• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Législatives 2024 (19) : quel possible Premier Ministre pour une impossible (...)

Législatives 2024 (19) : quel possible Premier Ministre pour une impossible majorité ?

« Je tiens à féliciter les 577 députés nouvellement élus. Tous réunis représentent notre Nation. Cette dissolution, je ne l’ai pas choisie, mais j’ai refusé de la subir et avec nos candidats Ensemble, nous avons décidé de nous battre ! » (Gabriel Attal, le 7 juillet 2024 à Matignon).

Un cauchemar succède à un cauchemar. Jean-Luc Mélenchon fait du forcing pour s'imposer à Matignon. Il l'avait déjà fait en juin 2022 (voir l'affiche). La journée du lundi 8 juillet 2024 s'apparente à une sorte de journée nationale du déni démocratique. Le lendemain du second tour des élections législatives est assez étonnant. Après tout, les trois pôles politiques qui constituent le paysage politique ne sont pas mécontents des résultats. Les quatre même, avec LR.

En effet, la nouvelle farce populaire (NFP), dont principalement les insoumis, est heureuse de se positionner en tête de ces trois pôles, même s'elle lui manque une centaine de députés pour former une majorité. Le pôle central autour d'Ensemble pour la République a sauvé les meubles et même s'il a perdu beaucoup de sièges, il reste dans une position centrale sans laquelle aucune majorité ne pourra se constituer. Quant au pôle d'extrême droite, certes, le RN est très déçu de l'absence, et de loin, de majorité, absolue ou relative, prophétisée à tort et à travers par les sondages, mais peut se féliciter toutefois d'une augmentation d'environ 60% de son groupe à l'Assemblée ainsi que du début d'une alliance avec une partie (très faible) de LR (Éric Ciotti et ses copains). On peut même rajouter dans ce feu de joie le quatrième pôle, nettement plus petit, LR, qui, non seulement a sauvé les meubles mais s'est accru (hors Ciotti) avec ces élections bien particulières.

Le principal pôle, le NFP, a des raisons d'être content d'avoir obtenu le meilleur score en sièges, mais des raisons d'être tristes d'être dans l'impossibilité de constituer seul une majorité. Cette seconde partie de la phrase est complètement oubliée dans l'esprit des dirigeants du NFP, et c'est grave ! Jean-Luc Mélenchon, très malin, s'est exprimé dès 20 heures 02 pour annoncer ou plutôt imposer le programme du NFP, rien que le programme, tout le programme, rejetant tout compromis avec d'autres formations extérieures au NFP.

C'est même pire : en proclamant urbi et orbi son credo inviolable, il empêche toute sortie institutionnelle acceptable de cette situation impossible que les électeurs ont pourtant voulue. Le pire, c'est qu'il est suivi par à peu près la plupart des socialistes et des écologistes.

Confirmée par Mathilde Panot le 8 juillet 2024, l'hypothèse de Jean-Luc Mélenchon à Matignon est dans les tuyaux et cela va aboutir à une impasse : les Français ont voté très majoritairement à droite et il vont se retrouver avec un gouvernement Mélenchon ! Certes, il peut transiger sur le nom du Premier Ministre mais il ne transigera pas sur son appartenance au groupe des insoumis qui devrait être le plus nombreux (par exemple, pas question de François Ruffin !). On parle donc aussi de Mathilde Panot, de Manuel Bompard, et surtout, ces derniers temps, de Clémence Guetté, la doctrinaire du lot, certes sympathique jeune femme (désolé d'être sexiste et ce n'en est pas, puisque ça fonctionne aussi sur les hommes, le look de gendre propre sur lui a évidemment aidé Jordan Bardella).

Pendant ce temps, Marine Tondelier, la porte-parole des écologistes, multiplie ses interventions publiques dans le secret espoir d'être choisie Première Ministre, ou au moins, ministre, alors que ce groupe EELV, qui voudrait bien récupérer les quelques insoumis dissidents voire les communistes rescapés, est le plus faible de leur union à gauche.

Tous ces responsables politiques du NFP oublient une petite chose : si leurs députés sont aussi nombreux, ils ne le doivent pas à une vague rouge d'envie de gauche, de désir de gauche, ils le doivent seulement parce que la plupart ont été élus grâce aux voix des électeurs du pôle central, du pôle macroniste et sans eux, ils auraient été, pour beaucoup d'entre eux, battus au profit d'un candidat d'extrême droite.

Seuls, quelques socialistes, pour l'instant très minoritaires en raison de la mélenchonerie de leur chef Olivier Faure, apportent une note dissonante dans ce joyeux déni voire délire parlementaire : Raphaël Glucksmann, tête de liste aux européennes, Jérôme Guedj, réélu député de l'Essonne, par exemple, mais aussi Boris Vallaud, l'ex-président du groupe PS en 2022-2024, également quelques députés PS de base, qui sont bien conscients qu'ils ont été élus ou réélus grâce aux électeurs macronistes et que la situation parlementaire impose de trouver des compromis pour former une coalition bien plus large que le NFP pour éviter une motion de censure dès le deuxième jour de pouvoir.

C'est la raison pour laquelle le Président de la République Emmanuel Macron se garde bien de parler, de tirer des conclusions hâtives, et de prendre une initiative sur le choix du gouvernement. Il attend de toute façon la formation des groupes politiques qui ont jusqu'au 20 juillet 2024 pour se constituer, sachant que la session extraordinaire commencera le 18 juillet 2024 par l'élection cruciale du Président de l'Assemblée Nationale (qui sera élu, un représentant du NFP ou une personnalité qui obtiendra un accord Ensemble-LR ?).

Cette session extraordinaire durera jusqu'au 2 août 2024 le temps que les députés s'installent dans les commissions et les différents groupes, etc. Ensuite, la prochaine session ordinaire aura lieu en début octobre 2024 et seul le Président de la République peut convoquer les députés en sessions extraordinaire avant cette date.
 

Donc, on peut comprendre qu'au point où en sont les choses, le Premier Ministre Gabriel Attal, qui a présenté sa démission au Président de la République ce lundi 8 juillet 2024 comme le veut la tradition après des élections législatives, est chargé de rester provisoirement en place pour assurer la stabilité et la continuité du pouvoir, et pourrait probablement rester en place au moins jusqu'à la fin de l'été, dès lors qu'aucune solution viable n'est trouvée pour la constitution du prochain gouvernement.

La situation est d'autant plus compliquée qu'aucune dissolution ne sera possible avant un an, ce qui signifie que la situation actuelle est inédite dans l'histoire de la Cinquième République, jamais les députés n'auront autant de pouvoir qu'aujourd'hui et l'année qui vient.

Dans la majorité présidentielle, les réactions aux résultats sont prudentes. Beaucoup de conciliabules de part et d'autre, mais aussi beaucoup de silence. Tout ce qui est sûr, c'est que la solution passera nécessairement par la participation du pôle central dans le futur gouvernement. La question, et il y a des divergences chez les macronistes, c'est : faut-il que la grande coalition penche à droite (parce que les Français ont voté très à droite cet été, veulent réduire l'immigration, être plus fermes pour la sécurité, etc.) ou penche à gauche, là où il y a une plus grande réserve de parlementaires au-delà du pôle central ?

Pour l'instant, François Bayrou tente timidement de poser quelques points de méthode pour aboutir à une vraie grande coalition qui ne serait pas du débauchage. Il est effectivement bien placé pour la proposer puisque c'était son dessein présidentiel depuis 2002, c'était aussi l'héritage de Valéry Giscard d'Estaing qui, en 1983, souhaitait réunir deux Français sur trois (il en a fait un bouquin), et il est bien placé aussi parce qu'il s'est abstenu au second tour de l'élection présidentielle de 2007, il a voté François Hollande au second tour de l'élection présidentielle de 2012, et il vient du centre droit.

Troisième groupe crucial dans une éventuelle grande coalition, Les Républicains. L'affaire est pourtant claire, avec Geoffroy Didier, Laurent Wauquiez et quelques autres : pas question de se compromettre avec les macronistes. Ils continuent, même après les élections, le Macron bashing, préférant attendre tranquillement dans leur fauteuil d'opposition de reprendre la main à l'élection présidentielle de 2027 (même pas 5% en 2022, rappel grinçant). Là encore, cette position d'irresponsabilité totale, la même que le NFP, pire car c'est la politique du pire, ces dirigeants de LR préfèrent l'application du programme ultragauchiste du NFP ou alors, en cas de blocage, la victoire en 2027 du RN sur les ruines d'une législature bloquée.

Là encore, les députés LR n'ont pas encore pris acte que, pour la plupart d'entre eux, ils ont été élus grâce aux voix des électeurs macronistes voire des électeurs de gauche pour certains d'entre eux. Cela les obligerait à plus de responsabilité dans une situation où l'intérêt national doit l'emporter sur le confort boutiquier des appareils.

Les députés RN, au moins, seront forcément dans l'opposition, mais quelle attitude adopteront-ils ? Voteront-ils des motions de censure de l'ultragauche ou pas ? Marine Le Pen a déjà déclaré qu'elle attendait le prochain scrutin et Jordan Bardella a avoué le 8 juillet 2024 qu'ils avaient fait des erreurs. En fait, et il faut le répéter, ce RN n'est qu'un appareil de produire du bluff.
 

Pendant deux ans, ils n'ont pas arrêté de dire matin midi et soir qu'ils étaient prêts, qu'ils réclamaient la dissolution et qu'ils voulaient Matignon. Vu la nature de leurs candidats, près d'une centaine particulièrement "craignos", avec des déclarations ou expressions racistes, voire nazies, des incompétences béantes (comme l'incapacité à débattre, ou même à poser un argument), et cette impréparation montre que tout le discours du RN pendant deux ans n'était qu'une énorme tromperie. Et une paresse ! Encore ce 8 juillet 2024, Jordan Bardella a été élu président d'un nouveau groupe d'extrême droite au Parlement Européen réunissant notamment les députés européens de Viktor Orban et ceux de Matteo Salvini, et pourtant, comme d'habitude, il était absent !

Les dirigeants du RN n'osent pourtant pas reconnaître que ce n'est pas l'impréparation qui a été la cause de leur défaite, car dans d'autres partis, dans le passé, il y a aussi eu des députés élus et très "impréparés" (dirons-nous), mais la cause profonde, c'est la volonté urgente de ne pas mettre l'extrême droite au pouvoir et le succès, improbable pourtant, du front républicain contre eux. La baudruche RN s'est donc dégonflée et cela a soulagé de nombreux Français, un peu comme après un orage et le retour du beau temps, ou après un examen au baccalauréat difficile et que le résultat a finalement été positif.

Comme prévu, le RN a déploré le fait d'être arrivé en tête par le nombre de voix et en dernier en nombre de sièges. Ses dirigeants ont quand même du mal à parler de vol d'élection. Certes, au second tour, le RN a reçu 8,7 millions de voix, avec ses alliés, 10,1 millions de voix, devant les 7,0 millions de voix pour le NFP, les 6,3 millions de voix pour Ensemble et les 2,5 millions de voix pour LR et divers droite. Mais il faut regarder les choses autrement, car c'était un second tour : cela signifie avant tout que, face aux 10,1 millions de Français qui ont choisi un candidat RN ou allié, 15,8 millions de Français (61,0% !) ont déclaré qu'ils n'en voulaient à aucun prix, dussent-ils pour cela voter pour un candidat de gauche quand on est de droite ou inversement. Dans cette perspective, le RN a fait moins bien qu'au second tour de l'élection présidentielle de 2022 où Marine Le Pen avait réuni plus de 13 millions de voix.

Je termine par cette remarque institutionnelle importante. Les dirigeants du NFP sont en complète contradiction avec leur programme. Dans leur programme, ils veulent supprimer la possibilité de l'article 49 alinéa 3 de la Constitution, et pourtant, ils le proposent pour faire adopter l'abrogation de la réforme des retraites, pensant d'ailleurs que les députés RN accepteraient d'être leurs tacites alliés. C'était justement dans le cas où aucune majorité absolue se dégage que l'article 49 alinéa 3 s'est imposé aux constituants de 1958. Ils ne voulaient pas revivre les poisons de la Quatrième République.

Par ailleurs, ils voudraient mettre le scrutin proportionnel. Mais la proportionnelle ferait de l'Assemblée Nationale une mosaïque comme celle que nous connaissons depuis 2022, mais de manière définitive et irréversible, car il n'y aura aucun retour en arrière. L'élection d'une majorité absolue UDF-RPR le 16 mars 1986 malgré le scrutin proportionnel s'explique parce que le pôle de centre droit valait au moins 40% des suffrages exprimés (en 1984, il avait fait 43,0% aux élections européennes). Aujourd'hui, aucune coalition ne sera capable d'attendre de tels sommets, et la proportionnelle transformerait les institutions en Quatrième République sans possibilité de revenir en arrière.
 

De plus, et c'est cela le plus paradoxal, c'est que les dirigeants du NFP (ainsi que de LR, mais ils ne prônent pas la proportionnelle) ont démontré qu'ils étaient incapables de se comporter en responsabilité dans le cas d'un scrutin proportionnel puisque, même aujourd'hui, ils refusent d'admettre qu'il faille négocier le principe d'une grande coalition qui irait au-delà du NFP. Dans leur comportement, dans leur pratique, dans leur positionnement, ils sont au contraire totalement dans une pratique du scrutin majoritaire qui veut, en gros, tout ou rien, ça passe ou ça casse. À dix mille lieues du scrutin proportionnel (contre lequel je me bats depuis toujours !) qui impose des compromis à chaque lendemain d'élections pour constituer une grande coalition et gouverner de manière durable (comme en Allemagne, en Espagne, aux Pays-Bas, en Belgique, en Italie, etc.). Ce dimanche 7 juillet 2024, l'ayatollah Jean-Luc Mélenchon, l'imam du 93, a déjà décrété une fatwa contre tous les imprudents du NFP qui se prendraient à négocier une ouverture avec le pôle central.

La situation est donc loin de se clarifie sur le plan parlementaire. Vous pouvez certainement partir en vacances l'esprit léger. Il ne se passera rien pendant que vous bronzerez sur les plages ou marcherez dans les sentiers de montagne. En revanche, la rentrée promet d'être chaude !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (08 juillet 2024)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Législatives 2024 (19) : quel possible Premier Ministre pour une impossible majorité ?
Législatives 2024 (18) : la fin du cauchemar Bardella (pour le moment).
Résultats du second tour des élections législatives du 7 juillet 2024.
Fake news : la scandaleuse manipulation politique du RN.
Législatives 2024 (17) : rien n'est joué dimanche prochain !
Législatives 2024 (16) : la question de dimanche prochain.
Législatives 2024 (15) : les promesses n'engagent que ceux qui y croient !
Législatives 2024 (14) : la revanche des gilets jaunes ?
Législatives 2024 (13) : fortes mobilisations au premier tour.
Résultats du premier tour des élections législatives du 30 juin 2024.
Appel aux sociaux-démocrates.
Éric Le Boucher : la France va plutôt bien (27 juin 2024).
Législatives 2024 (12) : un isoloir, ce n'est pas un cabine d'essayage !
Législatives 2024 (11) : front, rassemblement, union nationale, barrage, consignes de vote...
Législatives 2024 (10) : il était une fois Jordan Bardella, Gabriel Attal et Manuel Bompard.
Législatives 2024 (9) : Emmanuel Macron et son n'ayez-pas-peur !
Interview d'Emmanuel Macron à Génération Do It Yourself le 24 juin 2024 (podcast intégral).
Lettre aux Français d'Emmanuel Macron le 23 juin 2024 (texte intégral).
Législatives 2024 (8) : la bataille de Matignon.
Le programme aux élections législatives du 30 juin 2024 d'Ensemble pour la République (document à télécharger).
Législatives 2024 (7) : Ensemble pour la République.
Législatives 2024 (6) : Nicolas Sarkozy et François Fillon bougent encore !
Législatives 2024 (5) : le trouble de Lionel Jospin.
Législatives 2024 (4) : l'angoisse de Manuel Valls.
Législatives 2024 (3) : François Hollande dans l'irresponsabilité totale !
Législatives 2024 (2) : clarification ou chaos ?
Législatives 2024 (1) : vaudeville chez Les Républicains.
Sidération institutionnelle.
Élections européennes 2024 (4) : la surprise du chef !
Résultats des élections européennes du dimanche 9 juin 2024.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.17/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Seth 9 juillet 18:57

    Feu Madame Soleil trouvait la réponse tout de suite, elle. Elle n’avait pas besoin pour cela de pérorer à perte de vue. smiley


    • amiaplacidus amiaplacidus 9 juillet 19:00

      Moi qui pensais que dans l’imaginaire bien-pensant c’est Poutine qui remplaçait le Grand Méchant Loup.

      Eh bien non, il semble que ce soit Jean-Luc Mélenchon.

      Au fait, combien de grand-mères et de petits chaperons rouges mange-t-il à son petit déjeuner ?


      • Seth 9 juillet 19:52

        @amiaplacidus

        Il mange des mères grands aussi ? Il a de bonnes dents ! smiley


      • Moi ex-adhérent 9 juillet 19:15

        Laissons faire les institutions de la Vème République. D’abord il faut faire des groupes parlementaires et élire le chef (minimum 30 élus de mémoire) ensuite élire le Président de l’Assemblée, et enfin le Président de la République pourra recevoir les chefs de groupe.

        La situation d’aujourd’hui est spéciale dans le mesure où le Nouveau Front Populaire n’a pas d’existence légale, c’est tout au plus un sigle d’une alliance très temporaire car sans lendemain. Les beaux discours pour attirer le chaland, c’est fini.

        Au boulot pour clarifier les voeux des uns et des autres, et si on pouvait avoir une profession de foi pour chaque groupe parlementaire, ça serait un bon en avant. Allez, soyons optimistes, une feuille de route REALISABLE serait un bonheur parfait ...


        • Moi ex-adhérent 10 juillet 07:09

          A l’origine de la Vème République voulue par De Gaulle, il fallait 30 députés pour constituer un groupe parlementaire. En 1988 sous Mitterrand 20 députés suffisaient pour faire plaisir aux communistes. Avec Sarkozy en 2008, le minimum est passé à 15 députés pour aider les écologistes à entendre leurs revendications. 


          • Parrhesia Parrhesia 10 juillet 07:37

            En tout cas, si maintenant la France est bien « kaput », le Nouvel Ordre Mondial et ses sbires, eux, n’y voient pas d’inconvénient !

            C’est clair !


            • Mustik 11 juillet 16:36

              @Parrhesia

              La France Kaput,... c t le rêve de l’oligarchie US depuis 1945 !

              Déjà, la C I A avait eu du mal à digérer la découverte du gisement gazier de Hassi Messaoud... elle a mis le paquet pour créer et renforcer le F L N.

              Mais, c’était encore plus qu’elle ne pouvait supporter :

              les attentats O A S contre le Général,

              le soulèvement « rouge » de mai 68 par Konh-Bandix et Gesmar pour dégommer le Général

              aujourd’hui la France est un des piliers de l’OTAN :

              Sarkoze renverse Kaddafi, son créancier, sur ordre de Bush Jr,

              Hollande se voit en chef de guerre contre Bachar

              etc,etc...

              ET l’électorat n’y voit toujours que du feu. Dès qu’il entend Souveraineté Française, on lui a appris à aboyer. Facho, raciste, bête immonde, peste brune etc etc

              Pavlovien !


            • nanobis nanobis 10 juillet 09:41

              Est ce la peine de discuter ? Macron a gagné, il va recevoir des félicitations lors de son voyage aux US. Vive l’OTAN, tu parles.


              • Mustik 11 juillet 16:39

                @nanobis
                Macron a gagné... mais, comme il se souvient du couple Ceaucescu... il se réserve toujours un hélico « Exfiltration » en direction de Londres... où les Rotchild ont des bureaux à la City


              • https://x.com/Brevesdepresse/status/1810732035625160918

                INFO -Un seul et même monde…

                Marine Le Pen et Jordan Bardella ont été reçus à plusieurs reprises chez Thierry #Solère, le conseiller multi-mis en examen d’E.Macron, avec autour de la table Edouard Philippe et le ministre des Armées, Sébastien Lecornu.


                • LeMerou 10 juillet 11:05

                  Je vois bien Mme PANO première Ministre, smiley


                  • Mustik 11 juillet 16:41

                    @LeMerou
                    Nan !
                                  !!!!!  M’BAPPé   !!!! de la sté civile smiley


                  • Octave Lebel Octave Lebel 10 juillet 12:39

                    S’il fallait une démonstration, que nous aurions du depuis longtemps déjà, dans la foulée du référendum de 2005 par exemple, exiger une constituante nous impliquant en tant que citoyens, afin de renouveler nos institutions, en réfléchissant entre autres au recours à un modèle de proportionnelle de type compensation nationale associée à des circonscriptions départementales.

                    Nous n’aurions pas à subir cette partie de cache-cache et le défilé des hypocrites au grand bal des médias. Ce qui, ne nous trompons pas, enfonce encore un peu plus le pays et fait reculer l’espoir d’avoir un jour une démocratie un peu représentative du corps électoral et des élus responsables devant leurs concitoyens. Faisons-en notre priorité afin d’apporter de la clarté et de responsabiliser les dirigeants politiques. Le passage à la proportionnelle peut être proposé maintenant sans plus attendre. Il s’agit d’en faire un débat permanent pour mettre chacun devant ses responsabilités. 

                    https://proportionnelle.org/2022/10/02/le-modele-1986-en-100-mots

                    https://www.lagrandeconversation.com/debat/politique/le-vote-proportionnel

                     


                    • egos 11 juillet 13:45

                      Valls Manuel, candidat perpétuel, "j’aime gouverner, je suis fait pour gouverner, ferait au moins l’unanimité.

                      Autre option : récupération du fond des nombreux placards à balais républicains quelques têtes blanchies (Jospin, Fabius, Moscovici, Raffarin, Cazeneuve, Juppé, Balladur ..)

                      Exclus d’office :

                      Ayrault, Philippe, Castex, un peu trop frais, manque d’affinage.

                      Fillon, pour des raisons que chacun devine.

                      De Villepin, hors de prix et question dissolution de l’AN n’a rien à envier à Macron 1er.


                      • Mustik 11 juillet 16:25

                        Il est grand temps de démasquer Caesar :

                        --------------------  M’BAPPé 1er MINISTRE --------

                        Tout ça pour... ça !

                         smiley smiley smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité