• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Législatives 2024 (7) : le Jour d’après avec Ensemble pour la (...)

Législatives 2024 (7) : le Jour d’après avec Ensemble pour la République

« Nous respecterons une règle d'or anti-hausse d'impôt pour les Français afin de les protéger du matraquage fiscal voulu par le RN et la Nupes. Ces deux blocs veulent augmenter les taxes et impôts de tous les Français qui travaillent ou qui ont acquis un petit patrimoine. Nous y ferons barrage. » (Programme d'Ensemble pour la République, le 20 juin 2024).

La campagne des élections législatives de 2024 sera la plus courte de la Cinquième République, et peut-être même de toutes les républiques, à l'exception d'une. Je n'ai pas vérifié précisément, c'est juste de mémoire, mais je pense qu'il faut remonter aux élections législatives du 8 février 1871 pour avoir une campagne encore plus éclair (encore plus "Blitzkrieg" !), puisqu'elles ont été organisées à la suite de la convention d'armistice entre l'Allemagne et la France signée le... 28 janvier 1871 ! À l'époque, victorieux, Bismarck (le Chancelier allemand) voulait pérenniser juridiquement l'accord d'armistice en le faisant ratifier par une assemblée représentative du peuple français (démocratique !) et c'est donc lui qui imposa à la France de les organiser aussi rapidement. Paradoxalement, le peuple majoritairement rural et peu instruit a envoyé une large majorité monarchiste à l'Assemblée alors que la République venait d'être proclamée le 4 septembre 1870.

Mais revenons à 2024. Parmi ceux qui n'ont pas compris la dissolution, il y a Gabriel Attal, le Premier Ministre. Il n'était pas partant pour engager la France dans une campagne aussi rapide et avait proposé à Emmanuel Macron sa démission, qui a été refusée. Silencieux pendant 48 heures, Gabriel Attal est revenu dans le jeu électoral et sa position s'est renforcée dans la majorité comme le chef de la campagne de la majorité. Populaire, beaucoup des candidats Ensemble pour la République veulent avoir sa photo sur leurs affiches, tandis qu'Emmanuel Macron a été prié de se faire plus discret à cause de son impopularité (alors qu'en 2017, les candidats macronistes s'étaient fait élire sur la seule base de la photo d'Emmanuel Macron sur leurs affiches !). Et la campagne de Gabriel Attal fonctionne : passer de 14% (vote aux européennes) à 22% en une semaine dans les sondages, c'est sa marque et cela prouve qu'une campagne dynamique peut faire déplacer des montagnes. Il s'est déplacé environ une quinzaine de fois sur le terrain en une semaine et ne lésine pas sur les initiatives.

Gabriel Attal, nommé à Matignon il y a moins de six mois, a bien compris que la campagne se jouait d'abord sur les images, et les images de la personnalisation. Alors que le poste de Premier Ministre ne se proclame pas, Jordan Bardella fait exactement aujourd'hui ce que Jean-Luc Mélenchon a fait en juin 2022, à savoir s'autoproclamer Premier Ministre. J'y reviendrai plus précisément, mais Gabriel Attal, face à ces deux premiers-ministrables populo-extrémistes, a bien dû se prendre au jeu et s'autoproclamer lui-même Premier Ministre bientôt reconduit si la majorité présidentielle préserve sa force de 2022 (au risque d'être désavoué par le Président de la République). Toujours est-il que cela semble un véritable plus dans la campagne d'Ensemble pour la République. Il n'a pas besoin de faire ses preuves, il est, tout simplement.

Pièce maîtresse de toute campagne aux élections législatives, le programme. Celui d'Ensemble pour la République pour Gabriel Attal. Il est un peu étrange de demander à tous les candidats de "pondre" (car il s'agit de cela) un programme de législature, en principe sur cinq ans, au moins sur deux ans et demi (jusqu'en 2027), en un temps record de quelques jours. On comprendra donc que ces programmes mal finis ne seront pas à l'origine de la motivation du vote, mais bien entendu, il faut quand même un programme. Et celui que la majorité présidentielle est le plus sérieux parce qu'il est le moins dépensier et respecte le plus les électeurs contribuables : la coalition présidentielle promet qu'il n'y aura pas d'augmentation d'impôts, ce que se gardent bien de dire le RN ou le NFP dans la mesure où le coût de leur programme (de 100 à 300 milliards d'euros !) imposera nécessairement une augmentation fiscale d'une manière ou d'une autre (assumée à l'extrême gauche, tue à l'extrême droite).

Le Premier Ministre Gabriel Attal a donc tenu une conférence de presse le jeudi 20 juin 2024 pour présenter le programme de la majorité présidentielle (on peut le lire ici ou revoir la vidéo au bas de cet article).

Ce programme est sans doute le plus crédible car il est un programme de gouvernement... du gouvernement actuel. Il se nourrit par le sérieux budgétaire (trajectoire de 3% du PIB de déficit en 2027 qu'aucun autre programme ne propose), du refus d'augmenter la pression fiscale déjà énorme, mais au-delà des mesures économiques, par les seuls candidats qui rompent avec le choc de deux extrémismes, de deux populismes, de droite, édulcoré, bien cravaté, du RN, et de gauche, beaucoup moins courtois, plus haineux presque, de FI et de la nouvelle farce populaire. Du reste, pour les programmes de ces deux partis ou coalitions, on peut se rassurer sur le fait qu'ils sont tellement démagogiques et irréalistes qu'ils ne seront pas appliqués et ce seront les électeurs qui ont (une fois encore) cru au père Noël qui en seront pour leurs frais.

Le programme commence comme le spot de la campagne officielle : avec l'unique image de Gabriel Attal. Pas d'Emmanuel Macron, comme écrit au début. Le programme s'ordonne autour du mot Ensemble, nom de la coalition de la majorité présidentielle qui regroupe les mêmes alliés qu'aux élections européennes, Renaissance, le MoDem, Horizons, le Parti radical, et aussi l'UDI qui, pourtant, ne s'était à l'origine engagé auprès de la Macronie que sur la question européenne. Avec la confusion provoquée par l'alliance assumée du président de LR Éric Ciotti avec le RN (qui n'en rêvait pas tant), les centristes de l'UDI n'avaient plus d'autre choix, face aux deux grossiers populismes, bardellesque et mélenchonesque, que de continuer à faire alliance avec ceux qui représentent le mieux leurs idées.

Le programme d'Ensemble est composé de neuf parties.


1. Ensemble pour protéger votre pouvoir d'achat

La formulation est maladroite car arrogante. "Protéger NOTRE pouvoir d'achat" aurait été plus adapté. Là, c'est le lointain de l'élite qui voudrait s'adresser à la France d'en-bas. Le "nous" aurait fait sens avec "Ensemble". Mais qu'importe la formulation, on a bien compris qu'avec la brièveté de la campagne, un programme ne peut pas se maturer, se peaufiner.

Quelles sont les mesures ? Avec la perpétuelle question posée à tous les sortants : pourquoi ne l'avez-vous pas fait auparavant, quand vous aviez le pouvoir ? L'introduction du programme y répond : à cause des multiples crises, dont la crise du covid-19 qui n'a pas empêché, malgré tout, de poursuivre la baisse du chômage. Et c'est une éclatante réussite des gouvernements depuis 2017 alors que depuis 1981, la France se mourait dans un chômage de masse. On l'oublie beaucoup trop mais c'est Emmanuel Macron qui a libéré l'économie française et permis durablement la réindustrialisation, l'économie française est enviée par les Allemands, la France est le premier pays européen pour son attractivité auprès des investisseurs... L'enjeu, il est d'abord là : faudrait-il que tout ce travail fût inutile pour qu'il soit stupidement cassé par des démagogues extrémistes, à droite ou à gauche, assoiffés de pouvoir, qui ont montré leur incompétence totale, soit par inexpérience soit par des résultats très décevants (quinquennat de François Hollande pour la gauche) ? Le "stupidement" ne reprend bien sûr pas la volonté des électeurs qui, pour tout démocrate, est sacrée, il peut reprendre la décision un peu précipitée de la dissolution, et la surenchère à la démagogie des deux blocs extrémistes (RN et NFP).
 

En outre, Gabriel Attal a rappelé dans sa conférence de presse : « Depuis 2017, nous, les impôts, nous les baissons. Nous avons supprimé la taxe d'habitation. Nous avons supprimé la redevance télé. Nous avons baissé l'impôt sur le revenu sur les tranches les plus basses, c'est-à-dire sur les classes moyennes. Depuis 2017, nous avons aussi revalorisé les salaires des femmes et des hommes de nos services publics : nos enseignants, nos soignants, nos policiers, nos gendarmes. ». Les électeurs doivent-ils être toujours ingrats ? Ce sera une question peut-être dans les années à venir.

Alors, les mesures ? Le gouvernement encouragera les augmentations de salaire pour les salaires en dessous de 2 500 euros nets. Dès l'hiver, la facture d'électricité des ménages baissera de 15% (soir 200 euros sur une année) : c'est le résultat de la réforme du marché européen de l'électricité négociée par la France et pas encore mise en œuvre. La prime d'activité, qui a été versée à 6 millions de bénéficiaires en 2023, sera augmentée jusqu'à 10 000 euros, sans charge ni impôt. Les pensions de retraite de 17 millions de personnes seront revalorisées pour suivre l'inflation (mais pas indexées). Dès cet été, des achats groupés de fournitures scolaires permettra de baisser de 15% le prix de la rentrée scolaire dans les familles.


2. Ensemble pour l'accès à la santé

Grâce à la suppression du numerus clausus, le nombre de médecins formés va doubler, 16 000 en 2027 contre 8 000 en 2017. Chaque Français aura un médecin de garde à moins de 30 minutes de son domicile. En permettant aux sages-femmes, pharmaciens, infirmiers, opticiens et orthophonistes de réaliser une vingtaine d'actes médicaux, on libérera 20 millions de rendez-vous médicaux supplémentaires par an. Pour les 3 millions de Français sans mutuelle, une offre de mutuelle publique sera créée à 1 euro par jour. Les fauteuils roulants seront remboursés intégralement dès la fin de l'année. Une facture informative sera envoyée à partir de 2025 après chaque passage à l'hôpital ou en médecine de ville afin de connaître le coût réel des soins et de détecter d'éventuelles fraudes dont l'assuré social n'aurait pas eu connaissance.


3. Ensemble pour l'accès au logement

La garantie de loyers sera étendue pour faciliter la location tout en rassurant les propriétaires. Une taxe sur les rachats d'actions financera le fonds de rénovation énergétique des logements des classes moyennes et populaires, pour rénover 300 000 logements supplémentaires d'ici à 2027. Les droits de mutation pour l'achat du premier logement jusqu'à 250 000 euros seront exonérés pour faciliter l'accession à la propriété de 1 million de jeunes de classes moyennes et populaires.


4. Ensemble pour le travail et le mérite

Depuis 2017, 300 nouvelles usines ont été ouvertes et ont créé 150 000 emplois. D'ici à 2027, 400 usines nouvelles seront créées avec 200 000 emplois à la clef. Le plan France 2030 sera poursuivi pour favoriser la recherche et l'innovation. 17 milliards d'euros ont été mis en redressement pour fraude en 2023 et cette lutte implacable sera poursuivie contre toutes les fraudes sociales et fiscales. Aucun droit de succession ou de donation ne sera demandé jusqu'à 150 000 euros par enfant et 100 000 euros par petit-enfant. La retraite des agriculteurs sera revalorisée à hauteur de 100 euros par mois pour la moitié des futur retraités. Les TPE et PME seront de nouveau soutenues sur le plan financier et administratif.


5. Ensemble pour les valeurs de la République

Laïcité à l'école et dans tous les services publics, interdiction de l'abaya à l'école. Généralisation du testing pour lutter contre les discriminations à l'embauche, lutte contre le racisme, l'antisémitisme, le sexisme, l'homophobie et toutes les haines. Sanction immédiate avec comparution immédiate dans les cas les plus graves pour les jeunes délinquants en revoyant l'excuse de minorité. Depuis 2017, 12 000 personnes ont été expulsées. La délivrance d'une carte de séjour longue durée sera conditionnée à la maîtrise de la langue française et au respect des valeurs républicaines.
 

6. Ensemble contre les inégalités de destin

La formation des professeurs sera renforcée, l'école inclusive aussi pour les élèves en situation de handicap. D'ici à 2027, 100% des résidences universitaires auront été rénovées (elles sont déjà 90% à avoir été rénovées entre 2017 et 2024), et 35 000 nouveaux logements étudiants seront construits dont 10 000 en résidences universitaires. Le repas des étudiants boursiers sera maintenu à 1 euro et leur bourse revalorisée de 37 euros par mois. Un droit de congé de naissance durant trois mois sera mieux indemnisé que le congé parental actuel. Sera instaurée la solidarité à la source avec le versement automatique des aides sociales dès 2025.


7. Ensemble pour la cohésion de nos territoires

Le soutien de l'État aux collectivités locales sera poursuivi à l'investissement local pour la transition écologique avec le Fonds vert. Les dotations de fonctionnement ne baisseront pas. Plus de 300 maisons France Services seront ouvertes d'ici à 2027, l'objectif est d'avoir une maison France Services à moins de 20 minutes de chez soi (il y en a déjà 2 700).
 

8. Ensemble pour protéger l'environnement

Après une baisse inédite de 6% des émission de gaz à effet de serre en 2023, l'objectif sera, d'ici à 2030, de baisser de 55% des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, dont 20% entre 2024 et 2027. 100 000 véhicules électriques seront proposés chaque année en leasing social. Quatorze nouveaux réacteurs nucléaires seront mis en chantier pour assurer l'indépendance énergétique de la France et la décarbonation de son économie. Le plastique jetable sera progressivement supprimé et l'économie circulaire encouragée.


9. Ensemble pour que la France rayonne dans le monde

Appartenance à l'OTAN, dissuasion nucléaire, la France gardera tout ce qui garantit sa souveraineté. Son budget militaire sera doublé d'ici à 2030, selon la trajectoire de la loi de programmation militaire.
 

Bloc contre bloc contre bloc

Dans son propos introductif, Gabriel Attal s'en est beaucoup pris au RN et au NFP : « Cette élection, c'est le choix de votre gouvernement. C'est le choix de votre Premier Ministre. C'est le choix du projet de société que vous souhaitez. Aujourd'hui, ce choix est très clair. Il n'y a que trois blocs, trois alternatives claires : l'extrême droite menée par Jordan Bardella, la Nupes menée par Jean-Luc Mélenchon, ou alors Ensemble pour la République, la majorité que je mène. (…) Le choix entre ces trois blocs se jouera dès le premier tour, dès le 30 juin. (…) Ma majorité, mes candidats sont les seuls à faire preuve de cohérence et à avoir une ligne claire dans cette campagne. (…) L'extrême droite est devenue le camp du reniement national. Depuis le début de cette campagne, ça a été un jour, une reculade. Le programme, c'est un grand effeuillage. Il ne reste à la fin qu'une feuille blanche, et en plus, ils vous demandent de signer en bas. Quant à Jordan Bardella, il a affirmé qu'il n'était pas prêt à gouverner, en tout cas, qu'il n'était prêt à gouverner que si la situation était facile (…). Quand on fuit les difficultés, on n'est pas prêt à gouverner. Le Rassemblement national, c'est l'impréparation, c'est le brouillon et le brouillard. L'extrême droite, c'est faire un saut dans le vide pour les Français. De l'autre, la Nupes, unie derrière la France insoumise, est le camp de la compromission et de la dissimulation. Compromission avec l'extrême gauche et ses outrances, avec lesquelles une partie de la gauche avait pourtant juré, la main sur le cœur, ces dernières semaines, de couper. Compromission sur les valeurs, en s'alliant sur un projet irréaliste et dévastateur pour notre économie. Dissimulation sur le programme dont chacun conteste le chiffrage et dissimulation en maintenant un écran de fumée sur l'identité du locataire de Matignon en cas de victoire de la Nupes. Ils semblent ne pas s'entendre sur un nom, en tout cas, faire mine de ne pas s'entendre sur un nom, et pourtant, le résultat est couru d'avance : ils l'ont dit eux-mêmes, le plus grand groupe de la Nupes choisira le Premier Ministre. Le groupe qui a le plus de candidats et le plus sortants, c'est la France insoumise. C'est elle qui a d'ores et déjà imposé son programme aux autres partis de gauche,et donc, en cas de victoire de la Nupes, le Premier Ministre, ce serait nécessairement Jean-Luc Mélenchon. ».

Choix par adhésion aux mesures proposées, choix par défaut en opposition aux deux blocs extrémistes et populistes qui jouent sur les peurs, la colère et la démagogie, le choix du 30 juin 2024 sera crucial pour la France car il dira si la France continue à prétendre au meilleur ou y renonce pour se fourvoyer dans une impasse électorale, dans une instabilité économique, financière et politique. Emmanuel Macron annonçait le 18 juin 2024 qu'il avait confiance en l'intelligence des Français. Gabriel Attal n'a pas cité le Président de la République et s'est autoproclamé chef de la campagne en insistant, avec l'emploi de la première personne, à son autorité : "ma" majorité, "mes" candidats, "mon" programme. Et son programme se caractérise d'abord par son sérieux, son réalisme et surtout sa cohérence. En ce sens, il est unique car il est bien le seul à les conforter.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (20 juin 2024)
http://www.rakotoarison.eu

Pour aller plus loin :
Gabriel Attal.
Éric Ciotti.
Le programme aux élections législatives du 30 juin 2024 d'Ensemble pour la République (document à télécharger).
Législatives 2024 (7) : Ensemble pour la République.
Législatives 2024 (6) : Nicolas Sarkozy et François Fillon bougent encore !
Législatives 2024 (5) : le trouble de Lionel Jospin.
Législatives 2024 (4) : l'angoisse de Manuel Valls.
Législatives 2024 (3) : François Hollande dans l'irresponsabilité totale !
Législatives 2024 (2) : clarification ou chaos ?
Législatives 2024 (1) : vaudeville chez Les Républicains.
Sidération institutionnelle.
Élections européennes 2024 (4) : la surprise du chef !
Résultats des élections européennes du dimanche 9 juin 2024.



 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • berry 22 juin 10:42

    Vous avez des nouvelles de Jean-Michel Trogneux ?

    Il ne s’est pas présenté à son procès.


    • rogal 22 juin 11:32

      @berry
      On sait seulement qu’il a voté. C’est déjà ça.

      Intox sur Brigitte Macron : deux femmes jugées pour diffamation


    • rogal 22 juin 11:35

      @berry
      Mais on ne sait pas pour quelle liste.


    • chantecler chantecler 22 juin 10:52

      Mouarf !

      Rakoto anime un site humoristique .



        • Fergus Fergus 22 juin 11:49

          Bonjour, Sylvain

          Vous avez bien du mérite à défendre avec une telle opiniâtreté les intérêts du parti présidentiel en vue du scrutin législatif. 

          Car le fait est que Macron est lâché de tous les côtés, entre Philippe qui tire sur lui à boulets rouges, Le Maire qui dénonce les « cloportes » dont il est entouré, Attal qui roule ouvertement pour lui-même, et la quasi-totalité des candidats qui refusent son image sur leurs affiches de campagne.

          « Macron est fini », a dit Mélenchon, et c’est probablement vrai. Mais qui tirera les marrons du feu de cette aventure électorale née d’une faute stratégique majeure ?


          • joletaxi 22 juin 12:43

            @Fergus

            avec les consignes de la « poissonnière » ,en fait vous roulez pour Macron
            les jeux sont loin d’être faits
            car qui croit encore que la LFI va se désolidarisé du Chavez de pacotille ?
            Et devant le choix entre Mélanchon, et un playmobile à Macron, Mme Michu votera pour qui croyez-vous ?
            Vous-même irez à Canossa
            De plus, vu le contexte annoncé de 3° tour des administrations acquises à la gauche, qui contrera toute mesure du FN,y compris les juges, devant la perspective d’une crise majeure qui se profile, et dans ce cas, avec le vote des Fergus ,vote citoyen, il y a un boulevard pour Attal et les flèches qui nous mis en faillite


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 22 juin 14:57

            @Fergus
             
             ’’Mais qui tirera les marrons du feu de cette aventure électorale née d’une faute stratégique majeure ’’
            >
            Une faute de stratégie ?
            Le score de 15% aux Européennes face aux 30% des suffrages du RN, c’est une erreur de stratégie aussi ?
            La dissolution précipitée est tout ce qu’on veut sauf une faute de stratégie.
            Il faut s’enkyster dans la folie raisonnante qui affecte depuis l’avènement du président jupitérien, tous les commentateurs de l’establishment, pour appeler ça une faute de stratégie.
             


          • Fergus Fergus 22 juin 15:48

            Bonjour, Francis, agnotologue

            Je suis évidemment ravi du calamiteux score de la liste macroniste aux Européennes. Comme je suis d’avance ravi de la nouvelle gamelle électorale que devrait subir les candidats du camp présidentiel.

            Cela dit, je pense quand même, concernant la dissolution, qu’il s’est agi d’une « faute de stratégie » de Macron, Jupiter ayant, à mon avis, voulu prendre de court la gauche afin de récupérer les électeurs modérés qui se sont portés sur Glucksmann. 


          • Fergus Fergus 22 juin 15:55

            Bonjour, joletaxi

            Vous avez raison, mis à part la gamelle prévisible des candidats macronistes, « les jeux sont loin d’être faits » : la gauche peut en effet l’emporter, et j’espère que ce sera le cas ! smiley

            « vu le contexte annoncé de 3° tour des administrations acquises à la gauche »
            Pure spéculation ! A de rares exceptions près, les fonctionnaires sont en général légitimistes. Quel que soit le résultat, il ne devrait donc pas y avoir de problèmes majeurs, sauf si les ordres donnés ne sont pas conformes aux loi et règlements en vigueur.


          • joletaxi 22 juin 16:52

            @Fergus
            je ne savais qu’il y avait des anguilles Fergus ?

            vous vivez où ? ah oui en Bretagne,
            ils n’ont pas encore la radio, la TV ?

            la gauche dans sa configuration n’a aucune chance, mais elle appellera à barrer le RN en votant.....Macron
            comme d’hab

            la reconduction d’un gouvernement minoritaire Macron est une hypothèse non nulle
            Macron et sa clique n’accepteront jamais un gouvernement RN, pas plus qu’un gouvernement de gauche sauf si celle-ci explose en vol, et j’appréhende cette configuration, le nombre de cadors socialistes prêts à rallier Macron s’allonge d’heure en heure, comme du côté LR d’ailleurs, cela fait du monde


          • Fergus Fergus 22 juin 17:29

            @ joletaxi

            « la gauche dans sa configuration n’a aucune chance », pas si sûr !
            Ce qui est certain en revanche, c’est que le pouvoir macroniste non plus.

            En réalité, le plus probable est que l’on ait, au soir du 7 juillet, une France ingouvernable avec 3 blocs de tailles différentes dont aucun n’aura suffisamment d’élus. 

            Difficile de dire ce qu’il se passera dans ce cas.
            Encore que le plus probable soit un appel des principaux responsables politiques (hors LFI et le RN) à former un gouvernement en s’appuyant sur une majorité d’« urgence nationale » groupant des élus allant du PS à LR.
            Mais si ce scénario voit le jour, ce ne sera qu’après les élections, au vu du blocage des institutions. 

            A suivre...


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 22 juin 19:04

            @Fergus
             bonjour,
             
            ’’je pense quand même, concernant la dissolution, qu’il s’est agi d’une « faute de stratégie »’’
            >
            Oui, vous pensez en bon spectateur de la représentation médiatique. cf. la société du spectacle.
            De quelle stratégie parlez vous ? De celle de l’individu Macron, qui prendrait ses décisions tout seul ? Ou bien de celle des puissants qui lui dictent ses feuilles de route ? Vous croyez que ces puissants n’auraient pas prévu le coup et laisseraient maintenant Macron décider tout seul dans une circonstance aussi grave pour leurs affaires  ?
             
            Ces puissants ne pensent pas comme vous et moi, et ils ont toujours au moins un coup d’avance sinon beaucoup plus. Il faut être naïf pour croire qu’ils puissent se tromper quand leurs intérêts sont concernés.
             

             


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 22 juin 19:14

            @Fergus

             
             Selon Emmanuel Todd dès la 3è mn de cette vidéo (qui dure près de 2 heures), si cette dissolution assortie d’un renouvellement aussi précipité n’est pas un coup d’État comme l’aurait été l’invocation de l’Article 16, on peut dire que c’est un demi coup d’État.
             
            On est très loin d’une faute stratégique. Je verrais ça plutôt comme un coup de pied dans la fourmilière.
             


          • Fergus Fergus 22 juin 19:47

            @ Francis, agnotologue

            « celle des puissants qui lui dictent ses feuilles de route ? »

            Vous êtes dans le fantasme. La preuve en est la réaction quasi-unanime des caciques du pouvoir, tous estomaqués par le moment de cette dissolution et furieux contre Macron.

            Mais peut-être en savez-vous plus que ces gens-là dont la plupart connaissent à peu près tout des arcanes du pouvoir ? 


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 22 juin 20:29

            @Fergus
             
            ’’La preuve en est la réaction quasi-unanime des caciques du pouvoir, tous estomaqués par le moment de cette dissolution et furieux contre Macron.’’
            >
            Les caciques du pouvoir ? Vous pensez à qui ?


          • Fergus Fergus 23 juin 08:40

            Bonjour, Francis, agnotologue

            Je parle des hommes et des femmes exerçant ou ayant exercé des responsabilités à niveau élevé, des rangs de la droite dite « républicaine » à ceux du parti socialiste. Rarement un président de la république n’a été autant ciblé par ces gens de pouvoir, unis dans la réprobation malgré leurs divisions, voire leurs antagonismes politiques.


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 23 juin 08:58

            @Fergus
             
            J’attendais cette réponse. Cependant vous omettez tout ceux qui sont plus à droite ou plus à gauche, autrement dit, tout ceux qui n’appartiennent pas à la majorité macronienne.
            Le fait que la dissolution emmerde les adversaires politiques de Macron prouve qu’il ne s’agit pas d’une faute stratégique de sa part, puisque la stratégie du bonhomme comme nous le savons maintenant consiste essentiellement à mettre la France et les Français dans la mouise.
            Mais continuez donc à défendre votre Jupiter fantasmé envers et contre tout, le contraire vous défriserait.


          • Legestr glaz Legestr glaz 23 juin 09:48

            @Fergus

            Mais tout ceci est du « cinéma », du « théâtre », de la « comédie ». 

            Dans un système « supranational » comme celui auquel appartient la France au sein de l’Union européenne, les marges de manoeuvres des élus, Président de la République compris, sont extrêmement minces.

            La France n’est plus un Pays d’avenir. La France a été vendu à l’encan. La France, « prise en main discrètement » par le pouvoir des USA, s’est trompée de cheval, s’est trompée dans ses alliances. Le fait que le Vénézuela qui vient d’annoncer sa priorité à rejoindre les BRICS, comme la Thaïlande, le Vietnam ou le Kazakhstan d’ailleurs, montre que l’attelage de la France avec des pays de la « vieille Europe » était une erreur gigantesque. La dégringolade de la France ne va plus s’arrêter. Pour le moment, notre Pays vit à crédit mais les choses vont se dégrader progressivement. Beaucoup de malheurs et de désespérance sont devant nous. Parce que les « ressources » nécessaires au développement économique ne sont pas dans les pays de la « vieille Europe ». Les « débilos » qui dirigent l’Union européenne amènent progressivement le vieux continent vers sa ruine. Les générations futures vont déguster. A moins qu’il y ait « plus d’Europe », n’est-ce pas Fergus ? 

            ... « Le Kazakhstan, le Venezuela, la Bolivie, le Vietnam et la Thaïlande sont également candidats. Ces principaux membres ont lancé de nouvelles routes énergétiques (gazoducs, maritimes) et commerciales pour diversifier les accès en contournant l’Europe. »...

            ... « L’acronyme BRICS désigne initialement le rapprochement de quatre pays aux vastes territoires, les BRIC : le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine, auxquels s’est intégré l’Afrique du Sud en 2011. Depuis le sommet de Iekaterinbourg en 2009 (Capdepuy, 2024), le groupe des BRICS a pris la forme d’une conférence diplomatiqueà part entière, donnant lieu à un sommet par an, se déroulant à tour de rôle dans chacun des cinq États. Le but de ces sommets est d’affirmer la place majeure de ces pays sur la scène internationale, et de mettre en scène leur poids économique et politique, en particulier au regard d’autres États ou groupes d’États comme les États-Unis ou l’Union européenne. Le 1erjanvier 2024, le groupe s’est élargi à cinq nouveaux membres (BRICS+), ce qui représente un basculement important dans son histoire : Arabie saoudite, Égypte, Émirats arabes unis, Éthiopie, et Iran. Cela porte le nombre de membres de cinq à dix (Loïzzo, 2023). »


          • Legestr glaz Legestr glaz 23 juin 11:20

            @Francis, agnotologue

            Je pense que Fergus joue les faux naïfs.

            Parce qu’il faut vraiment avoir une réflexion amoindrie pour penser, un seul instant, que Macron prend ses décisions seul. C’est tellement énorme que l’on se demande comment la « propagande » constante qui nous porte à croire à ce genre de billevesées peut encore fonctionner. Parce que Macron n’est « que » le représentant d’un système de gouvernance, qu’il est un « acteur » dans ce système. Ne pas voir qu’il a été « placé » à son poste par les puissances de l’argent c’est ne rien comprendre au fonctionnement des démocraties « représentatives ». 


          • Legestr glaz Legestr glaz 23 juin 11:36

            @Francis, agnotologue

            Il est bon d’écouter ce que d’aucuns disaient il y a maintenant 30 ans.

            Dans cette vidéo, les « ’mensonges » et les « approximations » de ces « pro-européens » sautent au visage. Tout ce que disent ces « pro-européens » est faux et rien de ce qu’ils disaient n’est advenu. Et c’est bien l’inverse qui s’est produit. Les « anti-Union européenne » avaient raison sur toute la ligne.

            Il suffit simplement d’écouter ceux qui débattent et d’apprécier les arguments des uns et des autres après 30 années d’Union européenne mastrichienne.

            Un commentaire... « Ca fait 30 ans que les anti-euro ont raison, 30 ans que les français ne le comprennent pas, 30 ans de débat toujours au même point : les anti-euro montrent l’impossibilité évidente d’une économie industrielle compétitive lorsqu’elle est adossée à une monnaie trop forte, et les pro-euro qui jouent de la flûte et ne répondent jamais sur le fond du problème. »

            https://www.youtube.com/watch?v=PLlL6s_1HYs


          • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 23 juin 11:38

            @Legestr glaz

            salutations, au post de 09:48, je dirais karma pour la zone France, retours de baton, même chose partout..nous avons créé ce désastre volontairement en le sachant ou pas ne change pas grand chose.., dès le début, et là nous ne faisons que d’ apprécier les joies des effets prévisibles, normaux et inévitable de la compétition entre humains, qui est un choix, et de ses effets..nota, la compétition élimine...allez les bleus...les rouges, les verts, tout le monde est le meilleur en fait..
            one ne le voient pas encore mais l’argent n’existe pas, dès lors tout problèmes de dette sera résolu en deux secondes..
            messieurs les créanciers allez vous faire foutre : !!
            Quand aux brics, ils y parlent coopération, mot inconnu de l’occident..ça laisse une fenêtre entre ouverte pour nous les humains..
            qui jouons encore même là, à tout pour ma gueule et à chacun sa merde..ce qui est LA base physique du désastre, la base mentale de tout ça et qui précède la base physique, est dans notre psyché, suite à nos choix elle a dégénéré et détruit nos autres capacités, celles qui ont le lien avec le sens du TOUT...
            en clair la vie nous échappe et c’est bien un choix...


          • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 23 juin 11:42

            @Legestr glaz

            post de 11.36, je plussoie ce post

            par contre sur la fin : les anti-euro montrent l’impossibilité évidente d’une économie industrielle compétitive lorsqu’elle est adossée à une monnaie trop forte, et les pro-euro qui jouent de la flûte et ne répondent jamais sur le fond du problème. »


            le mot magique est sorti , compétition, c’est refaire rentrer le loup dans la bergerie alors que il n’est pas encore sorti...ça nous détruit, mais on aime car moi je veux plus..
            compétition donc élimination n’est pas LE chemin...faudra t’il encore 10 ou 20 000 ans pour le voir ?
            Je pense que oui..


          • Legestr glaz Legestr glaz 23 juin 13:28

            @Géronimo howakhan

            Salut.

            C’est ça Géronimo. La « compétition » est tout autour de nous. Nous pourrions faire autrement en pensant « collaboration ». Mais les activités collaboratives ne sont pas vraiment mises en avant ni valorisées. 

            Déjà à l’école c’est la compétition qui commence à travers le système de notation. Nous pourrions faire autrement. Par exemple, à l’aide d’une évaluation tenant simplement compte de « l’atteinte des objectifs ».

            Et puis, en cette période de JO et autre « euro de football », c’est toujours la compétition qui est mise en avant. C’est « bon » de gagner, c’est bon d’être « le meilleur ». Notre ego a besoin d’être rassuré. Et puis le « spectacle » de la compétition est essentiel, « Panem et circenses ».

            Le « passage de la flamme olympique » qui attire les foules, qui tient le haut du pavé des médias. Un « non évènement absolu » dont il faut pourtant assurer la meilleure promotion.


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 23 juin 14:12

            @Legestr glaz
             
             À chaque fois que j’en ai eu l’occasion, j’ai voté Chevènement.


          • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 23 juin 15:26

            @Legestr glaz

            Salut, oui tout à fait, hélas rien de cela n’est perçu, mais comme a dit Jacques Bénigne Bossuet :
            -"Mais Dieu se rit des prières qu’on lui fait pour détourner les malheurs publics quand on ne s’oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je ? Quand on l’approuve et qu’on y souscrit." ..

            ce qui veut dire que nous ne sommes pas avant tout victimes mais d’abord co créateur du bordel global, tout en tenant à ce statut de victimes qui permet de co ninuer à ne surtout pas coopérer avec équité...enfin etc puis nous sommes victimes de nos choix ensuite ..
            oui le sport dit pro, panem et circenses, nous sommes encore et toujours dans cette rome..
            c’est dramatique...je te salue
            kenavo ar wouez all..


          • Xenozoid Xenozoid 23 juin 15:48

            @Géronimo howakhan

             mais ceux qui vote sont dans ce dileme, comme toi qui soutenait l’upr dans cette course a l’émanc... sorry. l’élimination, mais toi l’indien tu est sorti du brouillard capitalism, la bas en irlande apres avoir vendu de l’air toute ta vie tu te fais sage ta retaite en sage.... lol

            kenavo indeed


          • Xenozoid Xenozoid 23 juin 16:50

            @Géronimo

             question subsidiaire, fais tu partit des exeptions ?

             À bas les faux indiens


          • Akerios Akerios 22 juin 11:51

            Avec la suppression de l’impôt sur la fortune encore une nouvelle réforme des retraites pour piller les retraités...............puis une nouvelle réforme pour piller les chomeurs ........ !

            Assez de mensonges et de lois anti sociales .

            Sans même parler du cynisme de ce nouveau projet de dupes : est ce une provocation ?


            • Seth 22 juin 13:05

              Quand on lit ceci :

              Ce programme est sans doute le plus crédible car il est un programme de gouvernement... du gouvernement actuel. Il se nourrit par le sérieux budgétaire

              On comprend pour qui roule la rakoko team qui arrive à se féliciter de l’inexistant.

              Car c’est justement à cause de la gabegie, la chienlit, appelez cela comme vous voulez, qui dure depuis 2017 qu’il faut à tout prix foutre dehors ce pouvoir de m..., incluant bien sûr le petit gaby et l’inénarrable nono la rondelle et son grand « sérieux budgétaire ». smiley


              • ETTORE ETTORE 22 juin 21:24

                Dites Rakoto...

                Vous pourriez me préciser ce que vous entendez par ce mot si grassement répété, et zozoté par vos zaza du zoo, vrais zozos sans zizi, tel la Grande Zoa......

                «  ENSEMBLE » ? Kes za ko ?

                Parce que sérieux, jusqu’à aujourd’hui, vôtre bellâtre moult-mouté, s’est tenu stricto sens(é)o, à faire ce qu’IL voulait, comme il LE voulait, avec qui IL voulait...-

                Alors vous me faite rire, vous, et la tête d’affiche placardée avec sa cravate noire qui lui sert de bretelle a son cache sexe à la retraite...Ou de corde à pendre, à la branche des résultats à venir.

                Je n’ai visiblement pas la même définition que vous, pour cet « ENSEMBLE » si peu hétéro, mais beaucoup « clit(que)e »


                • zygzornifle zygzornifle 23 juin 09:03

                  @ETTORE

                  Il est vrai que les passagers du Titanic sont morts noyés ensemble, c’est certainement ce qu’il a voulu dire .... 


                • Seth 23 juin 13:11

                  @zygzornifle

                  Il est vrai que les passagers du Titanic sont morts noyés ensemble

                  Faux. Les requins mangèrent les femmes et les enfants d’abord. smiley


                • Seth 23 juin 13:12

                  @Seth

                  ... même qu’ils ont eu des problèmes pour digérer les pierres précieuses et les robes de luxe des bourges. smiley


                • zygzornifle zygzornifle 23 juin 09:01

                  Et alors, le pauvre restera pauvre, le riche restera riche et le politique comme a son habitude vivra toujours confortablement au frais du contribuable entre magouilles et mensonges en bande organisée ....

                  On a eut la droite, la gauche puis le Macron qui ont plombés le pays pourquoi cela changerait ?

                  Les campagnes électorales ne sont que des pubs gorgées de mensonges qui prennent l’électeur pour le roi des couillons .

                  Depuis 7 ans Macron saigne le pays croyez vous que d’un revers de la main il balayera toute la sape qu’il a faite ?

                  Faut être bien naïf pour aduler et faire confiance au Mozart de la finance qui a amené le pays a sa perte ....


                  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 23 juin 17:10

                    Scénario complotiste :

                     

                     Aux Européennes, Macron fait représenter son parti par la (...) Hayer pour qu’elle fasse le score minable prévu depuis le début, faisant ainsi reporter les votes de protestation sur Bardella. Il ne lui reste plus qu’à organiser dans la foulée, de nouvelles élections législatives pour pouvoir continuer à régner en cohabitation avec le nouveau chouchou du Système, ce tout jeune homme devenu élu de fait, par une bonne partie du peuple français, et en même temps, comme le hasard fait bien les choses, par l’Ordre mondial.

                     

                    Bardella est tout indiqué pour complaire aux desiderata du Système représenté en France par Macron : « Le 22 mars sur France Info, Jordan Bardella déclarait soutenir « l’utilisation des bénéfices des avoirs russes pour financer l’effort de guerre en Ukraine » et même avoir porté la mesure « auprès du chef de l’État, qui y était d’ailleurs réticent, lors de la réunion des chefs de parti le jeudi 7 mars à l’Élysée ». Pourtant, un mois plus tôt, l’élu RN ne votait pas en sa faveur lorsque le Parlement européen a été appelé à se prononcer sur la « nécessité d’un soutien sans faille de l’Union à l’Ukraine » ».


                    • ETTORE ETTORE 23 juin 19:49

                      Il y a quelque chose qui me turlupine, depuis un moment, ce sont ces :

                      PROCURATIONS, qui ne cessent de grimper d’une façon jamais vue, d’un nombre tel, que le site état majordome PRO-CU(L) est complètement débordé par la quantité effarante de gens qui « procurent », sensés partir en vacances, ou, être empêchés à ce moment là, de remplir leur devoir civique.( ou qui semble ne pas vouloir être responsable de leur vote, lol )

                      Et cela dit....Qui peut assurer la sincérité de ce vote, pour qu’il corresponde à l’acte de PRO-CU(L) ?

                      Et qui dit que ce ne seras pas la même magouille, que les billets de fausse caisse, comme on l’as vu dans les stades, histoire de détourner, ni vu, ni connu, un certains nombre de votes par délégation, sans aucun contrôle, ni vu, ni connu, par ici les votes bidonnées et réorientés ?

                      Pas confiance, mais alors pas du tout, dans un système qui semble être mis en place de façon à déborder, pour remplir le vase de nuit(sence) de celui à qui cela sert !

                      Non ! Pas confiance du tout.

                      Et il faut être le dernier des idiots en dégénérescence, pour placer sa confiance à une table, ou le jeu est truqué, et où, vous n’avez et n’aurez jamais la main !

                      Et ou on attend de vous, que vous aillez juste, le nez au « TAPIS »

                      C’est trop gros, pour être honnête.




                          • zygzornifle zygzornifle 24 juin 09:42

                            Macron va prendre sa branlée mais restera jusqu’à la fin de son mandat obligé de coexister avec des gens qu’il déteste donc il va délaisser la fRance et il va voyager partout jusqu’à la fin de son mandat, ensuite arrivera un nouveau président pour 5 ans, ensuite Macron reviendra en sauveur bombant le torse pour 1 voire 2 mandats .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité