• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le rosanvallonisme, ce cauchemar qui n’en finit pas

Le rosanvallonisme, ce cauchemar qui n’en finit pas

“Notre histoire intellectuelle et politique : 1968-2018” c'est le titre du dernier livre de Pierre Rosanvallon, historien au Collège de France et gourou de la bien-pensance. Pour le 50ème anniversaire d’une révolution qui n’a laissé que des slogans et du vieux rouge qui tâche, celui-ci nous livre sa vision du temps passé. Il a été au début des années 80 à l’origine de la Fondation Saint-Simon en “rapprochant la droite modérée et la gauche intelligente”. Que reste-t-il aujourd’hui de ce mouvement ?

Le rosanvallonisme illustré

 

Suite à l’arrivée au pouvoir de François Mitterand en 1981, les idées de la “Deuxième gauche” incarnée par Michel Rocard se trouvent reléguées au second plan. Place au socialisme pur et dur : abolisation de la peine de mort, réduction du temps de travail, impôt sur les grandes fortunes, etc…

C’est dans ce contexte qu’une poignée d’universitaires et d’énarques se retrouve autour d’un projet commun : fonder un mouvement de “fertilisation croisée” entre la droite libérale et la gauche réformiste.

 

C’est ce mouvement qui sera surnommé plus tard “la pensée unique” dans un article du Monde Diplomatique de janvier 1995 écrit par Ignacio Romanet. Pour éviter cette expression qui désigne aujourd’hui tout et son contraire, nous emprunterons la notion de “rosanvallonisme” développée par Frédéric Lordon en 2014.

Ce terme, selon lui, qualifie une critique du capitalisme mondial sans une réelle remise en question des phénomènes qui en sont la cause. Par exemple, on décrit les inégalités de salaires, sans pour autant critiquer l’intérim. On condamne le populisme, tout en votant des lois liberticides. C’est ce que Orwell désigne comme un « système de pensée schizophrénique ».

 

En effet, comment est-il possible de faire la moindre remise en cause lorsqu’on s’entoure de personnalités prônant le « capitalisme total » (Jean Peyrelevade) ou la « mondialisation heureuse (Alain Minc) ?

La critique des multinationales est le véritable tabou du rosanvallonisme.

Des mots comme « fonds vautours », « pilleurs » ou « voleurs » ne font pas partie de leur vocabulaire. Ce qui permet de cautionner la vente des « fleurons nationaux » à des capitaux étrangers, d’autoriser les mécanismes de LBO (Leveraged Buy-Out) et de laisser les entreprises délocaliser sans entrave.

Dans la tête de ces liberaux, le protectionnisme est le pendant du populisme.

 

Pour mieux comprendre ce mouvement, il faut remonte aux liens unissant ses principaux promoteurs. Il naît pour une part dans les milieux d’affaires au cours des années 70.

 

Créateur d’histoires

 

Voici une société qui est omniprésente dans le quotidien des français, mais qui est pourtant peu connue. Votre maison la cache dans ses murs, votre rue contient ses produits par dizaines et votre voiture en est équipée. Que ce soit avec Isover pour l’isolation, Pont à Mousson pour les canalisations ou le verre « Securit », Saint-Gobain est connue sous de nombreux marques.

 

Ce groupe a été fondé vers la moitié du XVIIe siècle. La célèbre Galerie des Glaces du château de Versailles constitue la première commande de ce qui est alors la Manufacture Royale des Glaces. Depuis cette période, elle s’est développée dans plus de 65 pays et compte aujourd’hui 180 000 employés.

 

Sous l’impulsion de ses dirigeants et avec l’appui de la Compagnie Financière de Suez elle se diversifiera dans d’autres secteurs d’activités : sidérurgie, construction, informatique.

 

C’est dans cette dernière activité qu’une rencontre capitale a lieu. En 1976, le président Valéry Giscard d’Estaing charge l’Inpection Générale des Finances (IGF) de constituer une commission sur les questions liées au développement de l’informatique et ses avantages pour la France.

Simon Nora (ENA 47), auteur d’un rapport sur les entreprises publiques en 1967, fait appel à de nombreux experts et énarques pour plancher sur ces questions. Il désignera comme co-rapporteur le jeune Alain Minc (ENA 75, alors agé de 27 ans). Comme une impression de déjà-vu…

 

Cette commission remet au président son rapport en 1978 sous le titre : « L’Informatisation de la Société », aussi connu en tant que rapport Nora-Minc. Dans ce texte volumineux, le terme de télématique est inventé pour désigner l’informatique liée aux réseaux de télécommunications. C’est ce rapport qui préfigurera une technologie que le monde nous envie : le Minitel…

 

Fort de ce succès (le rapport sera édité à plus de 100 000 exemplaires) le jeune Minc ira pantoufler du côté de Saint-Gobain en 1979. Son recruteur ? Un énarque passé depuis longtemps dans le privé : Roger Fauroux (ENA 56). Installé depuis peu au poste de directeur général du groupe, celui-ci voit l’informatique comme un nouveau développement industriel. Il chargera ainsi Alain Minc de la stratégie dans ce secteur après le rachat de Bull (concepteur de l’architecture réseau en couches) et Olivetti (inventeur du premier micro-ordinateur en 1965). Ces deux entreprises resteront peu de temps dans le giron de Saint-Gobain, suite notamment à sa nationalisation en 1982.

 

Roger Fauroux est aussi, par ses liens familiaux, proche des milieux intellectuels notamment par son épouse Marie qui est la sœur d’Emmanuel Le Roy Ladurie, historien au Collège de France. Celui-ci dans sa jeunesse rejoindra le parti communiste français, où il rencontre François Furet, historien à l’EHESS. Il ont pour point commun d’appartenir à des classes élevés par rapport à leurs « camarades » : l’un a des origines aristocratique et l’autre est fils de banquier. Leurs critiques du stalinisme leur inspire un profont rejet du communisme qui les fera quitter le partie en 1956.

 

Les deux s’inscrivent dans la lignée de Fernand Braudel. Le premier sera l’auteur d’un ouvrage d’anthropologie historique sur le Languedoc médiéval « Montaillou, village occitan », le second se consacrera à une relecture historique la Révolution française en opposition avec les analyses d’Albert Soboul (thèse libérale contre marxienne). Celui-ci affirmant en 1978 que « La Révolution française est terminée ». Dans le courant appelé la « Nouvelle Histoire », Le Roy Ladurie côtoiera Pierre Nora (historien a l’origine de l’expression « sentiment national »). La boucle est bouclé avec François Furet qui a épousé en première noce la sœur de Simon et Pierre Nora.

 

En 1978, Pierre Rosanvallon, tête pensante de la CFDT et de la « Deuxième gauche » change de voie et se réoriente dans l’histoire des démocraties. Il rejoint Paris-Dauphine, alors dirigée par Jacques Delors et se rapproche de Cornélius Castoriadis, Claude Lefort et François Furet. Ce dernier le fera entrer à l’EHESS lorsqu’il en est directeur en 1983.

 

Ces personnalités ayant des liens familiaux et amicaux forts seront à l’origine de ce qui deviendra la Fondation Saint-Simon. Le nom s’inspirant du comte de Saint-Simon, fondateur au début du XIXe siècle d’un mouvement d’organisation scientifique du travail et de la société, précurseur du socialisme. Pour paraphraser Marx, on peut résumer son projet à : De chacun selon sa capacité, A chacun selon ses performances. On voit dans cette référence les bases du projet de la fondation.

 

Des vertes et des pas mûres

 

Pour créer un véritable cercle de pensée, Fauroux bat le rappel du côté des industriels, Rosanvallon fera de même avec les chercheurs, des journalistes se feront également une place. Ses fondateurs décrivent cette volonté de lier des sphère que tout oppose comme suit :

« On pratique l’irrigation mutuelle » (Minc) ou la « fertilisation croisée  » (Fauroux)

« Un espace d’échange social et de production intellectuelle totalement indépendant  » (Rosanvallon)

« Nous étions le petit nombre qui savions mieux que les autres ce qui était bon pour le pays » (Nora)

 

La fondation se veut à la fois être l’héritière des clubs politiques français et s’inspirer des think-tanks américains. Elle sera donc « en même temps » bourgeoise et libérale.

 

A sa constitution, en 1982, la fondation comptera 72 membres et se limitera jusqu’à sa dissolution à moins de 200. Elle fonctionna par cooptation : les uns présentant les talents, les autres jugeant leur prestation. Une méthode éprouvée dans les milieux d’affaires et de la bourgeoisie parisienne.

 

Autour de Pierre Rosanvallon se créent des groupes de réflexions traitant de sujets sociétaux : économie, faits sociaux, politique intérieure et étrangère. Les principaux travaux feront l’objet de notes courtes ou de livret. Selon un article des Echos : « [ces] Notes à la couverture vert pâle [étaient] très attendue[s] et certaines feront date ».

 

L’exemple que nous avions traité dans notre précédent billet (“La Caste” ou les croisés de la pensée unique) concernait celle traitant du chômage par Denis Olivennes en 1993. Elle aurait ainsi comblé de joie Raymond Barre, l’ancien premier ministre s’exclamant : « Enfin la vérité ».

D’autres jeunes de la même veine feront parti du groupe : Daniel Cohen, Nicolas Dufourcq (ENA 88), Olivier Nora (fils de Simon) ou Gilles (Jacquin) de Margerie (ENA 83).

Ceux-ci occupent aujourd’hui des postes important, respectivement : professeur en économie à l’ENS et conseil de la banque Lazard ; directeur de BPIFrance (rattaché à la CDC) ; directeur des éditions Grasset et Fayard ; directeur de France Stratégie.

 

Certaines des notes seront retravaillées pour être publiée dans des revues littéraires comme Le Débat et Esprit ou des journaux comme Le Monde et Le Nouvel Observateur. La proximité des membres de la fondation avec ces entités facilite cette publication : Le Débat est dirigé par Pierre Nora et Marcel Gauchet, Esprit est proche de la CFDT et de la Deuxième gauche, Alain Minc était président de la Société des lecteurs du Monde et Jean Daniel était le co-fondateur du Nouvel Observateur.

 

Pour la presse, il faut noter que le Nouvel Observateur a un temps été dirigé par Denis Olivennes et que son actuelle directrice de la communication est Dominique Nora, fille de Simon et sœur d’Olivier… Agronome de formation, elle a bifurqué dans le journalisme économique. Elle est l’autrice d’un livre intitulé « Les Pionniers de l’or vert » ou comment faire rimer écologie avec capitalisme. Son oncle Pierre est également le compagnon d’Anne Sinclair (elle aussi ancienne membre de la fondation) qui dirige l’Huffington Post France et publie des billets dans le Journal du Dimanche.

 

Pierre Rosanvallon affirmait récemment, dans un entretien filmé sur Médiapart, qu’il donnerait l’accès aux archives de la fondation et qu’il « n’avait rien à cacher » (Edwy Plenel buvant chacune des paroles de son invité). Peu de ces notes sont librement accessibles aujourd’hui, néanmoins on connaît certains de leurs titres :

 

  • Bernard Spitz (ENA 86), « Pour en finir avec la pagaille audiovisuelle française », 1992

  • Marisol Touraine, « Les industries d’arme », 1992

  • Luc Ferry, « L’Ecologie profonde : essai de critique philosophique », 1992

  • Michel Bon (ENA 71), « Face à la corruption », 1993

  • Jean Peyrelevade, « Managed Trade, la régulation des échanges internationaux », 1994

  • Pascal Perrineau, « L’électorat FN. Droitisation du vote ouvrier ou “gaucho-lepénisme” »,1997

 

Qui sait ce qu’il y a encore dans les archives ?

 

 

La rigueur au tournant

 

A sa création, la fondation avait l’objectif de fournir un appareil idéologique libéral, il sera rapidement mis en pratique durant la période dite du « tournant de la rigueur » de 1982-1983, personnifiée par Jacques Delors (sa fille, Martine Aubry est également membre de Saint-Simon). S’y illustre particulièrement Jean Peyrelevade conseiller économique et directeur adjoint du premier ministre Pierre Mauroy : il occupera la tête d’entreprises nationalisées comme Suez, la banque Stern et le Crédit Lyonnais (où il conduira un plan de « sauvetage » en 1995)

 

Un autre personnage de la fondation sera aux commandes dès 1982. Robert Lion est nommé par Mitterrand à la Caisse des Dépôts et Consignations (ceux qui investissent une partie de votre épargne). Il sera également en charge du projet de l’arche de la Défense, dans lequel l’État et la CDC ont investis des sommes colossales. L’immeuble est aujourd’hui quasiment à l’abandon…

 

Entre 1982 et 1986, Simon Nora (de l’IGF) sera à la tête de l’ENA. A-t-il a voulu faire de l’école un HEC-bis ? Il léguera sa place à...Roger Fauroux, le spécialiste de l’industrie à la fabrique des cerveaux. Nora rejoindra la présidence du conseil de surveillance de la banque américaine Shearson Lehman Hutton, qui se renommera, Lehman Brothers… Un énarque à la tête d’une des plus grande banque mondiale, quoi de plus normal ?

 

Roger Fauroux, lui, a donné les clés de Saint-Gobain à Jean-Louis Beffa, également membre de la fondation. Alain Minc, se sentant lésé de n’avoir pas obtenu le poste, se tournera vers le groupe Beneditti, qui n’était autre que l’ancien propriétaire de l’entreprise Olivetti.

 

En 1988, Michel Rocard est nommé en tant que premier ministre, il s’entourera dans son équipe de quelques membres de la fondation dont Marisol Touraine (conseillère technique) et Bernard Spitz (conseiller). Il appellera Roger Fauroux pour diriger le ministère de l’Industrie. Celui-ci nommera en que tant que directeur de cabinet, Jean-Pierre Jouyet et conseiller technique Gilles de Margerie (qui était parti pantoufler dans la banque Rothschild entre 1986 et 1987 ; la seconde épouse de Jouyet, Brigitte Taittinger est sa cousine germaine. Le monde est petit).

 

Une fois le retour de la droite acté au début des années 90, tout ce beau monde se recasera dans des mandats locaux et internationaux ou dans la « société civile ». Jouyet, sera le chef de cabinet de Jacques Delors jusqu’en 1995, de Margerie rejoindra la banque Lazard jusqu’en 1994, Spitz à la direction de Canal+ jusqu’en 1996.

 

En parallèle, Jacques Attali (ENA 70), plume de Mitterrand, obtient le poste de directeur de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). Cette banque visait principalement à soutenir les pays de l’Est suite à l’effondrement de l’URSS. Sa gestion désastreuse de la banque, vu comme une tirelire, le pousse vers la sortie dès 1993. Détail intéressant : il est issu de la même promotion de l’école Polytechnique (X1963) que Philippe Lagayette (ex-VP de JP Morgan, actuel VP de Barclays) qui l’a également côtoyé à l’ENA, mais aussi Francis Lorentz (autre membre de la fondation Saint-Simon).

 

On le voit ainsi ces « sociaux-libéraux » sont surtout des libéraux « pur jus ».

 

Un totalitarisme en cache un autre

 

C’est à cette époque de grand chantier européen que la fondation change d’orientation. Elle arrête l’organisation de séminaires et s’universitarise, selon Rosanvallon. Elle continue d’accueillir les grands de ce monde dans ses déjeuners mensuels, comme Jacques Chirac en 1995.

 

En 1997, François Furet, l’un des principaux influenceur de la fondation, est élu à l’Académie française. La même année, il décède avant d’être reçu par cette institution, à deux doigts de l’Immortalité…

 

Deux ans plus tard, Pierre Rosanvallon, qui avait prit la direction de la fondation, annonce sa dissolution (qui est directement publiée dans le journal Le Monde). Celui-ci perdant « le goût » de ses travaux, il enterre cet organe de propagande qui aura influencé la vie politique française pendant près de 17 ans. L'arrivée de Jean-Marie Messier aurait été le dernier clou dans le cercueil. Celui-ci annonce également qu’elle a « réussi » son travail, celui d’imposer le libéralisme anglo-saxon à l'image de ce qu'on fait Reagan ou Thatcher.

 

Le rosanvallonisme est simplement le vernis intellectuel qui a permis de tolérer toutes les exactions du capitalisme des années 80-90 et qui est aujourd’hui une composante intangible de nos gouvernements à l’échelle européenne, voire mondiale. Nous sommes passé dans le règne de la « doublepensée » d’Orwell, le « en même temps » du monarque républicain. C’est (faire) croire que le capitalisme n’a aucun impact sur notre environnement, qu’il ne génère aucun conflits et qu’il ne s’affranchit d’aucunes lois.

Ces artistes de la doublepensée n’ont malheureusement pas été éliminé par le bug de l’an 2000. Ils continuent depuis à peupler les thinks-tanks, cercles et autres fondations que ce soit en France ou au niveau européen. C’est ce que nous verrons dans le prochain billet de cette série.

 

---

Références :

 

Le Monde :

Le Monde Diplomatique :

Les Echos :

Libération :

Médiapart :

Livres :

  • Jean-Claude Michea, Notre ennemi, le capital, Climats, 2017
  • Sophie Coignard, La Caisse des Dépôts, Points, 2018
  • Laurent Mauduit, La Caste, La Découverte, 2018

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • JL JL 21 septembre 09:28
    Merci au Comité des Cents, pour cet article si riche en informations, et éclairant.
     
     Ma réflexion politique des années 70 était entièrement influencée par ces analyses diffusées ad libitum dans la presse de gauche de l’époque.
     
    Je note particulièrement ces phrases :’Le rosanvallonisme est simplement le vernis intellectuel qui a permis de tolérer toutes les exactions du capitalisme des années 80-90 et qui est aujourd’hui une composante intangible de nos gouvernements à l’échelle européenne, voire mondiale. Nous sommes passés dans le règne de la « doublepensée » d’Orwell, dans le « en même temps » du monarque républicain. C’est (faire) croire que le capitalisme n’a aucun impact sur notre environnement, qu’il ne génère aucun conflits et qu’il ne s’affranchit d’aucune loi.’’
     
    ’’ ... ce que Orwell désigne comme un « système de pensée schizophrénique »’’. J’ajoute : et que le dicton populaire exprime ainsi  : « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. »
      
    ’’Dans la tête de ces libéraux, le protectionnisme est le pendant du populisme.’’ Bel amalgame en effet puisque de fait, les deux sont des antilibéralisme. A rapprocher de ce néologisme : illibéralisme récemment forgé qui est un amalgame indirect par référence l’amalgame implicite : libéralisme = démocratie.  (*)
     
     
    Ps. ’’abolisation de la peine de mort’’  ? Hum ... vous pensiez à diabolisation  ? 
     
    (*) « De même qu’on n’a jamais réussi à faire reconnaître à l’éditorialisme que le Parti socialiste n’avait plus rien à voir avec la “gauche”, de même il n’y aura probablement pas moyen de lui faire entendre que le néolibéralisme est un anti-démocratisme, qu’il est par essence et non par accident, un illibéralisme, catégorie précisément formée pour être appliquée aux “autres” (les hongrois, les Polonais ...) c’est-à-dire pour mieux se dédouaner soi-même.  » Frédéric Lordon

     

    • JL JL 21 septembre 10:57
      ’’... analyses diffusées ad libitum dans la presse de gauche de l’époque.’’
       
       Certains diront : ad nauseam. Cela dépendait en effet , de leur positionnement politique d’alors.
       
       Les temps ont changé ; les opinions également.

    • izarn izarn 22 septembre 13:19

      @JL
      Le comité des cents familles ?
       smiley
      En effet, à propos des saint-simoniens, on en est pas loin...


    • Fergus Fergus 21 septembre 09:38

      Bonjour, JL

      « ces analyses diffusées ad libitum dans la presse de gauche de l’époque. »

      Plutôt ad nauseam qu’ad libitum, non ? Lesdites analyses ont en effet largement contribué à polluer la pensée de la gauche socialiste. 


      • baldis30 21 septembre 16:44

        les p

        @Fergus
        bonjour,

        c’est ce que j’appelle les politiROcards adeptes de la politiROcardie ... la politique de la France se décide à Genève, à Wartburg, à Wittenberg, à Rome, à Jérusalem, à Ryad ... et de temps en temps il y a un miracle ( un MI-racle n’est jamais que la moitié d’un racle, donc pas grand-chose) à Lourdes, à Fatima ... 


      • Pierre Régnier Pierre Régnier 21 septembre 18:47

        @baldis30

        Quand je militais au PSU, le rocardien que j’étais regretta que Rocard quitte notre parti qu’il dirigeait pour aller chercher une possibilité de devenir ministre, voire plus, au PS.

        Mais j’étais sûr, au moins, qu’il y créerait et conduirait un courant de vraie Gauche. Je me trompais, la vraie Gauche du PS était représentée, à l’époque, par Jean-Pierre Chevènement.

        Hélas, celui-ci est devenu l’un des pires dirigeants du PS. C’est lui qui, Ministre de l’Intérieur, négociant la création du CFCM (un bon projet en soi) accepta de continuer les négociations après que les responsables « modérés » de l’islam aient refusé de rejeter publiquement au moins la règle islamique qui fait du musulman rejetant sa religion en le faisant savoir un apostat méritant la mort.

        Que ce soit Sarkozy, successeur de Chevènement au Ministère de l’intérieur qui ait signé la création du CFCM n’enlève rien à la responsabilité du PS - et de toute la fausse Gauche - dans l’actuelle islamisation de la France.


      • izarn izarn 22 septembre 13:24

        @cric
        Hé oui, un ancien secretaire d’Etat de Vichy devenu résistant en 1943 (Aprés Stalingrad il était impossible de croire à la victoire allemande), pour finir premier secretaire du PS et enfin président de la République...
        Qui pouvait y croire ?
        Qui ? Les vieux cons gogochistes boboisés...


      • Pierre Régnier Pierre Régnier 21 septembre 09:58

        Comme JL ci-dessus je remercie le Comité des Cents « pour cet article si riche en informations, et éclairant ».

        Je voudrais tout de même souligner que le « rosanvallonisme » - que j’ai bien connu de l’intérieur à la CFDT - fut dans une large mesure une réaction à cette évidence : l’incapacité de la fausse Gauche à sortir vraiment du stalinisme et à créer un projet véritablement socialiste.

        On en est, hélas, toujours là.

         


        • malitourne malitourne 21 septembre 10:44

          Le rosanvallonisme n’est pas une pensée mais un outil de propagande du libéralisme en France porté par la caste médiatique qui s’est formé dans les années 80 et qui sévit encore.


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 21 septembre 12:01

            @malitourne

            La caste qui sévit le plus en France en ce moment a deux composantes :
            - l’économisme (injustement qualifié de « libéralisme » mais cela n’est pas nouveau) dont le « rosanvallonisme » est effectivement un outil de propagande,
            - la fausse Gauche qui apporte son soutien à l’immigration illégale, au remplacement de la population et de la culture du pays, et, pire que tout, à l’islamisation de ce pays ainsi qu’à celle de l’Europe.


          • baldis30 21 septembre 16:47

            @Pierre Régnier
            bonsoir,

            « l’économisme (injustement qualifié de « libéralisme » mais cela n’est pas nouveau) »

             qui ne survivra pas à la prochaine bulle financière qui pourrait bien éclater à partir du secteur « information » .... il y a des prémices bien visibles en France !


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 21 septembre 21:02

            @baldis30

            Avec les responsables politiques, de droite et « de gauche » que nous avons, l’économisme survivra, comme il a survécu aux États Unis après l’énorme « bulle financière qui a éclaté ». On fera, comme là-bas, appel aux contribuables pour renflouer les riches qui perdraient une partie de leur richesse dans l’éclatement. C’est ça qu’on appelle le libéralisme.


          • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 21 septembre 13:46
            On en revient toujours à la critique du capitalisme. La seule critique légitime était faite par F. Hollande : mon ennemi c’est la finance !.....on a vu après…..
            Les grands capitaines d’industrie on fait le progrès
            Les grands financiers ont tout démoli.

            • baldis30 21 septembre 16:50

              @yapadekkoaqba
              bonsoir,

              « Les grands financiers ont tout démoli. »

              ben oui ... avant de se démolir eux-mêmes si comme je le pense la prochaine bulle vient du secteur « information » ... avec naturellement effet domino....


            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 21 septembre 14:25
              Très bon papier

              .Un complément analytique ci-après :http://www.voltairenet.org/article196012.html

              Renaud Bouchard

              • Cancrelat Cancrelat 21 septembre 17:28
                Ho !

                L’aristocrate putschiste, soyez pas trop détendu méme si tout ce passe comme prévu, les gars ne sont pas dupes comme en 68, il savent parfaitement que toute ces facilités inhabituelles ne tombent pas du ciel.

                Cette rentrée, c’est un peu comme la marée du siécle, peu de police et en plus en gréve et portés pals en masse. Les avocats gratuit pleuves et les condés relâchent sans suite, avant même qu’ils arrivent.

                On se doute de quelque chose l’ancien mais on est bien forcé d’espérer qu’il y a une élite de remplacement par ce qu’autour de moi, la, ya pas de ministre providentiel potentiel, ca c’est sur.

                ++

                • Montdragon Montdragon 22 septembre 10:04
                  Excellent.
                  Rosanvallon est adulé en sociologie des organisations, ce qui devrait déjà nous effrayer.
                  Cette génération entière d’énarque a volé aux français des dizaines de brevets et des milliards en investissement en se couchant au plus offrant.
                  Pour ne citer que Juppé qui volait vendre une société comme Thomson pour un Fr symbolique.
                  Notre pays est blindé de talents qui ont vite compris qu’il fallait se vendre à l’étranger car « l’État » ne soutient que le tertiaire a faible valeur ajoutée finalement.
                  Pour un rejeton de ces fous, tel que Macron, la fin de l’Histoire est la France DisneyLand où n’importe qui doit savoir tenir un plateau de service, il suffit de traverser la rue.
                  Le reste, laissons faire les chinois et coréens, qui en 1981 nous regardaient avec des grands yeux pleins d’envie.
                  Gâchis vous avez dit ?


                  • Clocel Clocel 22 septembre 10:25
                    @Montdragon

                    Des sans-culottes aux sans-couilles, qui n’auront au final, que ce qu’ils méritent, aucun Autel ne mérite qu’on lui sacrifie la Liberté, l’Indépendence.

                  • Raymond75 23 septembre 09:23
                    Pitoyable fin des ’gauches’ issues du Congrès de Tours en 1920 :

                    L’une, la gauche ’révolutionnaire’, devint le bras armé du communisme, et se vautra dans le mensonge et la falsification de l’histoire, jusqu’à disparaitre enfin dans les années 80.

                    L’autre, la gauche ’réformiste’, abouti à intégrer toutes les valeurs du libéralisme comme il est expliqué dans ce très bon article.

                    Échec d’une pensée qui se voulait généreuse et progressiste, boulevard ouvert à la finance internationale. Nous y sommes.

                    • CN46400 CN46400 23 septembre 09:47
                      Le rosanvallonisme par la sémantique :

                      -Pas de capitalisme, juste du libéralisme ou de l’économisme...
                      -Pas de bourgeoisie, juste des riches ou des intellectuels « sérieux »....
                      -Pas de prolos, juste des classes populaires réléguées
                      -la lutte des classes est « dépassée »...
                      En fait, c’est la gauche décaféïnée..... celle qui vous fait prendre des vessie pour des lanternes !

                      • Reiki Reiki 23 septembre 10:53

                        Article intéréssant Tellement que je trouve dommage , que se ne sois pas le genre d information qu on apprend pas dans les institutions public. Nos jeunes sont conditionné a oublier notre passé proche. On ne parle pas politique car on prendrais parti pour l un et l autre se qu on peu concevoir. Mais du coup nous en avons fais un Tabou.... Personne ne vous écoutera ou peu etre les plus sages... Si notre Politique nous empeche l enseignement de l essentiel a savoir réfléchire et confronter des idées. C est que cette dernière es nuisible a son peuple. Élire une personne c est la démocratie ? .... Nous en sommes loin .... Nous sommes des moutons instruit Mdr


                        • Emin Bernar Emin Bernar 23 septembre 12:39

                          Ne mélangez pas tout ! Pierre Nora est un historien, il a dirigé l’ouvrage « Les lieux de mémoire », le meilleur livre des 30 dernières années, il s’oppose à la pensée unique, aux lois mémorielles, il défend la liberté pour l’histoire contre ceux et celles qui la remettent en cause ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès