• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le moment Jospin

Le moment Jospin

Parler de Jospin, c’est malsain.

C’est juste incroyable, de penser que ce monsieur puisse, de par son échec même, avoir une influence sur la politique actuelle. Pourtant, Libération, le 17 octobre dernier, écrit que « le syndrome Jospin » fait peur à l’actuelle majorité. Le « syndrome Jospin », c’est échouer quand on a un bon bilan économique (il y aurait une demande ailleurs que dans l’économie, mais où ?).

Je traite d’une autre cause de l’échec de Jospin en 2002, une cause qu’a connu aussi le président Hollande, un mal intérieur à la gauche et non conjoncturel (il n’y a pas d’événements qui pourraient le contrarier, l’empêcher d’agir).

JPEG

Dans l’idée du temps ultra court qui sert de base à nos pensées, et dont on accable parfois les médias, alors qu’on le pratique tous, Jospin nous semble aussi loin de nous que Pompidou, son influence est aussi faible. Cependant, c’est dans les cinq ans où il gouverna et dans la façon dont il fut congédié alors qu’il n’avait pas démérité, que se structure, se déstructure plutôt, notre vie politique.

La politique française a dérapé en 2002, par l’éviction de Jospin. Son retrait personnel, annoncé avant la fin du combat électif, et une modestie de très bon aloi moralement mais inefficace politiquement dans le combat interne entre les leaders d’un même groupe ont empêché l’intérêt pour ce moment et cette personnalité exceptionnelle. La politique ne se conçoit que dans la victoire : on a toujours tort de perdre. On a toujours tort d’être honnête et celles et ceux qui se plaignent de la malhonnêteté du personnel politique ne reconnaissent pas l’honnêteté des femmes et hommes politiques honnêtes, et évidemment, ne souhaitent pas que ces personnes honnêtes aient plus de responsabilités.

C’est cependant à ce moment qu’a commencé à s’établir la « victoire » de l’extrême gauche sur la gauche. Une extrême gauche idéaliste qui considère que le « pouvoir » fait ce qu’il veut a pris pour cible, et même pour ennemi, non pas la droite, mais la gauche modérée, capable de gouverner. Cette extrême gauche est extrêmement divisée, et très sectaire. Elle est vraiment dans l’idéalisme pur : « nous avons raison, nous avons tellement raison que nous ne pouvons infléchir notre discours pour faire des alliances. Ce serait le commencement de la politique politicienne, dont on voit le désastre qu’elle crée et dont nous sommes les seuls capables de vous sortir. »

Lionel Jospin a gouverné cinq ans et son bilan était on ne peut plus convenable. Il s’est trouvé au premier tour des élections présidentielles avec une opposition de gauche : Arlette Laguiller, Jean-Pierre Chevènement, Noël Mamère, Olivier Besancenot, Robert Hue, Christiane Taubira. Il manqua à Jospin 194 600 voix pour être au second tour, 0,68% des suffrages exprimés. Taubira, qui fut ministre de Hollande, recueillit 660 647 voix soit 2,32%. Oter seulement sa candidature aurait permis l’élection de Lionel Jospin. La gauche totalisait 42,40%, la droite et centre 34,17%, l’extrême droite 19,20%. Etant donnée l’étanchéité entre la droite et l’extrême droite, Jospin aurait dû être président.

Ce n’est pas le plus grave. Le plus grave, c’est que ce moment porte une tragédie : les institutions ne permettent plus de représenter les Français. Suivent dix années de politique de droite, dont cinq dure. Revient la gauche et revient ce jeu morbide d’un président de gauche qui a son opposition en son sein, une opposition d’une très grande virulence. Il ne peut rien faire, tout comme si c’était le but de cette extrême gauche de saboter la vie politique, la vie économique afin de faire la preuve que le système est mauvais (peut-être rêve-t-elle de se faire élire, on peut en douter). Peut-être n’agit-elle que pour ne pas se confronter au réel et continuer à se raconter qu’elle seule a compris : le pouvoir est à l’Elysée, tout le pouvoir est à l’Elysée, qui fait ce qu’il veut, nous autres sommes de pauvres hères toujours trahis et notre révolte est un bien précieux inestimable qu’il faut cultiver avec amour et passion.

On en arrive au fait que le président Macron n’a pas d’opposition à gauche, il n’en a pas à droite pour d’autres raisons. Son comportement, que je juge excessif et inapproprié, notamment la répression des manifestations, n’a aucune modération, aucun contre-pouvoir, ce qui ne l’oblige pas à se comporter comme il le fait, mais le lui permet.

Il y a bien sûr d’autres raisons : depuis la chute du mur de Berlin, la fin du grand rêve d’une société juste, équitable, apaisée, unie… la politique perd le terrain de l’égalité économique et des grands systèmes de pensée et d’action. Les nouveaux groupes n’ont plus de contenu, de façon affirmée : En Marche, France Insoumise, GénérationS, Place Publique…

Le quinquennat et la succession rapide des élections présidentielles et législatives font coïncider les deux pouvoirs, ce qui est contradictoire avec la démocratie : « Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir » (Montesquieu).

Nous avons des raisons institutionnelles pour cet état de chose qui doit être réparé, c’est un aspect des choses.

L’autre aspect, c’est de perdre cette gauche spéculative, qui se rêve toute-puissante au cas où elle arriverait au pouvoir. Quand je parle de gauche, je ne parle pas seulement des appareils, je parle de toutes celles et ceux qui se réclament de la gauche. Il nous faut quitter cette gauche qui se complait dans la plainte et la condamnation morale, qui prie pour le grand soir, le soulèvement qui vient, qui le voit sans cesse arriver, nuits debout (plus de traces deux ou trois après pourtant), les gilets jaunes (on verra la fécondité de ce mouvement) … Il nous faudrait une gauche réaliste, matérialiste, (qui ne promet pas tout mais s’occupe du social raisonnablement), une gauche modeste et efficace, qui puisse à la violence du gouvernement actuel.


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 novembre 17:39

    Chirac et Jospin étaient allés en voyage officiel à la Maison Blanche.

    Le repas officiel avait commencé par un discours de Clinton qui parlait debout devant les convives assis à leur place.

    Chirac s’ennuyait et en regardant les autres invités, il avait surpris Jospin qui glissait discrètement une petite cuillère dans sa poche. Chirac avait trouvé pas mauvaise l’idée de ramener à bobonne un souvenir avec les insignes de la Maison Blanche gravés dessus, mais en prenant sa petite cuillère, il l’avait cognée contre son verre en cristal et Clinton, tout content, avait arrêté son pensum pour dire : "Mon ami Jacques veut prendre la parole"

    Alors Chirac, jaloux de la petite cuillère de Jospin avait annoncé : "Je vais vous plutôt vous faire un petit tour de magie : je mets la petite cuillère dans ma poche et abracadabra elle réapparaitra dans la poche de Jospin."

    C’est comme ça qu’on de fait cotillonner, à gauche.


    • JL JL 2 novembre 17:49

      @Séraphin Lampion
       
       smiley
       
       Si non è vero, è bene trovato !


    • un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 2 novembre 19:09

      @JL, buon giorno,
      Ma si sa, che e molto in gamba, il nostro Serafino.
      Siamo fortunati di aver lo !
      Cordialmente.


    • exol 2 novembre 20:22

      @un des P’tite Goutte
      Le barzzellete di seraphino sono grande e larghe come le merde delle mucche. Se tu metti un piede dentro , cé n’hai per la giornata a distacarle.


    • exol 2 novembre 20:25

      @exol : A , ho dimenticato Pirla e deficiente .


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 novembre 21:01

      @exol

      Chi non sa tacere non sa godere.


    • JL JL 3 novembre 08:29

      @un des P’tite Goutte,
      buon giorno aussi,
       
      E pericolo sporgersi. ça m’apprendra !
       
      Avec cette dernière phrase, Vous pouvez mesurer l’étendue de mes connaissances dans la langue de Dante.
       


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 3 novembre 08:48

      @JL

      moi je connais quatre mots en Américain : métro, goldwin, mayer et Grrrrrrrrrr


    • JL JL 3 novembre 09:01

      @Séraphin Lampion
       
      petit joueur ! moi j’en connais plein
       
       smiley)


    • OMAR 3 novembre 19:08

      Omar9
      .
      @exomil
      .
      La merda è l’unica cosa in cui sei bravo, perché è il tuo unico mondo


    • un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 3 novembre 21:39

      @Séraphin Lampion
      Non e vero, si puo godere parlando, anche forte, poi gridando !


    • un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 3 novembre 22:05

      @exol
      Tu sei uno maestro, Exol. Certo, ce ne sono che non capiranno questa poesia, che deve rimanere libera.
      Ho letto uno, vicino a questo messaggio, Omar, si chiama...ma porco dio, che diavolo ! Da dove vienne ?


    • un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 2 novembre 17:46

      Bonjour Orélien Péréol,

      Coïncidence, je suivais et découvrais à l’époque des cours de « prospective » à la fac de Créteil, mené par un sinon le conseiller d’état dans ce domaine de Jospin. Eh bien j’ai découvert à quel point un spécialiste pouvait ne pas voir l’évidence même !

      Je suis persuadé que Jospin a perdu pour une seule lacune, très importante aux yeux des électeurs, celle de l’immigration qui, dit sans aucun racisme, avait déjà pris des proportions énormes pour ne pas dire grotesques au regard de la capacité du pays à recevoir dignement tant de gens. La gauche et ici Jospin et ses conseillers n’ont quasiment jamais pris le problème sous un angle réaliste (travail, soins, scolarité, habitat, coût réel et non trafiqué, risque de communautarisme, etc.) mais idéologique, jusqu’à l’absurde, avec une sorte de sous-jacence bienpensante irresponsable et hypocrite, car il s’agit-s’agissait chez ces mêmes bienpensants d’accueillir « ailleurs » mais en aucun cas « chez soi ». Ou bien le sujet était déjà tabou, au mains des GOPEs.

      Vivre en banlieue est très instructif pour connaitre la réalité.

      Cordialement


      • Orélien Péréol Orélien Péréol 2 novembre 19:03

        @un des P’tite Goutte
        Cher Un, j’apprécie beaucoup votre salutation, aussi j’y réponds de même. Cependant, vous donnez votre avis, dont vous êtes persuadé, sur l’échec électoral de Jospin. Cela n’invalide pas ma propre analyse.

        D’autre part et surtout, mon article ne porte pas sur Jospin, il porte sur une gauche idéaliste qui est, selon moi, dans la haine d’elle-même et dans un refus de confrontation au réel pathologique.
        Cordialement


      • CLOJAC CLOJAC 2 novembre 20:48

        @un des P’tite Goutte
        Jospin s’est enferré dans une vision bobo de la gauche échangeant le prolétaire contre l’immigré. La sueur du travailleur remplacée par les senteurs exotiques.
        En captant au passage quelques sujets sociétaux comme si le MPT, la PMA et la GPA pouvaient remplacer le pouvoir d’achat, l’emploi, l’éducation et la sécurité.
        Résultat : un transfert des voix des « damnés de la terre » vers le FN MN ravis de l’aubaine.
        Une telle cécité est étonnante de la part d’une gauche qui se dit intello, à moins qu’ils ne soient en réalité que des imbéciles instruits.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 novembre 20:02

        @CLOJAC
        Je ne voudrais pas vous contrarier, mais en 2002, le think tank Terra Nova n’existait pas. C’est à partir des années 2010 / 2011, que la Gauche social démocrate, y compris la Front de Gauche, a laissé tomber les classes populaires pour les minorités, les femmes, les migrants et les LGBT.

        L’analyse arithmétique de l’auteur est donc parfaitement valable.
        La Gauche, y compris le PCF à partir des années 80, a une propension viscérale à se diviser comme les amibes. Elle est aujourd’hui éparpillée, façon puzzle.


      • CLOJAC CLOJAC 4 novembre 01:42

        @Fifi Brind_acier
        Moi non plus je ne voudrais pas vous contrarier mais l’abandon des classes dites populaires par la gauche a commencé dès la fin du deuxième septennat de Mitran sous l’influence d’Attali, Harlem Désir, Julien Dray pour ne citer que les plus connus, hérauts du recyclage d’un tiers mondisme alors moribond.

        Leurs arguments furent entendus des caciques socialos coupés de la réalité, qui considéraient qu’avec la fermeture des usines, il n’y aurait plus d’ouvriers, donc plus de camarades votant pour eux, donc qu’il fallait fabriquer des électeurs de gôôôche en naturalisant sans conditions tous les visiteurs.
        Parallèlement, croyant ratisser large, la gauche s’est reportée sur les problèmes sociétaux : le PACS c’est Jospin en 1998 qui inaugure le nouveau progressisme.

        Dans la foulée, la droite molle terrorisée par les imprécations des médias s’est interdit de renverser la tendance, laissant pourrir la situation… Jospin et Chirac étaient étrangement proches sur ces problématiques.
        Les intellos à 2 balles de Terra Nova n’ont fait que prendre le train à la gare suivante en espérant y gagner quelques sinécures, sans comprendre qu’ils creusaient un peu plus la tombe du socialisme.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 novembre 07:51

        @CLOJAC
        Effectivement, j’avais oublié le PACS, vous avez raison !


      • Franchounet 4 novembre 16:52

        @un des P’tite Goutte
        Jospin, alors Ministre de l’EN en 1989 a manqué de c******* lors de l’affaire du voile de Créteil en 1989.
        Jospin : « Et qu’est-ce que vous voulez que cela me fasse que la France s’islamise ? » 


      • berry 2 novembre 17:51

        Scène de vie dans le RER après 50 ans de pouvoir de la gauche et du centre :

        http://www.fdesouche.com/1288257-pierre-sautarel-22


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 novembre 20:49

          @berry
          C’est ballot, mais c’est le Traité d’Amsterdam qui gère l’immigration en Europe.

          Couiner sans vouloir sortir de l’ UE, est à peu près aussi crédible que tout le reste du programme du FN. Genre « Europe des Nations », qui nécessiterait une remise à plat des Traités, impossible sans l’unanimité des 27 pays.

          Vous pouvez compter sur l’Allemagne pour ne jamais voter la suppression du Traité d’Amsterdam et sur les pays de l’ est pour ne jamais remettre en question la directive sur les travailleurs déplacés, qui leur convient très bien.

          Avoir des idées, c’est bien, mais si on ne peut pas les mettre en place, parce qu’on se met à la merci des autres pays européens, qui ont d’autres intérêts, on n’est pas sortis des ronces...


        • Attila Attila 2 novembre 18:20

          L’État avait une marge financière, une « cagnotte fiscale ». Jospin à préféré la disperser en mesures purement électoralistes plutôt que d’investir pour la France. Comportement irresponsable.

          Jospin, toujours par pur électoralisme, a fermé le surgénérateur SuperPhénix, sabotant ainsi le patrimoine scientifique et industriel de la France et hypothéquant l’avenir énergétique de notre pays. Comportement irresponsable.

          Après sa débâcle aux présidentielles, le général Jospin a laissé les troupes socialistes en rade pour les législatives : abandon de poste !

          Les présidentielles et législatives ont été dominée par l’affaire d’Outreau : ce fut une surenchère hystérique sécuritaire à laquelle la gauche a participé.

          Taubira a appelé à garder la raison et à respecter les règles de droit.

          .

          Il eût été plus charitable de ne pas ressortir Jospin de l’oubli.

          .


          • Orélien Péréol Orélien Péréol 2 novembre 19:11

            @Attila
            Le point de vue que vous affirmez ne contredit pas le mien, au cas où il serait un peu en lien avec la réalité.
            Taubira est une femme politique de haut vol, et très semblable à tous les autres.

            Surtout, mon article ne porte pas sur la politique de Jospin, il porte sur une gauche idéaliste qui est, selon moi, dans la haine d’elle-même et dans un refus de confrontation au réel pathologique et qui prend pour cible avec une force et une ténacité de requin/requine la gauche elle-même.

            Mon article dit que c’est la deuxième fois que cette gauche nous inflige les souffrances que nous avons eu avec Sarkozy et maintenant avec Macron.

            Je souhaite une gauche efficace et modeste. Pour cela, il faut se débarrasser de ceux qui ont des discours magnifiques, et qui n’ont jamais rien fait de leur vie, qu’abimer les autres.


          • oncle archibald 3 novembre 19:44

            @Orélien Péréol :

            Taubira Melenchon même combat. Leur égo démesuré les empêche d’être de bons soldats et les rend totalement inefficaces.

            Quant à Jospin il a compris trop tard que préparer le second tour nécessitait d’abord de se qualifier le premier tour. Aucun des candidats se revendiquant de gauche n’a vu venir le coup. Tant qu’ils en resteront à se demander qui va mener le bal ils seront battus.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 novembre 20:15

            @Orélien Péréol
            Je ne vois pas bien la différence entre toutes les variantes de la Gauche, mis à part le PRCF, qui essaye de reconstruire le Parti Communiste, et qui est favorable à une sortie de l’ UE.

            Tous les autres, de la FI au NPA, en passant par LO, le PS et je ne sais qui, vu qu’il y a une trentaine de Partis qui se disent de Gauche ou d’extrême Gauche, sont tous sur la même ligne politique : pro européenne, anti souveraineté, anti sortie de l’ UE et de l’euro. Bref, des vassaux du capitalisme mondialisé.

            Ils sont tous pour « Une Autre Europe » à la st Glinglin.
            Vu que l’Europe n’est pas réformable, c’est une arnaque du genre Tsipras.

            Les Socialistes ont promis pendant plus de 35 ans, une Europe sociale, dont aucun de ses électeurs n’a vu le début d’une commencement, du pipeau pour les mougeons, de la com’ et rien d’autre.


          • berry 2 novembre 20:08

            « Taubira est une femme politique de haut vol »

            Ben oui, c’est évident, il suffit d’ouvrir les yeux.

            Nous avons des dirigeants politiques de haut vol, surtout à gauche.

            C’est d’ailleurs ce que pensent tous les japonais, les chinois, les russes et les américains lorsqu’ils visitent Paris en RER.

            Ils en sont béats d’admiration !

            MDR


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 novembre 21:12

              Juste quelques questions :

              « Jospin aurait dû être élu contre Chirac » : qu’en savez-vous, que peut-on en savoir ?

              « La politique française a dérapé en 2002 » : parce qu’avant c’était mieux ?

              « Hollande n’a pas pu travailler car il était tétanisé par l’extrême gauche » :

              pourriez-vous nous rappeler quel était le programme de François Hollande ?

              pourriez-vous nous expliquer pourquoi Manuel Valls 7% des voix à la primaire socialiste s’est retrouvé premier ministre ?

              Merci de m’éclairer.


              • ribouldingue ribouldingue 2 novembre 22:54

                Ni dieu Ni maître. Depuis quand J.L Mélenchon prône l’anarchie ? J.L Mélenchon est un homme politique de gauche et ce sont les médias qui l’ont diabolisé comme étant d’extrême gauche. J.L Mélenchon représente l’aile gauche du parti socialiste. Point barre. F . Hollande l’a dit et redit je suis un socio libérale. Il représentait le centre gauche. Quant à Jospin et son échec. Il s’est pris tout seul les pieds dans le tapis en nommant un certain Claude Alègre ministre de l’éducation nationale dans son gouvernement. Ce dernier s’est soudain autorisé à prendre l’E.N pour un mammouth à dégraisser irritant au passage toute la communauté éducative. Jospin avait tout le corps enseignant derrière lui avec Alègre il s’est foutu les enseignants à dos. N’oublions pas que plus de 70 % d’enseignants ne se sont pas déplacés pour aller voter lors du 1er tour de l’élection présidentielle du 21 avril 2002.
                "L’anarchie, c’est l’ordre sans le pouvoir." à méditer...
                Pierre-Joseph Proudhon. Les Confessions d’un révolutionnaire - 1849


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 novembre 22:19

                  @ribouldingue
                  prendre l’E.N pour un mammouth à dégraisser irritant au passage toute la communauté éducative


                  Allègre n’est pas en cause, les ordres viennent de Bruxelles. En 1997, la France a signé le Pacte de stabilité et de croissance de la zone euro, qui impose une convergence des critères de gestion.

                  Nous en sommes toujours là, alors que les économies européennes, au lieu de converger, ne cessent de diverger !

                  L’Allemagne continue à accumuler des sommes énormes d’argent venant des autres pays européens, ce qui pose bien plus de problèmes monétaires que vous ne l’imaginez. C’est le système Target 2, ou pourquoi l’euro est condamné.


                • Attila Attila 3 novembre 23:02

                  @Fifi Brind_acier
                  « L’Allemagne continue à accumuler des sommes énormes d’argent venant des autres pays européens, »
                  Petite rectification : ce sont des créances, pas de l’argent. C’est bien ce qui chagrine les allemands.
                  Peuvent-ils récupérer leurs créances sous forme d’argent ?

                  .


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 novembre 07:55

                  @Attila
                  J’ai fait un raccourci pour ne pas employer le terme de « créances » qui ne parle pas à beaucoup de gens. Les explications détaillées sont dans le lien sur le solde Target 2, pour ceux qui veulent s’informer. 

                  Peuvent-ils récupérer leurs créances sous forme d’argent ?

                  Ils récupèreront des clopinettes.


                • bluerage 3 novembre 09:33

                  Vous voulez une gauche modeste et efficace, mais mon pauvre amis c’est complètement contre nature, ce que vous décrivez comme modeste et efficace se situe plutôt à droite, la gauche c’est comme l’amanite phalloïde, il n’y a rien de bon dedans.


                  • berry 3 novembre 17:09

                    @bluerage
                    Un socialiste qui réussit, ça n’existe pas, c’est comme un astronaute jardinier ou un garagiste manucure.
                    Le plus malin, c’est Manuel Valls, il est parti se planquer à Barcelone, au soleil.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 novembre 22:21

                    @bluerage
                    Vous n’avez pas remarqué qu’ils font la même politique économique et sociale ?
                    Les Français l’ont bien remarqué, qu’ils votent à Droite ou à Gauche, c’est pareil, en conséquence ils ne vont plus voter.


                  • Roy_Malo 4 novembre 10:29

                    @Fifi Brind_acier Ce que vous appeler « gauche » n’est qu’une imposture. Dès le moment qu’un courant politique se dit « compatible » avec le capitalisme il est fatalement de droite. Et ne me parler pas du centre car ce n’est qu’une droite qui n’ose pas dire son nom. Et évidemment les médias continue de répandre la confusion, ça arrange leurs proprios.


                  • eau-pression eau-pression 3 novembre 10:15

                    Jospin aurait dû être président

                    Non, Jospin aurait été président. Je doute que Taubira et consorts regrettent d’avoir été candidats.

                    Je peux me tromper, incapable que je suis de comprendre ces gens qui se laissent dominer par leur idéologie.

                    C’est plutôt sa compagne qui est d’actualité. Avez-vous une idée sur son rôle à l’époque ?


                    • Orélien Péréol Orélien Péréol 3 novembre 13:34

                      @eau-pression Sylviane Agacinski a écrit un livre « journal interrompu » que seuil sur le temps précédent l’élection de 2002.
                      Quant au fait actuel qu’elle n’aie pu s’exprimer à Bordeaux afin d’éviter des violences promises par certains groupes opposés à son point de vue et qui affirment qu’ils emploieront la force physique pour qu’elle se taise, j’ai écrit sur ce phénomène dont je dis qu’il représente une tendance de la société qui empêche de faire société et à laquelle il faudrait s’opposer calmement mais fermement, notamment en ne cédant pas.
                      La tentation de la démocratie a priori
                       https://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/la-tentation-de-la-democratie-a-64136
                      ou "Le changement d’axe du politique (3)
                      https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-changement-d-axe-du-politique-3-205940


                    • Initiativedharman Initiativedharman 3 novembre 10:48

                      En effet, il y a un avant et un après 2002.

                      C’est bien l’extrême-gauche qui a fait perdre Jospin et qui a débuté là sa renaissance. 

                      Je ne la remercie pas. Grâce à elle, la gauche socialiste n’arrive pas à se reconstruire depuis 2002.


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 novembre 22:24

                        @Initiativedharman
                        Avec 30 partis de Gauche ou d’Extrême gauche, il y a pourtant de quoi faire l’unité, non ?

                        Je me demande bien ce qui les différencie ??


                      • Initiativedharman Initiativedharman 4 novembre 21:08

                        @Fifi Brind_acier
                        Rien ne les différencie mais l’extrême-gauche est du genre sectaire, prône le culte du chef, chaque mouvement a sa propre idéologie et n’est pas du genre à partager, surtout Mélenchon ce qui explique sans doute l’impossibilité du rassemblement.
                        Je ne crois pas de toute manière que la solution soit le vote d’extrême-gauche car leur programme est inapplicable en Europe comme on a pu le voir en Grèce.
                        Je ne vois que les socialistes mais vu l’état du parti et de ses cadres, ils vont mettre vingt ans à revenir au pouvoir et je ne suis pas sûr qu’ils aient compris le message que leur ont adressé les français.


                      • Attila Attila 4 novembre 21:18

                        @Initiativedharman
                        « C’est bien l’extrême-gauche qui a fait perdre Jospin »
                        Ah bon ? Et Jospin lui-même n’y serait pour rien ?

                        .


                      • Initiativedharman Initiativedharman 4 novembre 21:48

                        @Attila
                        Si bien sûr mais l’extrême-gauche a fait 11 % il me semble et c’est des socialistes qui ont voté pour elle. Jospin avait un bon bilan, exceptionnel même. Il s’est fait lyncher par l’extrême-gauche sur des phrases stupides qu’il a prononcée pendant sa campagne du genre « mon programme n’est pas socialiste »...Mais il méritait de gagner. Il était honnête au sens noble du terme. Il a créé un million d’emploi, la sécu et l’unedic étaient excédentaires, il a créé la CMU, il a instauré la prime pour l’emploi, baisse de la TVA, aide personnalisée à l’autonomie, le PACS, police de proximité...Pas mal quand même.


                      • njama njama 3 novembre 10:57

                        Bonjour Orélien Péréol

                        Votre article me donne l’occasion de rappeler ce que j’en disais en 2011 dans le suite d’un article de Philippe Sage « Ce qui plombe le Parti Socialiste » . Mon analyse diverge un peu de la votre qui fait l’impasse sur la stratégie de la communication qui a été déterminante dans cette campagne.

                        njama 7 octobre 2011 23:15

                        Ce qui plombe le Parti Socialiste, c’est de n’avoir rien compris à la stratégie de campagne de la Droite en 2002.
                        L’angle est la manière dont un journaliste attaque un sujet. Un seul aspect est étudié, mais il est traité à fond. Il est défini au cours de la conférence de rédaction. Chaque reportage est abordé suivant un axe précis, puis grossi à la loupe.
                        Transposez en politique, car une campagne de présidentielle, c’est de la Com... et elle se prépare longtemps à l’avance, et au prix fort ! Elle se prépare avec de la suite dans les idées, comme une partie d’échecs.

                        Elle n’avait à « rougir » de rien cette Gauche, le bilan de Jospin était (assez) bon. Trop sûre d’elle ? trop sûr de lui Jospin ? il est rentré sur le ring à la dernière minute, tout appliqué qu’il était à ses fonctions de 1° ministre ! Les mains dans les poches ?
                        Cette gauche avait-elle préparé cette campagne présidentielle de 2002 ?

                        Manque de stratégie pour la campagne ? certainement. La Droite avait peaufiné la sienne, sa ligne d’attaque c’était « la SÉCURITÉ ! » ... en éludant au plus qu’elle pouvait tous autres sujets suivant ce schéma d’interview, en recentrant en permanence, ... car RIEN dans ses bilans précédents ne pouvait lui servir, ni le bilan du Gouvernement Balladur, ni celui très impopulaire de Juppé qui finira par cette invraisemblable et injustifiée dissolution de l’assemblée en 1997. Sur quels autres sujets aurait-elle pu faire campagne ?
                        Les médias s’en sont régalés, nous servant presque en boucles à chaque JT gyrophares de pompiers, police, ambulances, et voitures qui brûlent ...
                        La tuerie de Nanterre (27 mars 2002) viendra mettre de l’eau au moulin dans ce scénario apocalyptique de l’insécurité permanente et de la soit-disant impuissance de la Police de proximité.
                        Le projet UMP (rassemblement des divers droite du 1° tour pour donner le change du jeu démocratique), était vraisemblablement je crois ficelé dans les cartons bien avant le 21 avril pour sonner le Grand Rassemblement, l’Unité Sacrée !.

                        Le Hic ... le FN au lieu du PS au 2° tour !
                        En 2002 au premier tour, tout s’est joué dans un mouchoir de poche avec seulement 3, 70 % d’écart PS / RPR. (Jospin 23,30 % / Chirac 20,84 % en 1995). Rien d’anormal en terme de marges
                        1 ° tour 2002 : Chirac 19,88 % / JM Le Pen 16,86 % / L Jospin 16,18 %

                        Les résultats à peine connus, quelques éléphants politiques donnent aussitôt de la trompe à tout-va, poussent des cris d’orfraies et en appellent à l’Union Nationale pour sauver la patrie contre le méchant loup-garou, conspuent le péril brun ... ( dont des personnalités de Gauche - de mémoire Noël Mamère fut un des premiers si mes souvenirs sont bons - ) et sonnent l’hallali de la République en danger !

                        C’était parfaitement inutile de s’agiter de la sorte, car les reports de voix « naturels » de la Droite / Centre au sens large suffisaient amplement à assurer la victoire de Jacques Chirac au second tour.
                        Mais à Gauche, englués dans les déclarations hâtives plus émotionnelles qu’analytiques, dans l’imaginaire cauchemar d’un remake de fascisme, ... les électeurs, bien que sûrs de faire leur Devoir pour sauver la République, sont allés voter le 5 mai avec des gueules d’enterrement, avec du plomb dans les bottines, le ventre noué, les mains crispées ... ce qui a conduit aux résultats d’une République bananière 82,21 % pour Chirac !
                        A croire que ça les crispait moins de voter à Droite que de voter blanc /nul ou de s’abstenir !

                        S’en est suivie une longue traversée du désert pour la Gauche qui n’en finissait plus de s’auto-(psych)analyser et s’auto-culpabiliser de cette débâcle républicaine inédite S’en est-elle remise depuis d’ailleurs ? ...
                        A croire que non, à vous lire Philippe Sage.
                        Ce 21 avril 2002 qu’il faut effacer. Aussi.

                        https://www.agoravox.fr/commentaire3083879


                        • njama njama 3 novembre 11:29

                          Un premier tour « pluriel » donne bien sûr une apparence de démocratie à l’élection, c’est ce qu’avait fait la gauche.

                          Le projet UMP rassemblement des divers droite du 1° tour était une sorte de remake du Programme commun de Mitterrand ficelé à la dernière minute pour battre l’adversaire attendu au second tour, Jospin évidemment, sauf que l’outsider du FN JM Le Pen l’emporta à la grande surprise de tous les français.

                          Roland Dumas : « Le FN c’est une rigolade ! La menace Le Pen, on a fait voter tous les socialistes comme des couillons pour Chirac »

                          http://www.dailymotion.com/video/x5k1z0q

                          Il a raison car en 2002 Le Pen n’avait absolument aucune chance de l’emporter face au seul rassemblement des votes de la droite tradi RPR_UPR_DL_et consorts, partis hâtivement réunis en UMP « Union pour la Majorité Présidentielle », rebaptisée six mois plus tard en « Union pour un Mouvement Populaire » ... stratégie de la droite entre les deux tours qui était très vraisemblablement dans les cartons bien avant le 1er tour

                          Toute le gauche aurait pu s’abstenir ... plutôt que d’aller veauter en serrant les fesses


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 novembre 20:40

                            @njama
                            Merci de faire remarquer le rôle du FN, que Mitterrand a poussé dans les médias, pour jouer à l’épouvantail à moineaux...
                            « Le FN, épouvantail médiatique au service du pouvoir »

                            Mais la Gauche va avoir du mal à faire rentrer le diable dans sa boîte, vu le nombre d’électeurs de Gauche qui votent de plus en plus pour le FN ! L’auteur ferait bien de s’en inquiéter, la Gauche a joué les pompiers pyromanes, va falloir vous bouger les fesses, pour éteindre l’incendie. Si tant est que la Gauche, unie ou divisée, puisse y faire quelque chose...

                            Il y aurait bien une solution, c’est que se reconstitue le Conseil National de la Résistance et qu’un certain nombre de Partis de la Gauche, mettent en préambule de leurs programmes, la sortie de l’ UE & de l’euro, ainsi que la sortie de l’ OTAN. Ce qui est pour l’instant peu probable, la FI s’est débarrassé de ses responsables anti européens, comme Djordje Kuzmanovic.

                            Qu’ils s’allient à l’ UPR, et qu’ils défendent l’indépendance et la souveraineté de la France, car parmi les militants et les électeurs qui rejoignent le FN, il y en a un bon nombre qui croient que le FN est un parti « anti système » et « anti européen » qui défend la souveraineté de la France... , ce qui est évidemment faux.


                          • njama njama 3 novembre 21:14

                            @Fifi Brind_acier

                            La droite s’est trouvée d’autant plus décomplexée ensuite qu’elle sait que toute la gauche hormis LO et la LCR (fusionnée en 2009 dans NPA) a voté Chirac en 2002.


                          • Fergus Fergus 3 novembre 20:32

                            C’est dans le film de Michel Leclerc « Le nom des gens » que Jospin a été le meilleur !  smiley


                            • JMBerniolles 3 novembre 22:58

                              Ce qui est sain c’est de dire la vérité sur l’ère Jospin. Celle-ci a été une terrible mise en œuvre de la destruction de notre pays : * liquidation du patrimoine de l’état par une avalanche de privatisations, * utilisation de l’ écologie politique pour détruire des projets tels que le canal Rhin Rhône... * abandon et Sabotage de Super Phénix avec des méthodes de brigands, engageant la liquidation de notre pilier industriel lié au nucléaire au niveau international * parmi les forfaits il y a aussi la liquidation avec le plus grand mepris de la branche instrumentation médicale de Thompson. Certes il y a la couverture médicale universelle, mais cela ne compense pas la dégradation programmée de notre système de santé qui a été une constante depuis. * À Lisbonne en 2000 Jospin à lui-même engagé la destruction de notre modèle éducatif. À ce propos on remarquera qu’il y a une manière, avec des mesures que l’on rattache faussement à la gauche, et à qui l’on donne cette apparence, de servir les intérêts du néo libéralisme. Ainsi le collège unique.

                              La Gauche plurielle désastreuse à été au service exclusif de ce système qui continue à ruiner notre pays et à y développer les pires inégalités. Est-on capable de citer des mesures qui ont fait avancer notre pays sous la Gauche plurielle ? Les 35 heures ont été mises en œuvre de telle manière que l’on ne pouvait voir l’effet positif... Dans les organismes publics et la fonction publique les RTT ont supplanté les possibilités d’embauche... La Loi Auroux n’était que démagogie....

                              La période Jospin a donc logiquement accéléré le déclin économique et politique de notre pays. Et tout cela à été justement sanctionné en 2002. Le PS et d’abord le PC sont ainsi entrés dans leur phase de liquidation.


                              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 novembre 08:07

                                @JMBerniolles
                                La Droite n’a pas fait mieux, elle a continué la destruction du pays.
                                A part Philippe Seguin, les autres sont tous euro atlantistes jusqu’au trognon, depuis Pompidou.

                                La Droite abandonné le gaullisme et la souveraineté.
                                La Gauche a abandonné les classes populaires.

                                On comprend la logique de Marlène Schiappa qui propose à la Gauche de rejoindre LREM, pour constituer un Parti unique !


                              • Le421 Le421 4 novembre 08:48

                                @JMBerniolles

                                La Gauche plurielle désastreuse à été au service exclusif de ce système qui continue à ruiner notre pays et à y développer les pires inégalités.

                                Nous admirons la réussite spectaculaire de la droite plurielle !!
                                Tout va bien.
                                Du moins, à la télé !!
                                Question privatisations, je crois qu’en ce moment, la vente des bijoux de famille aux petits copains bats son plein. Non ??

                                Quand aux inégalités, vous me permettrez de ne même pas aborder le sujet.
                                Vous faites concours avec Spartacus, non ???


                              • Le421 Le421 4 novembre 08:50

                                @Fifi Brind_acier
                                Pour Marlène Schiappa, en fait, il paraît que c’est Hanouna qui la tuyaute !! smiley


                              • Orélien Péréol Orélien Péréol 4 novembre 09:37

                                @JMBerniolles Evidemment, tout cela a été réparé par Chirac, élu à la suite de la cohabitation de Jospin, puis encore plus réparé par l’excellente politique sociale de Sarkozy et maintenant par le très social Macron.


                              • JMBerniolles 4 novembre 10:33

                                @Le421

                                Il n’y a pas de meilleure manière d’avouer que vous vous situez dans la ligne de cette « gauche » de collaboration. Vous vous gardez bien de répondre sur le fond… 
                                Vous êtes aussi un piètre analyste…. évidemment les partis situés à droite suivant un classement qui ne signifie plus grand chose, soutiennent à fond toutes les politiques néo libérales.
                                (je pense qu’il faut plutôt définir un parti politique suivant qu’il appuie le néo libéralisme c’est à dire l’UE en l’occurrence, ou qu’il se propose combattre ce système d’une manière ou d’une autre)

                                Si vous faisiez un véritable effort de réflexion cela vous permettrait sans doute de mieux comprendre les choses et de faire des commentaires intéressants… 


                              • kirios 4 novembre 10:38

                                @Le421
                                 qu’est ce qui différencie la gauche de la droite ?
                                un delors , un jospin , un moscovici (je ne parle même pas de vals et compagnie)leur politique est elle si différente que celle d’un fillon ou d’un juppé ?
                                ces gens là , auraient tout aussi consciencieusement que micron appliqué les directives de l’« europe ».


                              • JMBerniolles 4 novembre 10:39

                                @Orélien Péréol

                                Vous ne vous défilerez pas avec ce genre d’évidence... quel étonnement de voir Sarkozy engagé dans les politiques néo libérales et de destruction de notre pays...  !

                                C’est vous qui faites un article sur Jospin. Alors est-ce que vous êtes capable de répondre .. d’expliquer ces trahisons multiples de Jospin et de sa clique, dont le PC qui a renié toute son histoire dans cette aventure malsaine… ? Pour ne pas commettre les mêmes erreurs il faut savoir les analyser.


                              • JMBerniolles 4 novembre 10:43

                                @Fifi Brind_acier

                                Je suis entièrement d’accord…  Houellebecq a dit justement dans son livre Soumission que la destruction de notre pays est dans l’agenda secret du PS et de l’UMP .. Tout cela marche avec la cécité de personnes qui fonctionnent avec leur idéologie et non pas avec une vue lucide des réalités. (Plus le matraquage des médias). 


                              • Orélien Péréol Orélien Péréol 4 novembre 10:56

                                @JMBerniolles Vous écrivez : « Vous ne vous défilerez pas avec ce genre d’évidence » Si l’évidence n’a pas de valeur pour vous, je ne peux pas faire grand chose.
                                Si dire des choses incontestables (l’évidence) est « se défiler », qu’est-ce qu’il me reste pour argumenter ?


                              • Orélien Péréol Orélien Péréol 4 novembre 11:11

                                @JMBerniolles
                                Vous écrivez : « C’est vous qui faites un article sur Jospin. »
                                Vous m’avez mal lu, je n’ai pas écrit sur Jospin, j’ai écrit sur cette gauche idéaliste et spéculative qui a pour ennemi la gauche, nous mettant dans la situation actuelle d’une démocratie ou le pouvoir central n’a pas plus d’opposition que dans une dictature. L’extrême gauche actuelle est une aide incroyable, inespérée pour la droite et Macron.
                                J’appelle à la construction d’une gauche modeste et capable d’agir. 


                              • JMBerniolles 4 novembre 13:48

                                @Orélien Péréol

                                Non, je n’ai pas lu des choses incroyables comme le « bon bilan économique de Jospin » dans votre article ? 

                                Il faut tout simplement que la « gauche » revienne à ses valeurs, à ses racines… Au delà de l’aspect social, il y avait aussi la préservation de l’ « outil de travail » qui devrait se lire aujourd’hui comme un retour à une production nationale que notre pays est tout à fait capable d’assurer… 

                                Vous oubliez aussi que Macron a été le conseiller, puis le ministre de Hollande.. avec déjà un palmarès de mesures nocives. Ce n’est pas un problème de gauche dite extrême ou modérée, mais celui d’avoir une organisation politique capable de sortir la France du néo libéralisme. Cela commence par quitter l’UE, l’Euro et couper les liens avec l’OTAN. 


                              • Le421 Le421 4 novembre 08:44

                                Démonstration, encore une fois, que les français ont horreur des mecs qui réussissent.

                                Le bilan de Jospin était l’un des meilleurs que je n’ai vu en 63 années de vie politique française.

                                Il réussit ? Vite, on le vire...


                                • leypanou 4 novembre 09:09

                                  @Le421

                                  Il a tellement réussi qu’il n’a pas été fichu d’être présent au 2ème tour smiley

                                  Je me rappelle toujours de cette phrase de Jospin de l’époque : « mon projet n’est pas de gauche », espérant ainsi plaire à la « droite modérée ». Patatras, le Menhir l’a dépassé sans l’avoir voulu.

                                  Bravo pour le soutien de LFI à Extinction Rebellion (dans l’une des dernières de JLM) : à LFI, vous en ratez rarement une.

                                  Comme on n’a plus que 12 ans, il faut y aller à fond.


                                • lloreen 4 novembre 09:56

                                  Annonce au peuple français de la mise en place d’un tribunal populaire.

                                  Je vous invite à prendre connaissance de cette vidéo très importante et à la diffuser massivement autour de vous.

                                  https://www.youtube.com/watch?v=rA6e48ry0jM&feature=youtu.be


                                  • Roy_Malo 4 novembre 11:06

                                    Il y a pas mal à dire sur cet article, notamment à propos des vérités qui y sont balancées alors qu’elles ne le sont pas.

                                    Exemples ?

                                    « La politique française a dérapé en 2002 », la politique française a dérapé bien avant, quand Mitterrand a commencé a mener une politique libéralisme et a favorisé l’émergence de l’UE telle qu’on la connait aujourd’hui.

                                    « C’est cependant à ce moment qu’a commencé à s’établir la « victoire » de l’extrême gauche sur la gauche. »
                                    Il serait intéressant de savoir ce que vous appelez l’extrême-gauche, parce que pour le moment, elle n’a pas mieux que des scores à un chiffre aux élections présidentielles.

                                    « mais la gauche modérée, capable de gouverner »

                                    Encore une fois il serait nécessaire d’expliquer ce que vous appelez la « gauche modérée » parce que si c’est celle qui fait la part belle au capitalisme, laissez-moi vous dire que vous faites une grave erreur : ce n’est qu’une gauche de façade. Et quand au fait qu’elle serait capable de gouverner, si c’est pour avoir du Hollande non merci. D’ailleurs vous sortez cette vérité, mais sur quoi s’appuie-elle ? Le bilan de Jospin, c’est surtout celui du début du chantier des privatisations et autres sabotages des pouvoir publiques qui ont, peu à peu, désorganisé le pays et grandement augmenté les inégalités. Il n’est a posteriori pas positif.

                                    « Cette extrême gauche est extrêmement divisée, et très sectaire. Elle est vraiment dans l’idéalisme pur : « nous avons raison, nous avons tellement raison que nous ne pouvons infléchir notre discours pour faire des alliances. Ce serait le commencement de la politique politicienne, dont on voit le désastre qu’elle crée et dont nous sommes les seuls capables de vous sortir. » »
                                    C’est dommage que vous ne donniez pas de nom, de sorte qu’on sache de qui vous parler exactement, à quel moment surtout, dans quel contexte précis, parce que sortir ça comme à part pour taper gratuitement, n’est pas d’une grande pertinence.

                                    « Lionel Jospin a gouverné cinq ans et son bilan était on ne peut plus convenable. Il s’est trouvé au premier tour des élections présidentielles avec une opposition de gauche : Arlette Laguiller, Jean-Pierre Chevènement, Noël Mamère, Olivier Besancenot, Robert Hue, Christiane Taubira. Il manqua à Jospin 194 600 voix pour être au second tour, 0,68% des suffrages exprimés. Taubira, qui fut ministre de Hollande, recueillit 660 647 voix soit 2,32%. Oter seulement sa candidature aurait permis l’élection de Lionel Jospin »
                                    Déjà, sur le fait que le bilan de Jospin soit convenable, il y a sacrément à en redire, et puis surtout imputer aux autres son échec est d’une malhonnêteté intellectuelle crasse. S’il n’y a pas eu de rassemblement, c’est parce qu’en terme d’idées les différentes têtes de gondoles suscités ne se retrouvaient pas. Dès lors il est normal qu’il n’y ait pas d’union. Et vous sembler comprendre le choix de vote des gens comme de la simple arithmétique, alors que non, la politique ne fonctionne pas de la sorte. Les gens ne sont pas des machines à voter. Un très grand nombre des votes qu’à reçu Taubira venait des Outremers, qui ont justement voté pour elle parce qu’il voyait dans sa candidature la possibilité d’être mieux représenté à l’échelle plutôt que d’être continuellement méprisé par les pouvoirs comme c’est encore le cas aujourd’hui. Ces gens n’auraient jamais voté pour Jospin. Est-ce trop demander que d’essayer de comprendre pourquoi les gens votent telle ou telle personne ? Êtes-vous capable d’intégrer qu’un vote ne peut pas simplement être reporté d’une personne à une autre comme s’il les gens n’étaient que de vulgaire automate à voter ?

                                    Pourquoi les choix de campagne de Jospin ne sont pas plus étudié ? Les gens étaient-ils réellement satisfait de ce qu’il avait accompli ?

                                    Embourbé dans vos certitudes et votre manque d’ouverture d’esprit je pense que cet article est malheureusement à côté de la plaque.

                                    Et quant au fait que nous ayons à nous coltiner Macron, je pense qu’il serait bien plus honnête de regarder le bilan de Monsieur Hollande et de son « libéralisme de gauche » qui n’a fait que continuer la politique destructrice des services publiques, (qui est, on ne va pas se mentir, une politique purement de droite) initiée avant lui, et qui a d’ailleurs vu l’introduction de Macron et de ses ignominies dans la politique française.


                                    • Laulau Laulau 4 novembre 13:28

                                      @Roy_Malo
                                      Si c’était possible, je vous aurais mis cinq étoiles ..... rien à voir cependant avec le trop célèbre mouvement transalpin.


                                    • alexis42 alexis42 4 novembre 17:25

                                      @Roy_Malo
                                      « Il serait intéressant de savoir ce que vous appelez l’extrême-gauche »
                                      C’est le parti dont les députés sont assis à l’extrême gauche dans l’Assemblée.


                                    • zygzornifle zygzornifle 4 novembre 12:35

                                       Le « syndrome Jospin », c’est échouer quand on a un bon bilan économique

                                      Et le syndrome Macron c’est de réussir quand on a un bilan catastrophique ....


                                      • tibidi 4 novembre 12:59

                                        Il y a un avant et un après 2002. Ce n’est dû qu’a un vol des plus communs.

                                        Les faits, monsieur le juge, rien que les faits.

                                        Les derniers sondages donnent Jospin 23% JM LePen 21 Chirac 20 Pasqua 10.

                                        Dans un timimg PARFAIT (c’est à dire quand quasiment les interventions télévisuelles sont interdites) et suite à un accord avec l’équipe Chirac ( Bachelot et Toubon qu’on traitait de bras cassés) Pasqua se retire ; la moitié de ses électeurs va chez LePen et l’autre chez Chirac  : EXIT Jospine.

                                        C’était pour moi le début de la politique politicienne : tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins ... et on ne renvoit pas l’ascenseur. Jamais.


                                        • Traroth Traroth 4 novembre 13:26

                                          Le « bon bilan économique » de Macron, c’est de plus en plus de pauvres. Pas étonnant que les Français ne soient pas exagérément enthousiastes. En fait, on passe peu à peu à un modèle à l’allemande : plus moins en moins de chômeurs, mais de plus en plus de pauvres. Ce qui veut dire que de plus en plus, le travail ne permet plus de vivre. C’est le contour de la précarisation générale qui se dessine.


                                          • Laulau Laulau 4 novembre 13:41

                                            Ah ce cher Jospin, s’il n’avait pas été là, la droite l’aurait inventé. Il était si content de lui et si sûr de gagner qu’il a encore aggravé le caractère le monarchie élective de notre constitution. Car c’est bien lui qui a inversé le calendrier électoral en faisant en sorte que les législatives suivent immédiatement l’élection présidentielle et que la chambre des députés perde ainsi toute représentativité. Il s’y voyait déjà, lui, Lionel premier le pur, président roi. Eh ben non, les français lui on dit m..e et ils ont bien fait !


                                            • Désintox Désintox 4 novembre 18:21

                                              Jospin a été coulé par la candidature dissidente de Chevènement.

                                              Jospin : 16,18%

                                              Chevènement : 5,33%

                                              Il manquait 0.7% à Jospin pour accéder au second tour.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès