• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les ateliers de la pensée

Les ateliers de la pensée

Les ateliers de la pensée sont un rendez-vous annuel à Dakar. C’est un ensemble d’ateliers, conférences avec débats, organisé par Felwine Sarr et Achille Mbembe. Le numéro 4 se déroule du 23 au 26 mars 2022. Son objet est le renouveau de la pensée, au départ d’Afrique, qui est un lieu et une place politique dans la diversité conflictuelle des lieux et des places, à destination du « cosmos », au moins de notre planète : notre cosmos atteignable. « cosmologie du lien et formes de vie » en est le titre.

PNG

Les ateliers de la pensée sont victimes de leur succès et l’amphi du Musée des Civilisations Noires (MCN) est devenu un peu petit. Dans le foisonnement de ces ateliers, on trouve un très grand nombre d’intervenants, dans des sessions avec un sous-thème, on trouve des performances, un film… Tout est visible sur YouTube, en direct et en différé. Voici une adresse d’un des films : https://www.youtube.com/watch?v=f8ChMVCUnhU

Il est impossible de dire l’exhaustivité de ce qui s’y passe, ce qui s’échange, juste en donner un parfum et l’envie d’en être l’année prochaine.

Beaucoup de communications sur les relations des hommes et des vivants, l’unité de la terre, des humains, des animaux, des plantes, des pierres… la communauté de destin. L’idée de ecclésia, même si ce mot n’est pas prononcé, est partout, comme la recherche de la grande assemblée générale des luttes qui permettrait de tout dire, tout échanger et de trouver par la prise en compte de chacun, les solutions aux maux qui nous taraudent. L’humanité se compose de plus de morts que de vivants (Auguste Comte). L’humanité se compose de millions d’années de bâti lent, chimique, et les atomes qui constituent nos corps, corps qui « fabriquent » nos pensées, viennent des étoiles lointaines et sont les mêmes que ceux qui constituent une pierre, un courant d’air ou un mouton. Comment penser tout à la fois et ne pas distinguer trop ce qui constitue son intérêt proche ?

Felwine Sarr démonte l’économie comme mode de production qui détruit plus qu’il ne produit. Notre croissance fait décroitre le vivant. Dans la même session, Isabelle Delannoy propose une économie circulaire qui organise une symbiose entre l’activité humaine et la nature, et qui pense le recyclage des objets dès le début de toute activité de production. La nature représente un modèle pour cela puisqu’elle recycle tout, c’est presque son principe actif. On peut utiliser les co-produits dans des systèmes économiques bâtis comme des milieux écologiques.

Ces événements des ateliers ne la pensée ne prétendent pas faire la description de cette vaste manifestation. Ils sont donnés selon mon désordre et en toute subjectivité.

Il faut noter la performance remarquable de Faustin Linyekula Mon corps, mon archive, dont le sens arrive à la fin : un film montre comment son village l’accueille, par quel rite, il est comme réintroduit dans la communauté dont il s’est absenté si longtemps, tandis qu’il danse une danse nerveuse, tendue, intense. Il nomme ensuite ces ancêtres depuis de longues générations jusqu’à l’ancêtre premier, l’ancêtre de tous, et il n’y a dans cette généalogie que des pères. Tristesse. C’est ainsi et il faut bien partir de là.

Hanane Essaydi nous fait l’éloge de la lenteur et de la contemplation qui est en soi une merveille, s’appuyant sur un roman de Patrick Chamoiseau, Les neuf consciences du Malfini, comme une clairière dans le flot de pensées (non pas que ce ne soit pas de la pensée, mais elle est légère). Elle nous dit l’étonnement des personnes de son entourage devant cette passion qui l’anime de regarder, d’écouter. Elle oppose le cognitif (scientifique, froid, tyrannique…) au sensoriel qui amènerait l’émerveillement, mais la plupart des scientifiques sont éblouis par ce qu’ils voient, décrivent, analysent et sont aussi contemplatifs qu’elle.

Tanella Boni dérive sur l’imaginaire de la liane, dans une pensée proche du regretté Michel Serres : tisser, partir de la base… nous avons besoin de liens parce qu’il y a des séparations dans le monde… il faut bien couper le cordon ombilical, ce qui fait crier, pour vivre, soi avec l’autre, la mère d’abord, le père, et tous les humains…

Souleymane Bachir Diagne (parler le même langage) et Madoula Soumahoro (du « Je » au « Nous » : territoires, langues et filiations : singularités, intimités et individualités comme prérequis fondamentaux) proposent des modes d’entente dans une paradigme qui comprend vraiment le concept d’universalité, des modes de progrès, pacifiants, inclusifs : « L’honneur d’être différents, c’est pour toujours nous projeter au bonheur d’être ensemble. »

Bien des discours divisent le monde entre pauvres victimisés et bourreaux blancs. Ces discours sont toujours stéréotypés, hémiplégiques, omettant toute l’esclavagisme venue du nord-est, de l’Arabie, voyant dans le chlordécone une malveillance liée à la couleur de peau, oubliant les algues vertes de Bretagne, le médiator, dans lesquels la couleur de peau ne joue aucun rôle.

Leyla Dakhli fait le portrait d’une femme prise dans la révolution tunisienne, avec un frère, héros politique un peu par hasard, un mari en prison. Elle nous fait partager par les mots l’existence tellement contrainte de cette femme dans ce moment de la politique de son pays. Elle noue fortement l’individuel et le collectif et la force prégnante de la société dans laquelle on nait. Un grand merci pour ce récit de compassion, merci de nous avoir fait connaître cette belle âme à la vie si triste : https://www.youtube.com/watch?v=tKrixGLSwcU à 6h07’.

Mbougar Sarr dérive sur la bibliothèque de Babel de Borges : l’homme est un lecteur et il lit tout ce qui l’entoure dans une multiplicité d’interprétations croisées qui tissent la toile du monde, où lire nous lit en retour.

Les ateliers de la pensée ont projeté un film sur les massacres perpétrés par les khmers rouges au Cambodge : Les tombeaux sans noms de Rithy Panh (2018), film éprouvant de par l’horreur des violences subies. Les survivants sont dans la peine car les morts, leurs morts n’ont pas pu leur dire où ils sont morts et où ils sont : ils pratiquent mille rites pour avoir la réponse à cette question, puis pratiquent des funérailles symboliques, avec des pierres. Le débat apporta le récit de toutes sortes de rites mortuaires dans plusieurs pays africains. Nous vivons avec les morts, nous vivons dans cette grande communauté de toutes celles et ceux par qui nous sommes passés, de toutes celles et ceux qui sont loin et partagent notre humanité, et tous les terriens animaux, les non-vivants…

Il est impossible de tout dire. Comme un témoignage en zigzag : travailler, dire, chercher encore par cette unité la solution de nos problèmes… nous avons besoin de tout et de tous. C’est ce que font ces ateliers de la pensée à Dakar, Sénégal, espérant qu’ils soient féconds et recommencent leurs travaux dans une version 5.

JPEG - 288 ko
Illustration d’Isabel Fiadeiro
JPEG - 235.5 ko
Merci à Isabel Fiadeiro

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • wagos wagos 28 mars 15:28

    Donc si la nature recycle tout, bon j’ai une bonne bagnole, mais avec plus de 22000 bornes...si je la laisse en plan dans mon jardin, elle va se recycler en quoi , patinette électrique peut être ? 

    Faut attendre longtemps ? 


    • Orélien Péréol Orélien Péréol 29 mars 12:36

      @wagos
      La proposition de penser le recyclage des éléments de fabrication dès le début du processus industriel, proposition portée par Isabelle Delannoy, est le contraire de ce que vous dites. Ce que vous dites est ce qui se passe maintenant.
      Isabelle Delannoy écrit dans le détail, ce que j’ai dit au niveau général : intégrer à notre pensée, à notre calcul ce que l’on prend et ce que l’on rend à la nature (là il s’agit de ce que l’on rend).
      https://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/la-banane-economique-235052


    • Taverne Taverne 29 mars 09:49

      La pensée ne se réduit pas au cognitif, comme le croit trop souvent l’homme occidental. La pensée se confond avec le corps et avec l’environnement, l’univers.

      L’homme occidental clive sa conscience entre le « je » et le monde (égotisme).

      Il clive sa conscience collective entre le « nous » et le « eux ». Mais le rapport « nous / eux » crée la ségrégation alors que penser dans un rapport « nous / vous » suppose que « nous » faisons l’effort de « vous » connaître. Ce rapport crée moins de conflit et favorise le partage.

      Le rapport « nous / eux » est noueux : il noue l’individu à sa communauté et le fige dans son identité, parfois radicale.

      Le « nous / vous » signifie nous vous disons qui nous sommes et nous vous demandons de nous dire qui vous êtes. Echange réciproque et ouverture de la pensée.

      « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », a dit Lavoisier, mais ce scientifique ne pensait qu’à la matière. Il existe aussi la part de ce qui se communique : le savoir, la mémoire et la pensée. 


      • Orélien Péréol Orélien Péréol 29 mars 12:46

        @Taverne
        Ma première réponse portera sur le fait que vous faites ce que vous reprochez à « l’homme occidental » : « Il clive sa conscience collective entre le « nous » et le « eux ». » Vous aussi parlez en termes d’« eux et nous ».
        J’ai critiqué cette vision qui isole « l’homme occidental » des autres hommes dans mon texte même, quittant quelque temps la place d’observateur et entrant dans le débat. Voici ce que j’ai écrit : « Hanane Essaydi nous fait l’éloge de la lenteur et de la contemplation... (...) Elle oppose le cognitif (scientifique, froid, tyrannique…) au sensoriel qui amènerait l’émerveillement, mais la plupart des scientifiques sont éblouis par ce qu’ils voient, décrivent, analysent et sont aussi contemplatifs qu’elle. »
        Allez écouter et voir les conférences de scientifiques sur Youtube, vous verrez leur passion, l’admiration qu’ils ont pour ce dont ils nous parlent. Vous verrez que ce ne sont pas du tout des « calculateurs froids ».


      • Orélien Péréol Orélien Péréol 29 mars 13:12

        @Taverne
        En fait, ma première critique est la seule et les autres, si je voulais en faire d’autres, en dépendent. Je ne répands pas les idées qui divisent, dans une vision identitaire des personnes. J’ai écrit : https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/que-faire-du-decolonialisme-231604
        Nous avons besoin de tout le monde pour résoudre les problèmes. Les discours en termes de « eux et nous » me semblent négatifs, abiment le monde, pour le dire autrement et le discours terrible qu’on entend si souvent : « c’est toi qui est responsable de mon malheur » rajoute une couche et nous éloigne de la capacité de réagir aux problèmes écologiques.


      • Taverne Taverne 29 mars 16:39

        @Orélien Péréol

        « Je ne répands pas les idées qui divisent, dans une vision identitaire des personnes. »

        Mais, je ne vous critiquais pas, je faisais une analyse philosophique à propos de l’homme en général. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité