retraites généreuses, aux avantages catégoriels, aux régimes spéciaux et droits favorables veulent continuer a vivre sur les autres un maximum et vivent dans l’engouasse que la réforme mette en lumière la vérité de leur indécent coût.

    Ils font tout pour bousiller et faire peur a des pouvoirs minables de faire de vraies réformes.

    Cela donne a cause de cette meute accaparatrice par l’intermédiaire de l’état ou ils se savent les plus qualifiés pour se servir en premier, des entreprises Françaises sont les moins rentables du monde, les plus fiscalisées, celles avec le moins de trésorerie et les moins auto suffisantes d’Europe. Le pays ou le patron est en plus de sa fonction, un ultra-percepteur à la place de la population infantilisée. 

    Les plus sous leurs contraintes bureaucratiques et administratives.

    ******
    Dans CICE, le « C » de compétitivité veut dire en comparaison des autres pays.

    Le CICE est sorti de la prise de conscience que les entreprises Françaises ont trop de charges sociales.

    Au lieu de faire une remise en pourcentage, l’état pour passer en dessous des 3% de déficit et ne pas faire une réforme et des économies a préférer faire une usine a gaz pour bénéficier du crédit d’un an sur le dos des entreprises.

    Avec 57% de l’accaparement des richesses, les fonctionnaires ont ils besoin d’être si nombreux, accapareurs et 2 fois plus cher qu’ailleurs ? 



    • leypanou 17 décembre 2018 16:27

      @Spartacus
      Dans CICE, le « C » de compétitivité veut dire en comparaison des autres pays 

       : c’est vrai çà.

      Vous achetez un électro-ménager de marque Siemens, société allemande, et la machine a été fabriquée en Pologne, où le SMIC est de 300€ ou pas loin.

      Bref, pour que la France soit compétitive, il faut que les travailleurs en France acceptent un SMIC à 300€ non ? Whirlpool a réglé le problème : il a délocalisé sa production en Pologne ; par contre, il compte toujours sur ses « clients » français pour acheter ses machines.

      Pour résumer, des gens comme vous ne sont que des rigolos incapables d’aligner un simple raisonnement sérieux.


    • Spartacus Spartacus 17 décembre 2018 17:05

      @leypanou
      La Pologne est a coté de l’Allemagne, pays ou c’est le plein emploi et très industriel. (Bavière 1,5% de chômage).

      Voici pour comparer la différence de charges sur le SMIC France/Allemagne.

      Allemagne :
      19,5 % de charges patronales et 21 % de charges salariales. 
      Ce qui donne en net pour le salarié : 1183€.
      Ce qui donne en brut de brut pour l’employeur : 1790,11€

      France :
      Entre 25 %(avec réduction Fillon) à 42 % de charges patronales et 22% de charges salariales.
      Ce qui donne en net pour le salarié : 1168€
      Ce qui donne en brut de brut pour l’employeur : 1872.50€


      Rappelons que les 33% de Français proche de l’état cotisent moins pour recevoir plus. Que les castes d’état ont une moyenne de 79% de charges patronales cachées alors que le secteur privé est limité au seuil sécu.


      En Allemagne sont ils moins bien soignés, moins bien instruits, moins en sécurité ou ont ils moins de syndiqués ?

      Ont ils une caste de fonctionnaire si nombreuse et si avantagées ?


      Rappelons que 33% des privilégiés ne payent pas de cotisations chômage (Fonctionnaires RATP etc. Que les castes d’état ont une moyenne de 79% de charges patronales cachées alors que le secteur privé est limité au seuiil sécu à 28%.


      Et comme il y a bien quelqu’un qui paye les privilèges des castes d’état.
      La TVA en Allemagne est à 19% alors qu’en France elle est à 20%.
      Qu’en France il y a 300 taxes. Et en Allemagne 50.
      Et l’emprunt sur les générations suivantes augmente là ou les Allemands réduisent leur dettes....

      Je peux vous parler de la compétitivité en Suède ou en Suisse ou les statutaires qui passent leur vie a se plaindre et essayer de grappiller des avantages indus sur les autres considèrent n’existent pas.

      Et n’oublions pas aussi les castes privilégiées sont celle aussi qui se plaignent le plus de l’inégalité.....


      Voyez vous pour être compétitif, il faut la fin des statuts et privilèges d’état. Supprimer le fonctionnariat. Un état minimaliste et le droit commun à tous. La fin des politiques identitaires et corporatistes.

      La Flat Tax identique pour tout le monde. Que l’impôt ne serve qu’a financer les services de l’état et pas des politiques sociales. La fin de l’interventionnisme de l’état.

      Que le social ne soit fait que par la CAF et en bons alimentaires et aide foncière ou aide à la mobilité.


      J’attend votre raisonnement sérieux.  smiley  smiley


    • Michel DROUET Michel DROUET 17 décembre 2018 17:43

      @Spartacus
      Comme je l’explique, mais vous avez sans doute mal lu, le C de compétitivité ne veut rien dire pour les entreprises française qui n’exportent pas, par conséquent la comparaison avec les autres pays, rengaine bien connue, est un abus de langage qui relève de l’intoxication.
      Pour le reste il me semble avoir déjà lu et répondu à vos diatribes.


    • Michel DROUET Michel DROUET 17 décembre 2018 17:45

      @leypanou
      Et quand le SMIC à 300 euros sera la règle, on ira se comparer avec le Bengladesh...


    • Michel DROUET Michel DROUET 17 décembre 2018 17:48

      @Spartacus
      Rappelons également, pour être complet, que le travailleur français est plus productif que le travailleur Allemand.


    • Spartacus Spartacus 17 décembre 2018 21:38

      @Michel DROUET

      « Pour le reste il me semble avoir répondu à vos diatribes  »
      Mais non. Jamais !
      Vous avez toujours fuit quand on vous met l’indécence du profit de caste sur le dos des autres factuellement devant vous.

      Au contraire, j’aimerai que vos justifiez les droits sociaux différenciés de caste. Le retraites supérieures de caste. Les avantages statutaires. Le surnombre, le temps de travail qui ferait de votre corporation le droit de se servir largement sur le compte des autres.

      Allez expliquez nous le concept. Une hypocrisie sans honte de vouloir vivre un max d’avantages catégoriels sur le dos des autres en corporatisme a régimes spéciaux.
      A moins que le refus de l’admettre ce soit de la honte ?
      J’ai hâte de voir les belles explications bien scabreuses. Mais je doute qu’on puisse expliquer la noblesse corporatiste d’état. 

      « le travailleur français est plus productif que le travailleur Allemand »
      Bien sur que non.
      Les Allemands sont plus productifs 
      https://www.challenges.fr/economie/les-15-pays-les-plus-productifs-du-monde_489269
      Et j’ose pas vous parler de la productivité des fonctionnaires français. Largement beaucoup moins que les autres pour un plus mauvais service.


    • Michel DROUET Michel DROUET 17 décembre 2018 21:56

      @Spartacus
      Vous êtes tellement prévisible mon cher Spartacus que je ne vais pas vous faire le plaisir de rejouer la énième saison du feuilleton


    • Spartacus Spartacus 18 décembre 2018 09:28

      @Michel DROUET
      Le feuilleton continue...La fuite, l’incapacité de justifier.
      Un sorte de concept ces fonctionnaires socialistes. 
      Je clââââme l’égalitarisme, à faire pleurer, mais pour les autres...
      Pour moi les avantages statutaires et corporatisme payés par les autres..


    • JulietFox 18 décembre 2018 10:39

      @Spartacus

      Vous avez toujours fuit j’aimerai que vos justifiez Allez expliquez

      Va falloir aller à l’école, mais en Allemagne, car bien sur, pour vous les enseignants Français, sont des fainéants nantis.


    • av88 av88 18 décembre 2018 13:54

      @leypanou
      Les quatre libertés fondamentales de l’Union Européenne :
      Libre circulation des biens, des personnes, des services, des capitaux.
      Petit plus pour les capitaux, cette libre circulation c’est au sein de l’UE et avec les pays tiers, c’est à dire le reste de monde.

      Adhérent UPR


    • zygzornifle zygzornifle 18 décembre 2018 14:02

      @leypanou

      il faut que les travailleurs en France acceptent un SMIC à 300€ non ?

      Ok mais on veut les mêmes loyer, le même prix de la bouffe et du reste qu’en Pologne et les salaires et avantage des politiques alignés aussi.

      Ouinnnnn mon député n’a que 7200 balles d’argent de poche et bouffe des pâtes et lèche son assiette pour ne pas en perdre une miette le pauvre  ...


    • Spartacus Spartacus 18 décembre 2018 14:04

      @JulietFox
      Oui, vous travaillez moins que les autres !
      Bien entendu et c’est flagrant.

      Les profs travaillent plus que les enseignants Français hypocrites qui profitent eux d’un coulage généralisé en faisant signe de ne rien voir...

      Les enseignants en Allemagne, ils travaillent au sein du collège, font les corrections aux établissements.
      Ils sont payé en temps de présence réel en établissement et pas en déclaratif à la maison.
      Ils remplacent les profs absents, là les profs en France se font remplacer par d’autres à charge des autres.

      Bien entendu comme l’autre vous ne justifiez rien, vous fuyez la justification juste du whataboutisme révélateur du déni.

      Quelques réalités sur l’EN
      881 400 enseignants 

      -1 132 700 personnes 2 eme employeur d’europe. 5 eme mondial 

      251 300 non enseignants

      Temp de travail réel le plus faible d’europe.


      A titre de comparaison SNCF : 149 500 salariés au total. Gestion des gares, trains, travail jour nuit, week end.

      A titre de comparaison

      Groupe Total 100 000 salariés (30% en France). Présent dans plus de 130 pays.

      Les « non enseignants » sont plus que Total et SNCF réunis comprenant les actifs et administratifs..

      Il faut arrêter de jouer les vierges effarouchés par la critique réelle. Vous êtres 3 fois de trop dans la fonction publique. Vous travaillez moins et êtes surpayés.


    • Gorg Gorg 18 décembre 2018 17:20

      @Michel DROUET

      Bonjour Michel, excellent article comme d’habitude.

      Pour mettre mon grain de sel, et contrairement à ce qu’affirme le baltringue plus haut, faire une fixette sur les charges patronales est complètement ridicule. Pour comparer, il faut regarder ce que chaque entreprise dépense au global pour chaque salarié. Et les entreprises Allemandes dépensent tout autant, sinon plus en règle générale... Pour une même qualification, elles dépensent plus (càd en ajoutant salaire global de base et charges patronales) et s’il est vrai que les charges patronales sont moindres là-bas, les impôts directs sont plus élevés. Au final ce qui reste au salarié après imposition est sensiblement équivalent… même s’il y a un plus sensible pour le salarié Allemand…

      Il faudra donc m’expliquer pourquoi eux arrivent à exporter et pas nous… Nos soit disant élites n’en sont peut être pas


    • Michel DROUET Michel DROUET 18 décembre 2018 17:39

      @Gorg
      Bonjour Gorg et merci pour le commentaire.
      En fait il existe plusieurs systèmes, de celui qui, comme la France, a fait le choix de prélever des cotisations salariales et patronales pour faire vivre un système complet de solidarité, jusqu’au système US (et d’autres) où les retraites sont gérées par des fonds de pensions (les mêmes qui investissent chez nous uniquement pour faire du pognon et qui se tirent après...) et le risque maladie par des mutuelles d’entreprises et/ou par des souscriptions individuelles auprès de complémentaires privées qui ne couvrent pas les gros risques.
      Personnellement, je suis bien content d’habiter en France.
      Il faut savoir que la finance et les assurances lorgnent depuis longtemps sur ce marché et font du lobbying afin que le régime français des retraites et de santé disparaisse à terme pour en arriver au final au système anglo saxon.
      Pour autant, il ne faut pas espérer dans ce cas de figure voir augmenter les salaires. Le pognon économisé sur les « charges patronales » (qui sont des prélèvements sociaux) iront en très grande partie dans les poches des actionnaires au travers des dividendes ce qui permettra à ces rentiers spéculateurs de continuer de jouer sur les marchés et d’acheter des entreprises pour avoir toujours plus de rendement et en virant toujours plus d’employés.


    • Spartacus Spartacus 18 décembre 2018 19:45

      @Michel DROUET

      Tu m’étonnes dixit les fonctionnaires trouvent génial le système..
      Ce sont eux qui se gavent un maximum d’avantages du système sur le dos des autres ! Totalement charge des autres avec un profit maximum pour la caste

      Le taux de charge patronale d’un fonctionnaire moyen pour payer ses privilèges est considéré de 79% de l’utra-brut.
      Pour le secteur privé c’est limité à 28% de l’ultra brut (45% du brut).
      C’est un véritable scandale abjecte de différenciation.

      Et ces rigolos font les naïfs et vous expliquent que le système est formidable, mais eux n’y sont pas ! Eux n’en voudraient pas pour eux.
      Eux c’est régime spéciaux payé directement dans la poche du contribuable. Pas du tout par répartition comme le secteur privé.

      Si la répartition est si bien pour le secteur privé. Pourquoi donc ne te lève tu as pour le réclamer pour ta caste ? On se demande bien pourquoi ? L’envie de cacher,la honte ou l’hypocrisie ?
      Caste d’hypocrites ! 

      On voit ici l’indécente hypocrisie qui explique aux autres de « garder le système, la peur qu’on s’intéresse au leur.

      Et ces gens fanfaronnent la »sôôôlidarité«  à grand bruit dans un joyeux concept ou c’est leur gueule en premier et je veux pas savoir le détail pour pas qu’on remarque ma caste. C’est immonde autant qu’abjecte de détourner les mots de leur sens alors que c’est 100% l’inverse. Le système favorise a vomir la caste d’état. 

      Pour info, la retraite aux USA est universelle et s’appelle OASHDI et est par répartition. Elle est universelle et obligatoire y’a pas un américain qui voudrait être comme un fonctionnaire français et disposer de droits indécents différenciés.
      Ils ont un e étique et une décence..
      Les fonds de pension sont 2eme obligatoire et 3eme pillier.

      Les actionnaires et les assurances privées sont de joyeux dérivatifs whataboutiste pour éviter qu’on regarde d’un peu trop près la réalité Française des fonctionnaires.
      C’est surtout que dans un système libre et universel, les castes les plus proches de la gamelle de l’état ne se servent pas en premier sur les autres de leurs indécents différences privilégiées.

      Sôôlidarité... Les profiteurs de régime spécial et sa caste sont incapables de justifier l’indécente différenciation.

      Explique donc comment on calcule la retraite des fonctionnaires...Et si c’est de la »soooolidarité" ou du privilège.
      Explique donc pourquoi les fonctionnaires partent largement plus tôt, ont un age pivot plus faible, le coût du chapeau

      Ha oui ! tu veux pas ; Tu fuis.


    • Self con troll Self con troll 18 décembre 2018 20:14

      @Spartacus
      Pâté d’alouette, comme toujours. Faut-il essayer de changer vos pré-supposés ?

      On nourrit les fonctionnaires comme on nourrit les banlieues : avec de l’irresponsabilité. Comme on a envisagé à Marrakech les migrations.


    • Michel DROUET Michel DROUET 18 décembre 2018 20:50

      @Spartacus
      Faudra que tu penses à me donner tes coordonnées pour que j’adresse tes commentaires aux syndicats de policiers (des fonctionnaires !) qui ont protégé les beaux quartiers de Paris et qui osent encore réclamer une prime et le paiement des heures supplémentaires cumulées.
      Encore des profiteurs du système et qui partent encore plus tôt que les autres en retraite !


    • Norbert 18 décembre 2018 21:15

      @Spartacus

      Comme une lettre à la poste.
      Précis comme un train

      Et il y en a bien d’autres de ces maximes qui témoignent de l’efficacité des services publiques du temps où il y avait un rapport de force qui contenait encore les bourgeois français (car on se souvenait qu’ils s’étaient très majoritairement compromis dans leur soutien aux fascismes de la deuxième guerre.) 

      Mais vous êtres très énervé gugus, beaucoup trop pour avoir raison !


    • Norbert 18 décembre 2018 21:22

      @Norbert

      publics bien sûr


    • Spartacus Spartacus 19 décembre 2018 09:07

      @Michel DROUET

      Prévisible la caste. « regardez ailleurs, mais pas sur ma caste »
      Réponse hors sujet pour surtout pas répondre sur l’indécence de leurs nobles privilèges d’état..
      La lâcheté perpétuelle d’assumer la honte et l’envie de cacher que la gamelle de l’état sur le dos des autres c’est intellectuellement pourri et on n’assume même pas.

      Encore si ces fonctionnaires ultra-avantagés la jouaient modeste...
      Mais se poser en « solidaires » c’est le summum de l’indécence...

      Et ne crois pas qu’un autre viendra fonctionnaire t’aider et justifiera les privilèges.
      A par des hors sujet et des attaques personnelles, ici ils ont pleine conscience que c’est indéfendable et quand on goutte aux privilèges, on n’assume pas de les justifier tellement c’est honteux et sans scupules.

      Triste mentalité corporatiste qui détruit le pays...


    • Michel DROUET Michel DROUET 19 décembre 2018 09:29

      @Spartacus
      Bien emmerdé pour répondre au sujet, hein ? La question portait sur les policiers, « affreux fonctionnaires trop payés, privilégiés qui profitent de la gamelle de l’État sur le dos des autres »...
      Il est vrai que je n’attendais aucune réponse de ta part.
      Le dogme et les vociférations ont leurs limites... Tu viens de les trouver.
      Ne me remercie pas de t’avoir éclairé.
      Ce sera tout !


    • bob de lyon 19 décembre 2018 10:33

      @Michel DROUET

      Boujour, 

      Ne perds pas ton temps à répondre à Spartacus.


    • Spartacus Spartacus 19 décembre 2018 11:22

      @Michel DROUET

      Difficile d’avouer l’injustifiable ? Pas vrai ? 

      Il n’y a pas 5,5 Millions de fonctionnaires policiers, il y en a 200 000. Et certainement pas représentatif de la caste en surnombre, surpayé, aux droits spéciaux et non active qui se gave.

      Curieux que comme fonctionnaire territorial tu ne m’a pas présenté les souffrances de ceux ci ?
      La honte de parler de l’absentéisme, du temps de travail, des emplois fictifs, du calcul de retraite utra-privilégié ? Que c’est triste le déni.

      C’est un hors sujet macro-économique pour détourner de tes privilèges statutaires.
      Il est honteux que des policiers ne soient pas payés de leurs heures supplémentaires comme des infirmières, mais ça ne justifie en rien les privilèges macroéconomiques statutaires de droits iniques.

      Toujours honte de nous expliquer le concept des privilèges différenciés des fonctionnaires ?
      L’hypocrisie consiste à nier, se faire passer pour des martyrs ou se faire passer tous pour les moins avantagés des plus lotis ?

      Les pires dans les castes qui courent après les privilèges d’état aiment se faire passagers clandestins de leur minorité visible, comme policiers, les profs ou les infirmières. 

      Evidemment pour la majorité justifier pour eux même est impossible.
      La caste aime pleurnicher et se faire passer pour des martyrs que de justifier qu’ils soient traités en noblesse d’état.


    • Michel DROUET Michel DROUET 19 décembre 2018 12:04

      @Spartacus
      Il t’en a fallu du temps pour trouver un argumentaire...
      Tu mollis, à moins que tu ne commences à comprendre certaines choses (mais j’en doute).
      Ressasse bien ta haine et n’hésite pas à m’envoyer un nouveau commentaire (enfin, nouveau...) : cela maintient mon article parmi les plus lus. Merci encore !


    • Michel DROUET Michel DROUET 19 décembre 2018 12:56

      @Spartacus
      C’est bien, tu fais des progrès. Donc on met de côté les policiers et les infirmières (mais pourquoi pas l’ensemble des personnels hospitaliers, au total 1.161 Millions d’agents ?). A moins d’être logique avec tes positions et d’avoir rendu ta carte vitale...
      Je suppose qu’on peut mettre de côté également les militaires et les personnels civils de la défense (260 000) qui viendront te défendre quand les bolcheviks arriveront en chars sur les Champs Elysées.
      On commence à être nettement en dessous des 5.5 Millions, non ? Tu avances, cherche bien, il y en a surement d’autres que tu devrais aimer.
      Bon, on sent bien que tu en as gros sur la patate avec les enseignants (échec scolaire ? Échec à un concours d’entrée à l’éducation Nationale ?)


    • Spartacus Spartacus 19 décembre 2018 13:14

      @Michel DROUET

      Toujours compliqué de chercher toujours a changer de sujet quand on a goutté aux privilèges, de l’admettre et de l’avouer publiquement ? Pas vrai ?
      C’est dur de ce croire « solidaire » et découvrir que collectivement ce sont les accapareurs profiteur un max.

      Comprenez si vous osez toucher un tabou et dire ce que tous le monde pense que ce sont des accapareurs indécents vous êtes forcément « haineux ». Comment oser aborder un tabou qui doit être caché de tous. 
      Bientôt j’aurais le droit à « nazi » ? 

      Bien évidemment le statutaire est toujours incapable de préciser son concept de privilégié de caste..
      La sôôolidarité d’un régime spécial, l’égalitarisme de droits différenciés, c’est beau le déni et l’hypocrisie flagrante qu’elle engendre.


    • Spartacus Spartacus 19 décembre 2018 13:29

      @Michel DROUET

      Ce n’est toujours hors sujet. C’est du whataboutisme.

      Je te demande de justifier au nom de quoi les fonctionnaires auraient des privilèges différenciés du droit commun.

      Non un policier, une infirmière ou un employé territorial peuvent très bien être au droit commun. Comme en Suisse ou Danemark ou USA. 

      Le privilège est justement de ne pas être dans un droit communs.
      Surtout que la différence des privilèges est une charge lourde sur la société.
      C’est ce concept de profiteurs en masse de ces privilèges qui crée la falaise fiscale que subit toute la société. L’endettement massif, les taxes élevées et le hors bilan qui détruit le secteur privé.

      Et ça c’est injustifiable, c’est de l’hypocrisie de ne pas l’avouer.
      C’est de l’hypocrisie que d’essayer de faire croire que les fonctionnaires serait des exemptions au droit commun.
      100% le contraire de ton baratin « sôôôôlidarité » ou « égalité ».
       


    • Michel DROUET Michel DROUET 19 décembre 2018 14:05

      @Spartacus
      Difficile de se faire tacler sur son propre terrain, n’est-ce pas ? Alors on s’enfonce dans le déni.
      Ainsi un policier devient chez vous un vigile et un militaire sans doute un mercenaire. Tout un programme ! Bientôt des tontons macoutes en France ?
      Vous êtes en pleine dérive.
      Je vous laisse à vos élucubrations


    • Spartacus Spartacus 19 décembre 2018 18:43

      @Michel DROUET

      Après l’accusation de haine, voici venir le procès caricatural soviétique sur ce que je n’ai jamais dit.
      C’est dire si le privilégié est acculé dans son déni.

      La honte d’avouer que sa caste est une caste accapareuse privilégiée. « tous les hommes sont libres et égaux en droits », voila une phrase ou la caste chie sur tous les autres sur laquelle elle fait payer ses avantages et privilèges.

      Puéril déni qui démontre a quel point la mentalité corporatiste est a gerber et hypocrite.

      Au moins certains fonctionnaires honnêtes ont la décence d’admettre un minimum la vérité, mais d’autres sont tellement dans le déni qu’ils démontrent aux autres a quel point j’ai raison.

      Les statuts, ce concept d’un age révolu de privilège a des castes, qu’il entraîne une mentalité de déni.
      Triste France avec ces fonctionnaires malhonnêtes intellectuellement.


    • Michel DROUET Michel DROUET 19 décembre 2018 19:12

      @Spartacus
      Vous commencez à tourner en rond et à radoter. Il serait temps d’aller vous reposer.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 20 décembre 2018 01:08

      @Spartacus

      Je me demande combien d’écrivassiers qui se disent « Spartacus » doivent être financés et mis en action par le système des vrais profiteurs  ceux qui ne vivent pas d’un travail, mais du seul intérêt sur leur capital !  pour vomir sans arrêt cette prose créatrice de zizanie entre travailleurs du public et du privé dont vous nous abreuvez.

      C’est une mission des Gilets Jaunes  entre autres  de dénoncer ceux comme vous qui cherchent à attiser la haine contre les fonctionnaires, contre le étrangers, contre les jeunes, contre les femmes, contre n’IMPORTE QUI sauf le CAPITALISTE, ce bourdon dans la ruche dont l’heure approche de comprendre l’inutilité, la nocivité et la perversité.

      Le Jaune qui flotte sur la France est le pavillon de la maladie dont on prend conscience : une perte de confiance TOTALE du peuple en ses politiciens... et en ceux comme vous qui utilisent les médias pour défendre l’indéfendable. C’est une maladie cruelle, mais dont sortira grandi.

      La révolution est déjà faite dans les esprits et elle est irréversible. i Reste a suivre la progression du bon sens et la mise au rancart des iscariotes de votre espèce. 

      PJCA


    • Spartacus Spartacus 20 décembre 2018 12:27

      @Pierre JC Allard

      Comment en 2018 une caste peut se croire autorisée à accepter des privilèges que les autres n’ont pas ?
      Comment une caste ose t-elle nier les calculs utra-favorables, les départs plus tôt à la retraite et les rentes sociales différenciées de ceux qui leur payent ?
      Comment en 2018 ces gens indécent peuvent croire que l’égalité ou la solidarité ce sont des différences en droit ?

      Pour vous ce serait « haineux » de demander a justifier de vos privilèges ? « mettre les uns contre les autres ».
      Au nom de quoi c’est haineux de vous mettre les points sur les I.

      C’est surtout la honte et l’indécence intellectuelle qui vous fait refuser de comparer aborder et admettre la vérité de vos privilèges sociaux.

      Vous mettre en face des réalités, c’est pas être haineux, ces vous faire prendre conscience que le problème c’est vous globalement !.

      5,5 Millions dont 50% non indispensable, des retraites non conventionnelles supérieures hors bilan. Un poids de fonctionnement qui détruit le tissus économique de la société marchande.
      Un comportement indécent de négationniste de vos coût et votre responsabilité globale et votre indifférence individuelle au malheur que vous faites supporter aux autres.

      Et arrêtez de détourner les questions vers « le capitalisme » c’est que du baratin pour détourner les yeux de votre responsabilité collective.

      Quand au gilets jaunes ils ont posé une question « ou va le pognon ».
      Répondez leur que ce sont votre masse, vos privilèges et vos coûts qui les détruit.
      Les responsable de leur prédation ce sont vous collectivement.

      Mais a part du whataboutisme, ou m’accuser de haine, je n’ai que de l’hypocrisie du déni de l’hypocrisie et de la lâcheté.


    • Jeekes Jeekes 17 décembre 2018 16:44

      ’’France Stratégie recense seulement 100 000 emplois créés ou sauvegardés’’

       

      Et ça c’est eux qui le disent. On n’est pas obligé de les croire.

      Quelle part d’emplois bidons dans ce chiffre ?

      Combien d’emplois réellement détruits en contrepartie ?

      Combien de ’’demandeurs d’emploi’’ effacés des statistiques par des changements incessants de calculs ?

       

      Au fait, il est où, le million d’emplois du pin’s de l’autre nabot ?

       


      • Michel DROUET Michel DROUET 17 décembre 2018 17:49

        @Jeekes
        J’aime beaucoup la notion d’emplois sauvegardés et je me demande comment on peut la chiffrer. Du déclaratif, sans doute...


      • Eric F Eric F 18 décembre 2018 10:16

        @Michel DROUET
        je plussoie aussi sur cette remarque : le concept d« emplois sauvegardés » est une supercherie, ce n’est justifié que lorsqu’il y a par exemple reprise volontariste d’une entreprise qui a déposé le bilan.


      • jean némard 17 décembre 2018 17:51

        et pourquoi on ne réforme pas la taxation de spéculations ?

        http://www.toupie.org

        Voici un site intéressant

        Je propose ça en plus

        TSS : Taxe Sur Spéculations vraiment efficace

        pour taxer vraiment les spéculations plutôt que les citoyens :

        TTF en France v17/12/2018

        son taux est de 0,30% (depuis le 1er janvier 2017) du montant de la transaction boursière, elle n’est perçue que lors de l’achat et vente d’actions de sociétés ayant leur siège social en France et dont la capitalisation boursière est supérieure à

        1 milliard d’euros..

        En outre, pour que la taxe soit due, il faut qu’il y ait un transfert de propriété des actions. Cela signifie que les allers-retour dans la journée (achat et vente le même jour et pour la même quantité) ne donnent pas lieu au paiement de la taxe, que la transaction soit au comptant ou au SRD.

        Conclusion

        cette taxe, ne répond pas du tout aux objectif initiaux. Les comportements spéculatifs sont d’ailleurs encouragés comme les opérations à effet de levier au SRD, les CFD, l’achat-vente très court terme qui échappent à la taxe.

        Cela n’a servi qu’à ponctionner encore un peu plus les investisseurs boursiers déjà lourdement fiscalisés sur leurs revenus et plus-values d’actions. Une ponction qui s’est fortement alourdie puisque la taxe a été augmentée de 50% au 1er janvier 2017, passant de 0,20 à 0,30%

        Les spéculateurs. Eux. Continuent. Impunément.et beaucoup sur les petites structures .

        Voici ma proposition de TSS ( Taxe Sur Spéculations)

        En partant du principe que

        1) il serait plus correct de demander un petit effort à un spéculateur

        plutôt qu’un gros effort à un retraité

        2) en plus la spéculation excessive nuit à l’économie réelle.,aux entreprises et aux salariés.

        • J’abrogerais la TTF qui est une entrave de liberté et confisquatoire ;
        • au profit de la TSS taxe sur spéculations :

        Principe :

        Revendre après un an c’est un véritable investissement

        revendre avant 1 an :c’est spéculatif ,

        • taxer Uniquement La revente. De tout investissement y compris les produits dérivés et de façon générale tous ce qui a échappé à la taxe De façon

        inversement proportionnelle. à la durée de détention pour. favoriser.Les investissements et dissuader. Les spéculations.

        Et ceci. Quelque soit le délai. Entre l’achat et la revente.

        Et Surtout. Si c’est dans la même journée ,donc toute forme de spéculation. Pour

        mettre fin aux opérations ne donnant pas lieu à la taxe.

        • pas au delà. de 1 an. car.ça devient du véritable investissement

        Voici la formule à appliquer pour le taux de taxation proportionnelle sur un an :

        Taux T= To – (To/365 * j)


        -Ou To est le taux de base( je le mettais à 90) défini au premier jour jusqu’à 24h ( taux le plus élevé au début ; pour des transactions les plus courtes donc les plus spéculatives ;qui se fonts sur une journée)

        par algorithme ce taux tombera progressivement jusqu’à zéro .

        - et j le nombre de jours de détention ( j prends la valeur zéro pour

        les reventes entre 0 et 24h puis de 1 jusqu’à 365 ( si on taxe sur 1 an)

        naturellement , si le gain de spéculation est nul ou inférieur à zéro la taxe sera nulle .

        dans l’algorithme également , tout nombre entré dans la formule supérieur à 365 sera ramené à 365.( si on taxe sur 1 an)


        • Michel DROUET Michel DROUET 17 décembre 2018 18:04

          @jean némard
          Dans le genre « taxation non efficace » notons la taxe sur les GAFA applicable au 1er janvier 2019 (le gouvernement l’a claironné) qui ne rapportera que 500 millions d’euros alors que l’évasion fiscale de ces multinationales fait perdre à la France 12 Milliards d’euros.
          Conclusions : on peut faire de la com sur la taxation des spéculateurs, mais quand on voit les dispositifs mis en place qui sont soit inopérants, soit indolores, on se rend compte qu’on est une fois de plus dans la com destinée à endormir toute contestation.


        • Eric F Eric F 18 décembre 2018 10:09

          @Michel DROUET
          déjà, c’est un premier pas important au niveau des principes que la taxation des multinationales du numérique au pro rata du chiffre d’affaire soit mise en oeuvre. Après ça, il pourra être étendu à d’autres multinationales qui abritent leurs bénéfices dans des paradis fiscaux, et le taux pourra être renforcé.


        • Michel DROUET Michel DROUET 18 décembre 2018 10:40

          @Eric F
          D’accord avec vous pour le premier pas, mais sera t’il suivi d’un second visant à la taxation au même niveau que les entreprises françaises ?
          Amazon continue à faire son trou et pendant ce temps il ruine l’économie française en imposant sa logique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès