• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les mauvais calculs ferroviaires de la région PACA

Les mauvais calculs ferroviaires de la région PACA

Papier publié sur le FigaroVox

 

Bien sûr, à chaque fois que l’on « libéralise » un secteur qui aurait dû rester public, de belles promesses sont faites : meilleur prix, meilleur service… Cela n’a pas manqué lors de l’appel d’offre pour exploiter les TER Marseille-Nice à partir de 2025, gagné par Transdev, qu’un vote du conseil régional doit valider fin octobre. Mais derrière ces discours, comme souvent, la réalité risque d’être bien différente…

 

Faire l’erreur sur laquelle les britanniques reviennent

 Pourtant, un précédent devrait nous alerter des dangers de la remise en cause du monopole du transport ferroviaire. En effet, la Grande-Bretagne a privatisé British Rail en 1997, découpant l’entreprise en 27 compagnies qui se partagent le réseau. Mais aujourd’hui, nous avons du recul sur cette expérience, et il est clair que le charcutage du secteur public ne profite à personne. Une étude de 2015 du BCG, guère suspect de biais étatique, faisait de la SNCF le 3ème système ferroviaire le plus performant d’Europe, derrière la Suisse et la Suède. A contrario, la Grande-Bretagne faisait pâle figure, entre prix élevés et mauvais service, avec des retards proverbiaux. Bref, 18 ans après la casse du monopole public, les Britanniques n’avaient tiré aucun bénéfice de la dispersion de British Rail façon puzzle.

Depuis 2018, c’est le mouvement inverse qui se produit outre-Manche, avec une renationalisation progressive du réseau. Cela a commencé cette année-là avec Virgin Train East Coast, dont l’opérateur connaissait pourtant le monde du transport. En 2020, c’est Northern qui a été nationalisé, et le gouvernement étudie une réforme plus globale de retour de la puissance publique. Malheureusement, l’UE, dans sa bulle intellectuelle et matérielle totalement coupée des réalités, pousse l’ensemble de ses membres à suivre le chemin de notre voisin d’outre-Manche en dépit des oppositions et du bilan britannique calamiteux, d’autant plus significatif que le pays est très dense, ce qui rend le transport ferroviaire particulièrement pertinent par rapport aux autres formes de transport, que ce soit l’avion, ou la route.

Bien sûr, la région PACA se dit insatisfaite du service rendu par la SNCF sur cette ligne. Mais on peut aussi y voir une conséquence de toutes les décisions prises nationalement. La SNCF n’a plus la main sur le réseau, confié à RFF. Et peut-elle encore « subventionner » les petites lignes en vendant des billets légèrement à perte, en faisant du profit sur les lignes les plus fréquentées ? Cette péréquation est mise à mal par cette « libéralisation », qui impose de viser une profitabilité plus uniforme, pour ne pas perdre des concessions clés. Pire, chose trop peu soulignée, cette « mise en concurrence » génère une quantité considérable de bureaucratie, avec la création de RFF, du régulateur, ainsi que toutes celles des concurrents de la SNCF, qui comptent eux-aussi des dirigeants, et une organisation, pour gérer la complexité ainsi créée, et pouvoir simplement opérer les « marchés » ainsi nouvellement créés.

Bref, il n’est pas étonnant que ces « libéralisations », que l’on pourrait qualifier de complexification et constitution de rente, poussent les prix à la hausse, comme on peut le constater pour l’électricité ou le gaz depuis des années. D’innombrables strates bureaucratiques sont créées, dont une bonne partie uniquement pour interagir les unes avec les autres, alors que l’ancien monopole public pouvait, dans certains domaines, être finalement plus efficace, car plus simple. En outre, pour assurer le succès de ces « libéralisations », l’Etat créé des règles généralement défavorables au monopole public historique pour s’assurer que des opérateurs privés pourront s’imposer sur le marché de manière rentable pour eux, malgré les investissements colossaux que cela peut imposer. C’est ainsi qu’EDF est contraint de céder à un prix très avantageux son électricité d’origine nucléaire aux autres opérateurs de son marché

Le choix de la région PACA a toutes les chances de s’avérer perdant à moyen terme. Le simple fait de séparer l’exploitation du TER Marseille-Nice de celle des petites lignes qui partent de Nice est fou. Il est probable que le prix des billets des petites lignes devra être revu à la hausse ou le service réduit, pour assurer la rentabilité de cette partie du réseau, qui ne pourra plus être subventionnée par le reste du réseau. Et si Transdev promet beaucoup aujourd’hui, il est malheureusement évident que toutes ces promesses sont soumises à des conditions dûment explicitées dans un contrat renfermant d’innombrables alinéas protégeant la rentabilité de l’opérateur, qui garde sans doute toute latitude pour monter ses prix ou diminuer le service. Néanmoins, il faut reconnaître que le fait que la Caisse des Dépôts en soit le premier actionnaire est plus rassurant que si cela était des fonds d’investissement venus d’un autre pays.

Plus globalement, il semble complètement fou que les régions puissent décider indépendamment les unes des autres de qui exploite leur réseau ferroviaire. Comme le montre l’exemple britannique, un tel réseau est un ensemble qui doit être géré de manière unifiée. Le fragmenter revient à considérablement complexifier sa gestion, avec des opérateurs aux intérêts contradictoires. S’il y a bien un domaine où il est absurde de vouloir casser le service public unifié qu’était la SNCF, c’est bien le transport ferroviaire.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Schrek Séraphin 11 septembre 11:02

    La recette est pourtant simple : l’état invetit et subventionne, le privé encaisse.

    Pour ce qui est de la maintenance, de la sécurité et de l’entretin, vous n’allez pas chipoter pour des détails ?


    • Fergus Fergus 12 septembre 21:58

      Bonsoir, Séraphin

      Exact !
      Voir ou revoir à cet égard l’excellent film de Ken Loach « The Navigators ».


    • mmbbb 13 septembre 19:56

      @Fergus en temps qu usager et payeur de la SNCF  dotation de l etat par mes impôts , je ne trouve pas que la SNCF donne un service de qualité 
      Petite anecdote , j avais pris un pV a Paris , dans un train de banlieue , jetais en prermiere classe , le wagon etait tellement degueullase que je m etais pas apercu que j etais en premiere classe Je suis tombe sur un tare de controleur certainement syndique , j auais du lui mettre une beigne Raclamation pas de réponse la SNCF faut arrêter 
      par ailleurs regilme special pour la retraite , pour l entourage voyage quais gratos
      Qu il aille se faire foutre 
      Il y a des moment ou je me sens plus liberal que Spartaccus !!! 


    • Attila Attila 11 septembre 11:15

      Laurent Herblay : un petit mot sur les directives européennes concernant la mise en concurrence, non ?

      .


      • Aristide Aristide 11 septembre 11:59

        @Attila

        Méchante concurrence !!!

        C’est vrai que le prix fixe du saucisson est autrement plus juste !!! 


      • Schrek Séraphin 11 septembre 12:17

        @Aristide

        Communisme : Vous avez deux vaches. Le gouvernement vous les prend et les met dans une étable avec les vaches d’autres éleveurs. Ensemble, vous devez entretenir toutes les vaches, et le gouvernement vous fournit le lait.

        Capitalisme : Vous avez deux vaches. Vous équarrissez l’une, vous forcez l’autre à produire autant que quatre, et vous licenciez finalement l’ouvrier qui s’en occupait en l’accusant d’avoir laissé la vache mourir d’épuisement.

        Fascisme : Vous avez deux vaches. Le gouvernement les prend toutes les deux, puis vous emploie pour vous en occuper, et vous vend le lait au prix du salaire qu’il vous paie.

        Anarchisme : Vous avez deux vaches. Vous les laissez se traire toutes seules.


      • Aristide Aristide 11 septembre 12:27

        @Séraphin

        Ouah, vous devriez vous reconvertir dans l’élévage, je suis sûr que vous avez une solution !!! Tellement vous savez.


      • Schrek Séraphin 11 septembre 12:35

        @Aristide

        et vous dans l’exploitation ferroviaire


      • Aristide Aristide 11 septembre 14:20

        @Séraphin

        C’est celui qui dit qui l’est !


      • mmbbb 13 septembre 20:56

        @Attila la SNCF un des meilleurs statuts , un des temps de traval les plus bas , un service mediocre !! 


      • Aristide Aristide 11 septembre 11:56

        La SNCF n’a plus la main sur le réseau, confié à RFF.

        Sauf que RFF n’existe plus depuis 2015, c’est SNCF-Réseau, filiale de la SNCF qui est en charge de la sécurité du réseau, de son évolution, de son fonctionnement, de son état, de son entretien, ... Cette filiale vend des services à de nombreux opérateurs qui utilisent le réseau. Operateurs portuaires, étrangers, de niche, ...

        La comparaison avec la situation anglaise n’a aucun sens, il s’est agit d’un complet démantèlement !!!, La SNCF reste en situation principale dans l’usage du réseau. C’est SNCF-Réseau qui est propriétaire du réseau et assume toutes les charges liées telle que l’investissement, la maintenance, ... 6 milliards en 2020 !!!

        SNCF Réseau a pour objectif d’augmenter l’usage du réseau, par la SNCF bien sûr mais aussi par l’apparition de nouveaux opérateurs de transports, de nouveaux services aux clients, ...

        L’exemple de la privatisation des télécommunications est assez proche, France Télécom n’a pas perdu sa place de leader malgré l’ouverture de son réseau. La concurrence a permis une baisse des prix de la téléphonie, d’internet, ... Et de plus l’apparition de nouveaux services dont la télévision, ... 



        • Laulau Laulau 11 septembre 13:20

          @Aristide
          Ce qui a provoqué la baisse des prix ce sont les progrès techniques. La concurrence ? Le roi de la concurrence c’est Free, son réseau est quasi inexistant il ne fait qu’acheter des parts de temps de connexion chez orange qu’il vous revend tout en prélevant son bénéfice. Et c’est la même chose pour l’électricité, on oblige EDF à vendre une partie de sa production à des intermédiaires ...... mais là il n’y a pas de grand progrès techniques et les prix montent.


        • Aristide Aristide 11 septembre 14:30

          @Laulau

          Free, premier réseau 5g à égalité avec Orange, le contrat d’itinérance ne concerne que la 3G et prend fin en 2022. La 4G et 4G+ est assuré par Free. La 5G au même prix ... 

          Pour l’EDF , le prix conventionné a suivi les mêmes augmentations ... chez tous les distributeurs. Je bénéficie des mêmes tarifs chez Total Energies, ... ET toujours un prélèvement de 1% du CA pour le CE, alors que partout ailleurs en France c’est 1% sur la masse salariale ...Pour le gaz idem !!!


        • lunatique 11 septembre 13:32

          J’avais publié ce texte (un peu long pour un commentaire) sur un blog.

          Je crois qu’il a sa place ici.

          A la fin, c’est quand même assez cocasse.

          Je prends très régulièrement la ligne POLT, c’est à dire Paris - Orléans - Limoges - Toulouse. Une grande ligne Nord Sud qui entrait en Espagne par Portbou. Je dis « entrait » car aujourd’hui cette ligne bien longue s’arrête à Brive, quelques fois à Cahors, depuis que l’on rejoint Toulouse par la ligne TGV de Bordeaux.

          Cette ligne était devenue tellement secondaire que la SNCF l’avait pratiquement laissée à l’abandon. Il a fallu l’accident de Brétigny-sur-Orge dans l’Essonne, le12 juillet 2013 qui fit 7 morts et plusieurs blessés pour que des travaux d’envergure soient lancés.

          Longtemps la ligne a affiché des retards dus à sa vétusté, et à celle des trains, puis à cause des travaux. Mais depuis quelques temps les choses s’étaient améliorées.

          Cette ligne, comme sans doute toutes les lignes, fait circuler des « Intercités » et des « TER ». Les Intercités sont les trains de la SNCF et les TER sont des trains gérés par la SNCF pour le compte des régions.

          Les Intercités s’arrêtent dans les gares les plus importantes, et quelques fois dans les petites gares. Mais les dessertes des petites gares étant plus rares on peut les rejoindre en s’arrêtant à la grande gare précédente et en empruntant un TER qui, lui, fait l’omnibus. Pour mon compte, je m’arrête à Châteauroux et prend le TER qui suit et qui m’amène à Argenton-sur-Creuse.

          Je prends mon billet sur le site de la SNCF qui propose les voyages Intercités plus TER. Mon billet est enregistré sur ma carte voyageur. Jusque là, aucun souci. Mais à mon avant dernier voyage, au moment de montrer ma carte à la contrôleuse du TER pour la dernière partie du parcours, j’apprends que le billet TER n’est plus sur la carte voyageur, car ce ne sont plus les mêmes sociétés. Bien entendu la contrôleuse a la tenue de la SNCF, puisque c’est la SNCF qui opère pour le compte des régions. Elle semble désapprouver cette nouvelle organisation mais m’explique que je dois imprimer mon billet TER à part.

          Mais le plus invraisemblable s’est produit au voyage suivant. J’avais pris cette fois-ci un Intercité qui faisait l’arrêt d’ Argenton-sur-creuse et dont le terminus était Brive-la-Gaillarde. Nous étions partis avec quelques minutes de retard, mais tout se passait bien, or voilà qu’en pleine Champagne berrichonne, nous heurtons un sanglier. Le train s’arrête, le mécanicien regarde les dégâts, puis on nous annonce que l’on va à marche réduite jusqu’à Châteauroux. Là, arrêt prolongé sans que les techniciens puissent dire si l’on pourra repartir ou pas.

          Un TER est annoncé qui vient d’Orléans et qui desservira toutes les gares jusqu’à Limoges. Le chef de bord de l’Intercité invite donc les passagers à emprunter ce TER qui les mènera au moins jusqu’à Limoges, qui est certainement le terminus de plus de la moité des voyageurs. Joyeusement les naufragés du rail montent dans la chaloupe, elle est pleine à craquer, mais semble prête à convoyer tout ce beau monde. Hésitations, allers et venues des uniformes, on sent que quelque chose grippe. Et on redemande aux gens de regagner le train d’origine, leurs correspondances ne pouvant, soi-disant, pas être assurées si ils arrivent par le TER. Je rappelle pour plus de précision, qu’on ne sait pas si l’Intercité va pouvoir repartir. En prenant le TER, les Limougeauds étaient sûrs d’être chez eux une heure et quart plus tard. En fait, ce dont se sont aperçus les responsables du premier train, c’est qu’il mettait sur le réseau régional une centaine, peut-être plus, de voyageurs sans billet, puisque le billet Intercité permettant de se rendre à Limoges n’était pas valide sur le réseau des régions.

          En ce qui me concerne, je restai dans le TER, la gare d’Argenton n’étant qu’à vingt minutes de celle de Châteauroux. Bien m’en prit, car arrivés à Argenton nous avons appris que l’autre train était toujours à Châteauroux et aucun contrôleur ne s’est avisé de demander les billets.

          Pourquoi cet incroyable imbroglio, cet incroyable non sens ? A cause simplement de l’ouverture à la concurrence. Il faut que dès que celle-ci sera en vigueur les régions puissent faire intervenir d’autres prestataires. La chose est amusante, quand on pense que la décision de faire rouler un train Orléans-Limoges devra être prise de concert par les édiles d’Orléans et ceux de Bordeaux, car deux régions sont impliquées. A moins qu’un accord fasse que des trains affrétés par la région Centre aillent jusqu’à Limoges avec une compagnie et ceux affrétés par la région Nouvelle Aquitaine aillent jusqu’à Orléans sous une autre bannière.

          De toutes les manières, l’opérateur SNCF-région doit se distinguer de la Société Nationale des Chemins de Fer pour pouvoir facilement être remplacé.

          Voilà donc la dislocation d’un système qui ne marchait pas si mal. Et ce n’est pas la privatisation anglaise, ni la privatisation allemande qui ont démontré une amélioration substantielle par rapport au service public.

          Non, il s’agit seulement de donner au capital en manque de placements des possibilités de rendement financier. Que le système public disparaisse pour offrir au capital des affaires qu’il n’est plus capable de créer lui-même. C’est juste du dépeçage.


          • titi 11 septembre 17:26

            @lunatique

            « A cause simplement de l’ouverture à la concurrence. Il faut que dès que celle-ci sera en vigueur les régions puissent faire intervenir d’autres prestataires. »
            Turlutu.
            Si les régions veulent pouvoir choisir c’est que le niveau de service est en dessous de tout.

            Et d’ailleurs dans les TGV, le niveau de service n’est franchement pas bon non plus.

            La SNCF se saborde toute seule. Inutile de mettre sur la faute de Bruxelles ou de je sais pas qui .


          • lunatique 12 septembre 13:56

            @titi
            Je voulais dire « techniquement » : si le billet sncf intercité et le billet sncf TER région ne peuvent plus être sur la carte voyageur, c’est pour qu’il soit facile de remplacer la SNCF par une nouvelle compagnie. Quant au niveau de service « en dessous de tout », je pratique les voyages en train depuis longtemps et je ne vois pas exactement ce que vous voulez dire.
            Quant à l’ouverture magique à la concurrence, certaines campagnes attendent encore une bonne qualité de téléphonie mobile ou d’internet.


          • Fergus Fergus 12 septembre 22:04

            Bonsoir, titi

            « dans les TGV, le niveau de service n’est franchement pas bon non plus »

            Ce n’est pas mon avis. Dans les TGV  que je prends assez souvent , la qualité du service est globalement bien assurée. Ce qui n’est pas le cas dans les TER  que je prends parfois et, si j’en crois les échos, dans les RER SNCF  que je ne prends jamais.


          • mmbbb 13 septembre 22:37

            @Fergus les TGV entrant dans les gares ne sont pas lavés Il est rare de voir une rame reluisante et en apparence propre
             Je travaille à côte de la gare de la Part Dieu à Lyon .Avez vous vu les trains grande vitesse japonais ou chinois , c est nikel !! 
            Il faut dire que le Francais est aussi un porc , la gare TGV Avignon neuve , la voie est jonchée de mégots et de bouteilles , Le comportement de base du bon francais 
            Le probleme du TER , ce ne sont pas les locomotives et trains dont le renouvellement est accompli , c est l état des voies 
            Les nouvelles rames ont la technologies des TGV, c est a dire un bogie commun rendant solidaire deux rames , confort et silence accrus , l ensemble pourrait aisément roulé à 150 km mais les voies ne le permettent pas 
            Résultat le train se traîne se traîne a 90 km .
            La SNCF ne gagnera pas des clients , c est une politique absurde de ne pas avoir moderniser ces voies 
            Soit que l on incite les gens a voyager en train en les encourageant a delaisser la voiture , alors le train devient être attractif , soit que l on arrête de maudire les automobilistes .
            Il est aussi à noter que le prix du billet est cher et la tarification est souvent complexe . 


          • Fergus Fergus 14 septembre 09:04

            Bonjour, mmbbb

            J’ai encore pris deux TGV ce week-end, un OUIGO dimanche entre Rennes et Paris et un INOUI lundi entre Paris et Rennes. Les deux étaient impeccables, ce qui n’est pas toujours le cas lorsqu’on ne prend pas les trains au départ, mais en cours de trajet. Cela dit, la faute est en l’occurrence probablement imputable aux voyageurs indélicats.

            Sur la complexité de la tarification, vous avez parfaitement raison. Les billets ne sont pas pour autant tous chers. Mon Rennes-Paris m’a coûté 16 euros et mon Paris-Rennes 20 euros. Encore faut-il pouvoir être souple sur les horaires, ce qui n’est évidemment pas toujours possible. Par exemple, mon train de retour à 19 h 57 en gare Montparnasse à 20 euros était encadré par des trains à... 70 euros.


          • titi 16 septembre 12:02

            @Fergus

            J’ai été longtemps un « usager des TGV ».
            Les gares sont des lieux particulièrement inaccueillant. Le rendez vous des tous les courants d’air.
            Que faire de ses bagages si on a plus d’une mallette ? Il n’y a même pas la place pour une valise « aviation ».
            Quid de la restauration et le fait qu’il n’y ait pas service au siège ?

            Prenez un vol easyJet deux fois moins cher et vous verrez la différence.


          • Fergus Fergus 17 septembre 09:55

            Bonjour, titi

            Certaines gares sont en effet « des lieux particulièrement inaccueillant ».Pas toutes, fort heureusement. Certaines ont même été complètement remaniées et rénovées à l’image de celle de Rennes récemment.

            « Il n’y a même pas la place pour une valise « aviation ». »
            Si, elle peut être glissée sous le siège dans les nouveaux TGV, qu’il s’agisse de OUIGO ou de INOUI. Ce que je fais quand je prends le train. 

            « Prenez un vol easyJet »
            Sans intérêt dans la majorité des cas, eu égard aux temps de déplacement vers les aéroports (la plupart des gares sont en ville) et aux temps d’embarquement !
            Et ce n’est pas moins cher que les OUIGO !!!



          • zygzornifle zygzornifle 11 septembre 14:45

            Il n’y a pas que cela en PACA, le tram de Nice a couté plus cher que reconstruire la muraille de Chine a l’identique, le fric est bouffé comme l’argent de poche d’un bambin dans un magasin de bonbons sans parler des 750 000 balles du golf de Nice disparus dans les poches du couple Estrosi il y a quelques décennies .... 


            • ETTORE ETTORE 11 septembre 17:09
              zygzornifle 11 septembre 14:45

              le fric est bouffé comme l’argent de poche d’un bambin dans un magasin de bonbons sans parler des 750 000 balles du golf de Nice disparus dans les poches du couple Estrosi il y a quelques décennies ....


              Sur un green....Il y a des trous. Et c’est normal .

              Généralement on récupère ce qui tombe dedans, pour le re-balancer, de trou en trou, avec un beau geste, bien enroulé.

              Mais, il y a des trous de balle, qui eux sont à usage u-Nique.

              De ceux qui rasent plus bas que la fraiche pelouse, et qui sont toujours bien arrosé, pour garder ce teint si green de mauvaise herbe.... !


              • zygzornifle zygzornifle 14 septembre 08:47

                @ETTORE

                 Maintenant Estrosi utilise l’anus de Macron comme masque ... 


              • titi 11 septembre 17:21

                @L’auteur

                " S’il y a bien un domaine où il est absurde de vouloir casser le service public unifié qu’était la SNCF, c’est bien le transport ferroviaire.


                Au contraire. Il n’appartient pas à la puissance régalienne de faire circuler des trains.

                Ne plus s’occuper de faire circuler les trains permettra à l’Etat de se concentrer sur les vraies fonctions régaliennes : éducation, sécurité, santé.



                • HELIOS HELIOS 12 septembre 01:01

                  @titi

                  Il appartient aussi a la « puissance régalienne », responsable du territoire et ordonnateur de son amenagement de fournir aux consommateurs tant intermédiaires (entreprises) que final (population), les services qui lui sont necessaires sous forme privées ou pas.

                  Les « opérateurs » dont il est question doivent donc payer une redevance a la hauteur des equipements publics au prix qui correspond et dans ce cas il sera impossible a ces operateurs d’etre rentables au prix SNCF (qui a participé aux investissements)

                  C’est donc l’usager (le consommateur final) qui va payer DEUX fois c’est a dire qu’il a payé les equipements depuis le XIXeme siecle, le XXeme siecle et les structures TGV d’aujourd’hui... payés dans leur billet ou leurs impots jusqu’a aujourd’hui et qui va une deuxieme fois les payer dans la facturation des billets privés qui ne peuvent pas etre moins chers que ceux de la SNCF... d’autant que les entreprises doivent dégager des marges alors que l’etat peut se dispenser.

                  S’il ne les paient pas deux fois, c’est que l’etat fait « cadeau » a ces opérateurs de tout ou partie du vrai prix de l’usage des infrastructures et dans ce cas l’etat, même en demandant au parlement qui a déja autorisé la chose, a outrepassé son pouvoir « d’abus de bien sociaux  je sais que cela n’existe pas pour l’état — »  mais la démarche est identique.

                  Pour ce faire, il aurait fallu que l’etat qui se comporte comme une simple entreprise demande a travers un référendum a tous ses actionnaires (les citoyens) l’autorisation.

                  Actuellement c’est également le même problème pour les barrage EDF, les autoroutes, l’executif et les parlementaires se comportent comme des prédateurs pensant que la France leur appartient, ce qui n’est pas le cas... il n’ont aucun droit de proceder ainsi sans passer par une consultation directe... a moins de déclarer un etat exceptionnel validé par un arbitrage constitutionnel.


                • titi 12 septembre 13:41

                  @HELIOS

                  Bah je pense que vous ne connaissez pas grand chose à la comptabilité.

                  Une infrastructure, c’est une immobilisation, amortie sur plusieurs décennies : le cout de l’investissement s’étalent donc comptablement dans le temps, et en l’espèce les infrastructures des siècles précédents, elles sont amorties depuis bien longtemps.

                  C’est SNCF « réseau » qui fait ces investissements. 
                  Les chiffres sont connus : entre 5 et 6 milliards par an.
                  Sachant que dans ces 5/6 milliards, 0.5 milliards sont consacrées aux gares... que la SNCF transforme peu à peu en centres commerciaux, profitant opportunément, des positions de ces gares au centre des grandes villes.
                  Il faudrait connaitre exactement la destination de ces 0.5 milliards : qu’est ce qui va au train, et qu’est ce qui va aux boutiques.

                  Vu que les contours de différentes filiales de la SNCF changent en permanence, la comparaison est difficile.
                  Mais si on se base sur le CA donc la vente de billets de l’ex-SNCF Mobilité, les dépenses SNCF réseau représente 20% (boutiques comprises).

                  Donc nécessairement il doit y avoir une « redevance » pour utiliser ces infrastructures entretenues par SNCF Réseau.

                  Mais cela n’entrainera certainement pas un doublement du prix du billet.


                • HELIOS HELIOS 13 septembre 01:18

                  @titi

                  ... vous avez raison, la comptabilité que vous citez ne fait pas partie de ma vie.

                  Je ne polemique pas, je me contenterai de vous demander ;.. en supposant qu’aujourd’hui il n’existe aucune voie ferrée, quel gouvernement pourrait financer l’achat immobilier, la réalisation des infrastructures, l’achat du materiel roulant et le financement des personnels :
                  selon l’AFRA il y a 51217 km de voies dont 1884 de ligne TGV

                  1 km de ligne TGV coute 15 M€ soit 28 MM€ et 1,5M€ lignes normales (x 2 si double sens) soit 148 MM€ auxquels il faut ajouter les gares, les ponts, les tunnels et l’immobilier.

                  Je sais bien qu’aujourd’hui l’argent est magique, mais 163 MM€ (163 milliards d’Euros) c’est comptablement facile, n’est-ce pas quelle entreprise peut payer cet equipement et le « preter » a des utilisateurs contre une location miserable ?

                  Ce sont les français qui ont payés ces investissements et il n’y a aucune raison de ne pas facturer a son prix ceux qui vont les utiliser. La SNCF c’est l’etat donc les français, eux ils ont le droit de ne payer « que » les frais d’usages"


                • Effondré remonté Effondré remonté 11 septembre 18:54

                  D’accord avec la réflexion et le contre-exemple anglais effectivement catastrophique (il y a aussi le contre-contre-exemple japonais, avec ses myriades de compagnies privées mais où la couverture, même des patelins lointains, est excellente, comme le service)... donc, OK pour ne pas privatiser mais alors, comment améliorer le service et la sécurité de la SNCF qui ne cessent de se dégrader, sans rajouter toujours plus d’argent dans ce tonneau des Danaïdes ? 

                  La SNCF telle qu’elle est constituée et gérée est un pis-aller de moins en moins acceptable...


                  • piquecul 12 septembre 07:37

                    Je suis un vieux monsieur qui a été cheminot et qui s"est battu contre la privatisation de la SNCF. Non pas par esprit corporatiste, mais pour conserver l’outil indispensable financé par tous les contribuables. De mon temps, les lignes secondaires étaient exploitées mais déficitaires dans la fréquentation. La principale raison en était l’automobile. Dont acte.

                    Aujourd’hui le temps est à la modération de l’usage de l’auto pour des raisons importantes comme la polution. Don Acte.

                    Mais les lignes secondaires, quand elles n’ont pas été transformées, sont à l’abandon.

                    Me reviennent à la mémoire la fierté de certains gouvernants qui déclaraient qu’aucun villages n’étaient à plus d’une demi heure d’une gare de train !

                    Exagération biensur, mais la réalité était que nous avions, alors, bien plus de possibilités moins polluantes. Autres temps, autres moeurs ! Mais quel gachi !


                    • titi 12 septembre 14:01

                      @piquecul

                      Les lignes secondaires sont très peu électrifiées, et uniquement utilisables par des motrices diesels.

                      Donc, non, la pollution n’est pas un argument qui plaide pour la réouverture de ces lignes.
                       


                    • piquecul 13 septembre 14:08

                      @titi Effectivement les lignes « secondaires » sont peu électrifiées.Mais il peut être remèdié à cela ou, tenir compte qu’un engin diesel qui tracte un train de voyageurs composés de 12 voitures à voyageurs dont chaques a entre 54 et 66 places cela fait du monde avec un seul engin dont la polution est, de toute façon, moins élevée que des voitures de tourismes avec un équivalent voyageurs.
                      De plus, ne nous leurons pas, ce n’est pas les « solutions » actuelles qui pourrons modifier véritablement la polution des déplacements comparables.
                      Pour exemple une voiture « électrique » n’est en capacité de faire qu’un parcours d’environ 250 Kms dans le meilleur des cas.
                      De plus, le nombre d’endroits possibles pour ravitailler le véhicule utilisé est ridiculeusement bas. Je passe volontier sur le coût qu’atteindra rapidement la recharge car l’état qui se goberge de taxes sur les carburants actuels ne voudra pas perdre une ressource aussi rentable.


                    • TSS (...tologue) 13 septembre 18:19

                      @titi
                      C’est appelé à devenir faux avec l’arrivée des TER à hydrogène... !!


                    • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 12 septembre 14:49

                      Bien entendu que la privatisation en Angleterre a apporté beaucoup.

                      Le contribuable Anglais n’a pas a payer 45 milliards pour des conneries pour des gens qui attendent tout de l’état sans les responsabilités.

                      Le service au client est formidable, sans aucune mesure du mépris en France ou une clique impose a des gens ses grèves, impose ses dépressions et cout d’arriver e retard au travail

                      Même si c’est imparfait car les compagnies privées sont coincées par un cahier des charges ubuesque étatique a desservir des communes sans intérêt le service est , fois meileur

                      Moins d’accidents de train, régularité

                      C’est formidable !


                      • TSS (...tologue) 13 septembre 18:16

                        @Spartacus Lequidam
                        C’est tout le contraire de ce que disent les usagers grand bretons.... !!


                      • LeMerou 12 septembre 18:02

                        Bonjour,

                        La SNCF depuis presque sa création est en recherche constante de rentabilité tout en dépensant des sommes importante pour maintenir une paix sociale et son réseau en état et à la finale est perpétuellement en déficit.

                        Il existerai bien une solution, qui consisterai à faire payer à ses usagers le vrai coût, mais là....................................Les manifestations de gilets jaunes seraient de la rigolade. 

                        Donc, pour avoir les rues libres à la circulation, et des gens dans le train, pour quand même réduire un peu le déficit, il existe une solution le renflouement collectif, c’est ça l’esprit de solidarité, la solidarité fraternelle, donc tout le monde paie, même si ne vous ne prenez pas le train (ou assimilé).

                        Le problème de mobilité est complexe, la SNCF et ses différentes sous-appellations liées à une déconstruction du monstre est quand même très sûre par le nombre quasi inexistant d’accidents depuis sa création (je fais fis des cons qui forcent les passages à niveau), mais hélas très cher.

                        Certaines lignes fonctionnent avec un nombre de passager journalier équivalent à celui que l’on peut mettre dans un car (micron), les arrêter est un logique implacable sur le plan financier, quand le coût de fonctionnement+maintenance est supérieur à la recette, et qu’en plus l’usager n’est pas satisfait par le prix du billet et les horaires, car il voudrait son train à l’heure qui l’arrange le plus, peu importe qu’il soit le seul passager.

                        Des sommes d’argents « Kolossales » ont été dépensées avec nos impôts et moult emprunts pour financer un train grande vitesse, alors que nous sommes dans une europe qui prône la libre concurrence en permanence, destructrice de l’utilité publique. Concevoir et réaliser ces trains qui seront hyper concurrencés par un troupeau de compagnies aériennes est un non sens, et un manque flagrant de vision à long terme par les « élites ».

                        Par contre, une mesure serait à mettre en place, mais pour cela, d’abord il faut en avoir dans le pantalon, interdiction totale des vols intérieurs. (pas la mesurette en place). Solution qui aurait un impact bénéfique sur l’environnement en plus et de remettre en service certaines lignes, car comme il a été écrit des gares il y en a partout et beaucoup plus que des aéroports.. (ou les passagers ensuite, prennent le taxi, ou le métro, ou le train, etc.. pour atteindre la ville).

                        Bref, il n’est pas étonnant que SNCF ou assimilé est perdu l’appel d’offres pour la PACA, pour les usagers le prix du billet sera le même (au début), le nombre de train se réduira insidieusement (rentabilité oblige) et le service deviendra minimum, mais il n’y aura peut être pas de grève, et tout cela cadre parfaitement avec les vues européennes...


                        • Clocel Clocel 12 septembre 18:08

                          Z’allez avoir des trains chinois bientôt, pour compenser...

                          L’Europe ! L’Europe ! L’Europe !

                          Super Dupont ne s’en lasse toujours pas...


                          • vercingetorix 12 septembre 18:38

                            Ben oui, en plus le secteur privé doit faire des marges ce qui n’est pas le cas du public.

                            Le rapprochement avec EDF est édifiant, l’électricité est sûrement bien meilleure depuis que l’entreprise est privatisée mais le prix s’est envolé en même temps que les dividendes .


                            • titi 12 septembre 19:27

                              @vercingetorix

                              Si le prix de l’électricité s’envole c’est pour subventionner l’éolien et le solaire.

                              1. Il faut financer les infrastructures pour interconnecter les sites de productions, éparpillés façon puzzle.
                              2. L’accès à l’électricité nucléaire est contingenté pour forcer les fournisseurs à acheter renouvelable.

                              Le marché de l’électricité est hyper réglementé.


                            • Trelawney Trelawney 13 septembre 07:52

                              @titi
                              L’électricité française c’est (pour l’instant) 40% de taxe. Il est plus facile de taxer l’électricité que de faire payer la redevance TV.
                              Ca n’a rien à voir avec une prétendue décarbonisation de la planète 


                            • tashrin 13 septembre 17:22

                              La privatisation est par essence contradictoire avec une logique de service public

                              Nulle part, dans aucun secteur ni aucun pays ca n’a fonctionné.

                              Et c’est incontestable pour des secteurs stratégiques pour le pays : transports, communication, défense, éducation, ...

                              Meme les ricains et les british en reviennent, c’est dire...

                              Mais nous on a toujours nos dinosaures à contre courant :)


                              • Gerald 13 septembre 17:41

                                Si les mecs de la SNCF avaient fait rouler les trains au lieu de multiplier les grèves pour des motifs de salle de classe (CM1) ils ne seraient pas mis dehors ! 

                                C esont les syndicats maison qui ont conduit la Région Paca à cette solution. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité