• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les mots ont un sens

Les mots ont un sens

Nos élus l’ont souvent été pour savoir « manier » les mots, avec cette régulière volonté de séduire, dans la droite ligne de la célèbre fable du corbeau et du renard, chère à Jean de La Fontaine... d’autres élus vont aujourd’hui plus loin, en nous faisant douter du sens des mots que nous entendons.

Exemples...

Pour le député Cédric Villani, député LREM de l’Essonne, et accessoirement mathématicien, un rapport attendu, et non fourni n’a pas été « décalé », mais plutôt il « s’intègre dans un nouveau calendrier  »...

Voilà qui a le mérite de la clarté.

Le nouveau ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, pour ne pas le nommer, s’exprimait un certain 11 février 2018 : il ne voulait pas utiliser le mot « expulser », (oh le vilain mot !) bien trop direct, et lui a préféré « des gens qui sont déboutés du droit d’asile, et qui ont dû être éloignés  »...donc on a bien compris, ils ne sont plus « expulsés », ils sont seulement « éloignés »...

Pas sûr que ça soit moins douloureux pour les « éloignés ».

Quittons ce tatillon ministre, pour un autre, Bruno Le Maire en l’occurrence, le nouveau ministre de l’économie et des finances.

Il n’aime pas que l’on évoque de « nouveaux impôts », et lui préfère, le 22 janvier 2018, le mot « prélèvement  »... par sûr que le résultat soit différent...

Il est vrai qu’une ministre (Jacqueline Gourault) avait fait « la boulette » en évoquant le remplacement de la taxe d’habitation par « un futur impôt plus juste. lien

Faisons un tour du coté de Nathalie Loiseau, ministre chargée des affaires européennes, laquelle se refuse d’évoquer pour les migrants l’existence de « centres fermés », mais plus simplement de centres dont ils ne pourront pas sortir. lien

Etrange conception de la liberté pour une femme portant un nom d’oiseau...

Quant à Hulot, le « performant » ministre de l’écologie, le mot « raté » ne lui convient pas dans l’expression « un rendez-vous raté », et il lui préfère de loin l’expression « un rendez-vous incomplet »... mais on n’est pas certain que ça change grand chose...

C’était le 6 juin 2018, sur France Inter...

La veille, Françoise Nyssen, la ministre de la culture, se refuse à parler de « suppression » au sujet d’une chaîne de télévision et lui préfère de loin l’expression « bascule numérique »...lien

Il fallait que ce soit dit !

Nous ne sommes pas à l’abri d’autres cocasses surprises, ainsi, alors qu’en Pologne les députés ont voté pour une diminution de 20% de leur salaire, (lien) et qu’en France, c’est le contraire qui s’est passé, gageons que les intéressés préfèreront de loin que l’on évoque un changement de leur barème salarial, plutôt qu’une augmentation de salaire.

Et puis, finalement, leurs salaires ne s’élèvent qu’à 9186 €, ce qui n’est pas si important, même si René Dosière, spécialiste du contrôle de l’argent public s’est dit « choqué ». lien

Pourtant, on avait cru entendre lors d’un long discours récent présidentiel adressé aux préfets du pays, qu’il fallait « économiser sur les dépenses courantes pour pouvoir investir et transformer notre société  ».

C’est dans ce même discours que l’on découvre que le champion du monde toute catégorie n’est autre que le chef de l’état.

Dans ce discours, il ne parlera jamais de « libéraliser le marché du travail », et préfère évoquer le fait de « libérer le marché du travail »...

Tout comme il préfère « libérer le secteur du logement »...et voue aux gémonies « la libéralisation » de ce même secteur. lien

Liberté, quel joli mot.

Récemment Macron avait affirmé sa royale volonté de ne plus parler de la « sécurité » sociale, et lui préférer le mot « protection » sociale.

La nuance est importante car elle comporte en germe le fait qu’il ne serait plus question de cotiser selon ses moyens et de recevoir selon ses besoins... sous entendant la mise en place d’un système de santé à 2 vitesses.

L’idée semble abandonnée... jusqu’à quand ?

Finalement, c’est le double discours qui semble être le phare de ce nouveau gouvernement, dans la droite ligne du « en même temps ».

Ainsi, il proclame son « attachement au droit d’asile », tout en faisant preuve d’une grande brutalité dans le traitement réservé aux migrants.

Alors qu’il jugeait qu’Angela Merkel avait sauvé « la dignité collective » de l’Europe en ouvrant massivement, à l’été 2015, les frontières de l’Allemagne aux migrants... il ajoutait peu après « qu’il faut reconnaitre les limites de notre capacité à intégrer et en tirer les conséquences »... d’ailleurs on retrouve cette forme de pensée contradictoire chère au nouveau président dans un texte connu : « la France doit être à la hauteur de sa tradition historique d’accueil, tout en se montrant, dans des conditions toujours dignes, inflexible avec les personnes qui ne remplissent pas les conditions de séjour sur notre territoire  ». lien

N’est-il pas dramatique que Cédric Hérrou, cet homme qui, sans la moindre contrepartie, a apporté son aide à plusieurs migrants, et ait, pour ces actions, été condamné à la prison avec sursis, avec une amende en prime.

Il avait déclaré alors : « c’est une politique d’extrême droite, j’interpelle M. Macron, il faut qu’il se positionne là-dessus »...sans réponse à ce jour de l’intérpellé... lien

Heureusement il reste dans ce pays quelques structures démocratiques, respectueuses des valeurs de la République, tel le Conseil Constitutionnel, lequel vient de censurer le « délit de solidarité » que tentait d’imposer ce gouvernement... obligeant le législateur à revoir sa copie, et donc l’article L 622-4. Lien

Le C.C. participe donc, à sa manière, à donner lui aussi son vrai sens aux mots, demandant ainsi de ne plus assimiler « passeur » et « aide humanitaire ».

Alors aidons à notre tour ce gouvernement à parfaire son langage...

Ainsi, il ne faudra plus dire « j’ai menti », mais plutôt ma « déclaration n’est pas conforme à la vérité  »... voire « ma déclaration comporte quelques inexactitudes »...

C’est d’ailleurs ce qu’a fait le gendarme responsable de la mort d’un jeune nantais, scandaleuse bavure qui a provoqué depuis de nombreuses émeutes dans les quartiers de la ville. lien

Toujours est-il que la cote présidentielle s’effondre, y compris celle de son premier ministre... rappelant curieusement l’épisode qu’avait connu son prédécesseur.

En tout cas, un an s’est à peine écoulé, et le moins que l’on puisse dire, c’est que la « barque présidentielle » est chargée, et bien chargée.

Hors de toute attente, ce sont les plus riches du pays qui ont profité de ses largesses... les plus pauvres attendront, et attendent encore, puisque Macron a décidé d’attendre la fin du mondial de foot pour prendre ses « décisions »...

La barque chargée ?

De la piscine à Brégançon, en passant par l’avion utilisé pour parcourir 110 km, les lobbys pharmaceutiques reçus en grande pompe, la baisse des APL, la baisse du budget de la sécurité sociale, des collectivités locales, la hausse de la CSG pour les fonctionnaires et les retraités, la baisse des APL, la suppression de 260 000 emplois aidés, le gel des pensions de retraite, le jour de carence pour les fonctionnaires, l’augmentation du forfait hospitalier, et on pourrait continuer à l’envie.

Un économiste a fait un bilan assez lucide : en 9 petits mois, alors que pour 10% de la population le pouvoir d’achat a augmenté de 6,9 milliards, il a baissé de 8,8 milliards pour 90% de la population, diminuant d’autant leur pouvoir d’achat, freinant donc la consommation, et ne permettant pas de faire redémarrer le pays, et baisser le chômage.

Le moment de rappeler au président qu’il a récemment déclaré : «  les aides sociales coûtent un pognon de dingue  »... et là, il n’a pas pensé à choisir des mots moins disrupteurs, du genre de ce qu’il utilise habituellement. lien

Nuls doutes que les années qui viennent nous feront découvrir d’autres facéties langagières de ce gouvernement, lequel semble particulièrement doué, et pourtant il reste un peu d’espoir.

En effet, il faut rappeler que depuis 2014 le Sénat a voté un projet de loi prévoyant une procédure de destitution par le Parlement en cas de « manquement du chef de l’Etat à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat ».

Etrangement, rien n’était prévu auparavant en cas de « manquements gravissimes » permettant un « empêchement » du Président, et donc de déclarer la vacance du poste.

Manquements ? De quelle sorte ?...

D’un comportement personnel incompatible avec la dignité de la fonction, à la réalisation d’un crime, en passant par un complet déraillement lors d’une expression publique, la liste est assez longue, et lorsqu’on se souvient des cris qu’il poussait avant d’être élu, (lien) on peut facilement imaginer qu’il puisse bientôt être un jour concerné. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « quand on a un marteau dans la tête, on voit tous les problèmes sous la forme d’un clou ».

L’image illustrant l’article vient de voxfnredekker.com

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Macron, le président carabistouille

Macron, un monarc

Macron, un an déjà

En marche ou grève

Est-ce la fin du service public ?

Soldes, tout doit disparaitre

Le meilleur ou bien le pire ?

T’as pas mille balles ?

Le salaire du bonheur

Après le réveillon, le Réveil ?

Merci macron

La langue de macron

Macron, faire le plein avec du vide

Du Macron au micron

Macron vous fait bien marcher !

Méritons-nous un tel mépris ?

Un Macron très sucré

Un hold-up électoral

Le mélange des genres

Macron tend un piège

Le peuple ou les élites

Ils font leur nid dans le ni-ni

Lever le mystère Macron

Les bouffons politologues

La politique de l’illusion


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 10 juillet 09:27

    Les mots tombent parfois de nôtre bouche comme des personnages ridicules, et tout de suite nous rions de leur chute grotesque. 
    Jules Renard...


    • olivier cabanel olivier cabanel 10 juillet 10:12

      @bob14
      merci d’avoir rappelé cette belle phrase... mais j’ai l’impression que ces personnages ridicules n’ont pas encore réalisé leurs bévues.


    • bob14 bob14 10 juillet 10:28

      @olivier cabanel...A la prochaine élection ils comprendront leur douleur smiley



    • keiser keiser 10 juillet 21:27
      @bob14
      Ben !? ...
      Tu ne votes pas aux States ?
      Etrange ...

    • Jean Roque Jean Roque 10 juillet 10:28

       
      « César est maître de la grammaire » disaient les romains, bobo est autorisé a la grammaire de Soros uniquement.
       
      « La pensée radicale n’est que le vocabulaire radical » ajoute Baudrillard, alors :
       
      2100 : troupeau 11,2 milliards (1/3 africains), si la fécondité mondiale tombe à 2,5 en 2050 et 2 en 2100 ... (fécondité 7,6 actuellement chez le vieil ami nigérien du collabo Crassanel).
       
      Si la fécondité tombe qu’à 2,5 alors ce sera 16,5 milliards de bouffeurs de planète en 2100 (2x aujourd’hui).
      Il serait content le Crassanel... il pourra tout bétonner biobio et bouffer végan mondainement des limaces végan pour la surponte importée avec son vieil ami spermatique !
       
      http://www.contre-info.com/drepanocytose-la-carte-du-grand-remplacement-mise-a-jour-chiffres-2015

       
       
      https://www.lesechos.fr/20/09/2017/lesechos.fr/030589056746_la-population-de-l-afrique-devrait-quadrupler-d-ici-a-2100.htm

      http://economiedurable.over-blog.com/2017/06/les-nouvelles-projections-demographiques-de-l-onu.html
       

      https://esa.un.org/unpd/wpp/Graphs/Probabilistic/POP/TOT/


      • olivier cabanel olivier cabanel 10 juillet 12:52

        @Jean Roque
        villistia

        pourquoi pas, tout ça confirme que tout n’est qu’un éternel recommencement.
        et depuis des millénaires, ça n’a pas arrêté.
        on se demande bien pourquoi ce ne serait pas le cas.
        l’homme ne tire que rarement des leçons du passé.

      • Salade75 10 juillet 10:35

        Bonjour.

        Pour ce qui concerne le sens des mots, j’ai l’impression que vous découvrez la politique.
        Personnellement, je n’ai jamais vu de politicien qui n’ait pas « des pudeurs de gazelle » pour évoquer des sujets qui le dérangent. Et évidemment il y a plus de sujets qui dérangent quand on est au pouvoir que quand on est dans l’opposition.
        Attribuer cette spécificité à ce gouvernement me semble exagéré.
        Au pire, on pourrait dire qu’ils n’ont pas l’aisance des vieux briscards dans la périphrase.

        Pour ce qui concerne la politique de Macron, elle est conforme à ce que l’on pouvait attendre du personnage.
        Libéral décomplexé, énarque hautain, ambitieux, très introduit dans les milieux d’affaire, peu soucieux des nations et des « petits », entêté (d’aucun diront tenace, les mots ont un sens) ... tout cela était connu avant l’élection.
        Ceux qui ont voté pour lui le savaient, ou alors n’ont aucune excuse à ne pas l’avoir su.

        La question est : quand aucun candidat alternatif n’a la moindre crédibilité (au sens programme et capacité à améliorer la situation globale), à qui bénéficie la colère générée par une telle politique ... ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 10 juillet 11:45

          @Salade75
          rassurez vous, je ne le découvre pas... j’ai longtemps fréquenté ce monde, et je commence à assez bien le connaitre...

          la différence avec la politique telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui est qu’ils sont devenus imbuvables, scandaleux, et que naïvement, ils pensent que nous avalons toutes leurs couleuvres...
          je crois qu’ils vont bientôt déchanter.
           smiley

        • Salade75 10 juillet 12:08

          @olivier cabanel
          Honnêtement, sur le fond comme sur la forme, je ne vois pas de différence avec ce qui se faisait avant.
          Ce qui a vraiment changé par rapport à il y a ne serait-ce que 10 ans, c’est l’environnement (réseaux sociaux, sites comme AV) qui fait plus vite, plus fort et plus globalement ressortir quand ils se moquent de nous. Ce n’est pas qu’ils sont plus menteurs qu’avant (super menteur, c’était il y a presque 30 ans !). c’est juste que cela se voit plus.

          Pour avoir aussi fréquenté ces milieux il y a très longtemps, je vous garanti que le mépris de la vérité (et donc du peuple) y était tout aussi présent. La fin a toujours justifié les moyens en politique.

          Enfin, je pense qu’ils sont pour la plupart, et en particulier Macron, tout sauf naïfs.


        • olivier cabanel olivier cabanel 10 juillet 12:53

          @Salade75
          bien sur que Macron est naïf... il n’a pas compris que les français aient compris l’étendue du mensonge dans lequel il les a emmené.

          on en reparle ?
           smiley

        • Salade75 10 juillet 13:27

          @olivier cabanel

          Je suis toujours étonné par ceux qui savent ce que pensent « les français ».

          Il est possible que Macron ne soit pas réélu.
          On change de président à chaque élection depuis 2002 : pourquoi ferait-il exception ?
          Est-ce que cela voudra dire quoi que ce soit sur une quelconque maturité des électeurs ?
          Pourquoi cette fois plus qu’une autre alors qu’ils ont élu Chirac, Sarkozy, Hollande qui les ont tous enfumés (et avant eux Mitterrand, très grand enfumeur !) ... ?

          Tant que les électeurs croiront en un homme providentiel plutôt que dans un programme, dans une vision, il n’y a à mon avis aucune chance que cela cesse.
          Hors la fin des idéologies a réhabilité les hommes providentiels. Datation chez nous : 1988.

          Mitterand 81 élu sur « le programme commun de la gauche.
          Mitterand 88 : »J’ai choisi ce moyen, vous écrire, afin de m’exprimer sur tous les grands sujets qui valent d’être traités et discutés entre Français, sorte de réflexion en commun, comme il arrive le soir, autour de la table, en famille. Je ne vous. présente pas un programme, au sens habituel du mot. Je l’ai fait en 1981 alors que j’étais à la tête du Parti socialiste. Un programme en effet est l’affaire des partis. Pas du Président de la République ou de celui qui aspire à le devenir."


        • H le yéti H le yéti 10 juillet 11:07

          personne de petite taille pour nain, mobilité réduite pour handicapé, poule en soie pour poule nègre soie, petit noir a-t-il été « remplacé » ? (comme la population autochotone) et autre spécialité patissère, technicien de surface, diversité pour multiculturalisme, et n’oublions pas les nombreux anglicisme snobs, coach, punchline (je ne sais même pas ce que ça veut dire !), fake news ...
           
          La colonisation culturelle à l’œuvre, bien-pensance « soft » et américanisation, deux prédicats de la pensée mondialiste. L’épilation fait le sexe moins animal ?
           
          Les classes dédoublées des banlieues vont de pair avec la suppression de l’ISF, l’un assure l’autre politiquement. Mais même le RN n’ose pas le dire, pas correct ! smiley
           


          • olivier cabanel olivier cabanel 10 juillet 12:54

            @H le yéti
            cette novlangue finira par faire long feu.

            je pense que le processus est engagé.

          • velosolex velosolex 10 juillet 15:06

            @olivier cabanel

            La référence aux « dents creuses », est très parlante aussi....C’est à propos du littoral préservé, dont on voudrait liquider les protections juridiques....
            On transforme donc en caries, à ce qu’on veut arracher. 
            Macron arracheur de dents, le peuple aura ta peau....Victor Hugo doit se retourner dans sa tombe. Je pense à Fantine, cette jolie fille qui vendit ses dents de devant dans les misérables, pour avoir quelques sous....

          • Le problème, CABANEL, c’est la direction ou ROSE des vents smiley. Le nord (le cerveaux), ou le SUD,... ?


            • olivier cabanel olivier cabanel 10 juillet 12:56

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              tout n’est qu’éternel recommencement.

              le problème étant que ceux qui ont (ou supposent) avoir le pouvoir ont un pouvoir d’intuition proche du néant...
              ils ne sentent pas le vent du boulet, 
              mais il est probable qu’ils sentiront le boulet, un peu tard, évidemment.
               smiley

            • @olivier cabanel

              Ce soir ce ne sera pas Waterloo, un peu Waterzooï. Essayez les boulets de Liège : https://www.marmiton.org/recettes/recette_boulets-a-la-liegeoise_32638.aspx. Ils tirent au but. 

            • @olivier cabanel


              les poux se promènent sur la crâne et sucent le sang pour mieux voir..... J’ai connu un opticien qui était IVOIRIEN. En haut de la montagne, l’air diminue,... Lune en Gémeaux ce jour : Signe d’air et du langage. Ils ne manquent pas d’air, mais ignorent les fondations. Quand le sol s’enfonce,... 

            • webhelice webhelice 10 juillet 13:51
              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Pauvre abrutie

            • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 10:52

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              ça me tente bien !

              merci

            • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 10:53

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              un opticien y voit rien ? c’était voulu ?

               smiley

            • Pour joindre la digue du cul, il faut passer par le PLEXUS SOL"AIR (nous sommes deux soeurs jumelles), joindre le circuit du haut (ou mangnétisme bretonnant de FRANC CORP CHAMP) et sortir par la bouche (attention au champignons,...mycose) : les maux se feront mots...Si les OR ail sont débouchonnées et ont perdu leur pagne dans le chant des OIES ZOO.


              • olivier cabanel olivier cabanel 10 juillet 12:57

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                alors perdons nos pagnes.

                qui pourrait s’en plaindre ?
                 smiley

              • @olivier cabanel


                Ce soir personne ne vaincra. Qui perd gagne,....Rouge et bleu donne du VIOL ET. Une fleur revient à la mode : Le SAINT-PAULIA.https://www.google.be/search?q=Saint-PAULIA&num=20&newwindow=1&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=2ahUKEwjz7KHisJTcAhWGzKQKHTCNCxYQ_AUoAXoECAEQAw&biw=1280&bih=673#imgrc=u69FtLSdPN53WM :

              • olivier cabanel olivier cabanel 10 juillet 13:13

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                le violet n’est-il pas la couleur de la sagesse...

                à condition bien sur de le conserver dans son intégrité....sans la séparation que tu proposes.

              • @olivier cabanel

                Dans mon enfance mon demi-frère collectionnait les drapeaux de tous les pays. Hier, j’en ai cherché un avec du violet. Le belge est affreux et le Français un peu fade,...

              • velosolex velosolex 10 juillet 15:12

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Le match sera commenté sur france inter, avec Charline et son équipe de rigolos franco belges...Ca devrait donc être assez croustillant de regarder le match en coupant le son, et en mettant la radio, dans la lutte contre le nationalisme, et les neurones repeints aux couleurs du pays.

                Moi je collectionnais les coureurs. 
                J’ai même organisé des tour de France dans des tas de sable. Mais la marée à tout effacé...Aucun gamin ne collectionne les hommes politiques en images Panini....
                On ne la fait pas aux gamins ! 
                La vieillesse est un naufrage. Elle commence à treize ans. 

              • Salade75 10 juillet 16:03

                @velosolex
                « Aucun gamin ne collectionne les hommes politiques en images Panini....On ne la fait pas aux gamins ! »

                ++++++++ !


              • olivier cabanel olivier cabanel 10 juillet 16:39

                @Salade75
                eh oui... la vérité sort de la bouche des enfants.


              • Fergus Fergus 10 juillet 11:26

                Bonjour, Olivier

                Un édifiant constat de l’usage de la « novlangue » par les gouvernants, autrement dit de l’euphémisme, de la litote et autres procédés visant à atténuer la portée des contreréformes antisociales.

                Mais sur ce plan, reconnaissons que les opposants ne font pas, de leur côté, dans la dentelle non plus en grossissant le trait en toutes occasions, allant jusqu’à évoquer un système de « démocrature ».

                Bref, on est dans l’exercice politique, et aussi irritant que cela soit à nos yeux, les manipulations lexicales sont devenues - en France comme ailleurs - l’une des caractéristique des sociétés contemporaines depuis quelques décennies.

                Merci de rappeler par les tableaux intégrés dans l’article le poids des mesures prises par Macron et ses « complices » depuis leur arrivée au pouvoir.


                • olivier cabanel olivier cabanel 10 juillet 13:11

                  @Fergus
                  bonjour Fergus.

                  il s’agit d’autre chose, à mon humble avis, que de la Novlangue.
                  il s’agit de pousser le bouchon un peu plus loin, de choisir un mot moins disruptif, donc plus acceptable, en le remplacant par un mot « plus doux », ce qui ne change rien au résultat.
                  la question que nous devrions nous poser étant : "croient ils sincèrement que nous avalisons ces conneries ? 
                  il est probable qu’ils le croient.
                  et je suis sur qu’ils se trompent.
                  le mensonge finit un jour ou l’autre à remonter à la surface.
                   smiley
                  parfois c’est trop tard...mais finalement, il remonte.

                • Fergus Fergus 10 juillet 16:06

                  @ olivier cabanel

                  Cette tendance langagière manipulatrice a commencé à se généraliser durant les mandats de... Chirac. A cette époque, l’on parlait déjà, entre autres termes, de « consolider » les acquis auxquels on voulait porter atteinte !


                • olivier cabanel olivier cabanel 10 juillet 16:38

                  @Fergus
                  exact...

                  il est probable que ces dérives n’ont pas eu cours du temps du grand Charles...

                • Salade75 10 juillet 17:01

                  @olivier cabanel
                  Dans les années 90, le spéculateur est devenu « investisseur, le plan de licenciement un »plan de sauvegarde de l’emploi« ,
                  En 84, Mitterrand demande à Montand, un ancien sympathisant du PC reconverti, d’animer »vive la crise« pour expliquer la rigueur à venir dans la joie et la bonne humeur
                  En 83, »la deuxième étape du changement« au lieu du tournant de la rigueur.
                  En 76, les »demandeurs d’emploi" à la place des chômeurs

                  Et je pense qu’on pourrait facilement remonter plus loin.

                  Je trouve que c’est un faux procès d’imputer ces pratiques aux dirigeants actuels.


                • olivier cabanel olivier cabanel 10 juillet 18:37

                  @Salade75
                  mais je n’ai pas limité cette « attaque » aux seuls dirigeants actuels... disons qu’ils ont progressé.

                   smiley

                • Salade75 10 juillet 19:10

                  @olivier cabanel
                  Il est bien piètre l’élève qui ne dépasse pas le maître ....


                • Il n’y a pas de novlangue. Juste ceux qui ne savent pas lire entre les lignes,...


                  • Fergus Fergus 10 juillet 11:40

                    Bonjour, Mélusine ou la Robe de Saphir.

                    Il ne s’agit effectivement pas de « novlangue » au sens orwellien. Mais d’une « novlangue » managériale et politique visant à prendre les vessies pour des lanternes.


                  • @Fergus


                    oui, mais comme Nabum, je connais la langue des oiseaux... Tant pis pour ceux qui ne savent entendre. C’est le darwinisme,...par OReille (pas l’oseille). 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès