• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le plan com de la rentrée présidentielle

Le plan com de la rentrée présidentielle

La vie du Président est dure et dictée par les circonstances. Face à sa dégringolade dans les sondages due à l’affaire Benalla mais surtout à l’absence de résultats économiques et à la remontée de l’inflation, il fallait bien allumer des contre feux en faisant des annonces plus formidables les unes que les autres. C’est ainsi que depuis le début du mois, les « plans » se succèdent.

Le plan, une méthode pourtant décriée par Macron lui-même

Rappelons-nous ce qu’il disait en enterrant d’un coup de pied rageur le plan Borloo sur les banlieues :

« Le président a d’emblée prévenu qu’il n’allait « pas annoncer un plan ville, un plan banlieues », y voyant-là une stratégie « aussi âgée que [lui] », et appelant à « changer de méthode ». Cette méthode de plans spécifiques « a apporté des choses » mais « on est au bout » de ce que cela a pu produire, et « aujourd’hui poursuivre dans cette logique est poursuivre dans l’assignation à résidence, la politique spécialisée » et « je n’y crois pas ».

Voilà, c’est dit, mais comme tout le monde ou presque aura oublié ces propos définitifs et à défaut d’autres outils de communication disponible, vu l’urgence, l’écran de fumée des « plans » pourra toujours resservir.

C’est dans les vieux pots qu’on fait les bonnes soupes.

Rappelons que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent et que les annonces de nouveaux « plans », largement relayées par la plupart des médias sans analyse, ni mise en perspective et en reprenant les éléments de langage fournis par le château, sont avant tout destinées à faire oublier les turpitudes et l’inefficacité d’un pouvoir aux abois.

Donc, lors de cette première quinzaine de septembre nous avons eu droit successivement au « plan prison », au « plan vélo » au « plan pauvreté » et au « plan santé ». Pas mal pour quelqu’un qui parle de stratégie « aussi âgée que lui ».

Le plan prison

Pas un gouvernement n’aura échappé à son plan prison destiné à mettre la poussière sous le tapis, c’est-à-dire mettre en avant le caractère répressif tout en évitant de dépenser trop. On va donc construire de nouvelles prisons, comme l’ont promis les précédents gouvernements et on recrutera des surveillants et des conseillers en insertion et en probation. On attend de voir le taux de réalisation de ce plan à la fin du quinquennat…

En matière de communication politique, c’est toujours bien de parler des prisons, le bon peuple se sent en sécurité, mais ne faudrait-il pas d’abord évoquer la grande misère de la justice, le nombre insuffisant de magistrats et de greffier qui travaillent dans des conditions indignes ? Travailler en amont permettrait sans doute de diminuer le nombre de personnes en détention provisoire et par là même de poser le problème de la construction de nouveaux établissements d’une autre façon. Cela éviterait sans doute également le prononcé de peine uniquement pour couvrir la détention provisoire afin d’éviter des demandes d’indemnisations. Cela éviterait aussi les libérations de détenus potentiellement dangereux parce que le juge en charge du dossier, débordé, a oublié de prolonger la détention. Cela éviterait de faire des « comparution immédiate » deux mois après les faits en laissant dans la nature des délinquants routiers coupables d’homicides avec circonstances aggravantes.

Le plan vélo

C’est un peu comme la réintroduction de deux ours dans les Pyrénées, c’est une mesure destinée à redonner un vernis écolo au gouvernement suite au départ fracassant de Hulot. Cinquante millions par an pendant 7 ans alors que la seule ville de Copenhague investit 10 millions par an depuis 2005…

Par ailleurs le plan vélo semble ne concerner que les villes en oubliant les trajets entre les communes périphériques et les villes centres.

Un coup de com, sans plus…

Le plan pauvreté

Faire mieux à budget constant : tout est dit ! Donc on se contentera de mesures cosmétiques comme la facilitation du recours aux aides ou l’amélioration des conditions de vie (petits déjeuners dans les écoles).

Silence effrayant sur l’accès au logement pour les plus pauvres et sur la réhabilitation des logements indignes dans lesquels les locataires se gèlent l’hiver parce qu’ils ne peuvent pas payer les factures d’électricité.

Méfions-nous par ailleurs des projets de refonte des minima sociaux qui coûtent toujours « un pognon dingue ».

Le plan santé

D’après Macron lui-même, ce n’est pas un problème de financement mais une question d’organisation. Tout est dit là aussi. Voici revenu le temps des cost-killers qui expliqueront aux hospitaliers comment faire des économies et surtout passer moins de temps avec les patients.

Le choix a été fait de laisser les labos de fixer les prix des médicaments en obligeant les médecins à faire le choix des patients qui pourront être traités de leur cancer parce que le budget de l’hôpital de permet pas de soigner tout le monde. 

Les plans : du recyclage et de la tambouille politique

Comment se fait-il qu’au mois de septembre on annonce des financements pour des plans ?

Peut-on parler de plans sur la comète ? Des mesures qui verront un début de commencement l’année prochaine peut-être et qui de toute façon sont déjà prévues dans les budgets ou dont le financement sera demandé aux collectivités locales, par exemple ?

Ne peut-on voir dans le blocage des pensions des retraités (économies de 3 Milliards, tout de même), une approche du financement prévu de certaines mesures contenues dans les plans.

Tout cela nous révèle une image de Président des riches qui sied bien à Macron dans laquelle les premiers de cordées semblent bénéficier d’une extra territorialité fiscale et où les pauvres et les moins pauvres doivent se démerder entre eux.

Au fait, l’évasion fiscale a été chiffrée récemment à 100 Milliards d’euros par an, de quoi financer le déficit budgétaire et les plans… Mais bon, il ne faut pas braquer les fraudeurs…

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Arogavox 21 septembre 12:27

    @auteur :

     bravo d’oser proposer cet article rapprochant plan com et plan sur la comète, 
    ce qui sera très probablement jugé mal-pensant, parano, conspirationniste, populiste, et pourquoi pas, puisque ça va ’forcément’ avec ; raciste, ravagé du bulbe , et j’en passe ...
      
      Mais comme on ne prête que ce qu’on a, vous aurez parfaitement raison de ne croire que les témoignages de soutien à votre critique ironique tout à fait bienvenue !

    • Michel DROUET Michel DROUET 21 septembre 15:42

      @Arogavox
      Merci !


    • scorpion scorpion 21 septembre 12:27

      Faut déjà être con pour pensez que cet apparatchik banquier est aussi impuissant que toi. Lui il a les moyen de te la mettre bien profond grâce à des idiots dans ton genre qui se sont mis en marche, les abrutis !


      • troletbuse troletbuse 21 septembre 12:29

        Et sans oublier le plan Q de Macronimbus, comme à la fête de la musique smiley


        • Fergus Fergus 21 septembre 13:05

          Bonjour, Michel

          Entièrement d’accord sur l’énoncé de ces constats et la dénonciation de ces leurres que sont les « plans », avant tout destinés à redorer l’image ô combien dégradée d’un président arrogant et dont la majorité des Français a compris qu’il agit principalement pour servir les intérêts des puissants et pas ceux des classes populaires.


          • Michel DROUET Michel DROUET 21 septembre 15:41

            @Fergus

            Bonjour Fergus
            Comme toute majorité, celle ci est volatile et le jour venu, c’est à dire celui des élections elle peut très bien par peur, habitude ou lassitude revoter pour ce même Président arrogant.

          • Fergus Fergus 21 septembre 18:51

            @ Michel DROUET

            Eh oui, hélas !


          • Pere Plexe Pere Plexe 21 septembre 22:15

            @Fergus

            Le seul vrai plan de Jupiter et ses sbires et le plan com 
            Les autres n’en sont que les déclinaisons en carton pâte.
            Et il faut tout le talent de journalistes aussi dociles que dévoués pour en masquer péniblement la vacuité. . 

          • Michel DROUET Michel DROUET 22 septembre 06:50

            @Pere Plexe

            C’est sans doute ce qu’il y a de plus significatif : la capacité des médias à répéter les éléments de langage fournis par le château. Dernier exemple, le « super cadeau » de 350 Millions d’euros fait au retraités modestes, jamais mis en perspective avec les 20 Milliards d’euros prélevés sur l’ensemble de français avec l’augmentation de la CSG. Et, cerise sur le gâteau, des micros trottoirs effectués par des journalistes désireux de ne pas déplaire et qui trouvent des retraités pour dire que « ha, oui, c’est bien ce que le Président à fait pour les retraités modestes ! »
            Tout baigne...

          • mmbbb 22 septembre 09:12

            @Michel DROUET il y a un qui a tout compris c est la tarlouze Besson Philippe , Il ecrivit un livre a la gloire de Macron, et il a ete promu . Il est plus malin que ce Verdi de ce media qui lui reste a critiquer Macron. C ’est son modus vivendi, heureusemnt que Macron est la , c’’est sa muse . . Il est aussi étonnant que ces personnes de gauche etant pour une ouverture d esprit ont comme reflexe la censure Dans ce media les censeurs pourraient creer une association . Il est de bon bon de critiquer Macron c ’est facile , le pouvoir c est un sport national, les multinationales c ’est un cliche mais il est a noter que ces personnes se disant libre d esprit , adoptent la meme technique . Je ne vais pas dresser la liste de ces censeurs de ce media ,, mais qu ils arrêtent avec leurs articles de scribouillards , de se prendre pour la conscience du monde et se dresser en moralisateur. Ils sont aussi vereux salauds et aussi con sinon pire que ceux qu ils ne cessent de dénoncer .. il faudrait arrêter ce manege intellectuel . Verdi si tu m endends et les autres aussi a bon entendeur salut. Vivre Macron . ! 


          • zzz'z zzz’z 21 septembre 13:45

            À force de casser du « natio », cela devient difficile de trouver des plans de tapettes ou de gonzesses, je ne suis pas sexiste, qui laissent aux électeurs les yeux plein d’étoiles comme les superproductions des EUA… 


            Les plans quinquennaux sévèrement burnés, basés sur le précepte que gouverner c’est prévoir, sont passés à la trappe, entraînant avec eux la gestion des entreprises par des administratifs et la gestion des pays par des banquiers ayant acheté les médias pour que le silence assourdissant du manque de solutions soit couvert par le nouvel épisode des Bisounours… Cette semaine, c’est dans les Pyrénées ! 

            • ZenZoe ZenZoe 21 septembre 18:12

              Bravo pour l’article, bien vu !


              • Michel DROUET Michel DROUET 21 septembre 18:28

                @ZenZoe
                Merci pour votre commentaire.


              • Cancrelat Cancrelat 21 septembre 18:18
                Nous aussi on as un plan.

                Nourrir, abreuver(ça coute rien on tiendrais des années), et loger(chez des camardes avec des outils en ligne contre des sommes symboliques, dans les bus syndicaux a la tête, a la dure bien équipé, libéralement) et protéger(des professionnels de la santé, du droit, de la sécurité, parmi nous, c’est écrit dessus), assez de citoyens libres pour qu’ils ai le temps de rédiger une constitution. (de événementiel, des élus, des fonctionnaires, des encartés, pour donner forme a cela)

                Vous savez quoi faire et quoi ne surtout pas faire. Pointez vous a Paris.

                • zygzornifle zygzornifle 22 septembre 09:50

                  Comme la plus grande majorité des mougeons sont atteint du syndrome de Stockholm Macron a encore toute ses chances ....


                  • zygzornifle zygzornifle 22 septembre 09:53

                    La France a un mauvais Karma et Macron en est l’exécuteur .....


                    • Castor 22 septembre 12:24
                      Toujours aussi percutant et argumenté dans vos analyses.
                      Veut il essayer de donner un semblant de cohérence à son action, en dehors du laisser faire qui la structure, ou alors de se faire l’écho lointain d’un Etat stratège ? En fait les « moyens » déployés font vite le lit de ces interrogations : comme vous le dites de la com, j’ajoute au service d’une démolition des amortisseurs sociaux ( bonjour les dégâts lors de la prochaine crise) qui font obstacle à ses yeux à la fluidité du marché, au service d’un mode de fonctionnement économique et financier à l’anglosaxonne.

                      • Castor 22 septembre 16:54

                        @Castor
                         rectificatif : font vite justice ( et non pas font le lit)


                      • Michel DROUET Michel DROUET 22 septembre 20:15

                        @Castor

                        Bonjour Castor
                        On est dans la com pure destinée à masquer les turpitudes de l’affaire Benalla et les mauvais résultats économiques. Au passage, et vous avez raison, on emballe le produit en prévenant qu’on ne pourra pas maintenir le système de protection sociale.
                        Les privilégiés, ce ne sont plus les riches qu’on exonère d’ISF, ce sont les classes moyennes et les plus défavorisés auxquels il faut absolument serrer la vis.

                      • Ruut Ruut 22 septembre 13:37
                        Tu as oublié le plan « Bénalla » qui illustre bien la mentalité du locataire actuel de l’Élysée vis a vie du droit Français et du respect de la Loi.
                        Niveau Passe droits c’est quand même le top du top et pour un type issus de rien du tout n’aillant passé aucun examen de compétences....


                        • Michel DROUET Michel DROUET 22 septembre 20:17

                          @Ruut
                          En fait, le plan Benalla, c’est l’accumulation des autres plans foireux qui constituent un nuage de fumée destiné à préserver Macron. De la com, rien de plus !


                        • lloreen 23 septembre 09:52

                          @Michel DROUET


                          L’affaire Benalla n’est pas de la « com ». C’est au contraire la preuve officielle et l’élément apparente d’une autre étape cruciale du régime dictatorial de monsieur Macron qui consiste à se débarrasser de la police et de la gendarmerie telle qu’elle fonctionnait auparavant en faisant le vide au ministère de l’intérieur afin d’y nommer le chef de sa milice personnelle sous les ordres duquel seront placés tous les agents.

                          La démission de Monsieur Collomb aura ouvert les portes du ministère de l’intérieur aux acolytes.




                        • Michel DROUET Michel DROUET 23 septembre 15:25

                          @lloreen
                          Je vous concède que la proposition d’armer les polices municipales et de travailler en intelligence avec les sociétés de sécurité procède d’une destruction de l’ordre républicain et de la volonté d’ouvrir les portes à tous les Benalla


                        • BA 23 septembre 06:49

                          Popularité de Macron : la dégringolade continue.


                          Après une rentrée difficile, Emmanuel Macron perd 5 points de popularité dans le dernier sondage Ifop pour le JDD.


                          Emmanuel Macron avait déjà perdu 5 points dans notre précédent sondage Ifop, au mois d’août (34 %). Il récidive en septembre et chute d’autant, à 29 % de satisfaits seulement.


                          "Le Président est extrêmement fragilisé dans sa relation avec les Français, note Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Il n’y a plus que son socle du premier tour de la présidentielle qui tient."


                          Il perd en particulier 9 points dans les professions intermédiaires et 11 points chez les employés. Il chute également de 12 points chez les sympathisants écologistes, conséquence de la démission de Nicolas Hulot, et baisse très fortement parmi ceux du centre (MoDem et UDI).


                          Parmi les griefs les plus fréquemment exprimés par les sondés : le pouvoir d’achat, le sort réservé aux retraités, le désintérêt pour l’environnement. "L’édifice est lézardé, note Dabi. La bienveillance, c’est fini."


                          Édouard Philippe suit la même pente et perd 6 points à 34%.


                          Cette semaine, le Premier ministre avait reconnu devant les députés Modem que "la rentrée était compliquée" pour l’exécutif. Édouard Philippe avait convenu que la démission de Nicolas Hulot "avait fait du mal« , tout en appelant à maintenir le cap  »Il a répété qu’il voulait la réussite du quinquennat et qu’on pouvait être fier du bilan depuis un an", avait alors expliqué un parlementaire.


                          Pour se relancer, Emmanuel Macron compte investir le terrain avec deux déplacements. Le premier de quatre jours aux Antilles avant un voyage de six jours pour célébrer le centenaire de l’armistice de la Grande Guerre.

                          https://www.lejdd.fr/politique/sondage-popularite-de-macron-la-degringolade-continue-3762131


                          • Michel DROUET Michel DROUET 23 septembre 07:32

                            @BA
                            Les rames sont de sortie... Les plans, les déplacements, les décorations. On attend l’apparition prochaine à la télé pour « s’expliquer devant les Français »


                          • Le421 Le421 23 septembre 16:09

                            @BA

                            Le plus amusant, c’est que, comme tous les autres, il chutera tous les mois dans les sondages et restera invariablement autour de 30%  !!
                            On parie ??

                          • lloreen 23 septembre 08:35
                            La république d’Emmanuel Macron (LREM) avec ses semelles de plombs est définitivement enfoncée dans le marécage des affaires qui constitue comme une seconde peau à tous les polichinelles serviles des maîtres de la City (Rothschild, les grands argentiers des satanistes du Vatican) dont le premier larbin fut le président Auriol qui leur aura permis d’arriver dans le cénacle du pouvoir.
                            C’est en effet le jour de sa nomination (mascarade électorale) que fut créée la corporation REPUBLIQUE FRANCAISE PRESIDENCE alias la 4ème république. Ce qui est tout à fait officiellement visible ci-après.

                            Dénomination REPUBLIQUE FRANCAISE PRESIDENCE Adresse REPUBLIQUE FRANCAISE PRESIDENCE, 55 RUE DU FAUBOURG SAINT HONORE 75008 PARIS Téléphone Afficher le téléphone SIREN 100 000 017 SIRET (siege) 10000001700010 N° de TVA Intracommunautaire Activité (Code NAF ou APE) Administration publique générale (8411Z) Forme juridique Administration de l’Etat, autorité constitutionnelle Date création entreprise 16-01-1947 Date de dernière mise à jour 01-01-2018 Tranche d’effectif 800 à 899 salariés


                            • lloreen 23 septembre 09:35
                              La situation en France n’est donc que la suite logique d’une longue série d’événements qui ont permis, grâce au trucage évident des scores électoraux, la nomination des exécutants dont la feuille de route consiste à établir le nouvel ordre mondial (sataniste).

                              Cela fut officiel dès l’accession de l’infâme clan Scherff (alias Bush) qui l’évoqua durant un discours et ces paroles furent reprises par leur agent Sarközy de Nagy-Bocsa.

                              Son agitation extrême -sans doute due à de mauvais dosages...-surprit les français mais cela n’empêcha pas l’avancement minutieux du plan qui se poursuivit sous la présidence de monsieur Hollande, non moins redoutable dans la mesure où son faux air bonhomme permit de rendormir les français durant cinq ans. Leur réveil fut brutal avec l’arrivée du Marcheur invétéré, lequel réussit le tour de force et de vis ultime.

                              -Plus de constitution :coup d’ état du 5 décembre 2016 (disparition de la constitution selon les dispositions de son article 16).

                              -Fin de l’abolissement de l’esclavage:loi du sur le Travail.

                              -Fin du chômage avec, l’ idée surprenante mais pas étonnante de la part d’un tel cerveau de faire traverser la rue aux chômeurs pour y trouver du travail...

                              Avec un tel étalage de mépris depuis des décennies il faut espérer que les français auront conclu que la solution est entre leurs mains. Certains l’ont compris, comme le collectif à l’origine de la création du conseil national de transition, le 18 juin 2015, un outil juridique reconnu par le droit international lorsque la situation délétère d’un peuple justifie l’application de l’article 35 de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1789, ce qui est effectivement le cas en France depuis l’instauration de la dictature le 8 mai 2017.


                              Proclamation de la Cour Suprême.


                              • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 09:21

                                On remplace le M du plan com par un N et on a le contenu de ce plan .... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès